Natalia Poklonskaïa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondue avec Natalia Podolskaya, chanteuse biélorusse.
Natalia Vladimirovna Poklonskaïa
Image illustrative de l'article Natalia Poklonskaïa
Fonctions
Emblem gosduma.svg Député douma d'Etat de l'assemblée Fédérale de la Fédération de russie de la huitième législature
En fonction depuis le
Président Vladimir Poutine
Flag of Russia.svg Procureur République de Crimée
Président Vladimir Poutine
Successeur Oleg Камшилов
Prosecutor of Ukraine.png Principal procureur du bureau du procureur général de l'Ukraine
Biographie
Date de naissance (37 ans)
Lieu de naissance village Mikhailovka, RSS d'Ukraine
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Nationalité Drapeau de l'Ukraine UkraineDrapeau de la Russie Russie

Natalia Vladimirovna Poklonskaïa (russe : Ната́лья Влади́мировна Покло́нская), née le est une femme politique russe, députée à la Douma d'Etat de la Fédération de Russie (7e législature), présidente de la commission de vérification de la régularité des informations sur les revenus, les biens et obligations présentées par les députés, vice-présidente du comité pour la sécurité et la lutte contre la corruption, membre de la commission d'examen des dépenses du budget fédéral de la défense de la Russie, de la sécurité nationale et de la police depuis le 5 octobre 2016[1].

Elle a été auparavant nommée le procureure générale de la République de Crimée, fonction dont elle démissionne le en raison de son élection lors des élections législatives russes de 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natalia Poklonskaïa est née le 18 mars 1980 dans le village de Mikhaïlovka, Oblast de Vorochilovgrad (aujourd'hui oblast de Louhansk)[2]. En 1990, sa famille déménage à Yevpatoria en Crimée[3].

Elle sort diplômée de l'université de Yalta[4] en 2002. En 2011, à Simferopol, elle intervient comme procureur de la République dans le procès médiatisé d'un ancien adjoint du Conseil suprême de Crimée, accusé d'appartenir à une bande armée dénommée Bachmaki[5]. La même année, elle est nommée procureure du district de Simferopol[6],[7]. Ensuite, elle est mutée au Bureau du procureur général ukrainien à Kiev[8], où elle a exercé comme procureur principal jusqu'en 2014.

Le 25 février 2014, Natalia Poklonskaïa démissionne en affirmant qu'« [elle a] honte de vivre dans un pays où des néofascistes ont été autorisés à marcher librement dans la rue, et dictent leurs conditions au nouveau gouvernement autoproclamé[3],[6], » faisant référence aux activistes radicaux d'Euromaidan. Sa démission refusée, elle quitte Kiev pour se réfugier en Crimée où ses parents vivent[3]. À Simferopol elle propose son aide au gouvernement de Crimée[9].

Le 11 mars 2014, pendant que le gouvernement de la République autonome de Crimée cherche à obtenir son indépendance de l'Ukraine[10], elle est nommée procureure de la République autonome de Crimée par Sergueï Aksionov[11], après que quatre autres personnes ont successivement refusé l'offre[12],[9],[6], y compris l'ancien vice-procureur de Crimée, Vyacheslav Pavlov[13]. Elle avait auparavant décrit le changement de gouvernement à Kiev ainsi : « Ce qui s'est passé à Kiev était, avant tout, un coup d'État anti-constitutionnel et une prise par les armes du pouvoir. J'en ai toujours eu la conviction, et c'est une opinion que je n'ai pas eu peur de clamer tout haut, dans le bureau du procureur général ukrainien »[14]. En réponse, le gouvernement provisoire ukrainien lance une procédure pénale pour haute trahison contre elle et la démet de ses fonctions de conseillère à la justice[10]. Natalia Poklonskaïa tient une conférence de presse dans la journée du 11 mars, dans laquelle elle affirme qu'« aucune loi n'a été violée par elle en Crimée »[15].

Elle aurait été l'objet d'une tentative d'assassinat le 17 mars, sur laquelle elle n'a fait aucun commentaire[6],[9].

Immédiatement après sa nomination en tant que procureure, elle collabore à une enquête sur les attaques violentes commises contre des membres de la police Berkut de Crimée[6]. Le 19 mars 2014, Natalia Poklonskaïa confirme que des enquêtes sont en cours sur des tirs qui ont tué deux personnes et nie qu'un tireur aurait été arrêté. Elle compare la fusillade aux « attaques des snipers de la place Maidan à Kiev » du 18 au 21 février 2014, et affirme sa conviction que les tirs étaient destinés à « provoquer des violences contre les forces militaires » de l'Ukraine et la Crimée[16].

Elle est interdite d'entrée en Union européenne le 13 mai 2014 suite aux sanctions prises contre la Russie[17],[18].

Elle démissionne de ses fonctions suite à son élection le 6 octobre 2016 à la Douma d'Etat[19].

Elle a le grade de major-général[20],[21].

Popularité sur Internet[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Différents styles de dessins représentant Natalia Poklonskaïa.

Après que la vidéo de Poklonskaïa lors d'une conférence de presse le 11 mars 2014 a été mise en ligne sur YouTube, sa beauté et sa jeunesse ont suscité l'engouement d'internautes japonais et sont également devenues le centre de l'attention de communautés Internet comme 4chan, Reddit[22], 9GAG, Vkontakte et Rule1&2[23],[4],[8]. Durant le premier mois, la conférence de presse a été visionnée plus de 1,7 million de fois[24].

Les fans japonais ont réalisé de nombreux dessins d'elle dans le style des mangas.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Natalia Poklonskaïa est divorcée et a une fille[7]. Ses parents sont tous deux à la retraite, vivent en Crimée[9], et ses deux grands-pères sont morts pendant la Seconde Guerre mondiale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Поклонская Наталья Владимировна », sur pda.duma.gov.ru (consulté le 31 juillet 2017)
  2. (ru) « Поклонская Наталья Владимировна - Фракция "ЕДИНАЯ РОССИЯ" », sur www.duma-er.ru (consulté le 31 juillet 2017)
  3. a, b et c (en) « 'I want my child to live in an honest country' - Natalia Poklonskaya », sur Voice Of Russia.
  4. a et b « La nouvelle jolie procureure de Crimée fait le buzz », sur Le Matin, (consulté le 2 octobre 2014).
  5. (en) « Aqmescit’s Kyiv District Court acquits Crimean Mafioso Ruvim Aronov », sur QHA Crimea news agency, (consulté le 2 octobre 2014).
  6. a, b, c, d et e (ru) « Interview ».
  7. a et b (ru) « Биография Натальи Поклонской », sur Ria Novasti.
  8. a et b « Japan: Crimean attorney general inspires anime fan art », sur BBC.
  9. a, b, c et d (ru) « Наталья Поклонская: О том, что стала героиней аниме, узнала от дочери. Лучше бы люди оценили мою работу », sur Komsomolskaya Pravda,‎ (consulté le 28 mars 2014).
  10. a et b (en) « Crimean chief prosecutor Natalia Poklonskaya ‘wanted’ by Ukraine's security service », sur RT, (consulté le 2 octobre 2014).
  11. http://kremlin.ru/acts/news/20894
  12. (en) « 'She annexes your heart': Reasons why Crimea prosecutor Poklonskaya not to be messed with », sur RT, .
  13. (ru) « "Бывший прокурор Крыма Вячеслав Павлов подал в отставку по собственному желанию." », sur crimea vector.
  14. « La nouvelle procureure de Crimée devient une star au Japon », sur Le parisien, (consulté le 2 octobre 2014).
  15. Renat Abdoulline (trad. Courrier international), « La procureure russe qui fait fantasmer les Japonais », Moskovski Komsomolets,‎ (ISSN 1562-1987, lire en ligne).
  16. (ru) « Russia: Simferopol sniper still at large - Crimean prosecutor », sur Ruptly.
  17. (en) « Russia disappointed over additional EU sanctions », sur RT.
  18. (en) « Ukrainian crisis: March 19 », sur LB.ua.
  19. (ru) « Путин освободил Поклонскую от должности прокурора Крыма », РИА Новости,‎ 20161007t1134+0300z (lire en ligne)
  20. http://publication.pravo.gov.ru/Document/View/0001201506110019?index=3&rangeSize=1
  21. (ru) « Поклонская получила генеральский чин », РИА Новости,‎ 20150611t1715+0300z (lire en ligne)
  22. Groupe Reddit Our Majesty, Immortal Empress, St. Natalia Poklonskaya • /r/nataliapoklonskaya.
  23. (en) « Cartoonish Crimean Prosecutor a Hit in Japan », sur Bloomberg.
  24. (en) « Russia tries to curb crimean prosecutors internet fame », sur Agence france presse.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :