HK (chanteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
HK (chanteur)
Description de l'image défaut.svg.
Informations générales
Surnom HK
Nom de naissance Kaddour Hadadi
Naissance (46 ans)
Roubaix, Nord-Pas-de-Calais, Drapeau de la France France
Activité principale Chanteur, romancier
Genre musical Pop, reggae
Site officiel hk-officiel.com

HK (nom de scène de Kaddour Hadadi), né le à Roubaix, est un chanteur et romancier français. Il est un ancien membre du groupe Ministère des affaires populaires (MAP) et un initiateur de HK et Les Saltimbanks. Son engagement à gauche a fait de la chanson On lâche rien un hymne de campagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'immigrés algériens établis à Roubaix dans le quartier de la Potennerie[1],[2], HK naît le à Roubaix[3].

Il se fait connaître, entre 2005 et 2009, au sein du groupe Ministère des affaires populaires (MAP)[4], avec les deux albums Debout là-d'dans (2006) et Les Bronzés font du Ch'ti (2009) et de très nombreux concerts.

En 2009, HK forme le groupe HK et les Saltimbanks[4], autour de chansons écrites « sur la route ». C'est ainsi que sort le , l'album Citoyen du monde. La chanson On lâche rien, extraite de cet album, est reprise dans les manifestations et même au cinéma dans La Vie d'Adèle[5]. Dans le deuxième album de HK et les Saltimbanks, Les Temps modernes, publié en mai 2012, HK rend hommage au grand résistant Stéphane Hessel, qu'il a rencontré en 2010.

Avec la reprise d’Amsterdam, on redécouvre Brel aussi, en version « moderne ». De nombreux amis artistes invités participent à l'album : Flavia Coelho, Karimouche, Souad Massi, et le groupe MAP au complet y fait une apparition.

En 2012, HK publie son premier roman intitulé J'écris donc j'existe, aux éditions Riveneuve. Dans cette auto-fiction, HK parle de Roubaix, sa ville natale[6]. En 2013, il présente Les Déserteurs, où il interprète des classiques de la chanson française (Padam Padam, Toulouse, Les P'tits Papiers, Vesoul, Né quelque part, Le Plat Pays, L'Affiche rouge, Les Passantes, Sous le ciel de Paris, La Chanson des vieux amants) en version châabi[7]. En 2014, il publie son second roman Néapolis[8], également aux éditions Riveneuve.

Le , il est parmi les signataires de l'Appel des 58 : « Nous manifesterons pendant l'état d'urgence »[9],[10].

HK signe la musique du film documentaire J'ai marché jusqu'à vous - récits d'une jeunesse exilée réalisé par Rachid Oujdi. Les chansons J'ai marché jusqu'à vous et Refugee ont été spécialement composées pour ce documentaire. Rachid Oujdi a également réalisé le vidéoclip de la chanson J'ai marché jusqu'à vous[11][source secondaire nécessaire] à partir d'images de son documentaire[12][source secondaire nécessaire].

Son engagement à gauche[13] a fait de la chanson On lâche rien un hymne de campagne[14].

Opposition aux restrictions sanitaires[modifier | modifier le code]

Danser encore[modifier | modifier le code]

Lors de la pandémie de Covid-19 en 2020, un spectacle du groupe dont HK est membre est annulé, car déclaré « non essentiel ». À ce moment-là, il crée la chanson Danser encore[15],[16].

Ce titre est repris, tant en France qu'à l'étranger après avoir été notamment traduit en allemand et en italien. Un flash mob a lieu en mars 2021 à la gare du Nord[15] puis à la gare de l'Est à Paris[17]. Ensuite, les rassemblements se sont multipliés dans de nombreuses villes en France et en Europe avec parfois la présence de HK et de ses musiciens[18]. Ces rassemblements suscitent toutefois la polémique car les autorités sanitaires rappellent que les concerts et les rassemblements festifs du groupe sans masque ni respect de la distanciation sociale peuvent tout de même causer des contaminations[19]. De son d'un côté HK affirme ne pas vouloir passer un message contre les gestes barrières et n'être jamais à l'origine de cluster[20].

Opposition au passe sanitaire[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2021, HK décide d'annuler ses concerts car il s'oppose au passe sanitaire pour des raisons éthiques[21]. Il dénonce la politique actuelle qu'il considère comme « un projet de société du contrôle généralisé »[22]. Ainsi, à travers des débats théâtraux le chanteur milite contre le passe sanitaire estimant que l'art, la culture et la musique doivent se diffuser « sans distinction, sans discrimination et sans sélection »[22].

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2012 : J'écris donc j'existe[3]
  • 2014 : Néapolis[3]
  • 2017 : Le Cœur à l'outrage
  • 2019, 2021 : Dounia (dessiné par Cédric Van Onacker)
  • 2020 : Sans haine, sans armes, sans violence

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Plan dela Potennerie », sur bn-r.fr (consulté le ).
  2. Rosa Moussaoui, « Hk, produit du terroir révolutionnaire », sur l'Humanité (consulté le ).
  3. a b et c Erwan Cario, « Il ne lâche rien - Portrait », sur Libération (consulté le ).
  4. a et b « Chanson métisse - HK ne lâche rien », sur Courrier international (consulté le ).
  5. « La Vie d'Adèle (2013) », sur cinezik.org (consulté le ).
  6. « J'écris donc j'existe », sur lechoixdeslibraires.com (consulté le ).
  7. Yannick Delneste, « Quand Brel emménage dans la casbah », (consulté le ).
  8. « Découvrez le second roman d'HK », sur humanite.fr, (consulté le ).
  9. Collectif, « L'appel des 58 : « Nous manifesterons pendant l'état d'urgence » », Club de Mediapart,‎ (lire en ligne).
  10. AFP, « État d'urgence : 58 personnalités revendiquent la liberté de manifester », Le Point,‎ (lire en ligne).
  11. J'ai marché jusqu'à vous.
  12. « J'ai marché jusqu'à vous - récits d'une jeunesse exilée (film) », J'ai marché jusqu'à vous - récits d'une jeunesse exilée (film),‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. Laura Thouny, « Fête de l'Humanité 2011 - HK : « Ça n’est certainement pas le moment de lâcher » », sur l'Humanité (consulté le ).
  14. Franck Berteau, « HK, l'homme qui fait rapper la gauche », sur Le Monde (consulté le ).
  15. a et b « Paris : qui est derrière les flashmobs anti-restrictions dans les gares ? », sur leparisien.fr, (consulté le )
  16. Anaïs Condomines et Vincent Coquaz, « Que sait-on de la chanson «Danser encore», devenue hymne contre les restrictions sanitaires ? », sur Libération (consulté le )
  17. « Un nouveau flashmob non masqué contre les mesures sanitaires à gare de l’Est », sur CNEWS (consulté le )
  18. « Danser encore, l'hymne à la liberté contre les restrictions sanitaires », sur lefigaro.fr (consulté le )
  19. « Coronavirus : un rassemblement "revendicatif" avec 2.000 personnes sans masque crée la polémique en Ardèche », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le )
  20. « On a suivi HK & Les Saltimbanks, le groupe derrière l'hymne anti-confinement "Danser encore" », sur Le HuffPost, (consulté le )
  21. « Dordogne : HK annule son concert au Festival Chât’O Rock », sur SudOuest.fr (consulté le )
  22. a et b « À Laval un "débat théâtral" sans vérification du pass sanitaire au théâtre du Tiroir », sur ici, par France Bleu et France 3, (consulté le )
  23. Victor Hache, « On lâche rien avec HK le ch’ti nomade », sur l'Humanité (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]