Chavenay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chavenay
Hôtel de ville.
Hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Saint-Germain-en-Laye
Canton Saint-Cyr-l'École
Intercommunalité Communauté de communes Gally-Mauldre
Maire
Mandat
Denis Flamant
2014-2020
Code postal 78450
Code commune 78152
Démographie
Gentilé Chavenaysiens
Population
municipale
1 836 hab. (2014)
Densité 304 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 16″ nord, 1° 59′ 14″ est
Altitude Min. 71 m – Max. 129 m
Superficie 6,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Chavenay

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Chavenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chavenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chavenay
Liens
Site web Site officiel

Chavenay est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Chavenaysiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Chavenay dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village ancien est bâti de part et d'autre de la vallée du ru de Gally qui traverse la commune d'est en ouest et sur un contrefort surmontant le nord de cette vallée.
Dans les années 1970, un important lotissement résidentiel a vu le jour au nord-est, sur ce contrefort, en limite de la commune de Saint-Nom-la-Bretèche et en partie d'ailleurs sur le territoire de cette dernière. Au début des années 2000, à l'ouest du vieux village, un lotissement à caractère social et une petite zone d'activité artisanale ont été créés, reliant ainsi le lieu-dit la Sucrerie, légèrement éloigné auparavant, au reste de l'habitat de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes de Chavenay sont Saint-Nom-la-Bretèche au nord-est, Villepreux au sud-est, Les Clayes-sous-Bois au sud, Plaisir au sud-sud-ouest sur environ 100 mètres, Thiverval-Grignon à l'ouest, Davron au nord-ouest et Feucherolles au nord.

Transports et communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la route départementale 74 qui mène, au nord-est, à la route départementale 307 et Saint-Nom-la-Bretèche et, à l'ouest, à la route départementale 30 (vers Plaisir au sud et Feucherolles au nord). La route départementale 97 part du village vers l'est et mène à la route départementale 98 et Villepreux. À l'horizon 2007-2008, la route départementale 109, actuellement liaison entre la route départementale 119 à Grignon, à l'ouest, et la route départementale 30 à Plaisir sera prolongée vers l'est jusqu'à la route départementale 98 à Villepreux et traverser le sud du territoire communal presque en limite nord des Clayes-sous-Bois.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Au plan ferroviaire, les stations SNCF les plus proches sont la gare de Plaisir - Grignon, la gare de Villepreux - Les Clayes et la gare de Saint-Nom-la-Bretèche - Forêt de Marly.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes 17S, 170, 171, 172, 511 et 512 de l'établissement Transdev d'Ecquevilly, par les lignes 27 et 43 de la société de transport CSO et par la ligne 45 de la société de transport STAVO.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes latinisées Cavenoilus en 1003[1], Cavenoilus en 1007[2], Chainnolium au XIIIe siècle[2],Chavenolium en 1351[3] , Chavenoil, Chaveneil en 1383[2], Chavenel en 1450.

D'un type toponymique primitif probable *Cavannoialos (non attesté), dont le premier élément Cavanno- représente peut-être l'anthroponyme gaulois *Cavannos[4], suivi de l'appellatif toponymique gaulois ialon « clairière, lieu défriché ». Le sens global serait donc « l'essart, le défrichement de Cavannos », c'est-à-dire « le champ de Cavannos ».
Cependant, on peut voir dans cavannos un substantif ayant exactement la même origine dans son sens originel de « chouette », dans ce cas, le sens du toponyme serait la « clairière de la chouette »[5],[6].

Le gaulois cavannos (cauannos) se perpétue dans le français chat-huant (altéré par fausse étymologie) et le français de l'ouest chouan. En vieux breton, on rencontre également couann > breton moderne kaouann « chouette, hibou »[7].

Micro-toponymie[modifier | modifier le code]

Montilly (Montiliacus), est un hameau disparu de Chavenay, il se situe aujourd’hui au lieu-dit dénommé "Le Bois Saint-Fiacre"[8].

L'église Saint-Pierre.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention de l’église Saint-Pierre de Chavenay apparaît le 28 mars 1003 lorsque le roi Robert II confirme des donations faites en faveur de l’abbaye de Notre-Dame d’Argenteuil (Val-d’Oise) incluant l’église de Chavenay « Cavenolius eccslesia in honore sancti Petri... ».

Sa cure sera toujours dépendante de l’abbaye argenteuillaise, selon les pouillés chartrains, en 1250 et au milieu du XVe siècle. Il en sera ainsi jusqu’au XVIIe siècle, date à laquelle le prieuré se défait d’une partie de ses biens à Chavenay.

Cet acte royal mentionne aussi une église disparue dédiée à Martin et située à Montilly. Montilly (Montiliacus), est un hameau disparu de Chavenay. Cette église est toujours dédiée à Martin en 1480, puis en 1596. Par la suite, elle est connue sous l’invocation de Fiacre. Elle est dite en ruine en 1644 et dépend encore de l’abbaye d’Argenteuil. Elle est pourtant représentée en élévation sur le Plan d’Intendance, en 1787 : "Chapelle Saint-Fiacre", mais n’est plus visible sur le Cadastre Napoléonien, en 1819. Par chance, il subsiste encore aujourd’hui un lieu-dit dénommé "Le Bois Saint-Fiacre" qui nous rappelle l’existence et l’emplacement de cette église oubliée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Rösrath (Allemagne) depuis 1998

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 836 habitants, en diminution de -1,13 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
356 382 422 454 526 615 604 568 529
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
508 536 503 519 566 577 519 514 502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
490 481 461 519 518 570 502 516 548
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
705 614 1 442 1 629 1 727 1 752 1 831 1 863 1 836
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 24,1 %, 15 à 29 ans = 15,7 %, 30 à 44 ans = 19,4 %, 45 à 59 ans = 23,3 %, plus de 60 ans = 17,5 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 26,7 %, 15 à 29 ans = 13,2 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 16,7 %).
Pyramide des âges à Chavenay en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,4 
3,2 
75 à 89 ans
3,2 
14,3 
60 à 74 ans
13,1 
23,3 
45 à 59 ans
21,9 
19,4 
30 à 44 ans
21,4 
15,7 
15 à 29 ans
13,2 
24,1 
0 à 14 ans
26,7 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[14]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

Chavenay est une commune essentiellement rurale.
Au sud de la commune, sur une colline relativement proéminente entre Chavenay et Les Clayes-sous-Bois, se trouve l'aérodrome de Chavenay.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vestiges d'un treuil de carrière, en plein champ[15].

Personnalités liées à Chavenay[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Chavenay

Les armes de Chavenay se blasonnent ainsi : d'azur semé de quartefeuille d'or au franc-quartier d'hermine.

Culture[modifier | modifier le code]

La ville participe au Concours des villes et villages fleuris et possède deux fleurs en 2007[21].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans une charte de Robert le Pieux.
  2. a, b et c Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  3. Auguste Longnon, Pouillé de la Province de Sens, 1904, p. 212.
  4. Revue de l'histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, Société des sciences morales, des lettres et des arts de Seine-et-Oise, Académie de Versailles, des Yvelines et de l'Île-de-France, L. Bernard (Versailles), H. Champion (Paris), 1899-1976.
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, Genève.
  6. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions Errance 2003, p. 111.
  7. Ibidem.
  8. Service Archéologique Départemental des Yvelines
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. « Évolution et structure de la population à Chavenay en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 avril 2011)
  14. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 30 avril 2011)
  15. voir photo
  16. Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999. Voir tome 8, page 572.
  17. Ouvrage collectif, Un siècle d'art moderne - Histoire du salon des indépendants, Denoël, 1984. Voir « Marie Françoise de L'Espinay », page 289.
  18. Hélène Lassau-Crochet Damais: Marie-Françoise de l'Espinay et Chavenay, dans le catalogue de la vente de l'atelier Marie-Françoise de l'Espinay (page 5) le lundi 30 janvier 1984 à l'hôtel Drouot par Me Claude Robert, 5 avenue d'Eylau, Paris XVIe.
  19. J. Noettinger, Air & Cosmos n° 1263, 16 décembre 1989.
  20. « Paul Ducellier. Des ailes pour les jeunes », sur Ds Homms et des Ailes
  21. Palmarès du Concours des villes et villages fleuris dans les Yvelines