Sinclair (chanteur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sinclair et Blanc-Francard.
Sinclair
Nom de naissance Mathieu Blanc-Francard
Naissance (45 ans)
Tours, France
Activité principale auteur-compositeur-interprète
Genre musical funk
Instruments Guitare, Piano
Années actives depuis 1993
Labels EMI
Warner
Ministrong

Mathieu Blanc-Francard, dit Sinclair, est un auteur-compositeur-interprète et musicien français né le à Tours.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Mathieu Blanc-Francard grandit à Paris et est scolarisé au lycée Janson-de-Sailly. Il commence à s'intéresser à la musique durant son adolescence et rate son baccalauréat. Il travaille brièvement dans un studio d'enregistrement en tant qu'assistant ingénieur du son et apprend la guitare[1],[2]. Il forme son premier groupe et se choisit un nom de scène[3].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

En 1992, avec l'aide de son frère, il enregistre L'album "Que justice soit faite" : Sinclair y joue de tous les instruments sauf de la batterie. Il désire contrôler ainsi la production de ce qui constitue d'abord une maquette. Tout ceci est fait dans son appartement. L'album sort en 1993. Le premier single s'intitule "Votre image". Ce funk à la manière française séduit le public jeune. Les textes sont simples et bien tournés, rendant compte de la vie quotidienne de l'artiste. Il donne un premier concert important avec neuf musiciens au New Morning le 12 mai 1993. Le "Système Sinclair" est né. Il s'ensuit une centaine de concerts en France, en Europe et au Canada. Sinclair est même récompensé par le titre de révélation de l'année 95 par les Victoires de la Musique.

Dans la foulée de ce premier album, il en sort un second en 1995 "Au mépris du danger" qu'il a enregistré avec son groupe dans la campagne française. Son style ne diffère pas du précédent. L'album raconte un peu les aventures de Sinclair. Les arrangements sont devenus plus sobres et les mélodies sont valorisées. Le premier single s'appelle "À la ronde". Les tournées reprennent, faisant de la scène le milieu naturel dans lequel évolue Sinclair, épaulé par son groupe "Le Système". Au terme de 250 concerts, le chanteur s'arrête enfin et devient sédentaire.


En 1997, après l'expérience intensive de la scène, Sinclair sort un nouvel album La Bonne attitude. Ce troisième opus marque un véritable tournant : les chansons montrent une nouvelle recherche musicale légèrement démarquée de ses influences passées et tournée vers une écriture plus française.

Après avoir tourné toute l'année 98, Sinclair clôt son tour de France avec une chaude soirée au Zénith de Paris le 28 novembre. Cette soirée donne d'ailleurs lieu à un album live qui sort en 99. Au programme, des titres phares comme "Si c'est bon comme ça", "Ensemble" ou "L'Epreuve du temps", et une rencontre avec un public composé de fans survoltés. Un seul titre est inédit, "Ici et maintenant", écrit spécialement pour la tournée.

Après la sortie du live, les relations avec sa maison de disques deviennent difficiles. Son projet de nouvel album semble pour le moment en suspens. Il faut attendre 2001 pour que les choses se débloquent : Sinclair change de maison de disques. En septembre, sort Supernova Superstar un opus contenant douze morceaux enregistrés dans le studio Labomatic qui appartient à son père Dominique, son frère Boom Bass et à lui-même. Toujours aussi largement influencé par le funk, Sinclair compose, écrit et arrange l'ensemble des chansons. Le premier single "Ça m'fait plus mal" est dédié à sa compagne, l'actrice Emma de Caunes qu'il épouse en septembre.

Désireux de retrouver son public, il programme une tournée des clubs pour "se chauffer". Mais la grande tournée démarre en janvier 2002 alors que l'album atteint les 100.000 exemplaires vendus. Elle doit le mener jusqu'aux festivals d'été avec un passage parisien les 3 et 4 avril au Zénith. Enfin, c'est dans cette même salle que Sinclair est invité à jouer le 9 mars pour la cérémonie des Victoires de la Musique. Il y est d'ailleurs nommé dans la catégorie Meilleur Album de variété-pop de l'année. Étiqueté "Monsieur Funk" de la chanson française, Sinclair surfe au gré de ses différents albums, sur cette vague musicale qui n'en finit pas de perdurer depuis les années 70.

Le 09 et 10 Juillet, il enregistre son deuxième album ''LIVE 2002'' (2CDs/DVD) à Olympia de Paris, sorties le 18 Mars 2003.

En 2002, il signe la bande originale du film Mon idole de Guillaume Canet[4]. En 2004 sortent un nouvel album, Comme je suis, et un « Best of ». La compilation 1992-2004 rassemble les plus grands succès de Sinclair.

En 2005, il sort les éditions spéciales de ses quartes premiers albums et le Live du zénith de 1998 (2CDS+DVD) (Original / Inédits / Clips et extraits live)

Son 6e album studio, intitulé Morphologique, est édité en octobre 2006 par son propre label, Mini Strong[1],[5].

En 2008, il réalise avec David Dahan la musique de la série télévisée Duval et Moretti[1].

Début 2011, Sinclair signe un contrat avec la maison de disques Warner, qui édite un album éponyme en mai de la même année. Un premier extrait, Ça tourne dans ma tête, précède la sortie de l'album.

Le 16 Juin 2015, il annonce sur Facebook son grand retour sur scène, qui se déroulera le 06 Novembre 2015 au Cargo de Nuit, Arles.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Sinclair fait partie du jury de l'émission de télévision Nouvelle Star, diffusée d'abord par la chaîne M6, durant la saison 6 et la saison 7. Il officie aux côtés du compositeur, arrangeur et pianiste André Manoukian, du journaliste Philippe Manœuvre et de la chanteuse Lio. À l'automne 2009, il annonce son intention d'arrêter l'émission, étant insatisfait du niveau musical de la saison 2008-2009[6]. Lors de la saison 9 de Nouvelle Star, il reprend son rôle de juré, avec André Manoukian, Maurane et Olivier Bas. L'émission débute en décembre 2012 sur D8. En 2013, il produit l'album Premières rencontres de la chanteuse Sophie-Tith, lauréate de cette 9e saison.

Famille et vie privée[modifier | modifier le code]

Né dans une famille de professionnels de la musique et du spectacle, Mathieu Blanc-Francard est le fils de l'ingénieur du son Dominique Blanc-Francard, membre du groupe rock Les Pingouins durant les années 1960 et producteur de plusieurs tubes des années 1970[3]. Le frère de Mathieu, Hubert Blanc-Francard, producteur et DJ, est connu sous le nom de Boom Bass et fait partie du duo Cassius. Mathieu est le neveu du producteur Patrice Blanc-Francard, qui est l'un des créateurs de l'émission d'Antenne 2 Les Enfants du rock et a été directeur général de Disney Channel France[1],[7].

Mathieu Blanc-Francard épouse en septembre 2001 l'actrice Emma de Caunes. Leur fille, Nina, naît en octobre 2002 à Paris[8]. Le couple divorce en 2005 après onze ans de vie commune. Le chanteur a vécu avec la romancière Amanda Sthers de 2009 à 2012[9].

Style musical et influences[modifier | modifier le code]

Depuis son adolescence, Sinclair est inspiré par la musique afro-américaine. Il reconnaît notamment l'influence de Prince, Stevie Wonder, du guitariste Jimi Hendrix, ou encore de Sly Stone[1],[7]. Il décrit sa découverte de l'album Songs in the Key of Life de Stevie Wonder comme « une véritable révélation »[3].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Live[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Bandes originales de film[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 1995, Sinclair est récompensé aux Victoires de la musique dans la catégorie « Révélation du groupe de l’année »[1]. En 2002, son album Supernova Superstar est nommé dans la catégorie « Album de variétés/pop »[10]. Le chanteur est nommé aux Césars en 2009 pour la bande originale du film Le Premier Jour du reste de ta vie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vincent Sermet, Les musiques soul et funk : la France qui groove des années 1960 à nos jours, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales »,‎ , 445 p. (ISBN 9782296058545, lire en ligne), p. 153-155 Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « Biographie de Sinclair », RFI,‎
  2. Matthias Gurtler, « Biographie de Sinclair », VSD,‎ 2004
  3. a, b et c Serge Loupien, « Sinclair est net », Libération,‎
  4. « Sinclair : Chanteur français », Evene.fr
  5. Anne-Lise Carlo, « La nouvelle morphologie de Sinclair », L'Humanité,‎
  6. « Sinclair : « J'arrête Nouvelle Star » », Le Parisien,‎
  7. a et b Vincent Sermet, p. 154
  8. Judith Perrignon, « Les enfants paisibles », Libération,‎
  9. Raphaëlle Leyris, « Amanda Sthers & Sinclair au risque de l'amour », Paris Match,‎
  10. Vincent Sermet, p. 155

Erreur de référence : La balise <ref> avec le nom « Liberation.fr_2002-04-03 » définie dans <references> n’est pas utilisé dans le texte précédent.

Liens externes[modifier | modifier le code]