Bataille de Melitopol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La bataille de Melitopol est une bataille survenue le 25 février 2022 entre les forces armées ukrainiennes et russes près de Melitopol (dans le sud de l'Ukraine), dans le cadre de l'invasion russe de l'Ukraine en 2022. Elle fait partie de l'offensive de Kherson.

Bataille[modifier | modifier le code]

Le , à 10 h 30 (UTC+2) , les forces russes entrent dans Melitopol[1]. Selon le gouverneur (en) de l'oblast de Zaporijjia Oleksandr Staroukh (en), la ville devient rapidement le théâtre de combats de rue intensifs et de bombardements d'immeubles résidentiels[2]. Selon des sources non officielles, le bâtiment abritant le conseil municipal local (uk) fait lui même les frais d'un bombardement[3]. Rapidement des captures d'écran d'images de caméra montrent des chars roulant sur la rue principale de la ville commencent à faire leur apparition[4]. Plus tard dans la journée, les autorités municipales, confrontée à cette situation, acceptent de remettre la ville aux Russes[5].

Occupation[modifier | modifier le code]

Le , des habitants de Melitopol manifestent dans la rue contre l'occupation de leur ville par la Russie. Des scènes similaires sont observées dans d'autres villes occupées[6].

Le , vers 15 h 45 (UTC+2), alors qu'il se trouve au centre de crise pour gérer les problèmes d'approvisionnement[7], le maire de Melitopol, Ivan Fedorov, est arrêté par des employés du ministère de la Sécurité d'État de la république populaire de Lougansk (RPL) qui lui placent un sac plastique sur la tête. Cette arrestation intervient dans le cadre d'une procédure judiciaire ouverte par le bureau du procureur général de la RPL pour « activités terroristes ». Il est notamment reproché au maire d'avoir « fourni une aide financière [...] à l'organisation nationaliste interdite Secteur droit pour commettre des actes terroristes et des crimes contre la population civile des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk »[8].

Le , le président ukrainien Volodymyr Zelensky demande au chancelier allemand Olaf Scholz et au président français Emmanuel Macron de l'aider à obtenir la libération du maire de Melitopol[9], tandis des milliers de personnes défilent devant la mairie de la ville pour exiger la même chose[10]. La coordinatrice du mouvement de protestation, Olga Hayssoumova, est interpellée par la Garde nationale russe à cette occasion[11].

Pour gérer la ville, les occupants font appel à la conseillère municipale d'opposition Halyna Danyltchenko (en) (élue du parti pro-russe OP-ZZ) qui devient maire de Melitopol par intérim[12]. Cette dernière aboli le conseil municipal (uk), qui ne reconnaît pas son autorité, et annonce son remplacement par un « comité des députés du peuple ». S'adressant par vidéo à ses administrés, elle leur demande de s'adapter à « la nouvelle réalité » et de s'abstenir d'« actions extrémistes » ou de nature à « déstabiliser la situation »[13]. Le , une enquête pour trahison est ouverte à son sujet par le bureau du procureur général d'Ukraine (uk) tandis que la vice-Première ministre Iryna Verechtchouk compare son attitude complaisante à celle de Nelya Chtepa (en) autrefois[14]. Ce même jour, le message suivant est diffusé par haut-parleur dans les rues de Melitopol : « L’administration civile de Melitopol interdit temporairement les rassemblements et les manifestations afin d'empêcher les violations de la loi et d’assurer l’ordre public. Un couvre feu est imposé de 18 h 00 à 6 h 00 du matin. »[15]. Le lendemain, les militaires russes limitent effectivement la possibilité de manifester des habitants en leur barrant l'accès à la place centrale de la ville[16].

Le , le maire de Melitopol Ivan Fedorov est libéré contre neuf soldats russes à l'occasion d'un échange de prisonniers[17].

Dans la nuit du au , des tirs de missiles Totchka-U équipés d'ogives à fragmentation sont interceptés par la défense antiaérienne russe près de Melitopol. Selon le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, l'origine de ces frappes est à situer dans la périphérie sud-est de Zaporijjia, sous contrôle ukrainien[18],[19],[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Live updates from Russia’s massive Ukraine invasion », sur Army Times,
  2. (uk) « У Мелітополі гримлять вуличні бої: снаряди руйнують житлові будинки, люди ховаються у сховищах (відео) », sur Focus,‎
  3. (uk) « У Мелітополі російські танки. Окупанти розстрілюють будівлю СБУ та Нацполіції », sur Ukranews,‎
  4. (uk) « В Мелітополі російські танки розстрілюють будівлі Нацполіції і СБУ (Відео) », sur ASPI News,‎
  5. (en) « Russia Ukraine news: Melitopol city is taken by the Russian army », sur MARCA,
  6. (en) « Video footage from the occupied south-eastern Ukrainian city of Melitopol shows residents continuing to resist », The Guardian, 10 mars 2022.
  7. « Guerre en Ukraine : le maire de Melitopol, dans le sud de l'Ukraine, enlevé par des soldats russes », CNews, (consulté le )
  8. (uk) Anna, « Заступник керівника ОП опублікував ВІДЕО викрадення міського голови Мелітополя » [« Le chef adjoint du PO a publié une VIDÉO de l'enlèvement du maire de Melitopol »] [archive du ], sur actual.today,‎
  9. « Ukraine : le maire de Melitopol enlevé par des soldats russes, Zelensky en appelle à Macron et Scholz », Le Figaro, (consulté le )
  10. (en) « War in Ukraine: Russian forces accused of abducting second mayor », sur BBC.com, (consulté le )
  11. (ru) Irina Znass, « Российские оккупанты похитили организаторку протестов в Мелитополе », Dzerkalo Tyzhnia,‎ (consulté le )
  12. (en) Marc Santora et Neil MacFarquhar (en), « The Russians Might Have Expected a Warm Welcome. Instead the Mayor Labeled Them ‘Occupiers.’ », The New York Times, (consulté le )
  13. (uk) Nina Hryhorska, « У Мелітополі депутатка від Оппоблоку закликала мешканців співпрацювати з російськими окупантами » [« À Melitopol, un député de l'opposition a appelé les habitants à coopérer avec les occupants russes »], sur NV.ua,‎ (consulté le )
  14. (uk) « СБУ тримає на контролі призначення "міським головою" Мелітополя місцеву депутатку », UA:PBC,‎ (consulté le )
  15. (uk) Valentyna Romanenko, « Окупанти заборонили мелітопольцям мітинги, ті відповіли традиційно: агресор - нах#й », Ukrayinska Pravda,‎ (consulté le )
  16. (en) Denis Karlovskyi, « Russian occupying forces block people's protests in Melitopol – Media », Ukrayinska Pravda, (consulté le )
  17. (en) « Russia frees 'abducted' Melitopol mayor in exchange for 9 soldiers held by Ukraine », The Free Press Journal, (consulté le )
  18. (ru) Andreï Arkadiev et Nikolaï Baranov, « В Минобороны России подчеркнули, что Мелитополь живет обычной жизнью » [« Le ministère russe de la Défense a souligné que Melitopol mène une vie ordinaire »], Zvezda (en),‎ (consulté le )
  19. (ru) « Сбитые украинские ракеты "Точка-У" упали на окраинах Мелитополя », RIA Novosti,‎ (consulté le )
  20. (ru) « Минобороны показало кадры с места падения ракеты «Точка-У» в Мелитополе » [« Le ministère de la Défense a montré des images du site de l’écrasement du missile « Tochka-U » à Melitopol »], Groupe RBK,‎ (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]