Dubaï (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubaï.
Dubaï
(ar) بلدية دبي
Image illustrative de l'article Dubaï (ville)
Administration
Pays Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis
Émirat Drapeau de Dubaï Dubaï
Démographie
Gentilé Dubaïote ou Doubaïote
Population 1 616 430 hab. (2010)
Population de l'agglomération 2 322 121 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 25° 16′ 06″ N 55° 20′ 32″ E / 25.2682942, 55.342254625° 16′ 06″ Nord 55° 20′ 32″ Est / 25.2682942, 55.3422546  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Émirats arabes unis

Voir sur la carte Émirats arabes unis administrative
City locator 12.svg
Dubaï

Dubaï ou Doubaï[1] est la ville la plus peuplée des Émirats arabes unis (devant la capitale fédérale Abou Dabi). Située sur le golfe Persique, elle est capitale de l'émirat de Dubaï, et compte plus d'un million d'habitants (cependant, avec les villes de Charjah, Ajman et Oumm al Qaïwaïn, elles-mêmes capitales de leurs émirats respectifs, elle forme une agglomération qui dépasse 2,3 millions d'habitants en 2010). Dubaï est également le premier port du pays.

Fondée au XVIIIe siècle, Dubaï reste un bourg modeste et isolé du monde qui vit essentiellement de la pêche aux perles à la fin du XIXe siècle. À cette époque, tout comme l'émirat qui l'entoure, ils prennent de l'importance en participant à la création des États de la Trêve (Trucial States en anglais) en 1853.
Vivant une période difficile pendant l'entre-deux-guerres, avant d'entrer de plein fouet dans la modernité dans la deuxième partie du XXe siècle, Dubaï participe à la création des Émirats arabes unis actuels en 1971 dont l'émir assure la vice-présidence.

Quoique n'étant pas la capitale des Émirats arabes unis, Dubaï est devenue la ville la plus connue de la fédération.
Cette renommée est due notamment à la médiatisation de ses projets touristiques comme l'hôtel Burj-Al-Arab, le plus luxueux et le plus « étoilé » du monde, au gigantisme des projets immobiliers comme Palm Islands, presqu'île artificielle en forme de palmier, The World, archipel artificiel qui reproduit la carte du monde, la Dubaï Marina à l'architecture particulière et démesurée, sans oublier l'immeuble le plus haut du monde, le Burj Khalifa.

Ces projets, revendiqués par le gouvernement, sont présentés comme étant un moyen de devenir d'ici quelques années la première destination mondiale du tourisme de luxe et de devenir l'un des pôles mondiaux du tourisme familial, d'affaires, commercial, etc.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville fut créée dans une boucle du bras de mer, le Khor Dubaï, qui s'insinue dans le désert et qui constitue un port naturel. Le centre-ville, qui garde un caractère arabe, est constitué de petits immeubles et de ruelles étroites. Les nouveaux quartiers s'étalent quant à eux dans le désert et le long de la côte au nord etAli, Umm Suqueim, Barsha, Jumeirah, Bur Dubaï, Deira, une vaste agglomération. Ces nouveaux quartiers, créés de toute pièce, sont constitués d'immeubles, de résidences et de maisons individuelles. Ils s'organisent au sud de part et d'autre de la Sheikh Zayed Road, la plus grande artère des Émirats arabes unis et futur centre urbain de l'agglomération. Bordée de gratte-ciels (573 dans l'émirat), elle permet de relier les zones résidentielles aux complexes touristiques construits ou en construction qui se trouvent au sud de la ville : Palm Islands, The World, Dubaï Waterfront, Ski Dubaï, Dubaï Marina, Dubai Mall, l'hôtel Burj-Al-Arab, la Burj Khalifa, Dubaïland, etc.

Démographie[modifier | modifier le code]

La ville de Dubaï vue d'avion
Année Population
18221 1 200 [2]
19001 10 000 [3]
19301 20 000 [4]
19401 38 000 [2]
19541 20 000 [2]
19601 40 000 [5]
1968 58 971 [6]
1975 183 000 [7]
1985 370 800 [8]
1995 674 000 [8]
2005 1 204 000 [9]
2009 2 015 000 [9]
1 Le premier recensement a eu lieu en 1968. Les chiffres antérieurs sont des estimations provenant de différentes sources.

La ville de Dubaï connaît une importante expansion démographique depuis quelques années : la population était de 265 702 habitants en 1980, 669 181 en 1995, un million en 2004, 1 700 234 en 2006 et il est prévu qu'elle atteigne 2,2 millions en 2011 (en 2010, la ville recevait 10 000 nouveaux habitants par mois), ce qui fait de la ville de Dubaï, la plus peuplée des Émirats arabes unis.

Cependant, les chiffres sont encore plus élevés si on compte l'ensemble de la conurbation de Dubaï, qui comprend également Charjah et Ajman (elles-mêmes capitales de leurs émirats respectifs) : sur cette base, on peut compter 2,7 millions d'habitants en 2007[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fort d'Al Fahidi, construit en 1799, est le plus ancien monument de Dubaï encore debout.

La première mention du site de Dubaï remonte au Livre de géographie de l'Andalou Al-Bakri au Xe siècle. Localisé dans une des régions les plus inhospitalières d'Arabie, Dubaï demeure longtemps éclipsé par ses voisins, notamment Charjah et Ras el Khaïmah, au nord-est et près du détroit d'Ormuz, et Abou Dabi, au sud-ouest. En 1580, le marchand vénitien Gaspero Balbi, en voyage dans la région, évoque Dibei, bourgade qu'il associe à la pêche aux perles, et probablement composée uniquement de quelques huttes barasti. Celle-ci demeurera l'activité principale des habitants de la région, avec l'agriculture vivrière. Cependant, jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, Dubaï est insignifiant par rapport aux autres ports précités, ainsi, que de Sohar (Oman) et Ormuz et Bandar Lengeh (Iran) et Dibba et Khor Fakkan (mer Arabique)[11].

Pré-histoire et période pré-islamique[modifier | modifier le code]

On n'a guère de témoignages concernant des périodes plus anciennes. Récemment, des fouilles ont permis la découverte d'un marais de mangrove installé là où se trouve Dubaï au VIIe millénaire avant J.-C. Le sable aurait recouvert la localité il y a 5 000 ans, en en faisant une petite crique naturelle. Des céramiques du IIIe et IVe siècle ont été retrouvées, ainsi que des églises nestoriennes (à Abou Dabi). Avant la conversion à l'islam du VIIe siècle, les tribus locales vénéraient les étoiles, la lune et le soleil, ou Bajir (en).

XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

En 1799, la tribu bédouine des Bani Yas, avec à leur tête Al-Abu Falasa, fuit alors les Wahhabites du Nejd qui étendaient leur territoire. Ils poursuivent les activités de pêche, notamment de perles, bénéficiant du port naturel formé par le Khor Dubaï. Selon un témoignage du lieutenant britannique Cogan de 1822, le bourg de Dubaï hébergeait alors 1 000 âmes, plus chèvres et chameaux[12]. En 1833, à la suite d'une dispute tribale qui eût lieu dans l'oasis de Liwa, foyer des Bani Yas, durant laquelle le Sheikh Tanun fut assassiné par son frère Khalifa qui réprima ensuite durement les velléités de résistance, 800 Bédouins de la famille Al Bu Falah fuirent Liwa et vinrent s'installer à Dubaï [13].

Transports[modifier | modifier le code]

Abra (bateau-taxi) et le Khor Dubaï devant la vieille ville

La ville de Dubaï s'est doté d'infrastructures de transport à la mesure de son développement économique et démographique.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport international de Dubaï sert de plate-forme de correspondance à la compagnie aérienne Emirates. Il a une capacité d'accueil de 70 millions de passagers depuis 2007. À terme, jusqu'à vingt-six Airbus A380 pourront être reliés en même temps au terminal. L'atterrissage d'un Airbus A340 est facturé 1 274 euros. Le kérosène coûte 10 % moins cher qu'ailleurs.

Il est le troisième aéroport au niveau mondial selon le nombre total de passagers et le premier selon le nombre de passagers internationaux (chiffres provisoires 2014).

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Le transport maritime est représenté par des bateaux-navettes en bois (les abras) qui traversent le Khor Dubaï en dix minutes et permettent de relier facilement Deira à Bur Dubaï.

Les infrastructures portuaires de l'émirat se sont largement développées ces dernières années et les ports de Dubaï ont largement profité de cette amélioration, puisqu'il occupait en 2004 la dixième place des ports à conteneurs, derrière ceux de Los Angeles et d'Hambourg.

La ville compte différents ports, le port de Jebel Ali, le port Rashid et le Khor Dubaï. Les deux premiers sont de grands ports qui accueillent des navires de gros tonnage et le dernier, plus traditionnel, abrite les bateaux de transport en bois, les dhows, et est consacré au commerce avec l'Iran et les autres pays du golfe Persique.

Transport routier[modifier | modifier le code]

Le réseau routier est constitué de larges avenues et autoroutes, dont la Sheikh Zayed Road est l'exemple le plus connu. Ce réseau crée un maillage reliant les différentes zones résidentielles, de travail et touristiques de l'agglomération de Dubaï. Afin de permettre la traversée du Khor Dubaï, le tunnel routier sous-marin de Shindanaga a été construit en bord de mer. Dubaï a aussi la réputation d'être la ville des pays riches qui compte le plus d'accidents et de morts sur les routes. On estime qu'il y a un accident toutes les trois minutes à Dubaï, ce qui contribue à l'engorgement du réseau routier. Pour financer les infrastructures routières, un télépéage, le salik, a été mis en place au 1er juillet 2007.

La sixième traversée du Khor Dubaï, un pont de 12 voies de circulation[14] (2x6 voies), de 1,7 km de longueur, 205 m de hauteur et d'une largeur de 64 m est en cours de construction (en mars 2008). Ce pont, le plus grand du monde, désenclavera la région d’Al Jaddaf. Les travaux dureront quatre ans pour un montant estimé à 817 millions de dollars (556 millions d’euros).

Transport urbain[modifier | modifier le code]

Pour pallier la saturation routière, que le réseau d'autobus, constitué de 59 lignes et emprunté par 200 000 passagers chaque semaine, ne peut résorber, trois lignes de métro sont actuellement en construction, ont été inaugurées partiellement en 2009 et en totalité en 2012.

La ligne verte en forme de « U » autour du Khor Dubaï reliera Deira et Bur Dubaï au centre ville tandis que la ligne rouge reliera Jebel Ali au Dubaï International Airport. Ces deux lignes mesureront 70 kilomètres et compteront 43 stations (33 souterraines et dix en surface). Récemment, la construction d'une autre ligne de 47 kilomètres (mauve) a été annoncée. Elle devrait relier le nouvel aéroport en construction (le Dubai World Central) à Jebel Ali.

Un tramway dont la construction à débuté en 2009 et comptant 14 km de ligne pour 19 stations, doit être également mis en service en 2014. Enfin, pour compléter ces réseaux de transports en commun en site propre, il est envisagé de construire sept monorails afin de le connecter à différents sites comme Dubaïland, Jumeirah Palm, etc. Les taxis sont très nombreux à Dubaï et on en trouve partout. Ils constituent le moyen de transport non personnel le plus utilisé par les Emiratis.

Reconversion économique de Dubaï[modifier | modifier le code]

L'hôtel Jumeirah Beach
Article détaillé : Reconversion économique de Dubaï.

Afin de mener à bien la politique de reconversion de l'économie de Dubaï vers les nouvelles technologies, le commerce et le tourisme (ou les deux dans le cadre du festival de shopping de Dubaï), le gouvernement s'efforce d'attirer capitaux et entreprises tout en maintenant une politique de grands travaux, à l'origine de nombreux complexes urbains, hôteliers ou balnéaires. Le gigantisme et le caractère novateur de ces réalisations tournent les regards du monde entier vers l'émirat et forcent sa renommée.

