Ska-P

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ska-P
Description de cette image, également commentée ci-après

Ska-P, en concert au festival Chiemsee Reggae Summer Festival en 2013.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre musical Ska punk, rock alternatif, punk rock, ska, rock
Années actives 19942005, 20082014 (pause)
Labels BMG Entertainment, RCA Records, Sony BMG, Warner Music, AZ Records
Site officiel www.ska-p.net
Composition du groupe
Membres Pulpul
Joxemi
Julio
Luismi
Kogote
Pipi
Anciens membres Pako
Yanclas
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Ska-P.

Ska-P, également stylisé Ska-p, est un groupe de ska punk espagnol, originaire du quartier de Vallecas, à Madrid. Il est formé en 1994 par deux amis, Navarre et Euskadi. À la fin 2004, ils annoncent un nouvel album, mais décident de se séparer inopinément. Leur dernière tournée, à cette période, se termine à Buenos Aires, en Argentine, en octobre la même année.

Le 12 octobre 2007, le groupe confirme son retour et publie, le 5 septembre 2008, le single Crimen sollicitationis. Il est suivi en octobre 2008 par un nouvel album, Lágrimas y Gozos. Il suit d'une brève tournée[1]. Le groupe se remet en pause en 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et popularité (1994–1999)[modifier | modifier le code]

Ska-P est formé en 1994 autour de Pulpul, Yanclas, Julio, Kogote et Pako[2]. Après quelques mois de répétitions, le groupe sort 0,7, un premier album déjà provocateur auto-produit puis réédité quelques années plus tard par Sony. Malgré cela, le groupe ne connait pas le succès ; ils jouent dans de petites salles pour peu de gens malgré les chansons Como un Rayo, hymne au club de football Rayo Vallecano et 0,7.

0,7, sorti en 1994 chez AZ Records, n'est pas le premier album de Ska-P. En effet, il précède d'un album rarissime baptisé par les membres du groupe Vamos Rayito, album vendu à la sauvette au tout début de l'année 1994 à l'entrée des matchs du Rayo Vallecano. Toni Escobar quitte le groupe (ne pouvant concilier ce dernier et son travail) tandis que Ska-P engage Joxemi en provenance de Navarre après de nombreux essais avec divers guitaristes, car ils ne cherchent pas un guitariste d’expérience, mais bien un qui a la même histoire et les mêmes idées qu'eux. Ils engagent également Pipi, en tant que showman, un ami du groupe qui, jusque là, les aidait à charger le matériel. Avec Ska-P, les deux hommes répètent et composent nuit et jour pour la sortie de l'album suivant El Vals del Obrero et grâce à la chanson Cannabis, le groupe connaîtra un succès en France, et en Amérique latine.

Le groupe sort ensuite Eurosis, après deux mois de repos, tournant en Espagne et de plus en plus en France. Ils réalisent également leur première tournée en Amérique latine et plus précisément en Argentine en première partie du groupe Attaque 77, dont un concert au stade Obras devant 4 000 personnes, ainsi qu'au Mexique, tournée qui aura duré un mois. Pako quitte ensuite le groupe, remplacé par Luismi juste avant une tournée en Italie et un passage au festival Arezzo Wave devant 10 000 personnes.

Planeta Eskoria et Que Corra La Voz (2000–2004)[modifier | modifier le code]

Pipi en concert en 2013.

L'année 2000 accueille un nouvel album Planeta Eskoria très engagé contre le gouvernement espagnol, où les membres du groupe durcissent leur son, et deviennent un peu plus sérieux. Leurs concerts sont déjà répartis entre la France, l'Italie, la Suisse et l'Espagne. En 2001, le groupe joue à la Fête de l'Humanité à la Courneuve devant plus de 50 000 spectateurs, en première partie de Manu Chao. Ce concert sortira en DVD en 2013, sur le DVD Todo Ska-P.

En 2002 sort ¡¡Que Corra la Voz!! comportant la chanson Welcome to Hell, une chanson s'opposant à la peine de mort. Peut-être le disque le plus complet de Ska-P, puisqu'eux-mêmes le considèrent comme un mélange parfait de la personnalité des membres du groupe. Il contient beaucoup de moqueries, beaucoup d'ironie et d'autres styles. Le groupe tourne désormais aux quatre coins de l'Europe dans des pays comme la Hongrie, l'Autriche, les Pays-Bas, la Belgique, et aussi en Amérique du Sud : en Argentine, au Chili, au Mexique, ainsi qu'en Amérique du Nord. Ska-P termine en 2003 avec Incontrolable, un album live contenant un DVD avec 13 vidéoclips enregistrés à Paris et à Nyon, en Suisse, et des images de la tournée européenne.

Pause indéterminée (2005–2007)[modifier | modifier le code]

Le groupe démarre une longue pause indéterminée début 2005 après 10 ans de service, mais assure cependant une ultime tournée durant l'été 2005 qui s'est achevée par un concert à Buenos Aires, en Argentine, au festival Pepsi Music devant plus de 10 000 personnes, au stade La Cubierta[2].

Pulpul continue de composer pour un éventuel album, tandis que Joxemi en profite pour mieux s'investir dans un groupe du nom de No Relax créé en 2003 avec une chanteuse italienne, qui sortira trois albums du nom de Gridalo!, Virus De Rebelión et de Indomabile. Quant à Pipi, il fait également partie d'un nouveau groupe : The Locos dont il est le chanteur principal et dont le premier album Jaula de Grillos est sorti au début de l'été 2006. Kogote lui joue avec le groupe de reggae espagnol Salida Nula.

Pulpul annonçait sur le site officiel de Ska-P, le 12 novembre 2007, (soit 2 ans jour pour jour après le dernier concert de Ska-P en Argentine) que des essais allaient être effectués avec les anciens membres du groupe en janvier 2008 afin de voir quel était l'état d'esprit général du groupe et ce qu'il restait de l'ancien répertoire. Ceci pour un possible nouvel album prévu pour fin 2008. En janvier 2008, Joxemi déclare dans un communiqué (sur le site internet du groupe) son intention de se replonger également dans l'aventure Ska-P, et annonce également que le prochain album du groupe devrait sortir en octobre 2008, sortie suivie d'une tournée. Le 22 avril 2008 le groupe annonce qu'il reprend du service[3].

Retour (2008–2011)[modifier | modifier le code]

Ska-P, pendant sa tournée Lágrimas y Gozos.

Ska-P reprend du service après avoir annoncé leur retour officiel. Un nouvel album intitulé Lágrimas y Gozos et comprenant treize titres est sorti le 7 octobre 2008. Le groupe donne un concert (complet) au zénith de Paris le 19 décembre 2008. Ska-P revient au stade La Cubierta le 27 décembre 2008 pour la seule date espagnole de la tournée[4].

En 2009, Ska-P part en tournée en Europe et en Amérique Latine. Ils ont aussi participé au Paléo Festival Nyon (Suisse, canton de Vaud) le 24 juillet, et au festival Emmaüs Lescar-Pau le 30 juillet, belle prestation pour une communauté engagée et alternative. Séduits, ils y reviendront l'année suivante, en 2010.

Dernières activités et pause (2012–2014)[modifier | modifier le code]

Ska-P au Chiemsee Reggae Summer en 2013.

Le groupe affirme qu'ils sortiraient en 2013 un nouvel album. Le 26 décembre, ils entrent dans la phase finale de l'album. En 2013, Ska-P sort un nouvel album de 15 chansons (dont une instrumentale). L'album est sorti le 5 mars. Il s'intitule 99 % et contient deux singles : Se acabó et Canto a la rebelión. La tournée qui accompagne l'album a débuté en mars et continue en 2014.

Ils participent au Reggae Sun Ska 2013 à Pauillac, le 4 août 2013. Plusieurs dates en France notamment à Paris (29/03/13), St Prouant (5 juillet 2013), Neuve Église (9 juillet 2013), Pau (24 juillet 2013), Langres (11 août 2013), Lyon (20 octobre 2013), Toulouse (23 octobre 2013) et Brest (26 octobre 2013). Ska-P continue la tournée calmement en 2014 avec des dates en Europe (dont plusieurs en France), Amérique Latine et Europe de l'Est. Le groupe arrête la tournée 2014 et ne reprend pas en 2015. Pulpul (le chanteur) indique en novembre 2015 via un communiqué qu'il a des problèmes d’acouphènes.

Sur leur site officiel, le groupe affirme sortir un album du concert au Woodstock Festival fin avril 2016. Le 16 décembre 2016, Ska-P publie sur sa page Facebook un message disant Ska-P no ha muerto, Ska-P es inmortal (littéralement : « Ska-P n'est pas mort, Ska-P est immortel »)

Image[modifier | modifier le code]

Le nom Ska-P est un jeu de mots car en espagnol on prononce « escapé » ce qui veut dire « je me suis échappé » ou « échappez-vous ». Les titres les plus connus du groupe sont : Cannabis (Legalizacion) ; El Vals del Obrero ; Paramilitar ; Planeta Eskoria ou encore Ni Fu Ni Fa. Après une séparation, ils se sont regroupés. Leur dernier album est sorti en 2013 (99%)

La mascotte du groupe est le Gato Lopez (nom issu probablement d'un mélange entre Tony Lopez, manager du groupe et El Gato Montes, chanson traditionnelle espagnole), chat punk renfrogné qui représente bien le fort engagement politique qui caractérise Ska-P : en effet, le groupe — qui se revendique anarchiste — se bat sur tous les fronts : la peine de mort (Welcome to Hell), le travail des enfants (Los Hijos bastardos de la globalización), le manque de liberté (Bajo Vigilancia, Planeta Eskoria), la pauvreté (El Olvidado, No te pares), la maltraitance des femmes (Violencia Machista), les inégalités dans le monde (0,7), la libération de la Palestine (Intifada), la religion (Sexo y Religión, Sectas, Villancico, La Mosca Cojonera, Crimen Sollicitationis)[5], la libération de l'Amérique Latine (La Sesera No Va, Juan Sin Tierra, América Latina ¡¡Libre!!, El Libertador), le racisme et l'immigration (Alí, El Magrebí, Lucrecia, Mestizaje), la société de consommation (Villancico, Consumo Gusto, Oniomanos), le prolétariat (El Vals del Obrero, Poder Pa'l Pueblo, Naval Xixón), la police (Romero el Madero, Solamente por Pensar), la légalisation du cannabis (Cannabis, Al Turrón, Como Me Pongo, Mis Colegas), la maltraitance des animaux (Animales de Laboratorio, Kémalo, Insensibilidad), les corridas (Abolición, Vergüenza, Wild Spain), l'impérialisme américain (La Sesera No Va, América Latina ¡¡Libre!!, Tío Sam, El Imperio Caerá), les enfants-soldats (El Niño Soldado), et la manipulation par les médias (Reality Show, Revistas del Corazón, Radio Falacia).

L'illustration parfaite de ce statut est le concert gratuit proposé à l'occasion du G8 à Annemasse ou encore la prise de position en soutien aux communautés indiennes zapatistes ou de l'EZLN (Armée zapatiste de libération nationale) au Chiapas (Mexique), et dans l'ensemble le grand intérêt du groupe pour l'Amérique latine où ils ont fait de grandes tournées. Mais ils gardent le cœur en Espagne, dont ils ne manquent pas de dénoncer les dysfonctionnements politiques ou sociaux, comme la vie du quartier populaire de Vallecas, la discrimination, la royauté… Le tout dans une ambiance festive qui engage à la prise de conscience, car la vraie force de ce groupe est la vitalité des concerts qu'il donne (mise en scène, interactivité avec le public), lui procurant une reconnaissance internationale qui ne peut que mieux servir la propagation de son message.

Idées[modifier | modifier le code]

Ska-P est un groupe engagé qui ne cache pas ses opinions anarchistes dans ses chansons[6], ses pochettes d'albums ou encore ses concerts. Ils sont surtout très engagés pour les Droits de l'Homme. Dès son premier album, le groupe ne manque pas de critiquer le racisme, fascisme, sionisme, les corridas, le traitement du tiers-monde, la corruption mais aussi des sujets plus « légers » tels que la télé réalité.

Le deuxième album est encore plus engagé que le premier mais celui-ci critique ouvertement l'Espagne, le chômage mais il est avant tout connu pour sa chanson Cannabis pour la légalisation du cannabis. Le groupe rend hommage avec cet album aux prolétaires et à sa mascotte El Gato Lopez. Le troisième album Eurosis s'attaque également à l'Espagne, et à son roi, avec pas moins de trois chansons les visant. Le groupe fait référence à l'Amérique latine dans deux de ses chansons, alors que la pochette de l'album critique l'euro, la monnaie commune européenne. Le quatrième album Planeta Eskoria est déjà provocateur par son titre (traduit en français Planète Déchet), et ses critiques sont dirigées vers diverses cibles, telles que la xénophobie, les violences conjugales, les inégalités sociales. Le groupe s'attaque aussi au Pape.

Dans son cinquième album ¡¡Que Corra la Voz!!, le groupe parle de révolution et de drogue, mais il s'attaque surtout aux charlatans et à la peine de mort. Dans son sixième album Lágrimas y Gozos, le groupe s'attaque de nouveau ouvertement à l'Église catholique et à la corrida. Le groupe part également en guerre contre le prosélytisme. Il s'attaque également à Nicolas Sarkozy à la suite de ses propos sur les banlieues, qu'il faudrait selon lui « Nettoyer au karcher »[7]. La chanson La Colmena notamment contient un enregistrement audio de Nicolas Sarkozy avec les paroles suivantes : « Vous en avez assez hein? Vous avez assez de cette bande de racailles! Ben on va vous en débarrasser[8] ! » Leur chanson El Libertador, soutenant ouvertement la Révolution bolivarienne d'Hugo Chávez, est la cible de critiques de la part de groupes anarchistes car cette chanson soutient un programme socialiste. Dans son septième album 99%, le groupe soutient ouvertement le slogan We are the 99 % (nous sommes les 99 %).

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Pulpul - Roberto Gañan Ojea, plus connu sous le surnom de Pulpul, est né à Belmonte, en Espagne. Il est le leader et le fondateur du groupe de ska punk espagnol Ska-P, en tant que chanteur et guitariste. Il voulait une batterie, mais, faute d'argent, il commence la guitare dès l'âge de 12 ans puis fonde à 17 ans son premier groupe du nom de Erotica. Puis il fonde Ska-P en 1994, suivi de 11 ans de tournées et de 5 albums. Le groupe décide de faire une pause en 2005, permettant à Pulpul de voir grandir sa fille. Pulpul ne cache pas ses engagements politiques et n'hésite pas à dire qu'il est végétarien et féministe.
  • Kogote - Alberto Javier Amado alias Kogote (né en avril 1972 à Madrid) est le claviériste du groupe Ska-P. Il débute en 1988 avec le groupe Akrópolis. Il crée deux ans plus tard Fuera de Lugar puis fonde Ska-P avec Pulpul. Il tourne actuellement avec le groupe Salida Nula.
  • Julio - Julio Cesar Sanchez Suarez alias Julio (né le ) est le bassiste du groupe Ska-P. Il commence à jouer de la basse dès l'âge de 16 ans : des amis lui firent écouter un morceau de Black Sabbath et, impressionné par la puissance de la basse, il décida d'en acheter une. Un de ses amis lui vendit une vieille basse que Julio achètera. Lorsqu'il commença à jouer, il ne possédait pas d'ampli et dut économiser pour rapidement pouvoir en acheter un. Il forma d'abord un groupe de reprise, puis a rencontré les futurs membres de Ska-P avec lesquels il créa le groupe peu après. Julio est, avec Pulpul et Kogote, un membre de longue date qui a vécu toutes les périodes du groupe depuis sa création en 1994. Il participe aussi à quelques chœurs, notamment dans les refrains de Tío Sam. Julio joue avec les doigts et, tout comme le groupe lui-même, est assez varié : il peut être tantôt essentiel (Naval Xixon, où il joue seul le riff d'intro), tantôt au second plan (Ali El Magrebi, où il suit la guitare). Son jeu peut être frénétique, ou plus lent, comme dans Vals Del Obrero où il passe du rythme de valse à celui du rock. Il lui arrive d'utiliser du wah-wah (Planeta Eskoria) et peut être assez violent (Revistas Del Corazon). Il ne joue pas réellement de solo, mais la puissance de son jeu est telle qu'il apporte une profondeur énorme à la musique du groupe.
  • Luismi - Luis Miguel Garcia Planello alias Luismi est un musicien espagnol notamment batteur du groupe Ska-P. Il débuta la musique en jouant de la guitare dans le groupe madrilène Droberan. À la séparation du groupe, il décide de se mettre à la batterie. Il joua ensuite dans divers groupes tels que Asi.Il est ensuite engagé par Ska-P pour remplacer Pako.
  • Pipi - Ricardo Degaldo de la Obra alias Pipi est le second chanteur de Ska-P et il est le leader du groupe The Locos. Il est né le 15 novembre 1971 à Belmonte en Espagne. Il passe son enfance à jouer au football puis à 12 ans il part travailler avec son père. À l'âge de 15 ans il commence à s'intéresser à la musique, notamment à des groupes tels que La Polla Records et Mano Negra. Il enchaîne ensuite divers travaux et à la fin de chaque journée il rejoint ses amis au studio de répétition de Vallecas. Ses amis fondent le groupe Ska-P et l'engagent en tant que showman. À la séparation de Ska-P en 2005 il crée le groupe The Locos.

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Pako - Francisco Javier Navio plus connu sous le nom de Pako était le premier batteur de Ska-P entre 1994 et 1998. Il a grandi à Fontarrón dans la banlieue de Madrid ; il commence la musique avec des amis, puis il fonda Ska-P en 1994 avec Pulpul. Il est remplacé par Luismi en 1998.
  • Yanclas - Toni Escobar plus connu sous le nom de Yanclas était le premier guitariste de Ska-P. Il apparait sur 0,7 le premier album du groupe avant d'être remplacé par Joxemi en 1995.

Membres accompagnateurs[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

  • Tony Lopez - direction et réalisation, quelques participations aux chœurs
  • Marisa Martin - assistante de production

Chronologie[modifier | modifier le code]


Discographie[modifier | modifier le code]

Année Album Charts
Drapeau de la France Drapeau de la Suisse Drapeau de l'Espagne Drapeau de l'Italie
1994 0,7 - - - -
1996 El Vals del Obrero - - - -
1998 Eurosis - - - -
1999 Ska-p en concierto 55 - - -
1999 Seguimos En Pie - - - -
2000 Planeta Eskoria 30 - - -
2002 ¡¡Que Corra la Voz!! 21 84 - 29
2003 Incontrolable 50 41 - -
2008 Lágrimas y Gozos 88[9] 22[9] 6 30
2013 Todo Ska-P - 23 16 -
99 % 73 37 3 40
2016 Live in Woodstock Festival - - - -

Autres[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Concerts[modifier | modifier le code]

Ces vidéos contiennent des concerts enregistrés.

Clips[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]