Dilma Rousseff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dilma Rousseff
Portrait officiel de Dilma Rousseff en 2011.
Portrait officiel de Dilma Rousseff en 2011.
Fonctions
Présidente de la
République fédérative du Brésil

(mandat suspendu)
En fonction depuis le
(5 ans 6 mois et 21 jours)
Élection
Réélection
Vice-président Michel Temer
Prédécesseur Luiz Inácio Lula da Silva
Successeur Michel Temer (intérim)
Ministre d'État
Chef de cabinet du président de la République fédérative du Brésil

(4 ans 9 mois et 10 jours)
Président Luiz Inácio Lula da Silva
Prédécesseur José Dirceu
Successeur Erenice Guerra
Ministre des Mines et de l'Énergie

(2 ans 5 mois et 20 jours)
Président Luiz Inácio Lula da Silva
Prédécesseur Francisco Luiz Sibut Gomide
Successeur Silas Rondeau
Biographie
Nom de naissance Dilma Vana Rousseff
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Belo Horizonte (Brésil)
Nationalité brésilienne
Parti politique Parti des travailleurs
Conjoint Cláudio Galeno Linhares (1967-1969)
Carlos Franklin Paixão de Araújo (1969-2000)
Enfants Paula Rousseff Araújo (née en 1976)
Diplômée de Université fédérale du Rio
Grande do Sul
Profession Économiste
Religion Catholicisme romain

Signature de Dilma Rousseff

Dilma Rousseff
Présidents de la République fédérative du Brésil

Dilma Vana Rousseff (prononciation : /ˈd(ʒ)iwmɐ ˈvɐnɐ ʁuˈsɛfⁱ/), née le à Belo Horizonte (Brésil), est une économiste et femme d'État brésilienne.

Ministre des Mines et de l'Énergie de 2003 à 2005, puis ministre d'État et chef de cabinet du président Luiz Inácio Lula da Silva à partir de 2005, elle est la candidate du Parti des travailleurs à l'élection présidentielle brésilienne de 2010, qu'elle remporte au second tour de scrutin face à José Serra.

Elle est investie présidente de la République fédérative du Brésil le 1er janvier 2011, devenant la première femme à occuper cette fonction. Elle est réélue de justesse en 2014, face à Aécio Neves. Sa présidence est marquée par un déclin de l'économie brésilienne et par des scandales de corruption touchant une grande partie de la classe politique.

Alors qu'elle est devenue la présidente la plus impopulaire de l'histoire récente du Brésil, elle fait l'objet d'une procédure de destitution pour maquillage des comptes publics. Le Sénat la suspend de ses fonctions le 12 mai 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Dilma Rousseff est la fille de Dilma Jane da Silva et de l'avocat et homme d'affaires bulgare Pedro Rousseff (Petar Roussev, en bulgare Петър Русев /pɛtɤr rusɛf/), sympathisant du Parti communiste bulgare qui émigre en 1929 en France, où il vit jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale ; c'est pour cette raison que le nom de famille est transcrit à la française. Il s'installe en Argentine en 1944, et, peu après, au Brésil, où il épouse Dilma Jane da Silva, avec qui il a trois enfants : Igor, Dilma et Zana[1].

Lors de sa campagne présidentielle en 2010, Dilma Rousseff laisse entendre, devant la Confédération israélite du Brésil, que sa grand-mère maternelle était juive[2].

Guérilla sous la dictature[modifier | modifier le code]

Pendant la dictature militaire, Dilma Rousseff intègre le commando de libération nationale, mouvement de résistance, devenu plus tard le VAR Palmares. Arrêtée en 1970, elle est torturée pendant vingt-deux jours, puis condamnée par un tribunal militaire et détenue trois ans jusqu'en 1973[3].

À l'époque de sa détention, elle est surnommée la « Jeanne d'Arc de la guérilla », en raison de son implication dans le mouvement[3].

À la fin des années 1970, elle épouse un autre membre du mouvement guérillero, Carlos Franklin Paixão de Araújo, avec qui elle a une fille, et s'installe avec lui dans l'État du Rio Grande do Sul.

En 1977, elle obtient un diplôme de l'École de sciences économiques de l'université fédérale du Rio Grande do Sul.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

À la même époque, elle participait à la restructuration du Parti démocratique travailliste (PDT). Durant le gouvernement d'Alceu Collares en Rio Grande do Sul, entre 1991 et 1995, elle fut nommée secrétaire d'État à l'Énergie.

Elle rejoint le Parti des travailleurs (PT) en 2001[4].

Ministre de Lula[modifier | modifier le code]

Dilma Rousseff, en 2005.

Le président Luiz Inácio Lula da Silva, nouvellement élu, la nomme en janvier 2003 ministre des Mines et de l'Énergie, fonction qu'elle occupe durant deux ans et demi.

Le 21 juin 2005, elle devient ministre d'État, chef de cabinet du président de la République fédérative du Brésil (le plus haut poste du gouvernement) après la démission de José Dirceu, accusé de corruption. Dans un contexte de scandales de même nature ayant touché plusieurs dirigeants du PT, elle devient alors la « dauphine » de Lula.

Elle annonce qu'elle est atteinte d'un cancer lymphatique le 25 avril 2009. Elle subit une opération, puis un traitement de chimiothérapie, à l'issue duquel elle est guérie[5],[6].

Campagne présidentielle de 2010[modifier | modifier le code]

Lula ne pouvant se représenter après avoir exercé deux mandats consécutifs, elle apparaît comme celle ayant ses faveurs. En juin 2010, elle lance sa campagne en vue de l'élection présidentielle d'octobre suivant. À cette occasion, elle apparaît totalement « relookée » : elle abandonne ses lunettes pour des lentilles de contact, change de coiffure et reconnaît avoir eu recours à la chirurgie esthétique pour « adoucir ses traits »[4],[7]. Lula la soutient activement pendant la campagne électorale, mettant notamment en avant son bilan en matière de lutte contre la pauvreté[8].

Sa coalition étant formée de neuf partis politiques, elle bénéficie du plus important temps de parole à la télévision. Donnée par plusieurs sondages victorieuse dès le premier tour, elle obtient finalement 46,9 % des voix et est contrainte à un second tour face à José Serra, ancien gouverneur de l'État de São Paulo et candidat du Parti de la social-démocratie brésilienne (centre droit)[9]. Pendant l'entre-deux tours, elle cherche à rallier les voix de l'évangéliste Marina Silva en s'engageant à ne pas légaliser l'avortement et le mariage homosexuel, ce qui lui attire des critiques[10]. Elle l'emporte avec 56 % des voix au second tour et devient ainsi la première femme élue à la présidence fédérale du Brésil[11].

Présidente de la République[modifier | modifier le code]

Premier mandat (2011-2015)[modifier | modifier le code]

Son investiture a lieu le . Elle succède ainsi au président Lula qui lui passe l'écharpe présidentielle[12], devant les députés et les sénateurs, à Brasilia.

Dilma Rousseff en compagnie du président portugais, Anibal Cavaco Silva, à Lisbonne, en 2013.

La première année de son mandat est notamment marquée par plusieurs scandales, en particulier de corruption, qui conduisent quatre membres de son gouvernement à démissionner entre mai et août 2011[13],[14],[15], dont le ministre de l'Environnement, qui a refusé de donner son aval au projet de construction du barrage de Belo Monte, contre la volonté de Dilma Rousseff. Elle est très critiquée par de nombreuses associations écologistes et par les Amérindiens, dont le Chef Raoni, depuis qu'elle a accepté la construction de ce groupe de barrages[16],[17].

En 2011 et 2012, Forbes la classe au troisième rang de la liste des femmes les plus puissantes du monde. Elle occupe en 2013 le deuxième rang, en 2014, le quatrième et en 2015, le septième[18].

Elle doit faire face, tout au long de l'année 2013, à un important mouvement protestataire brocardant la politique du gouvernement et en particulier les importantes dépenses liées à l'organisation de la Coupe du monde de football de 2014. Son gouvernement dépense ainsi 11 milliards d'euros pour héberger la 20e édition de la Coupe du monde de football, alors que plus d'un million de Brésiliens vivent dans la rue. Lors de la compétition, au stade Maracanã, elle se fait huer à chacune de ses apparitions[19].

Dans le même temps, la situation économique du pays se détériore, la croissance du pays s'établissant à 0,2 % en 2014, contre 7,5 % en 2010[20], tandis que la production industrielle baisse et que le real perd de sa valeur face au dollar[21],[22]. Le Brésil se fait sanctionner pour sa faible croissance en mars 2014 par l'agence de notation Standard & Poor's, qui abaisse sa note de crédit[23]. Dilma Rousseff est également contestée en raison de l'augmentation de l'inflation, de la pauvreté et de l'écart entre les classes aisées et les classes populaires[23]. Cependant, le chômage reste à un niveau relativement faible (5 %)[23].

Second mandat (depuis 2015)[modifier | modifier le code]
Réélection[modifier | modifier le code]

Candidate à sa réélection, elle l'emporte de justesse au second tour de scrutin, le 26 octobre 2014, en recueillant 51,64 % des voix face au candidat du Parti de la social-démocratie brésilienne, Aécio Neves, qui prônait une politique économique plus libérale[24]. Lors de l'investiture pour son second mandat, le 1er janvier 2015, elle promet le retour de la croissance au Brésil[25],[26].

Politique économique[modifier | modifier le code]
Dilma Rousseff, le 11 mars 2016.

Le début du second mandat de Dilma Rousseff voit une aggravation de la situation économique, en partie en raison de la chute des cours des matières premières sur les marchés mondiaux : croissance nulle puis récession, baisse de l'investissement, de la consommation et du commerce extérieur, hausse du chômage[27]. Pour assainir les finances publiques, elle décide d'un virage austéritaire, mené par son ministre des Finances, Joaquim Levy, qui coupe dans les dépenses sociales (notamment dans le programme phare de son prédécesseur Lula, « Bolsa Família »), d'éducation et l'investissement[28]. Ce « tournant de la rigueur » suscite les critiques d'élus de gauche, qui lui reprochent de délaisser les classes populaires[29],[30].

À partir de septembre 2015, alors que le Brésil connait sa plus mauvaise période de croissance en 25 ans (recul du PIB de 3,8 % en 2015)[31], plusieurs agences de notation financière dégradent la note du pays et relèvent l'échec des mesures d'austérité qui ont été prises[32],[33],[34]. Fitch Ratings compare, début mai 2016, les perspectives économiques du Brésil à celles qui prévalaient en Argentine en 2001, quelques mois avant son défaut de paiement[35].

Scandales de corruption touchant la classe politique[modifier | modifier le code]
Article connexe : Opération Lava Jato.

Le scandale de corruption Petrobras, qui met au jour l'existence de commissions versées à des personnalités politiques en échange de leur implication dans des contrats publics surfacturés, touche plusieurs partis politiques, dont des membres de son mouvement, le Parti des travailleurs, ainsi que des membres des partis du centre et de la droite faisant partie de la coalition au pouvoir.

Bien que le nom de Dilma Rousseff ne soit pas cité, une partie de l'opinion la juge partiellement responsable de l'affaire, puisqu'elle présidait, en tant que membre du gouvernement, le conseil d'administration de la société pétrolière publique Petrobras de 2003 à 2010[36],[31],[37]. Les partis d'opposition, également touchés par l'affaire, évitent dans un premier temps de prendre position[38],[39],[40]. En août 2015, environ 500 000 personnes manifestent pour demander la destitution de Dilma Rousseff, qui voit sa cote de popularité tomber sous les 10 %[41]. Plusieurs de ses soutiens politiques et collaborateurs sont arrêtés et emprisonnés[42],[43].

Delcídio do Amaral, sénateur et ancien chef du Parti des travailleurs au Sénat impliqué dans le scandale Petrobras, affirme, début mars 2016, que des pots-de-vin provenant de contrats surfacturés liés à la construction du barrage de Belo Monte (Amazonie) ont bénéficié à Dilma Rousseff, qui selon lui « savait tout » du réseau Petrobras[44],[45]. Une enquête judiciaire sur sa campagne présidentielle de 2014 est ainsi relancée et le Tribunal suprême fédéral inclut ces accusations dans le dossier d'enquête sur Petrobras[46]. De son côté, Otávio Azevedo, ancien PDG de la deuxième société du BTP au Brésil, déclare aux enquêteurs travaillant sur le scandale Petrobras que des millions de dollars destinés aux campagnes électorales de Dilma Rousseff provenaient en fait de dessous-de-table liés au groupe pétrolier, via des surfacturations[47]. Si ces accusations sont vérifiées, elles pourraient conduire à l'annulation de l'élection présidentielle de 2014[31].

Le , Dilma Rousseff nomme son prédécesseur Lula, qui est accusé de corruption et de blanchiment d'argent, ministre d'État et chef de cabinet du président de la République, la fonction la plus élevée du gouvernement, ce qui empêcherait celui-ci d'être mis en détention[48]. La veille, une écoute téléphonique réalisée entre elle et Lula, et rendue publique par le juge fédéral Sérgio Moro, laisse entendre qu'il y a eu arrangement entre eux pour stopper les poursuites pénales ordinaires contre Lula[48]. L'impartialité du juge Sérgio Moro est alors remise en cause par les partisans de Dilma Rousseff ; il se voit dessaisi de l'enquête sur le scandale Petrobras après la publication de cette écoute[49]. Le 18 mars, le Tribunal suprême fédéral suspend la nomination de Lula pour entrave à la justice[48]. Le procureur général du Brésil, Rodrigo Janot, demande ensuite l'autorisation d'ouvrir une enquête contre Dilma Rousseff pour « obstruction à la justice »[50].

Procédure de destitution[modifier | modifier le code]
Dilma Rousseff s'exprimant devant le Congrès national du Brésil, le 2 février 2016.
Manifestation contre Dilma Rousseff, le 13 mars 2016, à Rio de Janeiro.

En octobre 2015, le Tribunal des comptes de l'Union (TCU) appelle les parlementaires brésiliens à rejeter les comptes publics de l'État de 2014, année de la réélection de Dilma Rousseff, au motif qu'ils auraient été sciemment entachés d'irrégularités[51]. Afin de minimiser l'importance des déficits publics, la présidente a en effet signé, en 2014 et 2015, des décrets faisant supporter provisoirement à des banques publiques des milliards de réaux de dépenses incombant au gouvernement[52],[53]. Elle a également approuvé des dépenses non inscrites à la loi de finances sans demander l'accord préalable du Parlement[54].

Face à ces manipulations comptables, le président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha, hésite dans un premier temps sur la stratégie à suivre alors qu'il est lui-même mis en examen pour corruption passive et blanchiment d’argent[55]. Il lance finalement une procédure d'impeachment contre la présidente le 2 décembre 2015. Dilma Rousseff dénonce un « coup d'État » et se défend d’avoir commis un quelconque « crime de responsabilité » administrative pouvant justifier sa destitution[56]. Elle affirme que ses prédécesseurs avaient également recours à cette pratique[52] ; des médias soulignent cependant le fait que ses prédécesseurs s'étaient montrés plus mesurés[57],[58].

Alors que la majorité des députés brésiliens font l'objet de poursuites judiciaires, le journal français Le Monde indique que les soupçons d'enrichissement pesant sur elle concernent aussi « la grande majorité des députés » appelés à se prononcer sur sa destitution. Le processus de destitution résulterait en réalité d'une sanction contre « les fautes diplomatiques, économiques et politiques qui ont contribué à faire d’elle la chef d’État la plus impopulaire de l’histoire de la jeune démocratie brésilienne »[58],[59],[60].

Plus de trois millions et demi de Brésiliens manifestent le pour réclamer le départ de la présidence de Dilma Rousseff[61], tandis que les études d'opinion indiquent que plus des deux tiers des Brésiliens souhaitent sa destitution[62],[63]. Après le Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB) du vice-président Michel Temer, le Parti progressiste (PP), le Parti républicain brésilien (PRB) et le Parti social démocratique (PSD), tous membres de la coalition gouvernementale, donnent pour consigne de voter en faveur de la destitution[64]. Dans le même temps, plusieurs ministres quittent le gouvernement[65].

Le , 367 députés se prononcent en faveur de la procédure de destitution, soit plus que la majorité des deux tiers (342 voix) qui était requise pour la poursuite de la procédure ; seuls 137 députés s'y opposent[66]. Le vote se fait dans un climat de haine politique, l'un des députés saluant la mémoire du colonel Ustra, qui avait torturé en personne Dilma Rousseff sous la junte militaire, tandis qu'un député d'extrême gauche évoque « des tortionnaires lâches, des politiques analphabètes et vendus, une farce sexiste »[67],[68].

Le Sénat, le 12 mai, vote la suspension de ses fonctions pour une durée maximale de 180 jours, par 55 voix contre 22. Le vice-président, Michel Temer, assure la présidence en son absence[69]. Un second vote du Sénat, avec majorité des deux tiers, doit se tenir pour l'écarter définitivement du pouvoir[58],[70].

En juin 2016, elle propose un référendum sur son maintien au pouvoir, au cas où elle ne serait pas destituée[71]. Le 27 juin, un rapport de trois experts du Sénat indique que la présidente n'est pas responsable des manœuvres fiscales invoquées à son encontre par l'opposition[72].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Who Is Who: Bulgarian Origins and Relatives of Brazil's Dilma Rousseff, Sofia News Agency.
  2. Dilma defende relação com Irã em encontro com comunidade israelita, Estado.com.br, 13 septembre 2010 : Sobre sua avó, Dilma contou que ela usava o sobrenome Coimbra, uma indicação de que poderia ser uma judia que adotou o Brasil para viver e que mudou de sobrenome ao chegar. "Eu imagino que minha avó fosse judia porque ela se chamava Coimbra, era de origem portuguesa e acho que ela tinha todos os traços", afirmou. "Pelas características físicas, acho que era uma cristã-nova.". De sa grand-mère Dilma raconte qu'elle utilisait le surnom de Coimbra [ville refuge des Juifs entre 1492 et 1497], indication qu'elle avait pu être une juive ayant adopté le Brésil pour vivre et ayant changé de surnom à son arrivée. […] « Par les caractéristiques physiques, je dirais qu'elle était cristã-nova. ».
  3. a et b « Dilma Rousseff, qui est-elle vraiment ? », sur Marie Claire (consulté le 15 avril 2016).
  4. a et b Jean-Pierre Langellier, « Dilma Rousseff, l’héritière désignée de Lula au Brésil », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  5. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2009/05/22/au-bresil-la-maladie-de-la-dauphine-du-president-lula-cree-l-incertitude_1196643_3222.html.
  6. http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-sud/dilma-rousseff-elue-de-lula_922778.html.
  7. http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/southamerica/brazil/8100015/Dilma-Rousseff-profile-former-guerrilla-primed-to-become-Brazils-first-female-president.html.
  8. Stéphane Monclaire, « De Lula à Dilma », dans le revue Politique Internationale [1].
  9. http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20101004.FAP8938/dilma-rousseff-favorite-pour-le-deuxieme-tour-de-la-presidentielle-au-bresil.html.
  10. http://www.lefigaro.fr/international/2010/10/17/01003-20101017ARTFIG00249-dieu-s-invite-dans-la-campagne-electorale-bresilienne.php.
  11. (pt) Dilma promete honrar a confiança dos brasileiros, site internet du quotidien Público, le .
  12. « Brésil: Lula remet l'écharpe présidentielle à Dilma Rousseff », lepoint.fr, 1er janvier 2011.
  13. Paulo Paranagua, « Dilma Rousseff trébuche sur la corruption au Brésil », America Latina - Blog Le Monde,‎ (lire en ligne).
  14. AFP, « Le gouvernement de Dilma Rousseff éclaboussé par une nouvelle affaire de corruption », France24,‎ (lire en ligne).
  15. Brian Winter et Marine Pennetier, « Le gouvernement brésilien s'enfonce dans la crise », L'Express,‎ (lire en ligne).
  16. Gwendal Perrin, « Dilma Rousseff déçoit (déjà) les défenseurs de l’environnement », ZeGreenWeb.com,‎ (lire en ligne).
  17. (en) « Brazil court reverses Amazon Monte Belo dam suspension », BBC News Latin America & Caribbean,‎ (lire en ligne).
  18. http://www.forbes.com/power-women/
  19. « Divers/Brésil - Dilma Rousseff copieusement sifflée au Maracana », liberation.fr, 14 juillet 2014.
  20. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/bresil/presentation-du-bresil/
  21. Solenn de Royer, « Hollande : "Doubler les échanges avec le Brésil" », in Le Figaro, 13 décembre 2013, page 7.
  22. Guillaume de Dieuleveult, « Dilma Rousseff : Rebondir ? », Le Figaro Magazine, semaine du 18 juillet 2014, page 15.
  23. a, b et c http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/10/06/le-pietre-bilan-economique-de-dilma-rousseff-en-trois-graphiques_4501264_3234.html#WsfPAwvLUZTRoFd8.99.
  24. AFP, « Dilma Rousseff réélue présidente du Brésil », sur L'EXPRESS.fr,‎ (consulté le 27 octobre 2014).
  25. http://www.liberation.fr/planete/2015/01/01/au-bresil-dilma-roussef-attaque-son-deuxieme-mandat_1172745.
  26. http://www.lepoint.fr/monde/bresil-rousseff-entame-son-2eme-mandat-sous-pression-de-l-economie-01-01-2015-1893402_24.php.
  27. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/02/25/97002-20160225FILWWW00198-bresil-le-chomage-au-plus-haut-depuis-2009.php.
  28. Anne Cheyvialle, « Le Brésil, géant économique au bord de la récession », Le Figaro, encart « Économie », samedi 28 / dimanche 29 mars 2015, page 21.
  29. http://www.itele.fr/monde/video/dilma-rousseff-une-destitution-programmee-162181
  30. http://www.latribune.fr/economie/international/bresil-la-destitution-de-dilma-roussef-votee-par-les-deputes-564924.html
  31. a, b et c http://www.lefigaro.fr/international/2016/05/03/01003-20160503ARTFIG00056-bresil-les-quatre-dossiers-qui-fragilisent-dilma-rousseff.php
  32. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/09/10/le-bresil-relegue-parmi-les-emprunteurs-speculatifs-par-standard-and-poor-s_4750787_3222.html
  33. http://www.romandie.com/news/Une-deuxieme-agence-de-notation-relegue-le/659297.rom
  34. http://www.latribune.fr/economie/international/le-bresil-sous-le-feu-des-agences-de-notation-534775.html
  35. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/05/06/97002-20160506FILWWW00005-fitch-degrade-la-note-du-bresil.php
  36. http://www.marianne.net/Dilma-Rousseff-reelue-au-terme-d-une-campagne-feroce_a242357.html
  37. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/12/03/au-bresil-dilma-roussef-est-fragilisee-par-une-corruption-endemique_4533698_3222.html
  38. Brésil: le scandale Petrobras aura-t-il la peau de Dilma Rousseff? L'Express, 13 mars 2015.
  39. Brésil: le scandale Petrobras emporte la direction du géant pétrolier, rfi.fr, 5 février 2015.
  40. Au Brésil, le scandale Petrobras fragilise le pouvoir, La-Croix.com, 4 mars 2015.
  41. http://www.lefigaro.fr/international/2015/10/08/01003-20151008ARTFIG00066-bresil-la-presidente-dilma-rousseff-menacee-de-destitution.php.
  42. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/03/15/97001-20160315FILWWW00015-bresil-lula-devrait-entrer-au-gouvernement.php.
  43. http://www.theguardian.com/world/2016/feb/23/joao-santana-dilma-rousseff-campaign-chief-arrested-alleged-bribe-money-petrobras.
  44. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/03/12/97001-20160312FILWWW00021-rousseff-a-beneficie-de-pots-de-vins.php.
  45. http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/24419050.
  46. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/04/22/97001-20160422FILWWW00007-bresil-nouvelles-accusations-contre-rousseff.php
  47. http://www.lepoint.fr/monde/bresil-des-pots-de-vin-ont-finance-les-campagnes-de-rousseff-07-04-2016-2030792_24.php.
  48. a, b et c http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160318.OBS6672/marasme-politique-au-bresil-le-come-back-rate-de-lula-en-4-actes.html.
  49. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/03/31/au-bresil-le-tribunal-supreme-dessaisit-le-juge-charge-de-l-enquete-sur-lula-da-silva_4893635_3222.html#sSd7QeKifm2c6p2q.99.
  50. http://www.ouest-france.fr/monde/bresil/bresil-enquete-ouverte-contre-rousseff-pour-obstruction-la-justice-4205774
  51. http://www.itele.fr/monde/video/dilma-rousseff-une-destitution-programmee-162181
  52. a et b http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/03/25/dilma-rousseff-pourquoi-demissionner_4890196_3222.html#g6cxHp0IzZCU3y89.99.
  53. http://www.lefigaro.fr/international/2016/04/15/01003-20160415ARTFIG00145-bresil-le-processus-de-destitution-de-dilma-rousseff-entre-dans-une-phase-decisive.php.
  54. http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/bresil-la-presidente-dilma-rousseff-vers-la-sortie_1790154.html
  55. http://www.letemps.ch/monde/2016/04/19/eduardo-cunha-un-accusateur-tres-suspect
  56. Approches du Brésil. 1. Attendu au tournant : le retour de Lula. Par Gérard Wormser. Sens Public, 20 mars 2016.
  57. http://www.lemonde.fr/international/article/2015/10/12/bresil-dilma-rousseff-face-a-l-impeachment_4787736_3210.html?xtmc=gatinois&xtcr=58
  58. a, b et c Les députés brésiliens se prononcent pour la destitution de Dilma Rousseff, Le Monde, 18 avril 2016.
  59. http://www.lefigaro.fr/international/2016/04/18/01003-20160418ARTFIG00006-les-deputes-bresiliens-approuvent-la-destitution-de-la-presidente-dilma-rousseff.php
  60. http://www.la-croix.com/Monde/Ameriques/Dilma-Rousseff-subit-un-cinglant-revers-des-deputes-bresilien-2016-04-18-1200754164
  61. http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/19538-bresil-manifestations-ampleur-historique-contre-pr.html.
  62. http://www.la-croix.com/Monde/Ameriques/Bresil-la-presidente-doit-elle-etre-destituee-2016-04-12-1200752853.
  63. http://www.courrierinternational.com/article/corruption-comment-le-bresil-en-est-il-arrive-la.
  64. https://www.mediapart.fr/journal/international/140416/le-psd-allie-de-dilma-rousseff-votera-la-destitution.
  65. http://www.rtl.be/info/belgique/faits-divers/bresil-trois-ministres-supplementaires-abandonnent-le-gouvernement-de-dilma-rousseff-811923.aspx
  66. http://www.francetvinfo.fr/monde/bresil/bresil-dilma-rousseff-n-a-jamais-ete-aussi-proche-d-etre-destituee_1410643.html
  67. Brésil : la destitution de Dilma Rousseff est-elle un coup d'Etat  ?, La Tribune, &9 avril 2016
  68. http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160418.OBS8693/bresil-insultes-dedicaces-aux-familles-la-folle-seance-du-parlement.html
  69. « Brésil : Dilma Rousseff écartée du pouvoir », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  70. http://www.liberation.fr/planete/2016/04/18/bresil-la-procedure-de-destitution-de-dilma-rousseff-au-senat_1446918
  71. « Dilma Rousseff promet un référendum si elle parvient à demeurer présidente du Brésil », sur Radio-Canada.ca (consulté le 14 juin 2016)
  72. « Les allégations contre Rousseff s’émoussent »,‎ (consulté le 29 juin 2016)

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]