Oblast de Crimée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oblast de Crimée
Крымская область

1945-1991

Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de l'oblast de Crimée en Ukraine (1954-1991)

Informations générales
Capitale Simferopol
Démographie
Population 1989 2 458 655 habitants
Densité 1989 91,2 hab./km2
Superficie
Superficie 1989 26 945 km2
Histoire et événements
Création
Transfert à la RSS d'Ukraine
Suppression

L’oblast de Crimée (en ukrainien : Кримська область, Krym’ska oblast’ ; en russe : Крымская область, Krimskaïa oblast’ ; en tatar de Crimée : Qırım vilâyeti) est une division territoriale et administrative, ou oblast, de l'Union soviétique. Sa capitale administrative était la ville de Simferopol.

L'oblast de Crimée fit d'abord partie de la république socialiste fédérative soviétique de Russie (1945-1954) puis de la république socialiste soviétique d'Ukraine (1954-1991).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'oblast de Crimée fut créée le et substituée à l'ancienne République socialiste soviétique autonome de Crimée, supprimée le même jour. Comme cette dernière, elle était d'abord une subdivision territoriale de la République socialiste fédérative soviétique de Russie. En 1948, Sébastopol, qui abritait la base navale de la Flotte de la mer Noire, fut détachée de l'oblast pour dépendre directement de la République socialiste fédérative soviétique de Russie[1]. Cette situation perdura jusqu'en 1954, date à laquelle, à l'occasion du tricentenaire de la signature du traité de Pereïaslav, qui marque le rattachement de l'Ukraine à l'Empire russe, Nikita Khrouchtchev « offrit » cette oblast à la République socialiste soviétique d'Ukraine par un décret du Præsidium du Soviet suprême.

À la suite du référendum du , l'oblast fut supprimée et la République socialiste soviétique autonome de Crimée rétablie par le Soviet suprême de la République socialiste soviétique d'Ukraine. Après la dislocation de l'Union soviétique, la Rada de Crimée proclama, le , la République de Crimée, qui devint ultérieurement la République autonome de Crimée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de l'oblast de Crimée, qui s'étend sur 26 945 km2, correspond à celui de la péninsule de Crimée. L'isthme de Perekop le relie au continent et à l'oblast de Kherson, en Ukraine. L'oblast de Crimée est baignée par la mer Noire à l'ouest et au sud et par la mer d'Azov et le Syvach au nord-est. Elle est séparée de la péninsule de Taman, en Russie, par le détroit de Kertch à l'est. Il n'existe aucune continuité territoriale entre l'oblast et la RSFS de Russie.

Population[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Population de l'oblast suivant les résultats des recensements[2] :

Évolution démographique
1959 1970 1979 1989
1 201 517 1 813 502 2 182 927 2 458 655

Nationalités[modifier | modifier le code]

Les Tatars de Crimée, qui représentaient 19,4 % de la population de la RSSA de Crimée, selon les chiffres officiels du recensement de 1939, furent accusés collectivement de collaboration avec l'Allemagne nazie à la fin de la Seconde Guerre mondiale et déportés en masse le , principalement vers la RSS d'Ouzbékistan, en Asie centrale. Cette déportation fit disparaître la cause même de l' « autonomie » de la RSSA de Crimée et explique son abaissement au statut d'oblast. Les Tatars de Crimée furent remplacés par des Russes et des Ukrainiens, qui représentaient respectivement 71,4 % et 22,3 % de la population de l'oblast en 1959. Un décret annula les accusations contre les Tatars de Crimée en 1967, mais aucune mesure concrète ne fut prise par les autorités soviétiques pour les indemniser ou faciliter leur retour en Crimée. Les recensements de 1979 et de 1989 font cependant apparaître un mouvement de retour des Tatars de Crimée vers l'oblast : ils représentaient alors respectivement 0,7 % et 1,6 % de la population totale.

Villes principales[modifier | modifier le code]

Population des principales villes de l'oblast, d'après les recensements de la population :

1959 1970 1979 1989
Sebastopol 148 033 228 904 300 686 356 123
Simferopol 187 623 249 053 301 505 343 565
Kertch 98 769 127 608 166 827 174 365
Eupatoria 56 992 79 444 93 281 107 792
Yalta 43 994 62 170 80 098 88 549
Feodossia 46 327 64 938 76 402 83 912

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Crimée est-elle vraiment ukrainienne ? » - article de lereporter.ma du 8 mars 2014.
  2. (ru) Recensements de 1959, 1970 et 1979 sur www.webgeo.ru — Recensement de 1989 sur le site citypopulation.de (population de la Crimée plus celle de Sebastopol) [1]

Source[modifier | modifier le code]