José Higueras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
José Higueras
José Higueras
Carrière professionnelle
1973 – 1986
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagne
Naissance 28 février 1953 (61 ans)
Drapeau : Espagne Diezma
Taille / poids 1,77 m (5 10) / 75 kg (165 lb)
Prise de raquette Droitier
Gains en tournois 1 406 355 $
Palmarès
En simple
Titres 16
Finales perdues 12
Meilleur classement 6e (13/06/1983)
En double
Titres 3
Finales perdues 2
Meilleur classement 169e (03/01/1983)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple - 1/2 1/32 1/8
Double - F(1) 1/16 1/16
Titres par équipe nationale
World Team Cup 2 (1978, 1983)

José Higueras, né le 28 février 1953 à Grenade, est un ancien joueur de tennis professionnel espagnol devenu entraîneur.

Il a été en 2008 l'entraîneur de Roger Federer.

Carrière[modifier | modifier le code]

Grand spécialiste de la terre battue comme beaucoup d'Espagnols, il a atteint les demi-finales des Internationaux de France de tennis à deux reprises, en 1982 (battu par Guillermo Vilas) et en 1983 (battu par Mats Wilander). Il a remporté 16 tournois en simple durant sa carrière, parmi lesquels deux fois le tournoi de Hambourg en 1979 et 1982. Il a également gagné la première World Team Cup avec l'Espagne en 1978. Il fut 6e mondial en 1983, sa meilleure année.

Lors d'un match contre John McEnroe à Roland-Garros en 1984, il demanda à genoux à l'arbitre de donner un point à son adversaire qui apostrophait l'arbitre, les spectateurs et les cadreurs à propos d'une balle litigieuse[1].

Après la fin de sa carrière de joueur, José Higueras devient un entraîneur à succès. Il entraine notamment Jim Courier, Pete Sampras et, plus récemment, le Russe Dmitri Toursounov et l'Argentin Guillermo Coria. Il avait notamment mené Michael Chang, alors âgé de 17 ans, au titre de Roland-Garros en 1989.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Titres en simple (16)[modifier | modifier le code]

Finales en simple (12)[modifier | modifier le code]

Titres en double (3)[modifier | modifier le code]

Finales en double (2)[modifier | modifier le code]

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open Open d'Australie
1974 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis M. Riessen 2e tour (1/32) Drapeau : Australie K. Warwick n.o.
1975 1er tour (1/64) Drapeau : États-Unis J. Andrews 3e tour (1/16) Drapeau : États-Unis E. Dibbs n.o.
1976 3e tour (1/16) Drapeau : France F. Jauffret 2e tour (1/32) Drapeau : Pays-Bas T. Okker n.o.
1977 1/4 de finale Drapeau : Australie P. Dent 1/8 de finale Drapeau : Argentine G. Vilas
1978 n.o. 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis B. Teacher
1979 n.o. 1/4 de finale Drapeau : États-Unis V. Gerulaitis 2e tour (1/32) Drapeau : États-Unis J. Sadri
1980 n.o. 1er tour (1/64) Drapeau : Australie P. McNamara
1981 n.o. 1er tour (1/64) Drapeau : France T. Tulasne
1982 n.o. 1/2 finale Drapeau : Argentine G. Vilas
1983 n.o. 1/2 finale Drapeau : Suède M. Wilander 2e tour (1/32) Drapeau : Royaume-Uni J. Lloyd
1984 n.o. 1/8 de finale Drapeau : États-Unis J. McEnroe
1985 n.o. 2e tour (1/32) Drapeau : Suède A. Järryd
  • À droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Roland-Garros Wimbledon US Open Open d'Australie
1974 1/8 de finale
Drapeau : Espagne E. Mandarino
Drapeau : États-Unis R. Lutz
Drapeau : États-Unis S. Smith
2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne M. Orantes
Drapeau : États-Unis V. Gerulaitis
Drapeau : États-Unis S. Mayer
n.o.
1975 2e tour (1/16)
Drapeau : Espagne A. Muñoz
Drapeau : Pays-Bas T. Okker
Drapeau : États-Unis M. Riessen
n.o.
1976 n.o.
1977 1er tour (1/32)
Drapeau : France J-F. Caujolle
Drapeau : Argentine R. Cano
Drapeau : Chili B. Prajoux
1978 n.o. Finale
Drapeau : Espagne M. Orantes
Drapeau : États-Unis G. Mayer
Drapeau : États-Unis H. Pfister
  • En dessous du résultat se trouve le nom du partenaire. À droite se trouvent les noms des ultimes adversaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vidéo sur le site de l'INA.

Liens externes[modifier | modifier le code]