Moriarty (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moriarty.
Moriarty
Description de cette image, également commentée ci-après
Membres de Moriarty aux Eurockéennes de Belfort 2011.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la Suisse Suisse
Genre musical Country, blues rock
Années actives depuis 1995
Labels Naïve, Air Rytmo
Site officiel moriartyland.net
Composition du groupe
Membres Rosemary Standley
Thomas Puéchavy
Arthur B. Gillette
Stephan Zimmerli
Charles Carmignac
Éric Tafani
Anciens membres Charlène Dupuy
Médéric de Vanssay
Davide Woods

Moriarty est un groupe de musique franco-américain fondé à Paris en 1995.

Quintet de country, de blues et de rock, la formation portée par la voix de Rosemary Standley s'est fait connaître du grand public en 2007 avec la chanson Jimmy.

Historique[modifier | modifier le code]

1995 : Formation[modifier | modifier le code]

Au départ de la formation en 1995, le groupe compte six membres : la chanteuse Charlène Dupuy, le batteur Médéric de Vanssay, et le saxophoniste Davide Woods ont quitté le groupe depuis. Rosemary Standley rejoint le groupe en 1999.

Moriarty est constitué d'artistes d'origine française, américaine, suisse et vietnamienne. Les membres, qui ont majoritairement grandi en France, mais nés de parents américains[1] prennent ce nom en référence à « Dean Moriarty », l'un des protagonistes du roman Sur la route de Jack Kerouac.

La bande passe de reprises de standards du blues à des compositions dans un registre rock. Les départs successifs des batteurs et des percussionnistes forcent le groupe, réduit à cinq membres (Rosemary, Arthur, Thomas, Charles et Stephan) à jouer essentiellement de la musique acoustique.

À la suite d'un spectacle en 2005, le groupe rencontre Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff[1], qui co-produisent par la suite le premier album avec le label Naïve. Au même moment, ils remportent le Prix Paris Jeunes Talents. Le groupe fait un passage remarqué au Printemps de Bourges 2006 sur la scène Pression live puis à nouveau en 2007 sur cette même scène.

2007 : Gee Whiz But This Is a Lonesome Town[modifier | modifier le code]

Lancé par un premier single Jimmy issu de leur premier album Gee Whiz But This Is a Lonesome Town sorti en , Moriarty connaît alors un succès certain qui lui permet de jouer à La Cigale à guichets fermés et l'album se vend à plus de 50 000 exemplaires en quelques mois[2], pour finalement être disque d'or un an après sa sortie[3] et atteindre un total de 150 000 exemplaires vendus[4]. Le groupe entame alors une longue tournée française qui passe en avril 2008 par le Printemps de Bourges sur la grande scène du Phénix pour réapparaître à 23h30 une nouvelle fois sur la scène Pression Live qui leur avait permis de se faire connaître. Une tournée qui passe également par la Suisse, le Canada, l’Espagne, l’Allemagne et l’Angleterre.

En 2008, le groupe Moriarty était pour la seconde fois au festival Solidays où il avait déjà eu l'occasion de jouer trois ans auparavant grâce au prix Paris Jeune Talent[5]. Cette même année, Moriarty a également donné des concerts au festival des Eurockéennes de Belfort, aux Francofolies de La Rochelle, au Montreux Jazz Festival, au Festival international de Benicàssim, ainsi qu'à la Fête de l'Humanité. Il s'est produits en octobre 2008 à l'Olympia, à Paris.

Le groupe puise son inspiration dans la musique traditionnelle irlandaise, la country et le blues, avec des instruments comme la contrebasse, l'harmonica, le kazoo, tout en ajoutant dans ses compositions originales les sons d'une machine à écrire, d'une valise, d'une cloche d'hôtel. Les musiciens jouent autour d'un seul micro stéréo sur scène, habitude prise lorsqu'ils faisaient des premières parties de concert, où la qualité du mixage est souvent inégale.

En mars 2008, le groupe enregistre pour une compilation, une reprise du titre Enjoy the Silence de Depeche Mode. Alors en tournée, les musiciens enregistrent leur version successivement dans une chapelle abandonnée en bordure d'une route, puis dans un grenier. C'est cette dernière version qui est retenue. Enregistrée dans l'urgence, cette reprise simple et dépouillée séduit et est diffusée le lendemain de son enregistrement sur radio Nova. En 2008, Moriarty fait partie des dix artistes nommés pour le prix Constantin[6].

Après une tournée française de plus de cent cinquante concerts, le quintette franco-américain effectue une tournée internationale. Il participe également au deuxième disque de la chanteuse franco-anglaise Emily Loizeau, et fait partie des artistes invités sur le projet « The Fitzcarraldo Sessions »[7], conçu par groupe Jack The Ripper.

En septembre 2009, le metteur en scène Marc Lainé demande à Moriarty de composer la musique de son spectacle La Nuit un rêve féroce, écrit par Mike Kenny, et joué au Théâtre de Nîmes et au Théâtre du Rond-Point à Paris[8].

2011 : The Missing Room[modifier | modifier le code]

En octobre 2010, Moriarty fonde « Air Rytmo », sa propre maison de disque, en choisissant une habile anagramme de son nom. Air Rytmo présente en avant première le second album The Missing Room à l'occasion d'une série de concerts, en mars 2011, au Trianon à Paris et avant sa sortie officielle en avril 2011.

Le disque reçoit un disque d'or en France après seulement quelques mois de commercialisation[réf. nécessaire]. La tournée se poursuit en Europe, au Canada, au Japon dans l'Océan Indien et en Australie[9].

La formation se produit en 2012 sur scène dans Memories from The Missing Room, un spectacle musical conçu et mis en scène par Marc Lainé avec des dessins de Philippe Dupuy, au théâtre de la Bastille. Le 8 décembre, ils participent au Festival Africolor de Saint-Denis où ils proposent un spectacle unique, accompagné de Christine Salem, la chanteuse de Salem Tradition[10].

2013 : Fugitives[11][modifier | modifier le code]

2015 : Epitaph[modifier | modifier le code]

En 2015, Moriarty sort l'album Epitaph, présenté comme étant son quatrième[12], et repart en tournée à travers la France (dont des concerts au Dôme de Gascogne à Auch, au Théâtre Jean-Claude Carrière à Montpellier et l'Olympia) et la Suisse (à l'Octogone). Porté par le single “Long Live The (D)evil", l'album présente des compositions du groupe, dans la continuité de Missing Room[13] tournant autour du thème de l'au-delà[14].

Le 13 novembre 2015, alors que groupe se trouve à Paris, Éric Tafani, le batteur de la formation, présent au Bataclan au moment de l'attaque terroriste, est touché par balle et gravement blessé au bras. En conséquence, Moriarty annule ses trois concerts parisiens, puis décide finalement de poursuivre la tournée sans son batteur et opte pour des représentations de style acoustique en l'absence de celui-ci[15].

Air Rytmo[modifier | modifier le code]

En octobre 2010, « afin de se réconcilier avec sa propre lenteur »[réf. nécessaire], Moriarty fonde son propre label Air Rytmo en reprenant son nom sous la forme d'une anagramme.

Les membres du groupe ont confié la gérance de cette SARL à Sébastien Zamora (fondateur de Zamora Productions et manager de Moriarty) qu’ils ont rencontré en 2005 dans le cadre du dispositif d’accompagnement « Paris Jeunes Talents » dont ils furent lauréats cette même année[16].

Air Rytmo, qui gère les productions phonographiques de Moriarty ainsi que ses droits éditoriaux, est aussi destiné à développer les multiples productions artistiques des cinq membres de Moriarty.

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Bandes originales de films[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :