Claude Anet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Claude Anet
Claude Anet
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 28 mai 1868
Drapeau : Suisse Morges
Décès 9 janvier 1931 (à 62 ans)
Drapeau : France Paris
Palmarès
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple - V(1) - -

Claude Anet, né Jean Schopfer (Morges (Suisse), 28 mai 1868Paris, 9 janvier 1931), est un écrivain français, journaliste et joueur de tennis, vainqueur en 1892 du championnat de France international de tennis (Roland-Garros). Romancier, il est l'auteur de Ariane, jeune fille russe et de Mayerling, tous deux plusieurs fois adaptés au cinéma.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Schopfer naît à Morges, en 1868, d'une famille française, protestante, exilée en Suisse depuis deux siècles. Il est licencié ès lettres et diplômé de l'École du Louvre.

Passionné de sport, il est, en 1892, champion de France de tennis, premier joueur à avoir remporté le championnat de France international de tennis, qui deviendra plus tard le tournoi de Roland-Garros. Il est à nouveau finaliste en 1893. Il a consacré un ouvrage à la vedette de ce sport, Suzanne Lenglen (Éd. Simon Kra, 1927).

Grand voyageur, Schopfer parlait plusieurs langues, le russe, l'anglais, un allemand composite, un peu de persan.

Au début du XXe siècle, il adopte le nom de plume « Claude Anet », nom du rival du jeune Jean-Jacques Rousseau dans le cœur de Mme de Warens. Il écrit des livres de voyage, des romans, du théâtre. Il est aussi reporter pour le Temps et Le Petit Parisien[1]. En 1917, il assiste à la Révolution russe en tant que correspondant à Saint-Pétersbourg du Journal.

Il est l'auteur de plusieurs romans, dont, en 1920, Ariane, jeune fille russe[1], adapté à plusieurs reprises au cinéma, notamment par Billy Wilder (Ariane, 1957). Un an avant sa mort, en 1930, il publie Mayerling, qui fera lui aussi l'objet d'adaptations filmées (1936 et 1968).

Après le tennis, il pratiqua le golf, et prédisait le croquet pour ses vieux jours. Mais il meurt d'une septicémie généralisée le 9 janvier 1931 à Paris, à 62 ans[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Claude Anet en 1931
  • Voyage idéal en Italie (1899)
  • Petite Ville (1901)
  • Les Bergeries (1904)
  • Les Roses d'Ispahan - La Perse en Automobile, à travers la Russie et le Caucase (1906)
  • La Révolution russe, chroniques 1917-1920
  • Ariane, jeune fille russe (1920)
  • Omar Khayyam, Les 144 quatrains d'Omar Khayyam, traduits littéralement par Claude Anet et Mirza Muhammad
  • Quand la terre trembla (1921)
  • Notes sur l'amour (1922)
  • Feuilles persanes (1924)
  • Mademoiselle Bourrat ; La Fille perdue; théâtre (1924)
  • La Fin d'un monde (1925)
  • Adolescence (1925)
  • La Perse et l'esprit persan (1925)
  • La Rive d'Asie (1927)
  • Madame de Sées (1927)
  • Suzanne Lenglen (1927)
  • L'Amour en Russie (1930)
  • Mayerling (1930)

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Yves Martin, « Mayerling », sur Imda.net, Revue Le Matricule des Anges, no 17,‎ sept 1996 (consulté le 13/03/2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]