Usain Bolt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bolt.
Usain Bolt Portail athlétisme
Usain Bolt Moscow 2013.jpg
Usain Bolt lors des championnats du monde 2013 à Moscou.
Informations
Disciplines 100 m, 200 m, 4 × 100 m
Période d'activité Depuis 2001
Nationalité Drapeau : Jamaïque Jamaïcaine
Naissance 21 août 1986 (28 ans)
Lieu Paroisse de Trelawny
Taille 1,95 m (6 5)[1]' [2]
Poids 94 kg (207 lb)
Surnom « Lightning Bolt », « La Foudre », « L'Éclair », « L'Extraterrestre », « Solo Boy »
Club Racers Track Club
Entraîneur Fitz Coleman
Glen Mills
Records
• A battu depuis le début de sa carrière huit records du monde séniors (3 sur 100 m, 2 sur 200 m et 3 sur 4 × 100 m)
• Détient ou codétient actuellement trois records du monde : 100 m (9 s 58), 200 m (19 s 19) et relais 4 × 100 m (36 s 84)[3]
• Détenteur sur 200 m du record du monde junior (19 s 93) et de la meilleure performance cadet (20 s 13).
Distinctions
• Trophée IAAF de l'athlète de l'année en 2008, 2009, 2011, 2012 et 2013
• Trophée Track and Field de l'athlète de l'année en 2008 et 2009
Palmarès
Jeux olympiques 6 - -
Championnats du monde 8 2 -
Jeux du Commonwealth 1 - -

Usain St. Leo Bolt (né le 21 août 1986 dans la paroisse de Trelawny) est un athlète jamaïcain, spécialiste du sprint, sextuple champion olympique et huit fois champion du monde, détenteur de trois records du monde : 100 m (9 s 58), 200 m (19 s 19) et 4 × 100 m (36 s 84). Il est le premier athlète à avoir conservé ses titres olympiques du 100 m, du 200 m et du relais 4 × 100 m, de Pékin les 16, 20 et 22 août 2008, à Londres les 5, 9 et 11 août 2012, et le premier olympien à avoir remporté quatre médailles d'or individuelles et six en tout dans les épreuves de sprint en athlétisme. Il devient à ce titre l'un des plus grands sprinteurs de tous les temps, se qualifiant lui-même de « légende »[4]. Il est également, l'athlète le plus décoré des championnats du monde d'athlétisme, totalisant, après ceux de Moscou 2013, huit médailles d'or et deux en argent.

Ses records du 100 et du 200 m datent des Championnats du monde de Berlin, respectivement les 16 et 20 août 2009, alors que celui du relais 4 × 100 m a été établi lors des Jeux olympiques de Londres le 11 août 2012. Aux Jeux olympiques de Pékin, Bolt avait établi les deux précédents records du monde du 100 m (9 s 69) et du 200 m (19 s 30), tous deux améliorés de onze centièmes de seconde à Berlin, un écart exceptionnel.

À Pékin, il est devenu le premier athlète masculin à gagner ces trois épreuves aux cours des mêmes Jeux olympiques depuis Carl Lewis en 1984, et le premier coureur de l'histoire à établir les records du monde dans ces trois disciplines lors des mêmes Jeux. Il a répété le même triplé à Londres. Son nom et ses performances en sprint lui ont valu le surnom de « Lightning Bolt » (« l'Éclair », ou « la Foudre »)[2]. C'est le premier sprinter à améliorer trois fois de suite le record du monde du 100 m et à obtenir la plus nette amélioration du record depuis le passage au chronométrage électronique, en 1968[Note 1].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Usain Bolt est né le 21 août 1986 à Sherwood Content[5], un lieu-dit situé dans la paroisse de Trelawny, en Jamaïque. Il y passe son enfance avec ses parents, Jennifer et Wellesley Bolt, gérants de l'épicerie locale, son frère Sadeeki et sa sœur Sherine[6]. Il commence à pratiquer l'athlétisme à l'école primaire alors qu'il s'intéresse plutôt au cricket et au football. À douze ans, il concourt pour la paroisse de Trelawny lors de la rencontre annuelle nationale des écoles primaires. Voyant en lui un prodige des pistes, son entraîneur de cricket le convainc de poursuivre l'athlétisme. La même année, il entre alors au lycée William Knibb où il est pris en main par Pablo McNeil, ancien spécialiste jamaïcain du 100 mètres, et par Dwayne Barrett qui l'encouragent à améliorer ses capacités athlétiques[7]. Cette école a une histoire remplie de très bons résultats en athlétisme notamment par l'intermédiaire de Michael Green, un ancien étudiant[2].

Carrière d'athlète[modifier | modifier le code]

Débuts prometteurs (2001-2004)[modifier | modifier le code]

Ce n'est que lors de sa troisième année au lycée en 2001 qu'il remporte sa première médaille en terminant deuxième des championnats nationaux lycéens sur 200 m en 22,04 s. Il n'a alors que 14 ans. Peu après, les spectateurs de la Barbade, pays hôte des Jeux de la CARIFTA — les championnats régionaux juniors de la Caraïbe — le voient remporter deux médailles d'argent, une sur 400 m en établissant un nouveau record personnel avec 48 s 28 et une autre sur le 200 m (21 s 81). Plus tard dans l'année, il participe aux Championnats du monde d'athlétisme de la jeunesse sur 200 m, à Debrecen en Hongrie. Cependant, il ne passe pas le cap des demi-finales bien qu'il ait abaissé son record personnel à 21 s 73[2]. Sur les conseils de Percival James Patterson, ancien premier ministre de Jamaïque, Bolt intègre le giron fédéral de la Fédération jamaïcaine d'athlétisme (JAAA) et s'entraîne désormais à l'Université des Indes occidentales à Kingston [8].

En début de saison 2002, Usain Bolt remporte les titres du 200 et du 400 m des Jeux de la CARIFTA de Nassau, puis récidive en juillet lors des Championnats juniors d'Amérique centrale et des Caraïbes de Bridgetown où il descend pour la première fois de sa carrière sous les 21 secondes sur 200 m (20 s 61). Aux Championnats du monde junior disputés sur ses terres jamaïcaines, il devient à 15 ans et 332 jours, le plus jeune champion du monde junior de l'histoire du 200 mètres dans un temps de 20 s 61[9]. Aligné également dans les deux épreuves de relais (4 × 100 m et 4 × 400 m), il remporte avec ses coéquipiers deux médailles d'argent assorties de deux nouveaux records nationaux juniors[10].

En avril 2003, âgé alors de 16 ans, il réalise 20 s 25 sur 200 m et 45 s 35 sur 400 m lors des championnats scolaires jamaïcains de Kingston, puis remporte peu après ces deux épreuves lors des Jeux de la CARIFTA. Participant au mois de juillet aux Championnats du monde de la jeunesse de Sherbrooke, il remporte le 200 m avec le temps de 20 s 40 en dépit d'un vent de face de 1,1 m/s, reléguant le deuxième de la course à plus de six dixièmes de seconde[11]. Une semaine plus tard, il s'impose en finale des Championnats panaméricains juniors de Bridgetown en établissant en 20 s 13 une nouvelle meilleure performance mondiale jeunesse (un équivalent record du monde cadet). Cette performance suscite un intérêt de la presse mondiale qui voit en lui un possible successeur de Michael Johnson, l'Américain n'ayant réussi à atteindre les performances du Jamaïcain qu'à l'âge de vingt ans. Pour la seconde année consécutive, Bolt est désigné par l'IAAF « étoile montante masculine » dans le cadre de la remise du trophée de l'athlète de l'année.

Le Jamaïcain passe professionnel en 2004. Entraîné désormais par Fitz Coleman, il remporte en avril le 200 mètres des Jeux de la CARIFTA à Hamilton (Bermudes), établissant en 19 s 93 un nouveau record du monde junior[3]. Il bat ainsi la précédente marque de l'Américain Lorenzo Daniel de 20 s 07. Il devient également le premier et le seul junior à avoir couru le 200 m en moins de 20 secondes. En mai, une blessure à la cuisse empêche Bolt de participer aux Championnats du monde junior de Grosseto, compétition qu'il a remportée deux ans auparavant[12]. Sélectionné à dix-sept ans pour ses premiers Jeux olympiques, à Athènes, il ressent de nouvelles douleurs à la cuisse et est éliminé dès le premier tour du 200 m avec le temps de 21 s 05[13]. Il refuse plusieurs offres de bourses d'universités américaines, préférant continuer à s'entraîner à l'Université de technologie de la Jamaïque à Kingston.

La confirmation (2005-2007)[modifier | modifier le code]

En début de saison 2005, Usain Bolt rejoint le groupe d'entraînement de Glen Mills composé par ailleurs de Kim Collins et de Dwain Chambers. Auteur de 20 s 14 à Kingston pour sa deuxième course de l'année, il remporte sans réelle opposition, le 11 juin, le 200 m du meeting de New York, avant de s'aligner sur cette distance aux championnats de Jamaïque, sélectifs pour les Mondiaux d'Helsinki. À Kingston, le 26 juin, il gagne le titre national en 20 s 27. Le 10 juillet, il se rapproche de son record du monde en remportant le titre senior des Championnats d'Amérique centrale et des Caraïbes à Nassau en 20 s 03. Il est déjà à l'époque surnommé « Lightning Bolt » par les observateurs[14]. Quelques jours plus tard, il termine deuxième derrière Wallace Spearmon au meeting de Crystal Palace Londres, signant sa meilleure performance de la saison en 19 s 99 (dans le même centième que Tyson Gay) à seulement six centièmes de son record personnel[15]. Pourtant, lors des Championnats du monde d'Helsinki, il ne termine que huitième, victime d'ennuis physiques en 26 s 27[16].

Usain Bolt termine deuxième du 200 m des mondiaux d'Osaka 2007 derrière Tyson Gay.

En mars 2006, Usain Bolt renonce à participer aux Jeux du Commonwealth après une blessure aux ischio-jambiers contractée lors d'un entraînement[17]. Il fait un retour convaincant en remportant fin avril le 200 m du meeting de Fort-de-France en 20 s 08. Durant l'été, le Jamaïcain descend pour la première fois de la saison sous la barrière des vingt secondes en se classant troisième du meeting de Lausanne avec le temps de 19 s 88. Deuxième à Zürich, il remporte le meeting de Zagreb en 20 s 49, avant de se classer troisième de la finale mondiale de l'athlétisme de Stuttgart en 20 s 10, derrière les Américains Tyson Gay et Wallace Spearmon. Sélectionné dans l'équipe des Amériques lors de la Coupe du monde des nations d'Athènes, Bolt se classe deuxième du 200 m en 19 s 96, devancé une nouvelle fois par Wallace Spearmon.

Désireux de se lancer sur 100 m, Usain Bolt doit battre le record de Jamaïque du 200 m — établi par Don Quarrie en 1971 avec 19 s 86 — pour que son entraîneur, Glen Mills, l'autorise à s'aligner sur la distance reine du sprint[18]. Aux championnats nationaux, le 24 juin 2007, il court le 200 m en 19 s 75, battant ainsi le vieux record de son prédécesseur jamaïcain et établissant son meilleur temps de l'année sur 200 m. Cette performance lui permet de se qualifier pour les Championnats du monde. Il dispute avant ce rendez-vous mondial quelques meetings européens, signant successivement 20 s 11 à Lausanne, 20 s 08 à Sheffield et 20 s 06 au meeting londonien de Crystal Palace.

À Osaka, Bolt se qualifie aisément pour la finale, sa deuxième consécutive après sa huitième place obtenue lors des mondiaux d'Helsinki deux ans plus tôt. Le 30 août 2007, il termine deuxième du 200 m en 19 s 91[19], loin derrière l'Américain Tyson Gay (19 s 76), vainqueur également du 100 m quelques jours plus tôt. Aligné par ailleurs dans l'épreuve du relais 4 × 100 mètres, le Jamaïcain, associé à Marvin Anderson, Nesta Carter et Asafa Powell, établissent en finale un nouveau record national en 37 s 89 et remportent la médaille d'argent derrière l'équipe des États-Unis[20].

L'année des exploits (2008)[modifier | modifier le code]

Premier record du monde du 100 mètres[modifier | modifier le code]

Spécialisé jusqu'à présent dans le 200 m, Usain Bolt intègre l'épreuve du 100 m au programme de sa saison 2008 marquée par les Jeux olympiques de Pékin. Le 8 mars, à Spanish Town, courant la distance pour la deuxième fois de sa carrière seulement, il établit le temps de 10 s 03. Le 3 mai, il améliore considérablement son record personnel en s'adjugeant en 9 s 76 (vent favorable de 1,8 m/s) la deuxième meilleure performance de tous les temps sur 100 m lors de la Jamaica International Invitational. Le record du monde est alors détenu par son compatriote Asafa Powell en 9 s 74.

Le 31 mai, lors du Meeting de New-York, Usain Bolt établit un nouveau record du monde du 100 m en 9 s 72[21] (vent positif de 1,7 m/s) pour son cinquième 100 m seulement, reléguant le champion du monde en titre sur la distance, Tyson Gay, à plus d'un dixième de seconde (deuxième en 9 s 85)[22]. Il améliore de deux centièmes de seconde l'ancienne meilleure marque mondiale détenue par Asafa Powell depuis le 9 septembre 2007 et devient le neuvième recordman du monde de la discipline depuis l'apparition du chronométrage électrique en 1968[23]. Le 13 juillet, Bolt remporte le 200 m du meeting d'Athènes en réalisant en 19 s 67[24] la meilleure performance de l'année ainsi qu'un nouveau record continental de la discipline.

Triplé aux Jeux olympiques de Pékin[modifier | modifier le code]

Usain Bolt après sa victoire et son deuxième record du monde sur 100 m le 16 août 2008 aux Jeux olympiques de Pékin.

Début août, Usain Bolt annonce sa participation aux deux épreuves de sprint des Jeux olympiques de Pékin[25]. Qualifié aisément pour la finale olympique du 100 m, en respectivement 9 s 92 en quart de finale et 9 s 85 en demi-finale, il participe le 16 août à sa première finale olympique sur l'épreuve-reine de l'athlétisme. Situé au couloir no 4, Bolt remporte le titre olympique et bat son propre record du monde avec un temps de 9 s 69 (vent nul), en relâchant son effort à une vingtaine de mètres de l'arrivée[26]. Devançant au classement final le Trinidadien Richard Thompson (9 s 89) et l'Américain Walter Dix (9 s 91)[27], Bolt devient le premier athlète de Jamaïque à remporter le titre olympique du 100 m. Une étude de physiciens scandinaves parue quelques semaines plus tard dans le New Scientist rapporte que si Bolt n'avait pas écarté les bras à 20 m de ligne, la passant juste après s'être frappé la poitrine du poing, son temps aurait été de 9 s 61 au pire et de 9 s 55 au mieux[28].

Le 20 août, Usain Bolt dispute la finale du 200 m après s'être imposé lors de sa demi-finale en 20 s 09. Il remporte une nouvelle médaille d'or avec le temps de 19 s 30 (vent défavorable de 0,9 m/s) devant Shawn Crawford et Walter Dix, améliorant de deux centièmes de secondes le précédent record du monde de l'Américain Michael Johnson, détenteur de la meilleure performance planétaire en 19 s 32 depuis les Jeux d'Atlanta de 1996. Premier athlète à battre les deux records du monde du sprint court au cours des mêmes Jeux olympiques[29], Bolt devient également le premier athlète à réussir le doublé 100 m/200 m depuis Carl Lewis aux Jeux de Los Angeles de 1984[30]. Il est le deuxième athlète après Don Quarrie — et le premier depuis l'introduction du chronométrage électronique le 1er janvier 1975 — à posséder simultanément les records du monde des 100 et 200 m[31],[32].

Le 22 août, il conclut ses Jeux olympiques en remportant, en tant que troisième relayeur, la médaille d'or du relais 4 × 100 mètres en compagnie de ses compatriotes Nesta Carter, Michael Frater et Asafa Powell. L'équipe de Jamaïque, qui devance largement Trinité-et-Tobago (38 s 06) et le Japon (38 s 15), améliore de trois dixièmes de seconde le record du monde de la discipline dans le temps de 37 s 10[33]. L'ancien record, 37 s 40, était détenu par les Américains depuis 1992 (égalé en 1993).

Le Jamaïcain dispute trois courses en fin de saison 2008. Il s'impose tout d'abord le 29 août lors du meeting Golden League de Zürich en 9 s 83, avant de remporter le 2 septembre le 200 m du meeting de Lausanne avec le temps de 19 s 63, soit la quatrième meilleure performance de tous les temps sur la distance[34]. Pour son ultime compétition de l'année, il est confronté pour la première fois depuis Pékin à Asafa Powell, à l'occasion du 100 m du Mémorial Van Damme de Bruxelles. Bolt remporte la course en 9 s 77, devançant son compatriote de six centièmes de seconde[35]. Le 23 novembre, il reçoit de la part de l'IAAF le trophée de l'athlète masculin de l'année[36].

Des records exceptionnels à Berlin (2009)[modifier | modifier le code]

Usain Bolt après sa victoire sur 100 m lors des Championnats du monde de Berlin, le 16 août 2009.

Usain Bolt fait son retour sur les pistes d'athlétisme le 21 avril 2009 à Kingston, en choisissant de s'aligner sur 400 mètres afin d'améliorer sa pointe de vitesse. Il remporte ses deux courses en respectivement 46 s 35 et 45 s 54[37]. Victime d'un accident de la route le 30 avril en Jamaïque, il subit des blessures superficielles à la jambe mais décide néanmoins d'annuler sa participation au meeting de Kingston prévu trois jours plus tard[38]. Le 17 mai, Bolt s'aligne lors d'une course exhibition sur 150 m disputée en ligne droite dans les rues de Manchester. Il signe en 14 s 35 le meilleur temps jamais réalisée sur la distance[39]. Le 17 juin 2009, Usain Bolt remporte le 100 m du Meeting d'Ostrava avec le temps de 9 s 77, performance cependant non homologuée en raison d'un vent légèrement trop favorable de 2,1 m/s[40]. Il retourne ensuite en Jamaïque pour s'adjuger fin juin les titres nationaux du 100 et du 200 m en respectivement 9 s 86 et 20 s 25[41]. De retour en Europe au début du mois de juillet, il remporte sous une pluie battante le 200 m du Meeting de Lausanne avec le temps de 19 s 59, établissant la quatrième meilleure performance de tous les temps sur la distance[42]. Le 17 juillet, il court en 9 s 79 (− 0,2 m/s), deuxième performance de l'année sur 100 m — derrière les 9 s 77 de Tyson Gay — lors du Meeting Areva de Saint-Denis, quatrième étape de la Golden League 2009[43].

Les Championnats du monde d'athlétisme disputés fin août à Berlin constituent l'objectif principal de la saison d'Usain Bolt. Il entame la compétition en se qualifiant facilement pour la finale du 100 mètres après avoir contrôlé ses deux premiers tours et avoir établi le meilleur temps des demi-finales en 9 s 89, devant Tyson Gay en 9 s 93. Le 16 août 2009, en finale, le Jamaïcain remporte son premier titre de champion du monde en bouclant son 100 m en 9 s 58[44], améliorant de 11 centièmes de secondes son propre record du monde réalisé jour pour jour un an plus tôt à Pékin. Il devance largement l'Américain Tyson Gay qui établit pourtant avec le temps de 9 s 71 la troisième meilleure performance de tous les temps, son compatriote Asafa Powell complétant le podium en 9 s 84. Déjà premier homme sous les 9 s 70, il devient aussi le premier à passer sous les 9 s 60. Il établit à cette occasion l'amélioration la plus nette du record du monde dans cette discipline (11/100e) et devient le premier à améliorer trois fois de suite le record du monde du 100 m. Lors de cette course, il parcourt les 100 mètres à la vitesse moyenne de 37,58 km/h et atteint une vitesse maximale de 44,72 km/h entre 60 et 80 m[45].

Quatre jours après, le 20 août, lors de ces mêmes championnats du monde, il remporte la finale du 200 m en 19 s 19[46], abaissant là aussi son propre record du monde de 11 centièmes de seconde. Toujours sans rival, il laisse ses principaux concurrents, le Panaméen Alonso Edward et l'Américain Wallace Spearmon à plus de six dixièmes de seconde. Au cours de cette finale, il court un 100 m lancé en 8 s 84 entre les 50 m et les 150 m de la course[47]. Quatrième athlète à réussir le doublé 100/200 m lors des mêmes championnats du monde[48], il devient le premier homme à remporter en l'espace d'un an les deux titres mondiaux et olympiques du sprint court. Comme à Pékin un an plus tôt, Usain Bolt achève la compétition en remportant, le 22 août, comme troisième relayeur, le titre du relais 4 × 100 mètres, en 37 s 31[49], aux côtés de ses compatriotes Steve Mullings, Michael Frater et Asafa Powell : c'est le deuxième meilleur relais de tous les temps, à 21 centièmes du record du monde qu'il détient avec l'équipe jamaïcaine depuis les Jeux de Pékin[50].

Auréolé de ses trois titres mondiaux, Usain Bolt décide de s'aligner lors deux derniers meetings de la Golden League 2009. Il remporte le 100 m du meeting de Zürich en 9 s 81, et survole une semaine plus tard le 200 m du meeting de Bruxelles en 19 s 57, signant la quatrième meilleure performance de tous les temps sur la distance[51]. Lors de sa dernière course de l'année, le 200 m de la finale mondiale de l'athlétisme à Thessalonique, le Jamaïcain s'impose en 19 s 68[52]. Le 22 novembre, à Monaco, il reçoit pour la seconde fois consécutive le trophée de l'athlète de l'année de la part de la Fondation internationale d'athlétisme[53].

Une saison tronquée (2010)[modifier | modifier le code]

En l'absence de grands championnats internationaux en 2010, Usain Bolt déclare vouloir principalement axer sa saison sur la Ligue de diamant, nouvelle compétition inscrite au calendrier de l'IAAF et regroupant douze meetings internationaux. Le Jamaïcain ouvre sa saison le 13 février au stade National de Kingston en s'imposant sur 400 mètres lors de la Camperdown Classic en 45 s 86. Vainqueur le 24 avril du 4 × 100 m des Penn Relays de Philadelphie aux côtés de ses compatriotes jamaïcains[54], il dispute et remporte son premier 200 m lors du meeting de la Jamaica International Invitational. Bolt y signe la quatrième performance de tous les temps en 19 s 56, derrière ses deux meilleurs chronomètres et les 19 s 32 de Michael Johnson[55].

Lors de la 11e étape de la Ligue de diamant, le DN Galan de Stockholm, Tyson Gay bat Usain Bolt : 9 s 84 pour Gay — qui signe là son meilleur temps de la saison — et seulement 9 s 97 pour Bolt qui n'avait pas perdu depuis juillet 2008 (deuxième place derrière Asafa Powell sur la même piste de Stockholm) et avait remporté les quatorze 100 mètres disputés jusqu'alors. C'était le troisième défi entre les deux sprinteurs et chaque fois, précédemment, Bolt avait battu le record du monde de la distance (New York et Berlin). Peu après, il annonce qu'il renonce au reste de la saison, pour des problèmes de dos[56], préférant se concentrer sur la préparation des saisons 2011 et 2012. Bolt détient néanmoins les meilleures performances mondiales de l'année 2010 sur 200 m (19 s 56) et 300 m (30 s 97).

Disqualification et deux nouveaux titres mondiaux à Daegu (2011)[modifier | modifier le code]

Disqualifié sur 100 m, Usain Bolt remporte la médaille d'or du 200 m et du 4 × 100 m à Daegu en 2011.

Usain Bolt commence sa saison 2011 lors du Golden Gala de Rome où il s'impose sur la fin de course terminant en 9 s 91 devant Powell (9 s 93) et Lemaitre (10 s 00), seconde étape de la ligue de diamant 2011[57]. Le 31 mai, au Golden Spike Ostrava en République tchèque, il égalise son dernier chrono sur 100 m en 9 s 91 devançant son compatriote Steve Mullings (9 s 97), détenteur de la meilleure performance mondiale de l'année en 9 s 89, et Daniel Bailey (10 s 08)[58]. Il concourt ensuite sur 200 m lors du Meeting Areva et sur 100 m lors du Meeting Herculis, deux meetings au programme de la ligue de diamant 2011[59]. Lors du premier, il remporte la course en 20 s 03 face à la star locale Christophe Lemaitre qu'il avait déjà battu à Rome dans une course venteuse et retardée par des problèmes techniques[60]. Lors du Meeting Herculis, il frôle la défaite mais s'impose en 9 s 88 devant son compatriote jamaïcain Nesta Carter.

Le 28 août, aux championnats du monde de Daegu, lors de la finale du 100 m, Usain Bolt, alors grand favori, fait un faux départ, ce qui entraîne sa disqualification ; la course est finalement remportée par Yohan Blake en 9 s 92[61].

Il se qualifie ensuite aisément pour la finale du 200 m avec un temps de 20 s 31 en ayant relâché son effort bien avant la ligne d'arrivée[62]. Le 3 septembre, lors de la finale, il remporte avec facilité mais sans se relâcher, la médaille d'or, en 19 s 40, avec vent légèrement favorable (+ 0,8 m/s), le meilleur temps de l'année et le 4e meilleur temps de tous les temps, devant Walter Dix et Christophe Lemaitre, également sous les vingt secondes, respectivement à 19 s 70 (à 1/100 de son record personnel) et 19 s 80 (record national)[63].

Le 4 septembre, Usain Bolt, pour la première fois en place de dernier relayeur, mène l'équipe de Jamaïque de relais 4 × 100 mètres vers un nouveau record du monde, en 37 s 04[64]. C'est le seul record du monde des championnats du monde qui se tiennent en Corée du Sud. Après avoir refusé une offre conséquente de 200 000 € pour le meeting de Zurich qui se tenait le 8 septembre[65], il participe le 13 au meeting de Zagreb et remporte le 100 m en 9 s 85 (vent favorable: +0,1 m/s)[66], sa meilleure performance personnelle de la saison mais pas encore la meilleure performance mondiale, toujours détenue par son compatriote Asafa Powell en 9 s 78. Il établit finalement la meilleure performance mondiale de l'année le 16 septembre, lors des finales de la Ligue de diamant d'athlétisme, mémorial Van Damme à Bruxelles. Il remporte le 100 m en 9 s 76 (vent favorable + 1,3 m/s)[67].

Il reçoit le Trophée IAAF de l'athlète de l'année pour la troisième fois de sa carrière après 2008 et 2009[68].

Nouveau triplé olympique (2012)[modifier | modifier le code]

Usain Bolt fait sa rentrée en mai 2012 à l'occasion du meeting Jamaica International Invitational de Kingston où il dispute le premier 100 m sur son sol depuis la saison 2008. Il remporte la course en 9 s 82 (+1,0 m/s), améliorant de 8/100e la meilleure performance mondiale de l'année de Yohan Blake (9 s 90)[69], et devance largement ses compatriotes Michael Frater (10 s 00) et Lerone Clarke (10 s 03)[70]. Lors du Golden Spike Ostrava, Usain Bolt déçoit même s'il remporte le 100 m en 10 s 04 ; en manque de confiance, Bolt réalise un très mauvais départ et sa seconde partie de course ne lui permet pas de passer la barre des 10 secondes alors qu'il ambitionnait de terminer en 9 s 70[71]. Une semaine plus tard, c'est chose faite lors du meeting de la Ligue de diamant de Rome, il réalise en 9 s 76 la meilleure performance mondiale de l'année, devançant Asafa Powell (9 s 91) et Christophe Lemaitre (10 s 04)[72]. Le 7 juin 2012, lors des Bislett Games d'Oslo, 5e étape de la ligue de diamant 2012, il finit 1er du 100 mètres en 9 s 79 (record du meeting) devant Asafa Powell (9 s 85, SB)[73].

Usain Bolt à Londres lors des Jeux olympiques de 2012 peu avant le départ de sa demi-finale du 200 m

Fin juin, à Kingston, lors des sélections olympiques jamaïcaines, il se qualifie aux deux épreuves de sprint court mais se fait devancer à chaque fois par Yohan Blake. Sur 100 m, malgré un départ médiocre, Blake bat son record personnel en 9 s 75 (+1,1 m/s), et réalise la meilleure performance mondiale de l'année, devant Usain Bolt, deuxième de la course en 9 s 86 et invaincu sur la distance depuis la saison 2010[74]. Deux jours plus tard, Blake inflige une deuxième défaite à son compatriote en enlevant le 200 m en 19 s 80 (-0,5 m/s), signant là encore le meilleur temps de l'année sur la distance. Bolt termine deuxième de la course en 19 s 83 et subit son premier revers sur le demi-tour de piste depuis 2007[75]. Le 26 juillet 2012, il est choisi par le comité olympique jamaïcain pour être le porte-drapeau lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de 2012[76].

Le 5 août 2012, il s'adjuge son deuxième titre olympique sur 100 m en remportant la finale des Jeux olympiques de Londres en 9 s 63 (vent favorable de 1,5 m/s), améliorant de six centièmes son propre record olympique et signant la deuxième meilleure performance de tous les temps sur la distance. Il devance sur le podium Yohan Blake, deuxième en 9 s 75, et Justin Gatlin, médaillé de bronze en 9 s 79 dans une course où sept athlètes parviennent à descendre sous les dix secondes[77]. Usain Bolt devient le seul athlète avec l'Américain Carl Lewis à conserver un titre olympique du 100 m, quatre ans après ses exploits à Pékin. Lewis s'était imposé à Los Angeles 1984, puis à Séoul 1988, mais en Corée du Sud, il avait été devancé sur la piste par le Canadien Ben Johnson, par la suite disqualifié et exclu des Jeux olympiques pour dopage.

Le 9 août 2012, en 19 s 32, Usain Bolt devient cette fois le seul athlète à répéter un doublé 100 m-200 m aux Jeux olympiques. Il remporte en effet le 200 m sur la piste du Stade olympique de Londres devant ses compatriotes Yohan Blake (19 s 44) et Warren Weir (19 s 84), pour le premier triplé jamaïcain sur cette distance[78]. Après son exploit inédit dans l'histoire des Jeux olympiques d'été, Usain Bolt conclut sa conférence de presse devant les médias du monde entier par ces mots : « Je suis une légende vivante. Faites ma gloire. Je ne veux voir que ça dans les journaux et à la télévision demain (vendredi 10 août 2012). Sinon, plus d'interviews ! »[79].

Enfin, avec ses compatriotes du relais 4 × 100 m, Yohan Blake, Nesta Carter et Michael Frater, il réalise un nouveau triplé le 11 août 2012, agrémenté d'un record du monde où la barrière des 37 secondes est franchie pour la première fois, en 36 s 84[80]. Usain Bolt se fait une place spéciale dans l'histoire des J.O. puisque jamais un athlète n'avait réussi à gagner six médailles d'or dans les disciplines du sprint[Note 2].

Le 23 août 2012, il prend part au meeting Athletissima de Lausanne et s'impose en 19 s 58 avec un vent favorable, en devançant Churandy Martina et son compatriote Nickel Ashmeade. Lors du Weltklasse Zürich, finale de la Ligue de diamant 2012, il remporte le 200 mètres en 19 s 66, nouveau record du meeting, devant Nickel Ashmeade (19 s 85) et Jason Young (20 s 08). Il termine en tête du classement général de la compétition (16 pts), devant Nesta Carter[81].

Il est élu athlète de l'année pour la quatrième fois après 2008, 2009 et 2011[82].

Un autre triplé mondial en 2013[modifier | modifier le code]

Aux championnats du monde 2013 de Moscou lors des séries du 200 m.

Usain Bolt effectue sa rentrée 2013 le 9 février sur 400 m en remportant sa série en 46 s 74 à Kingston devant son partenaire d'entraînement Yohan Blake (46 s 77)[83]. Il participe ensuite à une course exhibition sur 150 m sur une piste synthétique installée sur la plage de Copacabana. Il y signe la meilleure performance mondiale de l'année en 14 s 42, sur cette distance très rarement courue[84]. Il effectue sa rentrée sur 100 m le 8 mai à George Town aux îles Caïmans, et réalise sa plus mauvaise course de reprise depuis plusieurs années avec un temps au delà des 10 secondes (10 s 09) qui lui permet malgré tout de remporter sa course au millième[85]. Le 6 juin, il ne termine que deuxième du Golden Gala de Rome, battu d'un centième de seconde par l'Américain Justin Gatlin (9 s 96 contre 9 s 95)[86]. Une semaine plus tard, il s'adjuge le 200 mètres du meeting des Bislett Games, à Oslo, en 19 s 79[87].

Fin juin, à Kingston, aux sélections olympiques jamaïcaines qualificatives pour les championnats du monde de Moscou, Bolt décide de ne participer qu'à l'épreuve du 100 m car il bénéficie déjà d'une wild card sur 200 m en tant que champion du monde du titre. Le 21 juin, il s'impose en finale du 100 m en 9 s 94, malgré un vent de face de 1,2 m/s, en devançant aisément ses compatriotes Kemar Bailey-Cole et Nickel Ashmeade[88]. Début juillet, il remporte le 200 m du meeting Areva en 19 s 73, devant Warren Weir et Christophe Lemaitre, améliorant de 6/100e la meilleure performance mondiale de l'année qui était déjà en sa possession[89]. Le 26 juillet, au Stade olympique de Londres lors du London Grand Prix, il s'impose sur 100 m en 9 s 85 (+ 0,2 m/s), son meilleur temps de l'année, devant Michael Rodgers et Nesta Carter[90].

Le 11 août, lors des championnats du monde à Moscou, il remporte son second titre planétaire du 100 m et sa sixième médaille d'or en tout (égalant son total olympique) en dominant sous la pluie la finale en 9 s 77 (-0,3 m/s), meilleure performance de l'année. Il devance Justin Gatlin (9 s 85) et Nesta Carter (9 s 95)[91],[92]. Six jours plus tard, le 17 août, il remporte sa septième médaille d'or en championnat du monde et son troisième titre consécutif sur 200m en 19 s 65, devançant son compatriote Warren Weir (19 s 79) et l'américain Curtis Mitchell (20 s 04)[93]. Enfin, le 18 août, en compagnie de Nesta Carter, Kemar Bailey-Cole et Nickel Ashmeade, Usain Bolt est le dernier relayeur du 4x 100m jamaïcain qui l'emporte en 37 s 36 devant les États-Unis et le Canada. En gagnant sa huitième médaille d'or mondiale, Bolt égale les totaux de Michael Johnson et de Carl Lewis. En totalisant 10 médailles en tout (avec les deux en argent gagnées à Osaka en 2007), il rejoint Carl Lewis et le dépasse même, puisque l'athlète américain a remporté 8 médailles d'or, une en argent et une en bronze entre 1983 et 1993.

Saison écourtée (2014)[modifier | modifier le code]

Blessé au pied en mars 2014, Usain Bolt doit déclarer forfait pour les premiers relais mondiaux de l'IAAF, en se déroulant en mai 2014 à Nassau aux Bahamas[94]. Il fait son retour sur les pistes d'athlétisme en août à l'occasion des Jeux du Commonwealth de Glasgow, en Écosse. Dernier relayeur du relais 4 × 100 m jamaïcain, il remporte la médaille d'or en compagnie de Jason Livermore, Kemar Bailey-Cole et Nickel Ashmeade, devant l'Angleterre et Trinité-et-Tobago, en établissant un nouveau record des Jeux en 37 s 58[95]. Le 17 août, il établit le temps de 10 s 06 sur 100 m lors d'une course exhibition sur la plage de Copacabana, à Rio de Janeiro[96]. Le 23 août, Usain Bolt réalise 9 s 98 dans le Stade national de Varsovie, recouvert d'un toit lors de la course, conduisant alors certains médias à qualifier le temps de « nouvelle meilleure performance mondiale de tous les temps sur 100m en salle »[97],[98],[99]. Mais ce toit n'empêchait pas la présence d'un léger vent défavorable (-0,6), ce qui a donc conduit l'IAAF à considérer cette course comme une course en plein air[100]. Le lendemain, et après seulement quatre courses disputées en 2014, Bolt décide de mettre un terme à sa saison, déclarant vouloir se préparer pour la saison 2015, et notamment l'échéance des Championnats du monde à Pékin[101].

Profil[modifier | modifier le code]

Personnalité[modifier | modifier le code]

Usain Bolt possède un tempérament différent des précédents sprinteurs de la fin des années 1990 et du début des années 2000. Ne cherchant pas à intimider ses adversaires, mettant en avant le plaisir qu'il a à courir, il est à l'origine d'un tournant dans le monde du sprint. Par sa grande décontraction et son sourire, il a su s'attirer la sympathie du public[102]. N'hésitant pas à interagir avec les caméras, il s'amuse ainsi de grimaces, de danses et de gestes sympathiques, faisant de lui un personnage divertissant et fantasque[103]. Il a d'ailleurs été suivi par d'autres sprinteurs qui se sont à leur tour amusés avec les caméras, au premier rang desquels figure Asafa Powell. Il a d'une certaine façon détendu le sprint avec une attitude simple et truculente.
Cela étant, Bolt demeure un compétiteur capable de se concentrer et de répondre présent lors des grands rendez-vous. C'est un athlète fair play qui, malgré son statut de roi du sprint, sait féliciter son adversaire quand il est meilleur que lui (à Stockholm en août 2010, après sa défaite face à Gay). Toutefois, son attitude parfois exubérante agace certains comme le huitième président du CIO Jacques Rogge qui voient dans ces gesticulations un manque de modestie et de respect envers les autres compétiteurs[104].

Très attaché à son pays, il aime le reggae, le dancehall reggae et le rap[105] et soutient les causes nationales.

Il aime aussi le football, soutient le Real Madrid et Manchester United[106] et envisage de jouer semi-professionnellement par la suite[107].

Sponsors et revenus[modifier | modifier le code]

De nombreux sponsors utilisent l'image d'Usain Bolt

Noué depuis 2003, alors que Bolt n'avait que 16 ans, le partenariat entre Puma et Bolt se poursuivra jusqu'en 2013. Puma a créé une série de fausses mains mettant en évidence son geste de tir à l'arc fait après chaque course gagnée. En juin 2010, Usain Bolt lance en association avec son équipementier Puma sa première collection de vêtements et de chaussures de sport. Le logo de sa marque concentre plusieurs symboles que Bolt apprécie : les têtes de lion, figures mythiques de la culture jamaïcaine, l'éclair en référence à son surnom ainsi que la formule « To Di World », qui renvoie à la pose de Bolt[108]. En août 2010, Puma et Bolt se mettent d'accord pour prolonger son contrat pour trois ans pour un montant compris entre 8 et 24 millions de dollars[109],[110]. Cela constitue le plus gros contrat de sponsoring de toute l'histoire pour un athlète.

Il est également l'ambassadeur d'Hublot, la marque d'horlogerie Genevoise qui organise des opérations caritatives auxquelles participe Bolt[111].

En 2010, Bolt signa un accord d'édition lucratif avec HarperCollins pour une autobiographie. Le contrat est négocié par Chris Nathaniel de NVA Management[112]. La parution est prévue pour 2012. Au cours d'une conférence de presse à Paris le 15 juillet 2010, Bolt divulgua quelques informations sur le contenu du livre : « You can't really give away anything in your book ... should be exciting, it's my life, and I'm a cool and exciting guy »[113] (« Vous ne pouvez véritablement rien dissimuler dans votre livre ... cela devrait vous plaire, c'est l'histoire de ma vie, et je suis un type cool et passionnant »).

Au niveau des sommes demandées aux organisateurs, en août 2010, il en coûtait au minimum 250 000 dollars pour sa participation à un meeting[114]. Autre exemple, la participation de Bolt au 200 m du Meeting Areva 2011 au Stade de France de Saint-Denis s'est monnayée 300 000 dollars[115] et le même Bolt a refusé 200 000 € pour participer au meeting de Zurich, chose exceptionnelle en athlétisme[65].

Perspectives[modifier | modifier le code]

Bolt a plusieurs fois évoqué l'idée de se reconvertir dans le football une fois sa carrière en athlétisme achevée[116],[117]. Il a d'ailleurs donné le coup d'envoi d'un match de Championnat d'Espagne entre le Real Madrid et le Deportivo La Corogne le 29 août 2009 au Stade Santiago Bernabéu. Sa participation aux courses de 400 mètres a été aussi plusieurs fois envisagée afin de réussir un triplé inédit 100 m, 200 m et 400 m lors de grands championnats et aller encore plus loin dans la dimension historique de la performance après laquelle Bolt court[118],[119]. À cet égard, le saut en longueur est parfois cité comme une autre discipline envisageable dans laquelle Bolt pourrait concourir et battre le record du monde[120]. Bolt déclare d'ailleurs en août 2012 : « Mon entraîneur voudrait que je me mette au 400 mètres, moi je veux essayer le saut en longueur[121] ». Le recordman du monde en personne, Mike Powell, l'incite à faire le grand saut car, dit-il, « il peut sauter si loin que ce serait fou[120]. »

En 2013, il dit avoir renoncé à une reconversion dans le 400 mètres ou le saut en longueur mais pense plutôt essayer de remporter d'autres titres en sprint aux jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro. Par contre, il souhaite toujours tenter une reconversion dans le football après 2016[122].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès international[modifier | modifier le code]

Palmarès international
Date Compétition Lieu Rang Discipline Temps Records
2002 Championnats d'Amérique centrale juniors Bridgetown 1er 200 m 20 s 61
1er 400 m 47 s 12
Championnats du monde juniors Kingston 1er 200 m 20 s 61
2e 4 × 100 m 39 s 15
2e 4 × 400 m 3 min 04 s 06
2003 Championnats du monde jeunesse Sherbrooke 1er 200 m 20 s 40
2005 Championnats d'Amérique centrale et des Caraïbes Nassau 1er 200 m 20 s 03
Championnats du monde Helsinki 8e 200 m 26 s 27
2006 Finale mondiale de l'athlétisme Stuttgart 3e 200 m 20 s 10
Coupe du monde des nations Athènes 2e 200 m 19 s 96
2007 Championnats du monde Osaka 2e 200 m 19 s 91
2e Relais 4 × 100 m 37 s 89
2008 Jeux olympiques Pékin 1er 100 m 9 s 69 WR OR
1er 200 m 19 s 30 WR OR
1er Relais 4 × 100 m 37 s 10 WR OR
2009 Championnats du monde Berlin 1er 100 m 9 s 58 WR CR
1er 200 m 19 s 19 WR CR
1er Relais 4 × 100 m 37 s 31 CR
Finale mondiale de l'athlétisme Thessalonique 1er 200 m 19 s 68 CR
2011 Championnats du monde Daegu 1er 200 m 19 s 40
1er Relais 4 × 100 m 37 s 04 WR CR
2012 Jeux olympiques Londres 1er 100 m 9 s 63 OR
1er 200 m 19 s 32
1er Relais 4 × 100 m 36 s 84 WR OR
Ligue de diamant 1er 100 m détails
2013 Championnats du monde Moscou 1er 100 m 9 s 77
1er 200 m 19 s 66
1er Relais 4 × 100 m 37 s 36
2014 Jeux du Commonwealth Glasgow 1er Relais 4 × 100 m 37 s 58 CR
Autres titres juniors 

Récompenses[modifier | modifier le code]

Performances et biomécanique[modifier | modifier le code]

Usain Bolt après sa victoire sur 200 m le 20 août 2008 à Pékin

Les performances inédites de Bolt, sur 100 mètres notamment, et les améliorations qu'il aura apportées au record du monde de la discipline ont soulevé de nombreuses interrogations. Début 2008, des scientifiques s'étaient penchés sur les limites physiques et physiologiques humaines à la course, et avaient tenté d'estimer le seuil sous lequel un être humain ne pourrait jamais descendre au 100 mètres. L'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport de Paris tablait sur 9 s 72.
Usain Bolt déclare en septembre 2010 dans le Daily Telegraph australien qu'il compte améliorer son propre record du monde du 100 m pour le porter de 9 s 58 à 9 s 40. Il estime que « cette marque ne pourra plus être battue » et s'attend ainsi à entrer dans la légende[124]. Selon une étude néerlandaise publiée par l'université de Tilburg en juillet 2012, la possibilité pour Bolt de courir le 100 m en 9 s 40 est « réalisable »[125]. Toujours selon cette étude, le record du monde possible de manière ultime en ce moment est de 9 s 36[126]. Le chercheur Sander Smeets a obtenu ce résultat en analysant à l'aide de modèles mathématiques et statistiques les temps de référence sur 100 m des 1034 meilleurs athlètes mondiaux depuis 1991. Il a actualisé une étude qu'il avait déjà conduite en 2008, et qui concluait que le « record mondial ultime » se situait à 9 s 51.
Trois conditions seront nécessaires à Bolt pour espérer atteindre les 9,44 secondes, selon les calculs du Professeur John Barrow de l'Université de Cambridge[127]' [128]' [129]. Non seulement le sprinter jamaïcain devra démarrer plus promptement au pistolet de starter - son temps de réaction est encore améliorable. Mais il lui faudra aussi courir à plus de 1 000 m d'altitude dans une ville comme Mexico, où l'air moins dense pourrait diminuer sa résistance au vent et donc accroître sa vitesse. Il lui faudra enfin bénéficier d'un vent plus favorable (+2 m/s au lieu de +0,9 m/s aux JO de Pékin)[130].

Bolt réalise 9 s 69 en août aux Jeux olympiques de Pékin. Cependant, il n'était pas le premier homme à courir en 9 s 69. En effet, le 13 avril 1996 à El Paso au Texas, Obadele Thompson courra à l'époque le 100 m le plus rapide de l'histoire. Son temps enregistré était de 9 s 69. Néanmoins, ce temps a été réalisé avec un vent favorable de +5,0 m/s ou +5,7 m/s — les sources divergent sur ce point — ce qui empêchera son homologation[131],[132]. Ce temps fut battu 12 ans plus tard par Tyson Gay qui couru en 9 s 68 avec un vent de +4,1 m/s lors des sélections américaines 2008. Encore une fois, le vent était trop important pour homologuer ce temps.
Fin 2008, les chiffres étaient revus à la baisse, une étude de l'Université Stanford en Californie fixait le seuil humain à 9 s 49 tandis qu’une étude du CNRS proposait 9 s 5[133].

On reconnaît à Bolt différentes qualités pour expliquer ses performances chronomètriques. La principale remet en cause les lois biomécaniques jusqu'alors en vigueur qui voulaient que les sprinters devaient être trapus pour avoir le meilleur rapport entre une bonne explosivité au départ et une bonne vélocité en milieu et fin de course. C'est en effet la première fois qu'un sprinter de son gabarit, 1,95 m pour 94 kg[1], allie des qualités comparables à celles de sprinters habituellement moins grands et plus musculeux. Sa grande taille lui permet des foulées moyennes de 2,50 m, allant jusqu'à 2,70 m pour les plus grandes. Ainsi parcourt-il les 100 mètres de piste en seulement 40 ou 41 pas, contre 45 en moyenne sur cette distance[134].
Au 6 septembre 2012, Usain Bolt avait couru 31 courses de 100 mètres sous les 10 secondes[135].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Records personnels[modifier | modifier le code]

Records personnels
Épreuve Performance Vent Date Lieu Compétition Record
100 m 9 s 58 0,9 m/s 2009-08-1616 août 2009 Berlin Championnats du monde logo "WR" Record du monde
100 m en salle 9 s 98 2014-08-2323 août 2014 Varsovie Mémorial Kamila Skolimowska (pl) Meilleure performance mondiale
150 m 14 s 35 2009-05-1717 mai 2009 Manchester Meilleure performance mondiale
200 m 19 s 19 -0,3 m/s 2009-08-2020 août 2009 Berlin Championnats du monde logo "WR" Record du monde
300 m 30 s 97 2010-05-2727 mai 2010 Ostrava Golden Spike
400 m 45 s 28 - 2007-05-055 mai 2007 Kingston Jamaica International Invitational
Relais 4 × 100 m 36 s 84 - 2012-08-1111 août 2012 Londres Jeux olympiques logo "WR" Record du monde[136]

Records du monde[modifier | modifier le code]

Records du monde battus
Record du monde Temps Compétition Lieu Date
100 m 9 s 72 Adidas Grand Prix New York 31 mai 2008
9 s 69 Jeux olympiques Pékin 16 août 2008
9 s 58 Championnats du monde Berlin 16 août 2009
200 m 19 s 30 Jeux olympiques Pékin 20 août 2008
19 s 19 Championnats du monde Berlin 20 août 2009
Relais 4 × 100 m 37 s 10 Jeux olympiques Pékin 22 août 2008
37 s 04 Championnats du monde Daegu 4 septembre 2011
36 s 84 Jeux olympiques Londres 11 août 2012

Meilleures performances par année[modifier | modifier le code]

100 m
Année Temps Vent Date Lieu Rang[137]
2007 10 s 03 0,7 18 juillet 2007 Réthymnon 12
2008 9 s 69 0,0 16 août 2008 Pékin 1
2009 9 s 58 0,9 16 août 2009 Berlin 1
2010 9 s 82 0,5 8 juillet 2010 Lausanne 3
2011 9 s 76 1,3 16 septembre 2011 Bruxelles 1
2012 9 s 63 1,5 5 août 2012 Londres 1
2013 9 s 77 -0,3 11 août 2013 Moscou 2
200 m
Année Temps Vent Date Lieu Rang[137]
2001 21 s 73 0,6 14 juillet 2001 Debrecen -
2002 20 s 58 1,4 18 juillet 2002 Kingston 60
2003 20 s 13 0,0 20 juillet 2003 Bridgetown 9
2004 19 s 93 1,4 11 avril 2004 Devonshire 2
2005 19 s 99 1,8 22 juillet 2005 Londres 3
2006 19 s 88 0,4 11 juillet 2006 Lausanne 4
2007 19 s 75 0,2 24 juin 2007 Kingston 3
2008 19 s 30 -0,9 20 août 2008 Pékin 1
2009 19 s 19 -0,3 20 août 2009 Berlin 1
2010 19 s 56 -0,8 1er mai 2010 Kingston 1
2011 19 s 40 0,8 3 septembre 2011 Daegu 2
2012 19 s 32 0,4 9 août 2012 Londres 1
2013 19 s 66 0 17 août 2013 Moscou 1

Progression[modifier | modifier le code]

En 2008, Bolt établit un nouveau record du monde sur 200 m, à Pékin.
Progression sur 100 m
Âge Perf. Vent Lieu Date Compétition
20 10 s 03 0,7 Réthymnon 19 juillet 2007
21 10 s 03 1,8 Spanish Town 8 mars 2008
9 s 76 1,8 Kingston 3 mai 2008 Jamaica International Invitational
9 s 72 1,7 New York 31 mai 2008 Reebok Grand Prix (RM)
9 s 69 0,0 Pékin 16 août 2008 Jeux Olympiques 2008 - finale (RM)
22 9 s 58 0,9 Berlin 16 août 2009 Championnats du monde 2009 - finale (RM)


Progression sur 200 m
Âge Perf. Vent Lieu Date Compétition
14 22 s 04 1,0 Kingston 7 avril 2001
21 s 96 -1,4 Bridgetown 16 avril 2001 Carifta Games 2001 - séries
21 s 81 -1,7 Bridgetown 16 avril 2001 Carifta Games 2001 - finale
21 s 73 0,6 Debrecen 14 juillet 2001 Championnats du monde jeunesse 2001 - demi-finale
15 21 s 25 0,1 Nassau 31 mars 2002 Carifta Games 2002 - séries
21 s 12 -0,5 Nassau 1er avril 2002 Carifta Games 2002 - finale
20 s 61 -0,4 Bridgetown 7 juillet 2002 Championnats juniors d'Amérique centrale
et des Caraïbes 2002 - finale
20 s 58 1,4 Kingston 18 juillet 2002 Championnats du monde junior - séries
16 20 s 3 - Montego Bay 18 février 2003
20 s 25 1,9 Kingston 5 avril 2003 finale
20 s 13 0,0 Bridgetown 20 juillet 2003 Championnats panaméricains juniors - finale
17 19 s 93 1,4 Devonshire 11 avril 2004 Carifta Games 2004 - finale (RMJ)
19 19 s 88 0,4 Lausanne 11 juillet 2006 Athletissima
20 19 s 75 0,2 Kingston 24 juin 2007 Championnats nationaux - finale
21 19 s 67 -0,5 Athènes 13 juillet 2008 Meeting d'Athènes
19 s 30 -0,9 Pékin 20 août 2008 Jeux Olympiques 2008 - finale (RM)
22 19 s 19 -0,3 Berlin 20 août 2009 Championnats du monde 2009 - finale (RM)
Progression sur 400 m
Âge Perf. Lieu Date Compétition
14 48 s 28 Bridgetown 14 avril 2001
15 47 s 33 Nassau 30 mars 2002 Carifta Games 2002 - finale
47 s 12 Bridgetown 5 juillet 2002 Championnats juniors d'Amérique centrale
et des Caraïbes 2002 - finale
16 45 s 35 Kingston 5 avril 2003
20 45 s 28 Kingston 5 mai 2007 Jamaica International

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'IAAF a imposé ce passage en 1977, mais a reconnu comme premier record du monde les 9 s 95 de Hines à Mexico en 1968.
  2. Les 9 médailles d'or de Carl Lewis, remportées sur quatre J.O (1984-1996) se répartissent de la façon suivante : cinq en sprint, et quatre en saut en longueur

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Biographie, Site officiel de Usain Bolt
  2. a, b, c et d (en) « Focus on Athletes - Usain Bolt », site de l'IAAF.
  3. a et b (en) « Records du monde par discipline », site de l'IAAF.
  4. Olivier Paquereau, « Bolt en or, Lemaitre 6e », L'Équipe, 9 août 2012.
  5. (fr) « Usain Bolt, l’ascension sociale à la jamaïcaine », Afrik.com, 18 août 2009.
  6. (en) « The Phenom », sportsillustrated.cnn.com, 23 juillet 2008.
  7. (fr) « Usain Bolt, l'enfant prodige de la Jamaïque », dhnet.be, 1er septembre 2009.
  8. (en) « Blue Track at UWI », Irie Link Up, 1er mai 2010.
  9. (en)« Bolt strikes first gold for Jamaica », sur iaaf.org,‎ 19 juillet 2002 (consulté le 16 avril 2012)
  10. (en) Résultat des Championnats du monde junior 2002, site de l'IAAF, consulté le 14 septembre 2009.
  11. Résultats des Championnats du monde jeunesse 2003, site de l'IAAF, consulté le 13 septembre 2009.
  12. (en)« Injury forces Usain Bolt to withdraw from World Junior Championships », sur iaaf.org,‎ 11 juillet 2004 (consulté le 16 avril 2012)
  13. (fr) « Fiche d'Usain Bolt », site de L'Équipe.
  14. (en) « Mothersill and Bolt steal the day - CAC Championships, Final Day », site de l'IAAF, 12 juillet 2005.
  15. (en) Résultats du meeting de Crystal Palace 2005
  16. Résultats de la finale du 200 m des mondiaux d'Helsinki 2005, site de l'IAAF, consulté le 13 septembre 2009.
  17. (en) « Bolt runs world leading 200 m at Martinique Permit Meet », caribbeannetnews.com, 3 mai 2006.
  18. (en) « Bolt from the blue », The Independent, 4 août 2008.
  19. (en) Résultats de la finale du 200 m des Mondiaux d'Osaka 2007, site de l'IAAF, consulté le 26 août 2009.
  20. (en) Résultats de la finale du relais 4 × 100 m des Mondiaux d'Osaka 2007, site de l'IAAF, consulté le 26 août 2009.
  21. (en)Parker Morse, « Bolt 9.72 in New York! – World 100m record – IAAF World Athletics Tour », sur iaaf.org,‎ 1er juin 2008 (consulté le 16 avril 2012)
  22. « L'exploit de Bolt », L'Équipe, 1er juin 2008.
  23. (en) « Progression du record du monde du 100 m », apulanta.fi, consulté le 28 septembre 2010.
  24. (en) « Détail des courses d'Usain Bolt », winalltime.it, consulté le 25 août 2009.
  25. (en) « Beijing Olympics: Usain Bolt set to run in both the 100 and 200 metres », The Telegraph, 5 août 2009.
  26. « Bolt le roi fantasque », L'Équipe, 16 août 2008.
  27. (en) Résultats de la finale du 100 m des Jeux olympiques de 2008, site de l'IAAF, consulté le 18 septembre 2009.
  28. (en) « How much faster could Usain Bolt have gone? », New Scientist, 10 septembre 2008.
  29. (en) « Bolt earns sprint double, breaks world record », CBC, 20 août 2008.
  30. « Bolt sur une autre planète », L'Équipe, 20 août 2008.
  31. (en) « Bolt claims 200 m gold with record », BBC Sport, 20 août 2008.
  32. (en) « NEWS FLASH – Bolt does the double with 19.30sec WORLD RECORD! », site de l'IAAF, 20 août 2008.
  33. (en)« Résultats du relais 4 × 100 m des Jeux olympiques de 2008 », sur iaaf.org,‎ 22 août 2008 (consulté le 16 avril 2012)
  34. (en) 200 m « All time », site de l'IAAF, consulté le 18 septembre 2009.
  35. (en) 100 m du Meeting de Bruxelles 2009, site de l'IAAF, consulté le 18 septembre 2009.
  36. (en) « Bolt and Isinbayeva are World Athletes of the Year – 2008 World Athletics Gala », site de l'IAAF, mis en ligne le 23 novembre 2008.
  37. (en) « Bolt maintains improvement over longer sprint », Reuters.com, 22 février 2009.
  38. (fr) « Usain Bolt victime d'un accident de voiture », Sports.fr, 30 avril 2009.
  39. (en) « Bolt runs 14.35 sec for 150 m; covers 50 m-150 m in 8.70 sec! », site de l'IAAF, 17 mai 2009.
  40. (fr) Athlétisme à Ostrava: Usain Bolt a lancé sa saison en coup de vent, Libération.fr, 17 juin 2009.
  41. (en) « Bolt 9.86 and Fraser 10.88; Walker and Phillips excel over hurdles - JAM Champs , Day 2 », site de l'IAAF, 28 juin 2009.
  42. « Meeting de Lausanne : Bolt, la foudre frappe encore », marathons.fr, 8 juillet 2009.
  43. (en) résultats du 100 m du Meeting Areva 2009, site de l'IAAF, consulté le 20 juillet 2009.
  44. L'Équipe du 17 août 2009 titre « FOUDROYANT ! » sur toute la largeur de sa Une, sans aucun autre sous-titre ni explications. Le Corriere dello Sport titre quant à lui : « È un marziano » (« C'est un Martien ») le même jour. Tous les autres quotidiens, même non sportifs, mettent cette performance en une. Le Monde daté du 18 août 2009 met sa photo en Une, avec pour titre « 9" 59 sur 100 m : Bolt hors du temps ».
  45. « Usain Bolt, l'homme qui court jusqu'à 44,72 Km/h », Leparisien.fr, 17 août 2009.
  46. (fr) « Usain Bolt établit un nouveau record du monde du 200 m », Le Monde.fr, 20 août 2009.
  47. L'Équipe, samedi 22 août 2009, p. 12
  48. Maurice Greene en 1999, Justin Gatlin en 2005 et Tyson Gay en 2007 sont les trois autres athlètes à réussir le doublé 100 m200 m lors d'un même championnat du monde.
  49. (fr) « Mondiaux 2009 - Relais 4 × 100 m : Carton presque plein pour la Jamaïque », Marathons.fr, 22 août 2009.
  50. « All-time men's best 4x100m relay », Track & Field all-time performances homepage, 22 août 2009.
  51. « Golden League - Bruxelles : Infatigable Bolt », Marathons.fr, 5 septembre 2009.
  52. (fr) « Une année 2009 d'extra-terrestre pour Bolt », lePoint.fr, 13 septembre 2009.
  53. (en) « Bolt and Richards are World Athletes of the Year – 2009 World Athletics Gala », site de l'IAAF, 22 novembre 2009.
  54. « Usain Bolt pousse le relais jamaïcain », 20 Minutes, 25 avril 2010.
  55. (en) « Bolt sizzles 19.56 in 200 m opener in Kingston », site de l'IAAF, 2 mai 2010.
  56. (en) « Bolt ends season - lower back injury », iaaf.org, 10 août 2010.
  57. RB, « Meeting de Rome : Lavillenie décolle, Lemaitre colle », sur www.athle.com (consulté le 28 mai 2011)
  58. (fr) « Bolt encore 9"91 », L'Équipe,‎ 31 mai 2011.
  59. (en) « Bolt to run 100m in Ostrava - IAAF World Challenge », sur www.iaaf.org (consulté le 17 mai 2011)
  60. Thomas Siniecki, « Tout ça pour ça… », sur www.sports.fr, Saint-Denis,‎ 8 juillet 2011 (consulté le 9 juillet 2011)
  61. « Athlé – ChM (H). Blake en or, Lemaitre se rate », L'Équipe, 28 août 2011.
  62. « Athlé – ChM (H). Lemaitre en finale en 2017 », L'Équipe, 2 septembre 2011.
  63. « Athlé – ChM (H). 200 m : Bolt en or, Lemaitre 3e », L'Équipe, 3 septembre 2011.
  64. « Athlé – ChM. RM pour la Jamaïque, Bleus en argent », L'Équipe, 4 septembre 2011.
  65. a et b « Meeting Zurich 2011: Usain Bolt refuse 200 000€ pour un 100m… », sur www.sportune.fr (consulté le 12 octobre 2011)
  66. « Facile victoire de Bolt sur 100 m en 9 sec 85 », sur opl.fr, 13 septembre 2011.
  67. « 100 m: MPM (9.76) pour Bolt », sur www.opl.fr (consulté le 16 septembre 2011)
  68. (en) « Bolt and Pearson are World Athletes of the Year – 2011 World Athletics Gala », sur iaaf.org,‎ 12 novembre 2011 (consulté le 13 novembre 2011)
  69. (en)Paul Reid, « Bolt’s 9.82 100m season’s debut one of four world leading performances in Jamaica – IAAF World Challenge », sur iaaf.org,‎ 6 mai 2012 (consulté le 6 mai 2012)
  70. (en)« Jamaica International Invitational 2011 - résultats du 100 m », sur iaaf.org,‎ 5 mai 2012 (consulté le 6 mai 2012)
  71. « Lavillenie s'envole », sur www.lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 26 mai 2012)
  72. (fr) « MPM de Bolt sur 100 m en 9"76 », eurosport.fr, 31 mai 2012.
  73. (en) 100 m Men, www.diamondleague-oslo.com, consulté le 8 juin 2012
  74. (en) Anthony Foster, « Blake defeats Bolt with sizzling 9.75, Fraser-Pryce dazzles with 10.70 national record in Kingston - Jamaican Olympic Trials, Day 2 », sur iaaf.org,‎ 30 juin 2012 (consulté le 3 juillet 2012)
  75. (fr) « Sélections jamaïcaines: Blake domine encore Bolt pour un sacré doublé », sur leparisien.fr,‎ 2 juillet 2012 (consulté le 3 juillet 2012)
  76. JO : Bolt porte-drapeau de la Jamaïque, Le Figaro, 26 juillet 2012.
  77. (en) David Martin, « London 2012 - Event Report - Men's 100m Final », sur iaaf.org,‎ 5 août 2012 (consulté le 7 août 2012)
  78. AFP, « Deuxième couronne pour Bolt, Lemaitre loin derrière », Le Monde,‎ 9 août 2012 (lire en ligne)
  79. L'équipe.fr Olivier Paquereau, "Avec Bolt, c'est rokcn'n'roll", consulté le 28/08/12
  80. (en) Andy Bull, « Usain Bolt seals gold for Jamaica in London 2012 4x100m relay final », The Guardian,‎ 11 août 2012 (lire en ligne)
  81. (fr) « Bolt en 19"66 sur 200m », sur lequipe.fr,‎ 30 août 2012 (consulté le 29 juillet 2013)
  82. (fr) AFP, « Usain Bolt et Allyson Felix distingués athlètes de l'année », sur eurosport.fr,‎ 24 novembre 2012 (consulté le 24 décembre 2012)
  83. (fr) « Weir devant Bolt et Blake », sur lequipe.fr,‎ 10 février 2013
  84. (fr) « Bolt s'impose à Copacabana », sur lequipe.fr,‎ 31 mars 2013
  85. (fr) « Athlétisme : Bolt entame sa saison avec "une mauvaise course" », sur lemonde.fr,‎ 9 mai 2013
  86. (en) Phil Minshull, « Gatlin upsets Bolt, Ahoure surprises Felix in Rome - IAAF Diamond League », sur iaaf.org,‎ 6 juin 2013 (consulté le 7 juin 2013)
  87. (fr) « 200 m : MPM pour Usain Bolt », sur lequipe.fr,‎ 13 juin 2013 (consulté le 19 juin 2013)
  88. « Tranquille comme Bolt », sur lequipe.fr,‎ 22 juin 2013 (consulté le 26 juillet 2013)
  89. « 1973 pour Bolt (MPM) », sur lequipe.fr,‎ 6 juillet 2013 (consulté le 26 juillet 2013)
  90. (fr) « Retour réussi et fulgurant pour Usain Bolt à Londres », sur lepoint.fr,‎ 27 juillet 2013 (consulté le 28 juillet 2013)
  91. (en) Sean Ingle, « Usain Bolt wins 100m gold at Moscow World Championships », The Guardian,‎ 11 août 2013 (lire en ligne)
  92. « Mondiaux d'athlétisme : Usain Bolt, champion logique du 100 m », Le Monde,‎ 11 août 2013 (lire en ligne)
  93. « Sur 200 m, Usain Bolt s'offre un septième titre mondial », Le Monde,‎ 17 août 2013 (lire en ligne)
  94. « La Jamaïque privée d'Usain Bolt, blessé au pied, pour le Challenge mondial des relais », sur eurosport.fr,‎ 15 mai 2014
  95. (en) « Usain Bolt: Glasgow 2014 gold for Jamaica in 4x100m relay », sur bbc.com,‎ 2 août 2014
  96. « Bolt gagne son premier 100m exhibition à Copacabana », sur rtbf.be,‎ 17 août 2014
  97. « 9"98: Usain Bolt devient le premier homme sous les 10 secondes sur 100m... en salle », sur eurosport.fr,‎ 23 août 2014 (consulté le 26 août 2014).
  98. « Athlétisme : Usain Bolt bat le record sur 100 m en salle », sur rtl.fr,‎ 23 août 2014 (consulté le 26 août 2014).
  99. « Un retour sous forme de « record » pour Usain Bolt sur 100m en salle », sur lavenir.net,‎ 23 août 2014 (consulté le 26 août 2014).
  100. (en) « 100 metres - Men - Senior - Outdoor - 2014 », sur iaaf.org,‎ 2014 (consulté le 26 août 2014).
  101. « Usain Bolt met fin à sa saison », sur lequipe.fr,‎ 24 août 2014
  102. (en) « Usain Bolt wins 100 m gold at the Beijing Olympics », The Australian, 17 août 2008.
  103. (en) « Olympic 100 m hero Usain Bolt powered by chicken nuggets and yams », The Daily Mirror, 18 août 2008.
  104. (fr) « Usain Bolt : le roi des JO sermoné par le CIO ! », Le Post, 21 août 2008.
  105. (fr) « Usain Bolt : l'Éclair jamaïcain fait le show en plein Paris ! », purepeople.com, 13 juillet 2010.
  106. (fr) « Usain Bolt soutient le Real Madrid, mais demeure fan de Manchester United », cyberpresse.ca, 30 août 2009.
  107. (fr) « Usain Bolt envisage (aussi) une carrière dans le foot », 20 Minutes, 6 septembre 2010.
  108. (fr) « La collection Bolt : mettez-vous dans la peau d'un champion ! », athlenergy.com, 3 juin 2010.
  109. (fr) « Usain Bolt vaudrait 24 millions de dollars », Le Figaro, 27 août 2010.
  110. (fr) « Usain Bolt sera notre dernier gros contrat cette année », Le Figaro, 27 août 2010.
  111. (fr) « Usain Bolt, heureux perdant ! », Le Matin, 6 juillet 2010
  112. (en) « Globetrotter David Dein is on board with the England 2018 World Cup bid at last », The Mail Online, 19 février 2010.
  113. (en) « Lightning Bolt strikes Paris », RFI, 18 juillet 2010.
  114. Jean-Denis Coquard, « Usain Bolt. L'excès de vitesse », L'Équipe magazine, 10 juillet 2010, p. 84-90.
  115. (fr) « Un écrin, des diamants », L'Équipe, 8 juillet 2011.
  116. (fr) « Bolt se rêve en footballeur », L'Équipe, 21 novembre 2010.
  117. (fr) « Usain Bolt à MU ? », L'Équipe, 9 juin 2011.
  118. Maxime Goldbaum, « Usain Bolt peut-il vraiment se mettre au saut en longueur ? », Le Monde,‎ 23 août 2012 (lire en ligne)
  119. (fr) « Usain Bolt, un roi à Paris », L'Équipe, 7 juillet 2011.
  120. a et b (fr) « Et si Bolt se mettait à la longueur ? », L'Équipe, 6 juillet 2011.
  121. « Usain Bolt : « Je veux essayer le saut en longueur » », Le Monde,‎ 23 août 2012 (lire en ligne).
  122. Gaetane Morin, « Usain Bolt : « Je suis un vrai paresseux » », Le Parisien Magazine,‎ 2 août 2013, p. 40-45
  123. « Champion des champions Monde. Usain Bolt bis », L'Équipe, 31 décembre 2009.
  124. (fr) « Bolt ne doute de rien », L'Équipe, 15 septembre 2010.
  125. (fr) Usain Bolt en 9"40 ? «Réalisable», L'Équipe, le 25 juillet 2012
  126. (fr) Le 100 mètres en 9.40 est "réalisable", selon une étude néerlandaise, Le Monde, le 25 juillet 2012
  127. (en) [1], http://onlinelibrary.wiley.com, John D. Barrow, 4 avril 2012
  128. (en) How Usain Bolt can run faster – effortlessly, http://onlinelibrary.wiley.com, John D. Barrow, 4 avril 2012
  129. (en)What is the Speed Limit for Men’s 100 Meter Dash, Bloomsburg University, Reza Noubary, 2010
  130. (fr) La fin annoncée des records sportifs, http://sante.lefigaro.fr (Le Figaro), le 30 juillet 2012
  131. (en) « Marion Jones marries fellow sprinter - Other sports- NBC Sports », NBC, 7 mars 2007.
  132. (en) « iaaf.org - Athletes - Thompson Obadele Biography », iaaf.org, consulté le 26 août 2010.
  133. Renaud Michiels, « Faire mieux, est-ce possible ? », lematin.ch, 17 août 2009.
  134. « Usain Bolt a atteint 44,72 km/h ! », actu24.be 18 août 2009.
  135. (en) 100 Metres All Time, IAAF, consulté le 7 septembre 2012
  136. Record du monde du relais 4 × 100 m avec Nesta Carter, Michael Frater et Yohan Blake.
  137. a et b Classement établi par l'IAAF en fonction des meilleures performances de l'année

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Usain Bolt, My story, 9.58: Being the world's fastest man, HarperSport, 2010 (ISBN 000737139X)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 2012 : Usain Bolt, l’homme le plus rapide du monde, documentaire réalisé par Gaël Leiblang et diffusé sur France 2 le 26 juillet 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :