Fatoumata Diawara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Diawara.
Fatoumata Diawara
Description de cette image, également commentée ci-après
Fatoumata Diawara en concert lors du festival du Bout du Monde en août 2012.
Informations générales
Naissance [1]
Côte d'Ivoire
Genre musical Folk Wassoulou
Labels World Circuit Records
Site officiel www.fatoumatadiawara.com

Fatoumata Diawara (née en 1982) est une chanteuse, comédienne et auteure-compositrice-interprète malienne. Elle vit entre Bamako et Milan. Son village d'origine est Madina Kouroulamini situé à 23 km de Bougouni dans la région de Sikasso au Mali.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fatoumata Diawara passe ses premières années à Abidjan dans une famille nombreuse. Son père l'initie à la danse et à la guitare. À l'âge de 9 ans, après la mort brutale d'une sœur plus âgée, elle est adoptée par sa tante comédienne qui vit au Mali[1]. En 1997, Fatoumata Diawara est repérée par le cinéaste Cheick Oumar Sissoko qui l’engage dans le film La Genèse (prix « Un certain regard » au festival de Cannes en 1999) afin d’interpréter le premier rôle féminin. En 1998, elle part en France afin de travailler au Théâtre des Bouffes du Nord sur l’adaptation de Jean-Louis Sagot-Duvauroux de la pièce Antigone. Elle tourne dans plusieurs longs-métrages dont Sìa : Le Rêve du python (Prix spécial du Jury au Fespaco en 2001). En 2002, elle fuit un mariage forcé avec son cousin pour rejoindre la compagnie Royal de luxe et tourne six ans au sein de la troupe[1]. En novembre 2006, elle est choisie pour interpréter le premier rôle féminin de l’Opéra du Sahel, à Bamako[2].

C’est à ce moment qu’elle est remarquée par Cheick Tidiane Seck. Elle participe à l'enregistrement de l’album de Dee Dee Bridgewater. Dans cette même période, elle rencontre Oumou Sangaré qui la sollicite pour l’enregistrement de son album Seya. Fatoumata Diawara décide alors de se lancer dans l’aventure de la musique et commence à travailler à son propre répertoire. Elle poursuit également ses expériences au cinéma, en jouant notamment dans le film Il va pleuvoir sur Conakry du réalisateur guinéen Cheick Fantamady Camara, où elle interprète le rôle d'une jeune chanteuse. En 2007, elle tient le rôle de Karaba dans la comédie musicale Kirikou et Karaba, tirée du dessin animé Kirikou et la sorcière de Michel Ocelot[1]. En parallèle, elle travaille sur le disque de la comédie musicale. Cheick Tidiane Seck lui propose alors d’enregistrer sur son propre album Sabaly. Elle a l’opportunité de chanter avec Herbie Hancock (The Imagine project, Grammy Award en 2011[3]) ou Hank Jones. Parallèlement, elle enregistre sur divers albums (Afrocubism, Cheick Lo, etc.).

Elle s'engage contre l'excision dans sa région d'origine au Mali. En 2012, elle gère la réalisation d'une vidéo musicale contre l'occupation du nord du pays par des djihadistes, ce qui l'amène à jouer dans Timbuktu, film multi-césarisé en 2015[1].

En 2017, Fatoumata Diawara contribue au projet malien de Matthieu Chedid "Lamomali". En 2018, elle sort son second album solo Fenfo, produit par Matthieu Chedid[4],[5],[1].

Style et inspirations[modifier | modifier le code]

Auteur compositrice, elle tire son inspiration de la tradition du chant wassoulou, mais ses rythmes sont également modernes grâce aux ambiances jazz et blues qu'elle demande à ses musiciens[2].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Kanou (World Circuit - EP)
  • 2011 : Fatou (World Circuit - LP)
  • 2012 : Rocket Juice and the Moon (Honest's Jon - LP), featuring sur trois morceaux
  • 2012 : The Bravest Man In The Universe (Bobby Womack - LP), featuring sur le morceau Nothin' Can Save Ya
  • 2013 : Sketches from Ethiopia (Mulatu Astatke - LP), featuring sur le morceau Surma
  • 2013 : Festival Muzik'elles
  • 2015 : At Home (Live in Marciac) featuring Roberto Fonseca
  • 2017 : Lamomali (Matthieu Chedid - LP), featuring sur les morceaux 'Manitoumani' 'Bal De Bamako' 'Cet Air' 'Une Âme' 'Toi Moi'
  • 2018 : Fenfo, Wagram Music

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Carine Roy, « Fatoumata Diawara - La "Malicienne" », Causette, no 89,‎ , p. 14-17.
  2. a et b (en) « Biographie de Fatoumata Diawara », sur World Circuit (consulté le 11 août 2012).
  3. (en) Stephen Graham, « Jazz breaking news: Fatoumata Diawara Previews Songs From Debut Album », sur jazzwisemagazine.com, (consulté le 11 août 2012).
  4. Fatoumata Diawara annonce un nouvel album avec le clip de la chanson "Nterini", France Info, 9 mars 2018.
  5. Avec « Fenfo » Fatoumata Diawara donne le la du printemps, France Inter, 8 mars 2018.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :