Jean-Michel Vernochet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Michel Vernochet
Jmv.jpg

Jean-Michel Vernochet.

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (70 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Denys RousselotVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Site web

Jean-Michel Vernochet est un écrivain, essayiste, journaliste et géopolitologue français, né le à Paris, sur les hauteurs de Belleville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Il est le petit-fils de Léon Gustave Vernochet, l'un des membres fondateurs du Parti communiste français (PCF)[1],[2] le 25 décembre 1920 au Congrès de Tours, engagement auquel il renoncera après plusieurs séjours en Union soviétique. Il est aussi le petit-fils du docteur Paul Camus, médecin exerçant rue de la République aux Lilas.

  • Maîtrise spécialisée d’Ethnographie. Paris IV Sorbonne
  • Maîtrise de Droit International du Développement.
  • DEA « Droit du développement » Université Paris V René Descartes
  • DEA « Ethnologie » Université Paris VII Jussieu.
  • DEA « Philosophie » Université Paris IV. Sorbonne
  • Ancien élève de l’École nationale des langues orientales vivantes (ENLOV) et de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
  • Vacations de recherche au Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France

Cursus professionnel[modifier | modifier le code]

De 1976 à 1985, Jean-Michel Vernochet effectue une mission au Liberia pour le compte du Bureau pour le développement de la production agricole. Il est ensuite sous contrat à la division Organisation et méthodes informatiques (DOMI) du ministère de la santé et des affaires sociales, puis mis à disposition du Commissariat au plan de la République tunisienne pour la réforme du système de santé en Tunisie centrale (Gouvernorat de Kasserine). Enfin, il est chargé de la planification en milieu rural à la Direction générale de la santé.

En 1977, il fonde à Paris l’association humanitaire Terre Future à travers laquelle il milite pour la cause environnementale et animale[3].

À partir de 1985 et jusqu'en 1995, parallèlement à une importante activité de communication et d’information (dans la presse écrite depuis 1979), il est Chargé de mission au Secrétariat général du gouvernement (services du Premier Ministre). Il est par la suite, successivement, responsable des Affaires francophones et des relations internationales au Commissariat général de la langue française, puis responsable de la communication à l'Institut international d'administration publique (IIAP), enfin directeur des publications du Centre des hautes études sur l'Afrique et l'Asie modernes (CHEAM).

À la même époque, il enseigne à l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Paris. Ses cours portent sur les manipulations de l'information et le détournement des grands médias dans le cadre de « politiques étatiques » de désinformation. Il anime aussi, sous le pseudonyme de « Denys Rousselot », une émission hebdomadaire intitulée le Libre journal de Denys Rousselot qui connut un vif succès sur Radio Courtoisie entre 1988 et 1993.

Après 1995, il est journaliste rédacteur au Figaro Magazine et collabore à de nombreux supports parmi lesquels Le Courrier (Genève)[4], L'Écho-Magazine (Genève) ou encore la revue Géostratégiques[5],[6], [7].

Depuis 2008, il a mis son expérience des affaires internationales au service du site Geopolintel auquel il contribue régulièrement[8].

Lors d'un entretien, Jean-Michel Vernochet se présente comme un journaliste indépendant, et il ajoute "je paie assez cher ma liberté de penser et d'expression. La liberté est une flamme qu'il faut brandir haut pour repousser la nuit du mensonge qui nous enveloppe de plus en plus densément".

Positions[modifier | modifier le code]

À la suite du refus franco-hollandais du projet de constitution européenne, Jean-Michel Vernochet, va consacrer une partie de son activité à scruter l'édification de ce qu'il juge être une nouvelle Tour de Babel juridique et institutionnelle. Ainsi, il réunit dans un ouvrage collectif, intitulé Manifeste pour une Europe des peuples et consacré à la construction européenne, dix-sept auteurs – juristes, économistes, philosophes, hommes politiques et officiers militaires - qui ont voté « non » au référendum du 29 mai 2005 sur la Constitution européenne. Cet ouvrage collectif, ainsi que "Europe, chronique d'une mort annoncée" (2009) de Jean-Michel Vernochet, ont été précurseurs au regard de l'évolution de l'Union européenne et de la crise économique qui frappe le Continent et dont l'euro est la cause principale. Ces deux livres sur l'Europe mettent en évidence ce que nombre d'économistes et de politologues affirment, à savoir que l'Union européenne est une structure oligarchique enfermant les peuples dans une dictature qui ne dit pas son nom.

Différents points de vue nous éclairent sur ses intentions et sa démarche. Ainsi dans une lettre[9], le Pr. Bernard Chantebout, constitutionnaliste, pense : « que ce vote négatif de la France et des Pays-Bas et celui implicite de la Grande-Bretagne constituent un fait politique majeur, et sans doute même un événement fondateur en ce qu’il oblige à un retour sur eux-mêmes ceux qui ont construit jusque-là cette Europe technocratique, fondée uniquement sur l’économie et sans projet politique, que nous avons aujourd’hui... En instruisant sans passion l’intelligent procès de cette Europe-là, cet ouvrage, qui appelle à la renaissance du rêve européen, doit être lu par tous ceux qui ont foi en l’avenir de notre continent, mère-patrie de la civilisation moderne. »

Maria Poumier, universitaire, quant à elle, se félicite dans un article,[10] que ce livre soit :« un bréviaire utile. Jean-Michel Vernochet a su réunir les auteurs compétents, les données fondamentales (les notes du dernier chapitre sont une mine), les thèmes qui font l’assentiment des gens honnêtes contre les bonimenteurs serviles ; et il trouve, dans son chapitre de conclusion, les formules et les mots de bon aloi, qui font faire des bonds à la réflexion. Mais pour ressusciter la morte Europe, il faut un amour plus violent de la justice. »

Selon Conspiracy Watch, il fait partie de « la galaxie Dieudonné » qui participe à la « conférence sur l'hollywoodisme » organisée en 2013 par le régime iranien[11].

Controverse[modifier | modifier le code]

La publication en juin 2003 de L’Islam révolutionnaire, qui retrace le parcours idéologique du terroriste Ilich Ramírez Sánchez dit « Carlos », a aussitôt suscité une sourde levée de boucliers, essentiellement de la part de ceux qui n’ont pas vu l’intérêt immédiat d’analyser et d’approfondir les mutations à l’œuvre dans les relations Nord-Sud[12].

Certains universitaires, notamment israéliens, ont pourtant vu l’intérêt primordial à connaître les ressorts idéologico-psychologiques qui sous-tendent ce que d'aucuns nomment aujourd’hui, le « choc des civilisations »[13],[14].

Jean-François Mayer écrira à propos de L’Islam révolutionnaire "Ce document présente un réel intérêt, même si l'auteur tente de retrouver un rôle qu'il n'a plus". Yolène Dilas-Rocherieux quant à elle, écrira dans un article paru dans le Débat, n° 128, "D’aucuns se sont offusqués de la parution du livre d’Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos, terroriste international arrêté en 1994, aujourd’hui détenu à la centrale de haute sécurité de Saint-Maur-Bel Air. Si cette indignation est toute légitime de la part des victimes d’un meurtrier sans état d’âme, elle ne doit pourtant pas masquer l’intérêt de cet essai-témoignage, deux cent cinquante pages révélatrices de l’état d’esprit d’une nouvelle catégorie de révolutionnaires et de la montée d’un mouvement totalitaire propre au XXIe siècle, articulé entre idéologie marxiste-léniniste et principes de l’islam radical : «L’islam et le marxisme-léninisme sont les deux écoles dans lesquelles j’ai puisé le meilleur de mes analyses.»"

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Il est candidat aux élections législatives de juin 2012 dans la circonscription d'Amérique du Nord avec le Rassemblement pour l'Initiative Citoyenne (RIC)[15].

Ouvrages / Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La mémoire de l'oubli, Recueil d'aphorismes. Éditions Lettres du Monde, 1990 (Denys Rousselot).
  • Solstice, Fragments II. Recueil d'aphorismes. Éditions Lettres du Monde, 1990 (Denys Rousselot).
  • L'Islam révolutionnaire, Analyses géopolitiques avec Ilich R. Sanchez, Éditions du Rocher, 2002.
  • Vivre au Soudan aujourd'hui, Ed. Temps des cerises, 2005, avec L'Appel franco-arabe (ISBN 9782841095759)
  • Le chemin de Damas: l'avenir d'un peuple, Ed. Temps des cerises, 2007, avec L'Appel franco-arabe (ISBN 9782841096640).
  • Manifeste pour une Europe des peuples, Collectif sous la direction de J.M. Vernochet. Éditions du Rouvres, 2007.
  • Europe, chronique d'une mort annoncée, Éditions de l’Infini, 2009.
  • Crise, krach, collapsus, tome 2. Du krach économique et monétaire au chaos écologique et sanitaire, avec David Mascré. Éditions de l'Infini 2010.
  • Crise, krach, collapsus, tome 3. Le retour des grands fléaux avec David Mascré. Éditions de l'Infini 2010.
  • Le 11 septembre n'a pas eu lieuÉditions Le retour aux sources(Ouvrage collectif) 2011
  • Iran, la destruction nécessaire Éditions Xenia novembre 2012.
  • Printemps et automnes arabes. De la révolution à la guerre. Éditions de l'Infini mars 2013.
  • Les « Égarés » Le Wahhabisme est-il un contre Islam ? Éditions Sigest septembre 2013.
  • UKRAINE : l'Engrenage, Éditions Sigest mai 2014.
  • UKRAINE : l'Escalade, Éditions Sigest novembre 2014.
  • Retour de flamme. Les banlieues de Damas, matrice du terrorisme qui frappe l’Occident, Éditions Sigest septembre 2016.
  • Les fiancés de la mort et les stratèges de la terreur globale, Éditions Sigest février 2017.
  • La guerre civile froide. La théogonie républicaine de Robespierre à Macron, Éditions Le retour aux sources, octobre 2017.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Auteur-réalisateur du film documentaire Afghanistan mon amour, Production Éric Ellena - Yadé Films

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Frajerman, « Le rôle de l’Internationale des Travailleurs de l’Enseignement dans l’émergence de l’identité communiste enseignante en France », sur Revues.org, 1919-1932 (consulté le 10 juillet), Paragraphe 25
  2. Loïc Le Bars, « révolutionnaire dans le syndicalisme enseignant », sur Pelloutier.net, 1919-1935 (consulté le 10 juillet 2010), Paragraphe : Les problèmes de la fraction communiste
  3. « Terre Future »
  4. Jean Michel Vernochet, « Archives », sur Le courrier.ch (consulté le 20 juillet 2010)
  5. Jean Michel Vernochet, « Iraq versus America, strategy or army manœuvres ? », sur strategicsinternational.com (consulté le 20 juillet 2010)
  6. Jean Michel Vernochet, « Syria, a pole of stability ? », sur strategicsinternational.com (consulté le 20 juillet 2010)
  7. Jean Michel Vernochet, « Morocco, between continuity and change », sur strategicsinternational.com (consulté le 20 juillet 2010)
  8. Jean-Michel Vernochet, « Archives », sur Geopolintel.fr (consulté le 20 juillet 2010)
  9. Jean-Michel Vernochet, « Manifeste pour une Europe des Peuples », sur Geopolintel.fr, (consulté le 20 juillet 2010) - Voir le document joint à l'article
  10. Maria Poumier, « Les conditions pour une Europe solide », sur esprit-europeen.net (consulté le 20 juillet 2010)
  11. « Conférence sur l'Hollywoodisme : quand conspirationnistes et négationnistes convolent à Téhéran », sur Conspiracy Watch, (consulté le 1er mars 2016).
  12. Alexandre Del Valle, « L’Islam révolutionnaire », in Politique Internationale, n°103, printemps 2004
  13. Yolène Dilas-Rocherieux, « Communisme, révolution, islamisme. Le credo d'Illich Ramirez Sanchez », sur Cairn (consulté le 20 juillet 2010)
  14. Jean-François Mayer, « Carlos: le manifeste d'un révolutionnaire professionnel », sur terrorisme.net, (consulté le 10 juillet 2010)
  15. Gaétan Mathieu: "Le géopolitologue Jean-Michel Vernochet candidat en Amérique du Nord", dans France-Amérique, le journal français des États-Unis, 16 mai 2012, http://www.france-amerique.com/articles/2012/05/16/jean-michel_vernochet.html.