Iouri Boïko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Iouri Boïko
Illustration.
Iouri Boïko en 2018.
Fonctions
Vice-Premier ministre d'Ukraine

(1 an, 2 mois et 3 jours)
Président Viktor Ianoukovytch
Gouvernement Azarov II
Député de la Rada
En fonction depuis le
(4 ans, 11 mois et 17 jours)
Élection 26 octobre 2014
Législature VIIIe

(2 ans, 3 mois et 16 jours)
Élection 30 septembre 2007
Législature VIe
Biographie
Nom de naissance Iouri Anatoliyovych Boïko
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Horlivka (RSS d’Ukraine)
Nationalité Soviétique (1958-1991)
Ukrainienne (depuis 1991)
Parti politique PR (2007-2014)
OB (2014-2018)
OP-ZZ (depuis 2018)
Diplômé de Université est-ukrainienne Vladimir Dahl
Université de technologie chimique Dmitri Mendeleïev de Moscou

Iouri Anatoliyovych Boïko (ukrainien : Юрій Анатолійович Бойко), né le à Horlivka (RSS d’Ukraine), est un homme politique ukrainien.

Membre du Parti des régions, il est député à partir de 2007 et vice-Premier ministre du gouvernement Azarov II (2012-2014). Il préside ensuite le Bloc d'opposition puis la Plateforme d'opposition-Pour la vie, pour laquelle il se présente à l’élection présidentielle de 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sorti diplômé de l'université de technologie chimique Dmitri Mendeleïev de Moscou en 1981, Iouri Boïko est embauché à l'usine de produits chimiques Zaria de Roubijne. Il commence comme chef d'équipe d'ouvriers pour s'élever jusqu'au poste de directeur qu'il occupera d'octobre 1998 jusqu'en 1999. En 1999-2001, il est président du conseil dirigeant du complexe pétrochimique Lynos situé à Lyssytchansk. De juin à août 2001, - directeur général de l'entreprise publique Ukrvzryvprom (Kiev). De 2001 au janvier 2002 - président du conseil dirigeant de la compagnie pétrolière transnationale Ukrtatnafta (Krementchouk).

De 2001 à 2004, il est membre du parti Troudovaïa Ukraina, fondé par Serhiï Tihipko.

Du février 2002 au mars 2005, il est le président de Naftogaz. Parallèlement, il occupe le poste de secrétaire du ministère de l’Énergie, puis est, à partir du juin 2003, adjoint du ministre de l'Énergie. Il est démis de ses fonctions après la Révolution orange.

Le 22 août 2004, le président Leonid Koutchma lui décerne le titre honorifique d'Héros d'Ukraine pour des mérites personnels remarquables devant l’État ukrainien dans le domaine du développement de combustible et complexe énergétique à long terme[1].

En 2005, il prend la tête du Parti républicain d'Ukraine, qui forme, aux Élections législatives ukrainiennes de 2006, avec le Parti social-démocrate d'Ukraine (unifié) (65 %), l'Union panukrainienne « Femmes pour l'avenir » (12 %) et l'Union panukrainienne « Centre » (3 %) le groupe d'opposition Ne Tak (en). Le groupe ne réussit pas toutefois à franchir la barrière des 3 % de voix nécessaires pour gagner des sièges au parlement.

En 2006-2007, il occupe le poste de ministre de l'Énergie dans le gouvernement de Viktor Ianoukovytch.

Il rejoint en 2007 le Parti des régions, dont il devient l’année suivante vice-président et directeur du comité de l'oblast de Kiev.

Après la révolution de 2014 et la destitution Viktor Ianoukovytch, il envisage un temps de se présenter à l'élection présidentielle anticipée[2]. Il accède ensuite à la présidence du Bloc d'opposition.

En novembre 2016, lors d'une réunion politique organisée au parlement ukrainien, à Kiev, il agresse physiquement le député populiste Oleh Liachko, chef du Parti radical, qui l'accuse d'être à la solde du gouvernement russe[3].

Il fonde fin 2018 la Plateforme d'opposition-Pour la vie, dont il prend la tête avec Vadim Rabinovich et Viktor Medvedtchouk. Candidat à l’élection présidentielle de 2019, il arrive en quatrième position avec 11,7 % des voix[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]