Michel Portal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel et Portal.
Michel Portal
Description de cette image, également commentée ci-après
Michel Portal en concert à Dortmund en 2010
Informations générales
Naissance (83 ans)
Bayonne
Genre musical Jazz, musique classique
Instruments clarinette, saxophone, bandonéon

Michel Portal[1] est un compositeur et musicien français, né le [2] à Bayonne (France). Multi-instrumentiste, il joue de la clarinette, du saxophone, du bandonéon ou encore du tárogató[3]. Il s'illustre autant dans le domaine du jazz, jouant notamment avec Bojan Z, Richard Galliano, Daniel Humair, Bernard Lubat, Henri Texier ou Jacky Terrasson, que de la musique classique, interprétant Mozart, Brahms, Berg, Boulez, Stockhausen, Berio ou encore Kagel. Il a composé plusieurs musiques de films et téléfilms, comme pour Le Retour de Martin Guerre de Daniel Vigne (1983).

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Portal et Bernard Lubat au Paris Jazz Festival en 2002.

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Michel Portal étudie la clarinette et la direction auprès de Pierre Dervaux au Conservatoire de Paris. Il remporte le premier prix de clarinette en 1959[4].

Années 1960[modifier | modifier le code]

En 1963, il remporte le Concours international de Genève puis le Prix du Jubilé suisse[4].

Il joue de la musique contemporaine (Mauricio Kagel, Karlheinz Stockhausen, Luciano Berio, Pierre Boulez). Il fait partie de l'ensemble « Musique Vivante » de Diego Masson[4].

Il fait partie des précurseurs du free jazz en Europe, en participant à l'album Free Jazz de François Tusques[4].

En 1969 il participe à la création de Aus den sieben Tagen de Karlheinz Stockhausen[4].

Années 1970[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, il est une figure majeure du free jazz en Europe[5]. Alors !!!, enregistré en janvier 1970 avec John Surman, est un des premiers disques à libérer le jazz européen des canons nord-américains, mêlant les musiques contemporaines européennes et le free jazz. On peut y entendre l'influence des Chicagoans de l'AACM ou d'Anthony Braxton[6]. On peut également citer son Live à Châteauvallon (1976) et Arrivederci Le Chouartse (1981)[5].

En 1971, il crée le « Michel Portal Unit » qui accueille les musiciens européens et américains privilégiant l'improvisation libre[7].

Années 1980[modifier | modifier le code]

En 1983, il remporte le Grand prix national de la musique[4].

Années 1990[modifier | modifier le code]

En 1990 paraît Arrivederci le Chouartse enregistré en concert à Lausanne en 1980. Portal joue en trio avec Léon Francioli (contrebasse) et Pierre Favre (batterie), deux compagnons de son concert à Châteauvallon de 1972[8].

En 1995, il crée Portal, un concerto pour clarinette de Franco Donatoni[4].

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2005, Michel Portal reçoit le Prix in Honorem pour l'ensemble de sa carrière de l’Académie Charles-Cros, à l’occasion de la parution de Génération de Jean-Louis Agobet avec l’Orchestre philharmonique de Strasbourg dirigé par François-Xavier Roth[9].

En 2006, il crée double concerto de Wolfgang Rihm[4].

Années 2010[modifier | modifier le code]

Baïlador, produit et arrangé par Bojan Z, est publié en 2010.

En 2016 paraît Radar: Live at Theater Gütersloh, enregistré en concert en duo avec Richie Beirach ; c'était la première fois que les musiciens jouaient ensemble[7]. Ce duo est suivi de deux morceaux (Baïlador et Dolce issus de l'album Baïlador) joués avec le WDR Big Band, sur des arrangements de Florian Ross. Le disque se termine avec une interview de Portal, où il illustre ses propos au piano[10].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Pour des musiques de film

Hommage[modifier | modifier le code]

Le 9 février 2019, la ville de Bayonne rebaptise en sa présence le Théâtre municipal ou il a fait ses débuts à l'âge de 10 ans, en Théâtre Michel Portal[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Michel Portal au saxophone soprano lors du Paris Jazz Festival en 2004.
  • 1973 : No, No But It May Be (Le Chant du Monde), avec Bernard Vitet, Beb Guérin, Léon Francioli, Pierre Favre, Tamia.
  • 1979 : Chateauvallon 1976, L'Escargot avec Beb Guérin, Léon Francioli, Bernard Lubat.
  • 1981 : Arrivederci le Chouartse (Hathut Records) avec Léon Francioli, Pierre Favre.
  • 1987 : Men's Land live du 8 mai 1987 au 7e Festival international de jazz d'Amiens enregistré au Grand Théâtre de la Maison de la culture d'Amiens.
  • 1988 : 9.11 pm Town Hall live du 29 juin 1988 à The Town Hall, New York.
  • 1997 : Blow up (Dreyfuss Jazz) avec Richard Galliano.
  • 1999 : Fast Mood avec Martial Solal.
  • 2002 : Minneapolis We Insist ! (Universal) avec Tony Hymas, Jef Lee Johnson, Sonny Thompson, Michael Bland, Vernon Reid - produit par Jean Rochard.
  • 2003 : Dipping in Minneapolis (trois CD : Minneapolis, Minneapolis We Insist !, et Minneapolis Tour Guide) (Universal).
  • 2003 : Chateauvallon: 23 août 1972 (Universal) avec Bernard Vitet, Beb Guérin, Léon Francioli, Pierre Favre, Tamia - réédition produite par Jean Rochard.
  • 2004 : Concerts avec Richard Galliano.
  • 2006 : Improvista (Éditions Labeluz) avec Bernard Lubat, film DVD de Pascal Convert.

Enregistrements classiques[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Sauf indication contraire, tous les titres cités ci-dessous sont des téléfilms.

  • 1979 : Le Grand inquisiteur
    • L'Homme sandwich
  • 1980 : La Sourde oreille
  • 1981 : Droit de réponse (émission)
    • Le Cheval-vapeur
    • La Ville noire
  • 1983 : Le Jardinier récalcitrant
    • L'Île bleue
    • Fou comme l'oiseau
  • 1984 : L'Aide-mémoire
    • L' Ennemi public no 2
  • 1985 : Shangaï Skipper
  • 1987 : Bonne chance monsieur Pic !
    • Un nouveau dans la ville (épisode de la sérié télévisée L'Heure Simenon)
  • 1989 : Bouvard et Pécuchet
    • Le Train de Vienne
    • Une table pour six
    • Marie-Antoinette, reine d'un seul amour
    • À corps et à cris
  • 1990 : Le Diable en ville (épisode de la sérié télévisée Les Dossiers de l'inspecteur Lavardin)
    • Peintures de guerre
    • Le Diable au corps
    • L'Ami Giono : Onorato
    • L'Ami Giono : Ivan Ivanovitch Kossiakoff
    • Une table pour six (épisode de la sérié télévisée V comme vengeance)
    • Alcyon
  • 1992 : Mes coquins
    • La Peur
  • 1993 : Pour demain
  • 1995 : Un orage immobile
    • Capitaine Cyrano
  • 1996 : Pêcheur d'Islande
    • L'Enfant sage
    • Histoire d'hommes
  • 1997 : Mélanie
  • 1998 : Mes enfants étrangers
  • 1998 L'Inventaire
  • 1998 Les Brumes de Manchester
  • 1998 De gré ou de force
  • 2000 : La Laïque
    • La Dette
  • 2002 : L'Ami de Patagonie
    • À cause d'un garçon
    • L'Enfant des lumières (mini-série)
    • Sous bonne garde
  • 2003 : Un fils de notre temps
  • 2005 : Éliane
  • 2006 : Les Aventuriers des mers du Sud
  • 2010 : Les Mensonges

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. notice BnF no FRBNF13898616
  2. Archimed, « Médiathèque de la Cité de la musique, Paris », Mediatheque.cite-musique.fr (consulté le 18 mai 2017)
  3. Philippe Carles, André Clergeat et Jean-Louis Comolli, Dictionnaire du jazz, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1 390 p. (ISBN 2-221-07822-5), p. 947-948.
  4. a b c d e f g et h Documentation Musicale de Radio France, « Biographie de Michel Portal », France Musique (consulté le 4 juillet 2019).
  5. a et b Franpi Barriaux, « Michel Portal, radical libre », Citizenjazz.com, (consulté le 4 juillet 2019).
  6. Franpi Barriaux, « Les Disques Futura et Marge ont quarante ans », Citizenjazz.com, (consulté le 4 juillet 2019).
  7. a et b Alex Dutilh, « Michel Portal, radar à impulsions », Open Jazz, France Musique, (consulté le 4 juillet 2019).
  8. Charles de Saint-André, « Michel Portal, Arrivederci le Chouartse », Citizenjazz.com, (consulté le 4 juillet 2019).
  9. « Palmarès des prix de l’Académie Charles Cros », Irma.asso.fr, (consulté le 4 juillet 2019).
  10. Julien Aunos, « Michel Portal, Radar – European Jazz legend vol 7 », Citizenjazz.com, (consulté le 4 juillet 2019).
  11. Bruno Pfeiffer, « Portal, l'homme qui écrit la musique en public », Blog Ça va jazzer sur Libération, (consulté le 9 février 2019).
  12. Robert Latxague, « Bayonne: Michel Portal, le Théâtre en son nom », Jazz Magazine, (consulté le 9 février 2019).
  13. (en) Génération - Feuermann - Ritratto Concertante - Phonal sur Discogs

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vincent Cotro, Chants libres : Le Free Jazz en France, 1960-1975, éd. Outre-Mesure, 1999 (ISBN 2-9078-9119-7)
    L'aventure de Michel Portal avec le free jazz y est décrite.

Liens externes[modifier | modifier le code]