République socialiste soviétique autonome de Crimée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crimée (homonymie) et République de Crimée (homonymie).
République socialiste soviétique autonome de Crimée
Крымская Автономная Социалистическая Советская Республика (ru)

1921-1945
1991-1992

Drapeau Blason
Informations générales
Capitale Simferopol
Superficie
Superficie 26 945 km2
Histoire et événements
Création
Devient l'oblast de Crimée
Refondation

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La République socialiste soviétique autonome de Crimée (en tatar de Crimée : Qırım Muhtar Sotsialist Sovet Cumhuriyeti ; en alphabet turc uniforme : Qrьm Avonomjalь Sotsialist Sovet Respublikasь ; en russe : Крымская Автономная Социалистическая Советская Республика, Krymskaïa Avtonomnaïa Sotsialistitcheskaïa Sovietskaïa Respoublika) a été créée le au sein de la République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR) dans la péninsule de Crimée, avec Simferopol pour capitale. Les langues officielles sont le tatar de Crimée et le russe.

En 1944, Staline accusa les Tatars de Crimée d'avoir collaboré avec l'occupant allemand durant la Seconde Guerre mondiale et fit supprimer ce statut d'autonomie. L'ancienne RSSA fut alors transformée en une simple oblast de Crimée, toujours au sein de la RSFS de Russie. La répression qui s'abattit sur les Tatars toucha également les Grecs, les Allemands et les Arméniens qui habitaient alors la péninsule.

En 1954, pour marquer le 300e anniversaire du traité de Pereïaslav, qui scella l'union entre la Russie et l'Ukraine, Nikita Khrouchtchev « offrit » la Crimée à la République socialiste soviétique d'Ukraine.

À la suite du référendum organisé le 20 janvier 1991, la RSSA de Crimée est rétablie le 12 février 1991 par le Soviet suprême de la RSS d'Ukraine. Six mois plus tard, l'Ukraine devint indépendante par la dislocation de l'Union soviétique ; la RSSA de Crimée est dissoute le 26 février 1992 et remplacée par la République de Crimée.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Romain Yakemtchouk, « Les conflits de territoires et de frontières dans les États de l'ex-U.R.S.S. », Annuaire français de droit international, vol. 39, 1993, pp. 393-434 [1]