Line Renaud

Cette page est semi-protégée.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Line Renaud
Image dans Infobox.
Line Renaud lors de la cérémonie des Césars 2018.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (93 ans)
NieppeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jacqueline Simonne Alberte EntéVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Line RenaudVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Actrice, chanteuse, artiste d'enregistrement, activiste anti-SidaVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Simone Renard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Genre artistique
Site web
Distinctions
Films notables
Discographie
Discographie de Line Renaud (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Prononciation

Jacqueline Enté, dite Line Renaud, née le à Nieppe, est une chanteuse, meneuse de revue et actrice française.

Avec une carrière scénique et cinématographique débutée en 1944, marquée par de nombreux engagements politiques et humanitaires, elle est l'une des personnalités les plus présentes dans le paysage médiatique français.

Biographie

Jeunesse et débuts (1928-1945)

Jacqueline Ente[1] naît dans le quartier de Pont-de-Nieppe le .

Elle dit avoir commencé sa carrière à l'âge de douze ans en chantant La Madelon, debout sur un tonneau, dans le café tenu par sa grand-mère[2]. Elle est marquée par l'absence de son père, alors prisonnier durant la Seconde Guerre mondiale.

Line Renaud et son mari Loulou Gasté en 1972, à Toulouse.

Ayant échoué à 14 ans au certificat d'études primaires, elle est repérée lors du concours d'entrée au conservatoire de Lille : le soir même de son audition le directeur de Radio-Lille lui propose d'intégrer son orchestre ; elle s'y fait connaître sous le nom de Jacqueline Ray. Elle commence à travailler dans le music-hall à Paris en 1945 et décroche son premier engagement aux Folies-Belleville. Par l'intermédiaire de Josette Daydé, elle y rencontre le compositeur de chansons Loulou Gasté (1908-1995), de vingt ans plus âgé qu'elle, qui lui fait prendre un nom de scène. Elle choisit Renaud, empruntant à sa grand-mère Marguerite Renard son patronyme, en changeant une lettre[3].

Le succès populaire: entre chansons et cinéma (1946-1954)

Elle débute en chantant dans les émissions du dimanche matin sur Radio Luxembourg au début de l'année 1946.

Engagée chez Pathé-Marconi la même année, elle produit ses deux premiers 78 tours l'année suivante avec Le complet gris et Il n'était pas sentimental. Manquant d'une reconnaissance populaire, elle accompagne alors le Tour de France, lors de sa première édition d'après-guerre et jusqu'en 1950. Présente dans la caravane précédent l'arrivée des coureurs, elle donne à chaque étape une représentation, la rendant alors célèbre dans tout le pays[4]. Elle débute au cinéma en 1946 dans La Foire aux chimères de Pierre Chenal, qui obtient plus de 2,3 millions d'entrées en France[5].

En 1947, elle enregistre Ma cabane au Canada qui reçoit le Grand Prix du disque en 1949. Elle sort cette même année un second 78 tours, Autant en emporte le vent. Elle joue dans Une belle garce de Jacques Daroy, qui dépasse les 2 millions d'entrées en France[6].

L'année 1949 prolonge son succès discographique avec Bleu lavande et surtout Où vas-tu Basile. En 1950, elle épouse Loulou Gasté qui restera son mari jusqu'à sa mort en 1995. Cette même année, la chanteuse obtient un nouveau succès populaire avec Étoiles des neiges, crée par Jacques Hélian. Ce titre devient emblématique de la chanson traditionnelle, repris par André Claveau, parodié dans Les Bronzés font du ski, et connaissant une seconde jeunesse avec la reprise de Simon et les Modanais qui obtiendra un disque d'or. Elle produit également cette même année un nouveau 78 tours, Frou-frou, reprise de Berthe Sylva.

En 1951, elle produit quatre nouveaux 78 tours dont Les noces de Maria-Chapdelaine ou encore Le soleil sous l'horizon, tandis qu'elle est à l'affiche du film Au fil des ondes, qui obtient près de 1,3 millions d'entrées en France[7]. En 1952, la chanteuse tient un nouveau tube avec Ma p'tite folie, et sort également un autre 78 tours Les souliers neufs. Elle est à l'affiche du film musical-chorale Paris chante toujours, aux côtés de Tino Rossi et Édith Piaf (3,14 millions d'entrées) [8], et est également présente dans le film Ils sont dans les vignes.

En 1953, la chanteuse obtient deux succès populaires avec Le Chien dans la vitrine (dont les aboiements avaient été faits par Roger Carel [9]) et Mademoiselle from Armentières qui fût même distribué aux États-Unis. Elle enregistre un nouveau disque destiné au marché américain (Line sings), tandis qu'elle sort son dernier 78 tours de l'année avec Les plus jolies choses de ma vie. Côté cinéma, elle obtient le succès en étant à l'affiche de trois nouveaux longs métrages : La Route du bonheur (plus de 2,7 millions d'entrées)[10], Quitte ou double (plus de 2,1 millions d'entrées)[11] et le film musical chorale Boum sur Paris (plus de 1,6 millions d'entrées)[12], aux côtés notamment de Juliette Gréco et Charles Trenet.

Elle chante en 1954 au Moulin rouge, faisant salle comble. Elle produit ses deux premiers albums 33 tours, qui retracent l'essentiel de ses succès. Line Renaud est aussi intégrée à la première compilation multi-artistes de Pathé-Marconi, Nos grandes vedettes chantent pour les jeunes. Après deux 78 tours ayant obtenu des succès d'estime (Je ne sais pas et Monsieur tout le monde), la chanteuse publie son premier 33 tours de chansons originales intitulé Je veux. Cependant, son succès attise la jalousie d'une autre chanteuse de la même maison de disques, Édith Piaf, qui fait alors pression sur le directeur pour pousser Line à ne plus enregistrer[13]. C'est dans une interview de 2021 pour le média France Inter que Line Renaud explique qu'Edith Piaf aurait essayé de nuire à sa carrière. En effet, cette dernière aurait demandé à ce que Line Renaud arrête sa carrière de chanteuse, bien que les deux femmes n'évoluent pas dans le même registre musical. D'après Line Renaud, elle avait "une revanche à prendre sur la vie" et elle "détestait les femmes plus jeunes". Toujours selon cette dernière, cette jalousie aurait été amplifiée à cause du fait qu'Edith Piaf n'avait pas connu de succès musical depuis un certain temps. [14]

Départ pour les Etats-Unis et poursuite du succès (1954-1966)

Après avoir été découverte lors d'une représentation au Moulin-Rouge, Bob Hope lui propose un contrat pour ses émissions et pour les États-Unis afin de chanter dans des palaces de New York et Los Angeles, et dans l'Ed Sullivan Show. La première a lieu le à l'Empire Room, cabaret du Waldorf Astoria. Elle est ainsi la première française à paraître dans un show à la télévision américaine, déjà en couleur[2]. Elle chante en duo avec Dean Martin Relaxez-vous et Two Sleepy People. Fin 1955, elle est la première interprète française à reprendre une chanson Rock and Roll : Tweedle Dee de Lavern Baker[15].

La chanteuse n'oublie pour autant pas sa carrière en France, en publiant plusieurs 45 tours tours dont Mambo Italiano, Luxembourg Polka, et surtout La Madelon qui devient un nouveau tube. Cette reprise d'une chanson populaire est tirée du film éponyme dont elle tient le premier rôle aux côtés de Jean Richard et Roger Pierre, sorti la même année, obtenant un grand succès avec près de 3,5 millions d'entrées en France[16]. Elle sort ensuite son premier disque live, issue de son récital au Moulin-Rouge.

En 1956, tout en continuant sa carrière à la télévision américaine, elle obtient de nouveaux succès discographiques en France, en particulier avec Mister Banjo, puis Tango pour l'éléphant ou encore Pour toi. Plusieurs disques de Line Renaud sont distribués dorénavant en Espagne (Mon bonheur...). Elle obtient également sa première compilation personnelle. L'année suivante, elle réitère son succès avec Les enchaînés, tout en sortant d'autres 45 tours tels que Buona Sera ou Il y a des anges. Elle tient le premier rôle dans Mademoiselle et son gang, qui réalise près d'un million d'entrées en France[17].

En 1958, elle entreprend plusieurs récitals à Londres, Madrid et Rome, tandis qu'elle sort un album en espagnol (Line canta en espanol), ainsi qu'une reprise de la chanson Irma la Douce, destinée au marché anglo-saxon. Elle tourne dans un film allemand Patricia de Harald Philipp, sans succès. En France, la chanteuse obtient un nouveau tube avec Que sera sera, également distribué en Espagne.

En 1959, elle devient meneuse de revue au Casino de Paris dans Plaisirs, mis en scène par Henri Varna. À près de trente ans, elle défie la chronique en remettant au gout du jour ce genre, jouant celle-ci à guichets fermés de 1959 à 1962. Cette même année, elle sort cinq nouveaux 45 tours, dont un nouveau succès Fais ta prière, ainsi qu'un album tiré de sa revue. Elle est également à l'affiche de L'Increvable, aux côtés de Darry Cowl, Francis Blanche et Michel Galabru, qui réalise plus de 1,75 millions d'entrées.[18]

Début mars 1960, elle est le numéro 17 des Sonorama, disques audio-livre pour Pathé-Marconi, tandis que sortent deux nouveaux 45 tours (Trop beau et Mi amor, mi amor). En , elle est la marraine de Johnny Hallyday pour sa première apparition télévisée dans l'émission L'école des vedettes d'Aimée Mortimer. En 1961, elle apparait dans la compilation allemande de chansons sur Paris, et sort deux nouveaux 45 tours, dont Relaxez vous qu'elle a déjà chanté avec Dean Martin. L'année suivante, elle propose deux singles pour le marché allemand dans la langue du pays, tout en sortant deux nouveaux titres en France dont Double twist, s'essayant alors à cette mode.

Elle est engagée au Dunes, un casino de Las Vegas de 1963 et 1966. Son succès l'amène à fréquenter le gotha ou encore la jet set[2], de Frank Sinatra à Marlon Brando, en passant par Paul Anka ou encore Elizabeth Taylor. Elle rencontre également à l'issue d'une représentation Elvis Presley, qui lui fait un concert privé dans sa loge[19]. Fréquentant Nate Jacobson, le fondateur du Cæsars Palace de Las Vegas, son amant pendant 18 ans, elle participe par ailleurs à la création de cet hôtel-casino[20],[21] (au niveau de la décoration et de la salle de spectacle[22]). En 1963, elle publie sa première autobiographie, puis sort une reprise allemande de I love you because, tandis que les deux années suivantes ses sept 45 tours n'obtiennent pas les succès commerciaux d'antan (Ton ballon, Mon magicien...).

Elle publie un nouvel album en 1964, Billboard de mon coeur, ainsi qu'un second disque live Line Renaud at Las Vegas destiné au marché franco-américain. En 1965, elle sort la chanson Mary Ann, puis l'année suivante Etrangers au paradis (une reprise de Strangers in the Night). Lassée de sa vie à Las Vegas, la chanteuse ne souhaite pas reconduire sa revue et décide d'en mener une nouvelle au Casino de Paris, Désirs de Paris. Celle-ci sera présentée en avant-première à l'inauguration du Caesars Palace en 1966.

Le retour en France: la continuité du succès de la revue et la diversification des activités (1966-1980)

De 1966 à 1968, Line Renaud mène à guichets fermés sa revue Désirs de Paris au Casino de Paris. Elle produit également plusieurs nouveaux 45 tours tels que Partir en 1967, La la la song en 1968 ou Rose de mai en 1969. Passée chez CBS après Vogue, elle publie un 45 tours plus remarqué en 1969, Pourvu qu'on s'aime, puis Quand tu n'es pas là et Merci beaucoup en 1970. Elle fait également partie de la compilation Chansons de Paris produite par EMI, la même année.

En 1971, elle sort un nouveau disque à destination des États-Unis, Good bye my souvenirs, tandis que son 45 tours français passe inaperçu. Elle présente à la télévision l'émission Line directe de 1971 à 1975. En 1972, la chanteuse renoue avec un certain succès pour Bye-bye. L'année suivante sort un nouvel album 33 tours, L'album d'or, ainsi que deux 45 tours. Dès 1972-1973, elle est productrice de spectacles, engageant Tony Bennett pour le Kings Castle de Las Vegas[22]. En 1974, elle sort le titre Quinze ans, puis l'année suivante deux nouveaux 45 tours.

En 1976, la meneuse de revue reprend du service pour Paris Line, qui obtient un grand succès pendant quatre ans au Casino de Paris. Elle en produit un 33 tours éponyme la même année. Après un titre passé inaperçu en 1977, la chanteuse obtient un nouveau succès avec la reprise de Barry Manilow, Copacabana. L'année suivante, la chanteuse sort un disque pour Noël, puis en 1980, Ne reste que l'amour.

Tout au long des années 1970, puis de la décennie suivante, elle devient la cible récurrente des imitateurs de l'époque, son ami Thierry Le Luron en particulier[23], pour sa longévité dans le métier et les médias.

Une nouvelle carrière de comédienne de théâtre et la multiplication de ses engagements (1981-1989)

Durant les années 1980, elle produit le show télévisé Telle est Line sur Antenne 2.

En 1981, elle débute au théâtre en reprenant le rôle de Jacqueline Maillan dans Folle Amanda au Théâtre des Nouveautés. Le succès est au rendez-vous, débouchant sur une grande tournée et de nombreuses prolongations de 1981 à 1984. Elle garde son rôle pour l'adaptation de celle-ci dans sa version américaine, The Incomparable Loulou, présentée à Miami de 1985 à 1986. Côté musique, ses sorties se font plus discrètes avec en 1981 le 45 tours USA Los Angeles, puis Une poussière dans le coeur en 1982, et Loulou en 1983. En 1985, elle enregistre un nouveau disque en anglais, Dream of man.

La même année, elle aide à l'importation du Sidaction, aux côtés de Elizabeth Taylor et Pierre Bergé. D'abord organisé comme un gala de charité, elle reçoit de nombreuses lettres d'insultes pour cet engagement, tandis qu'elle devient vice-présidente de l'association crée l'année suivante[24]. De nombreuses personnalités participent aux émissions et projets, dont Madonna ou Elton John.

En 1987, elle publie un album dédié aux chansons de Noël, puis en 1988 aide son ami Charles Aznavour à la conception du disque caritatif Pour toi Arménie, dont elle est l'une des voix.

En 1989, elle publie une nouvelle biographie, et revient au cinéma après trente ans d'absence dans La Folle Journée ou le Mariage de Figaro. Elle est également invitée au bicentenaire de la Révolution Française à Las Vegas.

Comédienne et actrice au succès populaire, étendue de ses activités (1990-2010)

Dans les années 1990, alors que l'hôtel casino Paris Las Vegas est en projet, elle contacte le maire de Paris Jean Tibéri afin qu'il autorise la construction d'une réplique de la tour Eiffel sur le bâtiment.

Elle commence une carrière de comédienne de télévision dans une série américaine, The sands of time de Sidney Shelton en 1990. Cette même année, elle obtient un rôle dans le film Ripoux contre ripoux (près de 3 millions d'entrées)[25]. Elle est également présente au Festival de Cannes cette année-là. En 1991, elle revient au théâtre avec succès au Théâtre de la Michodière, pour Pleins feux. En 1992 et 1993, elle est à l'affiche de deux nouvelles séries : Memories of midnight avec Jane Seymour pour les États-Unis, puis Polly West est de retour avec Roger Carel.

En 1994, elle participe à deux nouveaux téléfilms (Les filles du Lido et Rendez moi ma fille). Elle est également à l'affiche du film de Claire Denis, J'ai pas sommeil, pour laquelle elle est pour la première fois nommée aux César. L'année suivante, elle est dans Ma femme me quitte, puis L'embellie pour la télévision. Son mari, Loulou Gasté décède en ce début d'année 1995.

En 1996, elle publie un livre sur sa mère et retrouve les planches pour une deuxième saison de La visite de la vieille dame, débutée l'année précédente, mise en scène par Friedrich Dürrenmatt. En 1997 et 1998, elle est à l'affiche de deux téléfilms, puis en 1999 de Roule Routier, et du long métrage Belle Maman aux côtés de Catherine Deneuve. Pour ce film, elle est une nouvelle fois nommée aux César, comme meilleur second rôle, tandis que le film obtient plus de 1,25 millions d'entrées. Elle devient directrice artistique de l'établissement Paris Las Vegas et convie Catherine Deneuve et Charles Aznavour pour l'inauguration en 1999, chantant par ailleurs sur scène avec Michel Legrand[22].

En 2001, elle est dans le film Chaos, et nommée pour la troisième fois aux César. On la retrouve à la télévision pour Tous les chagrins se ressemblent, puis au théâtre en 2002 pour Poste restante. Dès lors, elle est à l'affiche de plusieurs téléfilms par an, dont en 2004 Suzie Berton, obtenant un prix au Festival de Luchon. Elle est également dans plusieurs films d'auteurs dont ceux de Claude Lelouch et Coline Serreau. En 2005, elle est dans le casting de la nouvelle version des Rois maudits par Josée Dayan, avec notamment Jeanne Moreau. De 2004 à 2008, elle a tourné dans douze téléfilms ou mini-séries.

En 2006, elle collabore une première fois avec Dany Boon, pour La Maison du bonheur. En 2007, elle obtient un grand succès au théâtre avec Muriel Robin avec Fugueuses, diffusé sur France 2 la même année.

En 2008, à 80 ans, elle est l'une des têtes d'affiche de Bienvenue chez les Ch'tis, qui obtient plus de 20 millions d'entrées en France et devient le plus grand succès de tous les temps pour un film français.

Line Renaud en compagnie de son époux, Loulou Gasté, au festival de Cannes 1990.

Elle est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence. Fin 2009, elle s'associe aux critiques de Pierre Bergé contre le Téléthon[26]. Elle est également engagée auprès de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité, dont elle est membre du comité décisionnaire. Elle fait partie depuis plusieurs années des personnalités préférées des français selon Le Journal du dimanche[27]. De 2009 à 2010, elle est au théâtre pour la pièce Très chère Mathilde.

Un retour inattendu à la chanson et la poursuite d'une carrière éclectique (depuis 2010)

Après trente ans d'absence, elle revient à la chanson et enregistre un nouvel album signé chez Warner Music Group, intitulé Rue Washington (en référence au studio d'enregistrement Labomatic situé dans cette rue). Réalisé par Dominique Blanc-Francard, l'opus inclut deux duos : un avec Johnny Hallyday, Un monde merveilleux (reprise en français de What a Wonderful World), et un avec Mylène Farmer, C'est pas l'heure. Collaborent entre autres à ce projet, Julien Clerc, Christophe Maé, Grand Corps Malade, Marc Lavoine, Michel Delpech, Salvatore Adamo ou encore Alain Chamfort. Le titre Les Torrents d'amour est extrait de l'album, qui se classe à la 24e place des ventes à sa sortie en novembre 2010, et reçoit un disque d'or l'année suivante[28].

Les 24 et , Line Renaud est en concert pour la première fois à l'Olympia[29], à guichets fermés. En 2012, elle est de nouveau sur scène pour Harold et Maude mis en scène par Ladislas Chollat.

Elle publie un nouveau livre de souvenirs en 2013, et continue de tourner plusieurs téléfilms et séries. En 2015, elle est l'une des premières à accepter de tourner dans la série de son ami et agent Dominique Besnehard, Dix pour cent, puis Commissaire Magellan l'année suivante.

En , elle inaugure une rue portant son nom à Las Vegas. La voie, située à proximité du Strip, permet d'accéder à une entrée secondaire du casino Caesars Palace. La « Line Renaud Road » se trouve non loin des rues portant les noms de ses amis Frank Sinatra et Dean Martin[30]. Cette même année, elle sort un nouveau livre, puis reprend son rôle dans la pièce Pleins Feux à l'âge de 89 ans.

L'année suivante, elle obtient un nouveau prime pour son anniversaire sur France 2, Bon Anniversaire Line qui réunit près de 3 millions de téléspectateurs[31]. Elle est également à l'affiche d'un nouveau succès populaire au cinéma, avec La Ch'tite Famille et ses 5,5 millions d'entrées[32].

En 2019, elle est Huguette dans le téléfilm du même nom diffusé sur Arte, pour lequel elle obtient une récompense et un succès d'audience important, avec plus de 2 millions de téléspectateurs[33]. Peu de temps après, elle est victime d'un « petit AVC » et fait une chute chez elle[34]. Elle retrouve le chemin des studios pour tourner dans le téléfilm de Muriel Robin, I Love You coiffure, qui obtient un carton d'audience sur TF1 avec plus de 7,7 millions de téléspectateurs[35].

Elle devient l'artiste la plus âgée du music hall français à la mort de Juliette Gréco survenue en  ; suivent ensuite Marcel Amont, Hugues Aufray et Régine.

Elle est à l'affiche d'un nouveau téléfilm, de la série Meurtres à... pour France 3. En 2021, elle obtient un nouveau prime en hommage à son action pour le Sidaction depuis plus de 35 ans, sur France 2[36]. Elle est à l'affiche d'un nouveau téléfilm, Le squat, d'un nouveau long métrage de Dany Boon, et du nouveau film d'Éric Lavaine.

Activités annexes

Culturelles

Éditoriales

  • Depuis 1996 : Directrice des Éditions Loulou Gasté.

Humanitaires

Politique

Proche de Jacques Chirac pour lequel elle chante dans des meetings du RPR (« Avec le RPR, il fera beau demain », dit-elle notamment lors d'un meeting électoral), elle ne s'engage pourtant pas en faveur de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2007. Aux élections municipales de 2008 à Paris, elle soutient Bertrand Delanoë.

Elle soutient le candidat En marche ! Emmanuel Macron à l'élection présidentielle de 2017[37]. Elle est présente à la brasserie La Rotonde, où le candidat fête sa qualification pour le second tour[38].

Aux élections régionales de 2021 en Île-de-France, elle soutient la présidente sortante Valérie Pécresse[39].

Discographie

Albums studio

  • 1952 : Mon petit bonhomme de chemin / Où vas-tu Basile ?
  • 1952 : Mademoiselle from Armentières / Tire l'aiguille
  • 1953 : Ma p'tite folie / Le Soir
  • 1954 : Je veux / Mon bonheur
  • 1955 : Les Succès de Line Renaud
  • 1956 : Mister banjo / Tango de l'éléphant
  • 1956 : Line Renaud's Paris
  • 1956 : Line Renaud chante 14 belles chansons
  • 1957 : Reveillon no Estoril com Line Renaud
  • 1964 : Avec des fleurs
  • 1969 : Line Renaud's in Love
  • 1972 : Où es le marié ?
  • 1973 : L'Album d'or
  • 1979 : Line chante Line Renaud
  • 2010 : Rue Washington

En public

  • 1956 : Line Renaud au Moulin Rouge (live)
  • 1959 : Line Renaud au Casino de Paris dans Plaisirs (revue)
  • 1966 : Line Renaud au Casino de Paris dans Désirs de Paris (revue)
  • 1976 : Parisline: Une super revue au Casino de Paris (revue)
  • 2011 : Un soir de mai à l'Olympia (live)

Chansons

Les titres en gras sont ceux de ses plus grands succès.

Filmographie

Théâtre

Publications

  • Bonsoir mes souvenirs, Flammarion, 1963
  • Les brumes d'où je viens, Éditions no 1, 1989
  • Maman, Éditions du Rocher, 1996
  • Loulou, envoie-moi un arc-en-ciel, Anne Carrière, 2002
  • Les rencontres de ma vie, Éditions du chêne, 2008
  • Et mes secrets aussi, coécrit avec Bernard Stora, R. Laffont, 2013
  • Une drôle d'histoire, coécrit avec Bernard Stora, R. Laffont, 2017
  • Mes années Las Vegas, coécrit avec David Lelait-Helo, Éditions de la Martinière, 2018
  • En toute confidence, coécrit avec Bernard Stora, Denoël, 2020[40]
  • Les aventures de Super Linette - Super Linette au pays des roses, coécrit avec David Lelait-Helo, illustré par Lelapain, Éditions du dragon d'or, 2021
  • Les aventures de Super Linette - Super Linette à Hollywood, coécrit avec David Lelait-Helo, illustré par Lelapain, Éditions du dragon d'or, 2021

Distinctions

Décorations

Autres

Honneurs

Line Renaud aux NRJ Music Awards 2011.

Récompenses

Nominations

Notes et références

  1. Line Renaud orthographie elle-même son patronyme Ente, et non Enté : Line Renaud et Bernard Stora, En toute confidence, Paris, Éditions Denoël, , 464 p. (ISBN 9782207159927, lire en ligne), chap. 2 (« Line, tu en fais trop »).
  2. a b et c Valérie Cormont, « Line Renaud à la conquête de l'Amérique », dans Cent ans de vie dans la région, tome 3 : 1939-1958, La Voix du Nord éditions, hors série du , p. 92.
  3. Paris Match n°559 du 26 décembre 1959, page 76.
  4. Séverine Bastin, « Je me souviens... du Tour de France », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  5. AlloCine, « La Foire aux chimères » (consulté le )
  6. « Box Office des films français de l'année 1948 - Liste de 55 films - SensCritique », sur www.senscritique.com (consulté le )
  7. « Au fil des ondes (1951) - JPBox-Office », sur jpbox-office.com (consulté le )
  8. AlloCine, « Paris chante toujours » (consulté le )
  9. http://www.ina.fr/divertissement/humour/audio/PHD99270533/roger-carel.fr.html (à 3:15).
  10. AlloCine, « La Route du bonheur » (consulté le )
  11. AlloCine, « Quitte ou double » (consulté le )
  12. AlloCine, « Boum sur Paris » (consulté le )
  13. « Line Renaud: "Edith Piaf était une femme très méchante" » (consulté le )
  14. Prisma Média, « Edith Piaf « très méchante » : Line Renaud fait d'étonnantes révélations - Gala », sur Gala.fr (consulté le )
  15. Rock and Roll à la française : 1956-1959, édition Saphyr, livre de Thierry Liesenfeld, p. 5.
  16. AlloCine, « La Madelon » (consulté le )
  17. AlloCine, « Mademoiselle et son gang » (consulté le )
  18. AlloCine, « L'Increvable » (consulté le )
  19. Par Propos recueillis par et ré Lafargue Le 16 août 2002 à 00h00, « Line Renaud : « Il était gentil, humble, délicat » », sur leparisien.fr, (consulté le )
  20. a b c et d « Ma cabane au Nevada - Line Renaud va avoir une rue à son nom à... Las Vegas », vanityfair.fr, 21 septembre 2017.
  21. « Line Renaud a sa rue à Vegas », 29 septembre 2017.
  22. a b et c Marie-France Chatrier, « Line Renaud : l'ange de Las Vegas », Paris Match, semaine du 25 au 31 août 2016, p. 64-67.
  23. Paris Match, « La belle amitié de Line Renaud et Thierry Le Luron », sur parismatch.com (consulté le )
  24. Prisma Média, « « Je recevais des lettres d'insultes » : Line Renaud revient sur son dur combat pour « la cause de sa vie » - Gala », sur Gala.fr (consulté le )
  25. « Ripoux contre ripoux (1990) - JPBox-Office », sur jpbox-office.com (consulté le )
  26. Téléthon : Line Renaud soutient Pierre Bergé Le Point.
  27. « Classement des personnalités préférées des Français : trois Nordistes dans le Top 10 », sur France 3 Hauts-de-France (consulté le )
  28. « InfoDisc : Les Certifications Officielles des Albums en 2004 », sur www.infodisc.fr (consulté le )
  29. Line Renaud à l'Olympia est retransmis en direct sur la chaîne France 3 le 26 mai 2011.
  30. Une rue Line Renaud inaugurée à Las Vegas Midi Libre.
  31. Par Benoît Daragon Le 4 juillet 2018 à 09h39, « Audiences TV : «Bon anniversaire Line» résiste au succès de Colombie-Angleterre », sur leparisien.fr, (consulté le )
  32. AlloCine, « Box Office du film La Ch’tite famille » (consulté le )
  33. « Audiences TV : Line Renaud en Huguette, Arte s’offre un énorme carton », sur Toutelatele (consulté le )
  34. « Line Renaud victime d’une mauvaise chute : sa santé s’est-elle dégradée ? », sur Planet, (consulté le )
  35. Demotivateur, « l Love You Coiffure : carton d'audience pour le téléfilm de Muriel Robin pourtant dézingué par les internautes », sur Demotivateur (consulté le )
  36. « Audiences : "The Voice" large leader devant "Commissaire Magellan", près de 2 millions devant le "Sidaction" », sur ozap.com (consulté le )
  37. Sasha Beckermann, « Line Renaud soutiendra Emmanuel Macron à la présidentielle !  », closermag.fr, 19 janvier 2017.
  38. Sophie des Déserts, « Le casse du siècle », Vanity Fair n°53, décembre 2017, pages 108-115 et 154-155.
  39. Nina Jackowski, « «Ce n’est pas une vidéo politique» : le drôle de soutien de Gims à Valérie Pécresse », sur liberation.fr,
  40. « En toute confidence - Line Renaud, Bernard Stora - Impacts - Éditions Denoël - Littérature - Essais - Romans policiers - Science fiction - Romans graphiques », sur www.denoel.fr (consulté le )
  41. Décret du 12 juillet 2013
  42. Décret du 31 décembre 1993 portant promotion et nomination
  43. Décret du 14 novembre 2016 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier.
  44. Détail d'un texte Décret du 16 mai 2008 paru au Journal officiel de la République française du 17 mai 2008.
  45. https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_026438
  46. (en-US) « Awards | Global Gift Foundation », sur globalgiftfoundation.org (consulté le )
  47. « Line Renaud, marraine du Festival du film francophone », ledauphine.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. « Bon anniversaire Line Renaud : la légende fête ses 90 ans », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. « PHOTOS - Line Renaud, prix Raimu du public pour la pièce de P. Palmade Les fugueuses dont elle partage l'affiche avec Muriel Robin » (consulté le ).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes