Victoria Nuland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Victoria Nuland
Illustration.
Portrait officiel de Victoria Nuland.
Fonctions
Secrétaire d'État assistante pour l'Europe et l'Eurasie

(3 ans, 4 mois et 7 jours)
Président Barack Obama
Gouvernement Administration Obama
Prédécesseur Philip Gordon
Successeur John A. Heffern (intérim)
A. Wess Mitchell
Porte-parole du département d'État
des États-Unis

(2 ans, 1 mois et 29 jours)
Président Barack Obama
Gouvernement Administration Obama
Prédécesseur Philip J. Crowley
Successeur Jennifer Psaki
Représentante permanente des États-Unis
auprès de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord

(2 ans, 9 mois et 19 jours)
Prédécesseur Nicholas Burns
Successeur Kurt Volker
Biographie
Date de naissance (56-57 ans)
Lieu de naissance Baker (Louisiane)
Nationalité Américaine
Conjoint Robert Kagan
Diplômé de Université Brown

Victoria Jane Nuland, née le à Baker (Louisiane), est une diplomate américaine, secrétaire d'État assistante pour l'Europe et l'Eurasie de 2013 à 2017.

Carrière[modifier | modifier le code]

Victoria Nuland a fait carrière au sein du département d'État. Elle est chef de cabinet du démocrate Strove Talbott — secrétaire d'État adjoint de la secrétaire d'État Madeleine Albright entre 1993 et 1996 — puis directrice adjointe du ministère pour l'ex-Union soviétique. Elle est ambassadrice permanente à l'OTAN entre 2000 et 2003, puis conseillère pour la politique étrangère du vice-président républicain Dick Cheney de 2003 à 2005. Elle est également envoyée spéciale d'Hillary Clinton pour les Forces armées américaines basées en Europe de février à juin 2010, puis porte-parole du secrétaire d'État des États-Unis de juillet 2010 à août 2013 et enfin secrétaire d'État assistant pour l'Europe et l'Eurasie de septembre 2013[1] à janvier 2017.

Politique[modifier | modifier le code]

Victoria Nuland est considérée comme responsable du traitement public de l'assassinat de l'ambassadeur américain en Libye, Christopher Stevens. Elle a notamment rédigé une note controversée conseillant de nier une action terroriste organisée[2].

Le 4 février 2014, l’enregistrement d'un appel téléphonique datant du 28 janvier 2014 entre Victoria Nuland et Geoffrey Pyatt, ambassadeur des États-Unis en Ukraine, est publié sur YouTube[3],[4]. Le Département d'Etat et la Maison Blanche ont suggéré qu'un assistant du vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, était la source de la fuite, ce qu'il a démenti[5],[6],[7]. La diffusion de la conversation téléphonique a provoqué un scandale ; le langage employé (« And, you know… Fuck the EU ») a ainsi particulièrement choqué. La chancelière allemande Angela Merkel ainsi que le président du Conseil Herman Van Rompuy ont condamné ces propos jugés inacceptables[8],[9],[10],[7]. De plus, durant cette conversation avec l'ambassadeur américain en Ukraine, Geoffrey R. Pyatt, elle parle des protagonistes de la crise, et de la formation du prochain gouvernement ukrainien, dans laquelle les États-Unis auraient un droit de regard ; les noms d'Arseni Iatseniouk désigné sous le pseudonyme de « Yats », et de Vitali Klitschko, revenant plusieurs fois dans la discussion. Iatseniouk est devenu Premier ministre d'Ukraine le .

Famille[modifier | modifier le code]

Son père, Sherwin B. Nuland, est professeur de bioéthique à l'université Yale. Elle est mariée à l'historien néo-conservateur Robert Kagan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Biographie officielle.
  2. (en) « Benghazi attack: State Department pushed for changes in the administration's talking points », Washington Post 10 mai 2013.
  3. (en) Re Post, « Марионетки Майдана », YouTube,‎ (lire en ligne).
  4. (en) Ukraine crisis: Transcript of leaked Nuland-Pyatt call, (lire en ligne).
  5. (en) Doina Chiacu et Arshad Mohammed, « Leaked audio reveals embarrassing U.S. exchange on Ukraine, EU », Reuters,‎ (lire en ligne).
  6. (en) « BBC News - Victoria Nuland: Leaked phone call 'impressive tradecraft' », BBC Online,‎ (lire en ligne).
  7. a et b (en) Ed Pilkington, Luke Harding and agencies, « Angela Merkel: Victoria Nuland's remarks on EU are unacceptable », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  8. Sylvie Kauffmann, « Les cinq leçons du « fuck the EU ! » d'une diplomate américaine », Le Monde, 9 février 2014, consulté le 9 février 2014.
  9. (en) Anne Gearan. « In recording of U.S. diplomat, blunt talk on Ukraine », Washington Post, 6 février 2014.
  10. AFP, « Top US diplomat for Europe caught swearing about EU », Express Tribune, (consulté le 30 août 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]