Institut de relations internationales et stratégiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Institut de relations internationales et stratégiques
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
IRISVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Forme juridique
Domaine d'activité
Questions internationales et stratégiques
Siège
Paris (75011)Voir et modifier les données sur Wikidata
Pays
Organisation
Fondateur
Direction
Budget
4 233 199€ (2020)
Publication
Revue Internationale et Stratégique
L'Année stratégique
collection "Enjeux stratégiques
Site web

L’Institut de relations internationales et stratégiques ou IRIS, créée en 1991 en vertu de l'association loi de 1901 et reconnue d’utilité publique, est un laboratoire d'idées (think tank) français travaillant sur les thématiques géopolitiques et stratégiques.

L'IRIS a créé en 2002 IRIS Sup', son école de géopolitique, dispensant des diplômes de niveau master.

Il est dirigé par Pascal Boniface. Son conseil d'administration est présidé par Alain Richard.

Origine[modifier | modifier le code]

L'IRIS a été créé en 1991 par Pascal Boniface sous le statut association loi de 1901[1].

L'IRIS est un think tank français travaillant sur les thématiques géopolitiques et stratégiques. L'IRIS est organisé autour de 4 pôles d'activité : la recherche, la publication, la formation et l'organisation d'évènements. Il a été reconnu d'utilité publique en 2009.

L’origine de la création de l’IRIS relève de la volonté de satisfaire trois objectifs principaux :

  • Produire des idées et contribuer à la recherche et au débat sur les questions internationales et stratégiques.
  • Créer un lieu de dialogue et de réflexion entre tous ceux qui composent la communauté stratégique, spécialistes venus d’horizons professionnels et philosophiques différents, qu’il s’agisse de responsables politiques, hauts fonctionnaires civils et militaires, industriels, experts, universitaires, etc.
  • Rendre accessible au plus grand nombre les questionnements géopolitiques, par une démarche pédagogique et didactique.

L'IRIS crée en 2002 IRIS-sup', son école de géopolitique, dispensant des diplômes de niveau bac + 4 et bac + 5[2]. Sur les 53 think tanks français recensés en 2017, l’IRIS a obtenu un résultat global satisfaisant, se positionnant à la 8e place du classement général et obtenant les 4 étoiles sur les 5 étoiles possibles. Sur le critère de gouvernance et sur celui concernant le volume de production, l’IRIS obtient la 3e position. Sur le critère de la transparence, l’IRIS est à la 12e place du classement[3].

Conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Le conseil d'administration est présidé par Alain Richard, ancien ministre de la Défense.

Le conseil d'administration se compose également de[4] :

Financement[modifier | modifier le code]

En 2009, un dossier sur les principaux think tanks français indique que « Modèle de coopération "public/privé", l’IRIS dispose essentiellement de trois sources de financement distinctes : un tiers des rentrées provient des contrats passés avec le ministère français de la Défense, un autre tiers de la formation offerte par l’Institut à sa centaine d’étudiants, un dernier tiers venant des cotisations d’entreprises privées et des contrats passés avec des organismes internationaux[5]. »

L'IRIS publie chaque année ses comptes, consultables au sein de ses rapports d'activités mis en ligne sur son site internet, et publiés au Journal officiel.

D'après le rapport d'activités de l'année 2018, 28 % du chiffre d'affaires proviennent du secteur public (25 % administration française, 3 % organisations internationales) et 72 % du secteur privé[6]. On note dans le financement de l’association un recours peu important au mécénat[7].

Think tank de référence[modifier | modifier le code]

Le Global Go-To Think Tanks 2015, de l’université de Pennsylvanie, dirigé par le Professeur James McGann, classe l'IRIS parmi les think tanks internationaux majeurs pour l'année 2016. L'IRIS est notamment placé au 31e rang pour la catégorie « Top Defense and National Secutity Think Tanks » et au 26e rang mondial pour la catégorie « Top Foreign Policy and International Affairs Think Tanks »[8].

L’Institut Think — en partenariat avec l’Observatoire des Think Tanks — a publié, en , la 2e édition du Baromètre d’Image des Think Tanks, une étude statistique menée auprès de 1 003 cadres supérieurs dont 206 dirigeants d'entreprises et 167 cadres de la fonction publique, interrogés en ligne du 16 au , selon la méthode des quotas. Parmi les 25 think tanks testés, l’IRIS se positionne à la quatrième place en termes de notoriété, et à la troisième position pour la dimension « bonne image ». L’IRIS est également classé troisième au sein de l’indicateur global de réputation (constitué des 5 dimensions de notoriété et d’image)[9].

Mise en cause par l'IRSEM[modifier | modifier le code]

L'Institut de recherche stratégique de l'École militaire, sous la signature de Paul Charon et de son directeur Jean-Baptiste Jeangène Vilmer, désigne l'IRIS comme faisant partie de la stratégie d'influence de la Chine en France, dans un rapport de 646 pages publié en 2021[10]. Pascal Boniface se défend des accusations de complaisance vis-à-vis de la Chine et affirme être sensible au sort des Ouïghours et de Hong Kong[11].

Poursuites et condamnations[modifier | modifier le code]

Le , un responsable de l'institut est condamné à 1 000 € d'amende avec sursis pour avoir refusé, en 2014, de louer une salle à l'association Civitas qui comptait organiser un colloque dans les locaux de l'Iris ; le tribunal ayant retenu, selon Le Figaro, le motif de discrimination « en raison du positionnement idéologique et politique de Civitas »[12].

IRIS Sup'[modifier | modifier le code]

En 2002, l'IRIS crée IRIS Sup', un établissement privé d'enseignement supérieur technique, enregistré auprès du rectorat de Paris, qui a pour vocation de former les étudiants à différents métiers dans un contexte international. L'école dispense des diplômes, reconnus par l'État, de niveau bac + 4 et bac + 5[13].

Chercheurs[modifier | modifier le code]

Un annuaire des chercheurs de l'IRIS est disponible en ligne[14].

Liste non exhaustive (juin 2021) :

Anciens membres du conseil d'administration[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

L'IRIS publie des revues et des ouvrages en relations internationales :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Institut de Relations Internationales et Stratégiques », sur International Security Sector Advisory Team, Centre de Genève pour la gouvernance du secteur de la sécurité (consulté le ).
  2. « Iris-sup : quand un think tank crée son école professionnelle », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « La France des thinks tanks 2017 ».
  4. IRIS, « Conseil d'administration », sur iris-france.org (consulté le ).
  5. Geoffrey Geuens, « Les principaux think tanks français », Quaderni. Communication, technologies, pouvoir, no 70,‎ , p. 79–88 (ISSN 2105-2956, DOI 10.4000/quaderni.511, lire en ligne, consulté le )
  6. « L’IRIS | IRIS », sur www.iris-france.org (consulté le )
  7. « Institut Montaigne, Terra Nova, IRIS… Qui finance les think tanks ? », sur nouvelobs.com/rue89, (consulté le ).
  8. (en) « 2015 Global Go To Think Tank Index Report » [PDF], sur upenn.edu, p. 75 et 87
  9. « Baromètre image des Think Tanks » [PDF], sur institut-think.com
  10. Christian Chesnot, « Manipulations, menaces, fakenews : un rapport décrypte les réseaux d'influence de la Chine », sur France Inter, .
  11. « Réseaux d'influence chinois : « L'Iris en tant qu'institut n'a pas de position », réagit Pascal Boniface, son directeur », sur France Info, .
  12. « Condamné pour un refus de location de salle à Civitas », Le Figaro, .
  13. « IRIS sup' », sur L'Étudiant.
  14. « Équipe de recherche » [PDF], sur iris-france.org, .
  15. a b c d e f g h i j k l m n o p et q « Communique de presse : Conseil d'administration de l'IRIS » [PDF], IRIS, (consulté le ).
  16. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t « Communique de presse : Réunion du conseil d'administration : nomination de nouveaux membres » [PDF], IRIS, (consulté le ).
  17. Rapport d'activités de l'IRIS 2001, Rapport d'activités de l'IRIS 2002, Communiqué du Conseil d'Administration de l'IRIS 25 juillet 2003, Rapport d'activités de l'IRIS 2004, Communiqué du Conseil d'Administration de l'IRIS 23 juin 2005, Rapport d'activités de l'IRIS 2006
  18. « Gwendal Rouillard devient président de l’IRIS. », IRIS, (consulté le )
  19. Revue Internationale et Stratégique, Cairn.info.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]