Rinat Akhmetov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rinat Akhmetov
інат Ахметов
Rinat Akhmetov en 2013.
Rinat Akhmetov en 2013.
Fonctions
Député de la Rada

(6 ans, 6 mois et 17 jours)
Élection 26 mars 2006
Réélection 30 septembre 2007
Président Oleksandr Moroz
Arseni Iatseniouk
Volodymyr Lytvyn
Législature Ve et VIe
Biographie
Nom de naissance Rinat Leonidovytch Akhmetov
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Donetsk, RSS d'Ukraine (Union soviétique)
Nationalité Soviétique (1966-1991)
Ukrainienne (depuis 1991)
Parti politique Parti des régions
Enfants 2
Diplômé de Université technique nationale de Donetsk
Profession Homme d'affaires
Religion Islam sunnite

Rinat Leonidovytch Akhmetov (en ukrainien : Рінат Леонідович Ахметов ; en russe : Ринат Леонидович Ахметов) est un homme d'affaires et homme politique ukrainien, né le à Donetsk (URSS).

Souvent cité parmi les plus puissants oligarques du pays, il est généralement considéré comme l'homme le plus riche d'Ukraine. Son influence économique est surtout prédominante dans le Donbass où il domine l'industrie du charbon et de la métallurgie notamment.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rinat Akhmetov, d'origine tatare[1], naît à Donetsk en 1966, d'un père mineur de charbon[2] de confession sunnite. Il a un frère, Igor, qui a été touché par la tuberculose[3]. Rinat Akhmetov est diplômé de l'université technique nationale de Donetsk (uk). Il est marié avec Liliya Nikolayevna Smirnova, et père de deux fils[4], Damir (né en 1988) et Almir (né en 1997)[5]. Selon Forbes, il est musulman pratiquant[6].

Carrière dans les affaires[modifier | modifier le code]

La carrière d'homme d'affaires de Rinat Akhmetov démarre de rien, n'ayant ni héritage ni économies. En 1992, il crée la société ARS qui achète et vend du charbon et du coke. Il commence à acquérir des sociétés alors que l'économie ukrainienne dans années 1990 est en transition vers le capitalisme[5].

SCM Holdings[modifier | modifier le code]

En 2000, Rinat Akhmetov fonde la société SCM Holdings, dont il détient 100 % du capital. Au fil des ans, la holding a acquis des participations dans plusieurs entreprises de sidérurgie et d'énergie, et s'est également diversifiée dans la banque et l'assurance, en Ukraine et dans d'autres pays. La principale filiale du groupe SCM est la société Metinvest, créée en 2006 pour gérer les participations minières et sidérurgiques du groupe et détenue à 71,25 % par Akhmetov[7],[8].

En 2004, associé à Viktor Pintchouk, Akhmetov fait une offre pour acquérir la principale entreprise sidérurgique d'Ukraine, Kryvorijstal (en), lors de sa privatisation. Les deux hommes remportent le marché pour un montant de 800 millions de dollars, alors que des entreprises étrangères avaient fait des offres supérieures. L'année suivante, le gouvernement du Ioulia Tymochenko annule la vente et procède à des enchères télévisées, au cours desquelles Kryvorizhstal est acquise par Mittal pour 4,8 milliards de dollars[9],[10].

Président de SCM Holdings, il est l'homme le plus riche d'Ukraine et le 39e homme le plus riche du monde avec une fortune estimée à 16 milliards de dollars en 2011, correspondant essentiellement à la valeur de SCM Holdings[11].

Président du FC Chakhtar Donetsk[modifier | modifier le code]

Rinat Akhmetov avec des joueurs du FC Chakhtar Donetsk.

Depuis 1996, Rinat Akhmetov est le président du club ukrainien FC Chakhtar Donetsk où il pratique une politique de recrutement ambitieuse pour en faire un grand club européen[12]. Ce club remporte la Ligue Europa en 2009[13].

Des rumeurs circulent au mois d'octobre 2009, sur un possible rachat de l'OGC Nice par l'homme d'affaires[14].

Classement Forbes[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, Rinat Akhmetov fait partie de la liste des milliardaires du monde, éditée par le magazine américain Forbes. Il a occupé les classements suivants :

  • 2006 : 451e - 1,7 milliard de $[15]
  • 2007 : 214e - 4,0 milliards de $[4]
  • 2008 : 127e - 7,3 milliards de $[2]
  • 2009 : 397e - 1,8 milliard de $[16]
  • 2010 : 148e - 5,2 milliards de $[17]
  • 2011 : 39e - 16 milliards de $[11]
  • 2013 : 47e - 15,4 milliards de $

Engagement philanthropique[modifier | modifier le code]

En 2005, il crée la Fondation pour le développement de l'Ukraine (Foundation for Development of Ukraine (en)), qui œuvre dans plusieurs domaines, tels que la lutte contre la tuberculose en Ukraine[3], la préservation de l'héritage culturel ou l'éducation[18]. En 2007, il crée la Fondation pour une gouvernance efficace (en), qui pour objectif de soutenir le développement économique en Ukraine[19]. En 2008, Rinat Akhmetov a donné 29 millions de $ à des organisations caritatives[20].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Rinat Akhmetov et le président ukrainien Leonid Koutchma.

Lors des élections législatives ukrainiennes de 2007, il est élu député à la Rada sous l'étiquette du Parti des régions. C'est en cette qualité qu'il prend position en faveur de l'ancien Premier ministre Viktor Ianoukovytch lors de l'élection présidentielle ukrainienne de 2010[21].

Crise du Donbass[modifier | modifier le code]

Après le mouvement Euromaïdan qui abouti à la chute du président qu'il soutenait, le nouveau gouvernement lui propose de devenir gouverneur de l'oblast de Donetsk dans un contexte de remise en cause du nouveau pouvoir dans la région, qui avait massivement voté pour l'ancien président. Il refuse, laissant son concurrent Sehri Tarouta occuper le poste. Il se fait par la suite critique contre le pouvoir de Kiev. Ses détracteurs l'accusent alors de soutenir en sous-main la rébellion pro-russe, mais il semble qu'il craigne surtout une dégradation de ses affaires du fait des troubles, alors que son influence politique aurait pour sa part beaucoup diminué[22].

En mai 2014, il rallie finalement le camp des autorités pro-occidentales de Kiev en déclarant soutenir l'intégrité territoriale de l'Ukraine et en demandant à ses 300 000 employés de manifester pacifiquement face aux séparatistes pro-russes qui étendent leur influence dans le Donbass[23]. Finalement, à la suite de la Guerre du Donbass et de la signature des accords de Minsk en septembre 2014 et février 2015, les entreprises et industries que possèdent Rinat Akhmetov dans le Donbass sont séparées entre les zones restées sous contrôle ukrainien et celles sous contrôle séparatiste. Malgré un blocus économique décidé par Kiev, Rinat Akhmetov bénéficierait d'un accord secret lui permettant de continuer les échanges de marchandises entre les deux zones. Ainsi, selon Associated Press, le charbon venant de la ville séparatiste de Krasnodon est acheminé vers la cokerie d'Avdiivka sous contrôle gouvernemental, avant d'être renvoyé en territoire séparatiste vers l'usine métallurgique d'Ienakiieve. Le métal serait enfin ensuite envoyé vers le port ukrainien de Marioupol pour exportation. Les entreprises détenues par le milliardaire ont toujours démenti payer de quelconque taxes aux autorités séparatistes, malgré des soupçons[24].

Du fait de la crise, il a quitté sa ville natale de Donetsk et vit depuis à Kiev. Il a par ailleurs joué un rôle important dans livraison d'aides humanitaires vers les zones séparatistes[24].

Accusations de corruption[modifier | modifier le code]

En avril 2017, il est accusé de corruption par le procureur général Iouri Loutsenko au sujet des sociétés Ukrtelecom et sa filiale TriMob, et ses actions ont été gelées[25].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Serhy Yekelchyk, « Ukraine: birth of a modern nation », Oxford University Press (consulté le 8 novembre 2011), p. 204
  2. a et b (en) « The World's Billionaires 2008 - #127 Rinat Akhmetov », Forbes (consulté le 8 novembre 2011)
  3. a et b (en) « Rinat Akhmetov: "I know perfectly what TB is. Unfortunately my family suffered from this disaster too" », sur www.fdu.org.ua,
  4. a et b (en) « The World's Billionaires 2007 - #214 Rinat Akhmetov », sur www.forbes.com, Forbes (consulté le 8 novembre 2011)
  5. a et b (en) « Rynat Akhmetov meets the press and the public », sur www.ukrweekly.com, The Ukrainian Weekly,
  6. https://www.forbes.com/forbes/2005/0328/132sidebar.html
  7. (en) « Our History », sur www.metinvestholding.com, METINVEST (consulté le 9 novembre 2011)
  8. http://www.kyivpost.com/news/business/bus_general/detail/126319/
  9. « Victor Pinchuk, oligarque philanthrope », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro,
  10. (en) « Monopolies thrive as toothless state bows to moguls », sur www.kyivpost.com, Kyiv Post,
  11. a et b (en) « The World's Billionaires 2011 - #39 Rinat Akhmetov », sur www.forbes.com, Forbes (consulté le 8 novembre 2011)
  12. (en) « The History 1996-2006 », Site du Chaktar Donetsk (consulté le 28 octobre 2011)
  13. (en) « Shakhtar Donetsk claim Uefa Cup final glory over Werder Bremen », The Guardian,
  14. (fr) « Nice - La déferlante russe se propage sur la Côte », Nice-Matin,
  15. (en) « The World's Billionaires 2006 - #451 Rinat Akhmetov », Forbes (consulté le 8 novembre 2011)
  16. (en) « The World's Billionaires 2009 - #397 Rinat Akhmetov », Forbes (consulté le 8 novembre 2011)
  17. (en) « The World's Billionaires 2010 - #148 Rinat Akhmetov », Forbes (consulté le 28 octobre 2011)
  18. (en) « Our current projects », Fondation pour le développement de l'Ukraine (consulté le 9 novembre 2011)
  19. (en) « About the Foundation », Fondation pour une gouvernance efficace (consulté le 9 novembre 2011)
  20. (en) « Petro Pysarchuk (Lviv) among top 10 philanthropists of Ukraine », sur zik.ua (consulté le 9 novembre 2011)
  21. (en) « #1 Richest: Rinat Akhmetov, 44 », Kyiv Post,
  22. Emmanuel Grynszpan, « Le milliardaire Rinat Akmetov s'emporte contre Kiev », Le Figaro, lundi 12 mai 2014, page 2.
  23. « L'oligarque Akhmetov se rallie aux autorités de Kiev », Le Figaro, mercredi 21 mai 2014, page 7.
  24. a et b Nataliya Vasilyeva, Associated Press, Ukraine's richest man plays both sides of war's frontline sur Business Insider, le 22 septembre 2015
  25. « Ukraine: l'oligarque Akhmetov visé par la lutte anticorruption », sur Bourse Direct (consulté le 17 avril 2017)