Victoria Nuland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Victoria Nuland
Illustration.
Portrait officiel de Victoria Nuland.
Fonctions
Secrétaire d'État assistante pour l'Europe et l'Eurasie

(3 ans, 4 mois et 7 jours)
Président Barack Obama
Gouvernement Administration Obama
Prédécesseur Philip Gordon
Successeur John A. Heffern (intérim)
Porte-parole du département d'État
des États-Unis

(2 ans, 1 mois et 29 jours)
Président Barack Obama
Gouvernement Administration Obama
Prédécesseur Philip J. Crowley
Successeur Jennifer Psaki
Représentante permanente des États-Unis
auprès de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord

(2 ans, 9 mois et 19 jours)
Prédécesseur Nicholas Burns
Successeur Kurt Volker
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Baker (Louisiane)
Nationalité Américaine
Conjoint Robert Kagan
Diplômé de Université Brown

Victoria Jane Nuland, née le à Baker (Louisiane), est une diplomate américaine, secrétaire d'État assistante pour l'Europe et l'Eurasie de 2013 à 2017.

Carrière[modifier | modifier le code]

Victoria Nuland a fait carrière au sein du département d'État. Elle est chef de cabinet du démocrate Strove Talbott — secrétaire d'État adjoint de la secrétaire d'État Madeleine Albright entre 1993 et 1996 — puis directrice adjointe du ministère pour l'ex-Union soviétique. Elle est ambassadrice permanente à l'OTAN entre 2000 et 2003, puis conseillère pour la politique étrangère du vice-président républicain Dick Cheney de 2003 à 2005. Elle est également envoyée spéciale d'Hillary Clinton pour les Forces armées américaines basées en Europe de février à juin 2010, puis porte-parole du secrétaire d'État des États-Unis de juillet 2010 à août 2013 et enfin secrétaire d'État assistant pour l'Europe et l'Eurasie de septembre 2013[1] à janvier 2017.

Politique[modifier | modifier le code]

Victoria Nuland est considérée comme responsable du traitement public de l'assassinat de l'ambassadeur américain en Libye, Christopher Stevens. Elle a notamment rédigé une note controversée conseillant de nier une action terroriste organisée[2].

Le 4 février 2014, l’enregistrement d'un appel téléphonique datant du 28 janvier 2014 entre Victoria Nuland et Geoffrey Pyatt, ambassadeur des États-Unis en Ukraine, est publié sur YouTube[3],[4]. Le Département d'Etat et la Maison Blanche ont suggéré qu'un assistant du vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, était la source de la fuite, ce qu'il a démenti[5],[6],[7]. La diffusion de la conversation téléphonique a provoqué un scandale ; le langage employé (« And, you know… Fuck the EU ») a ainsi particulièrement choqué. La chancelière allemande Angela Merkel ainsi que le président du Conseil Herman Van Rompuy ont condamné ces propos jugés inacceptables[8],[9],[10],[7]. De plus, durant cette conversation avec l'ambassadeur américain en Ukraine, Geoffrey R. Pyatt, elle parle des protagonistes de la crise, et de la formation du prochain gouvernement ukrainien, dans laquelle les États-Unis auraient un droit de regard ; les noms d'Arseni Iatseniouk désigné sous le pseudonyme de « Yats », et de Vitali Klitschko, revenant plusieurs fois dans la discussion. Iatseniouk est devenu Premier ministre d'Ukraine le .

Famille[modifier | modifier le code]

Son père, Sherwin B. Nuland, est professeur de bioéthique à l'université Yale. Elle est mariée à l'historien néo-conservateur Robert Kagan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Biographie officielle.
  2. (en) « Benghazi attack: State Department pushed for changes in the administration's talking points », Washington Post 10 mai 2013.
  3. (en) Re Post, « Марионетки Майдана », YouTube,‎ (lire en ligne).
  4. (en) Ukraine crisis: Transcript of leaked Nuland-Pyatt call, (lire en ligne).
  5. (en) Doina Chiacu et Arshad Mohammed, « Leaked audio reveals embarrassing U.S. exchange on Ukraine, EU », Reuters,‎ (lire en ligne).
  6. (en) « BBC News - Victoria Nuland: Leaked phone call 'impressive tradecraft' », BBC Online,‎ (lire en ligne).
  7. a et b (en) Ed Pilkington, Luke Harding and agencies, « Angela Merkel: Victoria Nuland's remarks on EU are unacceptable », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  8. Sylvie Kauffmann, « Les cinq leçons du « fuck the EU ! » d'une diplomate américaine », Le Monde, 9 février 2014, consulté le 9 février 2014.
  9. (en) Anne Gearan. « In recording of U.S. diplomat, blunt talk on Ukraine », Washington Post, 6 février 2014.
  10. AFP, « Top US diplomat for Europe caught swearing about EU », Express Tribune, (consulté le 30 août 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]