Bruno Podalydès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Podalydès.

Bruno Podalydès

Naissance 11 mars 1961 (53 ans)
Versailles
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Réalisateur, Scénariste, Acteur
Films notables Dieu seul me voit (Versailles-Chantiers)
Liberté-Oléron
Le Mystère de la chambre jaune
Adieu Berthe

Bruno Podalydès est un scénariste, réalisateur et acteur français, né le 11 mars 1961 à Versailles (Yvelines)[réf. souhaitée]. Il est le frère de l'acteur Denis Podalydès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le frère de l'acteur Denis Podalydès. Il fut élève du lycée Hoche à Versailles en seconde. Son père était pharmacien et sa mère professeur d'anglais. Sa grand-mère maternelle dirigeait la librairie Ruat à Versailles[1].

Il a d'abord réalisé des films d'entreprises pour Air France[2].

Son premier film Versailles Rive-Gauche, un moyen métrage, est très remarqué et remporte le Prix du Public et une mention du Jury au festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand, le prix du jury et de la critique au festival de Chamrousse et enfin le César du meilleur court-métrage en 1993[2].

Il réalise en 1994 un deuxième court-métrage « Voilà » sélectionné à la Mostra de Venise.

Entre avril 1994 et septembre 1995, Bruno Podalydès tient une chronique dans les Cahiers du cinéma intitulée « L'un n'empêche pas l'autre »[3].

Son premier long métrage, Dieu seul me voit (Versailles-Chantiers) met en scène un jeune homme hésitant, Albert Jeanjean qui au cours du film rencontre trois femmes qui vont le faire évoluer. C'est le second volet de la trilogie des gares. Alors que Bruno Podalydès a voulu que Versailles Rive-Gauche relève essentiellement du comique de situation, il conçoit ce second volet comme une comédie de caractère[3]. Il existe aussi une version longue du film sous forme de six épisodes, dite version interminable, initialement conçue comme une série pour la télévision et finalement sortie en DVD en novembre 2008[4]. Le film reçoit le César de la meilleure première œuvre en 1999.

Liberté-Oléron (2001) est une comédie sur les vacances.

En 2003, Bruno Podalydès adapte Le Mystère de la chambre jaune de Gaston Leroux.

Bruno Podalydès a tourné deux adaptations de l'œuvre de Gaston Leroux avec comme héros Joseph Rouletabille et son comparse Sainclair, Le Mystère de la chambre jaune et Le Parfum de la dame en noir.

En 2009, il clôt la Trilogie des gares avec Bancs publics (Versailles Rive-Droite). Le film est un échec public relatif avec un total de 260 000 entrées[5].

En 2011, il réalise Adieu Berthe, l'enterrement de Mémé. Le film, écrit avec son frère Denis, est conçu comme une suite de Liberté Oléron[6]. Le film est sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs au 65e Festival de Cannes 2012[7]. Le film y est bien accueilli avec une « standing ovation »[6]. Avec 660 000 entrées en France, le film est aussi un succès en salle après l'échec relatif du précédent film[8].

Pour la réalisation de son film Vous n'avez encore rien vu, Alain Resnais demande à Bruno Podalydès de mettre en scène Eurydice de Jean Anouilh avec une troupe de jeunes acteurs. Les images de Bruno Podalydès sont ensuite projetées aux acteurs/personnages du film de Resnais qui se remémorent alors la manière dont ils ont eux-mêmes joués les différents rôles de la pièce[9].

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Acteurs[modifier | modifier le code]

On retrouve Denis Podalydès dans tous les films de son frère depuis Versailles Rive-Gauche (1992) jusqu'à Adieu Berthe (2012).

Bruno Podalydès s'est entouré d'une troupe d'acteurs que l'on retrouve de film en film avec notamment Denis Podalydès, Isabelle Candelier, Michel Vuillermoz, Philippe Uchan, Jean-Noël Brouté, Ariane Pirié[6].

Michel Vuillermoz fait partie des acteurs réguliers de Bruno Podalydès. Il joue notamment le rôle de François Godet, l'ami d'Albert Jeanjean, dans Dieu seul me voit (Versailles-Chantiers).

Entrées en salle[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant est établi à partir de la base de données Lumière. La base de données inclut l'ensemble des entrées dans l'union européenne depuis 1996[10].

Film Année de production Entrées en Europe
Le mystère de la chambre jaune 2003 1 169 214
Adieu Berthe 2012 713 971
Le parfum de la dame en noir 2004 433 084
Dieu seul me voit 1998 423 806
Liberté-Oléron 2001 376 649
Bancs publics (Versailles rive droite) 2008 260 619

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Films d'entreprise[modifier | modifier le code]

  • Isolation phonique de l'autoroute A86[3]
  • Ingénieur navigant pour Air France[3]

Courts et moyens métrages[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2013 : Chevalier de la légion d'honneur (promotion du 1er janvier)[11]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Dieu seul me voit, Gallimard, 1998 (Scénario du film éponyme).
  • La boîte vocale d'Alex Buchard Éditions Seguier 2007 (Livre + CD audio)

Articles[modifier | modifier le code]

  • Bruno Podalydès, « L'annonce faite à Marie d'Alain Cuny et Le zèbre de Jean Poiret », Cahiers du cinéma, no Hors Série 16,‎ 1992, p. 19
  • Bruno Podalydès, « Palombella rossa », Cahiers du cinéma « 100 films pour une vidéothèque », no Hors Série - 17,‎ décembre 1993, p. 92
  • Bruno Podalydès, « On purge bébé », Cahiers du cinéma, no 482,‎ juillet-août 1994, p. 51-52
  • Bruno Podalydès, « Faut voir comme on nous parle », Cahiers du cinéma, no 494,‎ septembre 1995, p. 19
  • Bruno Podalydès, « Le DVD et moi par Bruno Podalydès : Autopsie d'un meurtre d'Otto Preminger », Cahiers du cinéma « Nos DVD : le guide des Cahiers », no Hors Série - 28,‎ décembre 2001, p. 12-13
  • Bruno Podalydès, « Le mystère de la chambre jaune », Synopsis, no 25,‎ mai-juin 2003, p. 70-71
  • « Qu'on se détende : voilà le Tintin de Spielberg, et non notre Tintin », Le Monde,‎ 25 octobre 2011 (lire en ligne)
    Critique de Bruno Podalydès sur le film de Steven Spielberg Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Joël Magny et Noël Simsolo, Le mystère de la chambre jaune : Bruno Podalydès, Paris, CNC : Film de l'Estran,‎ 2004

Articles[modifier | modifier le code]

  • Camille Nevers, « Versailles rive gauche », Cahiers du cinéma, no 457,‎ juin 1992
  • Vincent Vatrican, « Partie de campagne », Cahiers du cinéma, no 484,‎ octobre 1994
  • Jean-Marc Lalanne, « Trois filles en balance », Cahiers du cinéma, no 524,‎ mai 1998, p. 98-99
  • Matthieu Orléan, « Liberté-Oléron », Synopsis, no 14,‎ juillet-août 2001
  • Patrice Blouin, « La mer des phobies », Cahiers du cinéma, no 558,‎ juin 2001
  • Sébastien Bénédict, « Bille en tête », Cahiers du cinéma, no 580,‎ juin 2003
  • Virginie Apiou, « Les secrets de la chambre jaune », Synopsis, no 25,‎ mai-juin 2003, p. 50-53
  • Jean-Philippe Tessé et Sébastien Bénédict, « Bruno Podalydès : un train déraille », Chronic'art,‎ 19 mars 2003 (lire en ligne)
  • Jean-Sébastien Chauvin et Jean-Philippe Tessé, « Bruno Podalydès : Magie Magie », Chronic'art,‎ 13 juillet 2005 (lire en ligne)
  • Jean-Philippe Tessé, « L' illusioniste », Cahiers du cinéma, no 604,‎ septembre 2005
  • Anne-Claire Cieutat, « Balade sonore : la boîte à trésors de Bruno Podalydès », Grand-Ecart.fr,‎ 20 juin 2012 (lire en ligne)
  • Michel Butel, « Adieu Berthe : La Magie Podalydès », L'Impossible, no 5,‎ juillet-août 2012

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pascale Nivelle, « Frères lumière », Libération,‎ 8 septembre 2005 (lire en ligne)
  2. a et b Page allocine : http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne_gen_cpersonne=2076.html
  3. a, b, c et d Jean-Marc Lalanne, « Éloge du comique de sédimentation : Entretien avec Bruno et Denis Podalydès », Cahiers du cinéma, no 525,‎ juin 1998, p. 36-41
  4. Site web du film : http://www.dieuseulmevoit.com/
  5. « Bancs publics », sur Base LUMIERE (consulté le 27 juin 2012)
  6. a, b et c Jean-Baptiste Morain, « Denis et Bruno Podalydès : « Chacun légitime la connerie de l’autre » », Les Inrockuptibles,‎ 20 juin 2012 (lire en ligne)
  7. « Festival de Cannes 2012 : la sélection de la Quinzaine des réalisateurs », Le Monde,‎ 11 mai 2012 (lire en ligne)
  8. « Adieu Berthe ou l'enterrement de Mémé », sur jpbox-office.com (consulté en 19 décembre 2012)
  9. Isabelle Regnier, « Le cinéma est un cimetière vivant », Le Monde,‎ 25 septembre 2012 (lire en ligne)
  10. « Base de données Lumiere » (consulté le 13 mai 2012)
  11. « Légion d'honneur : 681 décorés, dont les militaires tués par Merah », Le Monde,‎ 1er janvier 2013