Diam's

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Diam's
Description de cette image, également commentée ci-après
Diam's en 2007.
Informations générales
Nom de naissance Mélanie Georgiades
Naissance (37 ans)
Nicosie (Drapeau de Chypre Chypre)
Activité principale Rappeuse, chanteuse, auteur-compositrice-interprète, doubleuse
Genre musical Hip-hop, rap français, rap politique
Instruments Voix
Années actives 19942012
Labels Hostile Records, Capitol Soul, Parlophone, Warner (depuis 2013)

Diam's, de son vrai nom Mélanie Georgiades, née le à Nicosie (Chypre), est une rappeuse, chanteuse, auteur-compositrice-interprète française. En 1994, elle monte son premier groupe avec un ami, qui l'initie à la composition. En 1999, elle sort son premier album, Premier Mandat.

Diam's sort en 2003 son deuxième album, Brut de femme, qui est rapidement certifié disque d'or ; elle remporte une Victoire de la musique pour le meilleur album rap de l'année 2004. En 2006, elle réalise l'album Dans ma bulle, qui contient le single à succès La Boulette. En 2006, elle reçoit un disque d'or pour La Boulette, ainsi qu'un disque de platine. Elle se voit récompensée d'un disque de diamant, en 2007, pour l'album Dans ma bulle. Son quatrième album, SOS, sort en 2009.

Après sa conversion à l'Islam, elle met un terme à sa carrière artistique et s'affiche avec le jilbab. Elle publie Autobiographie en 2012, puis Mélanie, française et musulmane en 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Mélanie Georgiades est née le à Nicosie[1], capitale de Chypre, de mère française et de père chypriote grec[2]. Après la séparation de ses parents, elle arrive en France avec sa mère à l'âge de trois ans. Elle passe son enfance à Paris, puis dans le département de l'Essonne, à Brunoy, jusqu'à l'âge de treize ans[3].

Elle étudie un temps à Igny, dans le collège privé Saint-Nicolas. Plus tard, elle emménage à Massy puis à Orsay dans le quartier pavillonnaire de Mondétour[4], où elle passe la majeure partie de son adolescence. Elle y rencontre d'ailleurs Sinik[réf. nécessaire]. Enfant unique, elle est élevée par sa mère. Elle découvre le rap avec l'album The Chronic (1992) de Dr. Dre et le premier titre du groupe NTM, Je rap (1990) (édité sur Rapattitude, la première compilation de rap français). Elle choisit son pseudonyme de Diam's en 1995, choix qu'elle explique ainsi « Je tombe sur la définition du mot diamant et j'apprends qu'un diamant ne peut être brisé que par un autre diamant et qu'il n'est fait que d'éléments naturels[5] ».

En 1995, à l'âge de quinze ans, elle tente de se suicider en ingérant une forte dose de médicaments[6]. En 2003, elle raconte son passé (elle est battue à l'âge de 17 ans) dans une chanson intitulée Ma souffrance.

Débuts (1994–2002)[modifier | modifier le code]

En 1994, Mélanie monte son premier groupe en internat avec son ami Fada, qui l'initie à la composition alors qu'elle est en classe de troisième. En 1995, elle déménage dans la banlieue pavillonnaire d'Orsay, où elle réside jusqu'en 2003. Après avoir fait ses premières armes au sein du groupe Posse avec lequel elle sillonne la banlieue parisienne, Diam's intègre le groupe Instances Glauques de Bagneux, qui se produit surtout dans des fêtes de quartier. Elle y rencontre Yannick, futur membre de la Mafia Trece. Diam's contacte en solo la radio Générations et lance un freestyle en direct à l'émission présentée par Kemar (Marc). Ce dernier lui propose un direct à l'antenne et elle y rencontre le groupe Écho du Sud. Sous l'impulsion de DJO, cousin de Yannick, se monte un collectif qui devient la Mafia Trece. En 1997, le groupe sort un premier maxi de quatre titres où Diam's apparaît sur deux morceaux : Rencontre du 13e type et Je plaide pour la rue. Diam's se fait connaître, grâce à ses participations sur le premier album de la Mafia Trece intitulé Cosa Nostra en 1997, et grâce à une apparition sur Phonographe avec le groupe de rap ATK[7].

Elle participe parallèlement à divers mixtapes et rencontre Black Mozart, compositeur du Ménage à 3 et producteur de ses débuts professionnels. En 1998, elle participe à la compilation Sachons dire non et à la tournée du Ménage à 3. Elle signe son premier contrat d'édition chez BMG. Son premier album, Premier Mandat, en production chez AB, est distribué sur le label indépendant Reel Up en 1999. Elle y invite Monsieur R, Driver et Vibe côté français. Elle renonce à ses études pour se consacrer pleinement au rap (« je finissais ma première. J'ai arrêté juste avant le bac[8] »). L'album ne connaît qu'un succès d'estime (8 000 ventes) malgré l'apparition d'invités américains comme DV alias Khrist et Heather B. Diam's rencontre alors Choukri aux Francofolies qui devient son manager jusqu'en 2004[9]. En 2000, Diam's reprend Saïd et Mohamed de Francis Cabrel.

Elle fait des duos avec Lady Laistee et Kamnouze (Promise), avec une apparition de Django Jack et pose en 2001 le titre Suzy diffusé sur la compilation Original Bombattack de la radio Générations 88.2. Le morceau est repris sur Internet. Suzy arrive aux oreilles de Jamel Debbouze qui devient son ami et « guide ». Elle enchaîne alors les apparitions en featuring, les participations aux émissions de radio mais aussi des petits boulots de nuit pour survivre au jour le jour[7]. Elle prépare enfin son second album, intitulé Brut de femme et la maison de disques EMI lui propose un contrat en avril 2002. Le projet est abandonné à la suite d'une restructuration d'EMI alors que les deux titres Pogo et 1980 sont diffusés par un journaliste sur Internet avant leur sortie officielle[10].

Médiatisation (2003–2006)[modifier | modifier le code]

Elle signe sur le label Hostile après de longues tractations. Les morceaux sont retravaillés puis finalement intégrés à son second album, Brut de femme en bénéficiant d'instrumentations peaufinées et d'une importante promotion sur des radios comme Skyrock grâce à l'appui de Jamel Debbouze qui l'emmène à Los Angeles[11]. Elle entame une tournée en octobre 2003 avec un premier concert à La Laiterie de Strasbourg puis le à l'Élysée Montmartre, sa première grande scène parisienne, avant un tour de France qui se termine au Bataclan le . Diam's se fait connaître du grand public avec son single DJ, basé musicalement sur la chanson Sway (Quien sera), ce qui l'oblige à reverser une partie des droits d'auteur correspondants. Le clip est réalisé par J.G Biggs et produit par Patrick Hernandez. En 2003, elle double la voix de Missy Elliot dans le film Honey.

Brut de femme devient rapidement disque d'or[12]. Elle gagne une Victoire de la musique pour le meilleur album rap de l'année 2004. Elle milite pour Amnesty International, contre les violences faites aux femmes[13]. Elle s'engage aussi médiatiquement en faveur des sans-logis de Cachan[14] et pour un vote des jeunes contre le Front national qu'elle fustige dans de nombreux textes notamment dans sa chanson Marine consacrée à Marine Le Pen. Elle prend également position contre « Sarko le démago » qu'elle n'hésite pas à qualifier de « facho » sur scène (Cf. DVD live) sur le titre Ma France à moi. Elle interprète également ce titre sur le plateau du grand journal de Canal+ en duo avec Jamel Debbouze et en présence de Ségolène Royal alors candidate à la présidence de la République[15].

En 2004, elle est présente au festival de Dour en Belgique et ressort de scène au bout de quelques minutes seulement après avoir été la cible de projectiles (canettes, gobelets, mottes de terre…). L'année 2005 confirme le succès de l'album Brut de femme, double disque d'or avec plus de 200 000 exemplaires vendus. Le , Diam's participe au Live 8. Cet événement se déroule à Londres, Paris, Rome, Berlin, Tokyo, Moscou, Philadelphie, Toronto et Johannesburg. Diam's y interprète le titre Marine.

Confirmation (2006–2007)[modifier | modifier le code]

En 2006, pendant une campagne d'Amnesty International consacrée à la violence contre les femmes, elle témoigne : « J'avais 17 ans. Outre des violences physiques, je subissais un harcèlement psychologique destructeur. Je n'ai pourtant jamais porté plainte. Parce que j'avais peur. Parce que c'était la honte. Parce que, quand on est jeune, ça fait partie des codes : on ne porte pas plainte à la police ». Quelques années plus tard, elle consacre une chanson (Ma souffrance) à cette expérience. « Après cette chanson, j'ai reçu énormément de courrier de jeunes victimes : des filles de 14, 15 ans, parfois 13 ! Ces filles de 13 ans, elles n'avaient même pas encore l'âge d'aimer que déjà elles prenaient des coups ! Comment voulez-vous aimer après ça ? ». « Heureusement, je suis debout, je n'ai pas de séquelles », ajoute la jeune chanteuse. Qui avoue avoir tout de même « mis 5 ou 6 ans à perdre (mes) réflexes de femme battue ».

La même année, après avoir voyagé dans les Antilles, elle revient avec l'album Dans ma bulle. Alors que l'album est en fin de préparation, Diam's décide d'aller le présenter à son public avec une pré-tournée (en France) Ma France à moi (la musique se retrouve dans l'album On Tour de Yann Tiersen). Celle-ci est un franc succès grâce au single La Boulette, déjà sortie sur toutes les radios de France. À l'été 2006, Diam's reçoit un disque d'or pour La Boulette puis un double disque de platine à l'automne et un disque de diamant début janvier 2007 pour l'album Dans ma bulle. En novembre et décembre 2006, elle fait une longue tournée Au tour de ma bulle, notamment avec le Zénith de Lille et de Montpellier ; le Dôme de Marseille le 10 décembre 2007 (fin d'enregistrement : le 10 décembre 2006) ; ainsi que Bordeaux et Paris pour finir. Le , aux NRJ Music Awards, elle remporte trois prix dont la « chanson francophone de l'année » pour La Boulette. Le Figaro la consacre chanteuse qui compte le plus de disques en 2006 avec 2,66 millions d'euros de recette[16]. Diam's fait son entrée au musée Grévin le [17],[18].

SOS et autobiographie (2009–2012)[modifier | modifier le code]

Après une année de retrait médiatique, Diam's revient en 2009 avec un single, Enfants du désert, extrait de son nouvel album SOS, dont le clip reprend une scène du film Forrest Gump où le héros court de part et d'autre des États-Unis. Le disque marque la métamorphose de l'artiste, se classant en tête des ventes d'albums en France dès sa sortie le [19]. Inspirée par un voyage humanitaire en Afrique au mois de janvier 2009, Diam's lance un appel en faveur du Big Up Project. une organisation bénévole qu'elle préside, à laquelle elle reverse l'intégralité des royalties de son nouvel album comme première donatrice[20] et qui agit « pour la protection de l’enfance défavorisée en Afrique par un soutien à des centres d’accueil de jeunes en difficulté et la mobilisation de bénévoles pour l’entraide et la solidarité internationale ». Le 30 octobre 2009, elle chante également au Zénith de Paris pour le soixantième anniversaire du mouvement Emmaüs.

En juillet 2012, elle annonce pour septembre la sortie d'un livre intitulé Autobiographie, qui se termine par la naissance de sa fille Maryam au printemps 2012[21]. Son Autobiographie se vend à plus de 50 000 exemplaires en un mois[22]. D'après l'émission Hebdo Musique Mag, du 2 février 2013, l'autobiographie de Diam's se serait écoulée à plus de 78 000 exemplaires. Le , elle apparaît voilée pour la première fois pour une interview à l’émission Sept à huit sur TF1, où elle annonce la fin de sa carrière de rappeuse.

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2007, elle souffre d’une profonde dépression due à des problèmes personnels sur lesquels elle revient dans le morceau Si c'était le dernier[23]. Diagnostiquée bipolaire[24], elle alterne entre séjours en hôpital psychiatrique (au Vésinet et à Saint-Anne) et sa carrière d'artiste[25]. À sa sortie, elle décide d’arrêter son traitement médicamenteux et fait une tentative de suicide en avalant des somnifères[24]. En décembre 2008, elle se convertit à l'islam[23], affirmant que cette religion l'a libérée et aidée à traverser ces épreuves difficiles. En septembre 2009, elle épouse son compagnon Aziz[25]. Le 8 octobre 2009, Paris Match publie en pages internes des clichés d'elle sortant avec son mari d'une mosquée de Genevilliers, portant un voile islamique et couverte de la tête aux pieds[26]. En plein débat sur l'interdiction du voile intégral dans les lieux publics, ces clichés volés provoquent un scandale[23].

En 2010, Diam’s obtient la condamnation en référé du Nouvel Observateur, pour atteinte à son droit à l'image et à sa vie privée après la parution, sans autorisation, le 17 décembre 2009, d'un portrait d'elle portant le voile islamique à la sortie d'une mosquée en couverture d'un numéro consacré à « La France et ses musulmans » et d'une interview fictive construite à partir de paroles d'une chanson[27]. Au printemps 2012, la chanteuse donne naissance à une fille prénommée Maryam[28]. Quelque temps après la naissance de sa fille, elle divorce du père de cette dernière. Elle déclare en septembre 2012 avoir voulu mettre un terme à sa carrière artistique pour se consacrer à sa famille et à sa foi.

En 2015, elle se remarie avec l'ex-rappeur franco-tunisien Faouzi Tarkhani qui est non voyant et donne naissance à un garçon prénommé Abraham[29].

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Diam's.

Distinctions[modifier | modifier le code]

MTV Europe Awards[modifier | modifier le code]

Année Travail nommé Récompense Résultat
2007 Diam's Meilleure artiste français Lauréat

NRJ Music Awards[modifier | modifier le code]

Année Travail nommé Récompense Résultat
2004 Diam's Révélation francophone Nomination
2007 Dans ma bulle Album français Lauréat
2007 Diam's Artiste féminine française Lauréat
2007 La Boulette Chanson française Lauréat
2007 Jeune demoiselle Clip Nomination
2008 Diam's et Vitaa Meilleure groupe duo Nomination
2010 SOS Album français Nomination
2010 Diam's Artiste féminine française Nomination

Victoires de la musique[modifier | modifier le code]

Année Travail nommé Récompense Résultat
2004 Brut de Femme Rap/hip-hop, album de l'année Lauréat
2007 Diam's Groupe ou artiste(s) interprète(s) féminine(s) de l'année Nomination
2007 Dans ma bulle Album de musiques urbaines de l'année Nomination
2007 La Boulette Chanson originale de l'année Nomination
2007 La Boulette Vidéo-clip de l'année Nomination
2008 Ma France à moi Chanson originale de l'année Nomination
2008 Au tour de ma bulle DVD musical de l'année Nomination

L'année du hip-hop[modifier | modifier le code]

Année Travail nommé Récompense Résultat
2007 La boulette Meilleure chanson Lauréat
2007 Diam's Meilleure artiste rap Lauréat
2007 Dans ma bulle Meilleure album Lauréat

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis-Constant Martin (dir.), Quand le rap sort de sa bulle. Sociologie politique d'un succès populaire, Éd. Mélanie Seteun, Bordeaux, 2010. Premier ouvrage de sociologie et de musicologie consacré à l'artiste et à son impact dans la société française.
  • Raphaël Meltz, Diam's sans jeux de mots, éd. Le Tigre, 2010. Version rallongée du feuilleton parue dans Le Tigre et consacré à la sortie du disque SOS
  • Diam's (Mélanie Georgiades), Autobiographie, éd. Don Quichotte, 2012.
  • Diam's (Mélanie Georgiades), Mélanie, française et musulmane, 2015.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Diam's », sur LCI/TF1, (consulté le 14 avril 2016).
  2. « Diam's. À savoir », sur liberation.fr, (consulté le 14 avril 2016).
  3. « Diam’s, du Val d’Yerres au Zénith », sur Site du Val d'Yerres, (consulté le 14 avril 2016).
  4. « Petite Banlieusarde (textes) », sur Musikiwi.com (consulté le 21 août 2010).
  5. « Diam's Interview », sur zicline, (consulté le 21 août 2010).
  6. « Diam’s, heureuse sous son voile », sur Jeune Afrique, (consulté le 14 avril 2016)
  7. a et b « biographie, et interview infra » (consulté le 21 avril 2013)
  8. « L'univers de Diam's : confessions intimes », sur L'Express, (consulté le 14 avril 2016).
  9. « Joyeux anniversaire Diam's : retour sur ses trois plus gros succès ! », sur staragora, (consulté le 14 avril 2016).
  10. « Interview de Diam's (2004) » (consulté le 13 avril 2013).
  11. Diam's et Jamel Debbouze à Los Angeles
  12. « Divorcée, remariée et de nouveau maman, Diam's revient avec un second livre », sur RTL, (consulté le 14 avril 2016).
  13. Diam's soutient Amnesty, amnesty.fr.
  14. « Comité de Personnalités soutien des 1 000 de Cachan » (consulté le 13 avril 2013).
  15. vidéo du duo avec Jamel Debbouze et en présence de Ségolène Royal
  16. « A la une : Palmarès des gains de la chanson: Johnny Hallyday en tête pour 2006 », sur Yahoo (consulté le 14 avril 2016).
  17. « La perle rare du rap français à Grévin depuis le 25 juin 2007 », sur Musée Grévin (consulté le 14 avril 2016).
  18. « Entrée de Diam's à Grévin » (consulté le 14 avril 2016).
  19. « Classement top 10 des ventes d'albums France de la semaine du 24 novembre 2009 », sur femmeactuelle (consulté le 14 avril 2016).
  20. Planète Rap Diam's du mercredi 11 novembre 2009
  21. « Diam's de retour avec une autobiographie », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  22. « Diam's : son autobiographie cartonne », sur people.plurielles.fr, (consulté le 14 avril 2016).
  23. a, b et c « Rassemblement pour Amir et Françoise avec plusieurs appuis! », Midi libre,‎ (lire en ligne).
  24. a et b « Internement, conversion à l’islam, maternité : Diam’s brise le silence », sur ladepeche.fr, .
  25. a et b Stéphanie Binet, « A hue et à Diam's », sur liberation.fr, .
  26. Géraldine Sarratia, « Le silence est de Diam's », sur lesinrocks.com, .
  27. « L'Obs condamné pour une photo de Diam's », sur Nouvelobs.com, (consulté le 14 avril 2016).
  28. Alexis Boutevillain, « Diam's maman d'une petite Maryam », sur lci.tf1.fr, (consulté le 14 avril 2016).
  29. « Diam's : Insultes, divorce difficile et nouveau mari... elle dit tout ! », sur purepeople.com, (consulté le 14 avril 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :