Guerre russo-ukrainienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Crise ukrainienne)
Guerre russo-ukrainienne
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de la situation militaire.
Informations générales
Date Depuis le [1]
(8 ans, 8 mois et 28 jours)[a]
Lieu Drapeau de l'Ukraine Ukraine
(avec des retombées en Russie)
Casus belli
Issue En cours, la Russie a envahi l'Ukraine le
Changements territoriaux

Changements avant l'invasion de 2022

Changements après l'invasion de 2022

Belligérants
Drapeau de l'Ukraine UkraineDrapeau de la Russie Russie

Drapeau de la République populaire de Donetsk République populaire de Donetsk
Drapeau de République populaire de Lougansk République populaire de Lougansk


Soutenu par :

Drapeau de la Biélorussie Biélorussie (depuis 2022)[15]
Commandants
Volodymyr Zelensky (depuis 2019)
Petro Porochenko (2014-2019)
Arseni Iatseniouk (2014-2016)
Oleksandr Tourtchynov (2014)
Vladimir Poutine

Drapeau de la République populaire de Donetsk Denis Pouchiline (depuis 2018)
Drapeau de la République populaire de Donetsk Dmitri Trapeznikov (2018)
Drapeau de la République populaire de Donetsk Alexandre Zakhartchenko (2014-2018)
Alexandre Borodaï (2014)
Igor Guirkine (2014)


Drapeau de République populaire de Lougansk Leonid Passetchnik (depuis 2017)
Drapeau de République populaire de Lougansk Igor Plotnitski (2014-2017)
Drapeau de République populaire de Lougansk Valéri Bolotov (2014)
Drapeau de République populaire de Lougansk Sergueï Kozlov (depuis 2015)


Alexandre Loukachenko
Pertes
Ukraine et ses alliés :
4 619 tués[18],[19]
9 700-10 700 blessés[17]
70 disparus[20]
2 768 capturés[21],[22],[23]
9 268 ont rejoint les forces russes après l'annexion[24]
300+ chars T-64[25]
Russie et ses alliés :
5 768 tués[17],[26][b]
12 700-13 700 blessés[17]
Victimes civiles :
3 393 tués[16]
7 000-9 000 blessés[17]

Voir Invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022 pour les pertes résultant de l'invasion de 2022 (non incluses dans le présent article).

Batailles


Euromaïdan

Annexion de la Crimée


Troubles pro-russes de 2014


Guerre du Donbass


Offensive de Kiev


Offensive du Nord-Est


Offensive du Donbass


Offensive du Sud


Frappes aériennes dans l'Ouest de l'Ukraine


Guerre navale


Débordement


La guerre russo-ukrainienne est un conflit militaire et diplomatique entre la Russie (ainsi que les forces séparatistes pro-russes) et l'Ukraine[c]. Il a commencé en à la suite de la révolution ukrainienne de la Dignité, et s'est initialement concentré sur le statut de la Crimée et de certaines parties du Donbass, internationalement reconnues comme faisant partie de l'Ukraine. Les huit premières années du conflit ont inclus l'annexion de la Crimée par la Russie (2014) et la guerre du Donbass (depuis 2014) entre l'Ukraine et les séparatistes soutenus par la Russie, ainsi que des incidents navals, la cyberguerre et des tensions politiques. À la suite d'un renforcement militaire russe à la frontière entre la Russie et l'Ukraine à partir de la fin 2021, le conflit s'est considérablement étendu lorsque la Russie a lancé une invasion à grande échelle de l'Ukraine le .

L'origine du conflit remonte au , à la suite de la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer l'accord d'association entre l'Ukraine et l'Union européenne[28].

Des manifestations de grande ampleur (l'Euromaïdan) se déclenchent alors et aboutissent le à la fuite puis à la destitution du président ukrainien Viktor Ianoukovytch, remplacé par Oleksandr Tourtchynov. Un nouveau gouvernement, dirigé par Arseni Iatseniouk, est mis en place.

En réaction, des groupes armés russes prennent le contrôle du Parlement de Crimée, qui élit un nouveau Premier ministre favorable à l'union avec la Russie. Un référendum, organisé sous le contrôle de la Russie, aboutit à un vote favorable au rattachement de la Crimée à la Russie, provoquant une crise diplomatique internationale. Plusieurs autres provinces ukrainiennes à forte population russophone, notamment le Donbass, connaissent des soulèvements similaires et organisent à leur tour des référendums d'autodétermination afin de se séparer du gouvernement ukrainien en place.

Ces derniers évènements débouchent sur la guerre du Donbass, la Russie, pays frontalier, étant accusée de soutenir militairement les insurgés en y menant une guerre hybride[29],[30].

Le , le vol Malaysia Airlines 17 est abattu en plein ciel près de la frontière russo-ukrainienne alors qu'il survolait le Donbass. La destruction de cet avion civil amplifie la crise diplomatique, l'armée ukrainienne et les « séparatistes pro-russes » s'en accusant mutuellement. Une enquête identifiera les tireurs comme appartenant à l'armée russe[31],[32], pourtant censée ne pas être présente sur le terrain.

Le , dans le cadre de la crise russo-ukrainienne de 2021-2022, le président russe Vladimir Poutine annonce la reconnaissance russe de l'indépendance des "républiques populaires" autoproclamées de Donetsk et Lougansk et les forces armées russes envahissent l'Est de l'Ukraine contrôlé par les "séparatistes pro-russes"[33],[34]. Le , Poutine annonce lancer une "opération militaire spéciale" en Ukraine. Dans la nuit du 23 au 24, le territoire ukrainien est bombardé et les troupes russes commencent l'invasion du territoire ukrainien[35].

Les Russes ont rapidement occupé l'oblast de Kherson et une grande partie de l'oblast de Zaporijjia lors d'une offensive du Sud réussie, mais ont été repoussés lors d'offensives infructueuses contre Kiev et contre Kharkiv. Les Russes ont occupé Marioupol après un long siège, laissant toute la côte de la mer d'Azov sous contrôle russe. Une nouvelle offensive du Donbass a fait tomber l'oblast de Louhansk sous contrôle russe. L'invasion a provoqué une large réaction internationale, avec un isolement sans précédent de la Russie et une assistance à l'Ukraine par les membres de l'OTAN et de l'Union européenne.

Contexte[modifier | modifier le code]

À la chute de l'URSS, l'Ukraine, comme la Russie ou d'autres États de l'Europe de l'Est, connait un fort développement de la corruption dans tous les rouages de la société, et à la main-mise d'oligarques sur l'économie et le pouvoir. Ces oligarques bénéficient d'une impunité qui révolte la population (entre autres, l'affaire Oksana Makar[36]). La population aspire à plus de justice, y compris économique.

Depuis 1991, les États-Unis financent des groupes politiques pro-européens en Ukraine par l'intermédiaire d'ONG comme la Fondation Carnegie[37]. La diplomate américaine Victoria Nuland, représentante du Bureau des affaires européennes et eurasiennes (en) à Washington, indique que ce financement a dépassé 5 milliards de dollars entre 1991 (date de l'indépendance de l'Ukraine) et 2013[38],[39]. D'après le site de « factchecking » Politifact, qui s'appuie sur les précisions de la porte-parole du département d'État des États-Unis Nicole Thomson, ce montant inclut notamment le soutien à la croissance économique (1,1 milliard de dollars), l'assistance humanitaire (300 millions), la lutte contre le trafic de drogue. Il ne s'agit donc pas du financement « à des groupes politiques pro-européens », mais des financements sur des soutiens économiques, sociaux et d'appui à la démocratie[40].

Alors que l'Ukraine est proche du défaut de paiement et qu'elle enregistre de plus une récession de 2 % en 2013[41], il lui reste, fin , 18,79 milliards de dollars de réserves de change et elle doit en 2014 rembourser 7 milliards de dollars à ses créanciers, la Russie lui réclamant par ailleurs 17 milliards de dollars de facture de gaz naturel[42]. Le , le président russe Vladimir Poutine annonce la levée des barrières douanières entre l'Ukraine et la Russie, ainsi que son intention de baisser le prix de son gaz et de proposer au gouvernement ukrainien un prêt de 15 milliards de dollars[43]. Lors des négociations entre l'Union européenne et l'Ukraine, le premier ministre ukrainien Mykola Azarov avait demandé à l'Union européenne un prêt de 20 milliards d'euros, qui lui fut refusé, l'Union européenne promettant néanmoins une aide financière.

Selon un sondage en , 44,7 % de la population ukrainienne s'était dite favorable à une adhésion de leur pays à l'UE tandis que 35,2 % des sondés s'y étaient dits opposés[44]. Les sondages effectués portant sur l'adhésion à l'Union européenne et non sur un accord d'association avec elle, des citoyens ont pu être induits en erreur sur les enjeux de cet accord d'association.

Les présidents élus successivement ne réduisent pas significativement la corruption, voire l'aggravent : ainsi le fils du président Viktor Ianoukovytch devient en un an l'homme le plus riche d'Ukraine[45]. Ianoukovytch est considéré très corrompu[46].

En août 2012, Ianoukovytch, qui parle mal l'ukrainien, désire faire de sa langue maternelle, le russe, la seconde langue administrative officielle de l'Ukraine, ce qui n'est plus le cas depuis la chute de l'URSS a minima[47]. L'Ukraine utilise alors (et utilise actuellement) une seule langue administrative officielle (l'ukrainien) et reconnait comme légales 13 autres langues dont le russe[réf. nécessaire].

Par ailleurs, la population de Crimée est d'origine russe aux 2/3, depuis la déportation de la population tatare et son remplacement par des colons russes, en 1945 par ordre de Staline. La Crimée n'a été rattachée à l'Ukraine qu'en 1954.

Le Donbass est lui peuplé d'une forte minorité russe (à ne pas confondre avec les ukrainiens russophones), héritage de la conquête par l'empire tsariste, et surtout de l'attraction qu'offrait cette région riche en industries et emplois du temps de l'URSS (environ 1/3 de Russes, 2/3 d'Ukrainiens dont russophones), minorité encore plus forte dans certaines villes (Donestk, env 48 % de Russes, 47 % d'Ukrainiens).

Les manifestations naissent de l'échec des négociations entre l'Ukraine et l'Union européenne et du « ras-le-bol » contre la corruption au sommet de l'État.

Dès cet échec, les manifestants demandent le départ de Ianoukovytch, qu'ils accusent d'avoir « vendu le pays pour s'acheter un poste de gouverneur dans l'empire russe »[48]. Sur la place de l'Indépendance, les drapeaux ukrainien et européen se côtoient, montrant l'attrait pour l'Union européenne, perçue comme amenant plus de démocratie et moins de corruption dans un pays qui en souffre[49].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Guerre russo-ukrainienne
Description de l'image Flag of Russia and Ukraine.svg.
Chronologie
21 novembre 2013 Début d'Euromaïdan
18 février au 22 février 2014 Révolution ukrainienne de 2014 et destitution du président Ianoukovytch
19 février 2014 Début de l'invasion russe de la Crimée (uk)
1 mars 2014 Début des manifestations anti-Maïdan
18 mars 2014 Annexion de la Crimée par la Russie
6 avril 2014 Début de la guerre du Donbass.
11 février 2015 Signature des accords de Minsk II pour un cessez-le-feu dans le Donbass.
25 novembre 2018 Incident du détroit de Kertch illustrant le contrôle russe en mer d'Azov.
Mars et novembre 2021 Augmentation des tensions entre la Russie et l'Ukraine avec le rassemblement de troupes russes près des frontières ukrainiennes.
21 février 2022 Reconnaissance de l'indépendance de la République populaire de Donetsk et de la République populaire de Lougansk par la Russie. Fin des accords de Minsk.
24 février 2022 Invasion de l'Ukraine par la Russie

Euromaïdan[modifier | modifier le code]

Euromaïdan, une manifestation pro-européenne, a débuté le à la suite de la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer un accord d'association avec l'Union européenne. Ces manifestations ont été marquées par de fortes violences entre le et le , qui n'ont fait qu'accroître les mouvements de protestation, avec entre 250 000 et 500 000 manifestants à Kiev. Du 18 au , des affrontements ont à nouveau éclaté, faisant plus de quatre-vingts morts.

Le mouvement contestataire de 2013-2014 est celui d'une grande partie de l'Ukraine, alors qu'une partie, dans le Donbass (région d'origine de Ianoukovytch qui y a ses réseaux), les villes industrielles et les grands ports, lui serait fortement hostile selon Jacques Sapir. Les oligarques ukrainiens, Rinat Akhmetov en tête, première fortune du pays, lâchent le pouvoir de Ianoukovytch (qu'ils avaient jusque-là soutenu) dans le courant du mois de janvier, devant l'incapacité de ce dernier à rétablir l'ordre[50].

Le , deux mille manifestants protestent à Kiev pour la fin des négociations avec l'Europe[51]. Les communistes se postent régulièrement près des statues de Lénine pour éviter qu'elles ne soient renversées[52]. Les 25 et , des mouvements dénommés « anti-Maïdan » par leurs dirigeants sont menés à Sébastopol[53] et à Donetsk. Les manifestants traitent les pro-européens du Maïdan de fascistes[54], qualificatif qu'emploient également la propagande du Kremlin et d'une grande partie des médias russes[55].

Le , le premier ministre ukrainien, Mykola Azarov, reconnait que son pays a été « dissuadé par la Russie de signer l'accord avec l'UE »[56]. Le , les trois anciens présidents ukrainiens, Leonid Kravtchouk, Leonid Koutchma et Viktor Iouchtchenko, expriment dans un communiqué commun leur « solidarité avec les actions civiles pacifiques des manifestants » et s'interrogent sur la « volte-face brusque du gouvernement prise à l'égard de la signature de l'accord d'association européenne à Vilnius », affirmant par ailleurs que la « cruauté par laquelle les autorités agissent ne devrait pas être seulement condamnée publiquement, mais [l'être] également en conformité avec la législation ukrainienne », ajoutant que ce genre de pratiques est « totalement inacceptable dans un pays démocratique »[57].

Le , le Rada de Crimée (parlement de la république autonome de Crimée, région traditionnellement pro-russe) condamne dans une déclaration les manifestations, demandant au gouvernement de restaurer l'ordre à Kiev[58]. Le , plusieurs sportifs de la délégation ukrainienne aux Jeux olympiques d'hiver de 2014 décident de quitter Sotchi prématurément[59].

Révolution de février 2014[modifier | modifier le code]

La révolution ukrainienne de a lieu entre le 18 et le à la suite de l'Euromaïdan, avec pour point de départ la décision du gouvernement ukrainien de ne pas signer un accord d'association avec l'Union européenne au profit d'un accord avec la Russie. La révolution a lieu à la suite d'émeutes à Kiev après que le président ukrainien a donné l'ordre d'évacuer la place de l'Indépendance, et conduit à la destitution de Ianoukovytch, président d'Ukraine en exercice, et à la nomination de Oleksandr Tourtchynov en tant que président intérimaire jusqu'à la présidentielle du . Un gouvernement pro-européen dirigé d'abord par Tourtchynov puis par Arseni Iatseniouk est nommé dans la foulée.

Manifestations pro-russes[modifier | modifier le code]

Le , juste après le changement de pouvoir, des pro-Maïdan de Kharkiv souhaitent déboulonner la statue de Lénine, symbole du pouvoir à Moscou : ils en sont empêchés par des pro-russes [60]. Ce même jour, dans la même ville, des anti-Maïdan s'affrontent aux pro-Maïdan sur la place de la Liberté[61]. Une partie de la population de l'Est ne reconnaît pas les nouvelles institutions, ainsi que certains députés du Parti des Régions, alors même qu'ils ont lâché Ianoukovytch[62]. Le projet d'abroger la loi prise par Ianoukovytch en août 2012, qui conférait au russe le statut de langue officielle dans 13 régions sur les 27 que compte l'Ukraine, sert à mettre effet le feu aux poudres, même si le président par intérim explique ensuite qu'il ne fera pas entrer cette mesure en vigueur pour le moment. La propagande pro-russe présente cela comme une interdiction du russe, alors qu'il ne s'agit que du retour à la situation qui prévalait quelques mois auparavant (une seule langue nationale officielle, 13 langues régionales légales) Dans le sud-est, des brigades d'autodéfense sont créées, notamment à Sébastopol[63]. Dans cette ville, où se trouve une importante base navale louée par l'Ukraine à la flotte de la mer Noire russe ainsi qu'une population d'origine russe. Un nouveau maire pro-russe, Alexeï Tchaly, est élu à main levée, donc sans contrôle des votes ni confidentialité du scrutin, pour « le retour à la stabilité »[63].

Début , la Crimée est occupée par la Russie et formellement détachée de Kiev en se réservant le choix par référendum le de son futur statut.

Annexion de la Crimée[modifier | modifier le code]

Carte politique de la Crimée avec en jaune la République autonome de Crimée et en rouge la municipalité de Sébastopol (statut séparé). Le reste de l'Ukraine est en vert, la mer Noire à l'ouest et au sud, la mer d'Azov à l'est.

Le 27 février 2014, la Russie prétend entreprendre des manœuvres militaires[64] avec son armée de terre aux zones frontalières avec l'Ukraine[65] et, le , des hommes en armes et en uniforme sans signe distinctif prennent le contrôle de l'aéroport de Simferopol[66] ; de plus l'entrée de l'aéroport international de Sébastopol est bloquée par 300 combattants cagoulés[67],[68]. Ces deux aéroports desservent la Crimée ; le lendemain le bouclage des accès aériens sur la péninsule est confirmé, district de Kirovskoïe compris[69]. Le ministre de l'intérieur par intérim, Arsen Avakov, dénonce comme une « invasion » l'occupation de deux aéroports de Crimée par des hommes armés qu'il identifie comme soldats russes, ce que le Kremlin ne précise pas. À la suite de cet événement, le parlement ukrainien fait voter une résolution appelant la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis à respecter le Mémorandum de Budapest visant à garantir l'indépendance de l'Ukraine en échange de son renoncement aux armes nucléaires[70].

Annexion de la Crimée

Le 2014, le Premier ministre de la république autonome de Crimée, Sergueï Axionov, favorable à l'union avec la Russie (son parti, Unité russe, avait obtenu 4,02 % des voix lors des élections de 2010), « élu » deux jours plus tôt par quelques députés alors que des hommes armés contrôlaient le Parlement, demande à la Russie d'intervenir militairement[71]. Faisant suite à la demande du président russe Vladimir Poutine, le Conseil de la Fédération approuve le déploiement de forces armées dans cette région autonome[72]. La base de la flotte de la mer Noire à Sébastopol est en effet un élément primordial du système de défense russe, lui conférant l'accès à la Méditerranée et aux mers chaudes.

L'État russe entame subrepticement le processus d'annexion de la Crimée, plusieurs témoins attestent de la distribution de passeports russes à des habitants d'Ukraine (pour justifier ses actions par la défense de citoyens russes)[73]. Le , le secrétaire du Conseil de sécurité nationale ukrainien annonce la mobilisation de tous les réservistes[74] ; de plus l'Ukraine ferme son espace aérien à tout aéronef non civil[75]. L'escalade verbale est perceptible par la convocation en urgence des vingt-huit ambassadeurs des pays membres de l'OTAN un dimanche[76]. Au soir du coup de force, l'amiral Denis Berezovsky (en), commandant en chef de l'amirauté ukrainienne, porte allégeance au camp pro-russe[77]. Mille soldats encerclent les services des douanes et des garde-côtes à Pereval'ne, tentant sans succès de désarmer les unités ukrainiennes qui s'y trouvent. Selon les autorités à Kiev qui organisent la mobilisation générale[78], 150 000 soldats russes seraient massés de l'autre côté des frontières de l'Ukraine[79]. La chancelière allemande Angela Merkel obtient que Vladimir Poutine participe à des négociations avec un groupe de contact composé de diplomates européens.

Situation militaire et rattachement territoriale

Six mille hommes de troupe renforcent le contingent russe de Sébastopol[80], l'effectif de l'engagement russe en Crimée étant estimé à vingt mille hommes ; Washington estime que « la Russie a atteint le contrôle opérationnel de la Crimée »[81]. Le gouvernement ukrainien recense les citoyens volontaires en âge d'être incorporés[82]. Cependant, l'armée ukrainienne est inopérante et « ne dispose plus d'unité sérieuse en Crimée (…) Les autorités ukrainiennes se battent sur le seul terrain où elles sont sûres de pouvoir surpasser les Russes : celui de l'agitation médiatique »[83]. Côté diplomatique, le ministre des Affaires étrangères de la fédération de Russie Sergueï Lavrov souligne dans une allocution à Genève[84] que son pays n'avait aucunement porté atteinte à l'intégrité territoriale, mais assuré la sécurité des habitants russophones de Crimée face aux événements récents à Kiev. Son homologue américain, John Kerry, énumère toute une série de sanctions possibles dont la plus retentissante mènerait à l'isolement économique de la Russie[85]. Ioulia Tymochenko considère dans une interview que la raison de l'agression russe provient des velléités ukrainiennes à s'intégrer à l'Europe[86]. Selon elle, la Russie vise à la capitulation de l'Ukraine[87].

Le 2014, le parlement de Crimée demande à Moscou son rattachement à la Russie, le décret est signé dès l'après-midi par les dirigeants de la région autonome, et le vice-Premier ministre de Crimée, Roustam Temirgaliev (en), annonce qu'un référendum sur le statut de la péninsule de Crimée aura lieu le [88]. Dans le même temps, des manifestations de partisans pro-russes et de partisans de l'unité ukrainienne perdurent à Donetsk, débouchant parfois sur des affrontements entre les deux camps[89],[90]. Le , le parlement de Crimée déclare l'indépendance de la République de Crimée (réunissant la République autonome de Crimée et Sébastopol). Malgré ces événements, le gouvernement ukrainien affirme qu'il n'enverra pas de troupes en Crimée, par crainte de dégarnir les frontières orientales de l'Ukraine, où la Russie a déployé d'importantes troupes[91].

Référendum de 2014 en Crimée

Le , après le référendum controversé organisé la veille qui attesterait que la population criméenne se soit prononcée à une très large majorité en faveur d'un rattachement à la Russie, le parlement de Crimée réaffirme l'indépendance de la péninsule, demande son rattachement à la Russie et décrète la nationalisation de tous les biens de l'État ukrainien sur son territoire. Les autorités intérimaires à Kiev continuent quant à elles de parler « d'une grande farce »[92]. Le lendemain, le traité d'intégration de la République de Crimée à la Fédération de Russie est signé, lequel transforme l'État autoproclamé en deux sujets de l'État russe : la République de Crimée et la ville d'importance fédérale de Sébastopol. Un gouvernement ukrainien en exil de la république autonome de Crimée est formé.

Situation dans le reste de l'Ukraine[modifier | modifier le code]

Le , le président du Parlement Oleksandr Tourtchynov, proche de Ioulia Tymochenko est nommé président par intérim, jusqu'à l'élection présidentielle prévue pour le [93]. Le même jour, la résidence présidentielle de Ianoukovytch est nationalisée par le Parlement ukrainien[93] et une enquête est ouverte sur des dirigeants de la police ayant pris part aux répressions[93]. L'Ukraine reste fortement divisée entre l'ouest pro-européen, qui a pris le pouvoir, et le sud-est pro-russe. La possibilité d'une partition est même envisagée[94]. Le Parti des régions, qui s'est officiellement séparé de Ianoukovytch[93], reste sceptique quant à la résolution des problèmes économiques du pays[94]. Les médias ukrainiens dévoilent peu à peu le luxe des résidences des anciens dignitaires du régime[95][source insuffisante]. Outre la résidence privée de Ianoukovytch (Mejyhiria[96]), ils peuvent ainsi découvrir par exemple la résidence de l'ancien procureur général Pchonka[97]. Le nouveau ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov, annonce que des mandats d'arrêt pour « meurtres de masse » avaient été lancés à l'encontre de Ianoukovytch et d'autres anciens responsables[98]. Le , Avakov dissout les forces anti-émeutes (Berkout) par décret ministériel[99]. En abrogeant le 23 février 2014 la loi d'août 2012 sur les langues régionales, le parlement retire au russe (comme à plusieurs autres langues régionales comme le roumain) le statut de langue administrative officielle qu'il avait eu un peu plus d'un an dans 13 des 27 régions (essentiellement au sud et à l'est du pays). Cela implique que tous les documents officiels doivent à nouveau être rédigés uniquement en ukrainien. Cela est présenté par les médias de Moscou comme le fait que les cours dans les écoles ne seront dispensés qu'en ukrainien, que tous les noms de ville et autres noms propres devront suivre l'orthographe et la prononciation ukrainienne[100], ce qui était faux[47] (et reste faux pour l'instant, puisque les minorités linguistiques peuvent faire leur cursus primaire dans leur langue. Ce qui est toutefois remis en cause par les interventions armées russes, qui ont donc l'effet inverse de celui prétendu[101]). Cela crée un émoi dans les communautés russophiles, principalement en Ukraine occidentale, et des « brigades d'autodéfense » se forment dans ces territoires, en opposition avec les brigades révolutionnaires à Kiev[102].

Manifestation pro-russe à Donetsk, le 9 mars 2014

Le , des manifestations pro-russes ont lieu dans les régions russophones du pays, notamment à Kharkiv, Donetsk ou Odessa[103]. Le , 300 manifestants pro-russes ont envahi le bâtiment administratif régional de Donetsk. Le , des manifestations pro-russes ont eu lieu dans les villes industrielles de l'est de l'Ukraine. À Donetsk, des manifestants ont pénétré dans les sièges du parquet et des services spéciaux, à l'issue d'une manifestation de 2 000 personnes en faveur du rattachement à la Russie. À Kharkiv, ce sont 6 000 manifestants qui ont organisé, et ce malgré l'interdiction de la justice, un meeting-référendum pour plus d'autonomie et pour la « souveraineté » de la langue russe. Des milliers d'entre eux ont ensuite marché vers les bureaux d'organisations nationalistes où ils ont brûlé drapeaux, livres et tracts devant l'entrée. Les partisans de Kiev ont de leur côté décidé d'annuler leur manifestation afin d'éviter des provocations après qu'une personne a été poignardée à mort à Donetsk le et que deux personnes ont été tuées dans la nuit du 14 au à Kharkiv lors d'une fusillade impliquant nationalistes radicaux et militants pro-russes[104],[105].

L'intervention des services russes a lieu dès le mois de mars. Des éléments en provenance du service du renseignement russe, environ un millier d'hommes, sont repérés dans des missions de renseignement et d'assistance militaire aux rebelles. Ces forces infiltrées sont rejointes par des mercenaires et des « volontaires » qui viennent apporter leur assistance pour la mise en œuvre de moyens militaires sophistiqués. Les effectifs russes impliqués, qui sont chargés de structurer les groupes de rebelles, représentent de 3 000 à 10 000 soldats selon les périodes[106].

L'usage de l'ukrainien sera plus tard encore renforcé en 2019 par un décret sur les communications professionnelles[107], bien que le russe restera encore très largement très pratiqué dans le pays en 2022[108].

Guerre du Donbass[modifier | modifier le code]

Avril - septembre 2014[modifier | modifier le code]

Le , à la suite de la saisie du bâtiment gouvernemental de Donetsk par des manifestants pro-russes ou des forces spéciales russes (les « petits hommes verts »), selon les sources, la République populaire de Donetsk est proclamée et les séparatistes annoncent la tenue d'un référendum sur le statut de la ville le [109]. À Kharkiv un bâtiment de l'administration régionale est occupé par des manifestants pro-russes qui proclament la « République populaire de Kharkov »[110].

Le lendemain, la Russie fait savoir que l'utilisation de la force par les autorités ukrainiennes pour réprimer les protestations dans l'est du pays pourrait mener à une guerre civile[111]. Le même jour la police et l'armée ukrainienne reprennent le contrôle du bâtiment occupé à Kharkiv[112],[113],[114],[115].

Le , Tourtchynov déclare que l'opération anti-terroriste contre les séparatistes pro-russes a débuté à Donetsk[116].

Le , à l'occasion d'une réunion d'urgence à Genève, la Russie, l'Ukraine, les États-Unis et l'Union européenne se mettent d'accord sur le fait que les formations militaires illégales en Ukraine doivent être dissoutes et que toute personne occupant les bâtiments administratifs doit déposer les armes et les quitter. L'accord ajoute la possibilité d'une amnistie pour tous les manifestants anti-gouvernementaux. Néanmoins, les séparatistes pro-russes à Donetsk refusent l'accord défiant les autorités de Kiev[117],[118],[119]. En cas de non désescalade du conflit, les États-Unis avaient insisté sur le fait de prendre des « mesures additionnelles », c'est-à-dire des sanctions, contre la Russie[120],[121].

À compter du 2 mai 2014, l'armée ukrainienne intervient dans l'est du pays. Durant les quatre premiers mois du conflit les forces rebelles assistées des spécialistes russes parviennent à abattre ou endommager plus de 30 hélicoptères et avions ukrainiens et à acquérir la maitrise du ciel à l'aide de leur système de défense aérienne, une première dans l'histoire militaire. Les drones sont employés massivement des deux côtés. Néanmoins l'armée ukrainienne reprend du terrain en juin et juillet et commence à isoler les sanctuaires sécessionnistes. Face à cette réaction de l'Ukraine, sans doute beaucoup plus importante que prévue, les forces russes s'engagent désormais directement. Une campagne d'artillerie est lancée par l'armée russe le long de la frontière au mois de juillet 2014 contre les forces ukrainiennes. Le 11 juillet une frappe de lance-roquettes multiples détruit en moins de 3 minutes un bataillon ukrainien, situé à 10 kilomètres de la frontière. Une cinquantaine de frappes équivalentes s'abattent sur les forces ukrainiennes pour préparer la pénétration de six groupements tactiques interarmes (GTIA) russes sur le territoire ukrainien. Celles-ci comportent une forte composante d'artillerie, l'infanterie étant fournie principalement par des miliciens locaux et des mercenaires. Les GTIA russes écrasent les forces ukrainiennes à distance par le feu d'obusiers automoteurs et de lance-roquettes multiples et dans certains cas lancent des compagnies de chars pour exploiter le choc produit. L'offensive se poursuit sur une soixantaine de kilomètres de profondeur dans le but de pousser le gouvernement ukrainien à négocier dans les conditions les plus favorables. Les forces russes tentent de s'emparer du port de Marioupol au sud et de l'aéroport de Louhansk au nord. Il en suit des batailles de chars au cours desquelles les vieux T-64 ukrainiens sont écrasés par les chars russes plus modernes. L'armée ukrainienne coincée dans la poche d'Ilovaïsk et assurant la défense de l'aéroport de Louhansk est écrasée par les tirs des mortiers 254 Tyulpan de 240 mm. L'Ukraine est contrainte à rechercher une solution négociée[106].

Accords de Minsk[modifier | modifier le code]

Les représentants des quatre pays avec le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

Afin de trouver une issue diplomatique au conflit dans l'est de l'Ukraine, les dirigeants ukrainien, russe, allemand et français se réunissent plusieurs fois à partir de juin 2014 — la date de la genèse de ces rencontres, le , donne à ces dernières le nom de « format Normandie » — dans de nombreux pays. Ces discussions mèneront à la signature d'un accord de cessez-le-feu le à l'issue du protocole de Minsk. Courant janvier les combats reprennent avec de nouvelles interventions lourdes des forces russes. Les troupes ukrainiennes perdent de nouveau du terrain, ce qui conduit aux accords de Minsk II signés le dans la ville éponyme, en Biélorussie.

De 2015 à 2020[modifier | modifier le code]

Décommunisation du bâtiment du conseil municipal de Mykolaïv. Suppression de l'étoile à cinq branches (l'étoile rouge) et son remplacement par les armoiries de l'Ukraine.

Ces réunions aboutissent à la signature de plusieurs cessez-le-feu qui ne sont pas tous respectés. Le dernier en date a été signé le et fut le plus long depuis le début du conflit en 2014[122].

Tensions dans la mer d'Azov[modifier | modifier le code]

C'est une petite mer d'à peine 35 000 km2 dans laquelle se jette l'un des principaux fleuves russes, le Don. Mais elle est importante. La mer d'Azov est aujourd'hui largement dominée par la Russie. L'annexion de la Crimée par la Russie en 2014, lui a permis de contrôler le détroit qui y donne accès depuis la mer Noire. La presqu'île est aussi reliée à la Russie par le Pont de Crimée, depuis 2018[123].

Crise diplomatique de 2021-2022[modifier | modifier le code]

La crise diplomatique russo-ukrainienne de 2021-2022 est une série d'incidents qui avivent les craintes d'une invasion de l'Ukraine par la Russie dans le cadre du guerre russo-ukrainien débuté en 2014[124].

Invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022[modifier | modifier le code]

Allocution du président russe Vladimir Poutine déclarant le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février 2022 (sous-titrée en russe et en anglais)[125].

Le format Normandie permet de mettre en place un cessez-le-feu entre les régions séparatistes et l'Ukraine le . Cependant, dès , la plus longue interruption de la guerre du Donbass prend fin avec des violations du cessez-le-feu régulières pendant deux mois. Durant cette période, des mouvements de troupes russes aux abords de la frontière ukrainienne sont repérés et augmentent les tensions entre les deux pays — et sur un autre niveau entre la Russie et l'OTAN — et la crainte d'une invasion. Après le retrait de ces troupes fin avril, de nombreux échanges diplomatiques ont lieu entre les capitales occidentales, Kiev et Moscou. À partir de , des images satellites attestent du déploiement massif de troupes russes dans les oblasts situés près de la frontière ukrainienne mais aussi dans la région administrée par la Fédération de Russie, la Crimée, et dans le voblast de Homiel dans le sud de la Biélorussie. C'est à partir de ces positions et après de nombreux mois de tensions que l'armée russe se lance sur le territoire ukrainien le à h UTC+3. Entre-temps, le président russe Vladimir Poutine reconnaît l'indépendance des républiques populaires de Lougansk et Donetsk le avec l'appui des chambres haute et basse du corps législatif.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie suscite de très nombreuses réactions de la part des principales organisations internationales et de la plupart des pays. Le Saint-Siège est aussi passé à l'acte. À la suite de l'invasion, le pape François a visité l'ambassade russe près le Saint-Siège[126]'[127]. François a également envoyé en Ukraine début mars deux cardinaux haut placés avec des aides (cardinal Konrad Krajewski, et cardinal Michael Czerny)[128]. Les deux initiatives furent considérées comme plus qu'inhabituelles de la part de la diplomatie du Vatican[129]. Le 25 mars 2022, le Pape François consacra la Russie et l'Ukraine (voir la consécration de la Russie)[130], dans le contexte des représentations diplomatiques du Saint-Siège.

Pertes ukrainiennes[modifier | modifier le code]

Depuis l'offensive russe du , il était rare que Kiev fasse état de ses pertes. Depuis le début juin, les responsables se sont succédé pour donner leurs estimations qui sont très inquiétantes[131].

Le président Volodymyr Zelensky a commencé en annonçant la mort d'une centaine de combattants et la neutralisation de 500 autres par jour[132]. Le Ministre de la défense, Oleksiy Reznikov, a ensuite confirmé ces chiffres. Enfin, Mykhaïlo Podoliak, un proche conseiller du président Zelensky a avancé une fourchette de 100 à 200 morts et 500 blessés par jour.

Ces déclarations mettent en avant le fait que les pertes sont actuellement surtout dues à des échanges de tirs d'artillerie et de canon automoteur, et que les Russes ont quinze fois plus de pièces, particulièrement dans le Donbass où ils font actuellement effort[133]'[134]. Les Russes ont pour eux une puissance de feu bien supérieure (les estimations évoquent le chiffre de 50.000 à 100.000 obus tirés chaque jour, et de 5 à 10 fois moins du côté ukrainien)[135].

Analyses géopolitiques et socio-économiques[modifier | modifier le code]

Manifestations place de l'Indépendance à Kiev protestant contre l'intervention russe en Crimée, le .
Donetsk, le 24 avril 2015

En , l'ancien secrétaire d'État américain Henry Kissinger juge ainsi la situation dans les colonnes du Washington Post :

« Les Ukrainiens sont l'élément décisif. Ils vivent dans un pays multilingue, à l'histoire complexe. La partie ouest a été incorporée à l'Union soviétique en 1939 quand Staline et Hitler se sont répartis le butin. La Crimée, dont 60 % de la population est russe, n'est devenue une province ukrainienne qu'en 1954, quand Nikita Khrouchtchev, Ukrainien de naissance, l'a offerte lors de la célébration en Russie du 300e anniversaire d'un accord avec les cosaques. L'ouest est majoritairement catholique, l'est est majoritairement russe orthodoxe. L'ouest parle ukrainien, l'est parle essentiellement le russe. Toute tentative d'un côté de l'Ukraine de dominer l'autre – tel qu'en a été le dessein mènerait à terme à une guerre civile ou à une sécession. (…) Vladimir Poutine devrait prendre conscience que, quelles que soient ses doléances, il ne pourra pas imposer militairement sa politique sans déclencher une nouvelle Guerre froide. De leur côté, les États-Unis devraient éviter de traiter la Russie comme un pays aberrant auquel il faut enseigner patiemment des règles de conduite établies par Washington. »[136]

Julien Vercueil analyse dans Le Monde diplomatique les racines de la crise ukrainienne en ces termes :

  • « À la fin des années 2000, deux projets d'intégration régionale prennent forme et conduisent le pays à un dilemme : association avec l'Union européenne ou Union douanière avec la Russie ? Les termes de ce choix contraint ignorent la cohésion économique et sociale de l'Ukraine, tiers exclu de cette logique binaire »[137].
  • « Depuis , l'Union européenne propose un partenariat à l'Ukraine, la Biélorussie, la Moldavie, l'Arménie, la Géorgie et l'Azerbaïdjan. L'offre ne s'étend pas à la Russie, avec laquelle les négociations de partenariat stratégique sont enlisées depuis la « guerre du gaz » de 2006. Pour l'Ukraine, le rapprochement passe par la signature d'un accord de libre-échange complet et approfondi (Aleca). En exportant ses institutions, l'Union européenne prend place dans la concurrence par et pour les normes, enjeu majeur de la mondialisation" De son côté, la Russie a hérité d'un système issu de l'URSS, qui, bien que lacunaire, vieillissant et pesant, encadre encore les relations économiques entre les pays de la CEI. Compte tenu de la contagion que provoque leur diffusion, une pénétration des normes européennes en Ukraine risquerait d'emporter l'ensemble postsoviétique par effet domino. La réaction de la Russie relève donc aussi de la lutte pour la survie d'un système sur lequel son complexe militaro-industriel repose toujours largement »[137].

Pour Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques : « L'Ukraine a toujours été partagée entre ces deux pôles d'influence : la Russie et l'Europe. C'est une division classique et assez ancienne que révèlent de manière exacerbée les soulèvements des dernières semaines, mais cela ne doit pas être perçu comme un retour quelconque à la guerre froide. Pas plus que la Chine, la Russie ne cherche pas à exporter un quelconque modèle national, elle n'offre aucun système collectif alternatif aux États-Unis par exemple. Tout ce que veulent ces puissances, c'est prendre la tête de la course mondiale. On n'est plus dans des systèmes idéologiques qui s'affrontent, mais dans une logique de rivalités nationales (…) La Russie, dont on oublie trop le type d'humiliation — à la fois sociale, économique et politique — qu'elle a subi dans les années 1990, avec un PNB réduit de moitié, une influence largement diminuée sur le plan international, etc. veut retrouver son influence. Pour Poutine, qui a souvent dit que la plus grave catastrophe géopolitique du XXIe siècle était la disparition de l'Union soviétique, il ne s'agit pas aujourd'hui de recréer une Union soviétique avec un système d'alliances et de pays communistes à même de contester le modèle capitaliste occidental. Il s'agit de faire en sorte que la Russie soit respectée, quitte à ce qu'elle soit crainte et non aimée. (…) On a encore trop tendance à voir les choses de façon manichéenne : les bons d'un côté, les méchants de l'autre ; nous d'un côté, eux de l'autre… Ce logiciel de lecture très « guerre froide » ne fonctionne pas dans un monde aussi pluriel et divers que le nôtre »[138].

Pour le géopolitologue Alexandre del Valle : « Pour revenir à l'Ukraine, Poutine estime qu'il ne peut en aucun cas laisser un gouvernement radicalement anti-russe gouverner un pays situé dans sa sphère d'influence stratégique (« étranger proche »), sachant qu'une partie importante de la population ukrainienne est russe ou russophone. D'après le président russe, c'est le crédit géopolitique même de la Russie qui est en jeu. (…) Pour Vladimir Poutine, Moscou a donc tout autant le droit de défendre ses bases stratégiques donnant accès aux mers chaudes (Syrie, Crimée, etc.) que les Occidentaux défendent leurs bases partout et jusqu'aux portes d'espace russe. Rappelons par ailleurs que la Crimée, ancienne « Côte d'azur russe », est devenue ukrainienne par la négation (soviétique) des aspirations de ses habitants, puisqu'elle fut « donnée » à l'Ukraine par le dictateur soviétique Khrouchtchev. Ce fut aussi le cas du Haut-Karabagh, région arménienne « donnée » à l'Azerbaïdjan par Staline, origine d'un interminable conflit entre ces deux pays. On pourrait aussi s'étonner du fait que les mêmes occidentaux désireux de « sanctionner » Poutine pour la Crimée passent leur temps à absoudre la Turquie qui occupe illégalement depuis 1974 et colonise l'île de Chypre, pourtant membre de l'Union européenne… Mais il est vrai que la Turquie est un membre important de l'OTAN, ce qui donne des droits différents… On constate ici les sérieuses limites du principe du droit international « d'intangibilité des frontières » »[139].

Enfin, cette crise constitue de facto de la part de la Russie, une violation unilatérale du traité international de sécurité et désarmement nucléaire de l'Ukraine, dit « mémorandum de Budapest ». Par ce traité, signé le , l'Ukraine accepte de se défaire de l'énorme stock d'armes nucléaires dont elle a hérité à la dislocation de l'URSS (1 900, transférées en Russie pour démantèlement) et d'adhérer au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). En contrepartie, l'Ukraine recevait des garanties de la Russie, des États-Unis et du Royaume-Uni, rejoints plus tard par la Chine et la France, pour sa sécurité, son indépendance et son intégrité territoriale :

  • respecter l'indépendance et de la souveraineté ukrainienne dans ses frontières actuelles ;
  • s'abstenir de toute menace ou usage de la force contre l'Ukraine ;
  • s'abstenir d'utiliser la pression économique sur l'Ukraine en vue d'influencer sa politique ;
  • demander l'aval du Conseil de sécurité des Nations unies si des armes nucléaires sont utilisées contre l'Ukraine ;
  • s'abstenir d'utiliser des armes nucléaires contre l'Ukraine ;
  • consulter les autres parties prenantes si des questions se posent au sujet de ces engagements[140].

Le président Poutine se justifiera de cette violation en dénigrant ce traité, conclu sous la présidence de Boris Eltsine[141].

Cette violation constitue un événement majeur et un précédent au plan des politiques internationales de non-prolifération et de désarmement nucléaire, en mettant en doute le caractère effectif des garanties de sécurité que tout État « proliférant » pourrait obtenir en échange d'un renoncement volontaire au nucléaire militaire, et donne a contrario à ces États un argument fort quant au caractère irremplaçable de l'arme nucléaire pour assurer leur souveraineté et leur indépendance.

Conséquences extra-politiques[modifier | modifier le code]

L'Ukraine avait été désignée hôte du championnat d'Europe de basket-ball 2015 en [142], la sélection masculine livrant des performances remarquées aux Euros 2011 et 2013 ainsi qu'à la coupe du Monde 2014 pour sa première participation[143]. Cependant les divers événements relatés ci-dessus incitèrent la France à se porter candidate en en cas de délocalisation de l'évènement[144], ce qui se produit un mois plus tard[145]. Le , la France, ainsi que la Croatie, l'Allemagne et la Lettonie, sont déclarées par la FIBA Europe co-organisatrices du tournoi[146].

Depuis son arrivée au pouvoir au début des années 2000, Vladimir Poutine a fait du sport un élément central du Soft power de Moscou[147]. La vague de critiques et de sanctions après l'invasion de l'Ukraine – dont l'exclusion de la Russie de la Coupe du monde de football 2022[148] – met à mal l'édifice bâti par le maître du Kremlin[149].

Les experts avertissent que la guerre en Ukraine pourrait augmenter la faim et l’insécurité alimentaire[150] pour certaines personnes en Afrique[151]. La plupart des pays africains importent du blé et de l’huile végétale d’Ukraine et de Russie, une région maintenant engloutie dans un conflit depuis que la Russie a envahi son voisin[152].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le moment précis où la guerre russo-ukrainienne commence est débattu[2]. Il reste « certaines contradictions et des problèmes inhérents » concernant la date du début de l'annexion de la Crimée[3]. L'Ukraine revendique le comme la date du « début de l'occupation temporaire de la Crimée et de Sébastopol par la Russie », citant le délai inscrit sur la médaille « Pour le retour de la Crimée »[4], et en 2015 le parlement ukrainien a officiellement désigné cette date comme telle[5]. En , le parlement modifie la date officielle de la première occupation du territoire ukrainien au , précisant certaines plates-formes gazières et pétrolières sur le plateau continental ukrainien. Le début officiel de l'occupation de la Crimée et de Sébastopol reste le [6]. (Le marquait le soixantième anniversaire du transfert de la Crimée de la république socialiste fédérative soviétique de Russie à la république socialiste soviétique d'Ukraine en 1954, lui-même le 300e anniversaire du traité de Pereïaslav (1654) et célébré comme le tricentenaire de l'union de l'Ukraine à la Russie (en) en Union soviétique[7],[8],[9].) Le , Vladimir Konstantinov (en), alors président du conseil républicain de Crimée et représentant du Parti des régions, a exprimé son opinion sur la sécession de la région de l'Ukraine[10]. Le , l'ambassadeur russe en Ukraine (en), Mikhaïl Zurabov (en), a été rappelé à Moscou en raison de la « détérioration de la situation en Ukraine ». Début , le président Poutine a déclaré dans un film russe sur l'annexion de la Crimée (en) qu'il avait ordonné l'opération visant à « restituer » la Crimée à la Russie à la suite d'une réunion d'urgence qui s'est tenue toute la nuit du 22 au [3],[11] En 2018, le ministre russe des Affaires étrangères a affirmé que la « date de début » plus précoce de la médaille « Pour le retour de la Crimée » était due à un « malentendu technique »[12]. Officiellement, l'Ukraine reconnaît que l'occupation des oblasts de Donetsk et Louhansk a commencé le [6].
  2. Comprend 400-500 militaires russes (affirmation américaine, )[27].
  3. De nombreux pays ont apporté leur soutien à l'Ukraine à des degrés divers, sans pour autant devenir des belligérants dans la guerre, tandis que la Biélorussie a permis aux forces russes d'accéder au territoire pour l'invasion de 2022.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « EuroMaidan rallies in Ukraine – Nov. 21–23 coverage », sur Kyiv Post, .
  2. (en) Yevhen Mahda, Russia's Hybrid Aggression: Lessons for the World, Kiev, ТОВ "Каламар",‎ (ISBN 978-966-97478-6-0, lire en ligne), p. 77–82
  3. a et b (en) Roger N. McDermott, The Return of the Cold War: Ukraine, the West and Russia, London, J.L. Black et Michael Johns, , 99–129 p. (ISBN 978-1-138-92409-3, OCLC 909325250, DOI 10.4324/9781315684567-5, lire en ligne), « Brothers Disunited: Russia's use of military power in Ukraine »
  4. (en) « 7683rd meeting of the United Nations Security Council. Thursday, 28 April 2016, 3 p.m. New York » : « Mr. Prystaiko (Ukraine): ... In that regard, I have to remind the Council that the official medal that was produced by the Russian Federation for the so-called return of Crimea has the dates on it, starting with 20 February, which is the day before that agreement was brought to the attention of the Security Council by the representative of the Russian Federation. Therefore, the Russian Federation started – not just planned, but started – the annexation of Crimea the day before we reached the first agreement and while President Yanukovych was still in power. »
  5. (uk) « 'Няша' Поклонська обіцяє бійцям 'Беркута' покарати учасників Майдану », sur Segodnia (consulté le )
  6. a et b (uk) « Рада визнала 19 лютого 2014 року початком тимчасової окупації росією територій України », Ukrinform,‎ (consulté le )
  7. (en) Matteo Nicolini (dir.), Francesco Palermo (dir.), Enrico Milano, Oleksandr Yarmysh et Alina Cherviatsova, « Transferring Crimea from Russia to Ukraine : Historical and Legal Analysis of Soviet Legislation », dans Law, Territory and Conflict Resolution : Law as a Problem and Law as a Solution, Leyde, Brill, (ISBN 978-90-04-31129-9, lire en ligne), p. 145-173
  8. (en) Oleksandr Zadorozhnii, Russian Doctrine of International Law After the Annexation of Crimea, Kiev, Yuri Marchenko, (ISBN 978-617-684-139-5, lire en ligne), p. 83
  9. (en) Michael Cox (dir.), Doug Stokes (dir.) et Peter Rutland, US Foreign Policy, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-870757-8, lire en ligne), chap. 14 (« US Foreign Policy in Russia »), p. 219-237
  10. (uk) « Спікер ВР АРК вважає, що Крим може відокремитися від України », sur Ukrayinska Pravda (consulté le )
  11. (en) « Putin describes secret operation to seize Crimea », Yahoo News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. (en) Roman Tsymbaliuk, « Russia's Orwellian "diplomacy" », sur UNIAN, (consulté le )
  13. « Donbass : qui sont les rebelles pro-russes dans l'est de l'Ukraine et comment se financent-ils ? », rtl.be,‎ (lire en ligne)
  14. (en-GB) Yaroslav Lukov et Paul Kirby, « Snake Island: Why Russia couldn't hold on to strategic Black Sea outcrop », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. (ru) « Захарова: РФ и Беларусь вынуждены реагировать на наращивание сил НАТО у общих границ » [« Zakharova : La Russie et la Bielorussie sont forcées de répondre à l'augmentation des forces de l'OTAN près de leur frontière commune »] [archive du ], sur Rossiyskaya Gazeta (consulté le ) : « На брифинге Захарова подчеркнула, что на происходящее Москва и Минск вынуждены адекватно реагировать. В частности, путем совместного патрулирования воздушного пространства, регулярных совместных тренировок, а также учений. Так, уже в феврале пройдет совместное учение "Союзная решимость-2022". На территорию Беларуси уже начали прибывать подразделения из состава ВС РФ. »
  16. (en) « Conflict-related civilian casualties in Ukraine »
  17. a b c et d (uk) « ООН підрахувала кількість жертв бойових дій на Донбасі », sur Radio Liberty,‎ (consulté le )
  18. (uk) « uk:Книга пам'яті загиблих » [« Memorial Book to the Fallen »], sur Herman Shapovalenko, Yevhen Vorokh, Yuriy Hirchenko (consulté le )
  19. « Книга пам'яті загиблих », sur memorybook.org.ua (consulté le )
  20. (en) « UNIAN: 70 missing soldiers officially reported over years of war in Donbas », Ukrainian Independent Information Agency,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. (en) « Militants held in captivity 180 Ukrainian servicemen » [archive du ] (consulté le )
  22. (en) Isaac Webb, « An Eye for an Eye: Ukraine's POW Problem » [archive du ], sur The Moscow Times, (consulté le )
  23. (en) « Donbas rebels still hold 300 Ukraine army servicemen and civilians prisoners », sur zik.ua,
  24. (en) John Pike, « Ukrainian Military Personnel », sur www.globalsecurity.org
  25. « В жертву "Оплотам": Почему тормозит модернизация Т-64 », sur www.depo.ua
  26. (en) « The overview of the current social and humanitarian situation in the territory of the Donetsk People's Republic as a result of hostilities between 23 and 29 January 2021 », Human rights Ombudsman in the Donetsk People's Republic (consulté le )
  27. (en) Annyssa Bellal, The War Report: Armed Conflict in 2014, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-876606-3, lire en ligne), p. 302
  28. Sébastien Gobert, « L'Ukraine se dérobe à l'orbite européenne : Un pays-clé écartelé entre Est et Ouest », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne).
  29. « La présence de soldats russes dans l'est de l'Ukraine inquiète », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Ukraine : la Russie toujours accusée de fournir des armes aux séparatistes » Accès libre, Le Monde, (consulté le ).
  31. (en) Parquet national (Landelijk Parket), « JIT: Flight MH17 was shot down by a BUK missile from a farmland near Pervomaiskyi », sur Ministère public (om.nl), .
  32. « MH17 abattu en Ukraine: le missile provenait d'une unité militaire russe », sur ladepeche.fr, .
  33. Ronan Tésorière, « Ukraine : l'armée russe envoyée dans les territoires séparatistes pour «maintenir la paix» », sur leparisien.fr, (consulté le )
  34. « Conflit Ukraine - Russie: Poutine reconnaît les territoires séparatistes prorusses et y déploie son armée… », sur 20minutes.fr (consulté le )
  35. « Conflit Ukraine – Russie EN DIRECT : Poutine lance une opération militaire « massive »… Des explosions à Kiev et plusieurs villes du pays… », sur 20minutes.fr (consulté le )
  36. « L'Ukraine scandalisée par le calvaire d'une jeune femme violée et brûlée », sur LExpress.fr, (consulté le )
  37. (en) « U.S. Spent $65M To Aid Ukrainian Groups » Accès libre, sur foxnews.com, (consulté le )
  38. (en) Victoria Nuland, Assistant Secretary, « Remarks at the U.S.-Ukraine Foundation Conference », sur Département d'État des États-Unis, Bureau of European and Eurasian Affairs (Washington, DC), (consulté le ).
  39. (en) Nafeez Ahmed, « Ukraine crisis is about Great Power oil, gas pipeline rivalry », sur the Guardian, (consulté le ).
  40. (en) Katie Sanders, « The United States spent $5 billion on Ukraine anti-government riots », sur Politifact, (consulté le ).
  41. Claire Gatinois, « En pleine crise politique, l'Ukraine est au bord du défaut de paiement », sur Le Monde, (consulté le ).
  42. Aline Robert, « Pourquoi l'Ukraine se rapproche de la faillite », sur 20 minutes, (consulté le ).
  43. Pierre Avril, « La Russie tend les bras à l'Ukraine », sur Le Figaro, (consulté le ).
  44. (en) « Nearly 45 percent of Ukrainians say European Union membership essential », sur KyivPost, (consulté le ).
  45. « Le fils du président double sa fortune en un an », sur 20 minutes, (consulté le )
  46. « Ukraine : les archives de Ianoukovitch s'étalent sur les réseaux sociaux », sur Archimag (consulté le )
  47. a et b « Ukraine: politique relative à la langue ukrainienne », sur www.axl.cefan.ulaval.ca (consulté le )
  48. « L'opposition ukrainienne exige le départ de Ianoukovitch pour son refus de l'UE » Accès libre, Le Monde, (consulté le ).
  49. Mathilde Gérard, « À Kiev, « en 2004 on se battait pour une personne, aujourd'hui on se bat pour une idée » » Accès libre, Le Monde, (consulté le ).
  50. Jacques Sapir, Le Figaro, « La raison plus que l'idéologie », p. 14, 4 mars 2014.
  51. (en) « Numerous parties, associations plan rallies in Kyiv on Sunday », sur Kyiv Post, (consulté le ).
  52. (en) Daryna Shevchenko, « Heavy police protection, just for Vladimir Lenin statue », sur Kyiv Post, (consulté le )
  53. (ru) « Le Bloc Russe et le Parti Communiste organisent un Anti-Maïdan (В Севастополе "Русский блок" и КПУ собирают анти-майдан) », sur newdaynews.ru,‎ (consulté le ).
  54. « En Ukraine, des fascistes contre des nazis? » Accès libre, sur slate.fr, (consulté le )
  55. « Le Kremlin multiple les références à la seconde guerre mondiale », Le Monde, (consulté le )
  56. « L'Ukraine reconnaît avoir été dissuadée par la Russie de signer avec l'UE », sur Libération, (consulté le ).
  57. (uk) « Кравчук, Кучма і Ющенко підтримали Євромайдан і кличуть всіх за стіл », sur Pravda,‎ (consulté le ).
  58. (uk) « ВР Криму: Майдан стає некерованим », sur Pravda,‎ (consulté le ).
  59. « Ukraine : des athlètes quittent Sotchi », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  60. Claire Gatinois, « A Kharkiv, la statue de Lénine survivra à la révolution », Le Monde, (consulté le ).
  61. « À Kharkiv, les deux Ukraine se font face », Le Monde, (consulté le ).
  62. Piotr Smolar, « L'Est ne reconnaîtra jamais les nouvelles autorités », Le Monde, (consulté le ).
  63. a et b Louis Imbert, « En Crimée, bastion pro-russe : « Kiev a été prise par des fascistes » », Le Monde, (consulté le ).
  64. (en) « Combat Ready? Putin Orders Military Drill as Ukraine Simmers », NBC News, .
  65. (en) « Russian Moves Raise Stakes in Ukraine Conflict », sur Hamodia, (consulté le ).
  66. (en) « About 50 armed men in military uniform seize Simferopol Airport in early hours of Friday », sur Interfax-Ukraine (consulté le ).
  67. « En Crimée, les aéroports bloqués et les prorusses déployés » Accès libre, sur Le Monde, (consulté le )
  68. « Crimée: des hommes armés patrouillent à l'extérieur de l'aéroport de Simferopol » Accès libre, sur nouvelobs.com, (consulté le )
  69. (en) « Ukraine's Crimea main airport closed », sur Reuters, (consulté le ).
  70. « Ukraine : des hélicoptères russes survolent la Crimée », Le Monde, (consulté le ).
  71. Sébastien Gobert, « Oui, ce sont des soldats russes », Libération, (consulté le ).
  72. (en) Alessandra Prentice et Pavel Polityuk, « Le Sénat russe approuve l'envoi de troupes en Crimée », sur fr.news.yahoo.com, .
  73. « Ukraine la tension est à son comble en Crimée », sur Europe 1, .
  74. « L'Ukraine rappelle l'ensemble de ses réservistes », sur France 24, (consulté le ).
  75. (en) « Ukraine closes airspace for military aviation », sur Ukrinform (consulté le ).
  76. « Ukraine : Jusqu'où est prête à aller Vladimir Poutine » Accès libre, sur atlantico.fr, (consulté le ).
  77. (en) « New head of Ukraine's navy 'defects' in Crimea », sur BBC (consulté le ).
  78. (en) « Kerry Heading to Ukraine as Russia Tightens Grip on Crimea », sur Voice of America, (consulté le )
  79. (en) « Synthèse Reuters sur la crise en Crimée »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur uk.reuters.com.
  80. (en) « russian troops sent to russian base in Sebastopol »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur imgace.com.
  81. (en) « us calls on russia to withdraw forces from Ukraine »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), The Washington Post.
  82. (en) « ukrainian volunteers prepare for war as military on high-alert »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur kyivpost.
  83. Renaud Girard, Le Figaro, p. 2, 4 mars 2014.
  84. « allocution à Genève de M. Sergueï Lavrov »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur euronews.
  85. (en) Ali Weinberg, « John Kerry: ‘All Options on the Table' to Hold Russia Accountable in Ukraine », sur euronews, .
  86. (uk) « имошенко каже, що Росія ввела війська в Україну через Януковича », sur unian.ua,‎ .
  87. (uk) « Росія прагне повної капітуляції України – Тимошенко », sur unian.ua,‎ .
  88. « Le parlement de Crimée veut un rattachement de la péninsule à la Russie, Kiev demande sa dissolution », sur La Tribune, (consulté le ).
  89. « Affrontements entre pro-russes et pro-ukrainiens », sur La Tribune, (consulté le ).
  90. « Ukraine : manifestation pro-russe à Donetsk », sur La Tribune, (consulté le ).
  91. « Ukraine : la Crimée se déclare indépendante, Kiev n'enverra pas de troupes », sur lemonde.fr, .
  92. « La Crimée demande officiellement son rattachement à la Russie », sur RTS.ch, (consulté le ).
  93. a b c et d « Le chef du Parlement nommé Président par intérim », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  94. a et b Propos recueillis par Piotr Smolar, « En Ukraine, "l'est ne reconnaîtra jamais les nouvelles autorités », sur Le Monde, .
  95. Élisabeth Guigou, en charge en France de la Commission des Affaires étrangères considère que l'État ukrainien a été soumis a une kleptocratie depuis des lustres - Matinale France Inter le 2 mars 2014.
  96. Article du Figaro du 24 février 2014, p. 7.
  97. (ru) « Portail Censor.net : Les trésors de Pchonka : icônes anciennes, tableaux volés… », sur Censor.net, (consulté le ).
  98. (en) « Ianoukovitch, l'ancien président en fuite, recherché pour « meurtres de masse », reste introuvable », Kyiv Post, .
  99. « Les forces Berkout dissoutes par décret ministériel »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur RIA Novosti.
  100. « Ukraine: la Rada abroge la loi sur le statut du russe », RIA Novosti,‎ (lire en ligne [archive du ]).
  101. « Les écoles de langue russe en Ukraine passent à la langue d'enseignement ukrainienne - Relation France-Ukraine », sur www.franceukraine.fr (consulté le )
  102. « En Crimée, bastion prorusse : « Kiev a été prise par des fascistes » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  103. « Des manifestations pro-russes massives dans l'est de l'Ukraine »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur fr.news.yahoo.com, .
  104. « Démonstrations pro-russes dans les villes de l'est de l'Ukraine », sur RTS.ch, (consulté le ).
  105. « Deux morts dans une fusillade à Kharkiv », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  106. a et b Michel Goya, « Russie : quelle puissance militaire ? - Les expériences récentes des forces terrestres russes », Défense et Sécurité internationale, vol. hors série 71,‎ , p. 57-59 (lire en ligne).
  107. « Kiev adopte une loi renforçant l'usage de l'ukrainien », sur LEFIGARO, (consulté le )
  108. « Ukraine: dans les faits, la langue russe très largement pratiquée dans le pays », sur RFI, (consulté le )
  109. (en) « Pro-Moscow activists proclaim Ukraine city ‘Donetsk people's republic' », The Irish Times, .
  110. (en) « Pro-Russian Protesters Declare 'People's Republic' In Kharkiv », sur Radio Free Europe/Radio Liberty, .
  111. (en) « Russia warns of civil war if Ukraine uses force to quell eastern revolt », sur CNN, .
  112. « Ukraine : Kharkiv « libérée des séparatistes » », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  113. « Ukraine : l'administration à Kharkiv "libérée des séparatistes" », L'Obs,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  114. Benoît Vitkine, « Kiev essaie de garder le contrôle de Kharkiv », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  115. (en) Olga Rudenko, « Kharkiv settles down, while pro-Russian separatists still hold buildings in Luhansk, Donetsk », sur KyivPost, (consulté le ).
  116. (en) « Ukraine says Donetsk 'anti-terror operation' under way », sur BBC News, .
  117. « Ukraine : des troupes russes à la frontière « en raison de la situation » », Le Parisien, .
  118. (en) « Eastern Ukraine militants snub Geneva deal on crisis », sur BBC News, .
  119. « UKRAINE. Les pro-russes continuent d'ignorer l'accord de Genève », L'Obs, .
  120. M.G., « Ukraine : pas de nouvelles sanctions contre Moscou avant jeudi », sur BFM TV, .
  121. « Ukraine : les États-Unis préparent « activement » de nouvelles sanctions contre la Russie », sur RTL, .
  122. « Situation en Ukraine : l'action de la France », sur diplomatie.gouv.fr, .
  123. « La mer d'Azov attise les tensions entre Ukraine et Russie », sur lesechos.fr, .
  124. Benoît Vitkine, « L'Ukraine en alerte après le début d'exercices militaires russo-biélorusses », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  125. « Voici l'allocution de Vladimir Poutine annonçant l'intervention armée en Ukraine », sur nicematin.com, (consulté le ).
  126. « Le pape François s'est rendu à l'ambassade de Russie près le Saint-Siège », sur aleteia.org, .
  127. (en) Philip Pullella, « Departing from protocol, pope goes to Russian embassy over Ukraine », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  128. « Le pape François envoie deux cardinaux en Ukraine pour promouvoir la paix », sur La Presse, (consulté le )
  129. (en) Associated Press, « Pope Francis dispatches 2 cardinals to Ukraine », sur POLITICO (consulté le ).
  130. « Le Pape a consacré l'Ukraine et la Russie au Cœur Immaculé de Marie - Vatican News », sur www.vaticannews.va, (consulté le )
  131. « Les pertes Ukrainiennes », sur raids.fr, .
  132. « Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky perd entre 60 et 100 hommes par jour », sur yahoo.com, .
  133. « Guerre en Ukraine, en direct : l’armée ukrainienne abandonne le centre de Sievierodonetsk, la ville est contrôlée à près de 80 % par les forces russes », sur lemonde.fr, .
  134. (en) « Enemy death toll update: 33,150 Russian invaders eliminated since war-start » [« Mise à jour sur le nombre de morts ennemis : 33 150 envahisseurs russes éliminés depuis le début de la guerre »], sur Infographies, .
  135. La Russie rassemble 70% de la puissance de feu militaire.
  136. (en) « Henry Kissinger: To settle the Ukraine crisis, start at the end », sur The Washington Post, .
  137. a et b Julien Vercueil, « Aux racines économiques du conflit ukrainien », sur Le Monde Diplomatique, .
  138. « Pascal Boniface : « Partout dans le monde, l'opinion publique prend le pouvoir » », sur Le Nouvel Economiste, .
  139. Alexandre del Valle, « Les racines géopolitiques de la crise ukrainienne et de la brouille russo-occidentale », sur Atlantico, (consulté le ).
  140. « Guerre en Ukraine : qu'est-ce que le mémorandum de Budapest, censé garantir l'intégrité de l'Ukraine ? », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  141. « Russie : les confidences glaçantes de Vladimir Poutine à Bill Clinton », sur rtl.fr, .
  142. « L'Ukraine hésite à organiser l'Euro de basket en 2015 », sur Le Monde, (consulté le )
  143. (en) Jon Pastuszek, « Pooh Jeter leads Ukraine to first ever 2014 FIBA Basketball World Cup berth », sur niubball.com, (consulté le ).
  144. « La France officiellement candidate pour 2015 », L'Équipe, (consulté le ).
  145. « Basket : la Fiba retire l'organisation de l'Euro-2015 à l'Ukraine », Le Point, (consulté le ).
  146. « La France obtient l'organisation de l'Euro 2015 », L'Équipe, (consulté le ).
  147. « Face à la Russie, le monde du sport se mobilise et dénonce la guerre en Ukraine », sur tv5monde.com, .
  148. « Guerre en Ukraine : la Russie exclue de la Coupe du monde de football - « La FIFA et l'UEFA ont décidé que toutes les équipes russes, qu'il s'agisse d'équipes nationales ou de clubs, seront suspendus de la participation aux compétitions Fifa et UEFA jusqu'à nouvel ordre », sur lefigaro.fr, .
  149. « Guerre en Ukraine : Les instances sportives ont pris leurs responsabilités en excluant la Russie », sur france24.com, .
  150. « L’ONU met en garde contre une famine mondiale à cause de la guerre en Ukraine », sur ONU, .
  151. « La guerre en Ukraine aggravera la faim et la pauvreté en Afrique », sur lesafriques.com, .
  152. (en) « Ukraine War to Compound Hunger, Poverty in Africa, Experts Say » [« La guerre en Ukraine pour aggraver la faim et la pauvreté en Afrique, selon les experts »], sur voanews.com, .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ioulia Shukan, Génération Maïdan : vivre la crise ukrainienne, La Tour-d'Aigues, coll. « Document », (ISBN 978-2-8159-1503-8, EAN 9782815915038, BNF 45122667).
  • Guillaume Herbaut (préf. Sophie Bernard), Ukraine : de Maïdan au Donbass, Malakoff, , 75 p. (ISBN 978-2-35130-078-7, BNF 43888944).
  • Jean-Michel Vernochet, Ukraine : l'engrenage : de la révolution orange à l'indépendance de la Crimée via la colère du Maïdan : chroniques 2004-2014, Alfortville, coll. « Vie politique » (no 16), , 170 p. (ISBN 978-2-917329-69-6, ISSN 1778-2635, BNF 43829438).
  • Laurent Chamontin, Ukraine et Russie : Pour comprendre, Diploweb, , 106 p. (ISBN 979-1-0926-7608-2).
  • Pierre Lorrain (journaliste), L'Ukraine, une histoire entre deux destins, Bartillat, , 670 p. (ISBN 978-2-8410-0573-4).
  • H. Burak Uyaniker, La guerre des deux sœurs au Donbass : Guerre russo-ukrainienne, Editions Notre Savoir, , 108 p. (ISBN 978-6-2036-4164-6)Document utilisé pour la rédaction de l’article.
  • (en) Daria Platonova (trad. Le conflit du Donbass en Ukraine : élites, protestation et partition), The Donbas Conflict in Ukraine: Elites, Protest, and Partition, Taylor & Francis Ltd, , 272 p. (ISBN 978-1-0321-0114-9).
  • Isabelle Mandraud et Julien Théron, Poutine - La stratégie du désordre, Tallandier, , 320 p. (ISBN 979-1-0210-4572-9).
  • Benoît Vitkine, Donbass (Prix Albert-Londres), Le Livre de Poche, , 320 p. (ISBN 978-2-2530-7945-3).
  • Collectif, Guerre Russie Ukraine : Invasion de l'Ukraine par la Russie (Le conflit entre la Russie et l'Ukraine a de longues origines / Que veut vraiment Vladimir Poutine en Ukraine / La bataille pour l'avenir de l'Occident), Independently published, , 70 p. (ISBN 979-8-4378-1649-3).
  • (en) Ukraine Russia History Today (trad. La guerre entre l'Ukraine et la Russie, une histoire de conflit d'aujourd'hui : l'éclatement de l'Union soviétique ukrainienne russe, également pour les adolescents et les enfants en 2022 et au-delà), Ukraine Russia War a History of Conflict Today: Russian Ukrainian Soviet Union Breakup, Also for Teens & Kids in 2022 & Beyond, Ukraine Russian Conflict Book, , 123 p. (ISBN 978-1-9150-0221-1).
  • Sacha Stojkovic, Le conflit russo-ukrainien : Ses origines et la situation actuelle, , 9 p., Format Kindle (14-18 ans) (ASIN B09R1777KL).
  • Marc Endeweld, Guerres cachées. Les dessous du conflit russo-ukrainien, Seuil, , 144 p. (ISBN 978-2-0215-1917-4).
  • Lucien Cerise, UKRAINE : La guerre hybride de l’OTAN, Culture & Racines, , 372 p. (ISBN 978-2-4918-6131-5).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Guerre russo-ukrainienne.

Dossiers[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Carte des principaux pipelines de transport de gaz naturel russe existants proposés à l'Europe. La Russie fournit un quart de la consommation de gaz de l'UE, surtout par transit à travers l'Ukraine. En limites de la zone actuelle de conflit, les pipelines Soïouz et Droujba passent dans le nord et au centre du Donbass.
Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Liens externes[modifier | modifier le code]