Minsk II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dirigeants de la Biélorussie, de la Russie, de l'Allemagne, de la France et de l'Ukraine les 11 et 12 février à Minsk.

Lors d'un sommet à Minsk le 11 février 2015, les dirigeants de l'Ukraine, de la Russie, de la France et de l'Allemagne se sont mis d'accord sur des mesures concernant la guerre du Donbass[1],[2]. Les pourparlers ont été organisés par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, à la suite de l'échec du Protocole de Minsk. Ce traité devrait faire respecter le cessez-le-feu du 5 septembre 2014.

Sommet[modifier | modifier le code]

Le sommet, concernant les propositions diplomatiques franco-allemande, a commencé le 11 février 2015, au palais de l’indépendance à Minsk, capitale de la Biélorussie. Il s'est tenu avec Vladimir Poutine président russe, Petro Poroshenko président ukrainien, Angela Merkel chancelière allemande, François Hollande président français, Alexandre Zakhartchenko chef du DPR et Igor Plotnitsky chef du LPR. Les négociations se sont déroulées pendant seize heures et ont continué pendant la nuit. Elles ont été qualifiées de difficiles par le ministre allemand des affaires étrangères[3],[4].Le 12, il a été annoncé qu'un cessez-le-feu avait été conclu pour le 15 du mois.

Réaction en Ukraine[modifier | modifier le code]

Le président Petro Porochenko a déclaré que l'Ukraine devra rester unie, rejetant le fédéralisme.

Réaction en Russie[modifier | modifier le code]

Le président Vladimir Poutine déplore que l'Ukraine refuse de négocier avec les dirigeants des républiques auto proclamées.

Réaction dans les républiques séparatistes[modifier | modifier le code]

Alexandre Zakhartchenko remercie[5] la chancelière allemande et le président français. L'accord devrait permettre un cessez-le-feu. Igor Plotnitski a ajouté que la constitution de l'Ukraine devrait être modifiée; le pays doit changer.

Autres réactions[modifier | modifier le code]

De nombreux observateurs voient ce traité comme compliqué et fragile[6],[7] .

Décisions[8][modifier | modifier le code]

  • 1. Cessez-le-feu à minuit le 15 février 2015
  • 2. Retrait des armes lourdes de chaque côté de la ligne de cessez-le-feu
  • 3. Vérification du cessez-le-feu
  • 4. Dialogues
  • 5. Pardon et amnistie
  • 6. Échange de prisonniers
  • 7. Convois humanitaires
  • 8. Restauration des relations économiques
  • 9. Restauration des frontières de l'Ukraine
  • 10. Retrait des troupes étrangères
  • 11. Réforme constitutionnelle de l'Ukraine
  • 12. Gouvernement provisoire à l'Est
  • 13. Travail trilatéral.
  • En outre, l'Allemagne, la France, la Russie et l'Ukraine envisagent d'installer un comité de surveillance des diplomates pour surveiller la mise en œuvre du cessez-le-feu, comité qui se réunira régulièrement[9]

Signatures[modifier | modifier le code]

Le document a été signé par :

Efficacité[modifier | modifier le code]

Des combats ont subsisté notamment à Debaltseve, Alexandre Zakhartchenko avait déclaré qu'il ne s'appliquait pas à cette ville. Les troupes loyalistes se sont maintenant retirées de la ville qui est sous contrôle des séparatistes. Récemment, le cessez le feu a été violé dans les villes proches de la ligne de front.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]