Vladislav Sourkov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sourkov.

Vladislav Sourkov
Illustration.
Vladislav Sourkov en 2010.
Fonctions
Vice-président du gouvernement russe
Chef de l'administration gouvernementale

(11 mois et 17 jours)
Président Vladimir Poutine
Président du gouvernement Dmitri Medvedev
Prédécesseur Anton Vaïno
1er Directeur adjoint de l'Administration présidentielle de la Fédération de Russie

(3 ans, 7 mois et 12 jours)
Président Dmitri Medvedev
Président du gouvernement Vladimir Poutine
Directeur adjoint de l'Administration présidentielle de la Fédération de Russie

(8 ans, 9 mois et 9 jours)
Président Vladimir Poutine
Biographie
Nom de naissance (ru) Асламбек Андарбекович Дудаев (Aslambek Andarbekovitch Doudaïev)
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Solntsevo, Oblast de Lipetsk
Nationalité Russe
Parti politique Russie unie
Diplômé de Université internationale de Moscou

Signature de Vladislav Sourkov

Vladislav Sourkov

Vladislav Iouriévitch Sourkov (en russe : Владислав Юрьевич Сурков), né Aslambek Andarbekovitch Doudaïev le , est un homme d'affaires et politicien russe, cofondateur du parti Russie unie[1] qui mena Vladimir Poutine au pouvoir en 2001.

Largement considéré comme le principal idéologue du Kremlin des années 2000[1], auteur du concept de « Démocratie souveraine », il est nommé vice-président du gouvernement, chargé de la modernisation le 27 décembre 2011 par le président Dmitri Medvedev[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Vladislav Sourkov, fils d'un instituteur tchétchène (Andarbek Doudaïev - devenu ensuite Youri Doudaïev, né en 1942), est déclaré à la naissance sous le nom d'Aslambek Doudaïev. Seule sa mère l'appelle Vladislav dans ses premières années. Il passe les cinq premières années de sa vie en Tchétchénie, d'après ce qu'il déclare dans une interview au journal allemand Der Spiegel, où son père est instituteur à Douba-Yourt, dans le raïon de Chali, au centre de la république autonome. Ensuite son père devient employé à l'état-major du ministère de la Défense d'URSS. Il est aujourd'hui retraité militaire à Oufa. Vladislav Sourkov prend après la séparation de ses parents le nom de jeune fille de sa mère - d'ethnie russe - née Zoïa Antonovna Sourkova, diplômée de l'institut pédagogique de Lipetsk, puis institutrice à Douba-Yourt où elle s'est mariée avec Youri Doudaïev. Le ménage se sépare lorsque l'enfant à cinq ans et celui-ci part vivre avec sa mère à Skopine dans l'oblast de Riazan. Il est inscrit à l'école sous le nom de Vladislav Sourkov et reçoit ses papiers sous ce nom. Après ses études secondaires à Skopine, il fréquente l'institut moscovite des métaux et alliages pendant l'année universitaire 1982-1983, où il rencontre le futur oligarque Mikhaïl Fridman. Il effectue son service militaire de 1983 à 1985, officiellement au sein d'un régiment d'artillerie basé en Hongrie, ou comme l'a affirmé Sergueï Ivanov en 2006, à la direction générale des renseignements de l'État-major des forces armées russes et soviétiques. Libéré de ses obligations, Sourkov suit une formation de direction de théâtre à l'institut moscovite de la culture (aujourd'hui université d'État moscovite de la culture et des arts), pendant trois ans, mais n'achève pas le cursus. Ce n'est qu'à la fin des années 1990 qu'il décroche un master en économie à l'université internationale de Moscou (en) (fondée en 1991).

Carrière privée[modifier | modifier le code]

Vladislav Sourkov commence sa carrière en 1987 en travaillant d'abord au service de publicité du centre interprofessionnel des programmes scientifiques et techniques (dirigé par Mikhaïl Khodorkovski), puis s'ouvre aux affaires dès que l'URSS lève l'interdiction de la propriété privée et de l'entreprenariat privé. Il travaille durant les années 1990 pour Khodorkovski, devenu milliardaire grâce au rachat d'actions d'entreprises d'État ne valant plus rien depuis l'effondrement économique de l'URSS et le passage à l'économie de marché. En 1997, Mikhaïl Fridman l'embauche au sein d'Alfa Bank, avant qu'il ne soit élu en 2004 à la tête du comité de direction du transporteur pétrolier russe Transneft.

Carrière publique[modifier | modifier le code]

Après un bref poste de directeur des relations publiques de la chaîne de télévision russe Perviy Kanal entre 1998 à 1999, il devient premier adjoint au chef de l'administration présidentielle russe, poste qu'il occupe jusqu'en 2011.

Durant les années 2000, il a théorisé les concepts du premier mandat présidentiel de Vladimir Poutine autour de la « verticale du pouvoir » et de la « démocratie souveraine »[3].

Le 27 décembre 2011, il est nommé vice-président du gouvernement, chargé de la modernisation, le no 3 du gouvernement. Il démissionne de son poste le 8 mai 2013, « pour raison personnelle ». Le 21 septembre 2013, il est nommé conseiller de la présidence de la Fédération de Russie pour les questions relatives à l'Abkhazie et à l'Ossétie du Sud.

Il fait partie des personnalités politiques russes que l'administration de Barack Obama a suspendu de visa et dont elle a gelé les éventuels avoirs aux États-Unis, en représailles au rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie[4], le 16 mars 2014. Quelque temps plus tard, c'est au tour de l'Union européenne de le frapper des mêmes sanctions.

Le président ukrainien Petro Porochenko a accusé le Kremlin, le 20 février 2015, d’avoir organisé et dirigé l’assassinat de manifestants anti-russes l'année précédente place Maidan à Kiev, par l’intermédiaire de Vladislav Sourkov, assistant du président Poutine.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sourkov, l'éminence grise de Poutine sur la sellette, le Figaro, 24 décembre 2011
  2. Sourkov, le démineur de Poutine, nommé n° 3, la Tribune de Genève, 27 décembre 2011)
  3. Pierre Avril, « Viatcheslav Volodine, le gardien du Kremlin », Le Figaro Magazine, semaine du 16 septembre 2016, page 26.
  4. RIA Novosti: « Crimée : Obama sanctionne de hauts responsables russes » 17 mars 2014