Résistance ukrainienne lors de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carte de la situation de l'invasion russe de l'Ukraine en 2022, avec les territoires occupés par la Russie en rouge. La résistance partisane est la plus importante dans les terres occupées du sud de l'Ukraine.

Lors de l'invasion russe de l'Ukraine en 2022, la Russie a occupé de vastes portions du territoire ukrainien. Certains territoires, plus précisément des parties des oblasts de Donetsk et de Louhansk ainsi que l'ensemble de la République autonome de Crimée, étaient déjà sous occupation russe depuis 2014. Après le début de l'invasion, des mouvements de résistance partisane ukrainiens se sont organisés dans les territoires occupés par la Russie, y compris dans des villes comme Kherson et Melitopol.

Mouvement de résistance[modifier | modifier le code]

Le , lors d'une interview télévisée, le maire de Melitopol, occupé par la Russie, Ivan Fedorov, a déclaré que, selon les services de renseignement ukrainiens, des partisans ukrainiens avaient tué 100 soldats russes dans la ville, principalement des patrouilles de police russes et principalement dans des embuscades nocturnes. Feodorov a également affirmé que l'armée russe avait du mal à faire face à ces partisans car la majorité de la population de Melitopol était contre la présence russe[1].

Le , le gouverneur de l'oblast de Mykolaïv (en), Vitaliy Kim, a déclaré qu'il y avait eu une résistance contre l'armée russe dans l'oblast de Kherson pendant deux mois et que les partisans ukrainiens avaient tué 80 soldats russes dans la région[2].

Le , 24 Kanal (en) a rapporté que des partisans de Nova Kakhovka occupée avaient laissé une banderole avec un message sur un poteau dans la ville. Il disait : « Occupant russe ! Sachez ! Kakhovka, c'est l'Ukraine ! Nous sommes proches ! Nos gens travaillent déjà ici ! La mort vous attend ! Kakhovka, c'est l'Ukraine[3] ! »

Le , des membres de la dénommée "Armée partisane de Berdiansk" (BPA) ont publié une vidéo sur Telegram appelant les troupes russes à quitter Berdiansk. Ils ont annoncé qu'ils organisaient leurs forces et qu'ils étaient « prêts à sortir de l'ombre ». Le récit de cette organisation a été utilisé pendant l'invasion pour rassembler et montrer des preuves de crimes russes dans la ville et des informations sur des collaborateurs de l'armée russe (en) à Berdiansk[4].

Le , Oleksiy Reznikov, le ministre de la Défense de l'Ukraine, a évoqué les défaites et les difficultés que les troupes russes avaient connues en Ukraine depuis le début de l'invasion. Reznikov a également parlé des partisans de Kherson, Melitopol et d'autres localités, les qualifiant de « contribution importante à la victoire commune »[5].

Le , à Enerhodar occupée, des partisans ukrainiens ont fait exploser un explosif devant un immeuble résidentiel où se trouvait le maire de la ville nommé par les Russes, Andrei Chevtchik. Chevtchik et ses gardes du corps ont subi des blessures de gravité variable, et Chevtchik s'est retrouvé en soins intensifs. Il a d'abord été emmené dans un hôpital d'Enerhodar, puis dans un autre à Melitopol[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]