Golden Earring

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Golden Earring
Description de cette image, également commentée ci-après
Golden Earring, en 1974.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Genre musical Hard rock, rock progressif, rock psychédélique, Nederbeat
Années actives Depuis 1961
Labels Polydor, MCA, Track, Universal, Columbia, Capitol, Mercury, 21, Polygram, Atlantic, Atco, First Quake, Red Bullet
Composition du groupe
Membres Rinus Gerritsen
George Kooymans
Barry Hay
Cesar Zuiderwijk
Anciens membres Fred van der Hilst
Hans van Herwerden
Peter de Ronde
Frans Krassenburg
Jaap Eggermont
Sieb Warner
Bertus Borgers
Eelco Gelling
Robert Jan Stips
John Legrand
Philip van Boom

Golden Earring est un groupe de rock néerlandais, originaire de La Haye. Le groupe va connaître plusieurs succès internationaux : Eight Miles High (1969), Radar Love (1973), Twilight Zone (1982)[1],[2]. Aux Pays-Bas, la formation décroche trente disques d'or et de platine. Golden Earring est l'un des premiers groupes de rock européens à effectuer une tournée aux États-Unis, en 1969. Depuis 1984, ils ont effectué plus de quinze tournées dans plus de quarante États, incluant Hawaï.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1961–1969)[modifier | modifier le code]

Golden Earring en concert.

Le groupe est formé en 1961 à La Haye, sous le nom de Golden Earrings, d'après une chanson de Marlène Dietrich, (le 's' sera retiré par la suite en 1969)[1]. Il est formé parGeorge Kooymans, à l'époque 13 ans, et son voisin de 15 ans, Rinus Gerritsen[3]. Ils s'appelaient originellement les Tornados, avant de s'appeler The Golden Earrings après avoi découverts que The Tornados était déjà pris par un autre groupe[3]. Le nom des Golden Earrings est repris d'un morceau instrumental intitulé Golden Earrings du groupe britannique The Hunters, pour qui ils ont joué en ouverture et fermeture en concert. À l'origine orienté pop-rock, et aux côtés de Frans Krassenburg au chant, et de Jaap Eggermont à la batterie, The Golden Earrings obtient le succès avec son single Please Go, enregistré en 1965. Il atteint les charts aux Pays-Bas[4]. Insatisfaits des studios néerlandais, leur agent artistique Fred Haayen adécide de leur faire enregistrer leur prochain single aux studios Pye Records de Londres. Ils y enregistrent That Day, qui atteint la deuxième place des charts.

En 1967, Barry Hay se joint au groupe, remplaçant Krassenburg au chant. L'année suivante, ils atteignent la première place des charts néerlandais avec le single Dong Dong Diki Digi Dong. Aux États-Unis, ils se font connaitre grâce au DJ de la radio East Coast FM, Neil Kempfer-Stocker. Ce single est suivi par leur premier album Eight Miles High, qui comprend une version de 18 minutes du single Eight Miles High (1966) du groupe The Byrds[3].

Succès (1970–1989)[modifier | modifier le code]

Golden Earring (1971).

En 1970, le batteur Cesar Zuiderwijk se joint au groupe, complétant ainsi la formation classique des Golden Earring. Ils jouissent d'un bref succès international dans les années 1970 grâce à la version single de Radar Love (1974), de l'album Moontan, également un succès en Europe et aux États-Unis[1]. Golden Earring embarque pour sa première grande tournée américaine entre 1969 et 1970. Ils évoluent ensuite vers le hard rock et jouent avec Jimi Hendrix, Led Zeppelin, Procol Harum, et Eric Clapton. Entre 1969 et 1984, Golden Earring termine treize tournées américaines. À cette période, ils jouent pour Santana, King Crimson, The Doobie Brothers, Rush et .38 Special. Vers 1973–1974, à la période durant laquelle Radar Love est un hit, ils jouent aux côtés de Kiss et Aerosmith.

Golden Earring jouit encore du succès aux États-Unis avec la sortie de l'album Twilight Zone en 1982. Le clip réalisé par Dick Maas est joué par MTV dans les années 2010 aux États-Unis. Le groupe se met brièvement en pause après la sortie de l'album The Hole en 1986 pour se consacrer à d'autres projets ; Hay et Kooymans publiant des albums solo (Victory of Bad Taste et Solo, respectivement) l'année suivante. Le groupe revient pour un dernier album des années 1980, Keeper of the Flame, en 1989.

Dernières années (depuis 1990)[modifier | modifier le code]

Golden Earring continue de donner plus de cent concerts par an, surtout aux Pays-Bas et en Belgique, tant francophone que néerlandophone ; ils tournent également, plus épisodiquement, en Allemagne, au Luxembourg et en Suisse. Selon le fondateur du groupe, George Kooymans, qui avait seulement 13 ans à sa fondation en 1961, les grandes tournées internationales ne sont pas intéressantes sans le support de la télé et de la presse qui s'intéressent surtout aux groupes plus récents. Le groupe est l'un des plus anciens de la scène rock à être toujours en activité.

Le 11 mai 2012, le groupe publie l'album Tits 'n Ass. Il est enregistré à Londres en 2011 avec le producteur Chris Kimsey et comprend le morceau notable Still Got the Keys to My First Cadillac.

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Robert Jan Stips - claviers (1975-1976)
  • Fred van der Hilst – percussions (1962–1965)
  • Hans van Herwerden – guitare (1962–1963)
  • Peter de Ronde – guitare (1963–1966)
  • Frans Krassenburg – chant (1964–1967)
  • Jaap Eggermont – percussions (1965–1969)
  • Sieb Warner – percussions (1969–1970)
  • Bertus Borgers – saxophone (1973–1976)
  • Eelco Gelling – guitare (1973–1975, 1976–1978)
  • Robert Jan Stips – claviers, synthétiseur (1974–1976, 1977–1978, 1980, 1982, 1986)
  • John Lagrand – harmonica (1979)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Golden Earring Live (live, deux 33 tours)
  • 1981 : 2nd Live (live 2lp)
  • 1984 : Something Heavy Going Down (live)
  • 2000 : Last Blast of the Century (live)
  • 2005 : Naked III, Live at the Panama (unplugged live)

Singles promotionnels[modifier | modifier le code]

  • 1966 : Things Go Better With Coca-Cola / Rum and Coca-Cola (Pays-Bas - hors commerce, très rare)

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1968 : Greatest Hits (Polydor)
  • 1970 : The Best of Golden Earring (US)
  • 1973 : Hearing Earring
  • 1976 : Golden Earring (Polydor Special)
  • 1977 : Story
  • 1981 : Greatest Hits, Vol. 3
  • 1988 : The Very Best, Vol. 1
  • 1988 : The Very Best, Vol. 2
  • 1989 : The Continuing Story of Radar Love
  • 1992 : Radar Love
  • 1994 : Best of Golden Earring (Europe)
  • 1998 : The Complete Naked Truth
  • 1998 : 70s and 80s, Vol. 35
  • 2000 : Greatest Hits
  • 2001 : Devil Made Us Do It: 35 Years
  • 2002 : Singles 1965-1967
  • 2002 : Bloody Buccaneers/Face It
  • 2003 : 3 Originals

Autres[modifier | modifier le code]

  • 1992 : The Naked Truth (unplugged)
  • 1994 : Face It (partiellement unplugged)
  • 1995 : Love Sweat (album de reprises)
  • 1997 : Naked II (unplugged)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Steve Huey, « Golden Earring Biography », AllMusic, (consulté le 28 juillet 2015).
  2. (en) US-Singles: Joel Whitburn's Top Pop Singles 1955–2006, Billboard Books, New York, 2007, (ISBN 0-89820-172-1) / US-Alben: The Billboard Albums von Joel Whitburn, 6th Edition, Record Research 2006, (ISBN 0-89820-166-7)
  3. a, b et c (nl) The Continuing Story of Golden Earring. 2013–2014 golden Earring Research, Zoetermeer. http://members.ziggo.nl/casper.roos/story60.html
  4. (en) Huey, Steve. Golden Earring: Allmusic Artist biography.

Liens externes[modifier | modifier le code]