Suzane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Suzane
Description de cette image, également commentée ci-après
Suzane en 2019.
Informations générales
Nom de naissance Océane Colom
Naissance (30 ans)
Avignon
Activité principale Auteure-compositrice-interprète
Activités annexes Danseuse
Genre musical Electro
Chanson à texte
Instruments Voix
Clavier
Années actives depuis 2017
Labels 3e Bureau
Suzane sur scène en octobre 2020.

Océane Colom, dite Suzane, née en 1990 à Avignon, est une auteure-compositrice-interprète française.

Elle se fait connaître en 2019 par une présence très importante sur la scène française, avant de publier son premier album, Toï Toï, l'année suivante.

Elle est récompensée de la Victoire de la révélation scène lors des Victoires de la musique 2020.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts dans l'art[modifier | modifier le code]

Née en 1990[1] à Avignon[2] de parents infirmier et cadre à la Caisse d'allocations familiales, Suzane grandit aux Angles puis en Avignon[3]. Ses parents l'élèvent à la chanson réaliste, avec des artistes comme Fréhel, Édith Piaf, Barbara ou Jacques Brel[4].

Elle commence la danse classique[5] à l'âge de cinq[6] ou sept ans[3],[4] et le chant 8 ans plus tard[6]. Dès ses huit ans[7], elle se produit au sein du conservatoire du Grand Avignon[8]. Elle poursuit alors un cursus danse-études[3]. Au lycée, elle découvre son lesbianisme[4]. Pourtant, elle travaille sans « joie » ni « passion » et souffre du poids de la normativité du corps féminin voulu par le métier[3],[4]. Après le décès d'un ami en plein cours, elle tombe en dépression. Elle quitte le conservatoire et le lycée, en classe de terminale[9].

Sans plan B, elle se retrouve au chômage et à enchaîner les travaux alimentaires, travaillant tour à tour pour des grandes surfaces, des clubs de vacances ou des petits commerces[3]. En 2009, elle participe à l'émission de TF1 La Bataille des chorales[4]. Devenue serveuse, elle officie dans un diner à l'américaine à Montpellier avant de s'en aller travailler dans la capitale, dans un bar du 20e arrondissement de Paris[6],[10], où elle sert pendant quatre ans[3]. Arrivée à Paris en 2014[3], alors qu'elle avait mis ses projets de carrière artistique de côté[11], elle découvre le monde de la nuit et la musique electro[5],[9]. Dans le même temps, elle reprend des cours de chant et se met à l'écriture[6].

Figure montante de la scène[modifier | modifier le code]

Suzane écrit ses premiers textes derrière son bar. Une réponse au rap polémique d'Orelsan Sale pute d'abord[4], puis La Foule, un titre qui évoque ses problèmes vécus[9]. Elle y écrit aussi ses premiers singles[12]. Après avoir rencontré le producteur Chad Boccara[6], elle commence sa carrière en 2017, à l'approche de la trentaine. Son pseudonyme, Suzane, est un hommage à une aïeule[3],[13]. Elle sort ses premiers singles, premiers succès, en 2018[14] : L'Insatisfait[15] et La Flemme[16]. Elle se produit pour la première fois sur scène la même année[3].

En 2019, le rythme de travail de Suzane s'intensifie[9] et sa notoriété grimpe de façon fulgurante[6],[17]. Elle se produit dans trente-deux festivals[12] pour un total de plus de 200 concerts[18], devenant l'artiste la plus présente sur la scène française en 2019[8], alors même qu'elle n'a sorti aucun album[3]. Elle joue notamment au Festival des Vieilles Charrues[8] et fait plusieurs dates en Chine et au Japon[19] avec l'Alliance française[7]. Elle sort un EP de quatre titres à la mi-2019[9] chez 3e Bureau, label de Wagram Music[7], ainsi que les singles radiophoniques Suzane[13] et Il est où le SAV ?[8]. Ses clips vidéos, dans lesquels la danse tient une place primordiale[20], rencontrent aussi un certain succès sur le web[9]. Principalement celui de la chanson écologiste Il est où le SAV ?, tourné dans une des plus grandes décharges à ciel ouvert du monde, Mbeubess, près de Dakar[20],[21].

Suzane en concert en octobre 2020.

Toï Toï, premier album[modifier | modifier le code]

En début d'année 2020, Suzane compte vingt millions de streams[4]. Toï Toï, son premier album studio, est publié en janvier, toujours chez 3e Bureau[13]. Il contient une quinzaine de morceaux[5] aux textes militants[13], féministes[10] et écologistes[5]. Son nom est une référence à une expression allemande qui lui porte bonheur[12]. Suzane bénéficie alors d'un engouement médiatique important, portant l'artiste comme la « sensation » du début d'année[20].

La même année, elle est à l'affiche de l'Olympia et du Trianon[13],[5]. Elle remporte la Victoire de la révélation scène lors de la 35e cérémonie des Victoires de la musique en [22], et marraine le dixième prix Georges Moustaki le même mois.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Suzane sur scène.

Suzane compose ses musiques sur un mini-clavier avec Logic Pro[23]. Elle se produit seule sur scène[13], dans une combinaison bleue et blanche inspirée des films de Bruce Lee, des tenues d'Elvis Presley et des couleurs de Louis XIV. Elle mêle musique electro, chanson française[24] à texte[5] et danse contemporaine[10]. Sa présence sur scène, sa danse, sa musique et ses textes sont régulièrement comparés à ceux de Stromae, Eddy de Pretto ou Angèle[9],[13],[10].

À travers des textes comme SLT, Anouchka ou P'tit gars, Suzane évoque divers sujets politiques : les violences sexistes[12] et le harcèlement sexuel[13], le lesbianisme et le genre[12],[13] ou encore l'homophobie[13]. Elle explique vouloir proposer une bonne représentation des personnes homosexuelles et bisexuelles dans la culture pour casser l'hétéronormativité[10],[6]. La crise écologique est aussi le centre de son tube[13] Il est où le SAV ?[25].

Certains de ses titres sont plus personnels, comme Suzane, qui évoque ses rêves de scène et de sa volonté de renouer avec la musique, alors qu'elle est encore serveuse[9],[12]. Elle chante aussi son passé douloureux de jeune danseuse[13], ou des histoires inspirées par la vie des clients de son bar parisien[10].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Suzane est une militante féministe, engagée dans le collectif Nous Toutes, et écologiste. En 2017, à l'élection présidentielle, elle vote blanc, expliquant ne pas avoir trouvé de candidat « réellement à l'écoute du peuple »[3].

Discographie[modifier | modifier le code]

Suzane à l'Espace 93 de Clichy-sous-Bois, en 2020.

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

Participation[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Année Organisateur(s) Prix Résultat
2020 Victoires de la musique Révélation scène Lauréat
2020 NRJ Music Awards Clip de l'année pour Pendant 24 h Nomination
2021 Victoires de la musique Artiste féminine Nomination

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Zacharie, « Francos de Spa : danser sur du texte avec Suzane », sur Le Soir Plus, (consulté le 26 juillet 2020).
  2. « Biographie Suzane, âge et discographie », sur TV5 Monde Culture (consulté le 24 février 2020).
  3. a b c d e f g h i j et k Gilles Renault (ill. Audoin Desforges), « Suzane, sur le pont, elle y danse », sur Libération, (consulté le 20 février 2020).
  4. a b c d e f et g Laurent Carpentier, « Un apéro avec Suzane : « Raconter mon histoire intime, c’est une espèce de maladie » », sur Le Monde, (consulté le 3 février 2020).
  5. a b c d e et f Lucie Valais, « Suzane : qui est la chanteuse, qui dévoile son album Toï Toï ? », sur L'Internaute, (consulté le 24 janvier 2020).
  6. a b c d e f et g Salammbô Marie, « Suzane, une quête de liberté », sur Le Temps, (consulté le 25 janvier 2020).
  7. a b et c Victor Hache, « Printemps de Bourges. Suzane, étoile montante de la chanson électro », sur L'Humanité, (consulté le 25 janvier 2020).
  8. a b c et d F. B., « Avignon : la chanteuse Suzane nommée aux Victoires de la musique », sur La Provence, (consulté le 24 janvier 2020).
  9. a b c d e f g et h Sophie Delassein, « La môme Suzane », L'Obs, no 2849,‎ , p. 73 (lire en ligne).
  10. a b c d e et f Philippe Grelard, « Premier album de Suzane, le phénomène électro », sur Le Télégramme, (consulté le 25 janvier 2020).
  11. Véronique Constance, « Aucune tempête n'éteindra la voix de Suzane », sur Ouest-France, (consulté le 25 janvier 2020).
  12. a b c d e et f Fabian Randanne, « « Je parle aux « différents » et à ceux qui les entourent », confie Suzane », sur 20 Minutes, (consulté le 24 janvier 2020).
  13. a b c d e f g h i j k et l Éric Bureau, « Et si Suzane était la star de 2020 avec son premier album Toï Toï ? », sur Le Parisien, (consulté le 24 janvier 2020).
  14. Jules Boudier, « Aloïse Sauvage, Suzane, Kimberose, Voyou, P-Dro : 5 noms à suivre en 2019 », sur France Info, (consulté le 25 janvier 2020).
  15. Théau Berthelot, « Clip L'Insatisfait : Suzane nous dévoile un univers électro envoûtant », sur Charts in France, (consulté le 25 janvier 2020).
  16. Lucie Kosmala, « Suzane est bourrée de talent et revient le prouver avec sa pote La Flemme », sur Madmoizelle.com, (consulté le 25 janvier 2020).
  17. Yann Bertrand, « Suzane, de la révélation au phénomène », sur France Info, (consulté le 25 janvier 2020).
  18. Victor Hache, « Suzane : “C’est la peur qui m’envoie sur scène” », sur L'Humanité, (consulté le 15 février 2020).
  19. « La chanteuse Suzane sera sur la scène de la Manufacture de Saint-Quentin », sur L'Aisne nouvelle, (consulté le 25 janvier 2020).
  20. a b et c Théau Berthelot, « Suzane en interview : « Être « la sensation du début 2020 », c'est une reconnaissance » », sur Charts in France, (consulté le 26 janvier 2020).
  21. « L'artiste française Suzane sort un clip engagé dans une décharge géante », sur RTBF Culture, (consulté le 26 janvier 2020).
  22. « Victoires de la musique : Suzane, révélation scène de l'année », sur Le Figaro, (consulté le 15 février 2020).
  23. « Danse. Suzane, électron libre de la nouvelle scène, près de Rennes », sur Ouest-France, (consulté le 25 janvier 2020).
  24. Olivier Pirot, « Suzane, le grand écart réussi entre chanson française et électro », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest, (consulté le 25 janvier 2020).
  25. « « On a cassé la planète, il est où le SAV ? » : la chanteuse Suzane tourne un clip choc dans une décharge au Sénégal », sur France Info, (consulté le 25 janvier 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :