Lucas Pouille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pouille (homonymie).
Lucas Pouille
Lucas Pouille
Lucas Pouille à Wimbledon en 2014.
Carrière professionnelle
2013
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance 23 février 1994 (21 ans)
Grande-Synthe, Nord
Taille / poids 1,85 m (6 1) / 81 kg (178 lb)
Prise de raquette Droitier
Entraîneur Emmanuel Planque
Gains en tournois 357 129 $
Palmarès
En simple
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 108e (13/04/2015)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 800e (23/02/2015)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/64 1/32 - -
Double - 1/32 - -

Lucas Pouille, né le 23 février 1994 d’un père français et d’une mère finlandaise à Grande-Synthe dans le Nord, en France, est un joueur de tennis français, professionnel depuis 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lucas Pouille est né le 23 février 1994 à Grande-Synthe dans le Nord d'un père français et d'une mère finlandaise, il a également deux frères[1],[2]. Durant sa carrière junior, il obtient son bac ES[3].

Style[modifier | modifier le code]

Lucas Pouille se définit comme étant un « puncheur de fond de court » ayant un premier service rapide, plus à l'aise au fond du court qu'au filet[3]. Son coup fort est le coup droit, plus performant que son revers ou sa mise en jeu[4]. Pour Arnaud Di Pasquale en 2014, Pouille a comme qualité principale sa frappe de balle des deux côtés et le considère comme étant un joueur concentré sur sa carrière. Il considère que ses points faibles sont ses aptitudes physiques ainsi que son aptitude à terminer les points au filet[5]. Patrice Hagelauer, directeur technique national, le considère comme étant « très complet[4] ». Préférant jouer sur dur, Pouille a Roger Federer comme modèle[1],[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Lucas Pouille fait ses débuts en tennis à l'âge de huit ans[1] au club de tennis de Loon-Plage. Trois ans après, il intègre le programme d'entraînement de la fédération française en passant trois ans au pôle de Poitiers puis trois ans à l'INSEP[4]. Champion de France des 13/14 ans en 2008[2], il débute sa carrière en professionnel en participant aux qualifications du Challenger de Saint-Brieuc en 2010. Il atteint également cette année-là le deuxième tour de Roland-Garros junior[2]. En 2011, il est battu en quart de finale de l'Open d'Australie junior par Luke Saville qui le bat également au second tour du même tournoi l'année suivante. Ne pouvant disputer Roland-Garros junior en raison d'une blessure[3], il termine alors son parcours en junior à la 23e place. En 2012, il évolue surtout sur le circuit Future et remporte les tournois F13 et F14 de Mérida[6] et atteint la finale à Båstad et à Sokobanja.

Pour sa première participation en Grand Chelem, il est battu au deuxième tour de qualification à l'Open d'Australie 2013 par Ruben Bemelmans. Il obtient une invitation pour jouer à Montpellier et à Marseille. Il est battu au premier tour par respectivement Viktor Troicki (7-6, 6-3) et Julien Benneteau (7-6, 6-3). Il atteint ensuite la finale au Future de Bạc Liêu et remporte celui de Hô Chi Minh[7]. Il participe aux quarts de finale du Challenger de Samarcande, battu par Pere Riba. Il reçoit une wild card pour le tournoi de Roland-Garros. Il parvient au second tour en battant l'Américain Alex Kuznetsov (en) (6-1, 7-62, 6-2) pour son troisième match dans un tableau principal ATP[4]. Il y affronte le Bulgare Grigor Dimitrov et est battu en 3 sets (6-1, 7-6, 6-1). Il bat ensuite en octobre un joueur membre du top 100, Evgeny Donskoy, lors d'un tournoi Challenger[8].

Lucas Pouille reçoit en décembre 2013 une invitation pour disputer le simple de l'Open d'Australie 2014. Pour préparer cette saison, il effectue notamment une semaine d'entraînement en Suisse avec Stanislas Wawrinka, membre du top 10 mondial[9]. Le Français est battu en quatre sets au premier tour de l'Open d'Australie par Dušan Lajović[10]. Après trois quarts de finale en Challenger en début de saison[11], il perd de nouveau à ce stade au Challenger de Cherbourg. Il atteint la 173e place mondiale au sortir de ce tournoi. Il est blessé aux abdominaux durant les mois de mars et avril[12].

Sorti victorieux des qualifications à l'Open de Nice, il perd d'entrée en trois sets face à Paul-Henri Mathieu.

À nouveau invité à Roland-Garros en 2014, Lucas Pouille est battu en trois sets par Juan Mónaco au premier tour[13].

Blessé au poignet[12], Lucas Pouille est absent des courts de juillet à septembre 2014, mais il signe son retour avec deux performances, une demi-finale au Challenger de Szczecin suivie la semaine suivante de sa première finale Challenger à Meknès perdue face à Kimmer Coppejans. Durant cette semaine, il bat notamment son deuxième top 100, l'Espagnol Pablo Carreño-Busta, 63e au classement ATP.

Lucas Pouille intègre pour la première fois le tableau principal d'un Masters 1000 lors du Masters de Paris-Bercy après avoir battu Steve Johnson et Jarkko Nieminen en qualifications[14]. Il passe le premier tour au bénéfice d'une victoire en deux sets sur le Croate Ivo Karlović, alors no 27 mondial, ce qu'il décrit comme « sa plus belle victoire »[15],[16]. Il bat au tour suivant le no 20 mondial Fabio Fognini (7-6, 7-6), avant d'être éliminé par Roger Federer en huitièmes de finale (4-6, 4-6)[17],[18]. Au cours de ce tournoi, son entraîneur met en avant les progrès de Pouille dans son engagement et son placement, ce qui améliore son efficacité[12]. Il termine l'année par une défaite contre Tobias Kamke en quart de finale du Challenger de Mouilleron-le-Captif.

Pouille est à nouveau invité à disputer le simple de l'Open d'Australie 2015[19]. Commençant la tournée australienne par une élimination au premier tour des qualifications à Brisbane, il est ensuite battu par Jiří Veselý au dernier tour des qualifications à Auckland. Il bénéficie cependant du forfait de Tommy Robredo pour intégrer le tableau final comme lucky loser[20]. Commençant son tournoi en huitièmes de finale, il atteint la demi-finale où il est battu par Adrian Mannarino (6-4, 3-6, 7-5), lui-même dominé en finale par Jiří Veselý. Ce tournoi lui permet d'atteindre son meilleur classement mondial, 117e[21]. Affrontant Gaël Monfils au premier tour de l'Open d'Australie, il mène deux sets à zéro avant de s'incliner au cinquième set[22].

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2013 2e tour (1/32) Drapeau : Bulgarie G. Dimitrov
2014 1er tour (1/64) Drapeau : Serbie D. Lajović 1er tour (1/64) Drapeau : Argentine J. Mónaco
2015 1er tour (1/64) Drapeau : France G. Monfils
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open
2013 1er tour (1/32)
Drapeau : France P-H. Mathieu
Drapeau : Italie A. Seppi
Drapeau : Serbie V. Troicki
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.


Parcours dans les Masters 1000[modifier | modifier le code]

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Madrid Rome Canada Cincinnati Shanghai Paris
2014 1/8 de finale
Drapeau : Suisse R. Federer
2015 2e tour
Drapeau : Espagne R.Nadal
  • En dessous du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Lucas Pouille », sur atpworldtour.com (consulté le 21 juin 2013)
  2. a, b, c et d « Lucas Pouille, premier bal », sur lequipe.fr,‎ 2 juin 2010
  3. a, b et c Arnaud Marchais, « De la graine de champion », sur sudouest.fr,‎ 4 août 2012
  4. a, b, c et d Clément Daniez, « Roland-Garros: Lucas Pouille, le petit Français qui monte », sur lexpress.fr,‎ 29 mai 2013
  5. Thierry Tazé-Bernard, « Ils seront l'équipe de France de Coupe Davis en 2020 », sur francetvsport.fr,‎ 22 novembre 2014
  6. « Pouille réalise le doublé », sur eurosport.fr,‎ 19 novembre 2012
  7. « Une semaine en bleu : Pouille engrange », sur fft.fr,‎ 15 avril 2013
  8. « Pouille en 1/2 finale », sur eurosport.fr,‎ 25 octobre 2013
  9. « Pouille du côté de chez Stan », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 11 décembre 2013
  10. « Pouille éliminé », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 14 janvier 2014
  11. Rémi Cap-Vert, « Cherbourg - Pouille peut en profiter », sur welovetennis.fr,‎ 26 février 2014
  12. a, b et c David Delporte, « Tennis - Bercy : avec Lucas Pouille, « on a de grandes ambitions » », sur lavoixdunord.fr, La Voix du Nord,‎ 28 octobre 2014
  13. « Roland-Garros : Lucas Pouille surclassé », sur sport365.fr,‎ 27 mai 2014
  14. « Lucas Pouille qualifé », sur lefigaro.fr,‎ 26 octobre 2014 (consulté le 28 octobre 2014).
  15. « Pouille : «Ma plus belle victoire» », sur lefigaro.fr,‎ 28 octobre 2014 (consulté le 28 octobre 2014)
  16. « Pouille poursuit sa route », sur lequipe.fr,‎ 28 octobre 2014 (consulté le 29 octobre 2014)
  17. « Pouille défiera Federer », sur lefigaro.fr,‎ 29 octobre 2014 (consulté le 29 octobre 2014)
  18. Loïc Tanzi, « Masters 1000 Paris Bercy : Lucas Pouille en huitièmes, Gasquet et Benneteau éliminés », sur eurosport.fr,‎ 29 octobre 2014 (consulté le 29 octobre 2014 )
  19. « Lucas Pouille et Océane Dodin invités à l'Open d'Australie », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 12 décembre 2014
  20. « Adrian Mannarino et Lucas Pouille en quarts de finale », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 14 janvier 2015
  21. Fabien Mulot, « Viktor Troicki, la folle remontée », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 18 janvier 2015
  22. Julien Giovanella, « Un Gaël Monfils aux deux visages », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎ 20 janvier 2015

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :