Mireille Mathieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Mireille Mathieu
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Labels
Genres artistiques
Site web
Distinctions
Discographie
Prononciation

Mireille Mathieu, née le à Avignon (Vaucluse), est une chanteuse française de variétés.

Issue d'un milieu modeste, Mireille Mathieu commence sa carrière en 1965 et connaît son premier grand succès en 1966 avec Mon credo. Se façonnant un répertoire regroupant environ 1 200 chansons, interprétées en de nombreuses langues, elle devient une figure de la chanson française à l'échelle internationale.

Parmi les chansons les plus connues de son répertoire figurent La Dernière Valse, La Paloma adieu, Paris en colère, Une histoire d'amour, Pardonne-moi ce caprice d'enfant, Bravo tu as gagné, Acropolis Adieu, Mille colombes, Santa Maria de la Mer ou encore Une femme amoureuse.[réf. nécessaire]

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts dans la chanson[modifier | modifier le code]

Mireille Mathieu est la fille de Roger Mathieu, maçon tailleur de pierre, né en 1920 et mort le , et de Marcelle-Sophie Poirier, née à Dunkerque le [1] et morte à 94 ans, le , d'une embolie pulmonaire[2]. Tous deux sont inhumés au cimetière Saint-Véran d'Avignon. Aînée de quatorze enfants, Mireille Mathieu commence à travailler dans une usine de fabrication d’enveloppes postales à l'âge de quatorze ans pour aider sa famille.

Elle découvre la chanson dès son enfance grâce à son père qui est un chanteur baryton, amateur d'opéra et de grandes voix. C'est la découverte d’Édith Piaf qui lui montre sa voie et elle décide de devenir chanteuse. Elle se présente en 1962 dans un concours local « On chante dans mon quartier » organisé par la mairie d’Avignon, elle termine deuxième juste derrière Michèle Torr et finit par le remporter en 1964 avec La Vie en rose.

Un adjoint au maire d’Avignon, Raoul Colombe, la soutient en la faisant participer à de nombreux galas locaux et l’inscrit au Jeu de la Chance, le télé-crochet de l'émission Télé Dimanche de Raymond Marcillac.

Mireille Mathieu à l'ancien palais des sports de Toulouse, le . Photographie d'André Cros, Archives de Toulouse.

Lors d'un gala d'Enrico Macias en , Mireille monte sur scène pour interpréter une chanson. Johnny Stark, son futur imprésario, remarque alors la voix de Mireille, mais ne contacte pas immédiatement celle-ci. Le , le public découvre Mireille Mathieu lors de sa première apparition à la télévision, pour le télé crochet le Jeu de la Chance, présenté par Roger Lanzac, dans le cadre de Télé Dimanche. Georgette Lemaire, plébiscitée par les téléspectateurs, est en tête depuis déjà cinq semaines ; elle confie à Roger Lanzac son intention d'abandonner ; celui-ci lui conseille de chanter puis de se désister en faveur de Mireille Mathieu. Johnny Stark propose un contrat d'imprésario à Mireille Mathieu.

Après un premier Olympia en en lever de rideau de Dionne Warwick et Sacha Distel, elle s'y produit en vedette dès 1966, accompagnée par Paul Mauriat et son orchestre, interprétant notamment ses premiers succès : Mon credo (plus de 500 000 exemplaires écoulés en France[3]), Qu'elle est belle, Viens dans ma rue (André Pascal/Paul Mauriat). Le succès de Mireille Mathieu en France dépasse les frontières et dès 1966, elle participe à l'émission The Ed Sullivan Show aux États-Unis.

Elle est parrainée par Maurice Chevalier auquel elle consacrera une chanson hommage en 1980 Le Canotier de Maurice Chevalier et le cinéaste/documentariste François Reichenbach tourne Le Conte de fée de Mireille Mathieu qui est diffusé fin 1966 à la télévision française. Ce film montre en particulier sa rencontre avec Maurice Chevalier et son premier voyage aux États-Unis. Elle travaille sa voix dès lors avec la professeure de chant Annette Charlot. Toutefois, sa méconnaissance de l'anglais et ses difficultés dans cette langue ne permettront pas à Stark de miser sur une carrière américaine, malgré des projets de films et de comédies musicales.

Mireille Mathieu sur la scène du Théâtre de l'Empire, Paris. 1990.

Son image de chanteuse à voix se confirme dès cette époque avec l’interprétation de Paris en colère. Écrite par Maurice Vidalin sur la musique composée par Maurice Jarre pour le film de René Clément Paris brûle-t-il ?, la chanson est, dès sa sortie, un immense succès et reste associée symboliquement à la libération de Paris. En 2004, à l'initiative du maire de Paris, Bertrand Delanoë, elle la chante devant l’hôtel de ville en présence du président Jacques Chirac pour les célébrations du soixantième anniversaire de la libération de Paris.

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

Mireille Mathieu (1970).

En 1967, c’est l’adaptation en français du succès d’Engelbert Humperdinck The Last Waltz sous le titre La Dernière Valse qui lui ouvre les portes des « charts » du Royaume-Uni et elle participe pour la première fois à la Royal Variety Performance (en) devant la reine Élisabeth II (elle s’y produira deux autres fois au cours de sa carrière).

Elle participe, à la fin des années 1960, à de nombreux spectacles au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis qui lui permettent de se confronter à Tom Jones, Dusty Springfield, Burt Bacharach, Cliff Richard, Danny Kaye, Des O’Connor, John Davidson, etc. Le compositeur de La Dernière Valse, Les Reed, crée pour elle de nombreuses chansons, qu’elle interprètera en français et/ou en anglais dont les célèbres Bicyclettes de Belsize, lui permettant ainsi d’élargir son répertoire musical.

Après de nombreux succès en français (J'ai gardé l'accent en 1968 et La Première Étoile en 1969, qui sera reprise en suédois par Agnetha Fältskog avant qu’elle ne rejoigne le groupe ABBA), Mireille Mathieu se fait connaître du public allemand en 1969 avec Hinter den Kulissen von Paris. Durant les années 1970, ses succès en allemand, composés et arrangés pour la plupart par Christian Bruhn, vont se succéder[4]. Quelques-uns de ses succès allemands sont également des succès en France et dans d'autres pays : Acropolis Adieu (1971) ; en 1972, Daniel Guichard est révélé grâce à La tendresse, pressentie dans un premier temps pour Mireille. Puis sortent Mille Colombes en 1977 et Santa Maria de la Mer en 1978 avec le concours des Petits Chanteurs à la Croix de Bois dans les chœurs, et La Paloma Adieu, qui restera pendant 27 semaines classée dans les classements musicaux allemands et atteindra la première place[5].

Elle soutient Valéry Giscard d'Estaing pour l'élection présidentielle de 1974[6].

En 1978, son buste et sa coupe de cheveux servent de modèle pour une représentation de Marianne[7].

Collaborations artistiques[modifier | modifier le code]

Francis Lemarque et Georges Coulonges font appel à Mireille pour interpréter la chanson titre de leur fresque musicale sur Paris, Paris Populi. En 1973, deux réalisateurs français la font apparaître dans leurs films : Jacques Demy la filme à Bobino chantant Mon Paris, sur une musique de Michel Legrand, devant Catherine Deneuve et Marcello Mastroianni dans L'Événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la Lune. Elle interprète également la chanson du générique du film. Claude Lelouch la fait apparaître dans son film La Bonne Année et elle interprète la chanson titre du film écrite par Francis Lai. Par ailleurs, Michel Legrand signe la chanson d’ouverture de son spectacle à l'Olympia en janvier 1973 Pour le meilleur ou pour le pire.

La collaboration entre Francis Lai et Mireille Mathieu commence en 1966 alors qu’il était son accordéoniste avant le succès mondial de Un homme et une femme, chanson qu'elle a également contribué à populariser. Francis Lai a écrit plus d’une trentaine de chansons pour Mireille Mathieu dont C’est ton nom (1966), un album complet Mireille Mathieu chante Francis Lai en 1972, Je t’aime avec ma peau (1978, texte de Catherine Desage), T’aimer (1986), La vie n’est plus la vie sans nous (2002), Un peu d'espérance (2005). Mais c’est Une histoire d’amour (1971), sa création en français de la chanson du film Love Story qui est leur plus grand succès en commun.

La collaboration de Mireille Mathieu avec des musiciens de films se poursuit en 1974 avec l’album en français et italien Mireille Mathieu chante Ennio Morricone. Elle est alors la seule, avec la chanteuse italienne Milva, à avoir réalisé un album avec Ennio Morricone qui a écrit pour elle deux chansons originales.

Répertoire[modifier | modifier le code]

Alors qu’elle connaît de nombreux succès populaires comme Tous les enfants chantent avec moi, elle élargit son répertoire à différents styles de chansons. La collaboration avec Alice Dona pour la musique et avec Serge Lama ou Claude Lemesle pour les textes lui permet de défendre des chansons comme Le Silence ou Le Strapontin en 1977. Elle reprend du même Lama, la chanson L’Esclave (1976) ou, juste après la loi Veil, aborde la question de l’avortement en 1976 dans L’Anniversaire, et adapte également quelques succès anglo-saxons comme A Blue Bayou (1978) de Roy Orbison et Une femme amoureuse (1980), reprise de Woman in Love de Barbra Streisand.

Au début des années 1980, Mireille Mathieu est devenue une vocaliste « à l’américaine ». Elle a enregistré en 1979 deux albums complets avec Paul Anka (en français et en anglais) et un autre avec le chef d’orchestre américain Don Costa, connu pour ses arrangements des titres All or Nothing at All et Come Rain or Come Shine pour Frank Sinatra. Elle est devenue sur scène ou dans les shows de Maritie et Gilbert Carpentier une meneuse de revue reprenant les succès de la comédie musicale américaine comme Over the Rainbow (Le Magicien d'Oz), La Chanson du Trolley (Le Chant du Missouri), People (Funny Girl) ou Sweet Charity. Un projet d’adaptation à Paris de The Wiz, version modernisée du Magicien d’Oz créée à Broadway puis adaptée au cinéma par Diana Ross et Michael Jackson, ne verra pas le jour mais Mireille Mathieu chantera deux chansons adaptées de la comédie musicale.

Alors qu’elle continue à chanter à l'étranger (tournées en Allemagne, au Japon, au Canada, au Mexique, passage au Carnegie Hall de New York), elle est sollicitée à diverses occasions. Après Bravo tu as gagné, l'adaptation qu'elle interprète de The Winner Takes It All du groupe ABBA dans le chœur (1981) et un duo à succès avec Patrick Duffy, Together we’re strong (1983), elle collabore avec Laurence Matalon et publie Ma vie m’appartient en 1982, puis avec Plácido Domingo au cours d’un Grand Échiquier de Jacques Chancel sur l’aria Tous mes rêves. Elle entame une longue collaboration avec Janine Reiss, répétitrice de chant d’Opéra qui lui permet de renforcer sa maîtrise vocale, ce qui se ressent dans des chansons de variétés comme Chanter (1984), mais aussi dans des duos avec des chanteurs d'opéra, Peter Hofmann (Scarborough Fair) ou Placido Domingo (Tous mes rêves).

Après treize ans d'absence, elle fait un retour sur scène à Paris sur la scène du Palais des congrès en 1986, pour ses vingt ans de carrière, durant un mois devant 110 000 personnes.

La fin des années 1980 est marquée par une tournée en Chine en 1986 et une autre en URSS en 1987, au cours de laquelle elle est accompagnée par les chœurs de l'Armée rouge. En 1986 également, elle chante la chanson officielle de la France pour le centenaire de la Statue de la Liberté en duo avec Andy Williams à New York devant les présidents Reagan et Mitterrand. En 1987 elle reçoit l’ordre national du Mérite, Jacques Chancel lui consacre un Grand Échiquier spécial où elle interprète plusieurs mélodies classiques. Sa première autobiographie Oui, je crois, est rédigée par Jacqueline Cartier.

En 1988, la sortie du single L’Enfant que je n’ai jamais eu (inclus dans une compilation de ses grands succès qui sera certifiée double disque d’or) marque sa collaboration avec une nouvelle maison de disques, Carrère (après Barclay de 1966 à 1972, Philips de 1973 à 1982 et Ariola de 1983 à 1987) et le début d’une collaboration avec Didier Barbelivien et Pascal Auriat.

Années 1990[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Mireille Mathieu enregistre l'album Embrujo avec 9 chansons en espagnol et une en catalan chez Ariola : cet album connaîtra un vif succès en Espagne.
  • 1991 : nouvel album espagnol Una mujer.
  • 1991 : Mireille Mathieu (avec un dessin original de Jean Marais) chez Carrère.
  • 1993 : Mireille Mathieu chante Piaf atteint 100 000 exemplaires.
  • 1995 : Vous lui direz chez East West, avec de nouveaux auteurs et compositeurs.
  • 1996 : sortie en Allemagne de In meinem Traum, où l'on retrouve des chansons de Vous lui direz adaptées en allemand, notamment celle composée par Maxime Le Forestier À la moitié de la distance qui devient Am halben Weg.
  • 1996 : C'est sur la scène de l'Universal Amphitheatre à Los Angeles que le elle donne un concert unique, salué par la critique américaine qui la compare à Édith Piaf et Judy Garland.
    Dans son article du Los Angeles Times () intitulé Mireille Mathieu rend l'amphithéâtre intime, le critique Don Heckman écrit : « L'esprit musical d'Édith Piaf et Judy Garland est bel et bien vivant à travers le chant de la chanteuse française Mireille Mathieu. […] Lorsqu'elle est arrivée sur scène, il semblait impossible que cette petite silhouette, avec son ensemble de sept instrumentistes et trois choristes, parvienne à maîtriser l'amplitude sonore de l'amphithéâtre. Mais elle l'a fait, et avec rien de plus que la puissance de sa voix au timbre particulièrement riche et une présentation convaincante ».
  • 1998 : elle se produit quatre soirs à l'Olympia et signe avec une nouvelle maison de disques, EMI, une compilation Son Grand Numéro.
  • 1999 : elle est nommée chevalier de la Légion d'honneur, le , par Jacques Chirac, président de la République française.
  • 1999 : elle enregistre un nouvel album allemand Alles nur ein Spiel.

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2002, Mireille Mathieu publie l’album De tes mains produit par Mick Lanaro et Jean Musy. Cet album accompagne une semaine de spectacle en novembre à l’Olympia suivie de sa première tournée depuis vingt ans en France, Suisse et Belgique. Le , à l'invitation de Bertrand Delanoë, maire de Paris, elle interprète Paris en colère dans un spectacle sur la libération de Paris mis en scène par Jérôme Savary. La chanson est saluée par un rappel devant 40 000 personnes[8] place de la Bastille lors des cérémonies et festivités marquant le 60e anniversaire de la Libération de Paris. Le sort Platinum Collection, un coffret de 3 CD contenant ses plus grands succès et 4 inédits, classé 16e des meilleures ventes de compilations en France[9]. Le , elle se produit, à l'invitation du président Vladimir Poutine, sur la place Rouge à Moscou, dans le cadre des cérémonies de célébration des soixante ans de la victoire des alliés sur l'Allemagne. Le , elle sort son 38e album en français. La même année, elle fête ses quarante ans de carrière à l’Olympia du 18 au . Le jeudi , elle y reçoit des mains du directeur de l'Olympia et au nom de la profession un « disque de rubis », catégorie honorifique créée uniquement pour elle, récompensant 122 millions de disques vendus dans le monde depuis ses débuts[10],[11]. Peu de temps après, la chanteuse part en tournée en France et en Suisse.

Mireille Mathieu en 2006.

En 2006, une nouvelle compilation, Herzlichst, Mireille, sort en septembre en Allemagne. Le marque la sortie du 1er DVD officiel de Mireille Mathieu en quarante ans de carrière. Il reprend son concert à l'Olympia de , ainsi qu'un documentaire inédit. Le sort un double CD Films and Shows avec de grands standards de musiques de films interprétés par elle ainsi que des chansons inédites créées pour ses shows télévisés produits par Maritie et Gilbert Carpentier.

Le , elle est l'invitée d'honneur dans un show télévisé allemand, Die Krone der Volksmusik, qui se déroule en direct. Le grand prix Krone der Volksmusik lui est remis comme meilleure chanteuse internationale en Allemagne pour l'année 2006. Un album allemand est sorti le et reprend deux titres en version allemande de son dernier album français de 2005, ainsi qu'une tournée en Allemagne pour début 2008. Selon le site www.smago.de, In meinem Herzen, titre du nouvel album de Mireille Mathieu, est classé cinquième au Top 50 des meilleures ventes d'albums de l'entreprise Ariola du style Schlager en Allemagne à la fin du mois de [12]. Elle chante en Russie à Saint-Pétersbourg pour la fête nationale russe le dimanche . Elle chante au palais des Glaces de Saint-Pétersbourg devant 12 000 personnes au concert pour fêter le Jour de l'Unité nationale. Ce concert est retransmis sur la chaîne russe de Saint-Pétersbourg et sera retransmis dans les États russes ainsi que sur les télévisions de l'Ukraine, de la Géorgie et des Pays Baltes. Elle participe, aux côtés d'autres chanteurs comme Enrico Macias, Didier Barbelivien et Faudel à la fête de la victoire de Nicolas Sarkozy le , place de la Concorde, où elle chante La Marseillaise et Mille colombes[13].

La chanteuse aux côtés du colonel Kadhafi et du président russe Vladimir Poutine à Moscou, le .

Le , elle reçoit à Berlin le B.Z.-Kulturpreis (le prix de la culture Berliner Zeitung), catégorie « œuvre d'une vie ». Puis elle entame une grande tournée de 23 concerts en Allemagne nommée In meinem Herzen. Elle chante plus tard au Palais du Kremlin à Moscou le en présence du président Poutine et du colonel Kadhafi. Elle chante également au grand théâtre de Saint-Pétersbourg le .

En , elle est la vedette invitée du festival des Musiques militaires de Moscou et chante deux soirs de suite devant vingt mille personnes sur la place Rouge. Fin , elle sort en Allemagne chez Ariola Sony Music l'album Nah bei dir composé de 14 nouvelles chansons enregistrées en langue allemande. Mireille Mathieu crée elle-même, pour la première fois, la musique de deux chansons de l'album, C'est l'amour et Immer wieder. Elle fait une tournée au printemps en Allemagne, Autriche et Danemark (24 concerts).

Années 2010[modifier | modifier le code]

Mireille Mathieu en concert en 2010 à Düsseldorf en Allemagne.

En , un concert à lieu à Moscou pour fêter ses 45 ans de carrière, ainsi qu'à Varsovie (Pologne), Vilnius (Lituanie) et Riga (Lettonie). Elle est, pour la 2e fois consécutive, la vedette du festival de Musique militaire près de la Tour du Saint-Sauveur Spasskaïa Bachnya à Moscou (). Elle reçoit la médaille de l'Ordre et de l'amitié par le président russe Dmitri Medvedev le .

Nicolas Sarkozy promeut Mireille Mathieu au grade d'officier de la Légion d'honneur le . Le , elle est l'invitée d'honneur du concert à la télévision Inter (Kiev/Ukraine). Du 28 au , elle donne des concerts en Lituanie (Kaunas et Klaipėda) et à Tallinn (Estonie).

En , Mireille Mathieu sort un album de reprises de chansons d'Édith Piaf à l'occasion de l'anniversaire de la disparition de la chanteuse[14]. En septembre, lors d'une interview à la télévision russe, Mireille Mathieu critique les Pussy Riot[15].

Le , sort un nouvel album en allemand, Wenn mein Lied deine Seele küsst[16]. En novembre, elle annonce deux concerts à l'Olympia pour ses 50 ans de carrière les 24 et , suivis d'une tournée en France.

Le , sort un triple best-of, Une vie d'amour qui atteindra le disque d'or pour 50 000 exemplaires vendus[17]. La même année, un double best-of allemand ainsi qu'un triple DVD sortent en Allemagne sous le titre Liebe lebt[18]. Le , Mgr Jean-Michel Di Falco lui remet la médaille du diocèse de Gap et d'Embrun[19]. Le , elle participe au Festival Spasskaïa Bachiya à Moscou où elle chante le Chant du départ[20].

Mireille Mathieu en 2015 à Berlin.

Le , elle participe au concert Les Alliés de la grande victoire : Une histoire en musique[21]. Le , la chanteuse donne un concert au Liban dans la ville de Byblos. Le , la chanteuse participe à la Oktoberfest en Allemagne, en compagnie notamment du chanteur Florian Silbereisen[22].

Le [23] elle est présente lors de la consécration de la nouvelle cathédrale de la Sainte-Trinité de Paris (orthodoxe russe).

Le , son site officiel annonce la sortie de Made in France, regroupant les grandes chansons françaises connues dans le monde[24].

Le paraît le single Le Premier Regard d'amour.

Le , elle interprète son Ave Maria lors du concert pour Notre-Dame de Paris diffusé par France 2 depuis la Cour d'honneur des Invalides à la suite de l'incendie de la cathédrale.

Le , elle inaugure le tramway d'Avignon dont une rame est à son effigie.

Discographie[modifier | modifier le code]

Mireille Mathieu a enregistré plus de 1 200 titres, et chanté dans onze langues (français, allemand, anglais, espagnol, italien, russe, finnois, japonais, chinois, catalan et occitan). Selon sa maison de disques, elle aurait écoulé plus de 130 millions d'albums et 55 millions de singles à travers le monde[25],[26],[27],[28],[29]. En 2005, la chanteuse a reçu un disque de rubis honorifique (non reconnu par le SNEP), annonçant la vente de 122 millions de disques au cours de ses 40 ans de carrière[10],[11]. En France, principal marché de Mireille Mathieu où elle a classé 30 chansons dans le Top 10[30], ses ventes totales sont estimées à 23 millions[31]. En Allemagne, pays où elle affirme avoir vendu 40 millions de disques[32] (elle n'y a toutefois reçu aucun disque d'or[33]), la chanteuse a classé 5 chansons dans le Top 10. Hormis la France où elle a reçu depuis la création en 1973 des certifications 5 disques d'or (albums) et 5 singles d'or[34]. la chanteuse a également reçu 4 disques d'or au Canada[35]. Elle a également classé une chanson au Royaume-Uni (La Dernière Valse, no 26 en 1967, qui s'est également classée no 9 en Argentine et no 6 au Brésil), deux en Espagne, trois au Danemark et en Finlande, quatre en Turquie, cinq aux Pays-Bas, et seize en Autriche[30].

Rapports avec les médias[modifier | modifier le code]

Mireille Mathieu dépose plainte pour diffamation, en 2012, à la suite d'un reportage de l'émission télévisée Le Petit Journal, qui soulignait son absence de soutien aux Pussy Riot. Elle est déboutée par un jugement du de la 17e chambre du Tribunal de grande instance de Paris[36].

Le , la 17e chambre du Tribunal de grande instance de Paris condamne France Télévisions à verser à Mireille Mathieu 5 000 euros de dommages-intérêts et 4 000 euros pour les frais de justice, en raison de diffamations commises à son encontre les 8, 22 et dans l'émission On n'est pas couché sur France 2, l'animateur Laurent Ruquier et les chroniqueurs ayant, selon le tribunal, dénaturé les propos de la chanteuse relatifs à la condamnation des Pussy Riot puis « accrédité une [prétendue] proximité de la chanteuse avec les régimes totalitaires »[37],[38].

Répertoire (non exhaustif)[modifier | modifier le code]

  • Mon credo (1966)
  • Pourquoi mon amour (1966)
  • Viens dans ma rue (1966) - prix Vincent-Scotto
  • Qu'elle est belle (1966)
  • Paris en colère (1966)
  • Un homme et une femme (1966)
  • Adieu à la nuit (1967)
  • Géant (1967)
  • Seuls au monde (1967)
  • La Dernière Valse (1967)
  • Quand tu t'en iras (1967)
  • Ce soir ils vont s'aimer (1967)
  • Quand on revient (1967)
  • Les Yeux de l’amour (1967)
  • Je ne suis rien sans toi (1967) - reprise de I'm coming home de Tom Jones
  • Ma pomme (1967) - reprise de Maurice Chevalier
  • J'ai gardé l'accent (1968)
  • Una canzone (1968)
  • Les Bicyclettes de Belsize (1968)
  • Sometimes/Ensemble (1969)
  • Sweet Souvenirs of Stefan (1969)
  • La Première Étoile (1969)
  • Une simple lettre (1969)
  • Mon bel amour d'été (1969)
  • Vivre pour toi (1969)
  • L’Aveugle (1969)
  • Hinter den Kulissen von Paris (1969)
  • Martin (1969)
  • Tarata-Ting, Tarata-Tong (1969)
  • Donne ton cœur, donne ta vie (1970)
  • Pardonne-moi ce caprice d’enfant (1970)
  • An einem Sonntag in Avignon (1970)
  • Meine Welt ist die Musik (1970)
  • Es geht mir gut, merci chérie (1970)
  • Pourquoi le monde est sans amour (1970)
  • Une histoire d'amour (Love Story) (1971)
  • Acropolis Adieu/Akropolis Adieu (1971)
  • Corsica (1972)
  • En frappant dans nos mains (1972)
  • J'étais si jeune (1972)
  • Hans im Glück (1972)
  • C'est l'amour et la vie que je te dois (1973)
  • La terre promise (1973)
  • Emmène-moi demain avec toi (1973)
  • Il me faut vivre (1973)
  • Tu ne m’aimes pas (1973)
  • Roma, Roma, Roma (1973)
  • Moi, c'est la chanson (1973)
  • La Paloma adieu (1973)
  • Folle, folle, follement heureuse (1974)
  • L'amour oublie le temps (1974)
  • Un jour, tu reviendras (1974)
  • Mon homme (1974)
  • Un million d’enfants (1974)
  • On ne vit pas sans se dire adieu (1975)
  • Tous les enfants chantent avec moi (1975)
  • Les Matins bleus (1975)
  • Apprends-moi « Tornero » (1975)
  • Der Zar und das Mädchen (1975)
  • Aloa he (1975)
  • La Vie en rose (1976) - reprise d’Édith Piaf
  • Qu’attends-tu de moi ? (1976)
  • Ciao Bambino Sorry (1976)
  • Ma mélodie d’amour (1976)
  • L’Anniversaire (1976)
  • People (1976)
  • Amour défendu (1977)
  • Mille colombes (1977)
  • Le Strapontin (1977)
  • Le Silence (1977)
  • A Blue Bayou (1978)
  • Santa Maria de la Mer (1978)
  • Un dernier mot d’amour (1978)
  • Je t’aime avec ma peau (1978)
  • Over the rainbow (1978)
  • Un enfant viendra (1979)
  • Il n’est resté que l’amour (1979)
  • A Man and a Woman (1979)
  • Comme avant (1979)
  • You and I/Toi et moi (1979)
  • Une femme amoureuse (1980) - reprise de Woman in Love de Barbra Streisand
  • Chicano/On l'appelait Chicano (1980)
  • Le Canotier de Maurice Chevalier (1980)
  • Bravo tu as gagné (1981)
  • Il a neigé sur Mykonos (1981)
  • Solamente una vez (1981)
  • Trois milliards de gens sur terre (1982)
  • Hijo de la Luna (1982)
  • Nos souvenirs (1982)
  • New York New York (1982)
  • Tu n'as pas quitté mon cœur (1982)
  • Ma vie m’appartient (1982)
  • Together We’re Strong (1983)
  • Tu m’apportais des fleurs (1983)
  • Je veux l’aimer (1983)
  • On est bien (1984)
  • Chanter (1984)
  • Un prince en Avignon (1984)
  • L’Hymne à l’amour (1985) - reprise d'Édith Piaf
  • Non, je ne regrette rien (1985) - reprise d'Édith Piaf
  • Ne me quitte pas (1985) - reprise de Jacques Brel
  • La Demoiselle d’Orléans (1985)
  • Made in France (1985)
  • La Liberté sur l’Atlantique/Liberty Land (1985)
  • Après toi (1986)
  • T’aimer (1986)
  • Donna senza étà/Rencontres de femmes (1987)
  • I Love You Like a Fool (1987)
  • Ma délivrance (1987)
  • Rêve ton rêve (1987)
  • L’Enfant que je n’ai jamais eu (1988)
  • L’Américain (1989)
  • De Gaulle (1989)
  • Embrujo (1989)
  • Caruso (1989)
  • Arde Paris (1989)
  • Je me parle de toi (1989)
  • Ce soir je t’ai perdu (1990)
  • Mon Dieu (1990) - reprise d'Édith Piaf
  • Una mujer (1991)
  • Vous lui direz (1995)
  • À la moitié de la distance (1995)
  • Reste avec moi (1998) - reprise de Un-Break My Heart de Toni Braxton
  • La Quête (2000) - reprise de Jacques Brel
  • Aujourd’hui je reviens (2002)
  • La Solitude (2002)
  • La vie n’est plus la vie sans nous (2002)
  • Le Chant des partisans (2005)
  • Une place dans mon cœur (2005)
  • Rien de l'amour (2005)
  • Toute une vie (2005)
  • Un peu d'espérance (2005)
  • In meinem Herzen (2007) - version allemande de Une place dans mon cœur
  • Gott im Himmel (2007)
  • Liebe lebt (2009)
  • Nah bei Dir (2009)
  • À quoi ça sert l'amour (2012) - reprise d'Édith Piaf
  • La Goualante du Pauvre Jean (2012) - reprise d'Édith Piaf
  • Wenn mein Lied deine Seele küsst (2013)
  • Ich schenke dir Venedig (2013)
  • Ich hab' meinen Platz gefunden (2013)
  • Ce n'est rien (2014)
  • Prends le temps (2014)
  • De vous à moi (2014)
  • La Colombe de Noël (2015)
  • Le Premier Regard d'amour (2018)

Duos[modifier | modifier le code]

Quelques-uns des principaux duos de Mireille Mathieu :

avec Sacha Distel
avec Claude François
  • Comme d'habitude (1973)
  • Medley chansons enfantines (1974)
  • Je t'aime, tu m'aimes, on s'aime (1974)
  • Medley disco (1977)
  • Quelquefois (1977)
avec Julio Iglesias
  • Quiéreme Mucho/Où est passée ma bohème (1980)
  • La Tendresse (1980)
  • Medley chansons françaises : La Vie en rose, Que reste-t-il de nos amours, La Mer (1981)
  • Medley espagnol : Solamente una vez, Recuerdos de Ypacarai et Quiéreme mucho (1983)
  • À quoi ça sert l'amour (1988)
avec Charles Aznavour
  • Celui que j'aime (1973)
  • Une vie d'amour (1981)
  • Une enfant (1982)
  • Embrasse-moi (1986])
avec Michel Legrand
avec Michel Sardou
avec Julien Clerc
  • Travailler, c'est trop dur (1978)
  • Stardust (1980)
  • Femme libérée (1998) avec Alain Souchon
avec Chantal Goya
avec Yves Duteil
  • Que reste-t-il de nos amours (1987)
  • La Langue de chez nous (1989)
avec Florian Silbereisen
  • Good Bye My Love, Good Bye (2006)
  • Gott im Himmel (2015)
et aussi

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Née à Dunkerque, la maman de Mireille Mathieu est décédée à l’âge de 94 ans », sur La Voix du Nord (consulté le ).
  2. « De nombreux fans soutiennent Mireille Mathieu aux obsèques de sa mère », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « TOP 45 Tours - 1966 », sur top-france.fr (consulté le ).
  4. « Christian Bruhn : Avignon, nos souvenirs »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur avignon.skynetblogs.be (consulté le )
  5. ARIOLA-BMG.
  6. Raphaël Proust, « 1974 : Giscard peopolise la campagne de la droite », slate.fr, 18 avril 2012.
  7. « Avant Inna Shevchenko, les personnalités qui ont inspiré Marianne », La voix du Nord, 15 juillet 2013.
  8. Voir sur rfimusique.com.
  9. Semaine du 11 au , source SNEP.
  10. a et b « Mireille Mathieu reçoit un « disque de rubis » » Accès libre, sur nouvelobs.com, L'Obs, (consulté le ).
  11. a et b « Mireille Mathieu pour la première fois en concert en Israël », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Smago! - Das Online-Magazin für deutsche Musik », sur web.archive.org, (consulté le )
  13. « Mireille Mathieu, Mille colombes, 8 mai 2007 ».
  14. « Mireille Mathieu rend hommage à Piaf », Le Figaro, 23 juillet 2012.
  15. Clémentine Athanasiadis, « Mireille Mathieu critique les Pussy Riot à la télévision russe », sur Le Huffington Post, (consulté le ).
  16. mireillemathieu.com.
  17. Site officiel de Mireille Mathieu.
  18. « Mireille Mathieu - Bravo tu as gagné »
  19. « GAP », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Spasskaya Tower 2014 : Russian Military Music Festival (Part 1 of 2) », sur YouTube, (consulté le ).
  21. Site officiel de la chanteuse.
  22. « Mireille Mathieu trinque à l'Oktoberfest », Paris Match, 20 septembre 2015.
  23. « Consécration de la Cathédrale orthodoxe russe à Paris : séjour du patriarche Cyrille en France », sur Parlons d'orthodoxie (consulté le ).
  24. Annonce sur son site officiel.
  25. Communiqué de presse sur le site officiel de la chanteuse.
  26. (en) « Mireille Mathieu fête 50 ans de carrière », sur Sony Music France, (consulté le ).
  27. La Dépêche du Midi, « Ambassadrice de la chanson française, Mireille Mathieu fête ses 50 ans de carrière », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. Marc Civallero, « Mireille Mathieu en concert à Avignon », sur francetvinfo.fr, France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, (consulté le ).
  29. « Mireille joue à domicile », sur France Bleu (consulté le ).
  30. a et b Classements de Mireille Mathieu sur artisteschartsventes.blogspot.fr.
  31. Mireille Mathieu sur infodisc.fr.
  32. Thierry Meissirel, « Mireille Mathieu : « Mes débuts, c’était hier » », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. (de)Certifications allemandes sur musikindustrie.de.
  34. Certifications françaises sur infodisc.fr.
  35. Certifications canadiennes sur musiccanada.com.
  36. Laurent Chignaguet, « Mireille Mathieu perd son procès contre Le Petit Journal », Le Figaro Télé,‎ (lire en ligne)
  37. « Propos sur les Pussy Riot : Mireille Mathieu fait condamner France Télévisions », Lemonde.fr et AFP,‎ (lire en ligne)
  38. « Polémique avec les Pussy Riot : Mireille Mathieu fait condamner France Télévisions », Leparisien.fr (La Parisienne),‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mireille Mathieu et Jacqueline Cartier (coll.), Oui, je crois (autobiographie), Paris, éditions Robert Laffont, coll. « Vécu », , 493-[16] p., 24 cm (ISBN 2-221-05250-1, BNF 43142497)
  • Vick Vance, Mireille Mathieu : Vedette à la une (biographie), éd. Raoul Breton, Paris, 1973
  • Christian Page, Mireille Mathieu : Les Feux de la rampe (biographie), Bréa Éditions, Paris, 1983
  • Emmanuel Bonini , La Véritable Mireille Mathieu (biographie), Pygmalion (Flammarion), Paris, 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]