Les constructeurs sont le plus souvent Nakheel ou Emaar Properties, groupes bien implantés dans l'émirat et aux visées maintenant internationales. D'autres projets importants tels que le Business Bay ou celui qui prévoit de recouvrir une montagne d'un dôme puis de l'enneiger afin de créer une petite station de ski sont en préparation. Nombre de ces projets avortent mais ils sont toujours source d'une publicité dont se nourrit la cité-État. Des quartiers spécialisés dans certains domaines ont été mis en place : la Dubai HealthCare City[15] est une zone franche médicale destinée à attirer les meilleures institutions de santé et proposer des soins de très haut niveau, Dubai Media City et Dubai Internet City sont des zones libres où se sont installées de grandes sociétés des médias (MBC, CNN, Yahoo!, Reuters et AP) et d'informatique (EMC Corporation, Oracle, Microsoft et IBM), Dubiotech est spécialisé dans les recherches biologiques et l’Humanitarian City accueille dans un centre différentes organisations non gouvernementales ainsi que l'UNOPS, un organisme des Nations unies. Ces quartiers permettront à Dubaï d'acquérir une certaine reconnaissance internationale et de devenir un lieu de décision important. La ville accueille depuis plusieurs années différents évènements, dont le festival de shopping de Dubaï (ou DSF), le salon technologique Gitex ou le Dubaï Air Show, qui ont un impact très favorable sur la consommation et les investissements.

Les ouvriers étrangers (Pakistanais, Indiens, Chinois, etc.) employés pour construire ces complexes sont souvent à la merci des entrepreneurs. Cette situation tient notamment à la réglementation sur le "sponsorship" (kafala, à l'origine une procédure alternative à l'adoption). L'employeur doit agir comme "sponsor" pour permettre à ses employés étrangers d'obtenir un permis de travail et un titre de séjour. Le sponsor ayant seul la relation avec les Ministères de l'Immigration et du Travail, il lui arrive de conserver le passeport de ses employés, ce qui peut donner lieu à des abus. Néanmoins, l'institution de la kafala est loin d'être la cause exclusive du traitement des ouvriers aux Emirats et dans le Golfe, lequel peut également être expliqué par la pratique des agences de recrutement y compris dans le sous-continent asiatique et par l'absence de reconnaissance du droit syndical.

L'exploitation des ouvriers du bâtiment a touché son paroxysme lors de la crise financière qui a frappé Dubaï à partir de 2008, puisque certaines entreprises ont pu ne pas payer leur salaire à leurs ouvriers pendant plusieurs mois. Sous la pression du Conseil des Nations Unies sur les Droits de l'Homme, les EAU ont désormais adopté un Système de Protection des Salaires (Wage Protection System) contraignant l'employeur à verser les salaires de ses employés par le biais d'une réglementation impliquant le Ministère du Travail et éventuellement la banque de l'employeur. D'après la réglementation locale, les ouvriers ne peuvent travailler par une température supérieure à 50 °C, mais la température est prise à l'ombre; il arrive donc qu'elle dépasse les 55 °C sans que le travail soit stoppé. En moyenne, un suicide tous les quatre jours intervient chez les ouvriers[16].

En janvier 2011, la BBC a réalisé un reportage sur les conditions de vie des ouvriers[17].

Shopping[modifier | modifier le code]

Dubaï est l'une des capitales du monde du shopping et jouit d’une renommée internationale grâce à ses centres commerciaux gigantesques et ses souks populaires. Le shopping à Dubaï constitue l’une des distractions préférées des touristes. La ville attire un grand nombre de visiteurs désirant faire du shopping, qu'ils viennent des pays voisins ou d’autres régions plus lointaines, telles que l’Europe de l’Est, l’Afrique et le sous-continent indien.

Chaque année pendant un mois, Dubaï vit à l’heure du carnaval alors que le Shopping Festival se déroule dans la ville. Fondé en 1996 par le gouvernement, le festival du shopping était destiné simplement à être un événement pour promouvoir le commerce dans l’émirat. Mais au fil des années, il est devenu une manifestation culturelle au cours de laquelle divers spectacles et événements ont lieu. Le beau temps, les nombreuses festivités, les feux d’artifices et les ventes sont parmi ses atouts, mais c’est autour de l’environnement kitsch du Global Village que l’on s’amuse le plus. On peut ici choisir entre l’opéra chinois et les derviches tourneurs, tout en savourant de la cuisine bavaroise avant d’acheter de la poterie tunisienne. Les magasins affichent des soldes exceptionnels sur tous leurs produits dans plus de 40 centres commerciaux dispersés dans la ville. En 2009, le festival s'est déroulé du 15 janvier au 15 février.

Les nombreux centres commerciaux à Dubaï sont tous plus extravagants les uns que les autres. Modernes et luxueux, leur décoration est soignée et recherchée. Leurs « cours » centrales, agrémentées de fontaines ou de charrettes de souvenirs, s'efforcent d'évoquer des places de village. Les acheteurs peuvent s’installer à une terrasse de café entre deux emplettes ou déjeuner dans l'un des restaurants. On y trouve absolument tout et nul besoin d’en sortir : restaurants, salons de beauté et de remise en forme, parcs d’attraction, patinoire, cinéma, piste de ski, salles de prières, parkings, etc., sont là pour satisfaire à tous les désirs.

Promotion immobilière[modifier | modifier le code]

Situé sur une île artificielle à 280 mètres de la plage et culminant à 321 mètres, l'Hôtel Burj-Al-Arab est le deuxième hôtel le plus élevé du monde après les tours Abraj Al Bait situées à La Mecque. Reconnaissable à sa forme imitant une voile de voilier, il fut achevé en 1999 et ne comporte aucune chambre, mais uniquement des suites dont la nuitée varie entre 1 000 et 28 000 US$.

Ski Dubaï est une piste de ski intérieure d'environ 400 mètres de longueur attenante au centre commercial, le Mall of the Emirates, et à l'hôtel Kempinski.

Le Dubaïland est le projet de création d'un ensemble de parcs à thèmes, situé à proximité de l'Arabian Canal. Il accueillera le Mall of Arabia, un immense centre commercial. La fin des travaux est prévue pour 2014.

Annoncé le 1er mai 2006 par le gouvernement, le projet Bawadi prévoit d'amener le nombre de lits d'hôtel dans l'émirat à 29 000, doublant ainsi la capacité hôtelière actuelle. Pour cela, une enveloppe de 27 milliards de US$ est allouée à ce projet, dont le plus grand complexe sera l'Asia avec 6 500 chambres, soit le plus grand hôtel du monde.

Dubaï Palm et the World

The Palm, ou Palm Islands, est sans conteste le projet le plus grand et le plus médiatisé lancé par l'émirat. Il s'agit de la construction de trois ensembles balnéaires, résidentiels et touristiques de luxe sur des terres et des îles en forme de palmier entièrement gagnés sur la mer. Les trois « palmiers » porteront le nom de Jumeirah, Jebel Ali et Deira. La fin des travaux est prévue en 2013 pour l'ensemble. Chaque palmier est composé d'un tronc central accueillant des infrastructures de transport, des commerces, des services, des attractions touristiques et de loisir, des immeubles résidentiels. À partir de ce tronc rayonne un certain nombre de « palmes » abritant résidences de luxe, attractions touristiques et centres de loisir. Chaque ensemble est ceinturé par une digue de protection contre la houle, assurant la pérennité de ces construction réalisées en grande majorité à partir de sable prélevé au fond de la mer. Le projet, bien avancé, verra l'ouverture du premier palmier, Jumeirah Palm, en 2007. Jebel Ali Palm suivra quant à lui un peu plus tard et Deira Palm en dernier, la construction ayant pris du retard en raison de problèmes techniques et de modifications de conception.

L'archipel The World est un autre projet de construction d'îles dont la disposition les unes par rapport aux autres imitera un planisphère avec chaque continent, le tout ceinturé par une digue de protection. La construction a commencé; une première île témoin (appartenant à l'ancien pilote F1 Michael Schumacher) avec maison, jardin luxuriant et ponton d'accostage a été fabriquée. Au total, ce sont quelque 250 à 300 îles qui devaient être livrées en 2011, mais le projet est actuellement abandonné en raison de la crise financière mondiale. Pire, l'érosion due aux vagues a commencé de saper les fondations des îlots déjà construits.

Le Dubaï Waterfront est un projet à cheval sur la mer et la terre. Il s'agit de créer un immense quartier résidentiel et hôtelier sous la forme d'une gigantesque marina comportant des commerces et des loisirs au pied de Jebel Ali Palm et au début de l'Arabian Canal, un bras de mer de dix kilomètres de long creusé dans le désert.

Le projet prévoit le creusement de canaux sur la côte et la création d'îles contournant Jebel Ali Palm en formant une baie. En son sein se trouvera le Dubai Mall, le plus grand centre commercial du monde. La fin des travaux est prévue en 2014.

La Dubaï Marina est le projet de création d'un bras de mer de dix kilomètres de long dans le désert entouré d'immeubles résidentiels et d'hôtels. Le projet, développé par Emaar Properties, comprendra à son achèvement plus de 200 immeubles. D'une surface de 4.9 millions de m², elle sera la plus grande marina au monde, une fois achevée aux alentours de 2011.

La tour Burj Khalifa est la tour la plus haute du monde avec ses 828 mètres de hauteur et ses 211 étages. La construction a commencé en 2004 et l'inauguration a eu lieu en 2010. La hauteur finale est de 828 mètres. Elle était déjà la plus haute construction humaine depuis début 2008 (dépassant les 646 m de l'antenne radio Warsawa en Pologne, détruite en 1991).

Image panoramique
Vue sur les gratte-ciels de Dubaï.
Voir le fichier

Les projets[modifier | modifier le code]

Nakheel Tower (ex-Al Burj ou encore Tall Tower) était le projet de construction d'une tour d'une hauteur dépassant le kilomètre. Située entre Dubai Marina et Ibn Batuta, les travaux de préparation des sols commencèrent en janvier 2008. Projet plusieurs fois déplacé, il était prévu initialement sur Palm Jumeirah puis sur le Waterfront. Ce dernier site fut rejeté car la tour se trouverait alors dans l'axe des pistes du futur aéroport de Jebel Ali[18],[19]. La fin des travaux était prévue en 2014.

En janvier 2008, la société Nakheel a annoncé la naissance prochaine d’un projet appelé « The Universe ». Il s’agit d’un archipel artificiel reproduisant les formes du soleil, de la lune et des planètes du système solaire. Ce projet, dont ni le coût, ni la date de fin des travaux n’ont été communiqués, arrive alors que « The World » est en cours d’achèvement. Il s’agit de la création de 300 îles artificielles au large des côtes. Ces îles, dont les formes représentent les pays du monde et qui abriteront résidences secondaires et hôtels de luxe, couvrent 5,5 millions de m2[20]. Début des travaux en 2009 pour une fin prévue en 2015.

Annoncé le 6 avril 2008 et présenté lors du salon immobilier du Moyen-Orient[21], le promoteur émirati Nakheel a en projet un gratte-ciel culminant à plus de 1 000m, soit 60 étages de plus que la tour Burj Dubaï. Il aurait dû atteindre, selon certaines sources, 1 200m de haut et serait ainsi devenu la plus haute tour du monde. Elle faisait partie d’un projet de 61 milliards de dollars, intégré à celui de Dubai World[22]. Le marché pour les fondations fut attribué à la société française Soletanche Bachy, leader mondial. Les travaux commencèrent en janvier 2008 mais furent arrêtés fin janvier 2009[23].

Dubai Sports City voit le début des travaux en 2007 pour une fin estimée en 2013.

Lyon Dubaï City est un projet de grande ampleur consistant, d'ici fin 2009, à reconstituer des quartiers typiques de la ville de Lyon en plein cœur de Dubaï. Plus qu'un simple projet immobilier, Lyon Dubaï City permettra également la mise en place de partenariats culturels (universités, école hôtelière, sports...). Le projet semble abandonné pour des raisons financières.

Annoncé en juin 2008 par la société Rotating Tower Dubai Development Ltd., un gratte-ciel en rotation permanente et dont les différents étages pivotent sur eux-mêmes. Via un simple bouton ou oralement, les habitants de cette tour dynamique pourront déterminer la vitesse de rotation et la direction que doit prendre l'étage de leur appartement. Cet immeuble de 80 étages et 420 mètres de hauteur, outre son architecture révolutionnaire, est également écologique. Les 79 éoliennes horizontales, installées entre chaque étage, produiront l'énergie nécessaire aux résidents et peuvent même fournir les voisins du quartier en électricité. Début des travaux fin 2008 pour une prévue ouverture en 2010. Les appartements (de 125 m2 à 1 200 m2) seront commercialisés à 30 000 dollars/m2[24].

Annoncé en octobre 2008 par la société britannique Atkins, Anara Tower est un gratte-ciel de plus de 600 mètres de haut et de 125 étages. Cet édifice sans commune mesure abritera bureaux, boutiques, un hôtel de luxe de 250 chambres, 300 appartements, une galerie d'art et une salle de vente aux enchères. Des jardins suspendus seront intégrés aux 27 étages. Il sera surmonté d'un grand cercle vide, au cœur duquel se situera une capsule de verre soutenue par 3 branches, donnant visuellement l'impression d'une énorme éolienne. Début des travaux fin 2009 pour une ouverture en 2015[25].

Fin 2009, la dette totale de Dubaï était estimée entre 80 milliards et 90 milliards de dollars, dont 70 milliards de dollars à la charge des compagnies publiques. À lui seul, Dubaï World totalise 59 milliards de dollars de ce montant. Le pays a demandé un moratoire, très mal vu par les agences de notation[26].

Exposition universelle de 2020[modifier | modifier le code]

Article principal : Exposition universelle de 2020.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue de Dubaï sous les nuages depuis la Burj Khalifa

La Burj Khalifa, avec ses 164 étages et 828 m, est la plus haute tour du monde.

La Burj-Al-Arab, qui est l’hôtel le plus luxueux au monde,avec ses sept étoiles.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Terme recommandé par la Commission générale de terminologie et de néologie, et publié au Journal officiel de la République française le 24 septembre 2008. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000019509867&dateTexte=
  2. a, b et c Historic population statistics
  3. Historic population statistics
  4. Historic population statistics
  5. Historic population statistics
  6. Historic population statistics
  7. Historic population statistics
  8. a et b Historic population statistics
  9. a et b La conscience écologique naissante des Emirats
  10. Lavergne M., « Dubaï, utile ou futile ? Portrait d’une ville rêvée à l’heure de la crise », Hérodote 2009/2, n° 133, p. 32-57., p. 34 (note de bas de page), [lire en ligne]
  11. Jim Krane (2010), City of Gold. Dubai and the Dream of Capitalism, Picador, St Martin's Press, New York, p. 13
  12. Jim Krane (2010), op. cit., p. 17
  13. Jim Krane (2010), op. cit., p. 18
  14. Batiactu- info, emploi, moteur de recherche BTP & immobilier
  15. Dubai HealthCare City Official Website
  16. (fr) Reportage de l'émission télévisée Envoyé spécial
  17. (en) Conditions of Dubai's immigrant workers highlighted
  18. Al Burj: Al Burj location
  19. World record Al Burj looking for new home - Construction & Industry - ArabianBusiness.com
  20. Après le monde, Dubaï s'offre l'univers sur batiactu
  21. Le Moniteur N°5473 du 17 octobre 2008 page 13
  22. Une société de Dubaï envisage la construction d’une tour de 1 200 m (en anglais)
  23. Reuters, Dubai's Nakheel stops work on 1-km tower for a year http://www.reuters.com/article/rbssFinancialServicesAndRealEstateNews/idUSLE18816220090114
  24. Le Moniteur N° 5460 du 18 juillet 2008 page 9
  25. La tour Anara, un gratte-ciel géant de 125 étages.
  26. « La dette de Dubaï sème un vent de panique sur les Bourses », sur France 24 (consulté le 27 novembre 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mike Davis, Le Stade Dubaï du capitalisme, Paris : Les Prairies ordinaires, 2007 (recension sur EspacesTemps.net)
  • F. Heard-Bey, Les Émirats arabes unis, Paris : Karthala, 1999
  • Jim Krane, City of Gold. Dubai and the Dream of Capitalism, New York : Picador, St Martin's Press, 2010
  • Marc Lavergne, Dubaï, utile ou futile ? Portrait d’une ville rêvée à l’heure de la crise, in: Hérodote 2009/2, n° 133, p. 32-57., [lire en ligne]
  • Nabil Malek, Dubaï, La rançon du succès, Editions Amalthée, 2011
  • Christophe Masson, Lost in Dubaï, roman, Éditions Baudelaire, 2011
  • Jean-Manuel Traimond, Sourates pour Dubaï, Lyon : Atelier de création libertaire, 2010