Batailles de Bohorodychne et de Krasnopillia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Batailles de Bohorodychne et de Krasnopillia

Informations générales
Date -
(3 mois et 3 jours)
Lieu Bohorodychne et Krasnopillia (Oblast de Donetsk, Ukraine)
Issue Victoire ukrainienne
Belligérants
Drapeau de la Russie Russie

Drapeau de la République populaire de Donetsk République populaire de Donetsk

Drapeau de République populaire de Lougansk République populaire de Lougansk
Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Forces en présence
Banner of the Armed Forces of the Russian Federation (obverse).svg Forces armées russesEnsign of the Ukrainian Armed Forces.svg Forces armées ukrainiennes
Pertes
inconnuesinconnues

Invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022

Batailles


Offensive de Kiev


Offensive du Nord-Est


Offensive du Donbass


Offensive du Sud


Frappes aériennes dans l'Ouest de l'Ukraine


Guerre navale


Débordement


Les batailles de Bohorodychne et Krasnopillia sont une série d'engagements militaires dans et autour des villages de Bohorodychne et Krasnopillia, à 20 kilomètres au nord de la ville de Sloviansk, entre les Forces armées ukrainiennes et les Forces armées de la Fédération de Russie et leurs alliés lors de l'offensive du Donbass.

Contexte[modifier | modifier le code]

Les forces russes capturent Izioum, une intersection ferroviaire stratégique de la ville dans l'est de l' oblast de Kharkiv[2],[3],[4]. Le lendemain, dans une interview pour Ukrinform, l'adjoint au maire d'Izioum, Volodymyr Matsokin, affirme que 80% des bâtiments résidentiels de la ville ont été détruits et qu'il n'y a ni électricité, ni chauffage, ni eau en raison de la récente bataille. Quelques jours plus tard, lors de la offensive du Donbass vers laquelle la Russie et l'Ukraine déplacent leurs ressources, Kreminna devient la première ville à tomber aux mains des Russes et des séparatistes le 18 avril. Le gouverneur de l'oblast de Louhansk, Serhiy Haidaï, rapporte que 200 civils ont été tués, bien que le nombre de victimes puisse être beaucoup plus élevé que prévu. Des responsables ukrainiens rapportent le 25 avril que les forces russes ont été tuées dans une explosion de gaz dans l'hôtel de ville de Kreminna, occupé par la Russie[5]. Les 27 mai et 8 juin respectivement, les dernières villes sous contrôle ukrainien au nord du fleuve Donets, Lyman et Sviatohirsk, tombent aux mains des forces russes et séparatistes[6]. Après avoir pris le contrôle de ces villes, le champ de bataille se déplace vers les forêts et les villages entre Izioum et Sloviansk, qui comprend les villages de Dolgenkoïe, Bohorodychne et Krasnopillia.

Bohorodychne et Krasnopillia sont stratégiques en raison de leur emplacement au sud de la rivière Donets. Depuis fin mai, les troupes russes capturent toutes les villes tenues par les Ukrainiens au nord du fleuve, bien que leurs tentatives de le traverser soient déjouées par l'armée ukrainienne. En capturant Bohorodychne et Krasnopillia, les forces russes et séparatistes pourraient pousser vers le sud jusqu'à Sloviansk et Kramatorsk, deux des dernières grandes villes ukrainiennes de l'oblast de Donetsk et un axe majeur de la bataille du Donbass[7],[8]. Le maire de Sloviansk, Vadim Liak, appelle le 6 juillet à évacuer les habitants en raison de la récente augmentation des bombardements dans les zones civiles et de la possibilité de combats dans la ville.

Bataille[modifier | modifier le code]

Premières offensives vers les deux villes[modifier | modifier le code]

La première offensive vers Krasnopillia commence le 7 juin, lorsque les forces combinées russes et LPR lancent une offensive à travers les forêts au sud d'Izioum, Sviatohirsk, Synychyne et Studenok, vers la ville de Sloviansk, mais sont arrêtées à Bohorodychne et Krasnopillia[9]. Le 17 juin, les troupes russes et la RPL relancent l'offensive, tentant cette fois-ci une percée plus sérieuse près des villes. Cette tentative soit repoussée par une contre-offensive ukrainienne[10],[11]. Le 24 juin, l'artillerie russe prend pour cible des infrastructures civiles près de Bohorodychne, Krasnopillia et des villages environnants[12]. L'armée russe et LPR tentent une autre percée six jours plus tard, le 30 juin, encore une fois sans succès[13].

La quatrième offensive russe a lieu le 7 juillet, lorsque les forces russes lancent une attaque infructueuse contre Bohorodychne, Krasnopillia et le village voisin de Dolyna. Le même jour, les troupes russes tentent aussi, en vain, de contourner Barvinkove par l'est avec l'intention de couper l' autoroute E40 Izium-Sloviansk, une voie d'approvisionnement clé pour les troupes ukrainiennes[14]. Une offensive majeure a eu lieu à Krasnopillia les 11 et 12 juillet, avec des bombardements féroces à Dibrivne, Mazanivka, Adamivka et Kurulka, tous des villages proches de Bohorodychne et Krasnopillia[15],[16]. Le lendemain, le 13 juillet, de nouvelles attaques russes sont repoussées depuis la partie nord de Krasnopillia et Dolyna, apparemment dans le but de couper davantage l'autoroute Izioum-Sloviansk[17].

Les offensives russes contre Bohorodychne et Krasnopillia se sont renouvelées sans succès les 17 et 18 juillet, avec de lourds bombardements contre les villes et les installations voisines[18],[19]. Les bombardements reprennent sur Bohorodychne et Krasnopillia ainsi que sur les villages environnants le 21 juillet[20]. Le 26 juillet, les forces russes lancent une autre offensive contre Krasnopillia et Bohorodychne, bien qu'elles échouent de nouveau[21]. Les attaques recommencent le 31 juillet, lorsque les forces russes commencent à bombarder Bohorodychne, Krasnopillia et les villages environnants depuis le village de Dmytrivka sous contrôle russe[22].

Contre-attaque ukrainienne[modifier | modifier le code]

Le 5 août, le conseiller présidentiel Oleksiy Arestovych annonce que l'armée ukrainienne ont lancé une nouvelle contre-offensive près d'Izioum contre les forces russes et que les combats ont repris à Dovhenke[23]. Le lendemain, les Russes bombardent la région, y compris à Dovhenke[24]. Cela continue le 7 août[25]. Les forces ukrainiennes ont également réussi à capturer les villages de Dibrivne et Dmytrivka lors de ces contre-attaques[26].

Le 9 août, l'armée ukrainienne reprend Mazanivka[27].

Deuxièmes offensives vers les deux villes[modifier | modifier le code]

Les offensives terrestres russes sont relancés le 21 août au sud et au sud-est d'Izioum, de sorte à reprendre des villages repris par l'Ukraine les semaines précédentes. Des sources ukrainiennes rapportent le 22 août que les russes ont tenté d'avancer sur Dmytrivka et Nova Dmytrivka, tout en lançant de nouvelles attaques sur Krasnopillia[26],[28].

Deuxième contre-attaque ukrainienne et chute d'Izioum[modifier | modifier le code]

Le 9 septembre, l'administration soutenue par la Russie ordonne « l'évacuation » de la population d'Izioum, Koupiansk et Velykyï Bourlouk[29]. Plus tard dans la journée, les forces ukrainiennes atteignent Koupiansk, une plaque tournante de transit, vitale à la jonction de plusieurs des principales lignes de chemin de fer approvisionnant les troupes russes au front[30]. L'Institut pour l'étude de la guerre déclare qu'il pensait que Koupiansk tomberait probablement dans les 72 prochaines heures[31]. En réponse à l'avancée ukrainienne, des unités de réserve russes sont envoyées en renfort à la fois à Koupiansk et à Izioum[32].

Le 10 septembre, Koupiansk et Izioum sont reprises par les Ukrainiens. Ils auraient avancé vers Lyman[33],[34]. Une conseillère du chef du conseil régional de Kharkiv, Natalia Popova, publie sur Facebook des photos de soldats tenant un drapeau ukrainien devant la mairie de Koupiansk[35]. Les responsables de la sécurité ukrainiens et la police se rendent dans les territoires repris pour vérifier l'identité de ceux qui sont restés sous l'occupation russe[36]. Plus tard dans la journée, le gouverneur de l'oblast de Lougansk, Serhiy Haidaï, affirme que les soldats ukrainiens ont avancé dans la périphérie de Lyssytchansk, tandis que les partisans ukrainiens auraient réussi à capturer des parties de Kreminna. Le New York Times déclare que "la chute de la ville stratégiquement importante d'Izioum, dans l'est de l'Ukraine, est le coup le plus dévastateur pour la Russie depuis sa retraite humiliante de Kiev"[37]. Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov, répond à ces développements en affirmant que les troupes russes dans la région de Balaklia et Izioum se "regrouperaient" dans la région de Donetsk "afin d'atteindre les objectifs déclarés de l'opération militaire spéciale de libération du Donbass". Le président ukrainien Zelensky déclare : « L'armée russe fait ces jours-ci la meilleure démonstration qu'elle puisse faire : montrer ses arrières. Et, bien sûr, c'est une bonne décision pour eux de courir." [38] Il affirme que l'Ukraine a repris 2 000 km2 depuis le début de la contre-offensive[39].

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. « Russian Offensive Campaign Assessment, April 1 | Institute for the Study of War » [archive du ], understandingwar.org (consulté le )
  3. « На Київщині ЗСУ звільнили 15 населених пунктів – зведення Генерального штабу » [archive du ], radiosvoboda.org (consulté le )
  4. « The russians are controlling Izyum – General Staff of the Ukrainian Armed Forces » [archive du ], mil.in.ua (consulté le )
  5. « Luhansk Military Administration: Russian occupiers and their collaborators die in an explosion in Kreminna City Hall » [archive du ], Pravda.com.ua, (consulté le )
  6. « Russia captures strategically important town ahead of 'next stage' of Ukraine invasion: UK intelligence » [archive du ], news.yahoo.com (consulté le )
  7. (en-US) Carlotta Gall, « As Russia Looms, a Ukrainian City's Loyalties Divide », nytimes.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  8. Terajima, « Sloviansk under heavy fire as Russia's war enters new phase », The Kyiv Independent, (consulté le )
  9. « Russian Offensive Campaign Assessment, April 1 | Institute for the Study of War » [archive du ], understandingwar.org (consulté le )
  10. (en) « Institute for the Study of War », Institute for the Study of War (consulté le )
  11. « Russian troops attempt to capture Bohorodychne but are repelled by Ukrainian Armed Forces – General Staff report »
  12. « Ukrainian Armed Forces defeat Russian sabotage groups, launch airstrike on large Russian troop concentration – General Staff report »
  13. « Operational information from the regions of the Active Community Network June 30, 2022 »
  14. « Russia may be preparing attack on Ukraine's Slovyansk, Kramatorsk: report » [archive du ], Polskie Radio (consulté le )
  15. (en) « Institute for the Study of War », Institute for the Study of War (consulté le )
  16. « Ukrainian Armed Forces repel Russian assault on Krasnopillia and Mariinka General Staff report », yahoo.com (consulté le )
  17. « Ukraine Army repels enemy assault in Sloviansk direction », Ukrinform (consulté le )
  18. « Ukraine Army Repulses Assaults and Russia's Attempt to Conduct Reconnaissance », Kyiv Post, (consulté le )
  19. « Russian army suffers losses on Sloviansk and Avdiivka fronts – General Staff report », Kyiv Post (consulté le )
  20. « Russians trying to improve tactical position in Bakhmut direction », Yahoo,
  21. « Russian forces fail to advance on the Sloviansk front, fighting continues on the Bakhmut front – General Staff report », Ukrainska Pravda,
  22. « Invaders Suffer Losses And Retreat Near Sloviansk And Bakhmut - General Staff », Ukrainian News (consulté le )
  23. "Ми вже наступаємо", - Арестович прокоментував військову ситуацію у Харківській області
  24. Окупанти наступали на трьох напрямках, але отримали відсіч – зведення Генштабу
  25. Російські військові намагалися вести штурм у Харківській області
  26. a et b Russian Offensive Campaign Assessment, August 22
  27. (en) Axe, « Ukraine's 93rd Mechanized Brigade Just Liberated A Village From The Russians », Forbes (consulté le )
  28. Russian Offensive Campaign Assessment, August 23
  29. (uk) « Окупанти оголосили «евакуацію» з Ізюма, Куп'янська і Великого Бурлука на Харківщині » [archive du ], Слово і Діло (consulté le )
  30. (en-US) Max Hunder, « Ukraine retakes territory in Kharkiv region as Russian front crumbles », Reuters,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  31. Reuters; Editing by Cynthia Osterman, « Ukraine retakes settlements in Kharkiv advance - Russian-installed official » [archive du ], reuters.com, (consulté le )
  32. Tim Lister, Julia Kesaieva and Josh Pennington, « Russia sends reinforcements to Kharkiv as Ukrainians advance » [archive du ], cnn.com, (consulté le )
  33. « Украинские войска вошли в ранее оккупированный Купянск в Харьковской области. Также сообщается, что ВСУ взяли Изюм и наступают на Лиман » [archive du ], Meduza (consulté le )
  34. (en-US) « As Russians Retreat, Putin Is Criticized by Hawks Who Trumpeted His War », The New York Times,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  35. « Ukraine retakes railway hub as Kharkiv counteroffensive gains ground » [archive du ], Yahoo Finance, (consulté le )
  36. Max Hunder and Vitalii Hnidyi, « Ukraine troops reach railway hub as breakthrough threatens to turn into rout » [archive du ], reuters.com, (consulté le )
  37. (en-US) « Ukrainian Offensive Seen as Reshaping the War’s Contours », New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. (en-US) The Associated Press, « Ukraine's Zelenskyy says Russia's pullback from Kharkiv region 'a good decision' », Canadian Broadcasting Corporation News,‎
  39. (en) Hugo Bachega, « Ukraine counter-offensive: Russian forces retreat as Ukraine takes key towns », BBC News, Londres and Kiev,‎