Armes de destruction massive en Ukraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Ukraine
Arsenal nucléaire
Image illustrative de l’article Armes de destruction massive en Ukraine
Programme
Date de lancement N/A
Premier essai nucléaire N/A
Premier essai Bombe H N/A
Dernier essai nucléaire N/A
Statistiques
Charge nucléaire la plus élevée N/A
Nombre maximal d'armes nucléaires ~ 4 000 (1991)
Nombre total d'essais nucléaires 0
Arsenal courant 0 (depuis 1996)
Portée maximale
Traités internationaux
Traités signés Traité de réduction des armes stratégiques
Mémorandum de Budapest
Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires

L'Ukraine n'a plus d'armes de destruction massive actuellement. L'arsenal nucléaire de l'Ukraine s'est constitué lorsqu’elle se retrouva indépendante à la suite de la dislocation de l'URSS en décembre 1991. Elle se retrouva avec de vastes stocks d'armes, en faisant la troisième puissance nucléaire mondiale en nombres d'ogives[1].

Historique[modifier | modifier le code]

RSD-10 Pioneer dans le musée d'histoire militaire de la force aérienne ukrainienne de Vinnytsia. Sa mise hors-service a été décidé lors du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire de 1988.

De vastes transferts de matériel ont lieu pour rapatrier les troupes de l'ex-armée rouge stationnées dans l'ancien Pacte de Varsovie tandis que les nouvelles armées nationales se partagent l'arsenal soviétique. Les Forces armées de l'Ukraine se retrouvent à la tête du deuxième arsenal après la Fédération de Russie qui, elle, récupéra l'ensemble des armes nucléaires de l'URSS à la suite du traité de sécurité collective (ou Traité de Tachkent) de 1992[2].

Le , le Conseil suprême d'Ukraine adopte la déclaration de souveraineté d'état d'Ukraine et annonce que l'Ukraine n'utilisera pas, ne produira pas et ne stockera pas d'armes nucléaires. Le 24 octobre 1991, le parlement ukrainien adopte un statut non-nucléaire. En novembre 1993, le parlement ukrainien ratifie le protocole de Lisbonne signé le 23 mai 1992 complétant le Traité de réduction des armes stratégiques du 7 juin 1991 et concernant les états successeurs de l’URSS[3].

L'Ukraine signe le mémorandum de Budapest le , par lequel elle accepte de se défaire de l'énorme stock d'armes nucléaires dont elle a hérité à la dislocation de l'URSS et d'adhérer au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, ce qu'elle fit le même jour[4]. À partir du 1er juin 1996, elle n'a plus d'ogives opérationnelles sur son territoire, le désarmement étant financé par le gouvernement des États-Unis[5] dans le cadre du Cooperative Threat Reduction Program[6] pour plus de 500 millions de dollars américains[7].

Son aviation n'exploita que peu les appareils dont elle disposa. Dès 1994, des négociations ont lieu avec la Russie pour qu'elle reprenne une part des avions et les missiles de croisière constituant leurs munitions. En 1995, une commission militaire russe déclara que seuls 15 % des bombardiers stratégiques étaient en état de vol. Le 14 octobre 2002, la démolition de l'ensemble des bombardiers restants effectuée par Raytheon à la suite d'un contrat dans le cadre d'un programme de désarmement est effective[8].

Ogives et vecteurs[modifier | modifier le code]

Ogives nucléaires[modifier | modifier le code]

En 1991, 1 272 ogives nucléaires stratégiques se trouvaient en République socialiste soviétique d'Ukraine[9] selon une publication de l’United States Air Force de 2000[9] (1 900 estimées à l'époque par Arms Control Today[5]).

En 1992, sur les 10 466 ogives nucléaires stratégiques dont disposait l'Armée rouge à cette date, 1 408 étaient stationnées en Ukraine ainsi qu'environ 2 500 armes nucléaires tactiques (2 275 selon Arms Control Today[5]) qui furent rapatriées l’année suivante.

En 1993, 1 264 ogives stratégiques étaient en Ukraine, en 1994, 1 594 et en 1995, 1 056. En juin 1996, la dernière est rapatrié en Russie[9],[5].

En mars 2012, l'Ukraine a complètement enlevé les quantités restantes d'uranium hautement enrichi de son territoire[10].

Missiles intercontinentaux[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée du musée des forces de missiles stratégiques de Pervomaïsk. Notons l’emblème de ces forces à gauche de ce panneau.

À la suite de la dissolution de l'Union Soviétique, la 43e armée de fusées ((ru) : 43-я ракетная Краснознаменная армия) passa sous le contrôle des forces des fusées stratégiques ukrainiennes. Elle dispose alors des bases de Khmelnytskyï dépendant de la 19e division de missiles, de celle de Pervomaïsk où est stationnée la 46e division de missiles ainsi que d'un centre de stockage de missiles balistiques. Ses 176 missiles balistiques intercontinentaux emportaient un total de 1 944 ogives[11]. Elle est dissoute le 8 mai 1996[12].

Un des postes de contrôle de tir de la base de Pervomaïsk.

130 missiles UR-100N (code OTAN : SS-19) se retrouvent sur le territoire de l'Ukraine sur les sites de Khmelnytskyï et Pervomaïsk. D'abord désarmés, ils sont progressivement rapatriés en Russie entre 1996 et 1999. 19 sont réutilisés par les forces des fusées stratégiques de la Fédération de Russie. Ces missiles peuvent emporter six MIRV de 550 kT (versions 1 et 3) ou une tête unique de 2,5 ou 5 MT (version 2)[13]. Le système de guidage est développé par NPO "Electropribor" situé Kharkiv, Ukraine[14]. Les bases de missiles comportaient 130 silos à missiles, 13 centres de contrôle de lancement et 2 silos d'entraînement[15].

46 RT-23 Molodets (code OTAN : SS-24) emportant chacun 10 MIRV de 300 à 550 Kt[16] dont la fabrication se faisait dans des sites du industrie de la défense soviétique en Ukraine se trouvent également sur son sol sur la base de Pervomaïsk en 1991 et sont démantelés ou détruits du 1er juillet 1998 au 4 janvier 2001. Au total, l'infrastructure disposait 46 silos à missiles, 5 centres de contrôle de lancement, et 54,5 missiles avec les pièces détachées de [15].

Bechtel International Corporation fut chargé de la destruction des silos de SS-19 et Morrison Knudsen de celui des SS-24[17]. En 1998, 120 silos ukrainiens avaient été détruits. Le dernier silo à missile est détruit le 30 octobre 2001[18].

À la suite d'un accord d'avril 2010 entre les présidents ukrainien et américain, les États-Unis financent à 90 % (soit 24 millions de dollars) un site d'élimination des fuselages des moteurs de fusée RT-23 (ainsi que de munitions conventionnelles) et d'environ 5 000 tonnes de combustible solide dans l'oblast de Dnipropetrovsk. Le site de l'usine chimique Pavlohradskyi Khimichnyi Zavo destiné à l'élimination d'éléments de missiles ouvre le 21 mai 2013[10]. La destruction des moteurs démarre en juin 2013[19].

Une partie de la base de Pervomaïsk est devenue le musée des forces de missiles stratégiques[20].

Missiles tactiques[modifier | modifier le code]

Insigne des forces de fusées et d'artillerie ukrainiennes.
OTR-21 ukrainiens lors d'un défilé en 2008.

Deux brigades de missiles tactiques sol-sol ont également été intégrées dans l’armée ukrainienne en 1992. Elles disposaient alors de 70 des quelque 500 lanceurs de roquettes 9K52 Luna M (code OTAN. : FROG-7) de l'armée rouge, 132 des quelque 550 lanceurs de Scud et 72 ou environ 90 des quelque 300 lanceurs de OTR-21 Tochka (code OTAN : SS-21 Scarab) [21] de la défunte armée soviétique[22], ces engins pouvant emporter des charges conventionnelles, chimiques ou nucléaires.

En 2011, seuls les OTR-21 sont en service dans la 19e brigade de fusées des forces de fusées et d'artillerie ((uk) : Ракетні війська та артилерія, Raketni Viys’ka ta artilleriya) stationnée à Khmelnytskyï[23] et un site privé américain estime en 2014 leur stock à 90 lanceurs[24].

On ne sait pas si ces systèmes d'armes sont opérationnels[25].

Des sources militaires angolaises font état de la livraison d’une vingtaine de FROG a l’UNITA dans les années 1990[26].

Un responsable gouvernemental ukrainien déclare qu'en 1998, à la signature d'un mémorandum d'entente secret avec les États-Unis destiné à éliminer à terme l'ensemble des SCUD, que l'Ukraine possède 117 TEL[27]. Environ 200 missiles Scud (minimum de 185) et 54 tracteurs-érecteurs-lanceurs (TEL) retirés du service en 1997[28] ont été détruits ou démilitarisés avec l’aide du Département d’État des États-Unis entre le 20 septembre 2010 et le 11 avril 2011 dans le cadre du régime de contrôle de la technologie des missiles[29].

Le nombre de missiles OTR-21 qu'avait l’Ukraine est estimé à environ 500. Il est possible que 80 aient été exportés au Yémen et 40 avec 12 TEL en Syrie[30].

Aviation[modifier | modifier le code]

Bombardier stratégique Tu-160 de la force aérienne ukrainienne en vol en 1997.

L'Ukraine récupéra également un total de 1 100 avions de combat dont un grand pourcentage de la 46e armée aérienne ((ru) : 46-я воздушная армия}, une des trois armées de l’aviation à long rayon d'action ((ru) : Дальняя Авиация, Dal'nyaya Aviatsiya) chargée du bombardement stratégique, ainsi que quatre régiments de l'aviation navale soviétique de la flotte de la mer Noire.

La force aérienne ukrainienne eut ainsi 25 bombardiers stratégiques Tupolev Tu-95MS et 19 Tupolev Tu-160, 30 bombardiers moyenne portée Tupolev Tu-16 (lanceurs de missiles), 33 Tupolev Tu-22D (lanceurs de missiles) et 36 Tupolev Tu-22M3, 30 avions de reconnaissance Tu-22P, 20 Iliouchine Il-78 de ravitaillement en vol, ainsi que d'importants stocks de missiles de croisière : 1 068 Kh-55 (X-55) pouvant emporter soit une charge nucléaire de 200 Kt soit une ogive conventionnelle, et 423 Kh-22 (X-22) équipés soit une charge nucléaire de 350 Kt soit une ogive conventionnelle d'une tonne[31].

Les 19 Tupolev Tu-160 appartenaient au 184e régiment de bombardement lourd de la Garde (184 GvTBAP, 184 Gvardeyskyy Tyazhelyy Bombardirovochnyy Aviatsionnyy Polk) de l'armée de l'air soviétique stationné sur la base aérienne de Prylouky[32]. Ces avions passèrent sous le contrôle de la force aérienne ukrainienne. À partir du 5 novembre 1999, un échange se fit entre la Russie et l'Ukraine qui donna alors 8 de ses appareils pour rembourser une partie de sa dette concernant l’achat de gaz. L'Ukraine a détruit les autres « Blackjacks » en sa possession entre le 16 novembre 1998 et le 2 février 2001[8].

Les 25 Tupolev Tu-95 furent détruits sauf 3 qui furent transférés à la Russie, ou exposés dans des musées entre 1998 et 2001[33].

En comptant les appareils de l'aéronavale, on compta 59 Tupolev Tu-22M (dont 42 Tu-22M3 et 17 Tu-22M2) furent détruits à partir de la fin des années 1990, le dernier le 27 janvier 2006, sauf trois exposés dans des musées[34].

Découpe d'un Kh-22 par un ukrainien sur la base aérienne d’Ozerne financé par la Defense Threat Reduction Agency américaine.

Les missiles de croisière furent soit ferraillés soit expédiés en Russie[35]. Le premier des 225 Kh-22 est détruit le 6 novembre 2002 dans la base aérienne d'Ozerne[15]. Environ 487 Kh-55 furent détruits, environ 587 envoyés en Russie mais en 2005, la justice ukrainienne révéla qu'en 2001, 12 Kh-55 avaient été vendus au marché noir à l'Iran et 6 à la Chine[36].

Le rapatriement ou la neutralisation des vecteurs nucléaires fut naturellement plus lent que celui des ogives : il restait en 1999 encore 27 missiles balistiques intercontinentaux et 32 bombardiers stratégiques Tu-95 et Tu-160[9].

Autres armes de destructions massives[modifier | modifier le code]

Armes chimiques[modifier | modifier le code]

L’Ukraine a ratifié la convention sur l’interdiction des armes chimiques en 1993 et n'a pas d'armes chimiques opérationnelles.

Les stocks de l'armée soviétique se trouvant sur son territoire sur les sites de Zolotonocha (en ukrainien et en russe : Золотоноша) dans l'oblast de Tcherkassy, de Otchakiv (en ukrainien : Очаків) ou Otchakov (en russe : Очаков) dans l'oblast de Mykolaïv, et Fastiv (en ukrainien : Фастів) ou Fastov (en russe : Фастов) dans l'oblast de Kiev sont expédiés en Russie en janvier 1992[37].

Un millier de fûts contenant du gaz moutarde et du lewisite, ont été immergés secrètement au large de la Crimée après la Seconde Guerre mondiale par l'URSS. Une centaine d'entre eux ont été récupérés à la suite d'un programme ukrainien inefficace qui a été annulé en 2013[38].

Armes biologiques[modifier | modifier le code]

Depuis son indépendance en 1991, l'Ukraine ne s'est pas engagée dans des activités concernant les armes biologiques. Bien que certaines installations de recherche ukrainiennes sur la peste ont été historiquement impliquées dans la guerre biologique défensive soviétique, ils étaient principalement responsables des enquêtes épidémiologiques civiles. Cependant, comme avec d'autres instituts soviétiques, elles peuvent avoir fourni les souches virulentes au programme de recherche bactériologiques du ministère de la Défense de l'URSS ou Biopreparat. Ils peuvent aussi avoir développé des vaccins et du matériel de diagnostic pour les agents pathogènes utilisés comme armes par les militaires soviétiques.

Après l'effondrement de l'URSS, les responsables ukrainiens ont déclaré publiquement qu'ils considéraient la prolifération des armes biologiques comme une menace à la sécurité nationale. L'Ukraine n'a pas de programme d'armes biologiques, et a adhéré à la Convention sur l'interdiction des armes biologiques. En vertu d'un accord de coopération sur la réduction de la menace biologique d'août 2005, les États-Unis ont financé pour environ 150 millions de dollars l'amélioration de la sécurité dans les instituts biologiques ukrainiens où des agents pathogènes dangereux sont gardés. Le 15 juin 2010, un nouveau laboratoire de recherche sur les pathogènes de classe 3 est ouvert à Odessa dans le cadre de cet accord. Le laboratoire étudie les agents biologiques tels que la tularémie, la fièvre charbonneuse et la fièvre Q[37],[39].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Estimated Russian (CIS) Nuclear Stockpile », Bulletin of the Atomic Scientists, vol. 50, no 5,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Richard A. Falkenrath, Shaping Europe's Military Order : The Origins & Consequences of the CFE Treaty, mit press, 320 p. (ISBN 0262560860)
  3. (en) « PROTOCOL TO THE TREATY BETWEEN THE UNITED STATES OF AMERICA AND THE UNION OF SOVIET SOCIALIST REPUBLICS ON THE REDUCTION AND LIMITATION OF STRATEGIC OFFENSIVE ARMS », sur Département d’état des États-Unis, (consulté le 26 avril 2014)
  4. « Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires », sur Organisation des Nations unies (consulté le 19 mars 2014)
  5. a, b, c et d (en) « The Lisbon Protocol At a Glance », sur Arms Control Association, (consulté le 26 mars 2014)
  6. (en) « Cooperative Threat Reduction Program », sur Defense Threat Reduction Agency (consulté le 21 mars 2014)
  7. (ru) « Historique », sur Музей ракетних військ стратегічного призначення (consulté le 1er avril 2014)
  8. a et b (en) « Ukraine Bomber Decommissioning and Transfer Chronology » [PDF], sur Nuclear Threat Initiative, (consulté le 26 mars 2014)
  9. a, b, c et d (en) « Russian Military Almanac », Air Force Magazine,‎ , p. 77 (lire en ligne)
  10. a et b Worldwide News Ukraine, « L'Ukraine et les États-Unis poursuivent ensemble la politique de destruction des missiles », sur PR Newswire, (consulté le 30 avril 2014)
  11. (en) Sean O'Connor, « Russia's Strategic Missile Forces », sur Air Power Australia, (consulté le 1er avril 2014)
  12. (en) « 43rd Red Banner Missile Army », sur The Luftwaffe 1933-1945 (consulté le 23 mars 2014)
  13. (en) John Pike, « UR-100N / SS-19 STILLETO », sur Federation of American Scientists, (consulté le 27 mars 2014)
  14. (en) Anatoly Krivonosov, « Khartron: Computers for Rocket Guidance Systems », sur Massachusetts Institute of Technology, (consulté le 27 mars 2014)
  15. a, b et c (en) Ukraine Intelligence & Security Activities and Operations Handbook, International Business Publications, , 328 p. (ISBN 0739716611, lire en ligne), p. 153
  16. (en) John Pike, « RT-23 / SS-24 SCALPEL », sur Global Security, (consulté le 27 mars 2014)
  17. (en) « House NSC Members Visit CTR Sites in Russia and Ukraine », sur Département de la Défense, (consulté le 30 mars 2014)
  18. (en) « Ukraine's last missile silo destroyed », sur Virsky, (consulté le 19 mars 2014)
  19. (en) Interfax-Ukraine, « Ukraine, US Working Out Schedule Of Work At Joint Facility For Disposal Of Solid Rocket Fuel From SS-24s », sur Kiev Ukraine News Blog, (consulté le 30 mars 2014)
  20. (ru) « Présentation », sur Музей ракетних військ стратегічного призначення (consulté le 1er avril 2014)
  21. (en) « Armed Forces », sur Brama (consulté le 2 avril 2014)
  22. (en) Trevor Nevitt Dupuy, International Military & Defense Encyclopedia, vol. 5, Macmillan USA, , 3132 p. (ISBN 978-0028810652), p. 2478
  23. (en) Lapin Oleksandr, « November 3 - Day of artillery and rocket forces of Ukraine », sur Ukrinform News, (consulté le 3 avril 2014)
  24. (en) « Ukraine - Ground Forces Equipment », sur Global Security, (consulté le 2 avril 2014)
  25. (en) « Missile », sur NTI, (consulté le 2 avril 2014)
  26. Jeannôt Mokili Danga Kassa, La crise congolaise : Enjeux et reconstruction nationale, vol. L'Harmattan, , 370 p. (ISBN 2-7475-3093-0, lire en ligne), p. 67
  27. (en) The New York Times, Open Secrets : WikiLeaks, War and American Diplomacy, , 608 p.
  28. (en) Interfax-Ukraine, « Ukraine, United States begin to scrap Scud missiles stored in Vinnytsia region », sur Kyiv Post, (consulté le 3 mars 2014)
  29. (en) « U.S. State Department Helps Ukraine Eliminate SCUD Missile System », sur Département d’État des États-Unis, (consulté le 3 mars 2014)
  30. (en) « OTR-21A/-21B (SS-21) » [archive du ], sur Missile Threat, (consulté le 3 mars 2014)
  31. (en) Carlo Kopp, « Soviet/Russian Cruise Missiles », sur Air Power Autralia, (consulté le 27 mars 2014)
  32. Clément Houbre. Aymeric Lopez, « Tupolev Tu-160 », sur Étoile Rouge, (consulté le 1er avril 2014)
  33. (en) « The history of the Armed Forces of Ukraine », sur Ministère de la défense de l’Ukraine (consulté le 19 mars 2014)
  34. (ru) « 27 января в Полтаве состоится завершающий этап Программы ликвидации тяжелых бомбардировщиков типа Ту-22М3 и авиационных ракет типа Х-22 », sur Gouvernement ukrainien,‎ (consulté le 19 mars 2014)
  35. (ru) « В Полтаве готовятся к утилизации последнего бомбардировщика », http://www.aviaport.ru,‎
  36. (en) Carlo Kopp, « Bypassing the National Missile Defence System- The Cruise Missile Proliferation Problem », sur Air Power Australia (consulté le 19 mars 2014)
  37. a et b (en) « Ukraine / Overview », sur Nuclear Threat Initiative
  38. La voix de la Russie, « L’Ukraine abandonne la Crimée pour la Syrie », sur french.ruvr.ru, (consulté le 26 mars 2014)
  39. (en) « Dod Comissions 1st Bio-Safety Laboratory in Ukraine », sur Ambassade des États-Unis en Ukraine, (consulté le 5 avril 2014)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]