Willy Ronis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ronis.
Willy Ronis
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
(à 99 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Mouvement
Distinctions
Œuvres réputées
Belleville Ménilmontant, 1954, textes de Pierre Mac Orlan
Sur le fil du hasard, 1981, prix Nadar
Toutes belles, avec Régine Desforges, Paris, 1999
La Montagne, Paris, 2006
Les Chats de Willy Ronis, 2007
Nues, avec Philippe Sollers, 2008
Provence, 2008

Willy Ronis, né le à Paris et mort le à l'hôpital Tenon (20e arrondissement) à Paris[1], est un photographe français, lauréat du Grand Prix national de la photographie en 1979, et du prix Nadar en 1981.

Il est l’un des représentants les plus importants de la photographie humaniste française [2] avec également Édouard Boubat, Jean-Philippe Charbonnier, Robert Doisneau, Izis et Sabine Weiss. Il définit l'école humaniste comme « le regard du photographe qui aime l'être humain »[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Willy Ronis est le fils d’un émigré juif d’Odessa en Ukraine et d’une pianiste juive lituanienne, ayant fui au début du XXe siècle les pogroms. Mélomanes, ils se rencontrèrent dans une amicale d’exilés russes et s’installèrent dans le 9e arrondissement de Paris. Après un emploi de retoucheur en photographie dans un studio réputé, « pour effacer les rides des dames », son père ouvre son propre studio sous le pseudonyme de « Roness ». Leur fils, Willy, naît à Paris au pied de la butte Montmartre[4].

Pour ses 15 ans, son père lui offre un appareil photographique ; Willy Ronis veut cependant devenir compositeur de musique[5]. Cela ne l'empêchera pas de parcourir les rues de Paris et de s'essayer à la photographie.

En 1929, il s'inscrit à la faculté de droit de la Sorbonne, dans l'objectif de devenir compositeur de musiques [6],[7].

Ses débuts en photographie[modifier | modifier le code]

Il découvre la Société Française de Photographie (notamment les travaux de Brassaï, Pierre Boucher, Rogi André) qui lui ouvre les yeux sur une pratique différente de la photographie que celle exercée par son père dans son studio : une pratique qui met en avant des images vivantes et anti-conventionnelles[8].

Mais lors de son retour du service militaire en 1932, son père, très malade, lui demande de l’aider au studio. Ainsi, Willy Ronis fait-il lui-même les tirages de ses photos. Il est peu intéressé par la photographie conventionnelle, mais se passionne pour les expositions de photographies. Alors que la gauche se mobilise amenant l’avènement du Front populaire aux législatives de 1936, le jeune photographe, partisan de telles idées, suit avec entrain les manifestations ouvrières d’alors et prend ses premiers clichés marquants qui seront publiés par la revue Regards[4],[9].

Cette année 1932 sera ainsi décisive pour lui puisqu’elle marquera la mort de son père (des suites d'un cancer, après une agonie de quatre ans) et la vente d’un studio qui périclitait et qui est vécu par Willy Ronis comme un fardeau. La famille déménage ensuite dans le 11e arrondissement[4],[6].

Période parisienne[modifier | modifier le code]

À partir de cette date, il se consacre au reportage. Ses premiers reportages seront des commandes de la SNCF ou du Commissariat au Tourisme. Avec la montée du Front populaire, les mêmes idéaux rapprochent Ronis de Robert Capa et de David Seymour, photographes déjà célèbres. Il a également l’occasion de connaître André Kertész, Brassaï et Henri Cartier-Bresson. Mais, par rapport à la vision de ses pairs, Willy Ronis développe une véritable originalité, marquée par l’attention portée à l’harmonie chorale des mouvements de foule et à la joie des fêtes populaires[10].

En 1937, il achète son premier Rolleiflex avec lequel il effectue un reportage qui sera publié dans Plaisir de France[11].

En 1938, il immortalise Rose Zehner, déléguée syndicale aux usines Citroën du quai de Javel haranguant ses collègues ouvrières. La photo est tirée d'un reportage, commande du magazine Regards[12]. En 1982, dans Un voyage de Rose, le cinéaste Patrick Barberis filme ses retrouvailles avec Rose Zehner, personnage principal de son cliché pris lors des grèves de 1938 chez Citroën-Javel et publié pour la première fois en 1980 dans Sur le fil du hasard[13].

À l'arrivée au pouvoir du régime vichyste, Willy Ronis est catégorisé comme juif : sa carte d'identité est tamponnée de la mention « Juif ». Alors que sa mère, catégorisée comme juive elle aussi, décide de rester à Paris, Willy Ronis, qui ne veut pas porter l'étoile jaune, passe la ligne de démarcation en 1941 et part vivre dans le sud de la France : Nice, Cannes puis le Vaucluse. Il vit la période de la deuxième guerre mondiale comme une parenthèse : très peu de photographies des persécutions subies par les juifs et pas de témoignages de la période d'épuration : Willy Ronis veut préserver sa foi en l'homme. Ayant mis la photographie de côté, il exerce divers métiers comme décorateur de studio, régisseur de théâtre et deviendra même l'assistant du photographe de plateau Sam Lévin[3],[8],[11],[12].

En 1946, il entre à l’Agence Rapho et rejoint les grands noms de la photographie de l'époque que sont les Brassaï, Doisneau, Ergy Landau. En 1945, il fait un reportage pour la SNCF sur le retour des prisonniers. Il collabore alors aux revues Point de vue, Regards, L'Écran français, Le Monde illustré, Time ou Life. Il sera d'ailleurs le premier photographe français à travailler pour Life[4]. Il sillonne alors l'Europe : la Belgique (1951), les Pays-Bas (1952 et 1954) donnera un reportage pour les lectrices du magazine Nouveau Femina, Londres (1955), l'Italie (1959) et enfin la RDA (1967)[14]. Il travaille également pour l'industrie (Air France), la publicité ou la mode (Vogue). Pour Air France, il effectuera un reportage, qui fut publié dans la revue interne Air France Revue, sous le titre Familles de France dans le numéro de juin-août 1956.

Dans les années 50, Willy Ronis milite, au sein du Groupe des XV, pour que la photographie soit reconnue comme discipline artistique[4]. À la fin des années 50, il exerce des activités d'enseignement auprès de l'EDHEC, de l'école d'Estienne et à Vaugirard.

Sa période à l'agence Rapho sera contrariée par sa volonté d'indépendance : il refuse plusieurs contrats qui ne lui conviennent pas et quitte l'agence en 1955 pour la rejoindre de nouveau en 1972[8].

En 1967, l'Association d'échanges franco-allemands lui passe une commande. Il se rend pour cela en Allemagne de l'Est et y photographie les villes, la campagne, les sites industriels, les gens, les Allemands. Cette commande fera l'objet d'une exposition itinérante qui sera présentée, jusqu'en 1974, dans 70 sites en France[14].

Belleville-Ménilmontant, Sur le fil du hasard et Mon Paris sont parmi les livres importants qu’il a publiés. On a alors pu dire que Willy Ronis, avec Robert Doisneau et Édouard Boubat, est l’un des photographes majeurs de cette école française de l’après-guerre qui a su concilier avec talent les valeurs humanistes et les exigences esthétiques du réalisme poétique[10]. Il a cette particularité de traiter les sujets — y compris les sujets difficiles — avec une tendresse accompagnée d'une certaine joie de vivre. Les critiques qualifieront cette manière de photographier, de mièvre et sentimentaliste[5]. En revanche, contrairement à Robert Doisneau, il travaille ses clichés sur l'instant : en une ou deux prises de vue, sans mise en scène, laissant une place importante au hasard[6].

Il travaille beaucoup avec Life qui lui passe régulièrement commande pour ses reportages, deux clichés de cette époque donneront à Willy Ronis le respect de ses pairs mais seront aussi à l'origine de l'arrêt de sa collaboration avec le magazine américain. Il éprouve avec Life comme avec l'agence Rapho le déplaisir de voir son travail retouché afin de lui donner un autre sens que celui voulu originellement. Ainsi, le portrait du mineur silicosé de 1951, devient dans les colonnes de Life « L’évangélisation du monde ouvrier est-elle possible ? ». Plus tard, un cliché représentant des ouvriers en grève écoutant leur délégué syndical, verra le délégué syndical escamoté. Willy Ronis tentera de résister, mais Life ne lui passera plus de commande. En 1972, déçu, il arrête le photojournalisme et quitte Paris pour le Midi de la France : sa volonté d'exercer un droit de regard sur l'utilisation qui est faite de ses clichés lui vaut une traversée du désert d'une dizaine d'années[15],[12],[16],[17],[18],[note 1].

Période vauclusienne[modifier | modifier le code]

En 1948, c'est une de ses photos les plus célèbres : Marie-Anne (Lansiaux), Gordes. Une série de quatre clichés de sa femme pris le matin lors de sa toilette. Un des clichés est publié par l'agence Rapho et connait tout de suite un important succès. Il a souvent été comparé à une peinture de Bonnard[19].

Dans les années 1970-1980, parallèlement à ses activités de photographe, il consacre beaucoup de temps à l’enseignement : à l’École des beaux-arts d'Avignon, puis aux facultés d’Aix-en-Provence et de Marseille. Il y crée un cours d’histoire de la photographie et Pierre-Jean Amar le rencontre alors. En 1972, il s’installe à L'Isle-sur-la-Sorgue[8].

En 1980, sur les conseils de Pierre-Jean Amar et Guy Le Querrec, Claude Nori publie sa première monographie Sur le fil du hasard aux Éditions Contrejour, lequel recevra le prix Nadar et l’encouragera à revenir sur le devant de la scène avec de nouveaux projets.

Retraite[modifier | modifier le code]

Bien qu'ayant publié de nombreux ouvrages et fait de nombreuses expositions, les années 1970 et 1980 sont difficiles financièrement pour Willy Ronis. Il prend alors une importante décision et, en 1982, contre le paiement jusqu'à la fin de sa vie du loyer de son logement, il fait un premier legs à la France. En 1983 il s'installe de nouveau à Paris[4],[11],[16].

En 2001, il décide d'arrêter la photographie à titre professionnel [4].

En 2002 Willy Ronis, frappé par l'arthrite, cesse de prendre des photographies. Son dernier cliché est un nu qui figure dans le livre «Nues» sorti en 2008[19],[6].

En 2009, dans une interview au Figaro donnée à l'occasion du 40ème Rencontres d'Arles, il avoue ne pas comprendre le monde de la photographie actuelle : trop d'exhibitionnisme[3].

Il souhaite organiser une exposition en 2010, pour son 100ème anniversaire. La mort de l'artiste empêchera le projet de voir le jour. Cependant celui-ci sera repris par le Musée de la monnaie de Paris[8].

Il meurt presque centenaire dans la nuit du 11 au 12 septembre 2009[20].

Aujourd’hui l’œuvre de Willy Ronis est exposée dans le monde entier et ses images figurent dans les collections des plus grands musées.

Postérité[modifier | modifier le code]

Willy Ronis lègue son œuvre photographique (90 000 clichés) à la France au travers de deux legs (1983 et 1989) et d'un testament[4],[11]. Conscient de l'utilisation qui peut être faite de ses clichés, il nomme, dans son testament, quatre exécuteurs testamentaires, détenteurs du droit moral de son œuvre et chargés de veiller à son utilisation. Par ailleurs son petit-fils, Stéphane Kovalsky, hérite d'une part réservataire[21].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Willy Ronis date son engagement politique pour le parti communiste à l'année 1923. Il est subjugué par des ouvriers qui chantent La Jeune Garde dans un bar parisien où il se trouve avec des amis. C'est alors un lycéen âgé de seulement 13 ans. Cette rencontre le mènera plus tard à adhérer au parti communiste[3].

Il effectue son premier reportage sur le 14 juillet du Front Populaire, reportage qui sera publié par la revue Regards, une revue d'obédience communiste qui donne la priorité au photojournalisme. Ce reportage agira comme un déclic en lui alors que jusque là la photographie l'ennuyait. Il décide alors de vivre de la photographie, plus précisément du reportage photographique[5],[22].

Il se sent proche du monde ouvrier qui sera un axe majeur de son œuvre. On le retrouvera notamment lors des grèves de Citroën en 1938-39, sur le carreau des mines de Saint-Étienne en 1948 ou encore chez Renault en 1950. C'est également l'époque où, avec son ami Henri Cartier-Bresson, il rejoint l'Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires, une association proche du Parti Communiste Français[4]. Un Parti Communiste dont il sera par ailleurs membre pendant un certain temps «J'ai été membre du Parti communiste un certain temps, et j'ai travaillé quelques années pour ce mouvement, tout en restant indépendant. J'étais orienté, certes, mais je suis resté libre!»[5].

Son adhésion au Parti Communiste Français remonte à 1945. En 1951, il participe au Congrès International de la Paix de Varsovie. Sa rupture avec le Parti Communiste date de 1965, même s'il reste proche de l'idéal communiste[21]. On le retrouvera ainsi en 1967 en RDA, photographiant l'utopie communiste, à la recherche de l'idéal communautaire, et en retrait d'un discours officiel trop idéologique[14],[6]. En 2002, il est le signataire d'un manifeste de soutien à la candidature de Robert Hue pour l'élection présidentielle de 2002[23].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 1946, Willy Ronis épouse Marie-Anne Lansiaux, artiste peintre, décédée en 1991[24],[7].
De cette union, naît un fils, Vincent, mort en 1988 dans un accident de deltaplane[note 2],[16].

Grandes expositions[modifier | modifier le code]

  • 1936 : « Neige dans les Vosges » Gare de l'Est, Paris[25].
  • 1937 : « Paris la nuit » Gare de l'Est, Paris.
  • 1953 : invité par le Musée d'Arts Modernes de New-York pour l'exposition « Five French Photographers » qui réunit outre Wily Ronis, Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Izis (Israël Bidermanas)[8],[note 3].
  • 1965 : « Six photographes et Paris » au Musée des Arts Décoratifs, Paris avec Doisneau, Frasnay, Lattès, Janine Niepce et Pic.
  • 1980 : invité d'honneur aux Rencontres d'Arles
  • 1985 : Rétrospective officielle au Palais de Tokyo.
  • 1986 : Même rétrospective à Lyon FNP puis Moscou.
  • 1987 : Musée d'Art Moderne à Bologne, Italie.
  • 1989 : Art Gallery Barbican, Londres.
  • 1990 : Musée de l'Élysée, Lausanne, Suisse.
  • Du 6 novembre au 6 décembre 1992 : Willy Ronis au musée de Brest, invité par l'association Camera Obscura.
  • 1994 : « Mes années 80 » à l'Hôtel de Sully, Paris.
  • 1996 : « 70 ans de déclics » Les Halles, Paris[9].
  • 2000 : Musée d'Art contemporains de Kyoto, Japon.
  • 2001 : Willy Ronis invité d'honneur de la première édition des Transphotographiques à Lille
  • 2004 : « La vie en passant », rétrospective à Aix la Chapelle, Berlin.
  • 2005-2006 : Rétrospective « Willy Ronis à Paris » à l’Hôtel de ville de Paris[26]
  • 2009 : Exposition aux Rencontres d'Arles
  • Du 16 avril au 22 août 2010 : Willy Ronis Une poétique de l’engagement. Exposition coproduite par le Jeu de Paume et la Monnaie de Paris, avec le concours de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine / Ministère de la Culture et de la Communication[27].
  • 2016 : « 1936, le Front populaire en photographie », Hôtel de Ville, Paris[28]

Publications[modifier | modifier le code]

Années 1950

  • Belleville Ménilmontant, textes de Pierre Mac Orlan, Éditions Arthaud, Paris, 1954.

Années 1980

Années 1990

Années 2000

  • Derrière l’objectif : Photos et propos, Éditions Hoëbeke, Paris, 2001 (ISBN 978-2842301231)
  • Pour la liberté de la Presse, Reporters Sans Frontières, Paris, 2001 (ISBN 978-2908830606)
  • Le Val et les Bords de Marne, Éditions Terre Bleue, Paris, 2004 (ISBN 978-2-913019-30-0)
  • Willy Ronis, Actes Sud, Arles, 2005 (ISBN 978-2742757169)
  • Paris, éternellement, avec Daniel Karlin, Éditions Hoëbeke, Paris, 2005 (ISBN 978-2842302450)
  • Willy Ronis (photogr. Willy Ronis), Ce jour là, Mercure de France, coll. « Traits portraits », , 176 p. (ISBN 978-2-7152-2661-6). 
    Pour chacune des cinquante deux photographies présentées, Willy Ronis revisite sa mémoire et mentionne des conditions particulières de prise de vue.
  • Willy Ronis, textes de Willy Ronis, Marta Gili et Virginie Chardin, Fundacion La Caixa, Barcelone, 2006
  • La montagne, Éditions Terre Bleue, Paris, 2006 (ISBN 978-2-909953-10-6)
  • Paris-couleurs, avec Michel Boujut, Éditions Le Temps qu’il fait, Cognac, 2006 (ISBN 978-2868534712)
  • Le Front Populaire des photographes de Françoise Denoyelle, Édition Terre Bleue, Paris, 2006 (ISBN 2909953092)
  • Les chats de Willy Ronis, Flammarion, Paris, 2007 (ISBN 978-2081206878)
  • Nues, avec Philippe Sollers, Éditions Terre Bleue, Paris, 2008 (ISBN 978-2-909953-22-9)
  • Provence, Éditions Hoëbeke, Paris, 2008 (ISBN 978-2842303228)

Années 2010

Honneurs et distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Périodiques[modifier | modifier le code]

Kristen Gresh, « Regard sur la France », Études photographiques, no 21,‎ (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Willy Ronis, Ce jour là, 2006, Le mineur silicosé, 1951
  2. (fr) Bertrand Eveno, Marie-Anne, Vincent et moi, 1999
  3. (fr) Kristen Gresh, Regard sur la France, 2007, En intitulant l’exposition “Five French Photographers”, Steichen respecte la particularité de ces auteurs et contribue à la définition d’un mouvement qu’on appellera par la suite « la photographie humaniste ». Cette exposition donne aux Américains une idée de cette « vision particulière »

Références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Willy Ronis, le "photographe de l'humain", est mort à 99 ans », La Dépêche du Midi, (consulté le 12 novembre 2016)
  2. AFP, « Décès de Willy Ronis, grand photographe humaniste », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  3. a, b, c et d Valérie Duponchelle, « Willy Ronis : « La photographie exhibitionniste me dérange » », Le Figaro, (consulté le 24 octobre 2016)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Samuel Laurent, « Willy Ronis, mort d'un géant de la photographie. », sur lefigaro.fr, (consulté le 9 janvier 2015)
  5. a, b, c et d Daphné Thiery, « Il était une fois... Willy Ronis », Le Figaro, (consulté le 23 octobre 2016)
  6. a, b, c, d et e Christine Kerdellant, « Willy Ronis:"J'ai fait de la photo buissonnière toute ma vie" », L'Express, (consulté le 12 novembre 2016)
  7. a et b « Biographie Willy Ronis », Encyclopædia Britannica (consulté le 27 novembre 2016)
  8. a, b, c, d, e, f, g et h « WILLY RONIS (1910-2009), photographe humaniste », Au Féminin, (consulté le 24 octobre 2016)
  9. a et b Dominique Vidal, « Willy Ronis, au-delà de la nostalgie », Le Monde Diplomatique, (consulté le 25 octobre 2016)
  10. a et b « Biographie de Willy Ronis », sur Reporter sans frontières, (consulté le 9 janvier 2015)
  11. a, b, c et d Dominique Raizon, « Willy Ronis, un passeur d’histoire », RFI, (consulté le 25 octobre 2016)
  12. a, b et c Brigitte Ollier, « Willy Ronis à perte de vues », Libération, (consulté le 12 novembre 2016)
  13. Alexandre Courban, Roger Gauvrit, Allain Malherbe, Jean-Yves Masson, Citroën par ceux qui l'ont fait : un siècle de travail et de luttes, Éditions de l'Atelier, 12 septembre 2013, 224p. 
  14. a, b et c Valérie Duponchelle, « Willy Ronis, autoportrait au-delà des clichés », Le Figaro, (consulté le 5 novembre 2016)
  15. Magali Jauffret, « Willy RONIS. Le petit-fils, le philosophe et les photographes », L'Humanité, (consulté le 5 novembre 2016)
  16. a, b et c Armelle CANITROT, « Décès de Willy Ronis, "photographe de l'humain" », La Croix, (consulté le 27 novembre 2017)
  17. « Willy Ronis », The Daily Telegraph, (consulté le 27 novembre 2016)
  18. Willy Ronis, « Ce jour là », Telerama, (consulté le 27 novembre 2016)
  19. a et b Bernard Genies, « (Re)voir les nus secrets de Willy Ronis », Le Nouvel Observateur, (consulté le 24 octobre 2016)
  20. « Le photographe Willy Ronis est mort », in LeParisien.fr, publié le 12 septembre 2009 à Paris.
  21. a et b Claire Guillot, « Willy Ronis, une œuvre très convoitée », Le Monde, (consulté le 5 novembre 2016)
  22. Charles Silvestre, « L'expo Willy Ronis : au bonheur de 36 », L'Humanité, (consulté le 25 octobre 2016)
  23. « Des intellectuels avec Robert Hue », L'Humanité, (consulté le 26 décembre 2016)
  24. a, b et c « Biographie Willy Ronis », Who's Who (consulté le 27 novembre 2016)
  25. Claude Massonnet, « Willy Ronis : une vie de photographies », Le Parisien, (consulté le 26 décembre 2016)
  26. dossier de l'exposition Willy Ronis à Paris.
  27. Communiqué de presse de l'exposition
  28. « Le Front populaire à l’honneur à Hôtel de Ville de Paris », Le Parisien, (consulté le 25 octobre 2016)
  29. « Edmonde Charles-Roux, le courage de la liberté », L'Humanité, (consulté le 12 novembre 2016)
  30. Décret du 14 avril 1990 portant promotion et nomination, JORF no 90 du 15 avril 1990, p. 4647–4655 (4653), NOR PREX9010728D, sur Légifrance.
  31. Décret du 3 décembre 1994 portant promotion et nomination, JORF no 281 du 4 décembre 1994, p. 17157–17192 (17183), NOR PREX9412415D, sur Légifrance.
  32. Décret du 14 mai 2001 portant promotion et nomination, JORF no 112 du 15 mai 2001, p. 7695–7725 (7720), NOR PREX0104833D, sur Légifrance.
  33. Décret du 30 janvier 2008 portant promotion et nomination, JORF no 26 du 31 janvier 2008, p. 1818, texte no 4, NOR PREX0811182D, sur Légifrance
  34. Emmanuel Hecht, « Derrière les objectifs de Willy Ronis et d'Eric Valli », L'Express, (consulté le 12 novembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]