Jules Hardouin-Mansart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hardouin et Mansart.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Jules Hardouin-Mansart
Image illustrative de l'article Jules Hardouin-Mansart
Portrait par Hyacinthe Rigaud. Château de Versailles.
Présentation
Naissance
Paris
Décès (à 62 ans)
Marly-le-Roi
Nationalité Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Activités Premier architecte du Roi
Surintendant des bâtiments du Roi
Ses élèves Germain Boffrand
Œuvre
Réalisations Château de Versailles ;
Château de Marly ;
Saint-Louis-des-Invalides ;
Place Vendôme;
Château de Dampierre.
Entourage familial
Famille François Mansart (grand-oncle)
Jacques Hardouin-Mansart (fils)
Jean Hardouin-Mansart de Jouy (petit-fils)
Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne (petit-fils)
Pierre Delisle-Mansart (cousin)

Jules Hardouin-Mansart, comte de Sagonne (1699), né le à Paris et mort le à Marly-le-Roi, est un architecte français. Il fut premier architecte du roi Louis XIV et surintendant des bâtiments du roi.

Il est le petit-neveu de l'architecte François Mansart.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est formé par Libéral Bruant. Il construit le petit château de Val (1674) et gagne l'estime du roi Louis XIV après avoir dessiné les plans du château de Clagny, destiné à la maîtresse favorite du roi, Madame de Montespan. Il devient architecte ordinaire en 1675 et entre à l'Académie royale d'architecture. Premier architecte du roi en 1681, il est nommé intendant général des bâtiments du roi en 1685, inspecteur général des bâtiments du roi en 1691, et surintendant des bâtiments du roi en 1699. Il fut anobli par Louis XIV en 1682, mais il n'a pour tout titre que celui d'écuyer, car il n'a pas de terre titrée. Il devra attendre 1699 et l'acquisition du comté de Sagonne en Bourbonnais (pour 130 000 livres) pour faire valoir son titre de comte.

Jules Hardouin-Mansart épousa le Anne Bodin (1646-1738) dont il eut cinq enfants :

  • Catherine-Henriette (1673-1748), qui épousa en 1693 Claude Lebas de Montargis (1659-1741), marquis du Boucher-Valgrand, riche trésorier de l'extraordinaire des guerres ;
  • Louis (1674-1681) ;
  • Julie- Andrée- Anne (1676-1677) ;
  • Catherine (1673-1702), qui épousa en 1699 Vincent Maynon (1668- 1736) ;
  • Jacques (1677-1762), comte de Sagonne, qui épousa Madeleine Bernard (1684-1716), fille du financier Samuel Bernard. Il se remaria en 1726 avec Guillemette dite Madeleine d'Hugueny[1], avec qui il avait eu cinq enfants doublement adultérins — elle était elle-même mariée — dont les deux architectes Jean Mansart de Jouy (1705-1783) et Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne (1711-1778).

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Une médaille à l'effigie de Jules Hardouin-Mansart a été exécutée par le graveur Jérôme Roussel en 1702. Un exemplaire en est conservé au musée Carnavalet (ND 569). Une médaille posthume a été réalisée par le graveur Masson en 1817. Un exemplaire en est également conservé au musée Carnavalet (ND 378).[réf. nécessaire]

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jehan Mansart (maître maçon)
 
 
 
Jacques Le Roy
(maître maçon)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Absalon Mansart (charpentier)
 
 
 
Michelle Le Roy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Germain Gaultier[3]
(sculpteur et architecte)
 
 
 
Marie Mansart
 
François Mansart
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Frémin de Cotte
(ingénieur, architecte du roi)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Edme Delisle
(peintre)
 
Michelle Gaultier
 
 
 
Marie Gaultier
 
 
 
Raphaël Hardouin
(peintre)
 
Nicolas Bodin
(Conseiller du roi, Trésorier de la Prévôté de l'Hôtel)
 
Madeleine Adam
 
Charles de Cotte
 
Anne Du Fay
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre Delisle-Mansart
(architecte)
 
Marie Delisle
 
Jacques IV Gabriel
(architecte)
 
Michel Hardouin
(architecte)
 
Jules Hardouin-Mansart
(architecte)
 
Anne
Bodin
 
Catherine Bodin
 
Robert de Cotte
(architecte)
 
Louis de Cotte
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques V Gabriel
(architecte)
 
 
 
Jules Michel Alexandre Hardouin
(architecte)
 
 
 
Jacques Hardouin-Mansart
(Président au Parlement)
 
 
 
 
 
Jules-Robert de Cotte
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ange-Jacques Gabriel
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
Jean Hardouin-Mansart de Jouy
(architecte)
 
Jacques Hardouin-Mansart de Sagonne
(architecte)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ange-Antoine Gabriel
(architecte)

Références[modifier | modifier le code]

  1. ou Du Quesny
  2. Culture.gouv.fr
  3. Note : Germain Gaultier est un neveu de Germain Pilon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Gady, Jules Hardouin-Mansart - 1646-1708, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, (ISBN 2-7351-1187-3)
  • Bertrand Jestaz, Jules Hardouin-Mansart, Paris, Picard, coll. « Librairie de l'architecture et de la ville », (ISBN 978-2-7084-0817-3)
  • Philippe Cachau, Les Mansart. Trois générations de génies de l'architecture, Paris, 2014
  • Louis de Grandmaison, Essai d'armorial des artistes français. Lettres de noblesse. Preuves pour l'ordre de Saint-Michel, p. 300-305, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts. Ministère de l'instruction publique, 1903, 27e session (lire en ligne)
  • Jules Guiffrey, Lettres de noblesse accordées aux artistes au XVIIe et au XVIIIe siècle -II- Mansard, architecte, p. 12-15, Revue nobiliaire, héraldique et biographique, 1873 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]