Odezenne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Odezenne
Description de cette image, également commentée ci-après
Odezenne en live au festival Dour 2016, scène Jupiler
Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Musique alternative
Années actives Depuis 2007
Labels Universeul
Influences Radiohead, Micropoint, Korn, The Walkmen, Grandaddy, Dean Blunt, Smashing Pumpkins, Yung Hurn, Nirvana, Serge Gainsbourg, MGMT, Madlib, A Tribe Called Quest, La Rumeur, Death Grips, The Doors, Jacno, The Velvet Underground, Oxmo Puccino, Lootpack, Léo Ferré, Rage Against the Machine, Sherman Brothers, Luigi Tenco, Gonjasufi, Pink Floyd, The Beatles, 21 Savage, Smog, Philippe Katerine, Frank Ocean, Mac Demarco[1]
Site officiel odezenne.com
Composition du groupe
Membres Alix Caillet
Jacques Cormary
Mattia Lucchini
Anciens membres Priska
Pierre (DJ Lodjeez)

Odezenne est un groupe de musique alternative français, originaire de Bordeaux, en Gironde. Leur univers musical est caractérisé par un éclectisme notable qui n'a cessé de s'élargir depuis leur début. En quatre disques, le groupe a dessiné les contours de sa singularité musicale. Formé autour de Alix, Jacques et Mattia, le groupe compte un album studio, un EP, un street album et une mixtape. Le tout accompagné de plus de 20 clips.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et débuts (2003–2007)[modifier | modifier le code]

Alix et Mattia se rencontrent en cinquième. Le premier vient de région parisienne, l’autre de Milan, en Italie. Ils forment un groupe de rock, nommé Satanic Spirit[2] sans donner suite à cette aventure musicale. Leurs chemins se séparent en 1999 quand Alix part vivre à l'étranger, d'abord à Oxford puis à Bilbao. C'est à cette période qu'il commence à écrire. Retrouvant Mattia à Bordeaux quatre ans après, ils forment O2zen: « Odezenne, c'était le nom de notre ancienne proviseure, on l'a utilisé dans un freestyle, ça nous a fait marrer, on l'a gardé », explique Alix[3]. Ils enregistrent leur premier morceau en 2004. Les deux amis rencontrent par la suite Jacques, à l'époque Jaco H17, originaire de Choisy-le-Roi, dans le Val-de-Marne[4] et qui a quitté l'école en 3e pour travailler à Rungis.

Entre 2004 et 2007, ils composent leurs premiers morceaux ensemble. A l'issue de cette période, un ami leur propose une première partie à l'Inca[5], une cave concert mythique des années 2000 à Bordeaux. L'occasion pour eux de recruter DJ Lodjeez à la formation. Odezenne remplit la salle et y retourne à trois reprises en avril 2007. Ils décident ensuite d'enregistrer un premier disque, de faire des concerts, et montent leur label Universeul. Ils veulent en faire une « major indépendante ».

sans. chantilly (2008)[modifier | modifier le code]

Leur première sortie, la mixtape sans. chantilly est publiée en novembre 2008, et saluée par la presse spécialisée[6],[7]. Pour Rapmag, « Du rap aérien ou comment proposer via un premier effort une bouffée d'air frais, salutaire et bienvenue, à même d'ébranler intelligemment les canons du rap actuel[8]. » À peine 12 jours après sa sortie, la sortie se retrouve deux semaines en page d'accueil de la naissante plateforme musicale Deezer. Les 1 000 exemplaires pressés s'écoulent rapidement sans aucune distribution en magasin [9]. Le disque sera réédité en novembre 2013.

O.V.N.I (2011–2013)[modifier | modifier le code]

En mars 2011, leur deuxième sortie est un street album[10], intitulé O.V.N.I _Orchestre Virtuose National et Incompétent, il sort après onze mois de travail. Le disque est cette fois-ci distribué dans quelques magasins. Face au bouche à oreille grandissant, Odezenne réédite l’album en 2012 dans une version augmentée de cinq titres intitulée L’édition Louis XIV. Porté par le morceau Tu pu du cu — un égo trip où ils se positionnent à contre-courant des codes rap (en témoigne ce clip décalé où, déguisés en clown, ils bataillent contre un jeu de cartes représentant les figures emblématiques du rapgame américain) — cette réédition a une portée nationale : Odezenne continue de planter son décor. Avec un très bon accueil de la presse spécialisée comme du public, c'est surtout la scène qui va les révéler au public peu à peu.

