Fête de l'Humanité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fête de l'Humanité
Image illustrative de l’article Fête de l'Humanité
14 septembre 2019. La Courneuve. Grande Scène (Angela Davis).

Genre Rock, electro, rap, chanson, politique, littérature, spectacle vivant, cinéma
Lieu Le Plessis-Pâté, Essonne, France
Coordonnées 48° 36′ 13,6″ nord, 2° 19′ 23,6″ est
Période 2e weekend de septembre
Scènes Angela Davis (Grande Scène), Joséphine Baker (Moyenne scène), Zebrock - Nina Simone
Capacité 160 000 personnes par jour

500 000 au total sur les trois jours

Date de création 1930
Structure-mère L'Humanité
Site web https://fete.humanite.fr/

La Fête de l'Humanité, communément appelée Fête de l'Huma, est un événement organisé tous les ans par le journal L'Humanité au cours du second week-end de septembre, durant trois jours. Créée par Marcel Cachin, alors directeur de L'Humanité, sa première édition eut lieu le 7 septembre 1930 à Bezons. En 2022, sa 87e édition aura lieu les 9, 10 et 11 septembre, sur la Base 217 du Plessis-Pâté (91). L’édition 2019 a attiré plus de 450 000 visiteurs sur trois jours[1].

Évènement à la fois politique et multiculturel, la Fête de l'Humanité est traditionnellement le rassemblement de militants et de sympathisants de l’ensemble des partis de gauche et d’extrême-gauche en France, mais également de syndicats et de nombreuses associations, médias ou encore ONG.

La Fête de l'Humanité a été le premier évènement populaire français ayant organisé de grands concerts internationaux en plein air (Pink Floyd en 1970, Joan Baez en 1971, The Who en 1972, Chuck Berry en 1973...). La place de la musique, et plus généralement de la culture, y est aujourd'hui prépondérante avec plus de 50 concerts, mais aussi la présence d'un village du Livre, de nombreux spectacles d'arts vivants, de projections cinématographique, d'expositions artistiques mais également de plus d'une centaine de débats, tables rondes et conférences.

Historiquement organisée à La Courneuve en Seine-Saint-Denis, la 87e édition de la Fête de l’Humanité verra l’évènement s’installer sur un nouveau lieu, sur l'ancienne base aérienne 217 du Plessis-Pâté, en plein cœur de l'Essonne. Les raisons de ce déménagement résident dans l’implantation du Village des Médias des JO 2024 sur le terrain habituellement occupé ces dernières années.

Objectifs et histoire[modifier | modifier le code]

10 septembre 2021. La Courneuve. Diffusion de L'Humanité.

Origines[modifier | modifier le code]

La Fête de l'Humanité est créée en 1930 par Marcel Cachin (directeur de L'Humanité de 1918 à 1958), qui souhaite en faire un événement populaire, une manifestation de « solidarité prolétarienne ». Marcel Cachin reprend une idée ancienne : le principe d'une fête de L'Humanité avait été avancé par Marcel Sembat et adopté au conseil national du parti socialiste du 2 février 1913, juste après le lancement de L'Humanité à six pages (Le Socialiste, 9 février 1913), décision confirmée lors du congrès socialiste de Brest (23-25 mars 1913). La guerre en avait empêché la réalisation. Une fête du Populaire, quotidien socialiste du soir, le , avait rencontré un certain succès (10 000 participants), mais, en raison de la montée des divisions internes, ne s'était pas renouvelé pour sa seconde édition le 19 septembre 1920.[réf. nécessaire]

Naissance et essor[modifier | modifier le code]

Fête de l'Humanité 1936 à Garches en Seine-et-Oise. Une carte de soutien destinée aux participants est éditée et diffusée par les Comités de défense de l'Humanité (CDH). En médaillons figurent deux figures emblématiques du journal : Marcel Cachin et Paul Vaillant-Couturier. Des cartes postales sont éditées régulièrement pendant des décennies, à l'occasion de la fête. Le 30 août 1936, plus de 300 000 participants sont annoncés[2].

La première Fête de l'Humanité se tient le au parc Sacco et Vanzetti, à Bezons aujourd'hui dans le Val-d'Oise. L'objectif de cette fête est de développer la diffusion de L'Humanité et de dégager des bénéfices pour financer le journal[3]. De l'argent est récolté pour soutenir les mineurs en grève. L'entrée est à deux francs, mais seulement mille personnes viennent à cette première fête, à laquelle n'est présent qu'un seul stand non parisien, celui de la ville d'Alès[4], hors de l'Île-de-France[5].

La seconde fête de l'Humanité se déroule en 1931 à Athis-Mons (aujourd'hui en Essonne), au parc communal d'Avaucourt. Un concert radiophonique par haut-parleurs est retransmis pendant le repas[6].

En 1932, elle a lieu à la clairière des Quatre-Cèdres à Garches, en présence de 50 000 participants et de Jacques Prévert, auteur du chœur parlé Vive la presse.

En 1934, ce sont 80 000 participants qui se pressent à Garches.

En 1935, le chiffre de 150 000 participants est atteint. Pour la première fois, l'édition se clôture par une fête de nuit.

Dès ses premières éditions, la Fête de l’Humanité reflète l’esprit du front populaire et appelle à l’unité ouvrière. Elle se mobilise pour la lutte contre le fascisme et la guerre qui se prépare.

Développement progressif et enrichissement de la programmation[modifier | modifier le code]

11 septembre 2021. La Courneuve. Batucada.

Les spectacles se développent au fur et à mesure que grandit la Fête. Les premiers grands concerts ont lieu en 1936 lors du Front populaire, qui voit la fête pour la première fois dépasser le seuil de 300 000 participants[4].

Toujours à Garches, en 1937, le 30 août, la fête accueille ses premiers stands d'autres pays : Suisse, Belgique, Angleterre, Union soviétique ; la vedette Marianne Oswald et le French cancan sont à l’affiche. Une grande parade de la FSGT s'y déroule. Pour la première fois, la Fête dure deux jours et demi, du samedi matin au lundi après-midi. Les organisateurs ont obtenu de la TCRP, ancêtre de la RATP, qu'elle mette à disposition des trains spéciaux. Son succès attire des délégations étrangères anglaise, belge et suisse, nous apprend l'Humanité du 2 septembre : « Pour voir Garches mais aussi apprendre la technique ardue des grandes fêtes populaires ».

En 1938, à Garches, c'est Charles Trenet et La ronde des Saisons de Paul Vaillant-Couturier (750 acteurs). « Le 4 septembre 1938, la durée de la fête, placée sous le signe de l'"union de la nation laborieuse pour la défense des conquêtes sociales du Front populaire et la sauvegarde de la sécurité du pays est revenue à un seul jour. Un service de bateaux relie le quai du Louvre à la fête pour 5 francs aller-retour. Le spectacle continue dans la recherche de la qualité. Après la projection de films militants sur les luttes du peuple espagnol, le tour de France de l'Humanité ou de dessins animés de Walt Disney, on peut assister à des danses et ballets, et applaudir les chanteurs. Quatorze danseurs de l'opéra participent au ballet. Et la grande vedette de la chanson, Charles Trenet, qui, la nuit venue, clôturera cette 9e fête, rencontre un gros succès. »

Un spectacle en 20 tableaux "La Ronde des Saisons" est présenté sur la grande scène, une multitude de ballons rouges sont lancés dans le ciel, on rend hommage à Paul Vaillant-Couturier, mort dans l'année, et Cachin et Duclos prononcent leurs discours[7].

Interrompue pendant la guerre puis les années d’Occupation, de 1939 à 1944, la fête de l’Huma reprend à la Libération et réunit un million de personnes en 1945[8], au bois de Vincennes. De 1945 à 1949, la Fête est fidèle à l’esprit du Front populaire et lance des appels à l’unité de la démocratie française alors que le contexte d’une gauche particulièrement fragmentée fait défaut. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, elle affirme la nécessité de reconstruire la France des années durant.

À partir des années 1950, la paix est brandie comme thème majeur de la Fête, notamment au travers de sujets aussi divers que la dénonciation des crimes de l’impérialisme français, la solidarité envers les victimes et la dénonciation du maccarthysme. C’est aussi à partir de ces années que de grands restaurants émergent sur la Fête, qui compte en 1951 plus de 300 stands. En 1952, la vignette[Quoi ?], qui deviendra le bon de soutien, est créé. La Cité Internationale, qui deviendra le Village du Monde et dont la place ne cesse d’augmenter dans les années 1970, voit le jour en 1954. Cette année-là, trente départements sont représentés[9]. Les spectacles prennent de l’ampleur durant les années 1950 et opèrent un virage international une vingtaine d’années plus tard avec la venue des Pink Floyd à la Fête[10].

Jusqu’en 1956, la fête se déroule au bois de Vincennes, puis en 1957 et 1958, elle a lieu à Montreuil, au parc Montreau. En 1959, ce sont les terrasses de Meudon qui l’accueillent.

Sur les routes de La Courneuve[modifier | modifier le code]

Le parc des Sports de La Courneuve accueille pour la première fois la fête à partir de 1960 et jusqu'en 1971, où des centaines de milliers de personnes prennent son chemin, avec une escapade de 1966 à 1970 sur la pelouse de Reuilly, au bois de Vincennes, où elle ne cesse de grandir.

En 1972, l’union de la gauche est le thème central de la Fête puisque le programme commun du gouvernement est signé, et toutes les forces de gauche se retrouvent pour échanger. D’année en année, les débats prennent plus d’ampleur, soulevant des questionnements liés aux difficultés rencontrées par l’union, jusqu’en 1981 où la gauche arrive au pouvoir[11]. De 1972 à 1998, elle se tient dans le parc Georges-Valbon (ou parc paysager de la Courneuve), dessiné par des paysagistes sur un ancien bidonville.

14 septembre 2019. La Courneuve. Meeting Fabien Roussel.

La journée du vendredi, auparavant réservée aux militants, est ouverte au public depuis les années 1980.

La grande vedette de l'année 1981 est le TGV qui vient de battre le record du monde de vitesse sur rail, le 26 février 1981, la rame TGV no 16 ayant atteint sur la LGV Sud-Est 380 km/h[12], alors que le ministre des transports Charles Fiterman, l'un des quatre communistes entrés au gouvernement après l'élection de François Mitterrand fait du lobbying pour que la SNCF investisse dans d'autres lignes afin d'en faire un levier de démocratisation des vacances.[pertinence contestée]

Alors que la droite revient au pouvoir en 1986, la Fête de l’Humanité donne de la visibilité aux luttes des chantiers navals, des cheminots, d’EDF, Michelin, des mineurs de Gardanne et bien d’autres.

Le programme de la fête est accessible sur Internet à partir de 1991[13].

Durant les années 1990, à la suite de l'effondrement de l'Union soviétique, la Fête tente de faire subsister l'idée révolutionnaire. Les diverses luttes internationales et multiples mouvements sociaux restent au cœur des thématiques de la Fête[9].

Depuis 1999, la Fête s'installe à l'Aire des Vents du parc Georges-Valbon (parc de La Courneuve-Dugny) contigu à l'aéroport du Bourget. Cette année-là, la Fête de l'Humanité prend un nouveau virage : le journal n'est plus l'organe de presse du PCF, et la Fête affronte l'enjeu majeur de demeurer le rassemblement des acteurs du mouvement social, le moment de rencontres et d'échanges des porteurs de ces combats.

15 septembre 2018. La Courneuve. Grande Scène (Angela Davis).

Trajectoire de l'un des plus grands événements culturels français[modifier | modifier le code]

À partir des années 2000, la Fête de l'Humanité accueille de plus en plus largement associations, syndicats et autres forces politiques. L'actualité reste au cœur des débats, notamment les attentats terroristes du 11 septembre 2001, les élections de 2002 et la montée de l'extrême droite, le référendum sur le Traité constitutionnel européen en 2005, l'arrivée de Nicolas Sarkozy au pouvoir en 2007, les ravages de la crise économique dès 2009, et bien d'autres.

Les luttes sociales convergent au sein de la Fête, des salariés de LU en 2001 à ceux de Molex, Caterpillar et Continental en 2009, en passant par la crise des intermittents de 2003. La solidarité internationale est toujours affichée, notamment par le soutien au peuple palestinien, à l'Afrique avec l'UNICEF en 2007 ou encore contre la guerre en Afghanistan[Laquelle ?] et en Irak.

Les débats attirent, mais la programmation musicale aussi. La Fête de l'Humanité propose une programmation musicale éclectique et internationale à petit prix, et la recette fonctionne : en 2005, c'est 600 000 personnes qui foulent le sol du Parc de La Courneuve, à l'instar de 2009 ; en 2012 le nombre de participants s'élèvent à 650 000 pour atteindre près de 800 000 personnes en 2018[14].

Il existe des déclinaisons régionales de la Fête de l'Humanité, comme celle de Bretagne qui se tient à Lorient, créée au début des années 1990, celle de Normandie qui a lieu à Rouen et qui existe depuis plus de 20 ans, ou encore celle de Rhône-Alpes qui prend place à Lyon depuis 2011.

15 septembre 2018. La Courneuve. Allées de la Fête de l'Humanité.

L'édition 2020, sur fond de pandémie mondiale liée à la crise du coronavirus, se déroule « autrement ». Pour pallier les contraintes sanitaires et les exigences financières qui y sont liées, la Fête ne se tient pas sur le terrain habituel de La Courneuve. Elle a lieu dans un nouveau format, composé d'initiatives culturelles, de grands débats, d'actes de solidarité internationale, de prises de parole d'acteurs des mouvements sociaux, citoyens et culturels, dans plusieurs lieux de la région parisienne. Toutes ces actions sont retransmises en direct sur une plateforme numérique et le prix du billet à 25 euros comprend 5 euros reversés au Secours Populaire Français, afin de soutenir les actions menées par l'association auprès des populations fragilisées par la crise sanitaire[15].

En 2021, malgré la crise sanitaire qui perdure, la 86e édition de la Fête attire tout de même 110 000 personnes et se place donc comme le seul évènement ayant pu atteindre plus de 100 000 participants en 2021[16], du fait d'une jauge rabaissée à 40 000 personnes par jour établie par les autorités.

Installation sur la Base 217[modifier | modifier le code]

Selon Patrick Le Hyaric, dans son allocution du dimanche 12 septembre 2021 sous le chapiteau des « Amis de l'Humanité » à la Fête de l'humanité, l'édition 2022 se déroulera du jeudi 8 au dimanche 11 septembre sur l’ex-base aérienne 217, au Plessis-Pâté en Essonne[17].

Valeurs et principes[modifier | modifier le code]

Rendre la culture accessible au plus grand nombre[modifier | modifier le code]

Le principe de démocratisation culturelle est très cher à la Fête de l'Humanité et ce depuis sa création. La première mesure pour garantir l'accès à la culture au plus grand nombre de personnes reste le prix d'entrée particulièrement modique. À ses débuts, il s'élève à deux francs, pour atteindre 60 francs en 1999, 15 euros en 2004 et 30 euros depuis 2013. Bien que nous puissions remarquer une augmentation du prix d'entrée au fil des années, qui s'explique par l'augmentation du coût de production dans le domaine du spectacle vivant comme ailleurs, il reste bien en-deçà des prix moyens pour ce type d'évènements.

12 septembre 2021. La Courneuve. Village du Monde.

Par ailleurs, la Fête s'attache depuis sa création à rendre la culture accessible à tous et toutes. Il s'agit alors de permettre aux participants de « mieux revendiquer leur appartenance au patrimoine intellectuel et populaire »[9]. L'offre culturelle de la Fête de l'Humanité s'est aussi particulièrement développée en donnant de la visibilité à de nombreuses formes artistiques et culturelles. La musique y est représentée, au même titre que les arts vivants, la littérature, les arts plastiques et visuels, le jeu, le cinéma ou encore le sport. Des artistes et sportifs de grande renommée et de nationalités diverses sont ainsi à la portée de tous et toues pour une somme modique.

Les cultures du monde entier sont aussi mises à l'honneur au sein du Village du Monde (ex-Cité Internationale), avec la participation de nombreuses associations et mouvements politiques internationaux, rendant la culture et les combats politiques accessibles par-delà les frontières.

Rassemblement des mouvances de la gauche populaire en France et à l'international[modifier | modifier le code]

Une aspiration demeure immuable entre chaque édition : celle de l'union des forces populaires et des forces de gauche, qu'importe le contexte politique. Que ce soit sous des gouvernements de gauche, durant des périodes de mouvements sociaux ou à l'aube de la montée de l'extrême droite, la Fête se positionne comme un lieu de résistance, un espace unique d'échanges, de débats, de réflexions ayant pour vocation première de rassembler et fédérer[9].

10 septembre 2021. La Courneuve. Stand du Parti communiste de Cuba.

La Fête de l'Humanité affiche aussi une dimension clairement internationaliste. Pour preuve, la création de la Cité internationale en 1954, qui deviendra plus tard le Village du Monde, accueillant des partis et des représentants des luttes issus des quatre coins du monde. Elle se porte aussi garante, à plusieurs reprises, de messages de solidarité envers des engagements au-delà des frontières, avec notamment la présence de grandes personnalités internationales tel qu'Angela Davis[18], ou plus récemment Dilma Roussef en 2019[19]. La Fête de l'Humanité affiche sa solidarité avec les républicains espagnols dès 1936 ou encore affirme son soutien à l'URSS en 1938. Elle dénonce les crimes français commis en Algérie et prend parti contre la guerre du Viêt Nam et de Malaisie en 1950, soutient la Corée (1951-1953), s’oppose à la guerre d'Indochine (1951-1954), à la guerre d'Algérie (1956-1962), soutient les progressistes grecs (1961), espagnols et portugais (1962), dénonce la guerre du Vietnam (1964-1975). La Fête donne une visibilité supplémentaire et non négligeable à ces discours à travers le monde, témoignant de l’envie de faire société ensemble, de faire monde commun[9].

Rassemblement d'initiatives et de personnalités politiques[modifier | modifier le code]

14 septembre 2019. La Courneuve. Humarche des Fiertés avec la Cie Les Grandes Personnes.

Chaque année, au regard de l’actualité, la Fête de l’Humanité prend des orientations particulières. En 1945, les mineurs sont à l’honneur au même titre que l’appel à la reconstruction du pays au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale. La 33e édition affirme sa solidarité avec le peuple vietnamien tout en revenant sur les grèves de 1968 s’étant déroulées quelques mois auparavant. L’édition de 1989 a pour fil rouge les luttes pour les libertés syndicales et affiche son soutien au peuple palestinien tout en rappelant le thème de la Révolution. 2001 sera marquée par les attentats du 11 septembre puisque la Fête se tient quatre jours après, elle s’adaptera très rapidement pour mettre l’accent sur « la fraternité face au désordre du monde »[9]. La 72e édition de 2007 était imprégnée par les élections présidentielles et se veut donc une tentative d’unir la gauche, tout en célébrant le 40e anniversaire de la mort de Che Guevara. En 2019, une marche pour le climat est organisée suivie d’un débat sur la justice climatique ainsi qu’une « Humarche des fiertés » pour revendiquer les mêmes droits pour toutes et tous alors que le projet de loi sur la PMA atteint l’Assemblée nationale. Toutes ces initiatives ont un même point commun, une même visée commune : tisser des solidarités entre toutes et tous les militants qui luttent ensemble pour une société meilleure et un monde de paix.

10 septembre 2021. La Courneuve. Stand du Secours populaire français.

La Fête de l’Humanité représente aussi un moyen de soulever des fonds pour de nombreuses causes sociales, des ouvriers du Nord en grève en 1930 au fonds d’urgence solidaire pour le Secours Populaire Français en 2020 et 2021, en passant par une collecte de fonds pour l’Espagne en 1936[9].

Pour renforcer l’impact de ces actions et donner d’autant plus de visibilité aux messages revendiqués, des personnalités politiques importantes de tout horizon ont marqué la Fête de leur présence. À titre d’exemple, en 1973, Angela Davis foule les terres de la Fête comme symbole des réussites engendrées grâce à la force de la solidarité et de motivation dans la lutte pour tous les peuples opprimés[20]. En 1996, Nelson Mandela adressait un discours à la Fête de l'Humanité à sa sortie de prison, pour encourager la jeunesse à continuer la lutte pour les libertés et contre les discriminations[21]. En 2018, c'est la jeune militante palestinienne Ahed Tamimi qui viendra faire un discours sur la grande scène, devant plus de 80 000 personnes, pour défendre la cause palestinienne et dénoncer l'occupation des territoires palestiniens[22].

Une construction militante[modifier | modifier le code]

Les stands présents sur la Fête de l’Humanité sont montés et tenus par des militants provenant des quatre coins de la France (et du monde) et représentant nombre de professions, de l’agriculture à l’enseignement en passant par l’industrie. En cela, la Fête demeure le reflet du monde du travail et des luttes qui lui incombent. Tous les mouvements sociaux y sont à l’honneur et donnent lieu à pléthore de discussions et réflexions. « Les stands de la Fête représentent le monde qui se bat », puisqu’elle demeure un endroit propice pour faire entendre sa voix, ses luttes et mettre du sens, de la résonance dans ses actions[9].

Les militants des fédérations et sections locales du Parti Communiste Français comme des autres partis et mouvements de gauche de France et d’ailleurs participent à la construction de la Fête de l’Humanité en montant et tenant leur stand. Ils y proposent de la nourriture ou des boissons locales, mais ont aussi une programmation propre et sont libres d’organiser sur leur stand des expositions, des débats ou encore des concerts.

Programmation musicale et culturelle[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

  • 1930 : Exposition sur la mort de Jaurès, celle de Lénine, la mutinerie des soldats du 17e de Narbonne en 1907, les grèves du Nord de 1916, l’union sacrée de 1914.
  • 1931 : Exposition de l’Huma, Grand Concert par l’Harmonie Ouvrière d’Halluin, représentation de théâtre en plein air et un grand bal populaire.
  • 1932 : Chœur parlé de et avec Jacques Prévert[23].
  • 1934 : Chorale ouvrière juive.
  • 1936 : Ballet exécuté par 120 jeunes filles et une pyramide artistique. La Patrie de Bizet est jouée sur la scène circulaire de la Fête[24].
  • 1937 : Les Drapeaux de la Liberté, exécuté par 750 personnes, dresse un tableau de la France depuis le Moyen Âge jusqu’aux luttes de 1936. Projection du film de Jean Renoir La Marseillaise.
  • De 1939 à 1944 la Fête de l’Humanité ne peut se tenir en raison de la guerre qui fait rage aux quatre coins du globe.

Années 1940[modifier | modifier le code]

  • 1945 : Réalisation d'une fresque par Max Lingner et décors peints de Amblard, Bethausen, Chauvin, Laforêt, Linguer, Taslizki, Bertault, Forestier, Muryet et Marquet[25].
  • 1946 : Représentation du spectacle Matins de France[26].
  • 1948 : Projection d’un film en couleur sur le 800e anniversaire de Moscou. Représentation des Farces de Molière par le Théâtre indépendant de Clément Harari.
  • 1949 : Henri Salvador, Francis Lemarque[27], le ballet de l’Opéra-Comique : des sauteurs-acrobates, du burlesque musical, des chansonniers, des funambules, des danses et chants folkloriques par des ensembles régionaux et d’outre-mer, des clowns, des cascadeurs et trapézistes.

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Picasso : exposition posthume de 136 œuvres venues de Leningrad, Moscou, Prague, ou prêtées par des musées français et des collectionneurs particuliers.

Années 1980[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

La Fête de l'Humanité durant la pandémie de Covid-19[modifier | modifier le code]

En 2020, du fait du contexte sanitaire marqué par l’épidémie de Covid-19, la Fête de l’Humanité s’est déroulée dans un format particulier appelé « Fête de l’Humanité Autrement ». Plusieurs lieux ont ainsi été investis en Ile-de-France, notamment La Bellevilloise, la Maroquinerie, le Kilowatt de Vitry-sur-Seine ou encore l’Espace Niemyer, pour y proposer une programmation étalée dans ces différents lieux. L’intégralité de ces débats, concerts et initiatives culturelles ont été retransmises en direct live sur les chaînes Youtube et Twitch de l’évènement. Parmi la programmation musicale, on retrouvait notamment Suzane, La Fine Équipe, Niro, Bambounou, Chloé, HK, Les Grandes Bouches, Les Vulves Assassines, Micro Climat, Pardonnez-nous, Salut C’est Cool[60], ou encore Soso Maness.

10 septembre 2021. La Courneuve. Scène Angela Davis (Grande Scène) pour le concert de Fianso.

En 2021, la Fête de l’Humanité a pu se tenir dans un format presque normal malgré l’épidémie de Covid-19. Suite aux discussions avec les autorités sanitaires, la mesure la plus influente pour l’évènement fut la restriction des jauges à 40 000 personnes par jour au lieu de 130 000 habituellement. La décision de tenir la Fête de l’Humanité en 2021 a été prise tardivement, le 17 juin 2021[61], obligeant les organisateurs à préparer l’évènement en l’espace de trois mois. Malgré cette restriction et le contexte particulier de sa préparation, l’édition 2021 fut un succès, faisant de la Fête de l’Humanité le seul évènement à avoir pu rassembler plus de 100 000 personnes en 2021.

La programmation de l’édition 2021 : Tryo, Boulevard des Airs, IAM[62], Suzane, Louis Chedid, Alain Souchon, Yseult, Fatoumata Diawara, Soso Maness, Dionysos, Hervé, Lofofora, La Caravane Passe, The Psychotic Monks, Structures, KT Gorique, Lulu VanTrapp, Washington Dead Cats, Josman, Panda Dub, Claire Laffut, Little Bob Blues Bastards, LeJuiice, Fianso.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Année Dates Fréquentation
1945 2 septembre 1 000 000
1957 7 septembre 320 000
1963 8 septembre 600 000
1977 10 et 11 septembre 1 000 000
1992 12 et 13 septembre 600 000
2005 9, 10 et 11 septembre 600 000
2019 13, 14 et 15 septembre 450 000[1]
2021 10, 11 et 12 septembre 110 000[63]

La Fête de l'Huma dans la culture[modifier | modifier le code]

  • Une partie du concert de Manu Chao à la Fête de l’Humanité ainsi que des images des coulisses figurent dans les bonus du DVD Babylonia en Guagua.
  • L’intégralité du concert donné par Ska-P à la Fête de l’Humanité en 2001 est publié en 2019 sur DVD en bonus de leur best of Todo Ska-P
  • Le clip de NTM « Sur le drapeau » issu de l’album « 93 Empire » a été réalisé lors de leur concert à la Fête de l’Humanité 2018[64].
  • La scène d’introduction du film « Les étoiles vagabondes » de Nekfeu sont issues du concert qu’il a donné en 2017 à la Fête de l’Humanité avec le S-Crew[65].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Actualités - Le bilan des festivals de l’année 2019 », sur www.touslesfestivals.com (consulté le )
  2. L'Humanité, 31 août 1936.
  3. « 7 septembre 1930 : 1ère Fête de l'Humanité », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  4. a et b Pedro Da Nobrega, « Il était une fois… La fête de l'Humanité fête ses 80 bougies », L'Humanité Dimanche du 9 au 15 septembre 2010.
  5. Pascal Paradou, « La Fête de l’Huma : 80 ans d’histoire(s) communes et communistes », sur rfi.fr, (consulté le ).
  6. « La Fête de l'Humanité », sur gallica.bnf.fr, l'Humanité, (consulté le ).
  7. « La Fête de l'Humanité - 1938 », sur Le chronoscaphe, (consulté le )
  8. http://parcours.cinearchives.org/Les-films-774-87-0-0.html.
  9. a b c d e f g et h Valère Staraselski, La Fête de l'Humanité : 80 ans de solidarité, Paris, Le Cherche midi, , 192 p. (ISBN 978-2-7491-1768-3), p.9
  10. a et b « PINK FLOYD 12th September 1970 Fête De L'Humanité, Parc Des Vincennes, Paris, France #PabloFlaming » (consulté le )
  11. « La Fête de l'Humanité, chargée d'histoire, chargée de combats - CULTURE », sur Avant-Garde, (consulté le )
  12. http://www.sncf.com/fr_FR/html/media/CH0008-hier-et-demain/BR0283-Record-de-vitesse-1981/MD0005_20070703-Lire-l-article.html.
  13. « 13,14,15 septembre 1990 Parc paysager de La Courneuve ». Sur humanite.fr, 28 juin 1991
  14. « Actualités - Le bilan des festivals de l’année 2018 », sur www.touslesfestivals.com (consulté le )
  15. « La Fête de l'Humanité 2020 à vivre autrement : le programme », sur www.sortiraparis.com (consulté le )
  16. « Actualités - Le bilan des festivals de l’année 2021 : l’année des éditions spéciales », sur www.touslesfestivals.com (consulté le )
  17. Par Nolwenn Cosson Le 9 juin 2021 à 17h13, « La Fête de l’Huma prendra la direction de l’Essonne à partir de 2022 », sur leparisien.fr, (consulté le )
  18. « Ressource «Fête de l'Humanité : Angela Davis dédicace des cartes ... », sur Mnesys (consulté le )
  19. « Pour Lula. Dilma Rousseff à la Fête de l’Humanité », sur L'Humanité, (consulté le )
  20. Lucien Benoir, « Angela parmi nous ! », L'Humanité,‎ , p.16
  21. « "L'avenir est entre vos mains": l'adresse vidéo de Nelson Mandela à la Fête de l'Humanité 1996 », sur L'Humanité, (consulté le )
  22. « Ahed Tamimi, une soif de liberté qui illumine la Fête », sur L'Humanité, (consulté le )
  23. « Le groupe « Octobre » – Un théâtre rouge au temps du Front Populaire 2/6 », sur Site Internet du P.C.F. (consulté le )
  24. Danielle Tartakowsky, « Manifestations, fêtes et rassemblements à Paris (juin 1936-novembre 1938) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, vol. 27, no 1,‎ , pp.43-54
  25. FLIERL Thomas, MORTIER Michel et POUMET Jacques, « « Il me faut encore dix ans - je veux peindre le nouveau Reichstag ». Le retour de Max Lingner en Allemagne », Allemagne d'aujourd'hui,‎ , pp.84-92 (lire en ligne)
  26. « FÊTE DE L'HUMANITÉ 1946 - ANONYME - 1946 - Films - Ciné-Archives - Cinémathèque du parti communiste français - Mouvement ouvrier et démocratique », sur FÊTE DE L'HUMANITÉ 1946 - ANONYME - 1946 - Films - Ciné-Archives - Cinémathèque du parti communiste français - Mouvement ouvrier et démocratique (consulté le )
  27. a b et c « lls se sont produits à la Fête de l’Humanité... », sur L'Humanité, (consulté le )
  28. « Hommage à Jean Ferrat : "Du journal que l'on vend le matin d'un dimanche..." », sur L'Humanité, (consulté le )
  29. Pedro Da Nobrega, « Il était une fois… La fête de l'Humanité fête ses 80 bougies », L'Humanité-Dimanche,‎ du 9 au 15 septembre 2010
  30. « Johnny Hallyday. 1966, la fin du monde était remise à une date ultérieure… », sur L'Humanité, (consulté le )
  31. « The Who fête de l'humanité 1972 » (consulté le )
  32. (en-US) « Video: Leonard Cohen's Only Performance Of "Beloved Comrade"At Fête de l'Humanité Show - Paris 1974 », sur AllanShowalter.com, (consulté le )
  33. « Fête de l'humanité : les impressionnistes | INA » (consulté le )
  34. « Tangerine Dream - Paris 1975 » (consulté le )
  35. « La Fête de l'Huma rend hommage à François Béranger - Le Mague, Arts, Critique(s) et Société », sur www.lemague.net (consulté le )
  36. « Ressource «Fête de l'Humanité : Le groupe Genesis sur la grande s... », sur Mnesys (consulté le )
  37. « PROGRAMME DE LA FETE DE L'HUMANITE 1981 - ANONYME - 1981 - Catalogue d'exploitation - Ciné-Archives - Cinémathèque du parti communiste français - Mouvement ouvrier et démocratique », sur PROGRAMME DE LA FETE DE L'HUMANITE 1981 - ANONYME - 1981 - Catalogue d'exploitation - Ciné-Archives - Cinémathèque du parti communiste français - Mouvement ouvrier et démocratique (consulté le )
  38. « Ressource «Fête de l'Humanité : Fela Kuti et ses musiciens dans l... », sur Mnesys (consulté le )
  39. « Concert de James Brown à la Fête de l'Humanité - Archive INA - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le )
  40. « Concerts de Noir Désir : Dates, tournées et extraits live », sur www.noir-desir.fr (consulté le )
  41. « Musique: Fête de L'Humanité », sur LExpress.fr, (consulté le )
  42. Par Pierre Vavasseur Le 18 septembre 2000 à 00h00, « Quand Hue retrouve Mitchell », sur leparisien.fr, (consulté le )
  43. Par S. C. Le 15 septembre 2001 à 00h00, « Manu Chao pour 60 francs », sur leparisien.fr, (consulté le )
  44. « Fête de l'Humanité : Sanseverino, rencontre entre communistes et entreprises privées | INA » (consulté le )
  45. « Foule des grands jours à la Fête de l"Humanité », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. « BERNARD LAVILLIERS FETE DE L'HUMA 2005 chanson ma fille de Serge Reggiani - Vidéo Dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le )
  47. Par Le 15 août 2006 à 00h00, « Diam's, Raphaël et Bénabar à la Fête de l'Huma en septembre », sur leparisien.fr, (consulté le )
  48. « « Sur les pavés... »1968-2008 - Les artistes dans la rue », sur L'Humanité, (consulté le )
  49. « Photos de la fête de l'Huma 2009 avec Deep Purple, Les Wampas, Arthur H et The Kooks », sur Soul Kitchen, (consulté le )
  50. « Live report : Madness, Simple Minds - Paris, Fête de l'Humanité - 11.09.2010 », sur Sound Of Violence (consulté le )
  51. « Fat Freddy’s Drop ou le melting-pot néo-zélandais », sur L'Humanité, (consulté le )
  52. « Fête de l'Humanité 2012, programme : Patti Smith, New Order, BB Brunes », sur LExpress.fr, (consulté le )
  53. « Fête de l’Humanité », sur Longueur d'Ondes, (consulté le )
  54. « VIDÉO - Le programme musical de la Fête de l'Huma », sur www.rtl.fr (consulté le )
  55. « Fête de l’Humanité, le grand mix », sur L'Humanité, (consulté le )
  56. « Alain Souchon, Laurent Voulzy, l’humanité au cœur », sur L'Humanité, (consulté le )
  57. « Découvrez la programmation de la Fête de l'Humanité 2017 », sur Hip Hop Corner : Actu rap français, US et culture, (consulté le )
  58. « NTM a mis le feu à la fête de l'Huma », sur Le HuffPost, (consulté le )
  59. « Les grands concerts de la Fête de l'Humanité - CULTURE », sur Avant-Garde, (consulté le )
  60. « La Fête de l’Humanité « Autrement » : le rap roi de la scène », sur Bondy Blog, (consulté le )
  61. « Et maintenant, tous ensemble à la Fête de l’Humanité ! », sur L'Humanité, (consulté le )
  62. « IAM à la Fête de l’Huma : “On est pour un capitalisme juste” », sur Télérama, (consulté le )
  63. Jauge réduite du fait de la crise sanitaire.
  64. « NTM x Fianso : le clip "Sur le Drapeau" est sorti ! », sur Hip Hop Corner : Actu rap français, US et culture, (consulté le )
  65. « "Les Étoiles Vagabondes", victime du succès - Sidekicks », sur Abcdr du Son (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]