Willy DeVille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Willy DeVille
2008-02-26 Willy DeVille IMG 8267.jpg

Willy DeVille

Informations générales
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Instrument
Conjoint
Toots Deville (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Palmarès
Discographie
discographie de Willy DeVille (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Willy DeVille (né William Paul Borsey Jr.) est un chanteur, compositeur et acteur américain né le à Stamford, Connecticut, mort dans la nuit du 6 au [1] d'un cancer du pancréas à New York (États-Unis).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né William Paul Borsey Jr. à Stamford, Connecticut, Willy est fils de charpentier[2] . Sa grand-mère maternelle était d'origine pequot, basque et irlandaise.

Il quitte tôt l'école et part vivre à New York, fréquente les lieux de la nuit à Lower East Side et au West Village. Il se passionne pour le blues des guitaristes Muddy Waters et John Lee Hooker et, à 14 ans à peine, fonde un groupe à San Francisco.

Jusqu'en 1986, il est le leader de Mink DeVille, un groupe au personnel variable de la scène new-yorkaise qui se produit au night-club CBGB. Le groupe trouve le succès au Royaume-Uni en 1977 avec le tube Spanish Stroll de l'album Cabretta.

En 1987, Willy DeVille débute une carrière solo avec Miracle en collaboration avec Mark Knopfler de Dire Straits. Sa femme Lisa Leggett, épousée en 1984, devient son manager. Vers 1990, il s'installe à la Nouvelle-Orléans dont l'ambiance musicale colore les albums suivants. Willy DeVille y enregistre Victory Mixture en 1990, suivi de Backstreets of Desire en 1992, où figure son grand tube, la reprise de Hey Joe version mariachi, qui lui vaut un succès international, et auquel collaborent le légendaire bluesman Dr. John, inspirateur d'Eric Clapton et des Rolling Stones, David Hidalgo des Los Lobos, Efrain Toro, Mariachi los Camperos and Jimmy Zavala et Zachary Richard.

Grand admirateur d'Édith Piaf, amoureux de la France et de sa culture, il y a enregistré une partie du troisième album des Mink DeVille (Le Chat Bleu, 1980) et y revient ensuite régulièrement en tournée.

Sortent ensuite Loup Garou en 1996, puis Horse of a Different Color en 1999, quand sa femme Lisa se suicide en 2001. Après 15 années passés à la Nouvelle Orléans et dans le sud-ouest des États-Unis, DeVille revient à New York en 2003 et s'y installe avec sa troisième femme, Nina Lagerwall. Travaillant en studio et à la scène sur place, il poursuit également ses tournées en Europe, se produisant principalement lors des grands festivals d'été. Son dernier album studio, Pistola, parait au début de 2008 et Willy semble avoir trouvé son rythme de croisière.

Mais sa longue addiction à l'héroïne a ravagé son foie, une hépatite C se déclare en février 2009 et un cancer du pancréas en mai. Dans la nuit du 6 au 7 août, quelques semaines avant son 59e anniversaire, Willy DeVille s'éteint à New York.

L'originalité des chansons de Willy DeVille s'ancre dans leur mélange des différents styles de musique américaine traditionnelle, blues, doo wop, musique cajun avec des références aux airs de cabaret français, aux rythmes d'Amérique latine. Jack Nitzsche, Doc Pomus, Dr. John, Mark Knopfler, Allen Toussaint, Eddie Bo ont été ses principaux collaborateurs durant sa carrière en solo. Pour le compositeur et producteur Jack Nitzsche, DeVille a été le meilleur chanteur avec lequel il ait travaillé.

Discographie avec Mink DeVille[modifier | modifier le code]

Discographie solo[modifier | modifier le code]

  • Heat of the moment, 1980 Music from the original motion picture soundtrack "Cruising"
  • Miracle, 1987
  • Victory Mixture, 1990
  • Backstreets of Desire, 1992
  • (live), 1993
  • Loup Garou, 1995
  • Horse of a Different Color, 1999
  • Crow Jane Alley, 2005
  • Pistola, 2008
  • Come a Little Bit Closer: The Best of Live, 2011

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme compositeur[modifier | modifier le code]

comme acteur[modifier | modifier le code]

Récompenses et Nominations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Une pétition en ligne existe pour le faire entrer au « Panthéon » du Hall of Fame du Rock'n Roll[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Annonce de sa mort sur son site officiel
  2. (da) Jan Sneum, « Mink DeVille », dans Politikens store rock leksikon, Politikens Forlag,‎ , 4e éd. (ISBN 978-87-567-6201-4), p. 890–91
  3. Petition

Liens externes[modifier | modifier le code]