Chronologie de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Carte animée de l'invasion du 24 février au 7 avril (carte détaillée par ville).

Le , la Russie lance une invasion militaire de l'Ukraine. Cet article présente une chronologie des évènements clés de ce conflit.

Les 100 premiers jours de l'invasion

Contexte[modifier | modifier le code]

Le 24 février, la Russie envahit l'Ukraine, marquant une escalade majeure de la crise russo-ukrainienne en cours depuis 2014. La campagne est précédée d'un renforcement militaire russe dès le début de l'année 2021, ainsi que de nombreuses demandes russes de mesures de sécurité et d'interdictions légales contre l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN[1].

L'invasion connait cinq phases principales (au 25 septembre 2022) :

  1. 24 février : invasion ; quatre fronts ouverts
  2. du 25 février au 24 mars : avancée rapide des forces russes, dont certaines parviennent jusqu'en banlieue de Kiev
  3. 2 avril : les troupes russes se retirent du nord de l'Ukraine et se redéploient sur le Donbass
  4. d'avril à août : enlisement du conflit. Peu d'avancées russes.
  5. 7 septembre : contre-offensive ukrainienne dans les régions de Kharkiv et Kherson

Évènements précédant l'invasion[modifier | modifier le code]

Le 10 novembre 2021, un mouvement inhabituel de troupes russes près des frontières de l'Ukraine est signalé[2]. Le 28 novembre, une accumulation de 92 000 soldats russes est notée aux frontières de l'Ukraine.

  • Le 7 décembre, le président américain Joe Biden met en garde Poutine contre « des mesures économiques et autres fortes » si la Russie attaque l'Ukraine.
  • Le 17 décembre, Poutine demande des limites aux activités de l'OTAN en Europe de l'Est, ainsi que l'interdiction d'une adhésion de l'Ukraine à l'OTAN. Demandes rejetées.
  • Le 17 janvier 2022, des troupes russes arrivent en Biélorussie, alliée de la Russie, officiellement pour des exercices militaires.
  • Le 19 janvier, les États-Unis accordent à l'Ukraine deux cents millions de dollars d'aide à la sécurité.
  • Le 24 janvier, l'OTAN met des troupes en attente.
  • Le 25 janvier, des exercices russes impliquant six mille soldats et soixante avions à réaction ont lieu en Russie près de l'Ukraine et de la Crimée.
  • Le 10 février, la Russie et la Biélorussie entament dix jours de manœuvres militaires.
  • Le 17 février, les combats s'intensifient dans les régions séparatistes de l'est de l'Ukraine.

Février 2022[modifier | modifier le code]


21 février[modifier | modifier le code]

À 22 h 35 (UTC+3)[3], le président russe Vladimir Poutine annonce que la Russie reconnaît l'indépendance de deux régions sécessionnistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine[4]. Cela conduit à une première série de sanctions économiques de la part des pays de l'OTAN le lendemain.

24 février[modifier | modifier le code]

Début des opérations militaires.

24 au matin[modifier | modifier le code]

Allocution du président russe Vladimir Poutine déclarant le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février 2022 (sous-titrée en russe et en anglais)[5].
Structure à Kiev touchée par un fragment de missile, 24 février.

Vers h 30, heure de Moscou (UTC+3), au cours d'une allocution télévisée vraisemblablement préenregistrée[6], le président russe Vladimir Poutine annonce une « opération militaire spéciale » en Ukraine[7],[8]. Dans son allocution, il affirme qu'il n'est pas prévu d'occuper le territoire ukrainien et qu'il soutient le droit des peuples ukrainiens à l'autodétermination[9]. Selon lui, cette opération de la Russie vise la « démilitarisation et la dénazification » de l'Ukraine[10],[11] et déclare que « toute responsabilité pour une éventuelle effusion de sang reposera entièrement sur la conscience du régime au pouvoir sur le territoire de l'Ukraine »[12]. Le ministère russe de la Défense demande aux unités de contrôle du trafic aérien de l'Ukraine d'arrêter les vols, et l'espace aérien au-dessus du pays est limité au trafic aérien non civil, et toute la zone est considérée comme une zone de conflit actif par l'Agence de la sécurité aérienne de l'Union européenne[13],[14].

Quelques minutes après l'annonce de Poutine, des explosions sont signalées à Kiev, Kharkiv, Odessa et dans le Donbass[15],[16]. Les forces russes entrent en Ukraine par une région proche de Kharkiv, en provenance de Russie, de Biélorussie et de Crimée (annexée par la Russie en 2014)[17]. Des véhicules militaires russes passent par le checkpoint Senkivka, au point où l'Ukraine rencontre la Biélorussie et la Russie, vers 6 h 48 heure locale[18]. Une vidéo capture des troupes russes entrant en Ukraine depuis la Crimée annexée par la Russie[19],[20]. Des troupes russes débarquent à Marioupol et Odessa. Des missiles de croisière et balistiques sont lancés sur des aérodromes, des quartiers généraux militaires et des dépôts militaires à Kiev, Kharkiv et Dnipro[14],[21],[22].

Les attaques russes se concentrent dans un premier temps sur les infrastructures militaires telles que l'artillerie et les stocks de missiles, les « systèmes de défense anti-aérienne », les systèmes informatiques tels que les centres de commandement et de contrôle[23], et les bases aériennes de l'Ukraine[24], dont l'aéroport de Hostomel[25]. Des avions de chasse et des hélicoptères tentent d'établir une supériorité aérienne[26]. La Russie tente de créer un mouvement de tenailles pour encercler Kiev et envelopper les forces ukrainiennes à l'est, de la Biélorussie au nord, de Donetsk et de la Crimée dans le Sud[27].

Les États-Unis pensent que la Russie a l'intention de « décapiter » le gouvernement ukrainien et d'installer un gouvernement fantoche pro-russe[28], des responsables du renseignement américain annoncent la chute de Kiev dans les 96 prochaines heures compte tenu des circonstances sur le terrain[29].

Selon l'ancien vice-ministre ukrainien de l'Intérieur, Anton Gerachtchenko, conseiller officiel du gouvernement, juste après 06 h 30 (UTC+2), les forces russes envahissent par voie terrestre près de la ville de Kharkiv[30] et à grande échelle des débarquements amphibies sont signalés dans la ville de Marioupol[31],[32],[33]. À 07 h 40, des troupes entrent également dans le pays depuis le territoire biélorusse[34]. Les forces frontalières ukrainiennes signalent des attaques sur des sites dans les oblast de Louhansk, Soumy, Kharkiv, Tchernihiv et Jytomyr, ainsi qu'en Crimée[35]. Le ministère ukrainien de l'Intérieur rapporte que les forces russes ont capturé les villages de Horodyshche et Milove à Lougansk[36]. L'armée ukrainienne repousse une attaque près de Chtchastia (près de Louhansk) et reprend le contrôle de la ville, faisant près de cinquante victimes du côté russe[37]

Les troupes russes en provenance de Crimée s'emparent rapidement du sud de l'oblast de Kherson et notamment des villes d'Olechky, de Henitchesk et de Tchaplynka[38],[39],[40].

Peu avant 7 heures (UTC+2), le président Volodymyr Zelensky annonce l'introduction de la loi martiale en Ukraine[41] et rompt les relations russo-ukrainiennes avec effet immédiat[42]. Il signe le décret no 64/2022 sur l'imposition de la loi martiale en Ukraine, imposée à partir de h 30 le pour une durée de trente jours[43] et annonce que l'Ukraine rompt ses relations diplomatiques avec la Russie[44].

Des missiles russes visent des infrastructures ukrainiennes, notamment l'aéroport international de Boryspil, le plus grand aéroport d'Ukraine, à 29 km à l'est de Kiev[45].

Scènes dans l'est de l'Ukraine pendant l'invasion.

Aux environs de h du matin, à la suite de combats dans la région de Soumy, les six premiers soldats grièvement blessés des forces armées ukrainiennes sont amenés à l'hôpital de Hloukhiv, un appel aux dons du sang est lancé par les autorités[46].

À 10 heures (UTC+2), lors du briefing de l'administration présidentielle ukrainienne, les autorités annoncent que les troupes russes ont envahi l'Ukraine par le nord (jusqu'à 5 km au sud de la frontière). Les troupes russes sont actives dans les oblast de Kharkiv et de Tchernihiv et près de Soumy[47]. D’après le service de presse de Zelensky, les soldats ukrainiens ont repoussé une attaque dans l'oblast de Volyn[48]. À 10 h 30 (UTC + 2), les autorités annoncent que les troupes russes dans l'oblast de Tchernihiv sont stoppées, qu'une bataille majeure près de Kharkiv est en cours et que Marioupol et Shchastia avaient été entièrement récupérés[49].

Aux environs de 11 h du matin, un bombardement russe sur le village de Lipetske (uk) dans l'oblast d'Odessa fait dix-huit morts et six blessés parmi les militaires ukrainiens[50].

Lors de la bataille de l'aéroport d'Antonov, les troupes aéroportées russes saisissent l'aéroport à Hostomel, une banlieue de Kiev, après avoir été transportées par hélicoptères tôt le matin ; une contre-offensive ukrainienne pour reprendre l'aéroport est lancée plus tard dans la journée[51],[52]. La brigade d'intervention rapide de la Garde nationale ukrainienne annonce avoir abattu trois des 34 hélicoptères russes[53].

La Biélorussie ayant autorisé les troupes russes à envahir l'Ukraine par le nord, à 11 h 00 (UTC+2), des gardes-frontières ukrainiens signalent l'ouverture d'une brèche à la frontière à Vilcha (oblast de Kiev) et les gardes-frontières de l'oblast de Jytomyr sont bombardés par des lance-roquettes russes (vraisemblablement BM-21[54]). Un hélicoptère sans marquage aurait bombardé la position des gardes-frontières de Slavoutytch depuis la Biélorussie[55]. À 11 h 30 (UTC+2), une deuxième vague de bombardements de missiles russes vise les villes de Kiev, Odessa, Kharkiv et Lviv. De violents combats au sol sont signalés dans les oblast de Donetsk et de Lougansk[56].

Les États-Unis, le Canada ou encore la Corée du Sud et une partie des États d'Europe s'allient alors contre cet acte de guerre de la Russie, qui viole le droit international, et annoncent des sanctions économiques[réf. nécessaire].

24 après-midi et soir[modifier | modifier le code]

À 12 h 4 (UTC + 2), les troupes russes venant de Crimée se dirigent vers la ville de Nova Kakhovka dans l'oblast de Kherson[57]. Plus tard dans la journée, les troupes russes entrent dans la ville de Kherson et prennent le contrôle du canal de Crimée du Nord, ce qui leur permet de reprendre l'approvisionnement en eau de la péninsule[58].

À 13 heures et 13 h 19 (UTC + 2), les gardes-frontières ukrainiens et les forces armées signalent deux nouveaux affrontements - près de Soumy (« en direction de Konotop ») et de Starobilsk (dans l'oblast de Louhansk)[54]. À 13 h 32 (UTC+2), Valeri Zaloujny signale quatre missiles balistiques lancés depuis le territoire de la Biélorussie en direction du sud-ouest[54]. Plusieurs stations du métro de Kiev et du métro de Kharkiv sont utilisées comme abris anti-bombes pour la population locale[54]. Un hôpital local de Vuhledar (oblast de Donetsk) aurait été bombardé, faisant quatre civils morts et dix blessés (dont six médecins)[54].

À 13 h 20 (UTC+2), le maire de Tavriisk Mykola Rizak annonce que les troupes russes sont parvenues à s'emparer du canal de Crimée du Nord et de la centrale hydroélectrique de Kakhovka[39].

À 16 heures (UTC+2), Zelensky déclare que des combats entre les forces russes et ukrainiennes ont éclaté dans les villes fantômes de Tchernobyl et Pripyat[59]. Vers 18 h 20 (UTC+2), la centrale nucléaire de Tchernobyl passe sous contrôle russe[60],[61],[62] tout comme les zones environnantes[63],[64],[59].

À 16 h 18 (UTC+2), Vitali Klitschko, le maire de Kiev, ordonne un couvre-feu entre 22 h 00 à 07 h 00[65].

À 16 h 55, les forces russes annoncent avoir conquis l'aéroport de Hostomel, qui est près de la capitale Kiev, après un assaut d'hélicoptères de type Mil Mi-8 et de troupes aéroportées[66],[67],[68]. Quelques heures plus tard, les forces ukrainiennes annoncent l'avoir repris[69][réf. obsolète] avant que celui-ci soit définitivement maîtrisé par les forces russes au cours d'une action qui aurait, selon les autorités russes, fait des centaines de morts du côté ukrainien[70].

Peu avant 19 h (UTC+2), les troupes russes prennent possession de la centrale nucléaire de Tchernobyl ainsi que du périmètre d'exclusion qui l'entoure[71].

À 22 heures (UTC+2), le Service national des gardes-frontières d'Ukraine annonce la capture de l'île des Serpents à la suite d'un bombardement naval et aérien de l'île par la marine russe[72]. Selon le ministère ukrainien de la Défense, les 13 gardes frontières ukrainiens présents sur l'île ont résisté jusqu'à la mort en refusant l'ultimatum d'un navire russe qui leur demandait de rendre les armes[73]. Les derniers mots entendus de leur part ont été : « Navire russe, va te faire foutre » avant de mourir sous les frappes aériennes et les tirs d'artillerie[73]. Ils seront tous décorés à titre posthume de la médaille de « Héros d'Ukraine » selon le président Volodymyr Zelensky[74]. Toutefois, deux jours après, le Service national des gardes-frontières d’Ukraine annonce que les treize soldats étaient finalement vivants et prisonniers des Russes[75]. Dix-sept civils sont confirmés tués, dont treize dans le sud de l'Ukraine[76], trois à Marioupol et un à Kharkiv[77]. Selon Zelensky, 137 citoyens ukrainiens (soldats et civils) sont morts le premier jour de l'invasion[78].

À 22 h (UTC+2), Kiev est assailli par les forces russes qui annoncent aussi avoir détruit l'intégralité des défenses aériennes de l'Ukraine. La bataille de Kiev débute, et des affrontements sont en cours entre les forces ukrainiennes et des soldats russes[79].

À l'est du pays, les forces russes sont aux portes de Kharkiv où des rudes combats se déroulent. C'est un enjeu essentiel puisqu'il s'agit de la deuxième ville d'Ukraine par sa population (1,4 million d'habitants)[80].

Peu après 23 heures (UTC+2), le président ordonne une mobilisation générale de tous les hommes ukrainiens âgés de 18 à 60 ans ; pour la même raison, les concernés ont interdiction de quitter l'Ukraine[81],[82]. Ces mesures radicales qui incluent quatre phases jusqu'à la mobilisation de la population générale implique dans un premier temps l'interdiction de quitter le territoire pour ces hommes considérés en âge de combattre afin de pouvoir les mobiliser pour renforcer l'armée en cas de besoin, ainsi que la confiscation de véhicules[83]. La mobilisation concerne les soldats, fonctionnaires, réservistes et ceux aptes au service militaire, exemptant ceux souffrant de problèmes de santé, ceux en charge de plus de trois enfants de moins de 18 ans, ceux élevant seul des enfants mineurs, ceux élevant un enfant handicapé, ainsi que les députés[83]. Ce type de mesure a déjà été utilisée par la France en temps de guerre en 1914 et 1939, pour respectivement la Première et la Deuxième Guerres Mondiales[83].

24 février dans la journée[modifier | modifier le code]

Les réseaux sociaux sont mobilisés dès le premier jour de l'invasion, que ce soit sur des canaux Telegram, application de messagerie cryptée très populaire en Ukraine et en Russie pour son anonymité ou encore Facebook pour diffuser des vidéos ou images (vraies ou fausses) sur la situation de guerre en direct[84]. Les premières images et vidéos, parfois en temps réel, de l'invasion sont publiées sur les réseaux sociaux, causant la suspension par erreur d'une douzaine de comptes par les plateformes publiant pourtant des informations factuelles sur les débuts des mouvements des troupes russes[85].


25 février[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 24 au 25 février l'aviation russe détruit l'Antonov An-225, le plus gros avion du monde, où il se trouve pour réparations sur l'aéroport Antonov à Hostomel[87],[88],[89].

Vers h (UTC+2), les troupes russes parviennent à encercler la ville de Konotop et commencent son siège[90].

Kyiv Tense as Russian Forces Advance, reportage vidéo de Voice of America.

Vers 04 h 00 (UTC+2), heure locale, Kiev est secouée par deux explosions de missiles de croisière et balistiques russes[91]. Certains missiles sont interceptés par la défense antiaérienne ukrainienne[92] Le gouvernement ukrainien déclare avoir abattu un avion ennemi au-dessus de Kiev, qui s'est ensuite écrasé sur un immeuble résidentiel, y mettant le feu[93]. Il sera confirmé plus tard que l'avion était un Su-27 ukrainien[94].

Des analystes militaires indépendants notent que les forces russes dans le nord du pays semblent avoir été fortement engagées par l'armée ukrainienne. Les unités russes tentent d'encercler Kiev et d'avancer vers Kharkiv mais s'embourbent dans de violents combats, des images de médias sociaux suggérant que certaines colonnes blindées russes avaient été prises en embuscade. En revanche, les opérations russes à l'est et au sud s'avèrent plus efficaces. Les unités russes les mieux entraînées et équipées sont positionnées à l'extérieur du Donbass dans le sud-est et semblaient avoir manœuvré autour des tranchées défensives préparées et attaqué à l'arrière des positions défensives ukrainiennes. Pendant ce temps, les forces militaires russes venant de Crimée sont divisées en deux colonnes, les analystes suggérant qu'elles tentent peut-être d'encercler et de piéger les défenseurs ukrainiens du Donbass, les forçant à abandonner leurs défenses préparées et à se battre à découvert[95].

Le matin du 25 février, Zelensky accuse la Russie de cibler des sites civils[96]; le représentant du ministère ukrainien de l'Intérieur, Vadym Denysenko, estime que trente-trois sites civils avaient été touchés au cours des 24 heures précédentes[97].

L'armée de l'air ukrainienne mène le matin sa première frappe sur le territoire russe en prenant pour cible la base aérienne russe de Millerovo, dans l'oblast de Rostov[98]. Elle détruit un Soukhoï Su-30SM et d'autres avions des Forces aérospatiales de la Fédération de Russie[99].

Selon le ministère ukrainien de la Défense, les forces russes sont entrées dans le district d'Obolon, à Kiev, et se trouvent à environ 9 km du bâtiment Verkhovna Rada[100]. Certaines forces russes sont entrées dans le nord de Kiev, mais n'ont pas progressé au-delà de cette position[101]. Les troupes russes de Spetsnaz s'infiltrent dans la ville avec l'intention de « chasser » les responsables gouvernementaux[102]. Un véhicule blindé banalisé est filmé virant de l'autre côté de la route et écrasant une voiture civile dans le nord de Kiev. Bien que largement décrit comme l'acte d'un char russe, les experts estiment qu'il est difficile d'identifier les auteurs et pourquoi l'incident s'est produit. Le civil au volant de la voiture, un homme âgé, a survécu et a été aidé par des habitants[103],[104],[105],[106].

Vers 12 h (UTC+2), les habitants de Konotop approuvent lors d'une Vishne, assemblée populaire à l'air libre la poursuite du combat contre les troupes russes[107]. L'état-major ukrainien considère que la ville est tombée[108].

Un immeuble à Kiev (rue Oleksandr Koshyts) après le bombardement, 25 février.

Le maire de Horlivka, dans la République populaire de Donetsk soutenue par la Russie, rapporte qu'une munition tirée par l'armée ukrainienne avait touché un bâtiment scolaire local, tuant deux enseignants[109].

À 13 h 45, des coups de feu ont été entendus dans la capitale à 7,5 km des bâtiments gouvernementaux[110]. Des combats ont lieu notamment dans le quartier Obolon[111]. La capitale se prépare à un assaut des troupes russes, des armes sont notamment distribuées aux volontaires et le ministre de la défense demande aux civils de fabriquer des cocktails Molotov[112].

Ce 25 février, Hanna Malya la vice-ministre ukrainienne de la Défense affirme que les russes ont perdu environ 2 800 soldats, 80 chars, 516 véhicules blindés, 10 avions et sept hélicoptères depuis le début de cette l'offensive[113].

Alors que les troupes russes approchent de Kiev, Zelensky demande aux habitants de préparer des cocktails Molotov pour « neutraliser » l'ennemi. Pendant ce temps, Poutine appelle l'armée ukrainienne à renverser le gouvernement[114],[115]. L'Ukraine a distribue dix-huit mille armes à feu aux habitants de Kiev qui expriment leur volonté de se battre et déploit les Forces de défense territoriales, la composante de réserve de l'armée ukrainienne, pour la défense de Kiev[116]. Le ministère de la Défense annonce également que tous les civils ukrainiens peuvent se porter volontaires pour le service militaire, quel que soit leur âge[117].

Dans la soirée, le Pentagone estime que la Russie n'a pas établi la suprématie aérienne escompté de l'espace aérien ukrainien, ce qui, selon les analystes américains, se produira rapidement après le début des hostilités. Les capacités des défenses aériennes ukrainiennes avaient été dégradées par les attaques russes, mais restaient opérationnelles. Des avions militaires des deux pays ont continué de survoler l'Ukraine[118]. Le Pentagone ajoute que les troupes russes n'avancent pas aussi rapidement que les services de renseignement américains ou Moscou ne le pensaient, que la Russie n'avait pris aucun centre de population et que le commandement et le contrôle ukrainiens étaient toujours intacts. Toujours d'après le Pentagone, la Russie n'a déployé en Ukraine que 30 % des 150 000 à 190 000 soldats qu'elle a massés à la frontière[119].

Des informations circulent sur une attaque de missiles ukrainiens contre la base aérienne de Millerovo en Russie, pour empêcher que la base ne soit utilisée pour fournir un soutien aérien aux troupes russes en Ukraine[120].

Le gouvernement ukrainien annonce ne pas avoir « peur de parler de statut neutre »[121]. Le même jour, le président Poutine indique à Xi Jinping, le chef suprême chinois et secrétaire général du Parti communiste chinois, que « la Russie est disposée à mener des négociations de haut niveau avec l'Ukraine »[122].


26 février[modifier | modifier le code]

Immeuble à Kiev (avenue Valeriy Lobanovskyi) frappé par un missile de croisière russe le 26 février 2022.
Immeuble à Kharkiv partiellement détruit par un missile, le 26 février.

À 00 h 00 (UTC), de violents combats sont signalés au sud de Kiev, près de la ville de Vassylkiv et de sa base aérienne[123]. À h 41 (UTC+2), l'état-major ukrainien revendique qu'un chasseur ukrainien Su-27 a abattu un avion de transport russe Il-76 transportant des parachutistes près de la ville[124],[125], action mise en parallèle[124] avec l'avion ukrainien de même type abattu par les séparatistes près de Louhansk, le , causant la mort de 49 personnes[126]. Le nombre de victimes est inconnu, l'appareil pouvant contenir jusqu'à 150 parachutistes et des blindés légers[127]. Des responsables américains déclarent qu'un deuxième avion de transport russe II-76 a été abattu par les forces ukrainiennes à 85 kilomètres au sud de Kiev près de Bila Tserkva[128]. La ville est défendue avec succès par les forces ukrainiennes et les combats baissent en intensités[129].

Vers 03 h 00, de violents échanges de tirs et d'explosions entres soldats russes et soldats ukrainiens accompagnés de civils ukrainiens armés ont lieu dans Kiev et sa banlieue[réf. nécessaire]. Plus de quarante-huit explosions en trente minutes sont signalées autour de Kiev, alors que l'armée ukrainienne se bat près de la centrale électrique CHP-6 dans le quartier nord de Troieshchyna[130]. Un missile de croisière russe touche un immeuble résidentiel causant au moins six blessés dont un grave, d'après les pompiers kieviens[réf. nécessaire]. Des centaines de victimes sont signalées lors de combats nocturnes à Kiev, où des bombardements ont détruit un immeuble, des ponts et des écoles[131]. Selon BBC News, l'attaque pourrait être une tentative de couper l'électricité de la ville. De violents combats sont signalés près du zoo de Kiev et du quartier de Shuliavka[réf. nécessaire]. Tôt dans la journée du 26 février, l'armée ukrainienne repousse une attaque russe contre une base militaire située sur l'avenue Peremohy, une route principale de Kiev[132] ; un assaut russe est repoussé sur la ville de Mykolaïv sur la mer Noire[133]. Dans la journée, d'après les secours ukrainiens, des tirs russes touchent la clôture d'un centre de stockage de déchets radioactifs proche de Kiev[134]. Des responsables américains indique qu'un avion de transport russe Il-76 a été abattu par les forces ukrainiennes près de Bila Tserkva, à environ 80 km au sud de Kiev[131],[135],[136]. Un communiqué de la mairie de Kiev annonce que « le couvre-feu à Kiev commencera samedi à 17 h (16 h en France) jusqu'à lundi à h », ajoutant que « toutes les personnes se trouvant dans la rue pendant cette période-là seront considérées comme des membres des groupes de saboteurs ennemis »[137]. Le président Zelensky, resté à Kiev, refuse les offres américaines d'évacuation, demandant à la place plus de munitions pour les troupes ukrainiennes[138].

À 11 h, l'état-major ukrainien signale qu'un de ses avions avait effectué trente-quatre sorties au cours des dernières 24 heures, indiquant que la Russie avait continué, de manière inattendue, à ne pas gagner en supériorité aérienne[139].

Dans l'après-midi, la plupart des forces russes s'étant rassemblées autour de l'Ukraine combattent dans le pays. Le maire Vitaly Klitschko de Kiev impose un couvre-feu à partir de 17 heures du samedi jusqu'à 08 h 00 au lundi, avertissant que toute personne se trouvant à l'extérieur pendant cette période serait considérée comme des groupes ennemis de sabotage et de reconnaissance[140]. Les connexions Internet sont interrompues dans certaines parties de l'Ukraine, en particulier dans le sud et l'est[141]. En réponse à une demande de Mykhailo Fedorov, le vice-Premier ministre ukrainien, Elon Musk annonce qu'il met en place son service Starlink en Ukraine, avec « plus de terminaux en route »[142],[143].

« Kiev fait face aux bombes et aux coups de feu », reportage vidéo de Voice of America.

D'après un représentant du ministère ukrainien de l'Intérieur, Vadym Denysenko, les forces russes ont avancé davantage vers Enerhodar et la centrale nucléaire de Zaporijjia, déployant des missiles Grad en vue d'une attaque prochaine de la centrale[144]. L'administration d'État régionale de Zaporijjia déclare que les forces russes avançant sur Enerhodar sont ensuite retournées à Bolshaya Belozerka, un village situé à 30 km de la ville, le même jour[145].

Un cargo japonais, le MV Namura Queen avec vingt membres d'équipage à bord, est touché par un missile russe en mer Noire. Un navire moldave, le MV Millennial Spirit, est également bombardé par un navire de guerre russe, faisant de graves blessés[146].

Ramzan Kadyrov, le chef de la république tchétchène, confirme que les Kadyrovtsy, des unités fidèles à la République tchétchène, sont également déployées en Ukraine[147]. D'après Oleksiy Danilov, le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense de l'Ukraine, des membres du Service fédéral de sécurité russe ont informé l'Ukraine que le but des Kadyrovtsy était d'infiltrer Kiev pour tenter d'assassiner le président Zelensky. Les Kadyrovtsy s'étaient scindés en deux groupes, dont un sera détruit par les forces ukrainiennes[148].

Un garçon de six ans est tué et plusieurs autres blessés lorsque des tirs d'artillerie touchent l'hôpital pour enfants d'Okhmatdyt à Kiev[149]. L'armée ukrainienne affirme avoir fait sauter un convoi de 56 pétroliers dans l'oblast de Tchernihiv transportant du diesel pour les forces russes[150].

À la fin de la journée, les forces russes avaient échoué dans leurs tentatives d'encercler et d'isoler Kiev, malgré des attaques mécanisées et aéroportées[151]. La Russie engage sa réserve opérationnelle nord de 17 groupes tactiques de bataillon (BTG) après l'avance stoppée par les forces ukrainiennes de 14 BTG au nord de Kiev[139] et annonce temporairement abandonné les tentatives de s'emparer de Tchernihiv et de Kharkiv après des attaques repoussées par une résistance ukrainienne déterminée, contournant ces villes pour continuer vers Kiev[151]. Au sud, la Russie prend Berdiansk et menace d'encercler Marioupol[139].

L'Institut pour l'étude de la guerre (ISW) déclare qu'une planification et une exécution médiocres entraînent des problèmes de moral et de logistique pour l'armée russe dans le nord de l'Ukraine[151]. Les forces russes sont confrontées à des pénuries d'essence et de carburant diesel, entraînant le blocage des chars et des véhicules blindés et ralentissant leur avance[152]. Des vidéos émergent également montrant une colonne de chars russes et de véhicules blindés de transport de troupes, ou APC, bloqués sur le bord de la route[153]. La Russie décide de ne pas déployer tout son arsenal ; cela était susceptible d'éviter les conséquences diplomatiques et de relations publiques des pertes civiles massives, ainsi que d'éviter de créer des décombres qui entraveraient l'avancée de ses propres forces[139].


27 février[modifier | modifier le code]

Fumée polluante faisant suite au ciblage du dépôt pétrolier du réseau de stations-service KLO (village de Krioutchki, près de Vassylkiv et de Kiev par missile[154] (photo ici prise environ 05 h 30 après l'attaque, à 3,5 km du dépôt).
L'équipement du groupe russe de sabotage et de reconnaissance capturé dans l'oblast d'Odessa.

À h 50 dans la nuit du , le dépôt pétrolier civil ukrainien situé dans le village de Krioutchki (uk) près de Vassylkiv, ville située au sud de Kiev[155], s'enflamme en exhalant d'épaisses fumées noires et polluantes en raison d'une frappe d'un ou plusieurs missiles russes visant de grands dépôts de munitions proches[156],[157],[154],[158] De violents combats près de la base aérienne de Vasylkiv empêchent les pompiers de lutter contre l'incendie[159].

Quelques heures plus tard, l'Associated Press rapporte que les forces russes ont également détruit un gazoduc à l'extérieur de Kharkiv[160],[161]. Des combats de rue ont lieu dans la ville. Le gouverneur régional Oleg Sinegoubov indique que les forces ukrainiennes auraient notamment repoussé plusieurs blindés légers russes qui avaient réalisé une « percée » dans la ville[162]. Le Service national d'urgence d'Ukraine sauve 80 personnes d'un immeuble résidentiel de neuf étages à Kharkiv après une frappe d'artillerie l'endommageant gravement et tuant une femme[163].

La même nuit, un groupe de Roms ukrainiens (Tsiganes) s'est emparé d'un char russe à Liubymivka, près de Kakhovka, dans l'oblast de Kherson[164],[165].

L'aéroport de Zhuliany est bombardé[166].

Selon des séparatistes pro-russe de la province de Louhansk, un terminal pétrolier de la ville de Rovenky a été touché par un missile ukrainien[167].

Selon Vladimir Kovalenko, maire de Nova Kakhovka, les troupes russes occupent la ville. Il les accusent de détruire les colonies de Kozatske et de Vessele[168]. Les troupes entrent dans Kharkiv ; des combats de rues s'y déroulent, dont en centre-ville[169]. Au même moment, les chars russes commencent à pénétrer dans Soumy[170]. Les forces russes ont encerclé Kherson et Berdiansk, en plus de capturer Henichesk et l'aéroport international de Kherson à Chernobaevka[171],[172]. En début d'après-midi, selon le gouverneur de l'oblast de Kharkiv, Oleh Synyehubov, les forces ukrainiennes ont repris le contrôle total de Kharkiv[173], et des dizaines de soldats russes dans la ville se sont rendus d'après les autorités ukrainiennes[174]. Hennadiy Matsegora, le maire de Kupiansk, accepta plus tard de céder le contrôle de la ville aux forces russes[175].

Le président ukrainien Zelensky accepte de participer à des pourparlers à la frontière entre l'Ukraine et la Biélorussie, à la suite d'une conversation téléphonique avec le président bélarusse Alexandre Loukachenko, et ce, malgré un sentiment de scepticisme du côté ukrainien[157]. Le président ukrainien exige que les négociations se déroulent en territoire neutre, d'où son refus de participer aux discussions proposées auparavant à Homiel ou à Minsk[176].

Peu après 17 h (UTC+2), le maire de Koupiansk Hennadiy Matsehora, élu du parti pro-russe OP-ZZ, annonce remettre sa ville aux forces d'invasion russes afin d'« éviter les pertes humaines et la destruction », suscitant une large vague d'indignation et provoquant l'ouverture d'une enquête préliminaire pour « atteinte à l'intégrité territoriale et à l'inviolabilité de l'Ukraine par un représentant de l'ordre et trahison » de la part du bureau du procureur de l'oblast de Kharkiv[177].

En fin de journée, le maire de Kiev Vitali Klitschko indique que la ville est « encerclée » par l'armée russe et que les civils ne peuvent plus être évacués en dehors de la ville[178], affirmations qu'il dément par la suite dans un communiqué[157],[179].

Au quatrième jour de l'offensive, lors d'un entretien avec ses chefs militaires retransmis à la télévision russe, le chef du Kremlin Vladimir Poutine a ordonné, en réponse à ce qu'il qualifie de « déclarations agressives » des membres de l'OTAN, « au ministre de la Défense et au chef d'état-major de mettre les forces de dissuasion de l'armée russe, qui comprennent un volet nucléaire, en régime spécial d'alerte au combat »[180],[181],[182],[183]. Les forces de dissuasion russes sont un ensemble d'unités dont le but est de décourager une attaque contre la Russie, « y compris en cas de guerre impliquant l'utilisation d'armes nucléaires »[184]. L'expression utilisée par Poutine, à savoir « mode spécial de service de combat », était inconnue sur la base de sources ouvertes[185]. Cet ordre est interprété comme une menace et suscite des critiques de la part de l'OTAN, de l'UE et des Nations Unies (ONU) ; le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, dénonce des paroles « dangereuses et irresponsables », tandis que le responsable de l'ONU, Stéphane Dujarric, qualifie l'idée d'une guerre nucléaire d'« inconcevable »[186],[187].

La Biélorussie modifie sa constitution pour pouvoir stocker l'arsenal nucléaire russe à partir du 27 février 2022[188].

Selon le cabinet d'analystes du renseignement Rochan Consulting, la Russie a réussi à relier la Crimée à des zones de l'est de l'Ukraine tenues par les forces pro-russes en assiégeant Marioupol et Berdiansk[189]. Berdiansk est capturé par les forces russes[190]. La principale force russe de Crimée avance vers le nord en direction de Zaporijjia, tandis qu'une force russe sur la rive est du Dnipro menace Mykolaïv[191].

Véhicules militaires russes détruits sur une route de la ville de Boutcha, près de la capitale Kiev.

Les forces russes sont repoussées à Boutcha et Irpin au nord-ouest de Kiev. Selon les renseignements militaires britanniques, les forces mécanisées russes ont contourné Tchernihiv et se dirigent vers Kiev[192]. Le gouverneur de l'oblast de Lougansk, Serhiy Haidaï, accuse les forces russes d'avoir détruit Stanytsia Luhanska et Shchastia avant de les capturer, tandis que le gouverneur de l'oblast de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, les accusent d'avoir détruit Volnovakha[193].

Les forces russes dans le nord de l'Ukraine ont probablement effectué une « pause opérationnelle » à partir de la veille afin de déployer des forces et des fournitures supplémentaires ; mes ressources militaires russes qui ne faisaient pas auparavant partie de la force d'invasion étaient déplacées vers l'Ukraine en prévision d'un conflit plus difficile que prévu initialement[191].


28 février[modifier | modifier le code]

Des combats ont lieu autour de Marioupol toute la nuit[194]. Le matin du 28 février, le ministère britannique de la Défense estime que la plupart des forces terrestres russes stationnent à plus de 30 km au nord de Kiev, ralenties par la résistance ukrainienne à l'aéroport de Hostomel. Des combats ont lieu près de Tchernihiv et de Kharkiv, les deux villes restant sous contrôle ukrainien[195]. Maxar Technologies publie des images satellite montrant une colonne russe d'une longueur de 64 km, comprenant des chars et de l'artillerie automotrice, se dirigeant vers Kiev près d'Ivankiv[196].

The Times rapporte que le groupe Wagner avait été redéployé d'Afrique à Kiev, avec l'ordre d'assassiner Zelensky pendant les premiers jours de l'invasion russe[197].

Selon le conseiller ukrainien Oleksiy Arestovytch, plus de 200 véhicules militaires russes ont été détruits ou endommagés sur l'autoroute entre Irpin et Jytomyr à 14 h 00 EET[198]. Neuf civils ont été tués et 37 blessés à cause des bombardements russes sur Kharkiv pendant la journée d'après le maire Ihor Terekhov[199]. Oksana Markarova, l'ambassadrice ukrainienne aux États-Unis, accuse la Russie d'utiliser une bombe thermobarique[200].

Les pourparlers entre les représentants ukrainiens et russes à Gomel, en Biélorussie, se terminent sans issue favorable[201],[202]. Comme condition pour mettre fin à l'invasion, Poutine exige la neutralité de l'Ukraine, la « dénazification » et la « démilitarisation », et la reconnaissance de la Crimée comme territoire russe[203].

Lors d'un briefing matinal, le major général Igor Konachenkov affirme que la Russie possède une « supériorité aérienne totale » sur le territoire ukrainien, affirmation contestée par un haut responsable militaire américain. Celui-ci a déclaré, sous le couvert de l'anonymat, que « les défenses aériennes ukrainiennes sont toujours intactes et viables en ce qui concerne les avions et les systèmes lance-missiles, et elles sont engagées »[204].

La Russie intensifie ses frappes sur les aérodromes et les centres logistiques ukrainiens, en particulier à l'ouest, dans une tentative apparente d'immobiliser l'armée de l'air ukrainienne et de perturber le réapprovisionnement des pays de l'ouest. Dans le nord, l'ISW qualifie la décision d'utiliser l'artillerie lourde à Kharkiv « d'inflexion dangereuse ». Des forces russes supplémentaires et des colonnes logistiques dans le sud de la Biélorussie semblent manœuvrer pour soutenir un assaut de Kiev[205]. Un analyste du Royal United Services Institute déclare que l'armée régulière ukrainienne ne fonctionnait plus en formations mais dans des défenses en grande partie fixes, et était de plus en plus intégrée aux forces de défense territoriales et aux volontaires armés[206].

Le ministère russe de la Défense annonce la prise de Berdiansk et Enerhodar, en plus des environs de la centrale nucléaire de Zaporijjia[207]. L'Ukraine nie avoir perdu le contrôle de cette dernière[208].

Le , une crise diplomatique dans les relations gréco-russes éclate lorsque les forces aériennes de cette dernière ont bombardé les deux colonies de Buhas et Sartana, majoritairement peuplées de Grecs ukrainiens près de Marioupol, tuant 12 Grecs[209]. Face aux protestations grecques, celle-ci convoque l'ambassadeur de Russie. Le président français Emmanuel Macron et le secrétaire d'État américain Antony Blinken[210], ainsi que l'Allemagne[211], et d'autres pays, expriment leurs condoléances à la Grèce. Les autorités russes nient toute responsabilité, tandis que les autorités grecques annoncent tenir des preuves de l'implication russe[212]. En réponse, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis annonce l'envoi de matériel militaire défensif et une aide humanitaire pour soutenir l'Ukraine[213],[214].

Les gouvernements ukrainien et russe s'accusent mutuellement d'utiliser des civils comme boucliers humains. Vadym Denysenko, conseiller du ministre de l'Intérieur ukrainien, a déclaré que les troupes russes ont tenté de rassembler les habitants des villages adjacents de Kherson pour les utiliser comme bouclier humain, dans le cadre d'une « mission humanitaire » artificielle afin de traverser le pont vers Kherson[215].

Vadym Denysenko, conseiller du ministre de l'Intérieur ukrainien, affirme que plus de deux cents véhicules militaires russes ont été détruits ou endommagés sur l'autoroute entre Irpin et Jytomyr à 14 heures, heure locale[215]. Il a également déclaré que les troupes russes avaient bombardé Tchernihiv lundi soir, touchant plusieurs bâtiments, provoquant plusieurs incendies et qu'à Volnovakha, dans la région de Donetsk, la situation est assez difficile[215].

Plus de 70 soldats ukrainiens sont tués dans le bombardement d'une base militaire de la ville d'Okhtyrka[216],[217].

La cheffe de l'exécutif européen, Ursula von der Leyen annonce vouloir l'Ukraine dans l'Union européenne, ce à quoi Zelensky répond : « Oui, tout de suite ! »[218].

À la suite du référendum constitutionnel approuvé la veille, la Biélorussie abandonne son obligation de demeurer une zone non nucléaire, une première depuis la dissolution de l'URSS. Cette décision laisse présager le déploiement d'armes nucléaires sur le territoire biélorusse par la Russie[219],[220]. Un responsable américain déclare que la Biélorussie se prépare à envoyer ses propres soldats en Ukraine pour soutenir l'invasion russe, malgré les accords antérieurs avec l'Ukraine[221]. The Kyiv Independent relaie un rapport anonyme de journalistes d'opposition biélorusses selon lesquels des parachutistes biélorusses devaient être déployés, probablement dans les régions de Kiev ou de Jytomyr[222].

Une équipe de reportage de Sky News, alors qu'elle tente de retourner à Kiev, essuie des tirs de ce que l'Ukraine qualifie d'escouade de reconnaissance de saboteurs russes. Stuart Ramsay, membre de l'équipe, a été blessé au bas du dos[223],[224],[225].

L'ONU annonce qu'il y a déjà 368 000 ukrainiens fuyant la guerre qui ont pu rejoindre l'Union Européenne, notamment par la Pologne. D'interminables files d'attentes se sont formées aux frontières, avec 20 à 70 heures aux postes-frontières de la Pologne, selon un document interne de l'ONU[226].

Mars 2022[modifier | modifier le code]

Avril 2022[modifier | modifier le code]

Mai 2022[modifier | modifier le code]

Juin 2022[modifier | modifier le code]

Juillet 2022[modifier | modifier le code]

Août 2022[modifier | modifier le code]

Septembre 2022[modifier | modifier le code]

Octobre 2022[modifier | modifier le code]

Novembre 2022[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Timeline of the 2022 Russian invasion of Ukraine » (voir la liste des auteurs).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Why is Russia invading Ukraine and what does Putin want? », BBC News,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  2. (en) « Soldiers, Separatists, Sanctions: A Timeline Of The Russia-Ukraine Crisis » [archive du ], (consulté le ).
  3. (en) « Address by the president of the Russian Federation » [archive du ], (consulté le ).
  4. (en) « Extracts from Putin's speech on Ukraine », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  5. « Voici l'allocution de Vladimir Poutine annonçant l'intervention armée en Ukraine - Nice-Matin », sur www.nicematin.com, (consulté le ).
  6. (en) « Russia Launches Heavy Attack Deep into Ukraine; Putin Warns World Not to Interfere », sur Defense One, .
  7. AFP, « Vladimir Poutine annonce une “opération militaire” en Ukraine », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Russian President Vladimir Putin announces military assault against Ukraine in surprise speech » [archive du ], MSN (consulté le ).
  9. (ru) « Путин принял решение о проведении операции по денацификации и демилитаризации Украины » [« Putin decided to conduct an operation to de-Nazify and demilitarise Ukraine »], TASS,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  10. « Ukraine conflict: Russian forces attack after Putin TV declaration » [archive du ], BBC News, (consulté le ).
  11. « Russia's Putin Announces Military Operation in Ukraine » [archive du ], The Moscow Times, (consulté le ).
  12. « Full text: Putin's declaration of war on Ukraine », The Spectator,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  13. « Operations in Flight Information Regions: FIR LVIV (UKLV), FIR KYIV (UKBV), FIR DNIPROPETROVSK (UKDV), FIR SIMFEROPOL (UKFV), FIR ODESA (UKOV) » [archive du ], European Union Aviation Safety Agency (consulté le ).
  14. a et b Mari Eccles, « Ukraine closes airspace as Putin orders military operation », Politico,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  15. « Putin announces 'special military operation' in Ukraine » [archive du ], Politico, (consulté le ).
  16. « Guerre en Ukraine : Poutine va devenir “un paria sur la scène internationale”, prévient Biden », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  17. (en-GB) « Ukraine-Russia crisis: Ukraine: Russia has launched 'full-scale invasion' », sur bbc.com, (consulté le ).
  18. Nathan Hodge, Tim Lister, Ivana Kottasová et Helen Regan, « Russia launches military attack on Ukraine with reports of explosions and troops crossing border », CNN,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  19. « The war just started », South China Morning Post,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  20. « Watch Russian vehicles enter Ukraine via Crimea », The Hindu,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  21. Collins Keith, Gamio Lazaro et Reinhard Scott, « Maps: Tracking the Russian Invasion of Ukraine », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  22. Vladimir Isachenkov, Dasha Litvinova, Yuras Karmanau et Jim Heintz, « Russia attacks Ukraine as defiant Putin warns US, NATO », AP News,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  23. Amaelle Guiton, « Analyse Ukraine-Russie : le cyber, prémices de la guerre », sur liberation.fr, .
  24. « EN DIRECT - Le président ukrainien ordonne “d'infliger un maximum de pertes” aux forces russes, suivez notre édition spéciale », sur bfmtv.com (consulté le ).
  25. « Guerre en Ukraine: les Russes prennent le contrôle d'un aéroport près de Kiev après d'intenses combats (vidéo) », Le Soir,‎ (lire en ligne).
  26. Robert Mendick, « Step-by-step guide on how an all-out Russian invasion of Ukraine could unfold », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  27. Robert Mendick, « Step-by-step guide on how an all-out Russian invasion of Ukraine could unfold », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  28. Phil Stewart et Idrees Ali, « Russia plans to 'decapitate' Ukraine government -U.S. defense official », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  29. « Exclusive: U.S. expects Kyiv's fall in days, Ukraine source warns of encirclement » [archive du ], Newsweek, (consulté le ).
  30. « Ukraine-Russia crisis: Live updates », CNN,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  31. Anton Troianovski et Neil MacFarquhar, « Ukraine Live Updates: Russia Begins Invasion From Land and Sea », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  32. « Russia has launched its war in Ukraine » [archive du ], Vox, (consulté le ).
  33. « Russia takes military action in Ukraine as UN meets » [archive du ], Al Jazeera (consulté le ).
  34. « Ukraine: Troops moving in from Belarus » [archive du ], BBC News, (consulté le ).
  35. (ru) « Украинские пограничники сообщили об атаке границы со стороны России и Белоруссии » [archive du ], Interfax,‎ (consulté le ).
  36. Anton Troianovski et Neil MacFarquhar, « Ukraine Live Updates: Russia Begins Invasion From Land and Sea », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  37. (ru) « ВСУ отвоевали Счастье: уничтожено около 50 врагов » [archive du ], Unian (consulté le ).
  38. (uk) Kateryna Tychtchenko, « Херсонщина: від дій РФ загинуло 2 дітей, захоплено Олешки і переправу » [« Région de Kherson : 2 enfants sont morts des actions de la fédération de Russie, Olechky et le pont ont été capturés »], Ukrayinska Pravda,‎ (consulté le ).
  39. a et b (uk) Anita Winkelmayer, « Російська армія окупувала частину Херсонської області України - ХОДА », Deutsche Welle,‎ (consulté le ).
  40. (uk) Igor Chapovalov, « Опубликованы кадры разбитой бронетехники ВСУ на Херсонщине », sur politnavigator.news,‎ (consulté le ).
  41. « Russia-Ukraine crisis live news: Putin has launched 'full-scale invasion', says Ukrainian foreign minister – latest updates » [archive du ], The Guardian, (consulté le ).
  42. (ru) « Украина разорвала дипломатические отношения с Россией » [archive du ], Interfax,‎ (consulté le ).
  43. (en) « Martial law imposed in Ukraine », sur ukrinform.net, .
  44. (ru) « Украина разорвала дипломатические отношения с Россией », sur Interfax,‎ (consulté le ).
  45. Charpentreau, « Ukraine closes airspace, Kyiv airport under attack » [archive du ], AeroTime Hub (consulté le ).
  46. « На Сумщині до лікарень почали доправляти бійців, шестеро важко поранених » [« Des soldats, six grièvement blessés, ont été transportés dans des hôpitaux de la région de Soumy »], sur ukrinform.ua,‎ (consulté le ).
  47. (ru) « Войска России на севере Украины продвинулись вглубь до пяти километров – Арестович » [archive du ], Unian (consulté le ).
  48. « President has made all necessary decisions to defend the country, the Armed Forces are actively resisting Russian troops – Adviser to the Head of the Office of the President » [archive du ], president.gov.ua (consulté le ).
  49. « General Staff of the Armed Forces of Ukraine: Operative information as of 10.30 » [archive du ], mil.gov.ua, (consulté le ).
  50. (uk) Лариса Козова, « На Одещини внаслідок удару по військовій частині загинули 18 осіб » [« Dans la région d'Odessa, 18 personnes sont mortes à la suite d'une frappe contre une unité militaire »], sur Unian,‎ (consulté le ).
  51. The Moscow Times, « Russia Attacks Ukraine: As It's Happening » [archive du ], The Moscow Times, (consulté le ).
  52. Matthew Chance et Aditi Sangal, « On the ground: Russian forces take control of an air base near Kyiv, Ukraine », CNN,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  53. « Video shows helicopters flying toward Gomostel airfield in Ukraine », The Washington Post,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  54. a b c d et e (uk) « Російсько-українська війна (текстовий онлайн) » [archive du ], Hromadske,‎ (consulté le ).
  55. (ru) « Со стороны Беларуси вертолет без опознавательных знаков обстрелял район перед КПП 'Славутич' » [archive du ], Unian,‎ (consulté le ).
  56. « Ukraine hit by second wave of missile strikes – official », National Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  57. « Russian troops moving towards town of Nova Kakhovka in Kherson Oblast. » [archive du ], (consulté le ).
  58. « Russian troops enter Ukraine's Kherson Oblast: Defense Ministry » [archive du ], Agence Anadolu (consulté le ).
  59. a et b Sullivan, « Fighting breaks out near Chernobyl, says Ukrainian president » [archive du ], The Independent, .
  60. (ru) « В Офисе президента подтвердили захват россиянами Чернобыльской АЭС » [archive du ], UNIAN,‎ (consulté le ).
  61. « Chernobyl power plant captured by Russian forces – Ukrainian official », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  62. Sangal, Wagner, Vogt, Macaya, Picheta, Said-Moorhouse, Upright et Chowdhury, « Russian troops seize Chernobyl nuclear power plant, Ukrainian official says » [archive du ], CNN, (consulté le ).
  63. Najjar, Child et Gadzo, « Russian forces seize Chernobyl site as Ukraine battles rage » [archive du ], Al Jazeera (consulté le ).
  64. « Zelenskiy Says Russian Forces Trying To Take Over Chernobyl Nuclear Power Plant » [archive du ], RadioFreeEurope/RadioLiberty (consulté le ).
  65. « Kyiv imposes curfew from 22:00 to 07:00, transport not to work at this time – Klitschko » [archive du ], Interfax-Ukraine, (consulté le ).
  66. Célian Macé et Pierre Alonso, « Le point sur les opérations militaires : les troupes russes fondent sur Kiev et font pleuvoir les bombes », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  67. Alain Barluet, Patrick Saint-Paul, Anna Darroman, Mayeul Aldebert et Hugues Maillot, Jeanne Sénéchal, Laura Andrieu, Steve Tenré et Valérie Samson, « Guerre en Ukraine : le président Zelensky regrette que Kiev soit «laissée seule» face à l'armée russe », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  68. (en) « Video: CNN reporter shows just how close Russian forces are to Ukraine capital », sur CNN (consulté le ).
  69. (en) Anthony Blair et Felix Allen, « Ukrainian troops RECAPTURE Kyiv airport in major blow to Vladimir Putin after day of fierce fighting », The Sun,‎ (lire en ligne).
  70. (en) « Russia Attacks Ukraine: As It's Happening », sur The Moscow Times, (consulté le ).
  71. (uk) « Російські військові захопили Чорнобильську станцію - уточнено », sur gazeta.ua,‎ (consulté le ).
  72. (uk) « Острів Зміїний захопили російські окупанти – ДПСУ » [« Snake Island was captured by the Russian occupiers – SBGS »], Gazeta UA,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  73. a et b « Guerre en Ukraine : "Navire russe, va te faire foutre", la réponse de soldats ukrainiens sur une île de la mer Noire », sur LaProvence.com, (consulté le ).
  74. « « Navire russe, va te faire foutre » : l'acte ultime de bravoure de soldats ukrainiens défendant leur île », sur LEFIGARO, (consulté le ).
  75. « « Allez vous faire foutre » : les soldats ukrainiens bombardés sur l’île des Serpents seraient toujours vivants », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  76. (ta) « ரஷ்ய தாக்குதல்: தெற்கு உக்ரைன் பகுதியில் 22 பேர் கொல்லப்பட்டதாக தகவல் » [archive du ], Dailythanthi.com,‎ (consulté le ).
  77. « Ukraine death toll: What we know so far » [archive du ], Al Jazeera (consulté le ).
  78. « Ukraine-Russia invasion: Russia launches attack on Ukraine from several fronts », BBC News,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  79. Maxime Gil, « Guerre en Ukraine : bombardements russes, Kiev assailli » Accès libre, sur linternaute.com, (consulté le ).
  80. « Guerre en Ukraine : les trois cartes pour suivre l'avancée des forces russes », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  81. « Zelensky signs decree declaring general mobilization » [archive du ], Interfax-Ukraine, (consulté le ).
  82. (en) « Ukrainian president signs decree on general mobilisation of population -Interfax », sur Reuters, (consulté le ).
  83. a b et c Aubin Laratte, « Interdiction de quitter le pays, confiscation de véhicules... qu’est-ce que la mobilisation générale décrétée en Ukraine ? », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  84. « Guerre en Ukraine : comment Facebook et Twitter réagissent à l’attaque russe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  85. Florian Reynaud et Olivier Clairouin, « Guerre en Ukraine : comment Facebook et Twitter réagissent à l'attaque russe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  86. a b c d et e Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées UKMD
  87. Pascal Samama, « L'Ukraine confirme la destruction par la Russie de l'Antonov An-225, le plus gros avion du monde », sur bfmtv.com, .
  88. « Les forces russes détruisent l'Antonov-225, l'avion le plus grand du monde, plus gros que l'Airbus A380 », sur latribune.fr, .
  89. Gaétan Powis, « L'Antonov An-225 Mriya en feu dans son hangar en Ukraine (confirmation officielle) », sur air-cosmos.com, .
  90. (uk) Anastasia Kalatur, « Бої на Сумщині: Росіяни взяли в кільце Конотоп, техніка РФ іде на Київ » [« Combats dans la région de Soumy: les Russes ont pris Konotop, l'équipement russe part à Kiev »], Ukrayinska Pravda,‎ (consulté le ).
  91. Regan et Hallam, « Ukrainian capital Kyiv targeted with missile fire, official says » [archive du ], CNN (consulté le ).
  92. (en) « Russian forces attacking Kyiv, explosions heard in Ukrainian capital: LIVE UPDATES », sur Fox News, (consulté le ).
  93. « Explosions heard in Kyiv, official says enemy aircraft downed », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  94. Chance, Lister, Smith-Spark et Regan, « Battle for Ukrainian capital underway as Russian troops seek to encircle Kyiv » [archive du ], CNN, (consulté le ).
  95. Barnes, « Russian forces are meeting more resistance near Kyiv and Kharkiv than farther south, analysts say. » [archive du ], The New York Times, (consulté le ).
  96. Emma Graham-Harrison, « Ukraine invasion: Zelenskiy strikes defiant tone as explosions ring out in Kyiv », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  97. Pavel Polityuk, Gabriela Baczynska et Hugh Lawson, Reuters/Interfax, « Ukraine ministry says Russia hit 33 civilian sites in last 24 hrs -Interfax » [archive du ], sur Yahoo Finance (consulté le ).
  98. (en) Jack Dutton, « Russian Military Base Blown Up as Ukraine Fights Back », Newsweek,‎ (lire en ligne).
  99. (uk) Марта Гичко, « "А хто це зробив?": Повітряні сили ЗСУ потролили окупантів після удару по авіабазі РФ », Unian,‎ (lire en ligne).
  100. « Ukraine-Russia invasion: Ukraine says Russian rockets hit Kyiv overnight » [archive du ], BBC News (consulté le ).
  101. Shashank Bengali et Matthew Mpoke Bigg, « Ukrainian Fighters Battle to Hold Kyiv », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne [archive du ] Accès limité, consulté le ).
  102. « Russian special forces have entered Kyiv to hunt down Ukraine's leaders, says Zelensky » [archive du ], inews.co.uk, i News, (consulté le ).
  103. Wood, « Tank drives over man's car in Ukraine... And he lives to tell the tale – WATCH » [archive du ], GB News, (consulté le ).
  104. Helen Chandler-Wilde, « Ukrainian man run over in car by Russian tank rolling into northern Kyiv » [archive du ], sur The Daily Telegraph, (ISSN 0307-1235, consulté le ).
  105. « Russian tank swerves to crush civilian car in Kyiv, driver miraculously survives » [archive du ], sur The Independent (consulté le ).
  106. Lee et Sadeghi, « Fact check: Unclear whether armored vehicle shown crushing car in Kyiv is Russian » [archive du ], USA Today, (consulté le ).
  107. « Guerre en Ukraine : septième journée d’attaque marquée par la chute de Kherson », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  108. « Guerre en Ukraine – L’étau russe se met en place autour de Kiev, depuis le nord et l’est », sur Bilan, (consulté le ).
  109. « Sorting fact, disinformation after Russian attack on Ukraine », ABC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  110. Sami Sheda, « Des coups de feu ont été entendus à proximité du complexe de bâtiments gouvernementaux dans la capitale ukrainienne Kiev », sur aa.com.tr/fr, (consulté le ).
  111. « Vidéo. Guerre en Ukraine : le résumé vidéo de la deuxième journée d'invasion russe », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  112. (en) James Robinson, « Ukrainian defence ministry urges residents to make Molotov cocktails », sur dailymail.co.uk, (consulté le ).
  113. « Guerre en Ukraine : environ 2 800 soldats russes tués selon la vice-ministre ukrainienne, la capitale en état de siège », sur lindependant.fr, .
  114. « Putin tells Ukrainian military to overthrow Zelensky – follow live » [archive du ], The Independent, (consulté le ).
  115. « Ukraine-Russia news live: Troops enter Kyiv as Putin makes offer of Minsk peace talks » [archive du ], Sky News (consulté le ).
  116. « Kyiv residents take up arms as Russia advances » [archive du ], BBC, (consulté le ).
  117. Andrew Osborn, « Russian forces invade Ukraine with strikes on major cities », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  118. Daniel Lamothe, « Airspace over Ukraine remains contested, with no one in control, Pentagon says », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  119. Helene Cooper, « Russian forces have lost some momentum, Pentagon official says. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  120. (ru) « Вооруженные силы Украины атаковали Миллерово 'Точкой-У' », Rostov Gazeta,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  121. James Marson, « Zelensky Says Russia Is Striking Military and Civilian Targets » [archive du ], sur www.wsj.com, Wall Street Journal (consulté le ).
  122. « Putin tells Xi that Russia willing to hold high-level talks with Ukraine -China's CCTV » [archive du ], Financial Post (consulté le ).
  123. Sangal, Vogt, Woodyatt, Picheta, Upright, Yeung, Renton, Macaya et Wagner, « Heavy fighting reported to the south of Kyiv » [archive du ], CNN, (consulté le ).
  124. a et b (ru) « Месть за Луганск 2014: возле Василькова сбили Ил-76 с вражескими десантниками », Unian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  125. (en) « Live updates: Zelenskyy declines US offer to evacuate Kyiv », sur apnews.com (consulté le ).
  126. (en) « Ukraine crisis: Military plane shot down in Luhansk », sur bbc.com, (consulté le ).
  127. « Guerre en Ukraine EN DIRECT : Volodymyr Zelensky affirme que l'armée ukrainienne « contrôle Kiev et les villes clés »… », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  128. (en) « US officials say 2 Russian transport planes shot down over Ukraine », sur timesofisrael.com, (consulté le ).
  129. (ru) « Бой за Васильков завершился победой ВСУ », Unian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  130. Siobhán Grady et Meryl Kornfield, « Multiple explosions rock Kyiv as Russian forces target city », The Washington Post,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  131. a et b Yuras Karmanau, Vladimir Isachenkov, Dasha Litvinova et Jim Heintz, « President refuses to flee, urges Ukraine to 'stand firm' », Associated Press,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  132. « Ukraine military says it repels Russian troops' attack on Kyiv base », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  133. Perera, « Heavy fighting reported around Kyiv » [archive du ], BBC, (consulté le ).
  134. « Ukraine: la bataille pour Kiev continue, les Occidentaux accentuent la pression », sur linternaute.com, (consulté le ).
  135. « Ukraine says it shot down large Russian plane » [archive du ], BBC News, (consulté le ).
  136. « Battle for Kyiv: Hundreds of casualties as fighting spills into streets » [archive du ], New York Post, (consulté le ).
  137. « Guerre en Ukraine : Kiev durcit encore son couvre-feu, de samedi 17H à lundi 8H », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  138. Braithwaite, « Zelensky refuses US offer to evacuate, saying 'I need ammunition, not a ride' » [archive du ], CNN, (consulté le ).
  139. a b c et d Clark, Barros et Stepanenko, « Russia-Ukraine Warning Update: Russian Offensive Campaign Assessment, February 26 » [archive du ], Institute for the Study of War, (consulté le ).
  140. « Ukrainian forces slow Russian advance as the U.S. and its allies take action on Russian banks. », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ] Accès limité, consulté le ).
  141. « Internet in Ukraine disrupted as Russian troops advance », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  142. « Elon Musk says SpaceX's Starlink satellites now active over Ukraine », The Independent,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  143. « Musk says Starlink active in Ukraine as Russian invasion disrupts internet », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  144. (pl) « Wojna na Ukrainie. Rosjanie blisko elektrowni atomowej. Jest ryzyko, że zostanie ostrzelana », Polsat News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  145. (ru) Andrus, « Официально о ситуации в Энергодаре 27 февраля » [archive du ], Nikopol News,‎ (consulté le )
  146. Adrienne Vogt, Lauren Said-Moorhouse, Brad Lendon, Steve George et Meg Wagner, « Japanese-owned cargo ship hit by a missile off Ukrainian coast », CNN,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  147. « Chechen leader, a Putin ally, says his forces deployed to Ukraine », Al Jazeera,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  148. « Assassination plot against Zelensky foiled and unit sent to kill him 'destroyed,' Ukraine says », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  149. Adrienne Vogt, « Six-year-old boy killed in Kyiv clashes, several more Ukrainian civilians wounded », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  150. « Ukrainian troops defending Chernihiv blow up 56 tanks of diesel fuel », (consulté le ).
  151. a b et c « Ukraine Conflict Update 9: February 26, 2022 » [archive du ], Critical Threats, Institute for the Study of War, (consulté le ).
  152. « UK says Russian advance has slowed, likely caused by logistical problems, resistance », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  153. « U.S., British Officials Say Russia Slowed By Logistics, 'Viable Ukrainian Resistance' », Radio Free Europe/Radio Liberty,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  154. a et b (en) « Damage to environment from fire at KLO oil depot in Vasylkiv estimated at nearly UAH 810 bln, Ukraine preparing lawsuit with UN – minister », sur Interfax-Ukraine (consulté le ).
  155. (ru) « Под Киевом горит нефтебаза. В Харькове взорван газопровод », sur currenttime,‎ .
  156. (en) Michael Ruiz, « Russian missile strikes Ukrainian civilian oil depot south of Kyiv, official says », sur foxnews.com, .
  157. a b et c « Pourparlers Kiev-Moscou : “Il faut qu'on essaie”, dit le président ukrainien », sur Radio-Canada.ca (consulté le ).
  158. « Update on Russian invasion: Vasylkiv hit with Russian missiles, oil depot nearby on fire », UkrInform,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  159. (uk) « Під Васильковом продовжується бій за аеропорт », Unian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  160. (en) « Ukraine says Russian troops blow up gas pipeline in Kharkiv », sur Reuters, .
  161. « What's happening in the Ukraine crisis now », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  162. « Guerre en Ukraine. Les forces ukrainiennes assurent contrôler Kharkiv et avoir repoussé les Russes », sur Ouest France, .
  163. Vogt, Said-Moorhouse, Ravindran, Wilkinson, Yeung, Lendon, George, Wagner et Vera, « Russian aircraft banned from German airspace » [archive du ], CNN, (consulté le ).
  164. (uk) « Під Каховкою українські роми вкрали у російських окупантів танк – місцеві », Ukrainian Independent Information Agency,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  165. « The Ukrainian Roma achieved success, seizing the Russian tank »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), (consulté le ).
  166. « Russia hits Ukraine fuel supplies, airfields in new attacks » [archive du ], Associated Press, (consulté le ).
  167. « Town near Ukraine's Kyiv hit by missiles, oil terminal on fire », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  168. (uk) Ulyana Vinogradova, « Новая Каховка полностью под контролем российских оккупантов – мэр » [« New Kakhovka is completely under the control of Russian invaders – the mayor »] [archive du ], sur Korrespondent (consulté le ).
  169. « Russian troops enter Ukraine's Kharkiv -Ukrainian official », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  170. « A large column of Russian vehicles is pushing into the city of Sumy from the side of Khimprom » [archive du ], sur The Kyiv Independent, (consulté le ).
  171. Olzhas Auyezov et William Mallard, « Russia says it "blocks" Ukraine's Kherson, Berdyansk – RIA », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  172. (ru) « В Минобороны сообщили об уничтожении 975 военных объектов Украины » [archive du ],‎ .
  173. « Ukraine restores full control over Kharkiv: City governor » [archive du ], Daily Sabah, (consulté le ).
  174. « Ukrainian commander in Kharkiv says dozens of Russians surrendered » [archive du ], CNN, (consulté le ).
  175. « In Kharkiv region, mayor admits to handing over city to occupiers » [archive du ], Pravda, (consulté le ).
  176. « Guerre en Ukraine : Zelensky prêt à des négociations avec Moscou, mais pas au Bélarus », sur fr.news.yahoo.com (consulté le ).
  177. (uk) Kateryna Tychtchenko, « На Харківщині мер від ОПЗЖ зізнався, що домовився про передачу міста з окупантами », Ukrayinska Pravda,‎ (consulté le ).
  178. (en) Francesca Ebel, « Kyiv's mayor: ‘We are encircled' but full of fight », sur Apnews, .
  179. (en) « Kyiv mayor: reports capital surrounded by Russian forces are false », sur The Guardian, .
  180. « DIRECT. Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine annonce mettre en alerte la “force de dissuasion” nucléaire russe », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  181. « Putin puts nuclear 'deterrence' forces on alert », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  182. (ru) « Путин поручил Минобороны перевести силы сдерживания в особый режим » [archive du ], Vedomosti,‎ (consulté le ).
  183. Andrew Roth, « Vladimir Putin puts Russia's nuclear deterrence forces on high alert », The Guardian,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  184. « Poutine met en alerte la “force de dissuasion” nucléaire russe : une escalade “inacceptable” et “irresponsable” pour Washington et l'OTAN », sur La Tribune, .
  185. (ru) « Путин перевел силы ядерного сдерживания в особый режим. Что это значит? » [archive du ], BBC News Russian,‎ (consulté le ).
  186. « NATO chief calls Putin's alert irresponsible, dangerous rhetoric » [archive du ], The Express Tribune, .
  187. « UN spokesman says idea of nuclear conflict 'inconceivable' » [archive du ], Times of Israel, .
  188. Charlotte Deroin, « Référendum en Biélorussie: «Le nouveau statut de Minsk permettra à Moscou d'y stocker ses armes nucléaires» », sur rfi.fr, .
  189. Foy et Rathbone, « Russia homes in on Kyiv and Kharkiv and pushes across Black Sea coast » [archive du ], Financial Times, (consulté le ).
  190. (uk) Zakharchenko, « Бердянськ захопили бойовики, у Харкові та Сумах – тиша: Арестович про ситуацію в Україні » [archive du ], Fakty i Kommentarii,‎ (consulté le ).
  191. a et b « Ukraine Conflict Update 10 » [archive du ], Institute for the Study of War, (consulté le ).
  192. Dan Sabbagh, « Russian forces advance on Kyiv: fighting on fourth day of invasion », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  193. (uk) « Станиця Луганська, Щастя і Волноваха опинилися на межі гуманітарної катастрофи »,‎ (consulté le ).
  194. « Fighting around Ukraine's Mariupol throughout the night – regional governor », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  195. « UK says Russian advance on Kyiv slowed by staunch Ukrainian resistance », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ]).
  196. Eric Beech, « Russian military convoy north of Kyiv stretches for 40 miles -Maxar », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  197. Manveen Rana, « Volodymyr Zelensky: Russian mercenaries ordered to kill Ukraine's president », The Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  198. (uk) « До 14:00 було знищено понад 200 одиниць техніки окупантів на напрямках траси Ірпінь-Житомир, – Арестович » [archive du ], Espreso TV,‎ (consulté le ).
  199. « Ukraine invasion: Three children among nine dead as footage shows Kharkiv apartment block being rocked by series of blasts » [archive du ], Sky News (consulté le ).
  200. Lamiat Sabin, « Russia used vacuum bomb during invasion, Ukrainian ambassador claims », The Independent,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le ).
  201. Virginia Harrison, « Ukraine: what we know on day six of Russia's invasion », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  202. Valerie Hopkins, « Initial talks between Russia and Ukraine yield no resolution. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  203. « Putin says Ukrainian neutrality key to any settlement », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  204. (en) Julie Coleman, « Ukraine and Russia are still fighting for control of the skies 5 days into the war, US defense official says », Business Insider, .
  205. « Russian Offensive Campaign Assessment, February 28 2022 » [archive du ], Institute for the Study of War, (consulté le ).
  206. « 'Russia has 75% of forces inside Ukraine' » [archive du ], BBC News, (consulté le ).
  207. (en) « Russian forces seize two cities in Ukraine, Interfax says, with ceasefire talks about to begin », sur Reuters, .
  208. (uk) « Енергодар і Запорізька АЕС під контролем ЗСУ: мер міста просить не вірити фейкам », sur fakty.com.ua,‎ .
  209. (el) « Πόλεμος στην Ουκρανία: Νεκροί δύο ακόμη Ελληνες στο χωριό Σαρτανάς » [archive du ], tanea.gr,‎ (consulté le ).
  210. « The Secretary's Call with Greek Foreign Minister Dendias » [archive du ], United States Department of State, (consulté le ).
  211. (el) « Πρεσβεία Γερμανίας στην Ελλάδα: 'Συλλυπητήρια στους συγγενείς των 10 αμάχων ελληνικής καταγωγής' » [archive du ], Real.gr,‎ (consulté le ).
  212. (el) « ΥΠΕΞ: Έχουμε αποδείξεις ότι οι Έλληνες σκοτώθηκαν από ρωσικά πυρά » [archive du ], EfSyn,‎ (consulté le ).
  213. « Greece to send defensive military equipment to Ukraine » [archive du ], Kathimerini, (consulté le ).
  214. « Greece summons Russian envoy after bombing kills 10 nationals » [archive du ], Al Jazeera, (consulté le ).
  215. a b et c (en) « Denysenko: Column of Russian military equipment near Makariv, Kyiv region destroyed », sur ua.interfax.com.ua, .
  216. Reuters, « Plus de 70 soldats ukrainiens tués dans le bombardement d'une base militaire », sur L'Orient-Le Jour, .
  217. (en) Peter Beaumont etLuke Harding à Lviv, Jon Henley et Julian Borger à Washington, et Dan Sabbagh, « Huge armoured column nears Kyiv as ‘barbaric' missile strikes continue », sur The Guardian, .
  218. « Von der Leyen veut l'Ukraine dans l'UE (“Ils sont des nôtres”), Zelensky répond : oui, tout de suite ! », sur La Tribune, (consulté le ).
  219. « Les Bélarusses votent pour les réformes renforçant les pouvoirs de Loukachenko | Guerre en Ukraine », sur Radio-Canada.ca (consulté le ).
  220. (en) Emma Crabtree, « Ukraine invasion: Belarus revokes its non-nuclear status as it further befriends Russia », sur Express.co.uk, (consulté le ).
  221. (en) « Belarus preparing to join Russian invasion of Ukraine, U.S. official says », sur The Washington Post, .
  222. (en) Illia Ponomarenko, « Belarus to join Russia's war on Ukraine within hours », sur The Kyiv Independent, .
  223. (en) « Sky News team's harrowing account of their violent ambush in Ukraine this week », Sky News (consulté le ).
  224. (en-GB) « Sky journalist shot and wounded in Ukraine ambush », BBC News, (consulté le ).
  225. (en-GB) Josie Ensor, « Sky News reporter Stuart Ramsay shot by Russian 'infiltrators' in Ukraine », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  226. « Des millions de réfugiés en route vers l’Union européenne », sur LEFIGARO, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]