Bertrand Cantat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cantat.
Bertrand Cantat
Bertrand Cantat avec Detroit en 2014 1 (cropped).jpg
Bertrand Cantat en 2014.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (55 ans)
PauVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
de 1980 à 2003, puis de 2008 à 2018
Nom de naissance
Bertrand Lucien CantatVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Fratrie
  • Xavier Cantat
  • Ann Cantat (morte en janvier 2018)
Conjoint
Enfant
  • Alice Cantat
  • Milo Cantat
Autres informations
Membre de
Instrument
Label
Genre artistique
Condamné pour
« meurtre commis en cas d'intention indirecte indéterminée » (2004)
Lieu de détention

Bertrand Cantat est un chanteur et musicien français, né le à Pau dans les Pyrénées-Atlantiques.

Il devient chanteur du groupe Noir Désir, qui rencontre un grand succès de la fin des années 1980 au début des années 2000. Durant ces années, Cantat est connu pour son écriture poétique, ses interprétations puissantes et son engagement à l'extrême-gauche.

En 2003, il tue sa compagne, Marie Trintignant, lors d'une dispute à Vilnius en Lituanie, ce qui lui vaut d'être condamné à huit ans de réclusion. Suite à l'obtention de sa liberté conditionnelle, en 2007, puis totale en 2011, et à la dissolution de Noir Désir en 2010, il fait un retour progressif à la scène, au travers de participations en duo, avec d'autres artistes, ou de collaborations théâtrales, avant de fonder un nouveau groupe, Détroit.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Bertrand Cantat naît à Pau d'un père parachutiste de la guerre d'Indochine qui est retourné dans le civil, et d'une mère institutrice puis femme au foyer[1]. Il passe sa jeunesse en Normandie, d'abord à Lillebonne où il habite dans le quartier de Fontaine Bruyère, puis à Pont-Audemer. Il fréquente le collège Louis-Pasteur.

Déménageant de la région du Havre, sa famille s'installe à Bordeaux en 1980[1]. Bertrand a un frère d'un an son aîné, Xavier, devenu photographe puis élu écologiste en 2008 à la mairie de Villeneuve-Saint-Georges, et compagnon de Cécile Duflot[2] ; et une sœur cadette, Ann, photographe (morte en janvier 2018[3]).

Vers l’âge de onze ans, il écoute MC5 (groupe avant-gardiste de la fin des années 1960, originaire de Detroit dans le Michigan, réputé pour sa sauvagerie sonore et son attitude subversive), alors que ses parents ne passent que très peu de disques, essentiellement de la musique classique, Georges Brassens et Jacques Brel, poussant plus leurs enfants à la lecture[1].[pas clair] À treize ans, il commence à écrire des textes. Il découvre à cette période les Doors. L’arrivée du punk l’encourage à jouer dans un groupe. Par la suite, il se passionne pour le Gun Club, formation de Jeffrey Lee Pierce.

1980 à 2002 : Période Noir Désir[modifier | modifier le code]

1980 à 1988 : Formation et débuts de Noir Désir[modifier | modifier le code]

En classe de seconde au lycée Saint-Genès à Bordeaux, à l'âge de seize ans, il rencontre Serge Teyssot-Gay, dix-sept ans ; ensemble ils recrutent par petite annonce les autres futurs membres du groupe Noir Désir : Denis Barthe qui joue de la batterie, et Frédéric Vidalenc qui joue de la basse. Comme à l'époque il ne sait jouer d'aucun instrument, Bertrand opte donc pour le chant. Le jeune groupe bordelais, d'inspiration new wave, se baptise un temps Psychoz — et gagne sous ce nom un tremplin rock organisé par FR3. Un second nom sera « 6.35 », puis ce sera « Noirs Désirs » (au pluriel). Bertrand Cantat répète avec ses amis en amateur entre 1981 et 1984.

Au cours de ces premières années, le groupe se produit dans les bars de Bordeaux, notamment au Chat Bleu. En ce début des années 1980, Bordeaux foisonne de nouveaux groupes : Camera Silens, Parfum de Femme, Réverbère, Stillettos, Les Exemples, Gamine, Les Standards, Strychnine, Nightshift, etc. Jusqu’en 1984, il y a une forte émulation entre les formations, avec de nombreux concerts et même un festival local, « les Boulevards du Rock ».

En 1986, Noir Désir réalise une maquette. Theo Hakola, ancien chanteur d’Orchestre rouge, et à l’époque meneur de Passion Fodder, l’écoute avec enthousiasme et décide d’aider le groupe. Par son intermédiaire, les Bordelais rencontrent Philippe Constantin de chez Barclay et signent un contrat pour un an renouvelable sous le nom Noir Désir (au singulier). Theo Hakola produit par ailleurs le premier album du groupe Où veux-tu qu'je r'garde ?, lequel sort début 1987. Celui-ci ne comporte que six titres et se rapproche donc davantage du format EP ou mini-LP. En deux mois, ce premier essai se vend à 5 000 exemplaires. Noir Désir tourne en France et se produit à Paris, notamment au Rex Club.

1988 à 1992 : Succès de Noir Désir[modifier | modifier le code]

En 1988, le groupe prolonge son contrat avec Barclay. À la fin de l’année, ils enregistrent, à Bruxelles, leur premier véritable album. Veuillez rendre l'âme (à qui elle appartient), produit par Ian Broudie (leader des Lightning Seeds, et connu pour avoir façonné le son d'Echo and the Bunnymen), paraît début 1989. L’énergie du deuxième opus est plus contenue, plus maîtrisée que celle du précédent. Aux sombres héros de l'amer entre au Top 50, et le disque se vend à plus de 150 000 exemplaires. Face à ce succès, Noir Désir refuse de faire sa promotion dans les émissions grand public à la télévision. Le groupe préfère se défendre sur scène, et s’embarque pour une longue tournée en France (à Paris, Élysée Montmartre et Olympia à guichets fermés, Eurockéennes de Belfort, Francofolies de La Rochelle, Printemps de Bourges, etc.), URSS, Canada, et Tchécoslovaquie. En concert, Noir Désir donne son maximum et Bertrand, à l'instar de Jim Morrison, aborde la scène comme une séance de chamanisme, alternant transes et périodes plus calmes.

Il doit s'arrêter de chanter en 1989 lorsque, déjà éprouvé par des cordes vocales endommagées, il tombe en syncope sur scène lors d'un concert à Besançon. (Finalement, il devra être opéré en 1994 après la très intense tournée de l'album Tostaky.)

Du ciment sous les plaines sort en février 1991. Sans promotion ni tube, l’album se vend à plus de 120 000 exemplaires. Noir Désir reprend la route jusqu’en juillet 1991, avec plusieurs passages à guichets fermés à l'Élysée Montmartre à Paris, un détour par Bruxelles et par Tōkyō. Le groupe en sort éreinté et Bertrand Cantat rencontre encore de sérieux problèmes avec ses cordes vocales. Noir Désir s’octroie alors de longues vacances. Bertrand, lui, s'en va quelque temps au Mexique.

Tostaky (contraction de todo está aquí[4]) paraît début décembre 1992. La voix de Cantat est mixée moins en avant que précédemment. Tostaky (le continent) entre à la première place du Top 50 et l’album est disque d’or peu de temps après sa sortie. L'album rencontre un grand succès, de même que la tournée qui suit, mais Bertrand Cantat doit se faire opérer les cordes vocales à l'issue de celle-ci.

1996 à 2002 : Le groupe à son apogée[modifier | modifier le code]

En novembre 1996 paraît l'album 666.667 Club ; Fred Vidalenc est remplacé par Jean-Paul Roy à la basse. Musicalement, ce nouvel opus oscille entre morceaux rock (Fin de siècle, L'Homme pressé, Un jour en France, Comme elle vient, Lazy, etc.) et d’autres aux tempos plus lents (À la longue, Ernestine avec Félix Lajkó au violon, À ton étoile, Septembre en attendant). Début 1998, 666.667 Club dépasse les 700 000 ventes.

En 1998, Noir Désir participe à Aux suivants, album collectif en hommage à Jacques Brel, reprenant Ces gens-là.

Bertrand multiplie alors les collaborations En 1997 il chante avec 16 Horsepower sur Fire Spirit et The Partisan, deux morceaux de l'album Low Estate (il s'agit de sa première collaboration avec le bassiste Pascal Humbert, futur membre de Détroit). Il tourne également aux côtés d’Akosh S.. En 1998 il chante avec Giorgio Canali (ancien ingénieur du son du groupe durant la tournée Dies Irae) sur 1, 2, 3, 1000 Vietnam. En décembre 1998, il participe à la Black session de Yann Tiersen et interprète À ton étoile avec un quatuor à cordes (un enregistrement de ce concert sort en novembre 1999). En 2000 il chante avec Denez Prigent sur Daouzek huñvre (douze rêves) de l'album Irvi.

D'autres collaborations se font avec Noir Désir au complet : avec Alain Bashung (Volontaire sur sa compilation intitulée Climax, parue en 2000) ; avec Têtes Raides (L’Iditenté sur Gratte poil sorti en 2000) ; Brigitte Fontaine (Bis Baby Boum Boum sur son album Kékéland, et L'Europe sur Des visages des figures de Noir Désir, les deux albums étant sortis en 2001) ; et Manu Chao (Le vent nous portera sur Des visages des figures également).

En 2001, le groupe reprend Le Roi de Georges Brassens sur l'album hommage Les Oiseaux de passage.

Dès juillet 2001, le simple Le vent nous portera, ballade avec Manu Chao à la guitare et Akosh S. à la clarinette, envahit les ondes, précédant la sortie de l'album Des visages des figures en septembre.

Le 21 juillet 2002, lors d'un concert au couvent des Ursulines de Montpellier, dans le cadre du festival de Montpellier / Radio France, Betrand Cantat, accompagné des musiciens de Noir Désir, lit un long poème inédit intitulé Nous n'avons fait que fuir. (Un album en est tiré, qui sort deux ans plus tard, peu après l'incarcération de Bertrand Cantat.)

En 2003, il fait ses premiers pas en tant qu'acteur dans le court métrage La Petite Fille de Licia Eminenti aux côtés de Garance Clavel.

2003 à 2011 : Déchéance[modifier | modifier le code]

Homicide de Marie Trintignant et incarcération[modifier | modifier le code]

Depuis fin 2002, Bertrand Cantat ne vit plus avec son épouse Krisztina Rády et entretient une relation avec Marie Trintignant. Le , au cours d'une dispute dans leur chambre d'hôtel de Vilnius en Lituanie (où l'actrice joue dans le téléfilm Colette, une femme libre), Bertrand Cantat lui assène « quatre gifles » (selon le témoignage du chanteur)[5], « 19 coups, dont 4 à la face, donnés à poings fermés » (selon les médecins légistes baltes)[6], à l'origine d'une fracture du nez, de lésions internes et d'un œdème cérébral[7]. Bertrand Cantat la porte alors jusque dans son lit. En pleine nuit, il téléphone à Vincent Trintignant, le frère de Marie, lui expliquant qu'il l'a frappée. Celui-ci rejoint le chanteur et appelle les secours à 7 h 15 lorsqu'il prend conscience que sa sœur souffre d'hémorragies et est devenue aréactive. Marie Trintignant est admise à l'hôpital universitaire de Vilnius dans un coma profond. Les deux hommes l'accompagnent, puis Bertrand Cantat rentre à l'hôtel où il tente de se suicider en avalant un mélange de tranquillisants et d'antidépresseurs. Il subit à l'hôpital un traitement de désintoxication lourd[8]. Marie Trintignant, malgré son état critique, est rapatriée en France, où elle meurt de ses blessures le .

Les faits ayant eu lieu en Lituanie, le procès se déroule à Vilnius du 16 au 29 mars 2004. Bertrand Cantat est condamné par la justice lituanienne le à huit ans d'emprisonnement pour « meurtre commis en cas d'intention indirecte indéterminée »[9]. L'affaire connaît une forte médiatisation, régulièrement marquée par une passe d'armes entre Georges Kiejman, avocat des Trintignant, et Olivier Metzner, avocat de Bertrand Cantat (notamment lors de la parution du livre de Nadine Trintignant, Marie, ma fille, réquisitoire contre le chanteur, en octobre 2003 soit quelques mois avant son procès)[10]. Le — conformément aux dispositions de la Convention européenne du 21 mars 1983[11] —, Bertrand Cantat est transféré à la prison de Muret, près de Toulouse[12].

En 2007, du fait de sa bonne conduite en prison, Bertrand Cantat bénéficie de plusieurs permissions de sorties très discrètes, et dépose le une demande de libération conditionnelle à laquelle le parquet ne s'oppose pas. Le , celle-ci est accordée[12]. Libéré après avoir purgé la moitié de sa peine, il s'engage à se soumettre pendant un an à des mesures de contrôle judiciaire et d'assistance psychologique[13], et à ne pas s'exprimer publiquement sur l'affaire Trintignant[14]. La mère de la victime, Nadine Trintignant, s'est opposée à cette libération par l'envoi d'une longue lettre au juge d'application des peines, ainsi qu'au Figaro, dans laquelle elle déplore « un signal négatif » donné à l'opinion publique en matière de violences faites aux femmes[13].

Le , son contrôle judiciaire prend fin, sa condamnation se trouvant, huit ans après l'homicide, entièrement purgée[15].

Fin de Noir Désir[modifier | modifier le code]

Noir Désir était en pause entre 2003 et 2008 du fait de l'incarcération de Bertrand Cantat. Le 12 novembre 2008, le groupe propose deux nouveaux morceaux en téléchargement gratuit sur son site officiel : un titre inédit, Gagnants / Perdants puis une reprise du standard Le temps des cerises. Pour cette reprise, le morceau est enregistré avec Estelle et Romain Humeau à la basse et à la batterie, Serge Teyssot-Gay à la guitare et Bertrand Cantat au chant. Selon un message laissé sur le site : « La chanson, Gagnants / Perdants a été enregistrée par Noir Désir, en réaction au contexte actuel [de crise économique], politique et humain dans toute l’acception du terme. Impossible d’attendre pour la mettre à disposition. »

En dehors de ce message, le groupe fait le choix d'une politique de silence médiatique et ses membres comme sa maison de disques refusent de commenter la sortie de ces morceaux.

Le 10 janvier 2010, on apprend le suicide de Krisztina Rády, épouse du chanteur (voir ci-après).

Le , Bertrand Cantat remonte sur scène lors du festival Les Rendez-vous de Terres Neuves à Bègles. Sans ses trois acolytes de Noir Désir, il accompagne ses amis du groupe Eiffel pour trois chansons (À tout moment la rue, puis en clôture du concert Le Temps des cerises et Search and Destroy des Stooges — dont les paroles prennent une tonalité grinçante voire glaçante dans le contexte qui est le sien)[16]. Le , le site de Télérama annonce que Cantat va enregistrer dans un studio parisien un duo avec Brigitte Fontaine, Les Vergers (titre de 1975), lequel figurera sur le disque L'un n'empêche pas l'autre sorti en 2011[17].

Vers novembre 2010, Bertrand enregistre avec le groupe une reprise de la chanson Aucun express d'Alain Bashung, dans le cadre du projet d'album hommage Tels Alain Bashung. Ce sera le dernier enregistrement de Noir Désir. Le , le guitariste Serge Teyssot-Gay annonce son départ de Noir Désir. Le lendemain, le batteur Denis Barthe annonce la fin du groupe[18],[19],[20].

Par la suite, dans un livre paru en 2012, Denis Barthe déclare que la fin de Noir Désir a été provoquée par un dîner ayant réuni les membres du groupe en novembre 2010. Au cours de cette soirée, selon le témoignage de Denis Barthe : « D’un coup, dans la discussion, Bertrand a complètement changé et s’est comporté comme une ordure. (...) Il s’est positionné comme une victime. Vilnius, ce n'était pas de sa faute... Comme si Marie avait glissé sur une savonnette. Krisztina ce n'était pas de sa faute, elle était malheureuse, etc. Il nous a tous accusés d’avoir besoin de sa notoriété. » L'attitude de Bertrand Cantat, ce soir-là, aurait directement entraîné le départ de Serge Teyssot-Gay deux jours plus tard. Le guitariste avait alors évoqué des « désaccords émotionnels, humains et musicaux » et un « sentiment d’indécence »[20].

Suicide de Krisztina Rády[modifier | modifier le code]

Bertrand Cantat rencontre sa future épouse, Krisztina Rády, lors du Sziget Festival à Budapest en 1993. Le couple a deux enfants : Milo (né en 1997) et Alice (née en 2002). Malgré la séparation du couple en 2003, Krisztina Rády soutient Cantat lors de son procès pour l'homicide de Marie Trintignant. Le couple se reforme à la libération du chanteur. Le , Krisztina Rády se suicide, chez elle, dans le quartier Nansouty de Bordeaux, alors que Cantat est présent dans la maison familiale[21].

Une éventuelle responsabilité de Cantat, alors encore sous contrôle judiciaire, a rapidement été écartée, à la suite de l'autopsie du corps le , laquelle a confirmé le suicide par pendaison ; une lettre d'adieu de la défunte a été retrouvée, dont le contenu n'a pas été rendu public par le parquet de Bordeaux « par respect pour ses proches et sa famille ». En 2013, un ouvrage de Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard[22] relance la polémique en reproduisant des messages téléphoniques laissés par Krisztina Rády sur le répondeur de ses parents, évoquant le comportement violent de son compagnon, alors en liberté conditionnelle[23].

Le 30 novembre 2017, plusieurs journaux font état de nouvelles accusations de violences conjugales à l'encontre du chanteur (notamment contre Krisztina Rády)[24],[25],[26]. Un des anciens membres du groupe Noir Désir aurait alors témoigné anonymement dans le journal Le Point[27] des violences que Bertrand Cantat aurait multipliées depuis plusieurs années ; selon ce même témoignage, Krisztina Rády aurait demandé aux proches de Bertrand Cantat de mentir lors du procès de Vilnius ; mais tous les anciens membres du groupe ont démenti avoir fourni un tel témoignage (voir ci-après, section 2017-2018). Le Journal du Dimanche révèle en juin 2018 que le parquet de Bordeaux a ouvert une nouvelle enquête préliminaire[28],[29]. Au même moment, son retour sur scène est perçu[Par qui ?] comme une provocation[30],[31].

Le 6 juillet 2018, la justice annonce que la plainte déposée contre Bertrand Cantat par l'association féministe Femme et libre concernant le suicide de Krisztina Rády est classée sans suite. La procureure de la République de Bordeaux déclare que « les investigations menées n’ont pas permis de caractériser que le suicide de Krisztina Rády était en relation avec des violences physiques et psychologiques commises sur elle par Bertrand Cantat »[32]. À la suite de cette accusation, le chanteur dépose plainte en août 2018 pour dénonciation calomnieuse contre Yael Mellul, la présidente de l'association Femme et Libre[33]. Yael Mellul publie avec Lise Bouvet le livre Intouchables ? qui dénonce l'omerta autour de Bertrand Cantat[34].

Depuis 2011 : l'après Noir Désir[modifier | modifier le code]

Théâtre : le « Cycle des femmes » (2011)[modifier | modifier le code]

Le , Le Devoir, un quotidien de Montréal, annonce que Bertrand Cantat, Pascal Humbert, Bernard Falaise et Alexander MacSween ont écrit la musique du spectacle de Wajdi Mouawad Le Cycle des femmes : trois histoires de Sophocle qui sera présenté lors du festival d'Avignon puis au Théâtre du Nouveau Monde (TNM) de Montréal[35],[36]. Ce choix d'intégrer Bertrand Cantat à la pièce crée la controverse à Avignon où, par absence de coordination entre les différents organisateurs, Jean-Louis Trintignant est lui aussi programmé avant qu'il ne se retire[37] (tout comme le fait Bertrand Cantat quelques heures plus tard « par respect pour la douleur » de Jean-Louis Trintignant[38]). Au Québec, à la suite de cette controverse, le TNM annonce que Bertrand Cantat ne montera pas sur la scène du théâtre[39]. Un des motifs de cette vive réaction tient au fait que Bertrand Cantat devait jouer dans des pièces parlant de femmes et évoquant les violences faites aux femmes[40]. Finalement, c'est au Rocher de Palmer à Cenon, près de Bordeaux, que ce projet voit le jour, du 28 juin au 2 juillet de la même année[41]. Le 17 novembre 2011, la musique du spectacle sort dans un album diffusé sur les plateformes de téléchargement légal par les éditions Actes Sud sous le titre Chœurs, sans toutefois la reprise du titre Les Vergers de Brigitte Fontaine et Areski Belkacem (utilisé sur scène pendant l’enterrement d’Antigone).

Collaborations et projets divers (2011-2012)[modifier | modifier le code]

Le , Bertrand Cantat remonte sur une scène parisienne avec le groupe Shaka Ponk lors du rappel de leur concert au Zénith de Paris.

Le 30 janvier 2012, Bertrand Cantat rejoint Brigitte Fontaine sur la scène du Trianon pour interpréter en duo Les Vergers, ainsi que Bis Baby Boum Boum, et lors du rappel Soufi, où il se substitue à Grace Jones[42]. Bertrand Cantat participe également à l'enregistrement en Afrique de Folila, le nouvel album du duo malien Amadou et Mariam prévu pour le , sur lequel il est présent sur six titres, notamment Oh Amadou.

Au festival des Eurockéennes de Belfort, le 29 juin 2012, il est présent au début et à la fin du concert d'Amadou et Mariam, chantant sur plusieurs titres soit dans les chœurs, soit en solo ; puis quelques heures plus tard, il remonte sur scène avec le groupe Shaka Ponk pour interpréter avec eux le titre Palabra mi amor. Il se produit également avec ce groupe pour trois chansons lors de leur concert à Bercy en janvier 2013 (reprises de Avec le temps de Léo Ferré, de Gimme Shelter des Rolling Stones, et Palabra Mi Amor). Les 29 et 30 mars 2013, il participe à la reprise au Cent Quatre du spectacle Dernières nouvelles de Frau Major en hommage à Alain Bashung où il interprète Comme un Lego.

Le projet Détroit (2013-2014)[modifier | modifier le code]

Bertrand Cantat en concert avec Détroit en 2014 à Amiens.

Le mercredi , le quotidien 20 minutes annonce dans son édition suisse que Bertrand Cantat est sur le point de reformer un groupe avec Pascal Humbert, ancien membre du groupe 16 Horsepower[43].

Le paraît la chanson Droit dans le soleil, premier titre du nouveau groupe Détroit formé par Bertrand Cantat et Pascal Humbert dont le premier album intitulé Horizons, annoncé depuis 2011, est sorti le 18 novembre 2013[44]. Le 3 novembre 2014 paraît un double album live intitulé La Cigale. Cet enregistrement comprend des titres de Détroit et de Noir Désir.

En 2014, Détroit se produit lors d'une tournée française, qui passe notamment par le festival des Vieilles Charrues, les Eurockéennes de Belfort, Terres du son et plusieurs Zénith en France.

La bande originale de Les Premiers, les Derniers, film de Bouli Lanners, est composée et interprétée par Pascal Humbert avec une participation de Bertrand Cantat[45],[46].

Nouvel album solo et polémiques (2017-2018)[modifier | modifier le code]

Le 6 octobre 2017 sort le titre L'Angleterre[47]. Cette chanson politique, parlant du Brexit et des migrants cherchant à atteindre l'Angleterre, est le premier extrait de l'album Amor Fati, publié par Bertrand Cantat en tant qu'artiste solo, bien qu'il soit accompagné de Pascal Humbert et de Bruno Green, qui avaient participé à l'aventure Détroit. L'album sort le 1er décembre 2017.

Mais ce retour est entaché par les répercussions médiatiques et sociales de l'affaire Weinstein, dans un contexte de dénonciation des violences envers les femmes, surtout après la parution de deux articles polémiques autour du chanteur dans Les Inrockuptibles et Le Point.

L'hebdomadaire culturel Les Inrockuptibles est critiqué pour avoir mis en couverture Bertrand Cantat en raison de son passé judiciaire. L'intéressé s'exprime en ces termes : « Ça prend beaucoup de place, ça m'occupe chaque seconde. Mais on finit par retrouver un semblant de vie. Comme je ne connais pas le déni, je ne m'échappe pas. Je reste très seul avec tout ça. [J'accepte mon] destin. [...] Ça ne veut pas dire que je vis sans regrets, sans remords. Il m'a fallu tout prendre, assumer les conséquences de mes actes. J'ai toujours été d'une clarté totale sur l'acceptation de mon jugement, de ma condamnation[48]. »

Deux jours avant la sortie de l'album, l'hebdomadaire d'information Le Point publie une enquête contenant de nouvelles accusations de violences contre Bertrand Cantat. Ces accusations reposent sur divers témoignages, dont celui d'un ancien membre de Noir Désir, s'exprimant sous couvert d'anonymat[27]. Mais tous les anciens membres du groupe démentent avoir fourni ce témoignage, et l'avocat de Bertrand Cantat annonce un prochain dépôt de plainte pour diffamation ou injure[49],[50].

Des voix se font entendre, notamment de la part d’associations féministes[51], pour dénoncer le retour sur scène et la mise en lumière de Bertrand Cantat. La tournée est perturbée par des manifestations devant les salles de concerts, des appels au boycott ou des pétitions. Le , après l'annulation de certains de ses concerts par les organisateurs, maires ou financeurs, le chanteur se retire des festivals d'été et publie une tribune sur Facebook[52]. Lors de son dernier concert le 10 juin à Bruxelles, il sous-entend qu'il met un terme à sa carrière scénique[53].

Écriture[modifier | modifier le code]

Bertrand Cantat développe une écriture personnelle et poétique inspirée par Baudelaire, Mallarmé, Lautréamont, Rimbaud et Maïakovski[1]. À partir de l'album Tostaky, il évolue vers des textes plus concis et imagés. Certains textes figurant dans 666.667 Club sont ouvertement politiques : il dénonce la montée du Front national dans Un jour en France, le culte de la réussite et de la vitesse dans L'Homme pressé, la mondialisation dans Fin de siècle.

Prises de positions et actions politiques[modifier | modifier le code]

Les membres de Noir Désir, Bertrand Cantat en tête, utilisent leur notoriété pour exprimer et défendre leurs convictions politiques. Dans les années 1990, Bertrand Cantat revendique une « liberté de penser » et présente des sympathies pour certaines idées des mouvements libertaires, sans adhésion dogmatique[54], avec notamment un soutien à la CNT (Confédération nationale du travail) en 2000[55], puis une orientation politique qui s'oriente vers un rejet de la mondialisation et donc un rapprochement avec les mouvements altermondialistes[54], ainsi qu'un rejet des thèses du Front national. Par ailleurs, il critique vivement l'Union européenne avec la chanson L'Europe. L'un des nombreux exemples est un concert à Toulon — ville alors dirigée par le Front national — en 1997.[précision nécessaire] Bertrand Cantat réitère ces actions avec le groupe, mais aussi en solo lors d'une soirée à l'Institut d'études politiques de Bordeaux en avril 1999, invité par les étudiants.[précision nécessaire]

En avril 1999, Bertrand Cantat manifeste son opposition aux lois relatives à l'immigration et se produit avec le groupe pour un concert de soutien au GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigrés), à l’initiative de Rodolphe Burger de Kat Onoma. Les Têtes Raides les rejoignent dans cette aventure, qui a donné lieu à plusieurs concerts pour la liberté de circulation. En 2002, Bertrand Cantat et Noir Désir improvisent, avec les Têtes Raides, Dominique A, Yann Tiersen et Rodolphe Burger, quatre concerts en France en réaction à la qualification de Jean-Marie Le Pen pour le second tour de l'élection présidentielle.

Le , lorsque son groupe reçoit la Victoire de la musique pour l'album rock de l'année et le clip de l'année, Bertrand Cantat prend la parole pour haranguer le groupe Vivendi — dont dépend leur maison de disques Universal — et son président, Jean-Marie Messier. Il lui reproche une certaine récupération de leur nom comme alibi culturel quant à la diversité dont se prévaut le premier label français. Cet incident marque les esprits avec cette phrase[56] : « Et si nous sommes tous embarqués sur la même planète, on n'est décidément pas du même monde ! »

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Noir Désir[modifier | modifier le code]

Avec Pascal Humbert[modifier | modifier le code]

Avec Akosh S.Unit[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Marc Besse, Noir Désir à l'envers, à l'endroit, éditions Ring, 2012 (ISBN 979-1091447027), p. 35 et 37.
  2. « Xavier Cantat, le mari de... Cécile Duflot », Paris Match, 9 août 2010.
  3. Voir sur sudouest.fr.
  4. « tout est là » en espagnol
  5. Jugement du TGI de Toulouse reprenant le déroulement des faits et la condamnation
  6. Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard, « La justice lituanienne », Le Parisien, 20 février 2004.
  7. [1], sur leparisien.fr, 29 octobre 2003
  8. Stéphane Bouchet, Frédéric Vézard, Bertrand Cantat, Marie Trintignant : l'amour à mort, Archipel, , p. 129.
  9. Il s'agit de la qualification lituanienne du meurtre. Cf. Jugement du TGI de Toulouse reprenant le déroulement des faits et la condamnation dans Le Figaro.
  10. Stéphane Bouchet, Frédéric Vézard, Bertrand Cantat, Marie Trintignant : l'amour à mort, Archipel, , p. 135.
  11. « Convention sur le transfèrement des personnes condamnées » [PDF], sur admin.ch.
  12. a et b Jugement du 15 octobre 2007 ,du juge de l'application des peines du TGI de Toulouse, minute no 2007/964
  13. a et b Bertrand Cantat, le chanteur du groupe Noir Désir, obtient la liberté conditionnelle, Le Monde en ligne du 15 octobre 2007
  14. Loi Perben II
  15. « Bertrand Cantat aura purgé la totalité de sa peine jeudi », Le Monde, 28 juillet 2010.
  16. : Bertrand Cantat retrouve la scène sous haute sécurité, La Dépêche du Midi,
  17. telerama.fr
  18. Noir Désir, c'est terminé lexpress.fr, 30 novembre 2010
  19. Noir Désir est mort dans Libération Next du 30 novembre 2010.
  20. a et b La fin de Noir Désir, racontée de l'intérieur, Libération, 18 octobre 2012
  21. tu/2010/01/10/01011-20100110FILWWW00132-l-ex-femme-de-cantat-s-est-suicidee-rtl.php « Suicide de l'ex-femme de Cantat (RTL) », Le Figaro, 10 janvier 2010.
  22. Bouchet Stéphane et Vézard Frédéric, Marie Trintignant - Bertrand Cantat : l’amour à mort, éditions Archipel, Paris, 2013.
  23. L'ex-femme de Bertrand Cantat l'accuse, Laurent Chabrun, L'Express du 25 juin 2013.
  24. « Bertrand Cantat, enquête sur une omerta - Le Point », sur lepoint.fr, (consulté le 30 novembre 2017).
  25. Le JDD, « Bertrand Cantat : une ex-avocate veut relancer l’enquête sur le suicide de l'épouse du chanteur », lejdd.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2018).
  26. Le Point.fr, « Bertrand Cantat : de nouveaux éléments sur le suicide de son ex-femme ? », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2018).
  27. a et b Anne-Sophie Jahn, « Bertrand Cantat, enquête sur une omerta », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2017)
  28. Le JDD, « Bertrand Cantat : la justice rouvre l'enquête sur la mort de son ex-femme », lejdd.fr,‎ (lire en ligne).
  29. « Bertrand Cantat visé par une plainte concernant la mort de sa femme Krisztina Rady », sur Le Monde.fr (consulté le 3 juin 2018).
  30. http://www.purepeople.com/article/bertrand-cantat-la-lettre-de-suicide-de-kristina-rady-devoilee_a289450/1
  31. https://www.linternaute.com/actualite/personnalites/1177125-kristina-rady-ce-que-l-on-sait-de-sa-mort-pourquoi-bertrand-cantat-veut-parler/
  32. « Suicide de son ex-épouse: la plainte contre Bertrand Cantat classée sans suite », sur leparisien.fr, .
  33. « Bertrand Cantat porte plainte contre la féministe Yael Mellul », sur lefigaro.fr,
  34. « Agressions sexuelles : pourquoi artistes et politiques sont-ils intouchables ? », marie claire,‎ (lire en ligne)
  35. Bertrand Cantat sur la scène du TNM dans Le Devoir du 4 avril 2011.
  36. Bertrand Cantat, du Noir au tragique dans Libération du 6 avril 2011.
  37. Bertrand Cantat ne jouera ni à Avignon ni au Canada dans Télérama du 1er juillet 2011.
  38. « Des femmes », 7 heures de réflexion par René Solis dans Libération du 22 juillet 2011.
  39. Michel Bélair, « Cantat ne foulera pas les planches au Canada », Le Devoir,
  40. Micheline Carrier, « Cantat et TNM - La cérémonie du pardon », Sisyphe,
  41. M-A.K., « Bertrand Cantat : À Cenon, c'est oui ! », Yahoo! Actualités,
  42. Poétesse, punk et rebelle dans Le Soir du 3 février 2012.
  43. Un nouveau groupe pour Bertrand Cantat dans 20 minutes (édition suisse-romande) du 16 mars 2011
  44. 10 ans après le drame de Vilnius, Bertrand Cantat sort de son silence dépêche AFP dans La Libre Belgique le .
  45. Waimes: Bertrand Cantat enregistre au studio La Chapelle la musique du prochain film de Bouli Lanners - La Meuse,
  46. Youtube - Les Premiers, les Derniers
  47. Bertrand Cantat : nouveau single aux couleurs anglaises - Les Inrockuptibles,
  48. Agence France Presse, « La une des "Inrocks" avec Bertrand Cantat fait polémique », lepoint.fr, (consulté le 11 octobre 2017)
  49. « Affaire Cantat : le SMS troublant de l’ancien guitariste de Noir Désir », leparisien.fr,‎ 2017-12-01cet17:05:00+01:00 (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2017)
  50. « Bertrand Cantat va porter plainte contre « Le Point » après des accusations de violences », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 2 décembre 2017)
  51. https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/27/2768175-concert-bertrand-cantat-toulouse-associations-feministes-vont-manifester.html
  52. « Cantat renonce aux festivals d’été pour « mettre fin à toutes les polémiques » », sur Le Monde.fr (consulté le 12 mars 2018)
  53. « Bertrand Cantat a-t-il annoncé la fin de sa carrière? », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2018)
  54. a et b Noir Désir, un groupe libertaire au cœur de la mondialisation entretien avec Grégoire Allix et Bruno Lesprit dans Le Monde du 13 septembre 2001.
  55. Noir Désir, Concerts, 30 avril 2000.
  56. « Le coup de gueule de Noir Désir », leparisien.fr,‎ 2002-03-10cet00:00:00+01:00 (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2017)
  57. Bertrand Cantat : une chanson avec Guaka dans Sud Ouest du 2 avril 2012.
  58. « CONDOR LIVE (CANTAT/MANUSOUND/SENS) CENON 2016 », sur flo-ced.e-monsite.com (consulté le 7 octobre 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noir(s) Désir(s), biographie de Noir Désir, éditions Verticales, 1999 (ISBN 2-84335-047-6)
  • Noir Désir, l'expérience des limites, entretiens avec Bertrand Cantat de Dominique-Emmanuel Blanchard et Jean Yssev, éditions le Bord de l'eau, 2002 (ISBN 978-2-911803-54-3)
  • Un Noir Désir, Bertrand Cantat, biographie de Andy Vérol, éditions Scali, 2008 (ISBN 978-2-35012-231-1)
  • Noir Désir, Bertrand Cantat, Un destin rock, biographie de Bertrand Cantat, signée par Pierre Mikaïloff, guitariste du groupe Les Désaxés et journaliste rock, et préfacé par Jean Fauque, éditions Alphée, 2009
  • Noir Désir, le vent les portera, biographie de Bertrand Cantat et de son groupe Noir Désir, d'Andy Vérol, éditions Pylône, juin 2009 (ISBN 978-2-917-57705-9)
  • Bertrand Cantat, Entre éthique du dégagement et immanence du contrôle , biographie de Bertrand Cantat, signée par Thomas Roussot, éditions l’Harmattan, 2011 (ISBN 978-2-296-55573-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]