Châteaufort (Yvelines)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châteaufort.
Châteaufort
Hôtel de ville.
Hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Versailles
Canton Maurepas
Intercommunalité Versailles Grand Parc
Maire
Mandat
Patrice Pannetier
2014-2020
Code postal 78117
Code commune 78143
Démographie
Gentilé Castelfortain(e)s
Population
municipale
1 375 hab. (2014)
Densité 282 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 14″ nord, 2° 05′ 32″ est
Altitude Min. 86 m
Max. 164 m
Superficie 4,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Châteaufort

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Châteaufort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteaufort

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteaufort

Châteaufort est une commune du département des Yvelines, dans la région Île-de-France, en France, à neuf kilomètres environ au sud de Versailles et à 27 km au sud-ouest de Paris.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Châteaufort dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Châteaufort est une petite localité située en partie sur le plateau de Saclay et dans la vallée de Chevreuse, en limite de l'Essonne.
Elle fait partie du parc naturel régional de la Haute-Vallée de Chevreuse.

Elle est limitrophe de Buc sur environ 300 mètres à l'extrême nord-est, de Toussus-le-Noble au nord-est, de Villiers-le-Bâcle (Essonne) au sud-est, de Saint-Rémy-lès-Chevreuse à l'extrême sud sur environ 150 mètres, de Magny-les-Hameaux au sud et à l'ouest et de Guyancourt au nord.

Elle est irriguée par la Mérantaise, petite rivière affluent de l'Yvette.

Elle est desservie par la route départementale 36, reliant Palaiseau et Saclay à l'est à la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines à l'ouest, et traversée par la route départementale 938, la reliant à Buc au nord et à Magny-les-Hameaux au sud.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Châteaufort

Les armes de Châteaufort se blasonnent ainsi :

de gueules au château fort d'argent maçonné et ajouré de sable, ouvert du champ, mouvant de la pointe, donjonné et flanqué de quatre échauguettes, le donjon chargé d'un écusson d'azur fretté d'or.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme de Cast ello fortt en 1069[1].

Ce mot est issu du latin castellum [2], « Village fortifié »[1].

La commune doit son nom à la présence, au Moyen Âge, de trois châteaux forts sur son territoire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ses remparts dont il ne reste que quelques ruines, s'élevaient à la cime d'un coteau escarpé, au-dessus d'un ruisseau, la Mérantaise, qui se jette dans l'Yvette.

Ce lieu jadis considérable fut, au Xe siècle ou XIe siècle, choisi pour être le chef-lieu d'une contrée du diocèse de Paris. Châteaufort avait alors deux églises et un prieuré, l'une pour le bourg, attenante au prieuré, l'autre pour les manants établis hors des murs, au lieu-dit la Trinité. La première existe encore, la seconde est détruite.

Au XIe siècle, Gui de Montlhéry était seigneur de Châteaufort et en 1112, Hugues de Montlhéry grand sénéchal de France, son fils, prit le titre.

Au XIIe siècle, Louis le Gros confisqua cette terre à Hugues de Crécy.

Au XIIIe siècle il y avait une léproserie[3].

En 1480, Louis XI donne la terre de Châteaufort à Louis de Brabant.

En 1529, François Ier en fit cadeau à Jean de la Barre.

En 1616 elle passa dans la maison de Guise, et le dans celle de Charles d'Escoubleau, marquis de Sourdis.

Ruiné par les guerres civiles religieuses, Châteaufort devint un village pauvre.

Au cours de son histoire, la commune de Châteaufort a fait partie de trois départements différents :

  1. 1790 : création du département de Seine-et-Oise (78) auquel est rattachée Châteaufort. Le code Insee attribué en 1943 est 78143.
  2. Loi du , Journal officiel du avec effet au 1er janvier 1968 : Châteaufort est rattaché au nouveau département de l'Essonne (91) lors de la partition de la Seine-et-Oise. Le code Insee devient 91143.
  3. Décret du , Journal officiel du et effet au  : Châteaufort est rattaché au département des Yvelines (78) et retrouve son ancien code Insee 78143.

Le 6 décembre 2012, le village a accueilli la neuvième saison de Star Academy diffusée sur NRJ12 et AB3 (Belgique).

Depuis le 1er janvier 2013, il fait partie de la communauté d'agglomération de Versailles Grand Parc.

L'aérodrome de Châteaufort[modifier | modifier le code]

Le 19 août 1913, le Français Adolphe Pégoud (de son véritable prénom Célestin) au départ de l'aérodrome Borel à Châteaufort (Yvelines), expérimenta le premier saut en parachute depuis un avion en abandonnant un vieux Blériot XI sacrifié pour l'occasion. Une fois libéré de son pilote, l'avion livré à lui-même forma dans le ciel de curieuses arabesques avant de s’écraser au sol. Ces manœuvres donnèrent à Pégoud l'idée de réaliser des figures aériennes jusqu’ici impensables pour l'époque. C'est ainsi qu'il effectua, dans les semaines suivantes, le premier vol sur le dos et l'un des tout premiers loopings de l'histoire, devenant ainsi le précurseur de la voltige aérienne.

C'est à Châteaufort que périrent André Salel et son mécanicien Roger Robin dans l’après-midi du en réalisant le deuxième d’essai du prototype d’avion de combat F 420-01 de Farman. Maryse Hilsz, la compagne d'André Salel, fit ériger, à l’endroit même où l’avion s’était écrasé, une stèle en mémoire du pilote et de son mécanicien. La stèle fut inaugurée le 18 juin 935, un an après l’accident.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 375 habitants, en diminution de -2 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
414 466 523 545 524 570 624 574 591
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
482 553 593 564 591 637 693 692 704
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
693 706 644 623 605 575 558 577 677
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
717 749 812 769 1 427 1 453 1 401 1 388 1 375
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (13,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,7 %, 15 à 29 ans = 20,6 %, 30 à 44 ans = 17,6 %, 45 à 59 ans = 28 %, plus de 60 ans = 13,1 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 23,5 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 25,5 %, plus de 60 ans = 14,4 %).
Pyramide des âges à Châteaufort en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,1 
2,4 
75 à 89 ans
4,3 
10,7 
60 à 74 ans
10,0 
28,0 
45 à 59 ans
25,5 
17,6 
30 à 44 ans
21,8 
20,6 
15 à 29 ans
14,6 
20,7 
0 à 14 ans
23,5 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires de Châteaufort[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Christophe.

Économie[modifier | modifier le code]

Le siège social français de la société Nortel était installé sur le territoire communal, avant d'être racheté par la société Kapsch[10].

Sports[modifier | modifier le code]

Stèle à la mémoire de Jacques Anquetil.

Au carrefour des routes départementales 36 et 938, au sommet de la côte de la Trinité, une statue en bronze de Jacques Anquetil sur son vélo avait été érigée, en mars 1989, après la mort du champion cycliste survenue en novembre 1987. Cette statue a été rapidement volée pour être sans doute revendue pour la valeur du bronze. Elle est aujourd'hui remplacée par une stèle portant la plaque commémorative qui était restée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Pégoud (1889-1915), aviateur. Il a effectué ici son premier saut en parachute, en 1913, depuis un avion Blériot,
  • André Salel (1904-1934), aviateur, mort à Châteaufort alors qu'il effectue un vol d'essai d'un avion de combat.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France: Tome 3, page 1461 (ISBN 2600028846).
  2. Marianne Mulon, Noms de lieux d’Ile de France, 1997.
  3. Dictionnaire historique des environs de Paris du docteur Ermete Pierotti
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Évolution et structure de la population à Châteaufort en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 mai 2011)
  9. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 mai 2011)
  10. http://www.lefigaro.fr/societes/2010/04/08/04015-20100408ARTFIG00516-usine-nortel-a-chateaufort-160-postes-maintenus-.php