Leny Escudero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Leny Escudero
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait en dessin de Leny Escudero, réalisé par Michel Bourdais en 1964 pour le magazine Salut les copains.
Informations générales
Nom de naissance Joaquin Leni Escudero
Naissance
Espinal (Haute-Navarre),
Espagne
Décès (à 82 ans)
Giverny (Eure),
France
Activité principale Chanteur, auteur-compositeur-interprète, acteur
Genre musical Variété française, chanson à texte
Années actives de 1957 à 2015
Labels Bel Air
Polydor
Riviera L.M.
Musidisc
Magic Records
Site officiel www.lenyescudero.fr

Leny Escudero, né Joaquin Leni Escudero le à Espinal (Espagne) et mort le à Giverny (Eure), est un auteur-compositeur-interprète et acteur français d'origine espagnole.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père (d'origine gitane) et sa mère (d'origine marrane), sont des républicains espagnols[1] qui, en 1939, quittent leur pays ravagé par la guerre d'Espagne et se réfugient en France, à Mayenne[1], sans rechercher la nationalité française, car ils pensent que leur exil est temporaire[2]. Pendant ce passage de la frontière, Leny quitte malencontreusement ses parents et se retrouve dans un des camions de la Croix-Rouge, qui emmène les enfants perdus dans des camps de regroupement afin de reconstituer les familles et d'octroyer à chacun un certificat de nationalité, mais Leny saute du camion en marche et reste caché dans la nature pendant plusieurs jours, ignorant qu'il est déjà en France[2].

Retrouvant sa famille, il fréquente l'école communale de garçons de Mayenne-Ouest. Il passe sa jeunesse à Mayenne, où il se marie, puis part pour Paris[1], où il s'installe dans le quartier de Belleville[3]. Il gagne modestement sa vie grâce à des petits métiers : il commence par être terrassier[1] et installe des canalisations, la pioche à la main. Il devient ensuite plâtrier. À cette époque, il est encore espagnol, sans papiers officiels ni carte de travail.

Sa carrière de chanteur commence en 1957. Habitant Perpignan dans les années 1960, il élit domicile à deux pas de l'avenue de la Côte-Vermeille, près du quartier Saint-Gaudérique, où ses enfants vont à l'école. En 1962, il sort chez Bel Air son premier disque (Ballade à Sylvie, Pour une amourette…), qui connaît un succès fulgurant. Pour Leny Escudero, c'est la célébrité[1], mais celle-ci ne l'intéresse pas et, en 1965, il préfère mettre de côté sa carrière de « vedette », pour parcourir le monde : Amérique du Sud, Moyen-Orient, États-Unis, URSS, Afrique, il voyage partout. Au Dahomey (qui devient le Bénin après son indépendance), il construit une école « en dur » en pleine brousse.

Il revient en France en 1970 et compose à nouveau. L'Académie Charles-Cros récompense son album Escudero 71 par le Grand Prix du disque de la chanson française.

À partir des années 1970, il retourne sur scène. Poète-troubadour, son répertoire engagé[4], teinté de nostalgie et de tendresse, représente une certaine chanson française à thèmes. Auteur-compositeur-interprète, ses textes traitent de sujets souvent graves, tels que la guerre civile (album Vivre pour des idées, 1973), les dictatures, et la maltraitance des habitants de notre planète (album La Planète des fous, 1977), ou encore la fuite du temps. Communiste dans l’âme[5],[1], il compose tout au long de sa carrière plusieurs chansons engagées comme Vivre pour des idées ou Je t’attends à Charonne[1].

L'école Leny Escudero à La Baconnière.

Il s'installe à Giverny, près de Vernon (Eure). Il est le père de trois enfants, Christine, Julian et Stefany. Julian participe à tous les concerts de son père et compose la musique d'une partie de ses chansons. Deux des petits-enfants (sur huit) de Leny Escudero, Kévin et Marvin (à la guitare basse et à la guitare), accompagnent par la suite leur grand-père sur scène.

Il fait quelques apparitions dans des films et des séries télévisées, et participe à quelques bandes originales de films.

En 2006, Il participe à la première saison de la tournée Âge tendre… et donne un récital au nouvel Olympia[1]. L'année suivante, il repart sur les routes pour la deuxième saison de la tournée.

Lors de la campagne pour l'élection présidentielle de 2007, il soutient Ségolène Royal, pour qui il chante lors de son meeting du 1er mai au stade Charléty[6].

En , il publie le premier tome de son autobiographie, Ma vie n'a pas commencé, aux éditions Le Cherche midi, suivi en 2015 par Le début… La suite… La fin, ouvrage édité à compte d’auteur. En , il se marie avec Céleste Bettencourt, dont il partage la vie depuis vingt-cinq ans[4].

Il meurt le à son domicile de Giverny des suites d'une insuffisance pulmonaire aiguë[1],[7]. Ses obsèques et son incinération ont lieu le au crématorium d'Évreux.

Dans la Mayenne son nom est donné, de son vivant, à son ancienne école, l'école publique de La Baconnière.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums 33 tours[modifier | modifier le code]

  • 1962 : Pour une amourette
  • 1963 : À Malypense
  • 1965 : Rachel
  • 1966 : Petite mère
  • 1967 : Je t'attends à Charonne
  • 1971 : Escudero 71
  • 1973 : Vivre pour des idées
  • 1974 : Le Voyage
  • 1977 : La Planète des fous
  • 1978 : La Grande Farce
  • 1979 : Escudero sur scène
  • 1980 : Grand-père
  • 1982 : Je veux toujours rester petite
  • 1984 : Dérives
  • 1994 : Comme un voyageur secret
  • 1996 : Une vie (réenregistrements)
  • 1997 : Leny Escudero chante la liberté
  • 1999 : Le Tiers Amour

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Bande son[modifier | modifier le code]

Compositeur[modifier | modifier le code]

Émissions de télévision[modifier | modifier le code]

.

Publications[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i « Mort de Leny Escudero, l’homme qui chantait Pour une amourette », Le Monde, (consulté le ).
  2. a et b [vidéo] Leny Escudero « Tendre rebelle » (54 minutes) sur YouTube, documentaire de Mariette Monpierre et Éric Basset (2004).
  3. Biographie de la documentation de Radio France, « Leny Escudero », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  4. a et b « Le chanteur Leny Escudero est décédé », sur ledemocratevernonnais.fr, (consulté le ).
  5. « Le chanteur Leny Escudero est mort à l'âge de 82 ans », France Info, (consulté le ).
  6. Valérie Gas, « Royal à Charléty : liberté, égalité… amour », rfi.fr, 1er mai 2007.
  7. « Le chanteur et compositeur français Leny Escudero est décédé à 82 ans », RTL, (consulté le ).
  8. Jenny Alpha et Philippe Villemus * Des mots de minuit #228.
  9. « Avec Leny Escudero », sur chronique-hebdo.blogspot.fr, Radio libertaire, (consulté le ).
  10. Leny Escudero - Entretien 2013 - Avec: Jean-Claude Carton et Franck Dumouilla, sur la chaîne Youtube de Celeste Bettencourt Escudero.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cécile Barthélémy, Lény Escudéro : poésies et chansons, Éditions Seghers, 1973, coll. « Chansons d'aujourd'hui », no 20, 190 p., 13,5 x 16 cm.

Liens externes[modifier | modifier le code]