Vol Malaysia Airlines 17

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vol 17 Malaysia Airlines
9M-MRD, le Boeing 777-200ER impliqué dans l'événement.
9M-MRD, le Boeing 777-200ER impliqué dans l'événement.
Caractéristiques de l'accident
Date à 13 h 19 (16 h 19 heure locale d'Ukraine)
TypeDésintégration en vol
CausesAbattu par un missile sol-air
SitePrès de la ville de Chakhtarsk (oblast de Donetsk, Ukraine)
Coordonnées 48° 08′ 18″ nord, 38° 38′ 20″ est
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilBoeing 777-200ER
CompagnieMalaysia Airlines
No  d'identificationoaci/9M-MRD
PhaseCroisière
Passagers283
Équipage15
Morts298[1]
Blessés0
Survivants0

Géolocalisation sur la carte : oblast de Donetsk
(Voir situation sur carte : oblast de Donetsk)
Vol 17 Malaysia Airlines
Géolocalisation sur la carte : Ukraine
(Voir situation sur carte : Ukraine)
Vol 17 Malaysia Airlines
Géolocalisation sur la carte : Europe
(Voir situation sur carte : Europe)
Vol 17 Malaysia Airlines

Le vol 17 de Malaysia Airlines (code AITA : MH17) opéré le par Boeing 777-200ER reliant Amsterdam à Kuala Lumpur se désintègre en vol au-dessus de la région de Donetsk, au Donbass dans l'est de l'Ukraine, alors occupée par des séparatistes prorusses.

La catastrophe, provoquée par un tir de missile des forces séparatistes prorusses, ne laisse aucun survivant parmi les 283 passagers et 15 membres de l'équipage de l'avion[2]. Il s'agit de l'attaque terroriste la plus meurtrière en Ukraine depuis la chute de l'URSS[3]. L'armée ukrainienne et les séparatistes prorusses, opposés lors de cette guerre du Donbass, s'accusent mutuellement d'avoir abattu l'appareil[2].

En , une résolution de la Malaisie propose que le Conseil de sécurité des Nations unies établisse un tribunal international, la majorité des votes du Conseil de Sécurité est obtenue, mais la Russie y oppose son veto de membre permanent[4],[5],[6].

Le , le parquet néerlandais présente les conclusions préliminaires de son enquête, selon lesquelles un missile Buk — acheminé, ainsi que la plate-forme de tir, depuis la Russie — a été tiré depuis la partie du territoire ukrainien contrôlée par les séparatistes prorusses[7]. Le , les enquêteurs internationaux parviennent à la même conclusion, et précisent que le missile Buk ayant abattu le vol MH17 provenait de la 53e brigade de missiles anti-aérienne de l'armée de terre russe[8],[9],[10]. En , Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais, affirme que la Russie fait obstruction à la recherche de la vérité[11].

Le , la Joint Investigation Team (JIT), qui enquête sur l'écrasement et les responsabilités, communique les noms de quatre suspects, dont trois de nationalité russe et un commandant ukrainien des forces séparatistes prorusses, considérés comme responsables de l’acheminement du missile Buk sur le lieu de tir. Les quatre inculpés sont recherchés aux termes d'un mandat d'arrêt international[12] et le procès s'ouvre le et le verdict attendu en 2022[13].

Le , les Pays-Bas et l'Australie portent plainte auprès de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) afin d'exiger que la Russie les indemnise. D'après eux, la Convention de Chicago a été violée « par l'utilisation illégale d'une arme contre un avion civil »[14].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Situation militaire au moment de la catastrophe. Les points représentent la population, les plus gros étant les plus grandes villes[15].
  • Trajet de l'avion
  • Zone de lancement du missile selon les États-Unis[16]
  • Zone sous contrôle séparatiste selon l'Ukraine

L'avion décolle de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, le à 12 h 14 locale (10 h 14 UTC). Son arrivée est prévue le lendemain pour h 9 locales (UTC+8:00) (soit 22 h 9 UTC le même jour) à l'aéroport international de Kuala Lumpur[17].

Le trajet du vol MH17 le diffère de ceux empruntés les jours précédents, qui visaient à éviter le survol des zones de conflit[18] : l'avion, en empruntant un couloir aérien plus au nord, et ce pour une raison que l'enquête n'a pas encore mise au jour, survole la zone où s'affrontent les combattants de la république populaire de Donetsk (RPD) et l'armée ukrainienne (ZSU).

La compagnie Malaysia Airlines, affréteur principal du vol, précise dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux avoir perdu le contact à 16 h 15 (heure locale d'Ukraine) (13 h 15 UTC), alors que l'avion survolait l'est de l'Ukraine, à approximativement 50 kilomètres de la frontière avec la Russie[19].

« Romeo November Delta, Malaisian one seven » (c'est-à-dire : « bien reçu contrôle aérien de Rostov-sur-le-Don, du vol Malaysia Airlines 17 ») fut la dernière communication de l'appareil avec les contrôleurs aériens à 13 h 19 et 56 secondes GMT[20].

Le site Flightradar24 signale qu'un Boeing 777 appartenant à la compagnie Singapore Airlines et un Boeing 787 d'Air India se trouvaient à 25 kilomètres seulement de l'endroit où l'avion a disparu des radars ukrainiens[21] alors que le rapport final d'enquête néerlandais indique que l’appareil le plus proche se trouvait à 33 kilomètres[22].

L'avion s'écrase à côté du village de Hrabove (à l'est de la région de Donetsk), proche de la frontière séparant les deux oblasts de Donetsk et de Louhansk, près de la ville de Chakhtarsk[23]. Des photographies du site de l'accident montrent des morceaux de fuselage et de moteurs, ainsi que des dizaines de corps carbonisés et des passeports[24],[25]. Les débris de l’avion sont retrouvés sur un périmètre de plus de 10 kilomètres autour du village[26]; des dizaines de corps sont tombés dans les champs, certains sur des toits[27]. Le fait que les débris se soient dispersés sur une telle surface suggère que l'avion s'est disloqué à haute altitude[28].

Il s'agit de la seconde catastrophe de l'année 2014 pour la compagnie malaisienne, moins de cinq mois après la disparition du vol 370 qui transportait à son bord 239 personnes.

Caractéristiques de l'avion[modifier | modifier le code]

Le vol MH17 était assuré par un Boeing 777-200ER (plus précisément désigné sous l'appellation 777-2H6/ER[29]), un avion de ligne gros porteur immatriculé 9M-MRD avec pour numéro de série 28411/84[30]. L'appareil effectue son premier vol le et est livré à Malaysia Airlines le . L'avion est motorisé par deux réacteurs Rolls-Royce Trent 892 et a accumulé plus de 43 000 heures de vol en 6 950 cycles[31],[32].

Victimes[modifier | modifier le code]

Victimes par nationalité et par nombre de victimes[33]
Pays d'origine Passagers Équipage
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 193[Note 1] -
Drapeau de la Malaisie Malaisie 28 15
Drapeau de l'Australie Australie 27 -
Drapeau de l'Indonésie Indonésie 12 -
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 10[Note 2] -
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 4[Note 3] -
Drapeau de la Belgique Belgique 4 -
Drapeau des Philippines Philippines 3 -
Drapeau du Canada Canada 1[34] -
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 1 -
Total à bord 283 15

L'avion transportait 283 passagers, dont 80 enfants, accompagnés de 15 membres d'équipage[35].

Plus des deux tiers des passagers sont néerlandais, 28 passagers sont malaisiens ; les autres appartiennent à onze nationalités différentes. L'ensemble des passagers et de l'équipage a péri dans la catastrophe[36],[37]. Le , Malaysia Airlines annonce officiellement la nationalité des 298 passagers et membres d'équipage[38] après avoir initialement déclaré la présence de 295 personnes à bord, ce qui ne prenait pas en compte trois bébés[39].

L'appareil était piloté par les commandants Wan Amran Wan Hussin et Eugene Choo Jin Leong[40] ainsi que deux copilotes, Ahmad Hakimi Hanapi et Muhd Firdaus Abdul Rahim[41]. Parmi les passagers se trouvaient des experts de la lutte contre le sida[42] qui se rendaient à la XXe Conférence internationale sur le Sida à Melbourne, notamment Joep Lange, chercheur néerlandais spécialisé dans le traitement du VIH[43]. Également à bord, le sénateur travailliste néerlandais Willem Johannes Witteveen (nl), l'écrivain australien Liam Davison[44], l'actrice malaisienne Shuba Jaya (en)[45] et le DJ/Producteur néerlandais Darryl Dwight Gunawan (ainsi que sa mère et sa sœur) proche de Martin Garrix[46].

L'incident a été l'attaque terroriste la plus meurtrière en Ukraine depuis la chute de l'URSS[3]. Il s'agit de l'attaque terroriste la plus meurtrière en Europe depuis la prise d'otages de Beslan en 2004. Avec un lourd bilan de 298 morts, le vol 17 de la Malaysia Airlines est la cinquième catastrophe aérienne la plus meurtrière de l’histoire de l'aviation impliquant un seul avion, la plus grave pour un Boeing 777, la plus grave survenue en Ukraine et la plus grave pour cette compagnie aérienne.

Survol du Donbass[modifier | modifier le code]

Manquement de sécurité[modifier | modifier le code]

Selon l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), une agence de l'Organisation des Nations unies (ONU), le Donbass est alors une zone présentant de sérieux risques mais l'organisation n'impose pas de restrictions[47]. L'OACI ne peut en effet faire que des recommandations et, depuis la Convention de Chicago, c'est aux États qu'incombe la responsabilité de leurs espaces aériens, donc d'interdire le survol de tout ou partie de leur territoire et d'informer l’OACI sur les risques[48]. Le , l’Ukraine déconseille le survol de son territoire à moins de 8 500 mètres (28 000 pieds), avant de relever cette altitude à 9 800 mètres (32 000 pieds) le [49]. Malgré ces alertes, le Premier ministre malaisien Najib Razak déclare après l'écrasement : « l'association internationale du transport aérien a indiqué que l'espace traversé par l'appareil n'était sujet à aucune restriction »[47].

Eurocontrol estime qu'environ 300 vols passaient quotidiennement par le même chemin que ce vol MH17 avant la catastrophe[50].

Le , Tjibbe Joustra, directeur du Bureau d'Enquête néerlandais pour la sécurité (Onderzoeksraad Voor Veiligheid, OVV) déclare dans le rapport final : « Nous avons conclu qu'il y avait suffisamment de raisons, pour les autorités ukrainiennes, de fermer par précaution l'espace aérien au-dessus de la partie est du pays »[51].

Dans le reste du monde[modifier | modifier le code]

L'association d'aviation américaine avait prévenu avant l'écrasement ses pilotes des risques que présente cette région[50],[18].

Plusieurs compagnies internationales n'avaient pas pris de mesures concernant cette zone du Donbass. Certaines avaient décidé de ne plus survoler la Crimée depuis l'entrée de soldats russes sur ce territoire ukrainien le 28 février 2014[47].

Le , des médias allemands révèlent qu'un câble diplomatique du ministère allemand des Affaires étrangères a mis en garde son gouvernement sur les dangers du survol du Donbass bien avant l'écrasement de la Malaysia Airlines mais n’en a pas informé les compagnies aériennes allemandes[52],[53]. Or, comme le rappelle le quotidien Süddeutsche Zeitung, concernant l'Allemagne : « Normalement, les compagnies aériennes doivent être informées immédiatement en cas de changement de la situation en matière de sécurité [...] Or, cela n'a été le cas qu'après le crash du MH17 »[53].

Une trajectoire déviée[modifier | modifier le code]

Selon le site FlightAware, c’était la première fois depuis deux semaines que l'appareil assurant le vol MH 17 empruntait un itinéraire aussi décalé vers le nord. Au total, un quart des compagnies préféraient éviter cette voie depuis quelque temps mais les trois-quarts la privilégiaient pour des raisons de distance, donc d'économies[54]. Les onze jours précédents, le vol Amsterdam-Kuala Lumpur avait emprunté un couloir aérien situé plus au sud, puis le MH17 a emprunté à nouveau cet itinéraire le jour de l'accident, pour une raison restée inconnue[49].

Des pilotes d'Air India ont entendu un contrôleur aérien dire au vol MH17 de suivre « une route directe », c'est-à-dire un raccourci permettant à un appareil de voler en ligne droite sans suivre l'itinéraire établi avec points de passage obligés, ce qui fait économiser du carburant et du temps.

Le général Andreï Kartapolov de l'état-major russe souligne qu'« après Donetsk, l'avion malaisien a changé de cap, et s'est décalé de son corridor de 14 km vers la gauche. Il a ensuite tenté d'y revenir mais n'a pas pu mener la manœuvre à terme […] Pourquoi en est-il sorti ? Était-ce une erreur de pilotage ou un ordre des aiguilleurs du ciel ukrainiens ? »[55]

Le New York Times souligne que la Russie avait fermé près de la frontière ukrainienne quatre routes aériennes qu’aurait dû emprunter le MH 17 pour survoler le Donbass. Le quotidien Le Monde se demande alors comment l'avion malaisien « aurait pu poursuivre son trajet s’il n’avait pas été abattu »[49].

Robert Mark, pilote de ligne et éditeur du magazine Aviation International News (en), affirme que la majorité des vols de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala Lumpur prennent habituellement une route plus au sud que celle où le Boeing a été abattu[56].

Tentatives d’explication et controverses[modifier | modifier le code]

Missile sol-air[modifier | modifier le code]

Selon l'agence de presse d'état russe Interfax, l'appareil volait à une altitude de 33 000 pieds (10 100 m) lorsqu'il aurait été abattu par un missile comme l'atteste la présence de multiples trous observés notamment sur un débris de la partie supérieure avant gauche du cockpit. Ces trous sont vraisemblablement produits par une ogive à fragmentation dont est doté le missile, qui explose à proximité de sa cible[réf. nécessaire]. Le , d'après un expert de IHS Jane's, cité par The New York Times, c'est bien un missile qui serait à l'origine du crash et les dégâts sont susceptibles d'avoir été causés par un missile sol-air de type Buk (ou « Bouk », code OTAN SA-11). IHS Jane affirment que le système de lancement nécessaire est possédé par l'armée ukrainienne et l'armée russe[57].

Missiles Buk-M2 similaires à celui qui aurait été utilisé pour abattre l'appareil.

Les séparatistes affirment être en possession d'une batterie de Buk-M1 (non opérationnelle selon Alexeï Dmitrachovsky, porte-parole du ministère de l'Intérieur ukrainien pour les opérations antiterroristes) depuis la prise de la base militaire А-1402 près de l'aéroport international de Donetsk[58]. Il s'agit de projectiles autopropulsés et guidés capables d'atteindre des cibles aériennes volant à 22 000 m, soit plus de deux fois plus que les 33 000 pieds d'altitude (10 000 m environ) à laquelle volait le Boeing 777-200ER[59]. Selon un expert britannique, la pressurisation de la cabine de l'avion a pu faire que celle-ci explose instantanément sous l'effet des shrapnels du missile Buk-M1, la réserve de carburant s'enflammant aussitôt[60]. Pour plusieurs experts militaires, le maniement de ces missiles n'est pas à la portée des séparatistes prorusses[61],[62] même si, pour d'autres experts, plusieurs anciens militaires ayant servi dans des unités antiaériennes se trouvent parmi les séparatistes[63].

En , les fragments de missile prélevés dans les débris par le correspondant de l'émission RTL Nieuws Jeroen Akkermans et son caméraman sont identifiés par des experts de IHS Jane's comme provenant d'un un Buk-M1[64]. Un juriste de l'Institut de La Haye pour la Justice mondiale signale cependant que « si les éléments n’ont pas été manipulés avec des gants ou s’ils n’ont pas été mis sous scellés, cela peut poser un problème » [juridique][65].

Selon le rapport de l'enquête néerlandaise remis le , l'écrasement est bien causé par un missile Buk-M1 et il est de fabrication russe[66].

Tir émanant des forces séparatistes[modifier | modifier le code]

Immédiatement après l'écrasement, Igor Guirkine (nom de guerre Strelkov), un Russe engagé sur le terrain comme « ministre de la Défense » de la RPD, poste sur le réseau social russe VKontakte une revendication indiquant que ses forces viennent d'abattre un avion militaire. Guirkine y déclare : « Nous venons d’abattre un avion, un An-26, dans les environs de Torez [renommé plus tard Tchystiakove]. Il est tombé quelque part dans la mine Progress. Nous avions prévenu qu'on ne devait pas survoler notre espace aérien. Nous avons la vidéo qui le confirme. L'avion est tombé sur un tas de déchets. Les zones résidentielles n'ont pas été touchées. Les civils n'ont pas été blessés. »[67][réf. à confirmer] Environ 27 minutes plus tard, le post est effacé et un nouveau apparaît à sa suite, au même endroit : une déclaration de la direction de la RPD niant tout lien avec l'accident et précisant : « aucun armement en notre possession n'est en mesure de détruire un objet volant à une telle altitude »[68].

Dans la journée, Anton Guerachtchenko, un conseiller du ministre ukrainien de l'Intérieur, accuse la Russie d'avoir introduit clandestinement en Ukraine des missiles Buks « gracieusement offert aux terroristes par Poutine »[69] et ajoute que ceux-ci ont été ensuite rapatriés en Russie pour ne pas laisser de traces. Alors qu'Alexandre Zakhartchenko réfute ces accusations (« je ne peux dire qu'une chose : nous n'avons tout simplement pas d'équipements techniques capables d'abattre un Boeing »[70]), les mêmes accusations seront ensuite portées par des sources américaines[71].

Selon le Wall Street Journal, les organismes américains sont divisés sur le fait de savoir si l'avion a été abattu par l'armée russe ou par des séparatistes prorusses. Ils insistent sur le fait que « toutes les routes mènent aux Russes dans une certaine mesure »[72]. Le Figaro affirme, cinq jours après l'écrasement, que les experts américains « pointent la responsabilité de séparatistes qui auraient abattu le Boeing « par erreur » »[73]. D'après le président du Service fédéral de renseignement allemand Gerhard Schindler (en), les coupables sont les rebelles séparatistes[74]. Il a également été mentionné qu'un satellite américain a localisé la signature infrarouge d'un missile sol-air juste avant que le Boeing ne s'écrase[75]. Le journaliste Robert Parry souligne que la Russie est accusée sans la moindre preuve d'avoir fourni des Buks[76].

Le chef du commandement opérationnel de l'État-major général de l'Armée russe Andreï Kartapolov rétorque qu'une vidéo montrant un camion porteur de missiles, donnée comme preuve[77], comporte un panneau publicitaire pour un concessionnaire automobile de la ville de Krasnoarmiysk, alors sous le contrôle de l'armée régulière[78]. Selon le site web Bellingcat, l'analyse des images indiquerait toutefois que la vidéo a été prise à Lougansk[79]. Bellingcat a pu par la suite retracer le parcours de la batterie de missiles Buk en territoire contrôlé par les séparatistes et a publié ses conclusions en [80]. Interviewé par l'agence Reuters, le commandant du bataillon Vostok, une des principales unités séparatistes, indique que la faute revient à l'Ukraine ; par ses frappes aériennes inutiles, le pays aurait rendu inévitable le tir d'un Buk reçu de Lougansk[81] ; un démenti de sa part est immédiatement publié par l'agence de presse d'état russe RIA Novosti[82] précisant qu'en réalité, il ne savait pas si les milices possédaient un Buk.

Le , un article du Corriere della Sera fait état d'un entretien avec un milicien sécessionniste anonyme chargé de monter la garde auprès des corps ; il confirme indirectement que l'avion a été abattu par ses propres troupes en déclarant avoir été envoyé à la recherche de l'équipage de l'appareil « militaire » (croyait-il) abattu, lequel aurait pu sauter en parachute, et avoir découvert les corps des passagers[83].

Mediapart publie le une enquête du site d'investigation CORRECT!V basé à Berlin affirmant que l'avion du vol MH 17 a été abattu par un missile Buk-M1 tiré par un officier russe de la la 53e brigade anti-aérienne (en) de l'armée de terre russe de la localité ukrainienne de Snijne[84]. Le site incrimine également le comportement de l'armée ukrainienne, dont les avions de chasse auraient coutume de se mêler au trafic aérien civil[84]. La thèse de la participation de la 53e brigade de défense antiaérienne russe est également confirmée par la publication ultérieure de Bellingcat retraçant le trajet de la batterie de missiles depuis Koursk jusque dans les territoires séparatistes d'Ukraine[85].

Le , Reuters, par le biais de son reporter Anton Zverev, publie l'interview d'un témoin, Piotr Fedotov, un villageois de 58 ans qui affirme avoir vu un missile lancé depuis un territoire tenu par l'armée ukrainienne. Mais, hors micro, le témoin revient sur ses dires, expliquant que le missile provenait en fait d'un territoire occupé par les rebelles[86].

Hypothèse d'un tir provenant des forces ukrainiennes[modifier | modifier le code]

Image satellite présentée par le Ministère de la Défense russe lors d'une conférence de presse à propos de l'accident du vol MH17 qui déclare qu'elle date du 17 juillet 2014 et qu'elle montre le secteur de la route des vols civils quelques heures avant l'accident. Sur la photo, on indique que deux véhicules SAM "Buk-M1" ainsi qu'un véhicule blindé sont marqués dans la région du village de Zarochtchenskoïe.
Un Bok M1 ukrainien en 2008.

Le , selon un communiqué du ministère de la Défense russe, les systèmes de radiodétection russes ont enregistré le relevé du radar Koupol signalant une batterie de Buk-M1 déployée près du village de Styla (30 km au sud de Donetsk). « Les caractéristiques techniques des Buk-M1 permettent de procéder à un échange d'informations sur les cibles aériennes entre toutes les batteries d'une même division. Cela signifie que le missile aurait pu être tiré par chacune des batteries déployées à Avdeïevka (8 km au nord de Donetsk) ou à Grouzsko-Zorianskoïe (25 km à l'est de Donetsk)[87]. » Le , le général russe Andreï Kartapolov déclare que des batteries de missiles sol-air de l'armée ukrainienne étaient stationnées aux environs de Donetsk, photos satellite à l'appui[88] et ajoute : « contre qui étaient dirigées ces armes antiaériennes alors que tout le monde sait que les combattants séparatistes n'ont pas d'aviation ? »[66]. En , l’analyse de ces documents par Bellingcat arrive à la conclusion qu’ils s’agit de photos datant du mois de juin et retouchées numériquement[89],[90].

Le 25 juillet, l'agence de presse d'état russe RIA Novosti déclare que des informateurs de l'armée ukrainienne lui auraient fait part de manœuvres d'entraînement de défense antiaérienne du 156e régiment d'artillerie anti-aérienne (uk) avec des missiles Buk-M1 dans la banlieue de Donetsk, manœuvres qui se seraient déroulées au moment de l'incident. Pour cela, les systèmes du Buk-M1 auraient été déverrouillés et un Su-25 entrant dans la zone aurait été pris pour cible sans autorisation par un missile sol-air tiré de Zarochtchenskoïe (uk). Le Su-25 aurait croisé la route du Boeing de Malaysia Airlines et le système aurait décidé de viser la plus grosse des deux cibles[91].

Le général de brigade Jean-Vincent Brisset, spécialiste des questions de sécurité en Asie à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), déclare que « les trajectoires du Boeing n’ont pas été restituées », « les enregistrements des conversations radio entre le contrôle ukrainien et cet avion n’ont toujours pas été rendus publics », ajoutant que cela « a plutôt tendance à innocenter les rebelles ». l'écrasement du MH17 « est une erreur et une erreur de ce type a déjà été faite par l’Ukraine, à ma connaissance l’un des rares pays qui ait fait ce type d’erreur récemment. »[92].

En , Yan Novikov, PDG de la société russe Almaz-Antei, déclare que des éclats du missile ont été analysés et identifiés comme appartenant à un 9M38M1 du système Buk-M1[93]. M. Novikov déclare aussi que ce système n'est plus fabriqué depuis 1999 et que seule l'Ukraine en détient encore. Les enquêteurs néerlandais disent ne pas être en mesure de commenter ces déclarations. Le porte-parole du président ukrainien Petro Porochenko a pour sa part affirmé que les déclarations d'Almaz-Antei constituaient « une tentative de couvrir [la vérité] au moyen d'arguments pseudo-scientifiques » et que l'Ukraine « disposait de preuves suffisantes » de l'implication russe dans l'accident[94].

Le , l'ancien chef du SBU, devenu conseiller du président Porochenko, le général Ihor Smechko, déclare que l'Ukraine ne possédait déjà plus aucun Buk bien avant l'écrasement[95],[96],[97]. Cependant, le site du ministère de la Défense ukrainienne déclare officiellement le posséder un système complet de missiles Buk qui a été transféré à Kharkiv[98]. Bellingcat démontre, photos à l'appui, que l'Ukraine, tout comme la Russie, détient toujours de nombreux Buks comme le prouvent les nombreux clichés de Buks M1 de l'armée ukrainienne dotés de missiles 9M38M1, dont un datant du , déployés dans la zone des combats [99] alors que John Kerry, le secrétaire d'État des États-Unis avait dit : « Nous savons avec certitude que les Ukrainiens ne disposaient pas d'un tel système (de batterie de missiles) dans les environs à ce moment-là. Donc cela pointe clairement le doigt vers les séparatistes » [100].

Accusations mutuelles[modifier | modifier le code]

Les forces ukrainiennes et les séparatistes prorusses s'accusent mutuellement d'avoir abattu l'avion[19],[37].

Plusieurs journalistes estiment que les forces rebelles ont pu abattre l'avion malaisien par erreur en le prenant pour un avion ukrainien[101],[102],[103],[104]. Les services ukrainiens affirment avoir intercepté une conversation entre séparatistes prorusses reconnaissant avoir abattu l'avion : « Putain, ils n’auraient pas dû voler. Il y a une guerre en cours. », et sur sa page VKontakte, Guirkine a indiqué vers 13 h 37 qu'ils « v[enaient] d'abattre un An-26 près de Snijné », localité proche de l'endroit où l'avion malaisien s'est écrasé[37],[105].Guirkine a également publié sur son site une vidéo montrant une épaisse fumée noire s'élevant du lieu d'impact de l'appareil abattu, vidéo considérée comme ressemblant fort aux images postées sur YouTube présentées comme étant celles de la chute de l'avion[37].

Selon le chef des services de contrôle aérien Dmytro Babeïtchouk, l'équipage de l'avion malaisien n'avait signalé « aucun problème » en survolant l'Ukraine[37]. Selon l'agence d'état russe Interfax, les séparatistes prorusses ont retrouvé deux boîtes noires[37] qui ont été remises le aux autorités malaisiennes puis transférées aux Pays-Bas[106]. Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov avait demandé qu'elles soient examinées par une commission internationale indépendante telle que l'OACI[107].

Le service de sécurité d'Ukraine (SBU) publie sur YouTube un enregistrement qu'il présente comme une discussion au sein du groupe de « Bes » (Igor Bezler), ressortissant russe et militant du Donbass. Ce dernier y fait un rapport oral à son supérieur, le colonel Gueranine, officier du renseignement militaire russe, durant lequel il déclare : « Nous venons d'abattre l'avion »[1]. Mais selon l'agence de presse d'état russe Itar-Tass, des experts audio ont prouvé (métadonnées, fréquences, etc.) qu'il s'agit là d'un montage arbitraire d'extraits de divers messages relatifs à d'autres avions dont certains passages sont antérieurs à l'incident[108].

Selon Alexeï Makarkine, vice-président du Centre des technologies politiques en Russie, « il y a 95 à 97 % de chances que les séparatistes aient abattu l'avion. Mais tant qu'il restera une infime marge d'erreur, le Kremlin ne condamnera jamais les siens ». Pour l'expert militaire Pavel Felgenhauer, « la réaction russe est infantile : on ment et on s'offense. Le mensonge est devenu la norme. Il est clair que l'avion a été abattu par erreur par les séparatistes, il ne sert à rien de couvrir les responsables, car de toute façon la vérité sera établie »[109]. Le président français François Hollande, après une conversation téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine, estime le qu'il faut travailler sur des données précises et non des hypothèses, et que l'enquête des experts ne doit pas être entravée, dans un contexte de « guerre médiatique ».

En , Ray McGovern, ancien analyste de la Central Intelligence Agency (CIA) déclare : « Nous, qui dépensons chaque année 90 milliards de dollars pour le renseignement, pourquoi nous référons-nous aux réseaux sociaux quand on en arrive aux faits ? » et : « il n'existe pas de preuves irréfutables que cet avion ait été abattu par les séparatistes prorusses ou par les Russes eux-mêmes. Je suis persuadé que si de telles preuves existaient, on le crierait sur tous les toits »[110].

Allégation de désinformation[modifier | modifier le code]

Selon l'analyste et journaliste Ben Nimmo, qui traque la propagande russe, l'affaire du vol MH 17 donne lieu à une désinformation sans précédent. Ainsi, les autorités officielles présentent en parallèle deux théories censées démontrer que l'avion a été détruit par les Ukrainiens. Dans la première, le public voit une photographie satellite de mauvaise qualité et rapidement réfutée par des spécialistes, montrant un avion ukrainien Su-25 à proximité de l'avion malaisien. De nombreux efforts, comprenant des témoignages factices, sont déployés pour tenter de démontrer qu'il s'agit du Su-25 ayant détruit le Boeing. La seconde théorie, également basée sur des images satellite, prétend prouver la présence d'une batterie de missiles antiaériens Buk ukrainienne dans la zone du crash. Là encore, les analyses détaillées de l'image montrent que celles-ci ont été retouchées. Dans le même temps, la Russie se serait appuyée sur une armée de trolls dont la mission était de s'en prendre à ceux qui remettaient en question les théories russes sur l'Internet. Ces efforts persistent après que l'enquête technique a démontré que l'avion a été abattu par un missile sol-air et non par un avion. À ce moment, le fabricant des missiles Buk, la société étatisée Almaz-Antey, prétend que le type de missile responsable du crash n'est plus utilisé par l'armée russe, mais l'est encore par l'armée ukrainienne. Lorsque la Joint Investigation Team (JIT) chargée du volet pénal de l'enquête dépose son rapport initial mettant en cause la Russie, le ministère des Affaires étrangères russe n'hésite pas à l'accuser de nourrir « des intentions politiques[111] ».

Le , le représentant néerlandais Pieter Omtzigt se voit contraint d'admettre qu'il a fait témoigner en un réfugié ukrainien prorusse qui prétendait avoir assisté au crash et avoir vu des avions de combat ukrainiens dans la zone alors que des vérifications ultérieures démontrent que ledit témoin n'était pas présent sur les lieux au moment des faits[112].

Quelques jours après la publication, le , des conclusions de la JIT, Ben Nimmo remarque que les réactions officielles russes suivent un schéma habituel que les spécialistes appellent les « quatre Ds », à savoir « dismiss, distort, distract and dismay » (rejeter, déformer, distraire et menacer). Il note toutefois qu'en l'occurrence, l'élément "menace" n'est pas présent, ce qui le pousse à conclure que les réactions officielles sont destinées essentiellement à l'opinion russe plutôt qu'à l'opinion internationale[113].

Selon une enquête menée par deux journalistes néerlandais, l'Internet Research Agency, souvent décrite comme une usine à trolls russe sur l'internet, aurait publié dans les 24 heures suivant l'écrasement plus de 65 000 tweets, le plus souvent en russe, tendant à accuser l'Ukraine. Par exemple, une blogueuse russe affirme qu'un contrôleur aérien espagnol travaillant à Kiev aurait détecté deux avions de chasse à proximité de l'avion abattu, et le lien qu'elle poste sur Twitter est retweeté près d'une centaine de fois en six minutes[114].

Récupération des corps[modifier | modifier le code]

Arrivée des premières dépouilles à l'aéroport d'Eindhoven.

Les corps des victimes ont été enlevés le par les séparatistes prorusses pour être placés dans des wagons réfrigérés situés à 15 km de la zone sécurisée, en gare de Torez, afin de permettre leur identification par les experts internationaux. Ceci a été exploité par leurs opposants de Kiev, qui jugent que les séparatistes ont posé des conditions inacceptables pour laisser les experts internationaux accéder au site. D'après les enquêteurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) qui, sur place, ont des difficultés à travailler correctement, au moins 169 corps attendent dans un train réfrigéré l'arrivée des experts internationaux[115]. Au [116], 181 corps ont été retrouvés. Le gouvernement ukrainien accuse les séparatistes d'avoir transporté 38 corps sur 298 à la morgue de Donetsk, où des hommes ont déclaré qu'ils procéderaient à leur autopsie, et de chercher des moyens de transport à grande capacité pour emporter les restes de l'avion en Russie[117].

Le , le Premier ministre néerlandais Mark Rutte se déclare dégoûté par le manque de respect envers les biens du personnel navigant et les corps des victimes. Une certaine presse a en effet rapporté que les corps avaient été « traînés » et « jetés », et les affaires des victimes pillées[118]. Il regrette également que le site n'ait pas été laissé en l'état en attendant que les enquêteurs arrivent sur les lieux. En revanche, le chef de l'équipe néerlandaise d'experts envoyés sur place salue le travail exceptionnel de l'équipe de récupération[119].

Le , le journaliste de la chaîne britannique Sky News Colin Brazier (en) fouille les bagages d'un passager et déclare en direct à l'antenne : « En fait, on ne devrait pas trop faire ça »[120],[121].

Les rebelles sont accusés par Kiev et ses alliés d'avoir éliminé des éléments de preuve sur le site du crash. Un porte-parole des rebelles se défend de ces accusations en déclarant : « Pour des raisons d'hygiène, il était impossible d'y laisser les cadavres »[122]. Le chef du gouvernement séparatiste de la RPD, Alexandre Borodaï, ajoute : « hier, nous avons commencé à déplacer les corps car nous ne pouvions plus attendre, à cause de la chaleur et aussi de la zone, où il y a beaucoup de chiens et de bêtes sauvages »[123]. « Nous avons déplacé les corps par respect pour les familles », a-t-il poursuivi, « car cela devenait inhumain dans ces conditions ».

Contredisant certaines affirmations médiatiques, à la question de savoir si les membres de la mission avaient des raisons d'affirmer que certains objets avaient disparu, le chef de la mission spéciale d'observation de l'OSCE en Ukraine (MSO), Michael Bociurkiw (de), a répondu en ces termes à la télévision : « tous les bagages des passagers du Boeing 777 qui s'est écrasé jeudi dans l'Est de l'Ukraine se [trouvaient] sur le lieu du drame, il n'y a aucune raison pour accuser les insurgés de falsifications. » Il ajoute : « nous voyons une multitude de débris qui n'ont pas été déplacés, mais conservés tels quels. Nous voyons en outre des fragments d'avion carbonisés. Des débris aux couleurs typiques de Malaysia Airlines sont éparpillés sur un territoire d'environ 30 kilomètres carrés. Nous voyons également de nombreux objets personnels des passagers, des documents, des bagages, des sacs provenant des boutiques hors taxes de l'aéroport d'Amsterdam. »[124].

L'expert médico-légal néerlandais Peter Van Vilet, chef de l'équipe mandatée pour identifier les corps des 298 victimes du crash, rend hommage au travail des secouristes prorusses : « Je suis très impressionné par le travail qui a été fait ici » et ajoute :« Je pense qu'ils ont fait un travail remarquable dans un endroit difficile »[125]. Plus tard il dira : « L'entreposage des corps est de bonne qualité »[126]

Le , 282 corps et plus de 87 fragments ont été récupérés. Placés dans les wagons réfrigérés de Torez, ils sont expédiés par train à Kharkiv auprès des autorités gouvernementales de Kiev et remis aux Pays-Bas[127]. Le , déclaré jour de deuil national aux Pays-Bas, quarante dépouilles sont rapatriées à bord d'un McDonnell Douglas C-17 Globemaster III australien et d'un Lockheed C-130 Hercules néerlandais sur l'aéroport d'Eindhoven[128].

Au , l'équipe médico-légale néerlandaise avait identifié les corps de 292 sur les 298 victimes[129].

D’après les déclarations des organisations séparatistes, le , les officiers de sauvetage de la RPD « ont analysé et nettoyé les territoires annexes du lieu de crash à côté du village de Hrabove sur une surface de 0,05 ha. On a collecté 15 sacs de petits fragments d'avion, et 15 autres sacs ont été collectés le 26 par les employés du "ministère de situations exceptionnelles" de Torez ». Sachant qu'un tel sac pèse entre 30 et 50 kg, c'est une tonne de matériaux qui a été envoyée [130].

Depuis , 296 corps sur 298 ont pu être identifiés. En , une mission de la Police royale malaisienne est envoyée pour creuser le site du crash afin de retrouver les ossements des deux dernières victimes[131].

Enquête[modifier | modifier le code]

Des enquêteurs néerlandais et australiens sur le site du crash, le .

Une enquête internationale s'organise pour déterminer les circonstances du crash. L'Ukraine confie la coordination de l'enquête internationale aux Pays-Bas[132]. L'équipe internationale d'enquêteurs compte 24 personnes venant d'Ukraine, Malaisie, Australie, France, Allemagne, États-Unis, Royaume-Uni et Russie. En plus de l'enquête sur l'accident, l'analyse de l'itinéraire de vol sera également réalisée de manière indépendante par le Bureau de la sécurité néerlandais[133],[134].

Boîtes noires[modifier | modifier le code]

Les séparatistes remettent les deux boîtes noires le aux experts et autorités malaisiennes[135]. L'OACI va mener l'enquête. Basée au Canada, elle dépêche une équipe de quatre personnes qui ont pour mission de sécuriser le site, de récupérer et d'analyser les débris du Boeing 777-200ER[136]. L'OVV réclame un accès sécurisé et libre au site du crash pour les enquêteurs, « pendant une longue période »[127].

Le , le ministre malaisien des Transports Liow Tiong Lai déclare dans un communiqué de presse : « L'équipe d'enquête internationale, dirigée par l'OVV, a décidé de remettre la boîte noire à la Air Accidents Investigation Branch britannique (AAIB) pour analyse ». Il ajoute que les boîtes noires seront envoyées par avion à l'aéroport de Farnborough (en) accompagnée d'experts malaisiens et d'autres membres de l'équipe d'enquêteurs internationaux[137],[127]. L'examen des paramètres techniques commence le , selon le ministère britannique des Transports[127]. L'AAIB indique sur son site que son rôle est de déterminer les causes de ces accidents « mais non d'établir les responsabilités ». Le Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth dépêche du personnel consulaire supplémentaire en Ukraine[138] et l'Australie envoie un groupe de 45 membres dirigé par l'officier général de la Force aérienne royale australienne Angus Houston, qui avait déjà supervisé les recherches du vol Malaysia Airlines 370 (dont aucune trace n'a été retrouvée depuis [139]).

Les enquêteurs néerlandais annoncent le avoir extrait les informations de l'entregistreur de paramètres contenant les données techniques du vol. Selon eux, elles n'ont pas été trafiquées : « les informations ont été téléchargées avec succès et l'enregistreur des données en vol contenait des informations valides »[127]. Le le Conseil national de Sécurité et de Défense ukrainien déclare que selon l'analyse des boîtes noires, l'avion de ligne a été abattu par des éclats d'obus provenant d'un tir de roquette, et qu'il a subi une décompression explosive, sans citer ses sources. Les autorités chargées de l'enquête refusent de confirmer ces faits[140]. Le porte-parole du Conseil national de Sécurité et de Défense ukrainien, Andrej Lysenko, précise que « les données des enregistreurs de bord montrent que la destruction et la chute de l'avion ont été causés par une importante décompression liée à une explosion en raison de nombreuses perforations dues à l'explosion d'un missile »[141]. L'OVV ne confirme ni ne dément ces conclusions[142].

Le , la MSO de l'OSCE reconnaît que les services d'urgence de la RPD ont fait preuve de professionnalisme en accompagnant et en protégeant leurs équipes et les services internationaux d'observation (experts malaisiens, néerlandais et australiens) sur le lieu de l'accident. Après le passage d'un camion arborant un drapeau ukrainien avec cinq hommes à son bord, ils doivent cesser le travail suite à des tirs en provenance du Nord. On sécurise le trajet afin que les services d'analyse puissent regagner leur base. Plus aucun reste humain ne semble se trouver sur le lieu du sinistre[143].

Reconstitution de l'appareil[modifier | modifier le code]

Une quinzaine d'employés du ministère des Situations d'urgence des autorités séparatistes, sous la supervision d'experts néerlandais et d'observateurs de l'OSCE, découpent la carcasse avant de charger les débris dans un camion à l'aide d'un camion-grue[144]. Partis le dimanche , les premiers morceaux de l'avion arrivent le par convois routiers aux Pays-Bas, après avoir été retenus très longtemps en Ukraine. La reconstitution partielle de l'appareil est réalisé sous la supervision du Bureau d'enquête pour la sécurité dans un hangar de la base militaire de Gilze-Rijen[145].

Rapport du Bureau d'enquête néerlandais[modifier | modifier le code]

Reconstitution en vidéo réalisée par l'Onderzoeksraad Voor Veiligheid de l'impact du missile.

Publié le , le rapport intermédiaire d'expertise du Bureau d'enquête néerlandais pour l'OVV, chargé de l'enquête, fait apparaître que les deux enregistreurs de vol ont été pris en charge le . Par ailleurs, les nombreuses photographies prises sur place avant que les techniciens ne soient expulsés montrent que l'avion a été touché par « un grand nombre de projectiles à haute vitesse » ayant disloqué le centre de l'appareil[20]. L'OVV ajoute que ceci explique « la coupure abrupte de l'enregistrement des données sur les boîtes noires, la perte de contact avec les contrôleurs aériens et la disparition simultanée de l'appareil sur les radars ».

Le Bureau d'enquête néerlandais ajoute qu'il « n'y a aucune indication selon laquelle le sinistre aurait été causé par une défaillance technique, ou par les actions de l'équipage », qui était « qualifié et expérimenté »[146]. Ces affirmations selon lesquelles la chute de l'avion n'était pas accidentelle suffisent à étayer les demandes d'indemnisation auprès des compagnies d'assurance[147].

Le rapport final (279 pages) est publié le . Confirmant la thèse du missile sol-air, il précise que la destruction de l'avion de ligne est dû à l'explosion de l'ogive 9N314M d'un missile 9M38 installé sur un système de type Buk[22], tiré à partir d'une zone de 320 km2 occupée par les troupes ukrainiennes et les séparatistes prorusses[148].

Polémique sur le rapport d'enquête[modifier | modifier le code]

Le rapport intermédiaire du Bureau d'enquête néerlandais déclare que le vol du MH17 s'est déroulé « comme prévu » jusqu'à ce qu'il se termine « de manière abrupte »[149]. Or, en , le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Frans Timmermans avait révélé qu’un passager australien avait été retrouvé portant un masque à oxygène. « Il avait eu le temps de faire cela », avait-il ajouté en en mimant le geste. Cette information laisse supposer que des victimes avaient eu le temps de se rendre compte de ce qui se passait, comme l'a dit Frans Timmermans : « Les derniers moments de leur vie ont dû être horribles quand ils se sont rendu compte que l'avion descendait. Ont-ils serré la main de ceux qu'ils aimaient ? Se sont-ils regardés dans les yeux en se disant muettement adieu ? Nous ne le saurons jamais. »[150]. À la suite de cette révélation, des journalistes remettent en cause le scénario des experts[151],[152],[153],[154].

Dans son livre intitulé MH17: de Doofpotdeal, publié aux Pays-Bas en , le journaliste néerlandais Joost Niemoller dénonce le silence du gouvernement néerlandais, lié à l'accord de non-divulgation, et lui reproche de favoriser certaines pistes[155],[156],[157]. En , le Conseil d'Etat néerlandais déclare que le ministère de la Sécurité et de la justice n’est pas tenu de divulguer les documents relatifs à la gestion gouvernementale des répercussions directes du désastre[158].

En , l'avocat de 20 familles de victimes[159], Bob van der Goen envoie une lettre à Rutte, le Premier ministre néerlandais, pour demander que l'enquête soit menée par l'ONU : « personne ne sait qui fait quoi. Il n'y a pas de coordination, pas de chef » ; il estime que les Pays-Bas ont « complément saboté » l'enquête[160] par leur « amateurisme »[161]. C'est Dick Schoof, coordinateur national pour la Lutte contre le terrorisme et la sécurité (NCTV) qui se charge de répondre en disant que l'enquête du crash du MH17 n'est pas du ressort de l'ONU[162]. Pour le moment, c'est le Onderzoeksraad Voor Veiligheid[163] (Bureau pour la sécurité néerlandais) qui s'occupe de l'enquête.

Le , George Maat, un anthropologue de l'université de Leyde qui travaillait dans l'équipe pour identifier les corps des 298 victimes, est congédié par le gouvernement néerlandais pour avoir montré une série de photos des victimes du MH17 lors d'une conférence devant une association d'étudiants en sciences de la santé de l'université de Maastricht, l'événement étant public alors que ces informations étaient strictement réservées aux professionnels. En outre, le ministre Ard van der Steur lui reproche d'avoir évoqué des causes différentes de la version officielle en déclarant que ses déclarations étaient « incorrectes » et qu'il sortait là de son domaine d'expertise[164].

L'agence fédérale russe de l'aviation (Rosaviatsia) rejette les conclusions de l'enquête publiées le et annonce qu'elle compte reprendre les investigations[165] prévues par la norme 5.13 de la treizième Annexe de la Convention relative à l'aviation internationale civile. Oleg Stortchevoï, vice-président de Rosaviatsia annonce : « Nous avons pris connaissance du rapport et (...) la Russie est en désaccord catégorique avec ses conclusions. Elles sont totalement inexactes. Le niveau d'illogisme est hors norme (...) Les réponses que les Néerlandais ont apporté à nos questions sont infondées, partiales et non étayées par les faits. Elles n'ont servi qu'à appuyer leur version »[166].

Le , le journal néerlandais Telegraaf affirme que les services secrets ukrainiens (le SBU), qui ont livré une grande partie des preuves, sont soupçonnés de corruption par ailleurs, ce qui pourrait compromettre la fiabilité de celles-ci [167],[168]. L'expert en droit pénal Theo de Roos prévoit d'importants problèmes en cas de poursuites pénales : « beaucoup de rumeurs auront un rôle à jouer », « Cela vaut pour la défense mais aussi pour les juges, qui auront un regard extrêmement critique sur toutes les preuves matérielles ». Ainsi, l'ancien chef du SBU, Valentyn Nalyvaichenko, et Oleh Tyahnybok, le leader du parti nationaliste Svoboda, seraient liés au recel d’œuvres d'art du musée Westfries à Hoorn en 2005[169], retrouvées par une milice ukrainienne dans la région où se déroule l'opération antiterroriste[170]. En 2014, la police finlandaise l'a également incriminé dans un trafic d'antiquités à grande échelle. Enfin, 22 agents du SBU sont emprisonnés en 2015 pour corruption et pratiques criminelles[171].

Contre-enquête russe par Almaz-Antei[modifier | modifier le code]

Le , lors d'une conférence de presse, le constructeur russe des missiles Buks Almaz-Antei affirme avoir réalisé une reconstitution grandeur nature, employant pour cela la partie avant d'un avion de ligne Iliouchine 86 retiré du service possédant des similitudes avec le Boeing 777 de la Malaysia[172] en faisant exploser une ogive de Buk près de son cockpit. Ian Novikov, le directeur d'Almaz-Antei conclut que « l'expérience en conditions réelles démentait complètement la version des Néerlandais relativement au type de missile utilisé et à l'endroit depuis lequel il a été tiré »[173],[174]. L'expérience tentait de confirmer l'hypothèse selon laquelle le Boeing avait été abattu par un missile Bouk-M1, mais conclut seulement qu'il a été tiré depuis un territoire contrôlé par les troupes ukrainiennes. Mikhaïl Malichevski, conseiller d'Almaz-Antei affirme : « L’avion a été abattu par un missile Buk [...] depuis la région de Zarochtchenskoïe »[175].

Almaz-Antei affirme en revanche que l'expérience a permis de confirmer l'emploi d'un missile 9M38-M1 du système Buk-M1 en dotation dans l'armée ukrainienne[176]. Ian Novikov indique : « Le dernier missile 9M38 a été fabriqué en 1986 en Union soviétique et il est hors d’exploitation depuis vingt-cinq ans dans l’armée russe (Note : laquelle a été fondée le 7 mai 1992). Après 2011, son utilisation a été interdite »[175].

Enquête judiciaire[modifier | modifier le code]

Selon la Nederlandse Omroep Stichting (NOS), Eliot Higgins (fondateur du site internet Bellingcat), analyste amateur d'images dont les méthodes ont été critiquées par l'analyste professionnel Jens Kriese[177], remet fin au ministère public néerlandais, qui dirige l'enquête judiciaire et pénale, une liste de vingt noms de Russes appartenant à la 53e brigade antiaérienne russe impliqués dans le tir du missile. Le ministère public reconnaît avoir reçu l'information et déclarer que les noms et les autres données seront sérieusement envisagées, examinées et jugées quant à leur recevabilité dans le cadre de l'enquête pénale[178]. Le rapport est mis en ligne le sur le site Bellingcat[179].

Le , la JIT (Joint Investigation Team) fait part de ses premières conclusions[180]. Elle déclare disposer de la « preuve irréfutable » que l'avion a été abattu par un missile russe tiré depuis un terrain agricole situé à proximité de Pervomaïskyï (uk), au sud de Snijne, qui était à ce moment aux mains des séparatistes prorusses. La JIT annonce également qu'aucune information concernant les auteurs du tir n'est encore connue de façon définitive et que leur identification sera « un travail de longue haleine », même si l'on a identifié une centaine de personnes « ayant joué un rôle actif dans l'armement du système Buk ou dans son transport, ainsi que des personnes ayant apporté leur contribution[181] ». Il restera à déterminer qui a donné l'ordre de faire venir la plate-forme de tir depuis la Russie et qui a ordonné le tir. La JIT explique avoir pu, grâce à des conversations enregistrées, des témoignages et des documents photographiques et vidéo[182], retracer le trajet de la plate-forme jusqu'au site de tir et celui de son retour en Russie.

Le la presse annonce qu'à la suite d'enquêtes menées par les sites d'investigation Bellingcat et The Insider, les enquêteurs s'intéressent de près au rôle qu'a pu jouer Nikolaï Fedovoritch Tkatchev (ru), un général russe « en vacances » dans la ville ukrainienne de Sorokyne (ou Krasnodon), proche de la frontière russe et sous contrôle des rebelles prorusses, dans l'acheminement depuis la Russie de la batterie de missiles antiaériens[183].

Le , les enquêteurs internationaux concluent que le missile Buk-Telar ayant abattu le MH17 a été tiré en territoire ukrainien, depuis une zone contrôlée par les séparatistes, et qu'il provenait de la 53e brigade antiaérienne, basée à Koursk[8].

Procès[modifier | modifier le code]

Le les enquêteurs du JIT désignent les quatre suspects inculpés de participation au transport et au tir du missile Buk. Il s'agit des Russes Sergueï Doubinski, Igor Guirkine et Oleg Poulatov, ainsi que de l'Ukrainien Leonid Karchenko, quatre hauts gradés des séparatistes prorusses de l'Est de l'Ukraine[184]. Ils annoncent l'émission d'un mandat d'arrêt international à leur encontre lors d'une conférence de presse et précisent que le procès débutera le [12] devant la Cour européenne des droits de l’homme[185], quatre procédures mettant en cause à la Russie[185].

Le procès s'ouvre le au tribunal de Schiphol dans la banlieue d'Amsterdam, non loin de l'aéroport d'où a décollé le vol MH17[13],[186]. Aucun des quatre accusés Doubinski, Girkine, Poulatov et Karchenko ne sont présents, la Russie et l'Ukraine n'extradant pas leurs ressortissants poursuivis à l'étranger et sont donc jugés par contumace. Ils sont poursuivis pour avoir convoyé le système de missiles antiaériens BUK, pour avoir délibérément causé l'écrasement de l’avion et pour meurtre[13].

Le , les procureurs néerlandais requièrent une peine de prison à vie à l'encontre des quatre accusés[187].

Le , les Pays-Bas et l'Australie portent plainte auprès de l'OACI afin d'exiger que la Russie les indemnise. D'après eux, la Convention de Chicago a été violée « par l'utilisation illégale d'une arme contre un avion civil »[14].

Réactions[modifier | modifier le code]

Compagnies aériennes[modifier | modifier le code]

La compagnie aérienne Malaysia Airlines indique sur Twitter que « [ses] pensées et prières sont avec les personnes à bord du MH17 ainsi que leurs familles et êtres chers » et qu'ils sont « prêts à leur porter assistance »[19]. De nombreuses compagnies, dont Air France, Delta Air Lines, Lufthansa et Swiss décideront de ne plus survoler l'est de l'Ukraine après cet accident[37].

Gouvernements concernés[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Ukraine Ukraine : le président ukrainien Petro Porochenko, cité dans un communiqué de la présidence, a déclaré « ne pas exclure » que l'avion ait été « abattu »[19]. Il rappelle que « [c]'est le troisième cas tragique ces derniers jours, après les avions An-26 et Su-25 des forces armées ukrainiennes abattus depuis le territoire de la Russie »[19]. Il « soulign[e] que les forces armées ukrainiennes n'ont pas effectué de tirs susceptibles d'atteindre des cibles dans les airs » avant de présenter ses condoléances aux familles des victimes[19]. Dans la soirée, le chef du service de sécurité d'Ukraine riposte en accusant deux responsables non identifiés des services de renseignements militaires russes d'« être impliqués dans la destruction de l'avion malaisien » en appuyant ses allégations par des enregistrements de communications interceptées par ses services et attribuées à ces deux Russes[37]. Les autorités ukrainiennes ont annoncé la fermeture temporaire de l'espace aérien de l'est de l'Ukraine[188]. Porochenko dénonce un « acte terroriste »[37].
Le président russe Vladimir Poutine et son gouvernement observant un moment de silence en mémoire des victimes.
  • Drapeau de la Russie Russie : l'ambassadeur russe auprès des Nations unies, Vitali Tchourkine, déclare à des journalistes depuis le siège de New York que « la Russie n'a pas abattu d'avion de combat ukrainien, comme l'en accuse Kiev »[19]. Selon un communiqué du Kremlin, le président russe Vladimir Poutine a évoqué l'écrasement de l'avion avec son homologue américain Barack Obama[19]. Selon le communiqué, Poutine « informé le président des États-Unis d'un rapport des contrôleurs aériens arrivé juste avant leur conversation téléphonique indiquant qu'un avion malaisien s'est écrasé en Ukraine »[19],[37]. Le service de presse du Kremlin annonce par ailleurs que Poutine a exprimé ses sincères condoléances au Premier ministre malaisien[19].
  • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas : le ministre des Affaires étrangères néerlandais Frans Timmermans souhaite une enquête indépendante sur l'accident et un accès libre et sécurisé à la zone sinistrée[189]. Le , tous les drapeaux des bâtiments officiels néerlandais – aux Pays-Bas et à l’étranger – sont mis en berne[190].
  • Drapeau de la Malaisie Malaisie : Najib Razak, le Premier ministre malaisien, se dit « sous le choc après la nouvelle du crash » et annonce qu'il va « immédiatement lancer une enquête »[19],[37]. Dans un discours prononcé le jeudi devant le Club des correspondants étrangers japonais, son successeur Mahathir Mohamad déclare qu’il n’y a « aucune preuve » que la Russie ait abattu le vol MH17 et accuse ceux qui rendent la Russie responsable de chercher à en faire un bouc émissaire pour des raisons politiques[191].
  • Drapeau du Canada Canada : le Premier ministre canadien Stephen Harper s'est dit « bouleversé et attristé » d'apprendre qu'un avion civil de la Malaysia Airlines avait été « abattu » ajoutant que selon les rapports, un citoyen canadien figurait parmi les victimes[193].

Autres gouvernements[modifier | modifier le code]

Le président des États-Unis Barack Obama téléphonant à son homologue ukrainien Petro Porochenko.
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : le président américain Barack Obama évoque une « terrible tragédie » et se donne pour priorité de déterminer s'il y avait des ressortissants américains à bord de l'appareil. « Les États-Unis offriront tout leur soutien pour aider à déterminer ce qui s'est passé et pourquoi », a-t-il ajouté[37]. Il pointe la responsabilité des séparatistes prorusses et accuse la Russie de leur fournir des armes lourdes et antiaériennes[194]. Josh Earnest, porte-parole de la Maison-Blanche, se fait également l'écho de la même position le en laissant entendre que Poutine serait « coupable » de l'accident de l'avion[195]. Le , John Kerry déclare que les « preuves désignent très clairement les séparatistes » comme les coupables[196] et qu'il est « assez clair que [...] le missile est venu de Russie »[73]. En outre, le secrétaire d’État américain affirme que les États-Unis possédent des « images » satellite des armes utilisées pour abattre l'avion[197], que les États-Unis « savent » d’où le missile a été tiré d'après leurs propres images, et ajoute : « nous en connaissons la trajectoire. Nous connaissons l’heure »[198]. Le , Earnest déclare : « De nombreuses preuves ont déjà été présentées qui dressent un tableau assez convaincant »[199]. Le sénateur républicain de l'Arizona et ex-pilote de chasse John McCain, lui-même abattu par un missile au-dessus du Nord-Viêt Nam le , affirme qu'« il est évident que c'est un missile qui a touché l'avion » car, selon lui, « les séparatistes n'auraient pu manipuler ce genre de matériel sans l'aide de la Russie ». Il impute donc la responsabilité du drame à celui qu'il considère comme le « coupable tout désigné : Vladimir Poutine[200] ».
  • Drapeau de la Suisse Suisse : le président de la Confédération suisse Didier Burkhalter a exprimé « sa consternation face au tragique accident d’avion survenu en Ukraine » et adressé ses condoléances aux États qui comptent des ressortissants parmi les victimes. La Suisse a proposé aux autorités ukrainiennes d’envoyer sur place des experts pouvant aider à rechercher les causes du crash et à identifier les victimes[201]. En tant que président en exercice de l'OSCE, Didier Burkhalter a également adressé ses condoléances aux familles des victimes et a assuré que l'OSCE « était prête à soutenir l'Ukraine de toutes les façons possibles dans cette difficile opération »[202].

D'autres personnalités politiques, parmi lesquelles le roi des Pays-Bas Willem-Alexander[204], le ministre néerlandais de la Justice Ivo Opstelten, Rutte, Hollande, et le Premier ministre britannique David Cameron, ont également fait part de leur tristesse et déclaré que leurs pensées allaient vers les passagers, leurs familles et amis; ils demandent à ce qu'une enquête soit ouverte au plus vite pour déterminer les causes de la catastrophe[37].

  • Drapeau de Cuba Cuba : Seul Fidel Castro se démarque, en déclarant que l'écrasement du MH17 est une « provocation insolite » de Kiev[205].

Organisation des Nations unies[modifier | modifier le code]

  • Drapeau des Nations unies ONU : le Conseil de sécurité des Nations unies s'est réuni en urgence le à New York pour demander l'ouverture d'une enquête internationale indépendante, exhaustive et fiable. Un compte rendu de la séance (no 7219e) a été établi et mis en lien sur le site internet[206]. Le 28 juillet 2014, les Nations unies estiment que l'écrasement peut être « assimilé à un crime de guerre » et réclament une enquête minutieuse et indépendante sur les circonstances de la tragédie[207].

Mémoriaux[modifier | modifier le code]

Un mémorial de fortune à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol aux Pays-Bas, en hommage aux victimes du vol MH17.

Des cérémonies commémoratives se sont tenues en Australie[208] et aux Pays-Bas. Le lendemain de l'accident, ceux-ci décrètent une journée de deuil national. Le gouvernement néerlandais ordonne que les drapeaux soient mis en berne sur tous les bâtiments publics et dans ses ambassades à travers le monde[209]. La 20e conférence internationale sur le sida de Melbourne (), s'ouvre sur un hommage aux spécialistes morts dans l'écrasement du MH17[210].

En Malaisie, des mémoriaux de fortune sont élevés à Kuala Lumpur[211].

En , les médias néerlandais annoncent qu'un mémorial composé de 298 arbres, un pour chaque victime, sera édifié dans le parc de Vijhuizen, à côté de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol[212].

Plaintes et requêtes[modifier | modifier le code]

Le , Elmar Giemulla, avocat des familles des quatre allemands qui ont perdu la vie dans l'écrasement, accuse Porochenko et l'Ukraine d'homicide involontaire et entend porter plainte devant la Cour européenne des droits de l'homme. Selon lui, l'Ukraine a manqué à ses responsabilités étatiques en ne fermant pas son espace aérien : « À l'heure actuelle, nous ne savons toujours pas quel rôle a joué la Russie. Mais une chose est claire : l'Ukraine n'a pas assumé ses responsabilités, qui sont de garantir la sécurité de son espace aérien. Ce que le droit international impose à tout État. »[213],[214]

En , la mère d'une victime allemande attaque l'Ukraine devant la Cour européenne des droits de l'homme à Strasbourg[215], reprochant à Kiev de n'avoir pas fermé son espace aérien aux vols civils alors que la zone était en guerre. La plaignante dépose sa requête contre l'État ukrainien qui n'aurait pas voulu renoncer aux recettes des droits de survol du pays. À l'époque, les survols quotidiens de son territoire auraient rapporté plusieurs millions de dollars par mois. Elle réclame 800 000 euros de dommages pour homicide par négligence[216].

Début , au moins cinq familles de victimes australiennes louent les services de l'avocat Jerry Skinner, connu pour avoir obtenu 2,7 milliards de dollars de dommages et intérêts de la part de la Libye pour sa responsabilité dans l'attentat de Lockerbie, pour poursuivre devant la Cour européenne des droits de l'homme l'Ukraine, la Russie et la Malaisie afin d'obtenir des réponses[217],[218].

Le , six familles de victimes britanniques déposent une plainte contre Guirkine à Chicago, l’accusant d’avoir « ordonné, aidé et/ou encouragé cette action et/ou conspiré avec les personnes ayant tiré le ou les missiles »[219].

Le , dix-huit familles de victimes néerlandaises adressent une lettre à Rutte exigeant d'obtenir les images de radar primaire, qu'ils considèrent comme cruciales pour l'enquête et soulignant le fait que le bureau néerlandais d'enquête n'avait pas totalement exclu que le radar primaire ait pu détecter le missile. Selon des documents de l'OACI, il n'est pas nécessaire qu'un engin soit doté d'un transpondeur pour que le radar primaire le détecte. Selon les auteurs de la lettre, les explications de Kiev, qui prétend que son radar primaire était éteint lors du crash, sont « peu crédibles » et les explications des Russes, qui affirment ne pas conserver d'images des zones hors de son territoire, sont « bizarres ». Les familles se demandent aussi pourquoi les États-Unis n'ont pas fourni leurs images satellite alors que selon eux elles montraient d'où avait été tiré le missile[220].

Le , Vladimir Shulmeister, vice-ministre des transports en Ukraine à l'époque des faits, explique dans une interview au journal néerlandais AD que le gouvernement ukrainien n'a jamais reçu de demande du bureau d'enquête néerlandais concernant les images radar de la catastrophe. Il n'exclut pas que le bureau d'enquête se soit borné à demander les enregistrements des radars militaires[221]. Le , l'ambassadeur ukrainien aux Pays-Bas, Olexander Horin, précise que le bureau de la sécurité néerlandais a bien fait une demande pour les images radar primaires mais que si celles-ci n'ont pas été fournies c'était pour des raisons techniques[222]. Le , le gouvernement néerlandais déclare qu'il ne déposera pas de réclamation internationale concernant l'absence d'images radar de la part de l'Ukraine malgré l'insistance de certains partis à la Chambre des députés car il estime que les informations sont suffisantes pour l'enquête pénale. Les États-Unis ont communiqué de manière confidentielle aux enquêteurs les images satellite dont ils disposaient et la Russie a envoyé un enregistrement vidéo de son radar, mais les données ont depuis été supprimées[223].

En , les familles de 33 victimes australiennes, néo-zélandaises et malaisiennes poursuivent la Russie et Poutine devant la Cour européenne des droits de l’homme; elles les estiment coupables de dissimuler leur rôle dans l'écrasement et réclament 6 millions et demi d’euros d’indemnisation pour chaque victime[224].

Le , les familles de six membres de l'équipage du vol MH17 portent plainte contre Malaysia Airlines; elles accusent la compagnie aérienne de négligence et de rupture de contrat pour avoir envoyé « l'avion au-dessus d'une zone connue pour être en proie à un conflit armé, ce qui représentait un risque déraisonnable de décès et de blessures » et demandent un dédommagement[225].

Conséquences annexes[modifier | modifier le code]

À la suite du crash, les titres boursiers des compagnies aériennes chutent[37] et le , les actions de Malaysia Airlines baissent de plus de 11 % à la fermeture de la bourse de Kuala Lumpur. En neuf mois, sa valeur de marché s'est donc dépréciée de 40 %, ce qui remet en question sa survie[226].

Pendant quelques jours, le code de vol MH17 a continué à être utilisé sur la même liaison aérienne. Malaysia Airlines décide finalement de la rebaptiser MH19 à compter du [227],[Note 4].

Médias[modifier | modifier le code]

L'accident a fait l'objet d'un épisode dans la série télévisée Air Crash intitulé « Zone de guerre en Ukraine » (saison 18 - épisode 4).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Sabrina Tavernise, Eric Schmitt et Rick Gladstone, « Jetliner Explodes Over Ukraine; Struck by Missile, Officials Say », New York Times,‎ (lire en ligne).
  2. a et b (en) « Report: MH17 hit by burst of 'high-energy objects' from outside », sur CNN, .
  3. a et b (en) Chris Alcantara, « 46 years of terrorist attacks in Europe, visualized », sur Washington Post, (consulté le ).
  4. « Malaysia Airlines MH17: Russia rebukes push for UN tribunal », CBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. Edith M. Lederer, « Russia's UN Draft on MH17 Crash Doesn't Call for Tribunal », Associated Press,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) Michelle Nichols, « Russia vetoes bid to set up tribunal for downed Flight MH17 », Reuters,‎ (lire en ligne).
  7. Le Monde avec AFP et Reuters, « Le missile qui a abattu le vol MH17 en Ukraine a été tiré depuis un secteur contrôlé par les pro-russes », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  8. a et b MH17 abattu en Ukraine: le missile provenait d'une unité militaire russe, AFP, 24 mai 2018.
  9. (en) « Missile launcher in MH17 downing tied to Russia military; Investigators appeal for help », nltimes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Vol MH17 : le missile qui a détruit l'avion dans le ciel ukrainien provenait d'une unité militaire russe (enquêteurs) », euronews,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. [1].
  12. a et b « Vol MH17: 4 inculpés et un procès aura lieu en mars 2020 », sur RTBF Info, (consulté le ).
  13. a b et c « Vol MH17 : le procès s’ouvre aux Pays-Bas en l’absence des accusés », sur L'Obs, (consulté le ).
  14. a et b « Crash du vol MH17 de Malaysia Airlines : les Pays-Bas et l'Australie déposent plainte contre la Russie auprès de l'OACI », sur RTBF (consulté le ).
  15. (en) « Maps of the Crash of Malaysia Airlines Flight 17 », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  16. Près de Torez et Snijne : (en) Michael D. Shear, Somini Sengupta et Sabrina Tavernise, « Obama Points to Pro-Russia Separatists in Downing of Malaysia Airlines Plane », The New York Times,‎ (lire en ligne).
  17. « Crash en Ukraine : 4 Français à bord du vol Malaysia Airlines », sur Les Échos, (consulté le ).
  18. a et b « Le vol MH 17 avait-il le droit de traverser l'Ukraine ? », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  19. a b c d e f g h i j et k « Un avion malaisien s'écrase en Ukraine », sur Tribune de Genève, (consulté le ).
  20. a et b Crash du vol MH17 : l'avion a été abattu par «un grand nombre de projectiles», Le Parisien, 9 septembre 2014.
  21. (en) « An Air India Plane was 25 km away when Flight MH 17 crashed », sur news.biharprabha.com Bihar Prabha, (consulté le ).
  22. a et b (en) MH17 Crash, Onderzoeksraad Voor Veiligheid, , 279 p. (lire en ligne), p. 153-253.
  23. a et b « Un Boeing s'écrase, peut-être abattu par un missile en Ukraine : au moins 4 Français tués », sur LCI, (consulté le ).
  24. (en) Sara C. Nelson, « Malaysia Airlines Flight MH17 'Shot Down In Ukraine Near Russian Border' », Huffington Post,‎ (lire en ligne).
  25. (en) MH17 Boeing 777 Plane Crash, Ukraine (Jul 2014), sur le site flickr.com
  26. Elsa Perrigueur, « Crash du MH17 en Ukraine : une difficile enquête en zone de guerre », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  27. (en) Cahal Milmo, « Malaysia Airlines MH17 crash: No forensic investigators, co-ordination or body bags as Ukraine locals are left to scour gruesome scene », The Independent,‎ (lire en ligne).
  28. (de) « Boeing 777 in Ostukraine abgestürzt », sur tagesschau.de, (consulté le ).
  29. http://www.777fleetpage.com/777fleetpage1.htm.
  30. (en) « Criminal Occurrence description », sur aviation-safety.net Aviation Safety Network, .
  31. « 9M-MRD », sur Airfleets.fr (consulté le ).
  32. (en) « Malaysian plane was shot down by missile, US official says », sur Boston Globe, .
  33. (en) « Sunday, July 20, 04:30 PM GMT +0800 Media Statement 7: MH17 Incident », sur malaysiaarlines.com (consulté le ).
  34. Allison Jones, « MH17 : la victime canadienne est un étudiant ontarien », La Presse,‎ (lire en ligne).
  35. (en) Kashmera Gander, « Malaysia Airlines flight MH17 crash: 'Nine Britons, 23 Americans and 80 children' feared dead after Boeing passenger jet is 'shot down' near Ukraine-Russia border », The Independent,‎ (lire en ligne).
  36. (en) « More than 300 dead' after Malaysia plane crash », sur ITV, (consulté le ).
  37. a b c d e f g h i j k l m n o et p « Fabius : quatre Français « au minimum » parmi les passagers de l'avion malaisien », sur BFM TV, (consulté le ).
  38. (en) « Saturday, July 19, 07:30 PM GMT +0800 Media Statement 7: MH17 Incident », sur malaysiaarlines.com (consulté le ).
  39. So poignant, lost children of Flight MH17: Smiling happily in family snapshots, some of the innocent victims of the tragedy du Daily Mail du 20 juillet 2014.
  40. "MH17航班华裔机长父妻均曾就职马航" (Translated article) Note: this translation was made automatically and has low technical quality, lends itself only to specific queries. (Archive). Sina. 18 July 2014.
  41. "The crew of MH17" (Archive). The Star. 22 August 2014.
  42. « Des experts du sida tués dans l'écrasement du vol MH17 », sur radio-canada.ca, .
  43. « Un grand spécialiste de la lutte contre le sida tué dans le crash en Ukraine », sur Libération.fr, (consulté le ).
  44. (en) « Victorians among those killed in MH17 crash: Premier = BBC News », (consulté le ).
  45. (en) « Malaysian actress, Dutch hubby and baby die with MH17 », The Malaysian Insider,‎ (lire en ligne).
  46. (en-US) Sean Reis, « Friend of Martin Garrix is killed in Malaysia MH17 Crash », EDM Sauce,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. a b et c Crash du vol MH17 : les questions en suspens Le Figaro, 18 juillet 2014.
  48. Crash du MH17 : le survol des zones de conflits en débat, Marie-Laure Josselin, RFI, 29 septembre 2014].
  49. a b et c Le vol MH 17 avait-il le droit de traverser l'Ukraine ?, Aude Lasjaunias et Maxime Vaudano, Le Monde, 18 juillet 2014.
  50. a et b Zone International- ICI.Radio-Canada.ca, « Écrasement en Ukraine : une zone aérienne à risque, mais sans restriction | Écrasement du vol MH17 en Ukraine », sur Radio-Canada.ca (consulté le ).
  51. Crash du MH17 : l'espace aérien aurait dû être fermé, L'Express, 13 octobre 2015.
  52. « Crash MH17: Berlin connaissait les risques liés au survol de l’Ukraine », sur lesoir.be, (consulté le ).
  53. a et b « MH17:l'Allemagne connaissait les risques », sur Le Figaro, (consulté le ).
  54. Aude Lasjaunias et Maxime Vaudano, « Le MH 17 avait-il le droit de voler au-dessus de l'Ukraine ? », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  55. « MH17 : un avion militaire ukrainien près du Boeing avant le crash ? », sur www.directmatin.fr, (consulté le ).
  56. « L'essentiel Online - Le pilote aurait décidé de changer de trajectoire - News », sur L'essentiel, (consulté le ).
  57. « Vol MH17 : des impacts de roquette sur l'épave », lalibre.be, (consulté le ).
  58. Crash du MH17 : le scénario qui accuse les séparatistes Le JDD du 20 juillet 2014.
  59. « Les particularités du missile russe sol-air Bouk », sur 7sur7.be, (consulté le ).
  60. (en) « Daily Mail Expert describes effect missile hit », sur Daily Mail, .
  61. « Crash en Ukraine : quels missiles peuvent toucher un avion à 10 km d'altitude ? », sur FranceTV info4, .
  62. Guy Dutheil, « Crash en Ukraine : « Un acte forcément volontaire » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  63. Alain Barluet, « Une arme de professionnels », Le Figaro, 19 / 20 juillet 2014, page 2.
  64. (en) Jeroen Akkermans, « Evidence proving that flight MH-17 was taken down by a BUK missile », sur RTL Nieuws, .
  65. La preuve que le MH17 a été abattu par les prorusses ? Courrier international du 20 mars 2015.
  66. a et b « Ukraine : le vol MH17 aurait été abattu par un missile de fabrication russe », sur www.valeursactuelles.com, (consulté le ).
  67. « Arthur Bright on Twitter », sur Twitter, (consulté le ).
  68. « Russian Separatists claim MH17 responsibility », sur NL Times, (consulté le ).
  69. Crash du MH17 : pourquoi les séparatistes pro-russes sont pointés du doigt FranceTV du 18 juillet 2015.
  70. Ukraine : l'avion du MH17 abattu par de "nombreux projectiles" La Dépêche du 9 septembre 2014.
  71. (en) Margaret Coker, Adam Entous, Robert Wall et Alan Cullison, « U.S. Points to Russian Missile Connection in Malaysia Airlines Flight 17 Crash », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne).
  72. l'express, « Crash du vol MH17: la Russie a-t-elle fourni des missiles aux rebelles? », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  73. a et b Vol MH17 : la guerre des «preuves» entre Washington et Moscou Figaro du 23 juillet 2014.
  74. (de) « Ostukraine: BND macht Separatisten für MH17-Absturz verantwortlich », sur spiegel.de, .
  75. (en) « How US satellites pinpointed source of missile that shot down airliner », sur arstechnica.com, .
  76. Robert Parry: What did US Spy Satellites see in Ukraine? Newsvoice.
  77. Jean-Pierre Stroobants, « Crash du MH-17 : trois Russes et un Ukrainien sont poursuivis pour meurtre par le parquet néerlandais », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  78. « Crash du Boeing : un chasseur ukrainien volait à proximité du jet », RIA Novosti, (consulté le ).
  79. Lougansk, 48°32'44.9"N 39°15'49.6"E, cf. Caught in a Lie – Compelling Evidence Russia Lied About the Buk Linked to MH17, Eliott Higgins, Bellingcat, 24 juillet 2014.
  80. MH 17: Source of the Separatist's Buk - A Bellingcat Investigation, Bellingcat, 8 novembre 2014 avec traduction en français.
  81. (en) Anton Zverev, « Exclusive: Ukraine rebel commander acknowledges fighters had BUK missile », sur Reuters, .
  82. (en) « Donetsk Commander Denies Telling Media Militia Had Buk Missiles During MH17 Crash », sur RIA Novosti, .
  83. (en) Lorenzo Cremonesi, « How Malaysian Plane was Shot Down », sur Corriere della Sera, (consulté le ).
  84. a et b Marcus Bensman, David Crawford, CORRECT!V, « Les 298 morts du vol MH17 : l'armée russe est impliquée », Mediapart, (consulté le ).
  85. MH17: Buk missile system used to down plane 'transported to Ukraine rebels by Russian soldiers', report claims, Lizzie Daerden, Independent, 24 février 2016.
  86. Crash MH17 : la thèse du missile renforcée Le Figaro du 12 mars 2015.
  87. « Crash du Boeing : Moscou a déterminé le point de départ du missile », RIA Novosti, (consulté le ).
  88. « Moscou publie des photos et des cartes », sur RIA Novosti, .
  89. (en) « MH17 – Forensic Analysis of Satellite Images Released by the Russian Ministry of Defence », sur bellingcat.com, .
  90. Russia faked MH17 images: Report, Kalyeena Makortoff, CNBC, .
  91. « Vol MH17 : exercices de la DCA ukrainienne près de Donetsk le jour du crash (source) », RIA Novosti — Kiev, (consulté le ).
  92. « Si les rebelles étaient à l’origine du crash du MH17, les USA l’auraient fait savoir », sur IRIS, (consulté le ).
  93. (en-GB) « MH17 crash: 'Old Buk missile used' - Russian firm », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  94. Maria Stromova, Emma Ong et Alastair Jamieson, « MH17 Shot Down by Buk Missile Type Owned by Ukraine: Russian Firm », sur NBC News, (consulté le ).
  95. (en) « Ukraine sold last Buk rocket to Georgia long before MH17 crash - Poroshenko's advisor », sur rbth.co.uk, (consulté le ).
  96. (en-US) « Ukraine sold last Buk rocket to Georgia long before MH17 crash - Poroshenko's advisor », sur Uaposition, (consulté le ).
  97. « Ukraine sold last Buk rocket to Georgia long before MH17 crash », sur www.kyivpost.com, (consulté le ).
  98. « Повітряні Сили ЗС України отримали відремонтований зенітний ракетний комплекс Бук-М1 », sur Міністерство оборони України,‎ (consulté le ).
  99. (en-US) « Does Ukraine Have 9M38M1 Missiles? », sur bellingcat, (consulté le ).
  100. « Crash du vol MH17 : le système de missile venait de Russie, assure Kerry », sur L'Obs, (consulté le ).
  101. « Les séparatistes prorusses auraient pu abattre l'avion malaisien par erreur | Écrasement du vol MH17 en Ukraine », sur Radio-Canada.ca, (consulté le ).
  102. « Les séparatistes prorusses auraient pu abattre l'avion par erreur », sur www.20minutes.fr, (consulté le ).
  103. « "Put***, ils n’auraient pas dû voler, il y a une guerre qui est en cours": les prorusses ont-ils abattu l'avion par erreur? », sur RTL Info, (consulté le ).
  104. Le JDD, « Crash d'un avion malaisien : ce qu'il faut savoir », sur lejdd.fr (consulté le ).
  105. « Dans la région de Torez, un AN-26 est tombé en morceaux quelque part derrière la mine « Progress ». On avait pourtant prévenu : ne volez pas dans « notre ciel ». Le coucou est tombé derrière un terril, il n’a pas touché les zones habitées. Pas de civils impliqués. » message.
  106. « Crash avion Malaysia Airlines : les boîtes noires transmises aux enquêteurs néerlandais », sur Paris-Normandie.fr, (consulté le ).
  107. « Moscou ne saisira pas les boîtes noires du Boeing », sur La Voix de la Russie, (consulté le ).
  108. (en) « Kiev's Evidence of militia responsability for airline crash faked », sur itar-tass.com, (consulté le ).
  109. Pierre Avril, « Vol MH17 : un crash qui atteint Moscou », sur Le Figaro, (consulté le ), p. 2-3.
  110. Brad Friedman, « The BRAD BLOG : 'No Good Evidence' Russia Behind Shootdown of Malaysia Air Flight 17 in Ukraine, Says Longtime CIA Analyst Ray McGovern: 'BradCast' 8/20/2015 », sur bradblog.com, (consulté le ).
  111. Ben Nimmo, « Enquête sur le vol MH17: Jamais le Kremlin n’était allé aussi loin pour entraver le cours de la justice », sur Slate.fr, (consulté le ).
  112. (nl) Andreas Kouwenhoven & Wilmer Heck, « Omtzigt (CDA) liet nepgetuige twijfel zaaien over MH17 », nrc.nl,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  113. (en) Ben Nimmo, « #PutinAtWar: Dismissing MH17 », Digital Forensic Research Lab,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  114. (en) Amy Knight, « Russia Deployed Its Trolls to Cover Up the Murder of 298 People on MH17 », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  115. AFP, « MH17 : « Le système de missile utilisé contre l'avion venait de Russie », affirme Kerry », sur BFM TV, .
  116. « Crash du Boeing : 181 corps de victimes retrouvés (Kiev) », sur RIA Novosti, (consulté le ).
  117. Elisa Perrigueur, « VIDEOS. Crash du MH17 en Ukraine : une difficile enquête en zone de guerre », sur Parisien.fr, (consulté le ).
  118. (nl) « Rutte geschokt over 'respectloos gedrag' op rampplek », sur nu.nl, (consulté le ).
  119. (en) « Dutch expert says Ukraine body recovery team 'did a hell of a job' », sur reuters.com, (consulté le ).
  120. Crash du MH17 : un journaliste fouille dans la valise d'une victime et s'excuse de l'Express du 22 juillet 2014.
  121. Le reporter de Sky News admet «une erreur de jugement» sur le site du crash du MH17 20minutes du 22 juillet 2014.
  122. « Les cadavres des victimes évacués par camions », sur 7sur7 (consulté le ).
  123. « Un chef rebelle s'explique sur le déplacement des corps », sur 7sur7 (consulté le ).
  124. « Crash du Boeing : aucun déplacement des bagages des passagers (OSCE) », sur RIA Novosti, (consulté le ).
  125. Dutch expert says Ukraine body recovery team 'did a hell of a job' de Reuters du 21 juillet 2015.
  126. « Crash du MH17: les corps stockés et examinés dans des wagons », sur www.lexpress.fr, (consulté le ).
  127. a b c d et e « Les infos de la boîte noire n'ont pas été trafiquées », sur 20min.ch, (consulté le ).
  128. « MH17 : journée de deuil national aux Pays-Bas », sur Le Nouvel Observateur, (consulté le ).
  129. « Crash vol MH17 : 3 nouveaux corps identifiés », sur Le Figaro, (consulté le ).
  130. « За минувшие выходные спасатели вывезли около тонны обломков «Боинга» — МЧС », sur Донецкое агентство новостей: ДАН,‎ (consulté le ).
  131. MH17: Bones buried two-feet deep in crash site The Star du 20 août 2015.
  132. « Crash du vol MH17 : 4 questions sur l'enquête internationale », sur nouvelobs.com, (consulté le ).
  133. (en) « Dutch Safety Board heads investigation: investigation effort in full swing, black boxes currently being read out », sur onderzoeksraad.nl, (consulté le ).
  134. Dutch Safety board investigation, Dutch Safety Board, .
  135. (ru) « Boîtes noires remises à la Malaisie », Première chaîne russe, .
  136. François Duclos, « Crash de Malaysia Airlines : enquête en temps de guerre », sur air-journal.fr, (consulté le ).
  137. « La boîte noire du vol MH17 sera remise à l'AAIB (ministre malaisien)[ », Xinhuanet, (consulté le ).
  138. (en) « Malaysia Airlines Flight MH17: British Investigators Join Probe In Ukraine Amid Fears Of Evidence Tampering », sur huffingtonpost.co.uk, (consulté le ).
  139. (en) « MH370 search coordinator to lead Australia’s MH17 probe Panel », sur biharprabha.com, (consulté le ).
  140. « Les boîtes noires ont livré leurs secrets », sur 24heures.ch, (consulté le ).
  141. « Crash en Ukraine : les boîtes noires révèlent une "décompression" liée à une forte explosion », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  142. AFP/reuters, « Crash du vol MH 17 : une « forte explosion » a provoqué l'accident », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  143. (en) « Latest from OSCE Special Monitoring Mission (SMM) to Ukraine based on information received as of 18:00 hrs, 6 August 2014 », OSCE, (consulté le ).
  144. « Les débris du vol MH17 enfin en cours d'évacuation », L'Obs, .
  145. « Crash du vol MH17 : les débris de l'avion sont arrivés aux Pays-Bas », RTL, .
  146. Ukraine : le vol MH17 abattu par de "nombreux projectiles", Ladepeche.fr, .
  147. Crash du vol MH17 : l'avion a été abattu par « un grand nombre de projectiles », Le Nouvel Observateur, .
  148. Jean-Pierre Stroobants, « Vol MH 17 : un missile de fabrication russe est bien à l’origine du crash », Le Monde, .
  149. Le vol MH17 abattu par un grand nombre de projectiles Le Point du 9 septembre 2015.
  150. « Des passagers conscients lors du crash du MH17 ? », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  151. « Vol MH17 abattu: Une des victimes découverte avec un masque à oxygène », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  152. « Vol MH17 : polémique aux Pays-Bas autour des circonstances réelles du crash », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  153. « Crash du MH17 en Ukraine : les victimes ont-elles pu se rendre compte du drame ? », sur SudOuest.fr, (consulté le ).
  154. « Crash du MH17 en Ukraine : de nouveaux éléments sur les circonstances du drame », sur Atlantico.fr, (consulté le ).
  155. (nl) Joost Niemöller, « Onderzoek vliegtuigramp MH17: onderste steen komt niet boven », sur www.volkskrant.nl, (consulté le ).
  156. Site officiel de Joost Niemoller.
  157. (nl) Joost Niemöller et Kees Homan, MH17 : de Doofpotdeal, Amsterdam, Uitgeverij Van Praag, (ISBN 978-9-049-02417-8, OCLC 897054662).
  158. (en) « Council of State rejects request to disclose MH17 documents », sur nltimes.nl, (consulté le ).
  159. (en) « Dutch reject MH17 relatives' request for U.N.-led crash inquiry », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  160. « Enquête sur le drame du MH17 : Des familles revendiquent l'intervention de l'Onu », sur www.lematin.ma, (consulté le ).
  161. (en) « Dutch government defends handling of MH17 crash investigation », sur www.theaustralian.com.au, (consulté le ).
  162. « L'enquête sur le crash du vol MH17 ne sera pas menée par l'ONU », sur 7s7, (consulté le ).
  163. « Crash du vol MH17 : le ton monte entre l’Australie et la Russie », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  164. « Crash du vol MH17: Un expert néerlandais écarté après avoir montré des photos des corps », sur 20minutes.fr, (consulté le ).
  165. « MH17 : Moscou "en désaccord catégorique" avec les conclusions de l'enquête », AFP,‎ (lire en ligne).
  166. Claude Fouquet, « MH17 : la Russie va lancer sa propre contre-enquête », sur Les Échos, (consulté le ).
  167. Problemen met bewijzen MH17 telegraaf du 15 décembre 2015.
  168. MH17 evidence may be compromised by Ukrainian secret service: Telegraaf dutchnews du 15 décembre 2015.
  169. « Des toiles de maîtres hollandais entre les mains de nationalistes ukrainiens », sur Courrier international, (consulté le ).
  170. Des toiles volées en 2005 retrouvées en Ukraine, Le Matin du 7 décembre 2015.
  171. (en) Janene Pieters, « Law expert: Corrupt MH17 evidence will make prosecution difficult », sur NL Times, (consulté le ).
  172. « Vol MH17 : le Boeing a bien été abattu par un missile de fabrication russe », Le Figaro, 13 octobre 2015.
  173. « Sans surprise, le constructeur russe de missiles BUK rejette les conclusions de l'enquête internationale sur le crash du vol MH17 », L'Obs, 13 octobre 2015.
  174. « Vol MH17: le constructeur russe de missiles BUK rejette les conclusions des enquêteurs - RFI », sur rfi.fr, (consulté le ).
  175. a et b Isabelle Mandraud (Moscou, correspondante) et Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen), « Vol MH17 : un missile de fabrication russe est bien à l’origine du crash », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  176. Claude Fouquet, « MH17 : la Russie va lancer sa propre contre-enquête », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  177. Benjamin Bidder, « 'Bellingcat Report Doesn't Prove Anything': Expert Criticizes Allegations of Russian MH17 Manipulation », Spiegel Online International,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  178. Onderzoeksgroep: twintig Russen in beeld voor neerhalen MH17, Jikke Zijlstra & Michael de Smit, NOS, 3 janvier 2016.
  179. (en) « MH17 – Potential Suspects and Witnesses from the 53rd Anti-Aircraft Missile Brigade », sur https://www.bellingcat.com/, (consulté le ).
  180. (en) Parquet national (Landelijk Parket), « JIT: Flight MH17 was shot down by a BUK missile from a farmland near Pervomaiskyi », sur Ministère public (om.nl), .
  181. MH17 : missile acheminé de Russie, une centaine de personnes identifiées, Le Vif, 28 septembre 2016.
  182. ‘Onomstotelijk bewijs’ over MH17: raket kwam uit pro-Russisch gebied, Arjen Schreuder, NRC, 28 septembre 2016.
  183. Jean-Baptiste Naudet, « Crash du MH17 : le rôle-clé d'un général russe "en vacances" en Ukraine », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  184. « Crash du vol MH17 : perpétuité requise contre les suspects », sur LEFIGARO, (consulté le ).
  185. a et b Claire Gatinois et Benoît Vitkine, « Les Pays-Bas attaquent en justice la Russie pour le crash du MH17 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  186. « Crash du vol MH17: les noms des victimes égrenés au premier jour du procès », sur L'Obs, (consulté le ).
  187. « Crash du vol MH17: perpétuité requise contre les suspects », sur L'Obs, (consulté le ).
  188. « Un avion abattu ? », sur LCI, .
  189. (nl) « Timmermans: Ongehinderde en veilige toegang tot rampplek vereist », sur Ministerie van Buitenlandse Zaken, .
  190. (nl) « Nederland leeft mee met MH17 », sur NOS.nl, .
  191. (en) « Malaysian PM declares ‘no evidence’ Russia shot down MH17 », sur news.com.au, (consulté le ).
  192. (en) Lisa Cox, Matthew Knott, « Malaysia Airlines Flight MH17: 'Terrible tragedy', Tony Abbott offers condolences to families for what would be 'unspeakable crime' », sur www.smh.com.au (The Sydney Morning Herald), (consulté le ).
  193. « Un Canadien au nombre des victimes du vol MH17 », sur TVA, (consulté le ).
  194. Maurin Picard, « Barack Obama met Poutine face à ses responsabilités », Le Figaro, 19 / 20 juillet 2014, page 2.
  195. « Crash du MH17 : de lourdes sanctions sont prises contre la Russie », RTS Info, Radio télévision suisse « 19:30 le journal »,‎ (lire en ligne [[vidéo]])
    « Un porte-parole de la Maison-Blanche a ainsi laissé entendre que Vladimir Poutine serait coupable de l'accident d'avion. »
  196. Crash du vol MH17 : le système de missile venait de Russie, assure Kerry Nouvelobs du 20 juillet 2014.
  197. Vol MH17 : Kerry «exige justice» pour ce «crime impensable» Le Parisien du 12 août 2014.
  198. John Kerry pointe la responsabilité de la Russie les Echos du 20 juillet 2014.
  199. MH17 : le renseignement américain va publier de nouveaux éléments Le Point du 22 juillet 2014.
  200. Maurin Picard, « Vol MH17 : l'Amérique veut placer Moscou devant ses responsabilités », Le Figaro,‎ , p. 7 (lire en ligne).
  201. « La Suisse offre son soutien aux autorités ukrainiennes pour faire face à la catastrophe aérienne », sur news.admin.ch, (consulté le ).
  202. (en) « After tragic crash of the Malaysian Airlines Flight MH17 in Ukraine, CiO offers condolences and OSCE support », sur osce.org, (consulté le ).
  203. « Crash du Boeing en Ukraine : Obama appelle à une enquête "sans entraves" », sur France 24, .
  204. (nl) L. Boon, « Rutte terug naar Nederland vanwege vliegtuigcrash (en andere reacties) », NRC, (consulté le ).
  205. Vol MH17 : qui a abattu le Boeing de Malaysia Airlines dans le ciel ukrainien ? Le Parisien du 18 juillet 2014.
  206. Conseil de sécurité, séance no 7219 – matin, 18 juillet 2014, Conseil de sécurité des Nations unies.
  207. « Le crash du vol MH17 assimilable à « un crime de guerre » pour l'ONU », sur Euronews, .
  208. (en) « Australia mourns MH17 victims at memorial service », sur www.itv.com (ITV News), (consulté le ).
  209. « Deuil national aux Pays-Bas après la mort de 189 Néerlandais dans le vol MH17 en Ukraine », sur Le Monde, .
  210. « La conférence sur le sida débute avec un hommage aux morts du vol MH17 », sur ledauphine.com, (consulté le ).
  211. (en) « MH17 crash: Malaysians mourn at makeshift memorials », sur bbc.co.uk, (consulté le ).
  212. Des arbres en hommage aux victimes du MH17 7/7 du 27 novembre 2015.
  213. « Crash du Boeing MH17 : les Allemands portent plainte », sur Courrier international, .
  214. (de) « Familien der deutschen Opfer verklagen Ukraine », sur Bild, .
  215. « MH17: la mère d'une victime poursuit l'Ukraine », sur Le Figaro, .
  216. « Vol MH 17 : la mère d'une victime poursuit l'Ukraine pour « négligence » », sur Le Monde, .
  217. (en) « Australian MH17 families engage renowned aviation lawyer for planned legal action against Russia, Ukraine and Malaysia », sur ABC News, .
  218. « Les familles des victimes du MH17 attaquent la Russie, l'Ukraine et la Malaisie », sur La Dépêche de Tahiti, .
  219. (en) « MH17: Russian separatist leader sued for $900 million by crash victims », sur telegraph.co.uk, (consulté le ).
  220. Des proches des victimes du MH17 exigent des images radars 24 heures du 13 janvier 2016..
  221. Ukraine: Dutch never asked for MH17 radar images, Janene Pieters, NL Times, 3 février 2016.
  222. Ukraine ambassador: Dutch did in fact request MH17 radar images, Janene Pieters, NL Times, 4 février 2016.
  223. Netherlands won’t protest Ukraine over missing MH17 radar pics, Janene Pieters, NL Times, 5 février 2016.
  224. Vol MH17 : des familles des victimes poursuivent en justice Poutine et la Russie Euronews du 21 mai 2016.
  225. « MH17 : des familles de l'équipage poursuivent Malaysia Airlines », Paris Match, 2 juin 2016.
  226. (en) « Malaysia Airlines faces doubtful future », sur BBC News Business, .
  227. (en) Jacquelin Magnay, « Malaysia Airlines retires MH17 flight code out of respect for victims; manifest reveals 27 Australian passport holders among those on board tragic flight », sur news.code.au, .
(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Malaysia Airlines Flight 17 » (voir la liste des auteurs).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dont 4 personnes ayant une double nationalité : un belgo-néerlandais, un américano-néerlandais, un italo-néerlandais et un israélo-néerlandais.
  2. Dont 2 personnes ayant une double nationalité : un britannico-sud-africain et un britannico-néo-zélandais.
  3. Dont 1 personne ayant la double nationalité germano-néerlandaise.
  4. Il est habituel que les compagnies aériennes changent le code de vol après destruction de l'aéronef l'assurant. Le fait de continuer à utiliser ce code pendant un certain temps après la destruction de l'appareil est une particularité qu'avait partagée le vol 1951 Turkish Airlines.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]