Louis Bertignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Louis Bertignac
Description de cette image, également commentée ci-après

Louis Bertignac en concert avec les Insus lors du festival des Vieilles Charrues 2016.

Informations générales
Nom de naissance Louis Laurent Bertignac
Naissance (63 ans)
Oran, Algérie française
Activité principale Guitariste
Auteur-compositeur-interprète
Producteur
Genre musical Rock
Instruments Guitare, basse, clavier, batterie
Années actives Depuis 1973
Labels Let It Bleed Music
Site officiel www.bertignac.com

Louis Bertignac, né Louis Laurent Bertignac, le à Oran, est un musicien français, parolier, guitariste du groupe de rock français Téléphone, avec lequel il a vendu près de six millions de disques puis en carrière solo et dès 2015 en tournée avec le groupe Les Insus? , groupe composé des membres de Téléphone sans la bassiste Corine Marienneau[1]. Il est connu dans sa carrière solo pour la chanson Ces idées-là.

Il est membre du jury de 2011 à 2015 dans la version française de The Voice Kids et de 2012 à 2013 dans The Voice diffusées sur TF1[2] .

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et enfance[modifier | modifier le code]

Louis Laurent Bertignac, né en Algérie française, est le fils de Joël Benhaïm, Juif non pratiquant d'Algérie qui opte pour le patronyme « Bertignac » par volonté d'intégration, et d'une mère d'origine espagnole. À la fin des années 1950, sa famille quitte l'Algérie et s'installe en 1957 en banlieue parisienne puis dans le 17e arrondissement[3]. Il fait ses études au lycée Carnot de Paris[4]. En 1968, il obtient sa première guitare et commence à écrire ses premiers morceaux dans des groupes. En 1974, il achète sa célèbre Gibson SG Jr à Londres.

Débuts musicaux[modifier | modifier le code]

Période Téléphone[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Téléphone (groupe).

Bertignac et les Visiteurs[modifier | modifier le code]

En 1986, après la séparation du groupe Téléphone, Bertignac et la bassiste Corine Marienneau fondent un nouveau groupe : les Visiteurs. La nouvelle formation, accompagné de musiciens tel que le guitariste Serge Ubrette, le pianiste Loy Ehrlich et le batteur Afid Saidi, donne un concert sur la jonque La Belle de Canton à New-York puis enregistre l'album éponyme qui est enregistré à Paris et produit par John Potoker.

A la sortie le , l'opus comme celui de Jean-Louis Aubert (Plâtre et Ciment) connait un échec commercial dû à la séparation du groupe Téléphone, même s'il est bien accueilli par les critiques. Cependant, le single Ces idées-là connait un grand succès avec 400 000 exemplaires vendues[5].

En 1988, après le départ de Serge Ubrette, le groupe enregistre et publie le single Jack, dont le clip est réalisé par Costa Kekemenis, avant de repartir en tournée (dont le festival Festival de Roskilde au Danemark) avec de nombreux changements de musiciens.

En 1989, Louis et Corine participent à la série de Canal + Les Jupons de la Révolution dans les rôles des chanteurs de rue, révolutionnaires et chroniqueurs populaires à l'occasion du bicentenaire de la Révolution Française.[5] Puis les Visiteurs recherchent un nouveau batteur pour leur tournée et c'est Topper Headon, le batteur des Clash fraichement sorti de 15 mois de prison pour une histoire de drogues, qui est recruté. Quelques mois plus tard, ce dernier quitte le groupe et est remplacé par Hervé Verne pour l'enregistrement du prochain album et la reprise de Pas assez de toi de Mano Negra pour l'album Diversion.

En 1990, le second album des Visiteurs, enregistré à Memphis et produit par Jim Gaines, est publié. Malheureusement, ce sera un échec critique et commercial, leur maison de disque Virgin préférant plutôt miser sur Jean-Louis Aubert (avec l'album Bleu Blanc Vert) pour récupérer le public de Téléphone.[5] La tournée qui suit voit une succession de musiciens qui viennent et qui partent.

Le , la bassiste Corine, devenue mère entretemps et se lassant sur scène, annonce à Louis qu'elle se retire provisoirement de la musique, mettant fin aux Visiteurs.

Années 1990[modifier | modifier le code]

Après la séparation des Visiteurs, Louis part voyager en Inde et au Népal pour se ressourcer.[6] A son retour, il se lance dans une nouvelle carrière solo en signant chez la maison de disque Colombia. Avec le producteur Tony Visconti (qui a notamment travaillé avec David Bowie) et accompagné de la chanteuse Vanessa Paradis, du parolier Olivier Lorsac et du batteur Manu Katché, Louis enregistre l'album Elle et Louis qui contient la chanson Vas-y guitare interprétée à chaque concert ou encore le long titre La fille d'Essaouira. A sa sortie en 1993, l'opus est un échec commercial.[6] Néanmoins Louis se lance dans une tournée acoustique, en témoigne l'album Bertignacoustic, mixé par Dominique Blanc-Francard, qui parait lui aussi en 1993.

Lors du concert du au Bataclan, après avoir appelé Corine à monter sur scène pour jouer Ces idées-là, il fait venir Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka pour une reformation improvisée du groupe Téléphone à l'improviste en interprétant cinq titres de leur répertoire, dont Un autre monde et Crache ton venin.[5] Malgré ce concert, le projet de reformation officiel pour les vingt ans du groupe est annulé, et Jean-Louis et Louis retournent à leur carrière solo respective. Entretemps, ce dernier interprète un personnage du film Highander III et compose la chanson Tu tombes en larmes de Clémence Lhomme[7].

En 1995, il rencontre le parolier Etienne Roda-Gil avec qui il va écrire l'album Bertignac '96. L'opus, produit par Chris Kimsey (le producteur des Rolling Stones dans les années 1980) et accompagné de Richard Kolinka et la participation exceptionnel de la chanteuse Marianne Faithfull sur la chanson Cœur ouvert, est enregistré chez lui avant d'être finalisé dans le studio Electric Lady à New-York. A sa sortie en 1996, l'album est un succès critique, même s'il n'est vendu qu'en édition limitée de 25 000 exemplaires (avec un second disque comportant deux chansons bonus) et n'est plus disponible à la vente physique depuis (bien qu'il est disponible en streaming et en téléchargement digital).[8] La chanson Telle est ma vie, seule chanson du disque écrite par Louis, est un bilan sur sa vie.

A l'issue de la tournée qui s'ensuit, parait en 1998 l'album Bertignac Live qui comprend les meilleurs enregistrements de ses concerts, dont une nouvelle version de la chanson Cendrillon intitulée Cendrillon - version 97 avec un nouveau couplet et une nouvelle partie à la fin, accompagné d'un CD-Rom réalisé par Louis et Cyril Denis (le bassiste qui l'accompagne durant la tournée) comportant des clips, des accords de guitare, des jeux...[9] Après cela, Louis se fait plus discret car il est occupé à travailler sur l'album de Corine Marienneau. Entretemps, Carla Bruni, ancienne mannequin récemment reconvertie en chanteuse et vieille connaissance du guitariste, fait appel à ses services pour réaliser son album pour lancer sa carrière.

Depuis 2002[modifier | modifier le code]

Carla Bruni (ici en 2013), vieille connaissance de Bertignac a fait appel à ses service pour produire les albums Quelqu'un m'a dit (sorti en 2002) et No Promises (sorti en 2007).

En 2002, les albums Corine de Corine Marienneau et Quelqu'un m'a dit de Carla Bruni, tous deux produit par Louis, paraissent. Si l'accueil du premier reste confidentiel, le second en revanche est une réussite artistique et commerciale. Bertignac retrouve le succès, même s'il est dans l'ombre, et il devient producteur officiel et "accoucheur de talent musicaux" selon la biographie officielle. Il apparait ensuite dans sur les plateaux d'émissions musicales de télévision avec sa guitare pour partager son expérience. Malheureusement, il doit s’éloigner de la scène médiatique pour soigner une hépatite C[6].

En 2004, une fois remis, après avoir fondé le label Let It Bleed Music (en référence à l'album de ses idoles The Rolling Stones), il se remet au travail en enregistrant un nouvel album solo - le premier depuis neuf ans - à la maison, accompagné de ses amis comme Kolinka à la batterie ou Carla Bruni qui écrit dix chansons de l'album et pose sa voix sur Les frôleuses et Sans toi. Il s'amuse à incorporer des sons d'instruments africains et népalais, ramenés de ses voyages. A sa sortie le , l'album Longtemps est un succès critique et commerciale (100 000 exemplaires) grâce à la chanson Je joue. Pour la tournée qui suit le disque, à l'instar du trio de Jimi Hendrix, The Jimi Hendrix Experience, Bertignac, le bassiste Cyril Denis et le batteur Hervé Koster forment le Power Trio et passent notamment par L'Européen à Paris à guichets fermés[6], ou encore le festival des Vieilles Charrues à Carhaix-Plouguer, parfois accompagné du sitariste népalais Bijaya Vaidya. L'album Power Trio (Live), réalisé par Bertignac sous son nouveau label Let It Bleed Music (en référence à l'album de ses idoles The Rolling Stones), qui témoigne cette tournée, sort en 2006.

Entretemps, fidèle dans ses collaborations, Louis remet ensuite sa casquette de réalisateur pour les besoins de l'album de Carla Bruni, No Promises, qui sort le [10].

Après avoir changé de batteur avec Sylvain Joasson, le Power Trio repart en tournée en passant par Moutiers-sous-Chantemerle le , dans le cadre du Festival Les Festiv'été Musicales, et le festival d'Essaouira avec M'allem Mustafa Bakbou, puis en 2008, la tournée continue en passant par le salon de la moto de Pecquencourt, puis le festival des Moissons Rock de Juvigny et Les nuits de la guitare à Patrimonio, en Corse le . Enfin, la tournée s'achève en 2009 avec un concert à New Delhi[11] en Inde le , puis à Katmandou, Népal le .

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.  (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Le , le groupe Téléphone se réunit partiellement de façon éphémère pour un concert au Point Éphémère à Paris sous le nom « Les Insus ? »[14] (pour « insupportables »), la bassiste Corine Marienneau étant remplacée par Aleksander Angelov. Un autre concert est donné à Lille le 15 septembre. Les Insus ? donnent également un concert à Lyon, au Transbordeur, le 6 octobre 2015. Puis, le nouveau groupe (toujours sans Corine) fait une véritable tournée française à guichets fermées du 27 avril au 11 novembre 2016 dans plusieurs grandes villes et plusieurs festivals. Le 12 novembre 2016, ils annoncent une tournée des festivals durant l'été 2017 et un final au Stade de France le .

Vie privée[modifier | modifier le code]

Louis Bertignac rencontre, avant la formation de Téléphone, Corine Marienneau avec qui il aura une relation amoureuse. Il fréquente également Carla Bruni quelque temps dans les années 80, pour laquelle il conserve une profonde amitié au point de co-écrire avec elle l'album Quelqu'un m'a dit, succès de l'année 2002, puis l'album No Promises en 2007, et chanter avec elle en duo Les Frôleuses en 2005.

Il est séparé de Julie Delafosse avec laquelle il a deux filles, Lola (née en 2004) et Lili (née en 2007)[15]. Son fils, Jack, est né le 19 novembre 2016, de son union avec Lætitia.

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Jacques Higelin[modifier | modifier le code]

Article connexe : Jacques Higelin.
  • 1975 Irradié - (P) Pathé Marconi - 2C 066-14.250.

Avec Téléphone[modifier | modifier le code]

Article connexe : Téléphone (groupe).

Avec Bertignac et les Visiteurs[modifier | modifier le code]

En solo[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

Albums produits[modifier | modifier le code]

Inspiration[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Louis Bertignac est évidemment présent dans le film Téléphone Public, réalisé par Jean-Marie Périer en 1979 et consacré au groupe Téléphone. Le film fut présenté hors compétition au Festival de Cannes 1980.

Louis Bertignac fait également une apparition dans Highlander 3 (Highlander III: The Sorcerer), film réalisé par Andrew Morahan en 1994, où il joue le rôle de Pierre Bouchet, noble français ami de Connor MacLeod. Il fait également une apparition en 1988 en garçon de café dans In Extremis d'Olivier Lorsac (lui-même parolier de l'album de Bertignac Elle et Louis).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Horner, « Les Insus, un succès téléphoné », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  2. « The Voice - Louis Bertignac », Premiere,‎
  3. Daniel Ichbiah, « Telephone : Biographie », Biographie du groupe Téléphone
  4. Ludovic Perrin, « Qui a tué Téléphone ? L'histoire secrète du plus grand groupe français », GQ n°98, mai 2016, pages, 124-131.
  5. a, b, c et d http://www.corinemarienneau.fr/bio/
  6. a, b, c et d http://www.universalmusic.fr/artiste/10064-louis-bertignac/bio
  7. http://www.bertiliste.com/bertignac/disco/divers/divers.html#lhomme
  8. "Ce CD n'est actuellement plus disponible." http://www.bertiliste.com/bertignac/disco/solo/solo.html#96
  9. « Discographie Louis Bertignac : Albums », sur www.bertiliste.com (consulté le 31 mars 2017)
  10. « Carla Bruni - No Promises », sur Discogs (consulté le 30 mars 2017)
  11. Louis Bertignac en concert à New Delhi - Inde Information, 14 mai 2009
  12. Bertignac : pas de reformation de Téléphone, « mais on le fera avant de mourir » - AFP, 28 juin 2010
  13. « Interviews de Louis Bertignac - Sud Radio - Les indiscrétions de Daniel Ichbiah », sur ichbiah.online.fr (consulté le 27 avril 2017)
  14. Les Insus annoncent la reprise de leur tournée, sur rfm.fr, consulté le 17 octobre 2016
  15. Biographie Louis Bertignac.Libération - édition du 14 février 2005, Ludovic Perrin.

Liens externes[modifier | modifier le code]