Jerry Lee Lewis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jerry Lewis (homonymie).
Jerry Lee Lewis
Description de cette image, également commentée ci-après

Jerry Lee Lewis vers 1956

Informations générales
Surnom The Killer
Nom de naissance Jerry Lee Lewis
Naissance (80 ans)
Ferriday, Louisiane, États-Unis
Activité principale Chanteur, pianiste, musicien
Genre musical Rock 'n' roll, Rockabilly, country, Gospel, Honky tonk et Blues
Instruments Piano
Années actives Depuis 1956
Labels Sun, Mercury, Sire, Warner Bros., MCA

Jerry Lee Lewis, né le à Ferriday (Louisiane, États-Unis), est un chanteur-pianiste américain de rock'n'roll, Rockabilly, Gospel[1], Honky tonk[1], Blues[2] et de country.

Pionnier du rock'n'roll, Jerry Lee Lewis — surnommé « The Killer » (le tueur) — impose un style rapide et énergique, tant au piano qu'au chant, livrant des prestations scéniques électriques, n'hésitant pas à frapper le clavier avec ses poings ou ses talons, ou même à jouer debout. Volontairement provocateur et outrancier, il va jusqu'à mettre le feu à son piano à la fin d'un concert, ce qui forge sa réputation de « bad-boy » (mauvais garçon) du rock'n'roll.

Plusieurs de ses titres sont devenus des classiques, Great Balls of Fire, Whole Lotta Shakin' Goin' On, High School Confidential, Breathless, It'll Be Me ou sa version de What'd I Say.

Sa vie d'excès en tous genres (de ses consommations d'alcools et de drogues à son mariage avec sa cousine de 13 ans) ainsi que sa carrière décisive dans l'histoire du rock, ont fait l'objet d'un film avec Dennis Quaid, Great Balls of Fire!. Jerry Lee Lewis a été intronisé au Rock and Roll Hall of Fame dès sa création en 1986 et récompensé par un Lifetime Achievement Award en 2005 pour l'ensemble de son œuvre. Il continue ses tournées à travers le monde.

Personnalité majeure de l'histoire du rock, Bruce Springsteen déclare à son sujet, à Cleveland en 1995[3] :

« This Man doesn't play Rock'n'Roll. He is Rock'n'Roll! (Cet homme ne joue pas du rock'n'roll. Il est le rock'n'roll !) »

Jerry Lee Lewis est le dernier survivant du Million Dollar Quartet mais aussi de l'album Class of '55 auxquels il participe avec Johnny Cash, Carl Perkins, Roy Orbison et Elvis Presley.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dédicace de Jerry Lee Lewis datant de 2007 (collection privée).
Son empreinte sur le Beale Street Walk of Fame de Memphis (Tennessee)[4].

Né dans une famille pauvre, Jerry Lee Lewis développe sa propre approche, féroce, du piano dès l'âge de 10 ans, synthétisant les sons du Boogie-woogie qu’il écoute à la radio avec le Rhythm'n'Blues du Sud qui émane du Haney’s Big House, un « juke joint » (boîte de nuit où se joue le Delta blues dans le delta du Mississippi) possédé par son oncle.

Il a également une sœur, Linda Gail Lewis, qui est aussi chanteuse et pianiste du même genre musical.

Jerry Lee Lewis est plus tard inscrit par sa mère au Southwestern Bible College à Waxahachie au Texas (une université chrétienne) mais il n'y reste pas très longtemps. L'appel des sirènes de la musique l'amène sur une trajectoire qui va changer le monde de la musique. En rassemblant des éléments de rhythm n’blues, de boogie woogie, de gospel et de country dans un son qui n’appartient qu’à lui, Jerry Lee Lewis devient membre à part entière de la scène rock n'roll émergente qui est en train de supplanter les grands orchestres de musique populaire.

Après avoir quitté l'école, il fait des petits boulots et se marie deux fois.

En 1956, il commence à enregistrer chez Sun[n 1],[5], à Memphis. Il y rencontre des artistes comme Carl Perkins, Johnny Cash ou encore Elvis Presley.

Il stupéfie par sa culture musicale et son énergie. Il danse debout, devant, et sur son piano. Avec les sorties de Whole Lotta Shakin’ Goin’ On et de Great Balls of Fire en 1957, le flamboyant jeune rockeur s'impose dans les « charts » pop, rhythm n’blues et country et débarque sur les écrans pour des rôles performances dans les films High School Confidential et Jamboree. Quand Elvis Presley voit Jerry Lee Lewis en scène, il déclare que s’il peut jouer du piano comme ça, il arrête de chanter.

Jerry Lee Lewis épouse Myra Gale Brown en . La révélation de l'information dans la presse déclenche un scandale qui va profondément affecter la carrière de Lewis. En effet, la jeune fille n'est alors âgée que de 13 ans et est sa cousine germaine ; de plus le « Killer » n'a pas réglé son précédent divorce et est toujours officiellement marié. Il est critiqué et poursuivi pour bigamie, ses cachets s'effondrent, ses disques se vendent moins, le public vient à ses spectacles pour le huer. Il reste marié treize ans à Myra. Ils ont ensemble deux enfants, Steve Allen Lewis (27 février 1959- 22 avril 1962) et Phoebe Allen Lewis (1963). À l'âge de trois ans, Steve Allen se noie dans une piscine.

Jerry Lee Lewis a eu (au moins) cinq enfants. En 1973, le fils aîné Jerry Lee Lewis Jr. meurt à l'âge de 19 ans quand il renverse la jeep qu'il conduit. Ses enfants vivant actuels sont un fils, Jerry Lee Lewis III, et deux filles, Phoebe Allen Lewis et Lori Lewis.

Le , il fait une prestation remarquable lors d'un concert au Toronto Rock and Roll Revival Festival, aux côtés de Chuck Berry, Little Richard, Bo Diddley, John Lennon et Yoko Ono.

Il revient en grâce aux alentours des années 1970 et enregistre tout au long de sa carrière une quantité importante de disques.

Personnalité écorchée vive, buveur, consommateur de drogues, marqué par de nombreux drames familiaux et démêlés avec la justice, Jerry Lee Lewis cultive le goût de la provocation et du paradoxe. Il affirme, entre autres, que le Rock'n Roll n'aura été pour lui qu'un moyen de gagner de quoi enregistrer des disques de country, sa véritable passion.

Depuis le début, la confiance irrépressible, voire arrogante et l’insatiable énergie de Jerry Lee Lewis lui ont valu un nombre incalculable de fans mais aussi d’ennemis. Sa carrière est jalonnée d’exploits et de scandales : Il est le premier « Bad Boy », une des légendes du rock 'n’ roll et a préparé le terrain pour tous les suivants.

À 80 ans et avec plus de 25 millions de disques vendus à ce jour, Jerry Lee Lewis, le « Bad Boy of Rock'n'Roll » (mauvais garçon du rock 'n'roll), a toujours la même capacité à attirer et déchaîner les foules.

En hommage ou référence à Jerry Lee Lewis, ou tout au moins à son style de jeu, Michel Berger, auteur-compositeur-interprète français, a écrit Il jouait du piano debout, chanson interprétée par France Gall en 1980[n 2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Jerry Lee Lewis en 1977
Jerry Lee Lewis en concert à São Paulo en 2009

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Jerry Lee Lewis.

Grands succès[modifier | modifier le code]

Parmi sa volumineuse discographie (plusieurs dizaines d'albums, en comptant les albums publics et compilations), il convient de citer les morceaux qui sont devenus des classiques :

Filmographie[modifier | modifier le code]

Comme acteur[modifier | modifier le code]

Biopic[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Un disque enregistré en 1952 dans le studio J&M de Cosimo Matassa à La Nouvelle-Orléans a été récemment découvert en Louisiane.
  2. Michel Berger n'a jamais interprété cette chanson, mais parallèlement à France Gall la même année, il a connu un succès comparable avec La Groupie du pianiste.
Références
  1. a et b (en) Cub Koda, « Jerry Lee Lewis », sur le site allmusic.com (consulté le 24 mai 2016).
  2. (en) « Jerry Lee Lewis biography », sur le site biography.com (consulté le 24 mai 2016).
  3. (en) Dave Tianen, « Rock hall's gig links generation », Milwaukee Journal Sentinel,‎ , p. 11 (lire en ligne)
  4. (en) no 24 sur Beale Street Walk of Fame
  5. (en) Asa Hawks, « Cajun Pawn Stars uncovers lost Jerry Lee Lewis recording from 1952 », sur le site starcasm.net,‎ (consulté le 24 mai 2016).
  6. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Jerry Lee Lewis Live at the Star-Club, Hamburg », sur le site allmusic.com (consulté le 24 mai 2016).
  7. (en) Peter Checksfield, Jerry Lee Lewis : The Greatest Live Show on Earth, vol. 188, Record Collector, , p. 79
  8. (en) Miles Milo, « Live at the Star Club, Hamburg [Bear Family] Jerry Lee Lewis »,‎ (consulté le 24 mai 2016).
  9. Q Magazine, #1, 2002, p. 59.
  10. Mojo, 3/01/2004, p. 52.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Benoît Bonte, Jerry Lee Lewis, Éditions BD Jazz, , 32 p.
  • (en) Nick Tosches, Hellfire, Éditions Allia, , 237 p. (ISBN 2844850766)
  • (en) Joe Bonomo, Jerry Lee Lewis : lost and found, Continuum International Publishing Group, , 208 p.
  • (en) Jimmy Gutterman, Rockin' My Life Away : Listening to Jerry Lee Lewis, Nashville, Rutledge Hill Press,
  • (en) Jimmy Gutterman, The Jerry Lee Lewis Anthology : All Killer, No Filler, Rhino Records,
  • (en) Myra Lewis et Murray Silver, Great Balls of Fire : The Uncensored Story of Jerry Lee Lewis, William Morrow/Quill/St. Martin's Press,
  • (en) Joel Whitburn, The Billboard Book of Top 40 Hits,
  • (en) Rick Bragg, Jerry Lee Lewis : His Own Story, Edinburgh, HarperCollins, , 491 p. (ISBN 9780857861580)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :