Nana Mouskouri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nana Mouskouri[1]
Nάνα Μούσχουρη
Description de cette image, également commentée ci-après

Nana Mouskouri en 2012.

Informations générales
Nom de naissance Ioánna Moúskhouri
Ιωάννα Μούσχουρη
Naissance (81 ans)[1]
La Canée (Crète),
Drapeau de la Grèce Grèce
Activité principale Chanteuse
Genre musical Jazz, pop, folk, classique, world, ballade
Années actives 1958 - 2008
Labels Fontana
Polydor
Mercury
Verve
Philips
PolyGram
Universal
Site officiel Universal Music France
Nana Mouskouri
Nάνα Μούσχουρη
Fonctions
Député européen

(5 ans)
Élection
Président Klaus Hänsch
Biographie
Parti politique Nouvelle démocratie

Nana Mouskouri (grec moderne : Nάνα Μούσχουρη, Nána Moúskhouri), de son vrai nom Ioánna Moúskhouri (Ιωάννα Μούσχουρη), née le à La Canée (Crète), est une chanteuse grecque.

Elle débute en 1958 et revendique, au long d'une carrière de six décennies, plus de trois cents disques d'or à travers le monde. En France, son plus important marché, elle a ainsi vendu 1,9 million d'albums certifiés par la SACEM depuis 1973[2]. Elle a également vendu environ 7,4 millions de singles dans le monde, dont 3,9 millions en France[3].

Elle enregistre ses chansons dans plusieurs langues[4] : le français, le grec, l’anglais, l’allemand, le néerlandais, l’italien, l’espagnol, le japonais et le gallois.

De 1994 à 1999, elle est eurodéputée de la Nouvelle Démocratie (parti politique grec de droite modérée).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

La famille Moúskhouri vit à La Canée, en Crète, où le père de Nana, Konstantínos, travaille comme projectionniste dans un cinéma local[4]. Sa mère, Alíki, y est ouvreuse.

Ioánna a trois ans quand toute la famille déménage à Athènes[4]. Son enfance est marquée par l'Occupation de la Grèce par les troupes de l'Allemagne nazie[4]. Son père fait partie du mouvement de résistance aux nazis à Athènes. Les parents Moúskhouri travaillent très dur afin d'envoyer Nana et sa sœur aînée Eugenía (dite Jenny), au prestigieux conservatoire hellénique d'Athènes.

À douze ans, Nana commence à prendre des leçons de chant, de piano et d'harmonie[1] ; elle étudie pendant huit ans. Elle montre un talent musical exceptionnel dès l'âge de six ans. Sa sœur Eugenía apparaît comme celle qui a le plus de talent, mais Nana a très tôt du succès car elle est dotée d'une voix unique en son genre, l'une de ses cordes vocales présentant un épaississement congénital[4].

Carrière de chanteuse[modifier | modifier le code]

La carrière discographique de Nana Mouskouri débute en 1958, après sa rencontre avec le compositeur Mános Hadjidákis[5]. En 1960, elle s'installe à Paris[6].

Nana Mouskouri en 1966.

Sa carrière la conduit à enregistrer plus de 1 550 chansons différentes[4], principalement en allemand, en anglais, en espagnol, en français, en grec et en italien, mais aussi en hébreu, en japonais, en néerlandais, en portugais et en gallois. En 1963, elle est choisie pour représenter le Luxembourg au Concours Eurovision de la chanson avec la chanson À force de prier. Ballade très classique, le morceau terminera à la huitième place.

En 1984, elle interprète la version française du tube du groupe ABBA Chiquitita devenant (avec Mireille Mathieu, Karen Cheryl et Michèle Torr) la quatrième personne à chanter en français les titres du groupe suédois. Elle chante la même année le générique de la série télévisée L'amour en héritage.

Elle aborde divers genres musicaux tout au long de sa carrière, successivement ou simultanément : folklore, jazz, pop, classique (Verdi, Mozart) et Carl Orff dont elle reprend un extrait de son œuvre maîtresse, la cantate Carmina Burana, sous le titre Ave Verum.

Très souvent en tournée à travers le monde pendant plus de quarante ans, elle obtient plus de 300 disques d'or, de diamant et de platine. Elle revendique elle-même la vente de plus de trois cents millions de disques à travers le monde en 2008[1],[7],[8], chiffre qui atteindrait 350 millions en 2014 selon Le Figaro[6].

Nana Mouskouri en 2012.

En 2004, un coffret intégral de son travail en français est édité par Universal Music Group, incluant un livret de plus de cent vingt pages, écrit et illustré par Nana. En 2005, Nana Mouskouri entreprend une tournée d'adieux internationale, allant de l'Europe à l'Australie.

Le , elle donne un concert d'adieu à l'opéra Garnier à Paris. Elle annonce mettre un terme à sa carrière lors d'un double concert à l'Odéon d'Hérode Atticus en Grèce en juillet 2008. Un public international l'ovationne au cours de ces deux soirées. Toutefois elle vit mal cette retraite, qui provoque chez elle un sentiment d'inutilité et de désespoir, se traduisant par des maladies et une dépression. Elle décide donc de revenir sur scène en octobre 2013[6].

Le , elle publie l'opus Happy Birthday Tour accompagné d'une grande tournée internationale (2013 à 2015) qui la conduit, une fois de plus, aux quatre coins du monde[9],[6].

Engagements[modifier | modifier le code]

La notoriété de Nana Mouskouri conduisit l'Unicef à lui confier une mission d'ambassadrice en 1993.

Le parti politique grec de centre-droit Nouvelle Démocratie, l'ayant placée en position éligible sur sa liste pour les élections européennes de 1994, elle siège au Parlement européen de 1994 à 1999[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Nana Mouskouri et George Petsilas en 1969.

Nana Mouskouri a été mariée, de 1961 à 1975[réf. nécessaire], avec le musicien et producteur Geórgios Petsilás[10], qui est aussi le père de leurs deux enfants[4], Nicolas et Hélène Petsilas (dite « Lénou », qui a chanté avec elle à Montréal à la Place des Arts).

Depuis les années 1970, elle est la compagne du producteur André Chapelle, qui a produit nombre de ses disques depuis les années 1960[11], et avec lequel elle s'est mariée en 2003. Nana Mouskouri et André Chappelle vivent en Suisse[4].

En 2007, elle entre dans la liste des trois cents personnes les plus riches domiciliées en Suisse, sa fortune étant estimée entre cent et deux cents millions de francs suisses[12].

Discographie[modifier | modifier le code]

Nana Mouskouri en 1969.
Article détaillé : Discographie de Nana Mouskouri.

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « RFI Musique - Nana Mouskouri », RFI Musique,‎ (consulté le 23 décembre 2009).
  2. « Chiffres de ventes de Nana Mouskouri en France », sur le site Chartsinfrance.net, 19 juillet 2006 (consulté le 8 avril 2016).
  3. Estimation des ventes de singles de Nana Mouskouri, sur le site Artisteschartsventes.blogspot.fr (consulté le 8 avril 2016).
  4. a, b, c, d, e, f, g et h [vidéo] Pardonnez-moi – Nana Mouskouri : tsr.ch – interview télévisée de Nana Mouskouri, par Darius Rochebin. Émission « Pardonnez-moi » du 5 juin 2011. TSR, 5 juin 2011. Durée : 25:56 min.
  5. (en) Steve Huey, « Biography - Nana Mouskouri », AllMusic (consulté le 19 mars 2015)
    (en) « In 1958, she met the emerging songwriter Manos Hadjidakis, who would become her mentor in the field of popular music, and recorded an EP featuring four of his compositions for a small record label that year. »
    (fr) « En 1958, elle rencontre l'auteur-compositeur débutant Manos Hadjidakis, qui deviendra son mentor dans le domaine de la musique populaire, et enregistre la même année quatre de ses compositions dans un EP publié par un petit label. »
  6. a, b, c et d « Nana Mouskouri sur la scène de l'Acropole à 80 ans », Le Figaro.fr, 15 juillet 2014.
  7. (en) « Greek songbird Mouskouri bids farewell after 50 yrs. », Reuters.com,‎ (consulté le 10 janvier 2010).
  8. (en) (en) « Nana Mouskouri: Diva with specs appeal », The Daily Telegraph,‎ (consulté le 10 janvier 2010).
  9. Nana Mouskouri Happy Birthday sur nanamouskouri.com.
  10. a et b « Nana Mouskouri, la belle et la dette », portrait d'Olivier Nuc, Le Figaro, p. 16, du vendredi 4 novembre 2011.
  11. Le site Discogs cite André Chappelle en tant que producteur de l'album Le jour où la colombe..., sorti en 1967.
  12. « Les plus riches encore plus riches », Swissinfo.ch, 23 novembre 2007 (consulté le 8 avril 2016).
  13. (en) « In Brief », Ekathimerini.com, 15 octobre 2010 (consulté le 8 avril 2016).
  14. « Nana Mouskouri nommée chevalière de l'Ordre national du Québec », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada,‎ .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]