Assassin (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assassin.
Assassin
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Hip-hop, rap français, rap hardcore, rap conscient, rap politique
Années actives Depuis 1985
Labels Livin' Astro, Assassin Productions, Funk la Planet, Delabel
Site officiel www.livinastro5000.com
Composition du groupe
Membres Rockin' Squat
Doctor L
DJ Duke
Profecy
Anciens membres Solo
DJ Clyde
Maître Madj
logo de Assassin

Logo de Assassin.

Assassin est un groupe de hip-hop français indépendant. Il est formé en 1985 par Rockin' Squat et Solo, rapidement rejoint par DJ Clyde puis Doctor L. Depuis 2000, les tournées sont réalisées avec Rockin' Squat, Profecy, Lyricson et DJ Duke.

Le groupe combat le système médiatique et politique, par l'intermédiaire de la musique. Il fait souvent référence aux racines du rap en rappelant à son auditoire les fondements de la culture hip-hop : il rejette toutes sortes de sectarisme et appelle au respect, à l'amour, à l'unité, à la combativité et à l'éducation[1].

Assassin compte trois disques d'or pour les albums Le Futur que nous réserve-t-il ?, L'Homicide volontaire et Touche d'espoir avec plus de 100 000 album vendus pour chacun d'eux[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts (1985–1994)[modifier | modifier le code]

Assassin est formé en 1985 par Rockin' Squat et Solo[2]. Avant de se constituer en groupe, Rockin' Squat est un graffeur connu de la scène parisienne et écrit en parallèle des textes ; Solo est célèbre pour être l'un des danseurs du groupe hip-hop Paris City Breakers, qui se distingue dans l'animation de l'émission de télévision H.I.P. H.O.P. sur TF1 en 1984[2],[3]. Après avoir rencontré le frère de Rockin' Squat, Vincent Cassel, à New York, grâce à l'argent touchée sur H.I.P. H.O.P.[2], Solo se rapproche de ce dernier pour créer leurs premiers morceaux puis monter le groupe Assassin.

Le groupe débute dans l'anonymat, le rap français étant, à cette époque, pratiquement inexistant. En 1987, il se produit au Palace à Paris, et se distingue aussi aux soirées Chez Roger Boîte Funk au Globo, soirées qui ouvrent sa scène aux premiers rappeurs français. En mars 1989, Assassin participe au festival Rap à Paris à l'Élysée-Montmartre où, en marge de celui-ci, se déroule un championnat de DJ avec DJ Clyde en compétition[4]. Ce dernier, alors repéré par le groupe, deviendra le DJ jusqu'en 1993. En 1990, ils apparaissent sur la première compilation de rap en France Rapattitude (avec Suprême NTM, Dee Nasty ou encore Tonton David) avec le titre La Formule secrète[5],[6].

En 1991, Doctor L rejoint Assassin et devient le concepteur sonore du groupe. Un premier maxi sort quelques mois après intitulé Note mon nom sur ta liste, sur Remark Records[2]. Le groupe se retrouve confronté aux majors des labels. Ils décident de s’autoproduire et de créer Assassin Productions, premier label de rap indépendant[2]. En 1992, le groupe publie les deux premiers volets de l'album Le futur que nous réserve-t-il ?[1], qui avec ses textes percutants et sans détours (vite catalogués hardcore, refus du système commercial, dénonciation des inégalités, etc.) ont le refus des grandes antennes. L'album est malgré cela, certifié disque d'or. En 1993, le groupe signe la musique de Metisse de Mathieu Kassovitz. La même année sort le EP Non à cette éducation. En 1994, Assassin signe la musique du film État des lieux. Puis c’est au tour de Solo de quitter le groupe.

L'Homicide volontaire (1995–2001)[modifier | modifier le code]

En 1995, le groupe publie L'Homicide volontaire, double disque d'or, avec des titres comme Shoota Babylone, L'Odyssée suit son cours, L’État assassine]] ou encore Écrire contre l’oubli. Enregistré et mixé à Los Angeles, l’album est marqué par les influences diverses du groupe (soul, funk, ragga…), ainsi que par la production de Doctor L. Le groupe partira en tournée avec le groupe Kabal que leur label produit également. En 1996 sortent les maxis L'Odyssée suit son cours et Shoota Babylone. Doctor L quitte le groupe peu de temps après sa sortie. Ensuite vient Undaground Connection, avec le rappeur américain Supernatural, considéré comme l’un des morceaux les plus connus des rencontres France-États-Unis dans le hip-hop. L'EP Écrire contre l'oubli est publié par la suite.

Assassin se recentre sur Rockin' Squat. Entre 1998 et 2000, le groupe sort un maxi plus trois autres en vue d'un prochain album : Wake Up ! (Réveillez-vous) (avec un featuring du rappeur américain Wise Intelligent), Sérieux dans nos affaires, Classik et [Esclave 2000. Le troisième album Touche d'Espoir est publié en 2000. Double disque d'or, les compositions sont signées par Rockin' Squat, DJ Mehdi, Sulee B., Dawan, Frank Delour et de nombreux autres[7]. Pour la tournée Tour de l'espoir, Rockin’ Squat s’entoure de Profecy, Lyricson, Pyroman, Taïro et DJ Duke. Le maxi Perspective sort en 2002, puis c’est le live enregistré en 2001 à l’Olympia, qui sort en CD/DVD. Par la suite, ils partiront au Brésil.

Diverses sorties (depuis 2002)[modifier | modifier le code]

Devanture de l'Olympia avant le concert de 2009.

Fin novembre 2002, Assassin-Productions sort la première compilation Illegal Mixtape qui est un concentré des meilleurs prestations sur mixtape/compilation de Rockin' Squat. En mai 2003, la deuxième compilation Illegal Mixtape 2 fait son apparition chez le label sans concession. Suivant le même principe que l'édition précédente, cette nouvelle mouture intègre également quelques interviews de Solo et Squat datant de l'époque où ils faisaient des freestyles sur Radio Nova. En août 2004, Squat et Madj mettent un terme à l'aventure Assassin Productions. Le label cesse toute activité 15 ans après sa création. Squat monte un nouveau label Livin’ Astro aussitôt, qui réédite les trois albums d’Assassin, et le maxi Note mon nom sur ta liste. Une compilation Perles rares sort la même année. Par la suite Rockin' Squat sort l'EP Libre, son premier projet solo en son propre nom plus de 15 ans après le début de sa carrière.

Le 25 septembre 2006 sort Académie mythique (CD/DVD), le premier best-of du groupe. En 2007, Squat sort son second EP Too Hot for TV, et prépare un double album solo. En 2008 et 2009 sortent les deux premiers volumes de Confessions d'un enfant du siècle, le projet solo de Rockin' Squat. En 2009, il remonte sur scène avec Assassin (en compagnie de Profecy, Lyricson et DJ Duke), ou il interprète ses titres solos et ceux d’Assassin. Une tournée qui passe par l’Olympia, avec comme invités Cheick Tidane Seck, et le retour de Solo pour trois titres. L’album du concert sortira en 2010. Le groupe tournera jusqu’en 2013.

Le volume 3 des Confessions d'un enfant du siècle sort fin 2010. En 2012, Rockin’ Squat joue au Casino de Paris avec le Assassin Live Band et Cheick Tidane Seck. Le groupe joue les titres d’Assassin des Confessions… avec différents musiciens, dans une ambiance diverse et expérimentale. Ce projet sort en disque en décembre 2013. En 2013, Rockin' Squat annonce la préparation d'un nouvel album qui paraîtra d'ici fin 2015, soit 15 ans après Touche d'espoir. Il sera produit par Doctor L[8], qui fera son grand retour et lui-même.

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

Musicalement, le groupe s'est inspiré et utilise les apports du blues, du rock, du reggae, de la soul, et du funk. Remarqué par les majors avec Note mon nom sur ta liste en 1991, Assassin refuse de signer avec elles, contrairement à d'autres groupes de la même époque, et crée en 1992 sa propre maison de production Assassin Productions, afin de rester au contrôle de leur art. Ceci leur permet de dénoncer en toute intégrité la main mise qu'ils estiment que l'industrie du disque a sur le rap (Au centre des polémiques sur Le Futur que nous réserve-t-il ? vol.1) et la tentative de récupération de cette musique en une musique aseptisée, et plus commerciale (« Rappelez-vous qu'avant aucune radio ne jouait du hip-hop, et aujourd'hui ils veulent tous transformer notre musique en pop ! » dans Sérieux dans nos affaires sur l'album Touche d'espoir) ou encore le titre Classik.

Ils gardent un message politique et social, et s'impliquent, tant dans les paroles que dans les actes, sur les conditions de détention dans les prisons, l'esclavage moderne, le sexisme, le racisme, etc. En effet, outre leur activité musicale, le groupe est fortement engagé aux côtés d'associations militantes comme le MIB ou l’AFFLID (Association des familles en lutte contre l'insécurité et les décès en détention). Assassin a notamment soutenu le MIB via le projet 11'30 contre les lois racistes, mais aussi en organisant des tables de presse lors de leurs concerts. Avec une vision internationaliste du hip-hop, le groupe dénonce tour à tour les bavures policières, le sort réservé aux prisonniers politiques dans certains pays, l'exploitation des êtres humains, la peine de mort[9], les atteintes à l'environnement, les manipulations des médias, le trafic d'armes ou de drogues par les élites… Pour Rockin' Squat, « Assassin ne fait pas du rap une finalité, mais un moyen d’expression pour traiter de sujets cruciaux. En 1992, dans L’écologie sauvera la planète, j’abordais une question dont peu de partis politiques se souciaient à l’époque. Ces sujets précurseurs me tiennent à cœur. Ils permettent d’avertir le public sur des points que les gros médias passent le plus souvent sous silence[10]. »

Production[modifier | modifier le code]

Assassin Productions[modifier | modifier le code]

Assassin fonde Assassin Productions, le premier label indépendant de hip-hop français, en 1992. Le label autoproduit puis produit d'autres rappeurs et groupes comme Kabal, Pyroman et La Caution. Assassin Productions est fermé en 2002.

Livin' Astro[modifier | modifier le code]

Le label Livin' Astro, fondé en 2004 par Rockin' Squat et ses acolytes, distribue les albums d'Assassin. Cette structure s'occupe aussi des projets solo de Rockin' Squat et d'artistes comme Fafa Ruffino, Z'Africa Brasil, Profecy, et DJ Duke, entre autres[11].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Perles rares (1989-2002) (Assassin Production)
  • 2006 : Académie mythique (Best of CD + DVD) (Livin' Astro)
  • 2013 : Retour Vers Le Futur (Livin'Astro)

Maxis et EPs[modifier | modifier le code]

Inédits et compilations[modifier | modifier le code]

  • 1990 : La formule secrète (extrait de la compilation Rapattitude)
  • 1993 : La peur du métissage (extrait de la BO du film Métisse)
  • 1995 : L'état assassine (extrait de la BO du film La Haine)
  • 1997 : L'île de l'inconscient (extrait de la BO du film Ma 6-T va crack-er )
  • 1998 : Autre dimension (extrait de la compilation Sachons dire non )
  • 2000 : Plus d'amour (extrait de la compilation Time Bomb DJ Mars Session 1)
  • 2001 : Elle (Il) est malade (extrait de la Compilation Sur un air positif)
  • 2001 : J'rime… foncez (extrait de la Compilation Sachons dire non 2)
  • 2002 : Straight to the top (extrait de la compilation Niroshima 2)
  • 2002 : Exército de um homem so (extrait de la Compilation Xis Apresenta Hiphop SP)

Musique de film[modifier | modifier le code]

Assassin a aussi réalisé la musique du premier film de Mathieu Kassovitz, Métisse, celui de Rabah Ameur-Zaïmeche, Wesh wesh, qu'est-ce qui se passe ?, ainsi que celui de Jean-François Richet et Patrick Dell'Isola État des lieux. Le titre L'île de l'inconscient apparait aussi sur la BO du film Ma 6-T va crack-er. Ainsi que l'État assassine dans l'album La Haine, musiques inspirées du film de Mathieu Kassovitz.

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Clips[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Assassin, live à l'Olympia.
  • 2010 : Assassin/Rockin' Squat à Olympia 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « INTERVIEW / Rencontre avec Rockin’ Squat », sur lycee.zebrock.org,‎ (consulté le 17 mai 2016).
  2. a, b, c, d et e « Assassin et son histoire, vu par Solo », sur downwiththis.fr (consulté le 17 mai 2016).
  3. Marie-Christine Vernay, « Hip hop : émission du 4 mars 1984 », sur INA (consulté le 17 mai 2016).
  4. Vincent Piolet, Regarde ta jeunesse dans les yeux - Naissance du hip-hop français 1980-1990, Marseille, Le Mot et le Reste,‎ (ISBN 2360541676).
  5. « Rapattitude : Quelle attitude ?! », sur downwiththis.fr,‎ (consulté le 17 mai 2016).
  6. Thomas Blondeau, « Rapattitude : aux sources du rap »,‎ (consulté le 17 mai 2016).
  7. Matthieu Choquet, « Interview : Assassin / Rockin Squat (01-2001) », sur Mowno,‎ (consulté le 17 mai 2016).
  8. « Assassin, le retour sur scène et vers le futur avant un album en 2014 », sur skeudsleblog.20minutes-blogs.fr,‎ .
  9. « Peine de mort "La peine de mort est un crime" », L'Humanité,‎ (consulté le 17 mai 2016).
  10. « Assassin, rimeur d’élite », L'Humanité,‎ (consulté le 17 mai 2016).
  11. « Artistes », sur livinastro5000.com (consulté le 17 mai 2016).