Fête de la Saint-Patrick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fête de la Saint-Patrick
À Chicago, le jour de la fête de la Saint-Patrick, la rivière Chicago est teinte en vert.
À Chicago, le jour de la fête de la Saint-Patrick, la rivière Chicago est teinte en vert.

Nom officiel Saint Patrick's day / Lá fhéile Pádraig
Autre(s) nom(s) St Paddy’s Day / Lá Phádraig
Observé par les catholiques
Irlande
Irlande du Nord
Terre-Neuve-et-Labrador
Date 17 mars

La fête de la Saint-Patrick (Parfois appelée Saint-Patrice en français ; Patrick étant la translittération de Patrice) est une fête chrétienne qui célèbre, le 17 mars, saint Patrick, le saint patron de l’Irlande.

Une fête chrétienne[modifier | modifier le code]

Le personnage de saint Patrick[modifier | modifier le code]

Évangélisateur de l'Irlande, saint Patrick aurait expliqué le concept de la Sainte Trinité aux Irlandais lors d'un sermon au Roc de Cashel grâce à un trèfle, en faisant ainsi le symbole de l'Irlande (l’emblème officiel du pays étant la harpe celtique). La légende raconte que c'est à ce moment-là qu'il chasse tous les serpents du pays, action qui symbolise la conversion du peuple irlandais : les serpents représentent les croyances polythéistes celtiques des irlandais, assimilées à Satan, rendu responsable de l'ignorance du Dieu véritable. Chaque année, les hommes d’Irlande mettent un trèfle à la boutonnière pour se souvenir de cet enseignement.

La célébration[modifier | modifier le code]

La Saint-Patrick est une fête chrétienne célébrée par l’Église catholique, l'Église orthodoxe, l'Église luthérienne, et l’Église d’Irlande (anglicane) . Elle est déjà célébrée par les irlandais aux IXe siècle et Xe siècle. Par la force de l'observation de cette tradition à travers le temps, saint Patrick est associé à l'Irlande dans le système de patronage religieux, et le jour du 17 mars est finalement inscrit au calendrier liturgique catholique au début des années 1600, grâce à l'influence de Luke Wadding, un moine scolastique franciscain né à Waterford. La fête de Saint-Patrick devient alors un jour saint d'obligation pour les catholiques d'Irlande. La fête a toujours lieu pendant le Carême. Il est de tradition pour certains chrétiens observant un jeûne pour le Carême de le rompre pendant la journée de la Saint-Patrick. Le calendrier de l'Église évite les observations de fêtes de saints durant certaines solennités, déplaçant ainsi le jour du saint en dehors de la période d'observation. La Saint-Patrick est périodiquement affectée par ce changement, lorsque le 17 mars tombe pendant la semaine sainte. Cela est déjà arrivé en 1940 : la Saint-Patrick a été observée le 03 avril pour éviter de coïncider avec le dimanche des rameaux, et de nouveau en 2008 où elle a été observée le 14 mars. La Saint-Patrick ne re-tombera pas durant la semaine sainte avant 2160

...qui n'est pas fête nationale[modifier | modifier le code]

Contrairement à une croyance populaire répandue, notamment à cause d'un phénomène de simplification de la part des étrangers et des médias, la Saint-Patrick n'est pas la fête nationale irlandaise. L'État d'Irlande ne possède pas de fête nationale au sens propre du terme (comme le 14 juillet en France, qui a été décrété par l'État français en 1880 et qui célèbre la Nation).

Il s'agit d'une fête religieuse adoptée par l'Église chrétienne au début du XVIIe siècle, jour férié en Irlande (Irlande et Irlande du Nord) et dans l'île de Montserrat, et qui est très observée par les irlandais. Elle est comparable en ce sens à la Saint-David au Pays de Galles, à la Saint-Andrew en Écosse ou à la Saint-Yves en Bretagne. Cependant, ce jour du calendrier liturgique n'a jamais fait l'objet d'un acte de la part de l'État irlandais pour en faire sa fête nationale, qui célébrerait la Nation irlandaise.

Un jour rendu férié au XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1903, la Saint-Patrick devient un jour férié officiel en Irlande. Ceci grâce au Bank Holiday Act de 1903, un acte du parlement du Royaume-Uni introduit par James O'Mara. Celui-ci a plus tard introduit la loi requérant que les pubs soient fermés le 17 mars, après que la consommation d'alcool soit devenue hors de contrôle, une clause qui a plus tard été abrogée dans les années 1970. Lorsque la Saint-Patrick tombe un dimanche, le jour férié est déplacée au lundi, permettant aux citoyens irlandais de bénéficier du nombre complet de leurs jours fériés actés par le gouvernement.

L'action du gouvernement pour la promotion de la culture[modifier | modifier le code]

Suivant la tradition de procession religieuse, et dans un pays très pratiquant, le gouvernement de l'État libre d'Irlande organise la première parade de la Saint-Patrick à Dublin en 1931. Elle est supervisée par le ministre de la défense d'alors : Desmond Fitzgerald.

Vers le milieu des années 1990, le gouvernement irlandais débute une campagne pour associer le jour de la Saint-Patrick avec un festival visant à promouvoir la culture irlandaise. Le gouvernement constitue un groupe intitulé St Patrick's Festival qui a pour but :

  • d'offrir un festival national qui se classe parmi les plus grandes célébrations du monde
  • de créer une énergie et une excitation à travers l'Irlande grâce à l'innovation, la créativité, l'investissement, et les activités de marketing
  • de fournir une opportunité et une motivation pour les gens d'origine irlandaise (et ceux qui parfois souhaiteraient être nés irlandais) à assister et à se joindre aux célébrations imaginatives et expressives
  • de projeter, à l'international, une image juste de l'Irlande, en tant que pays créatif, professionnel et sophistiqué avec un charme certain.

Le premier Saint Patrick's Festival s'est tenu le 17 mars 1996. En 1997, il devient un évènement de trois jours, et en 2000, l'évènement dure quatre jours. En 2006, il se tient sur cinq jours, et ce sont plus de 675000 personnes qui assistent à la parade de 2009. La même année, il accueil près d'un million de visiteurs, qui prennent part aux festivités, incluant des concerts, du théâtre de rue et des feux d'artifices, dont l'évènement Skyfest (feu d'artifice annuel) est le centre d'attraction principal. Le thème du symposium de la Saint-Patrick 2004 était Talking irish ; symposium durant lequel ont été discutées les natures de l'identité irlandaise, de son succès économique et de leur futur. Depuis 1996, l'emphase a été mise sur la célébration et l'injection dans le festival d'une notion d' "irishitude", plutôt que sur les thèmes traditionnels religieux ou ethniques. On peut retenir à titre d'exemple la semaine du gaëlique (An seachtain na gaeilge), qui prépare l'ambiance du festival en mettant l'accent sur la langue gaëlique, et "étend", en un sens, le festival d'une semaine. En ce sens, l'évènement tend à se laïciser. Ce qui participe de la mauvaise interprétation de l'évènement par la communauté mondiale.

La parade de Dublin, ponctuant le festival de cinq jours, a réuni plus de 550 000 personnes en 2011. Tout comme Dublin, de nombreuses autres villes et villages en Irlande tiennent leur propre festival ou parade, comme à Cork, Belfast, Derry, Galway, Kilkenny, Limerick et Waterford. La plus grande célébration en dehors du Dublin se tient à Downpatrick, dans le comté de Down, où saint Patrick est supposément enterré. En 2004, d'après le conseil du district de Down, le Saint Patrick's festival a vu 2000 participants, 82 chars, des groupes de musique et des artistes, et a été regardé par 30000 personnes. La plus petite parade de la Saint-Patrick en revanche, se tient à Dripsey, dans le comté de Cork. La parade se déroule sur 100 yards (91,44 mètres) et sillonne entre les deux pubs du village.

La Saint-Patrick à travers le monde[modifier | modifier le code]

La perception à l'étranger...[modifier | modifier le code]

La fête de Saint-Patrick est célébrée par les Irlandais du monde entier, expatriés ou descendants des nombreux émigrants, et sa popularité s’étend aujourd’hui vers les non-Irlandais qui participent aux festivités et se réclament « Irlandais pour un jour ». Les célébrations font généralement appel à la couleur verte et à tout ce qui appartient à la culture irlandaise : la fête de Saint-Patrick telle que pratiquée aujourd’hui voit les participants, qu’ils soient chrétiens ou pas, porter au moins un vêtement avec du vert, assister à des « parades », consommer des plats et des boissons irlandaises, en particulier des boissons alcoolisées (bières et stout irlandaises, comme la Murphy's, Smithwick’s, Harp ou Guinness, ou des whiskeys, des cidres irlandais, des Irish coffee).

Pourquoi une fête « laïcisante », si ce n'est pour la Nation ?[modifier | modifier le code]

Il existe finalement une mésinterprétation de la Saint-Patrick, car il existe deux volets de la perception de l'évènement : l'un représentant l'observation religieuse du jour, l'autre faisant plutôt référence à la promotion de la culture irlandaise voulue par le gouvernement irlandais dans le cadre du festival. Pour les médias et notamment les médias étrangers, l'amalgame est fait très rapidement entre les deux, ce pour deux raisons :

  • La Saint-Patrick bénéficiait depuis le Xe siècle d'une popularité ancrée en Irlande
  • La frénésie du festival crée par le gouvernement irlandais, fait de plus en plus d'adeptes de par son côté festif, en Irlande, mais aussi dans les communautés expatriées et même chez les non-irlandais.

Mais il ne s'agit pas d'une fête nationale.

Le tournant manqué de l'Histoire[modifier | modifier le code]

La Nation irlandaise ne possède pas de fête nationale. À titre de comparaison, la France a instauré le 14 juillet comme fête nationale car il s'agit de la date ambivalente de la mémoire de la chute de l'absolutisme (14 juillet 1789) et surtout, de la fête de la fédération (14 juillet 1790), célébrant l'unité des peuples de France, au sein d'une même Nation française.

Les irlandais n'ont pas eu cette occasion, car au sortir de son état de colonisé par le Royaume-Uni, l'Irlande s'engouffre dans la problématique de la partition de l'Ile, préfigurant le conflit Nord-irlandais, et aucun évènement majeur de l'histoire de la République d'Irlande n'est apte à symboliser la Nation irlandaise dans son ensemble : le jour du 6 décembre 1921, à la suite de la guerre d'indépendance, le Royaume-Uni proclame la naissance de l'État libre d'Irlande avec le traité anglo-irlandais, mais il reste sous la coupe britannique en tant que Dominion, et est de plus amputé de 6 comtés sur 9 en Ulster qui restent partie intégrante du Royaume-Uni. Cet état de fait est vécu comme une tragédie pour les nationalistes irlandais, et ils n'auraient pu choisir un jour si funeste comme fête nationale. Le jour du 27 décembre 1937, la République d'Irlande est proclamée, mais une République irlandaise toujours privée de ses frères au Nord. Pour les indépendantistes nord-irlandais et le gouvernement de la République d'Irlande, le jour où les 6 comtés d'Ulster régis par la couronne britannique retomberont aux mains de la République irlandaise, ce jour pourra être proclamé fête nationale, car il s'agirait alors d'une "célébration de l'unité de la nation toute entière du peuple d'Irlande".

... une fête aux allures d'orgies.[modifier | modifier le code]

À l'étranger, cette fête est surtout perçue comme la célébration de ce qui fait l'Irlande : le vert, les trèfles et la bière. La consommation à outrance de cette dernière étant largement encouragée par l'esprit de fête et les brasseries, donnant parfois lieu à des excès, tant sur le plan de la santé (notamment avec le binge drinking), mais aussi sur le plan culturel, où la Saint-Patrick devient une sorte de culte irlandais de la bière dans l'imaginaire collectif. Vis-à-vis de ce problème, les leaders chrétiens en Irlande ont exprimé une inquiétude quant à la sécularisation de la Saint-Patrick. Dans le numéro de mars 2007 de Word magazine, Fr. Vincent Twomey a écrit : « Il est temps de réclamer la Saint-Patrick comme un festival religieux ». Il pose la question du besoin de la « réjouissance outre-alcoolisée » et conclut « qu'il est temps d'associer la piété à l'amusement. »

À New York[modifier | modifier le code]

C’est la ville de New York qui abrite la plus grande parade pour la Saint-Patrick, avec plus de deux millions de spectateurs sur la Cinquième avenue, devant les tours du sanctuaire dédié à Saint-Patrick, construit au XIXe siècle dans le style flamboyant. Les premières manifestations de la Saint-Patrick à New York remontent à 1762, quand les soldats irlandais défilèrent dans la ville le 17 mars. Le jour de la Saint-Patrick, la colonie irlandaise de San Francisco organise un grand défilé dans les rues. La statue de l’évêque évangélisateur de l’Irlande est ainsi promenée sur un char décoré aux couleurs nationales.

À Montréal[modifier | modifier le code]

Saint-Patrick, Montréal, 18 mars 2007

Au Canada, plus particulièrement dans la province de Québec, la « tempête de la Saint-Patrick » représente généralement la dernière tempête de neige significative de la saison. La coutume locale veut que l’hiver ne soit pas terminée tant que cette dernière n'est pas tombée.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]