Blénod-lès-Pont-à-Mousson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Blénod-lès-Pont-à-Mousson
Blénod-lès-Pont-à-Mousson
Église Saint-Étienne.
Blason de Blénod-lès-Pont-à-Mousson
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Nancy
Intercommunalité Communauté de communes du bassin de Pont-à-Mousson
Maire
Mandat
Bernard Bertelle
2020-2026
Code postal 54700
Code commune 54079
Démographie
Gentilé Bellédonien(ne)s [1]
Population
municipale
4 613 hab. (2018 en augmentation de 4,37 % par rapport à 2013)
Densité 482 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 53′ 02″ nord, 6° 02′ 53″ est
Altitude Min. 179 m
Max. 331 m
Superficie 9,58 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Pont-à-Mousson
(banlieue)
Aire d'attraction Pont-à-Mousson
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pont-à-Mousson
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Blénod-lès-Pont-à-Mousson
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Voir sur la carte topographique de Meurthe-et-Moselle
City locator 14.svg
Blénod-lès-Pont-à-Mousson
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Blénod-lès-Pont-à-Mousson
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Blénod-lès-Pont-à-Mousson
Liens
Site web Site officiel de la Mairie

Blénod-lès-Pont-à-Mousson est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est. Les habitants de Blénod-lès-Pont-à-Mousson sont appelés les Bellédoniens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Blénod-lès-Pont-à-Mousson se situe dans le nord-est de la France, dans le département de Meurthe-et-Moselle, à 24 kilomètres au nord de Nancy et à 27 kilomètres au sud de Metz. Comprise dans l'aire urbaine de Pont-à-Mousson, la localité appartient à la communauté de communes du Pays de Pont-à-Mousson. La ville appartient au canton de Dieulouard.

Communes limitrophes de Blénod-lès-Pont-à-Mousson
Maidières Pont-à-Mousson Atton
Montauville Blénod-lès-Pont-à-Mousson Loisy
Jezainville Dieulouard

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Blénod-lès-Pont-à-Mousson est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pont-à-Mousson, une agglomération intra-départementale regroupant 6 communes[5] et 23 586 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pont-à-Mousson dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 16 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (39,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (32,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (24,3 %), prairies (21,9 %), zones urbanisées (15,6 %), forêts (13,6 %), terres arables (8,2 %), eaux continentales[Note 3] (7,5 %), cultures permanentes (6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,7 %), zones agricoles hétérogènes (0,1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme apparaît sous les formes latines Bladenaco en 836, Bladenenacum en 869, Bladeniaco en 936. La forme française apparaît en 1179 : "Blenau", puis en 1551 : "Blenodz". L'on trouve la localisation près de la Moselle dès 1072 : Bladenaco super Mosellam (Blénod-sur-Moselle) avant celle près de Pont-à-Mousson : Blenodium super Pontemontionis (Blénod-sur-Pont-à-Mousson) [12].

Le toponyme vient d'un anthroponyme, soit le gallo-romain Bladinus diminutif de Bladus, soit le germanique Bladenus/Bladinus, avec le suffixe gallo-romain -iacum : domaine de Bladin/Bladen. Ce type de toponyme, jargon de l'administration fiscale, est caractéristique de l'Antiquité tardive IVe siècle-VIIe siècle [13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Abondant mobilier trouvé en 1923-1924 dans l'ancienne nécropole gallo-romaine et mérovingienne de Saint-Epvre (actuellement située sous une cité-jardin).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1815 5 mai 1820 Jean-Baptiste Pierson    Décédé subitement au cours de ses fonctions à l'âge de 52 ans.
1820 1830 Michel Pierson    
1830 1835 Hubert Bigaré    
1835 1840 François Poinsignon    
1840 10 novembre 1847 Jean-Jacques Cardinau   Chef d'escadron en retraite, chevalier de la Légion d'Honneur

Décédé subitement au cours de ses fonctions à l'âge de 74 ans.

1847 1852 Dominique Henry    
1852 1860 Michel Blaise    
1860 1874 Joseph Antoine Poinsignon    
1874 1881 Dominique Nicolas Richy    
1882 1884 Jean-Claude Horquin-Balland    
1884 1888 François Dominique Henry    
1888 1896 Joseph Barbier    
1896 1900 Louis Félix Baurin   Docteur en médecine,

Conseiller général de Meurthe-et-Moselle.

1900 1912 ? Alexandre Ferdinand Richy   Cultivateur, chevalier du Mérite Agricole
1924 ?   Guillemain PCF ?  
1925 1929 Laurent Marcel Pierson   Menuisier
1929 1935 Henri Bression    
1935 1945 Gaston Pierson   Cultivateur
1945 1947 Jean Foos    
1947 17 novembre 1960 Victor Claude   Marchand de bestiaux, électricien

Décédé subitement au cours de ses fonctions à l'âge de 59 ans.

         
1971 ? mars 1977 André Henry    
mars 1977 5 janvier 1987 Michel Bertelle PCF Conseiller général du canton de Pont-à-Mousson (1982-1985)

Décédé subitement au cours de ses fonctions à l'âge de 49 ans.

1987 1998 Christian Leclerc PS  
1998 mars 2014 Guy Souhait PS  
mars 2014 En cours
(au 23 mai 2020)
Bernard Bertelle[14],[15]
Réélu pour le mandat 2020-2026
DVG Ingénieur ou cadre technique d'entreprise,

Conseiller départemental du Canton de Pont-à-Mousson depuis 2021.

Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2018, la commune comptait 4 613 habitants[Note 4], en augmentation de 4,37 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,34 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
309353404391413452411466482
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
4854976277909031 0961 0201 2761 487
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 6271 8181 7302 6262 8682 3802 3122 7573 067
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
3 8024 0744 5534 7684 8994 5564 3744 5634 613
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges du château XVIe siècle : fenêtres et portail.
  • Ruines de l'ancienne maladrerie.
  • Canal latéral de la Moselle : écluse.
  • Centrale thermique.
  • La forêt de Puvenelle, magnifique endroit pour des balades.
  • Centre culturel Pablo-Picasso
  • Centre Michel-Bertelle
  • Square de la paix (œuvres d'Amilcar-Zanoni)
  • Fonderies de Blénod (Saint-Gobain PAM S.A.)
  • Église Saint-Étienne, reconstruite en 1895 : quelques vestiges XIIIe siècle/XIVe siècle ; clocher roman inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du [20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre François (né en 1965), footballeur et chanteur français, a commencé sa carrière de footballeur professionnel au CS Blénod lors de la saison 1982-1983 (D2)

Honneur[modifier | modifier le code]

La ville a également donné son nom à un arrêt célèbre du conseil d'État (C.E., , Bureau d'Aide sociale de Blénod-lès-Pont-à-Mousson ; un contrat de location passé entre deux personnes publiques ayant pour but d'accueillir un foyer logement constitue un contrat de droit privé).

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Blénod-lès-Pont-à-Mousson Blason
D'or à l'usine à deux cheminées de sable, ouverte et ajourée d'argent, accostée de deux éclairs d'azur mouvant des flancs de l'écu vers le chef, soutenue de trois anneaux de sable rangés en fasce, le tout surmonté d'un écu de gueules chargé d'une croix de Lorraine d'argent.
Détails

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/meurthe-et-moselle-54
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Pont-à-Mousson », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe, Paris, Imprimerie impériale, , 240 p. (lire en ligne).
  13. Aude Wirth, Les Noms de lieux de Meurthe-et-Moselle : Dictionnaire étymologique, Haroué, Gérard Louis, , 313 p. (ISBN 2-914554-43-5).
  14. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  15. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Église Saint-Étienne », notice no PA00105999, base Mérimée, ministère français de la Culture.