À partir de fin 2011, le groupe dévoile une série de clips, exclusivement produits par Universeul. L’image et le soin apporté aux vidéos participent fortement à la mise en orbite du groupe, puis à leur succès. D'abord Gomez réalisé par Selim Bentounes, puis Taxi par Adrien Benoliel et Dedans de Validimir Mavounia-Kouka. Mais c’est avec le clip Tu pu du cu que le groupe fera son premier gros score sur réseaux. Le jeune réalisateur Romain Winkler devient de plus en plus actif dans le groupe et réalise par la suite les clips de Saxophone, Chewing-gum, Rien, Je veux te baiser, Vilaine, Boubouche et Un corps à prendre.

Une solide réputation sur scène leur permet en 2014 d’être programmés dans les plus gros festivals d'été. Notamment Les Vieilles Charrues, Les Eurockéennes de Belfort, Le Paléo Festival en Suisse, Les Solidays, Les Francofolies de La Rochelle, jusqu'au Fusion Festival en Allemagne[11]. En octobre 2013, à l’occasion de leur centième concert, le groupe sort un EP live enregistré aux Vivres de l'art à Bordeaux et annonce leur départ à Berlin.

Rien (2014)[modifier | modifier le code]

Le 21 avril 2014, le groupe publie Rien, titre extrait de l’EP du même nom, qui parait, lui, en mai 2014[6]. Prélude d'un nouvel album annoncé pour 2015 et enregistré à Berlin, le disque est porté par le clip Je veux te baiser, réalisé par Romain Winkler. La teneur du propos en fait un objet éminemment viral et enflamme les réseaux sociaux.

Le groupe décide d’auto-produire à L'Olympia, la mythique salle parisienne, le 10 mars 2015, affirmant leur audace et leur statut en remplissant celle-ci[12]. Lors d'une interview donnée au magazine Crumb en mai 2014, Alix révèle le départ de DJ Lodjeez du groupe, juste avant leur départ à Berlin. Alix, Mattia et Jacques passent 7 mois à Berlin Est dans le quartier de Friedrichshain, au 2 rue Dolziger, lieu qui donnera le nom à leur premier véritable album studio[13].

Dolziger Str. 2 (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

À la suite de ce périple hivernal à Berlin, Odezenne publie Dolziger Str. 2 le [14] (le jour des attentats tragiques à Paris) - une production Universeul.

Le premier extrait est lancé 2 mois auparavant via le clip : Bouche à lèvres de Vladimir Mavounia-Kouka, qui s'était rapidement propagé sur les réseaux sociaux malgré son interdiction au moins de 18 ans. Six clips au total accompagneront l'album[15]. Une sortie caractérisée par un son riche, soutenue par des textes d'une rare profondeur, qui repousse encore un peu plus les frontières entre chanson et rap[16]. Un engouement particulier entoure la sortie de cet album, jusqu'à la couverture des Inrockuptibles[17], et la sélection du groupe par Apple Music comme meilleur nouvel artiste de 2015[18].

Une tournée de plus de 100 dates accompagne cette sortie, avec notamment une série de 7 concerts au festival SXSW à Austin aux Etats-Unis[19].

Rôle d'Internet[modifier | modifier le code]

Odezenne fait partie de ces groupes dont la carrière est intimement liée au DIY et au développement sur Internet. Le groupe parvient ainsi à se faire connaître sans passer par les canaux traditionnels de collaboration avec un label, ou encore de programmation radio. Le bouche à oreille sur les réseaux sociaux suffit et en fin de tournée Dolziger, la chaîne YouTube du groupe totalise 20 millions de vues[20].

Faute d'intérêt spontané de la part des promoteurs locaux, Odezenne bouscule les méthodes habituelles de booking et crée en 2013 via Facebook un concept participatif baptisé Odezenne à la demande. Les fans sont invités à se mobiliser dans des groupes dédiés pour une quinzaine de grande villes. La création de ces évènements virtuels, sans date et ouvert à tous les partages déclanchera finalement une véritable tournée. Quelques heures après le lancement de l'opération, ce sont 20 000 personnes qui viendront partager ces événements et une douzaine de concerts complets seront concrétisés à Lille, Bordeaux, Marseille, Toulouse, Montpellier ou encore à Lyon[21],[22].

Ce concept est réemployé en 2016 pour une tournée sold out jusqu'à l'Élysée Montmartre (Bikini, Aéronef, Élysée Montmartre, La Laiterie, Transbordeur, etc.)[23],[24]. Les billets étaient alors uniquement vendus dans des groupes Facebook fermés, dédiés à l'opération.

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Alix Caillet — chant (depuis 2003)
  • Jacques Cormary — chant (depuis 2004)
  • Mattia Lucchini — clavier, guitare (depuis 2003)
  • Stefano Lucchini — batterie (en live) (depuis 2014)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Pierre / DJ Lodjeez – platines (2005–2013)
  • Marie-Priska Caillet – chant, clavier, danse (2007–2013)

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

Clips et clips documentaires[modifier | modifier le code]

  • 2016 : Un corps à prendre réalisé par Romain Winkler
  • 2016 : Cabriolet réalisé par Marine Dricot
  • 2016 : Matin (Clip Documentaire) réalisé par Jérôme Clément-Wilz
  • 2016 : Boubouche réalisé par Romain Winkler
  • 2016 : Chimpanzé (Clip documentaire) réalisé par Arthur Muller
  • 2016 : Novembre (Clip documentaire) réalisé par Jérôme Clément-Wilz
  • 2016 : Souffle le vent réalisé par Alix Caillet et Adrien Benoliel
  • 2015 : Vodka réalisé par Alix Caillet et Romain Winkler
  • 2015 : Vilaine réalisé par Romain Winkler
  • 2015 : Bouche à lèvres réalisé par Vladimir Mavounia-Kouka
  • 2014 : Je veux te baiser réalisé par Romain Winkler
  • 2014 : Rien (Clip documentaire) réalisé par Romain Winkler
  • 2013 : Bûche réalisé par Matthieu Nieto avec Oktome et Systaime
  • 2013 : Adieu (autoproduit)
  • 2012 : Maux doux (Mini-film) réalisé par Undi Lee et Alix Caillet
  • 2012 : Saxophone réalisé par Romain Winkler
  • 2012 : Dedans réalisé par Vladimir Mavounia-Kouka
  • 2012 : Alice In Wonderland réalisé par Matthieu Nieto, Mattia Lucchini et Alix Caillet (Original track NOOB Petit Abricot)
  • 2012 : Chewing gum réalisé par Romain Winkler
  • 2011 : Tu pu du cu réalisé par et Romain Winkler
  • 2011 : Meli melo (auto produit)
  • 2011 : Taxi réalisé par Adrien Benoliel
  • 2011 : Gomez réalisé par Selim Bentounes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « En écoute : tous les groupes qui ont influencé Odezenne », sur Les Inrocks, (consulté le 26 mai 2016).
  2. « Entretien : Odezenne, le goût de l'époque | Tsugi », sur www.tsugi.fr (consulté le 27 juin 2016)
  3. « Odezenne : « Des mecs qui chantent en français » », sur Café Babel, (consulté le 26 mai 2016).
  4. « Entretien : Odezenne, le goût de l'époque », sur tsugi, (consulté le 26 mai 2016)
  5. « Rencontre avec Milos Unplugged (El Inca, La Cassette, Kitchen Records) », sur happen, (consulté le 14 février 2018)
  6. a et b « [CHRONIQUE] ODEZENNE - Rien », sur radioneo, (consulté le 26 mai 2016).
  7. « Souvenir – Odezenne », sur chroniquemusicale, (consulté le 26 mai 2016).
  8. Magazine Rapmag en décembre 2008.
  9. « ODEZENNE : REEDITION "SANS. CHANTILLY" + EP GRATUIT + BERLIN‏ », sur beaubfm (consulté le 14 février 2018).
  10. « Album, mixtape, street-album, projet... : bienvenue dans la jungle des formats du rap français », sur Mouv', (consulté le 13 février 2018).
  11. « Massy : le groupe Odezenne au centre culturel Paul B. », sur Le Parisien, (consulté le 26 mai 2016).
  12. « Odezenne en secret », sur Le Parisien, (consulté le 26 mai 2016).
  13. « Odezenne : c'est la première fois qu'on fait ce qu'on veut », sur Le Parisien, (consulté le 14 février 2018).
  14. « Odezenne - Dolziger Str. 2 », sur Indiepoprock (consulté le 26 mai 2016).
  15. « Playlist des clips d'Odezenne », sur YouTube, (consulté le 13 février 2018).
  16. « Critique Libération de Dolziger Str. 2 », sur Libération, (consulté le 13 février 2018).
  17. « Couverture des Inrockuptibles », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 13 février 2018).
  18. « Top iTunes 2015 : Omi et Nekfeu brillent, la BO de "50 nuances de Grey" fouette la concurrence », sur Charts in France, (consulté le 13 février 2018).
  19. « Odezenne live section », sur Odezenne, (consulté le 13 février 2018).
  20. « Odezenne : « C’est la première fois qu’on fait ce qu’on veut » », sur Libération.fr, (consulté le 26 mai 2016).
  21. « Odezenne présente : Odezenne à la demande ! », sur Island Slalom Tour, (consulté le 14 février 2018).
  22. « DE NOUVELLES PISTES POUR BOOKER SON GROUPE », sur Sourdoreille, (consulté le 14 février 2018).
  23. « Des concerts d’Odezenne à la demande : 14 villes disponibles ! », sur Odezenne, (consulté le 13 février 2018).
  24. « Odezenne à la demande section », sur Odezenne, (consulté le 13 février 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :